Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   Sam 15 Mar - 23:47

Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés



Leçons de liturgie à l'usage des séminaires

L. Hébert, prêtre de Saint-Sulpice


Vingt-neuvième édition, revue et mise à jour par A. Fayard, professeur au Séminaire du Puy-en-Velay.

Paris 1952

Tome III - chapitre IV



La messe chantée ordinaire est celle que le prêtre célèbre sans ministres sacrés. Après en avoir exposé les rites, on verra quelles modifications ceux-ci ont à subir lorsque la messe est célébrée avec les encensements ou lorsque la messe est celle des défunts.


La messe chantée ordinaire


173. -- Objets à préparer. -- A la sacristie on prépare les ornements du célébrant ; si la messe est précédée de l'aspersion, la chasuble et le manipule sont placés sur le siège du célébrant, dans le sanctuaire, du côté de l'épître.

Sur l'autel, le missel est ouvert et le calice est disposé sur le corporal entièrement déplié. Quatre ou six cierges sont allumés.

A la crédence sont préparés les burettes et le livre des épîtres, si quelqu'un doit chanter l'épître.

174. -- Le choeur. Les chantres. -- Les ecclésiastiques présents au choeur observent à cette messe les mêmes règles qu'à la messe solennelle. Ils ne sont pas encensés et ils ne reçoivent pas le baiser de paix.

Les chantres exécutent les mêmes chants qu'à la messe solennelle. Ils peuvent user de la faculté qui leur est octroyée soit de remplacer certains chants par un jeu d'orgue, à condition d'en lire le texte à haute voix, soit de les exécuter sur un ton de psaume.

175. -- Chant de l'épître. -- Le missel [1] prescrit qu'à la messe chantée sans ministres sacrés un lecteur chante l'épître à l'endroit même où le sous-diacre la chante, mais sans baiser à la fin la main du célébrant. Cette rubrique doit être rigoureusement observée quand un des clercs qui servent la messe peut chanter l'épître [2] : pendant la dernière oraison il prend le livre à la crédence, vient faire la génuflexion au milieu de l'autel, chante l'épître debout, renouvelle la génuflexion au milieu de l'autel et reporte le livre à la crédence. Si aucun des servants ne peut chanter l'épître, il est convenable, mais non obligatoire, qu'un ecclésiastique présent au choeur ou même un chantre en surplis la chante, soit à sa place au choeur, soit plutôt à l'endroit même où le sous-diacre lit l'épître [3]. Il n'est pas nécessaire d'être tonsuré pour chanter l'épître à la messe chantée ordinaire.

[1] Ritus servandus, VI, 8. [2] D. 3350. [3] Ritus, ibid ; D. 3350 ad 1.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Sam 15 Mar - 23:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   Sam 15 Mar - 23:48

176. -- Le célébrant. -- Le célébrant observe les mêmes cérémonies qu'à la messe basse, sauf sur les points suivants :

1° Il récite le Kyrie au coin de l'épître.

2° Il peut aller s'asseoir après le chant de l'Introït, après la récitation du Gloria in excelsis et du Credo, et, s'il y a une prose ou si le trait est long, avant le chant de l'évangile. Il va à la banquette par le plus court chemin, après avoir fait la génuflexion sur le marchepied s'il part du milieu de l'autel. Au retour, il fait la génuflexion au bas des degrés, devant le milieu de l'autel.

3° Il récite à voix médiocre tout ce que chante le choeur et l'épître elle-même, si elle est chantée par un lecteur.

4° Il chante tout ce que chantent à la messe solennelle le célébrant et le diacre.

5° Si personne ne chante l'épître, le célébrant la lit à haute voix. Il pourrait même, semble-t-il, la chanter [4].

[4] Ibid.

177. -- Les clercs ou acolytes. -- Le célébrant est assisté de deux clercs [5] ; à la rigueur, un peut suffire. Leur fonction est de répondre aux prières non chantées, et de servir le célébrant. Ils sonnent quand il y a lieu.

1° En allant de la sacristie à l'autel, les deux clercs marchent de front devant le célébrant, en tenant les mains jointes. En arrivant à l'autel, ils s'écartent pour laisser passer entre eux le célébrant ; le premier qui doit se trouver à droite, reçoit la barette avec les baisers ordinaires et la dépose sur la banquette.

Tous les deux s'agenouillent sur le pavé, de chaque côté du célébrant, et répondent aux prières du bas de l'autel.

Ils se lèvent quand le prêtre monte à l'autel et relèvent le bas de son aube, puis ils s'agenouillent sur le plus bas degré, le premier du côté de l'épître et le second du côté de l'évangile. A l'autel, ils ont les mains jointes et, sauf le temps des deux évangiles, sont toujours agenouillés. Ils se signent ou ils s'inclinent lorsque le célébrant le fait en chantant ou en lisant à voix médiocre.

2° Si le célébrant va s'asseoir, au Kyrie ou au Gloria, les clercs se rejoignent devant le milieu de l'autel, font ensemble la génuflexion et précèdent le célébrant à son siège. Le premier prend de la main droite la barette et, après avoir, de concert avec le second, disposé la chasuble pour éviter qu'elle ne se froisse, il remet la barette au célébrant avec les baisers ordinaires. Les deux clercs restent ensuite debout de chaque côté du célébrant, tenant les bras croisés dans les manches du surplis. Quand le célébrant doit se découvrir, le premier clerc l'en avertit par une inclination. Si l'on voulait faire asseoir les deux clercs, il conviendrait que ce soit à l'écart du célébrant ; au moins ne doivent-ils jamais prendre place avec lui sur la banquette, ni occuper des sièges égaux au sien.

Quand il faut revenir à l'autel, le premier clerc avertit le célébrant par une inclination, reçoit la barette avec les baisers ordinaires, la dépose sur le siège, et les deux clercs accompagnent le prêtre au milieu de l'autel ; ils font la génuflexion au bas des degrés, et, quand le prêtre monte à l'autel, ils relèvent de chaque côté le bas de l'aube.

3° A l'épître lue par le célébrant, l'un des clercs répond Deo Gratias [6].

Quand le célébrant va au milieu de l'autel pour réciter le Munda cor meum, le premier clerc transporte le missel au coin de l'évangile en descendant et remontant les degrés par le chemin le plus court ; puis il revient à sa place, ayant soin de faire toujours la génuflexion quand il passe au milieu de l'autel.

Les deux clercs sont debout pendant l'évangile, tournés vers le célébrant ; ils répondent Laus tibi, Christe.

4° A l'offertoire, quand le célébrant a dit Oremus, les deux clercs se rejoignent devant le milieu de l'autel et font la génuflexion. Le second monte à la droite du prêtre, reçoit le voile du calice, le range sur le coin de l'autel, du côté de l'épître, et se rend à la crédence. Le premier est allé directement à la crédence, y a pris les deux burettes et les apporte au côté de l'épître. A l'approche du célébrant, il s'incline, présente la burette du vin et celle de l'eau en baisant chacune avant et après, renouvelle son inclination et revient à la crédence [7].

Pour le Lavabo les deux clercs viennent ensemble, le premier à droite avec le manuterge, le second à gauche avec le plateau et la burette d'eau : celui-ci donne à laver, celui-là présente le manuterge ; ils saluent le célébrant avant et après. Ils déposent leurs objets à la crédence, reviennent faire la génuflexion devant le milieu de l'autel et reprennent leurs places.

5° A Quam oblationem, le premier clerc monte, sans génuflexion, s'agenouiller sur le bord du marchepied, à la droite du célébrant. Au moment où le célébrant élève soit l'hostie, soit le calice, il relève le bord de la chasuble. Il redescend ensuite et reprend sa place sans faire de génuflexion [8].

6° Après la communion, le premier clerc va à la crédence sans génuflexion, rapporte les deux burettes, fait la génuflexion au bas des degrés si le Saint Sacrement est encore sur l'autel et monte sur le marchepied pour donner les ablutions.

Ayant replacé les burettes à la crédence, il revient à l'autel, prend le voile du calice et le porte au coin de l'évangile ; le second clerc monte chercher le missel et le porte au coin de l'épître ; les deux clercs se rejoignent, font la génuflexion et se croisent au bas des degrés derrière le célébrant. L'un présente la bourse et le voile, l'autre dispose le livre pour l'antienne et les oraisons suivantes. Puis ils redescendent au bas des degrés, font la génuflexion, se croisent et reprennent leurs places.

7° Ils s'inclinent pendant la bénédiction et se relèvent pendant le dernier évangile. Si le prêtre doit dire un dernier évangile spécial, le premier clerc porte le missel après l'Ite missa est, comme il avait fait après l'épître. Pendant le dernier évangile, le premier clerc va chercher la barette du célébrant ; il la lui remet avec les baisers ordinaires quand celui-ci est descendu au bas des degrés, et ils reviennent à la sacristie, les deux clercs marchant de front et précédant le célébrant.

Arrivés à la sacristie, les clercs saluent la croix avec le célébrant, le saluent lui-même et l'aident à déposer les ornements.

[5] A défaut d'acolytes ou de tonsurés on peut employer des enfants de choeur revêtus de la soutane et du surplis ou de la cotta.

[6] Pour le chant de l'épître, voir ci-dessus, n. 175.

[7] D'après le Missel (Ritus, VII, 9) et le Cérémonial des Évêques (I, 11, 10), un seul acolyte présente les deux burettes, aussi bien à la messe pontificale qu'à la messe solennelle. La même règle paraît donc s'imposer aussi quand la messe est célébrée avec moins de solennité. Plusieurs auteurs néanmoins, se fondant sur un usage assez répandu, veulent que, dans les messes avec deux servants, chacun de ceux-ci présente une burette.

[8] A la messe pontificale et à la messe solennelle un seul ministre, le diacre, agenouillé à la droite du célébrant, relève la chasuble. Il ne semble donc pas qu'à la messe chantée ordinaire le même rôle doive être confié à deux ministres, d'autant que le geste risque ainsi de devenir tout à fait disgracieux.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   Sam 15 Mar - 23:49

178. -- Les céroféraires. -- Il est convenable que deux, quatre ou six
clercs, selon la solennité du jour, prennent des torches pour
l'élévation.

Durant la messe, ils ne doivent point être à l'autel, mais à des bancs
ou à des tabourets disposés, s'il est possible, à la suite ou
au-dessous des stalles du clergé. Ils suivent les mouvements du choeur
pour se lever, s'agenouiller et s'asseoir.

Pendant la préface, ils quittent leurs places deux à deux, les mains
jointes, font la génuflexion à la croix et vont à la sacristie prendre
leurs torches. Ils reviennent au Sanctus, font la génuflexion devant le
milieu de l'autel [9], et vont s'agenouiller sur le pavé de chaque côté.

Après l'élévation [10] ils se rejoignent, font la génuflexion,
retournent à la sacristie porter leurs torches et reprennent leurs
places après une nouvelle génuflexion sans autre salutation.

[9] S'il y avait des ecclésiastiques présents au choeur, ils les
salueraient au départ pour la sacristie, et au retour, si le choeur
était encore debout.

[10] Ils resteraient jusqu'après la communion si le choeur
demeurait agenouillé jusqu'à Pax Domini, ou si l'on devait distribuer
la communion, ou si le Saint Sacrement devait être exposé à la
communion.

179. -- Le cérémoniaire. -- Un clerc ou même un enfant de choeur peut
faire fonction de cérémoniaire à la messe chantée ordinaire [11]. A
l'entrée, il marche devant le célébrant, il reçoit sa barette,
l'assiste au livre durant toute la messe, l'accompagne à la banquette,
lui remet sa barette, se tient debout auprès de lui et l'avertit de se
découvrir, quand il y a lieu. Il s'agenouille près du livre pendant
l'élévation et fait les mêmes génuflexions que le célébrant. S'il était
dans les ordres sacrés, il pourrait mettre dans le calice le vin et
l'eau, couvrir et découvrir le calice au cours de la messe et le
purifier après les ablutions [12].

[11] D. 3377 ad 1 ; 4181.

[12] Dans certaines églises les deux clercs de la messe chantée
portent des cierges à l'entrée, à la sortie, et à la procession qui
précède la messe paroissiale. Il est normal que la croix de procession
soit accompagnée de cierges. Mais, à moins de coutume locale bien
établie, on ne peut faire porter des cierges devant le célébrant de la
messe chantée ordinaire.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   Sam 15 Mar - 23:50


Messe chantée sans ministres sacrés avec encensements






180. -- Remarques préliminaires. -- Les encensements ne font point
partie du rite de la messe chantée ordinaire. La coutume même ne peut
les y introduire. Mais ils peuvent être et ils sont souvent autorisés
par indult, surtout pour les grandes solennités [13].



De l'avis de plusieurs liturgistes, la concession des encensements
n'implique pas l'autorisation de faire porter des cierges par deux
acolytes [14]. Les ministres de la messe chantée avec encensements
seraient donc les deux servants dont le rôle a déjà été marqué (n. 175)
; le cérémoniaire qui ajouterait au rôle prévu ci-dessus (n. 177) celui
de faire bénir l'encens, de remettre l'encensoir au célébrant et
d'encenser ce dernier ; le thuriféraire enfin qui présenterait à
l'autel l'encensoir et la navette.



En fait, dans beaucoup de diocèses, on se tient autorisé par la coutume
à confier aux deux servants un rôle analogue à celui que remplissent
les acolytes à la messe solennelle. C'est cette manière de faire qui
sera exposée ici [15].



[13] D. 3328 ad 1 ; 3611 ad 6 ; 3697 ad 3. [14] Levavasseur-Stercky, Cérémonial, I, p. 695.



[15] Il est formellement interdit de simuler la messe avec
ministres sacrés en revêtant des laïques des ornements du diacre et du
sous-diacre.



181. -- Règles générales concernant les ministres. --Les acolytes
portent leurs chandeliers à l'entrée, à l'évangile et à la sortie. Ils
se tiennent habituellement à la crédence et ils observent, d'une façon
générale, les règles tracées pour les cérémonies de la messe solennelle.



Le cérémoniaire tient les mains jointes ; il demeure debout lorsque le
célébrant est assis ; quand il passe devant le célébrant, il le salue
d'une inclination ; il l'invite de même par une inclination à faire une
cérémonie ; quand il accompagne quelqu'un pour une cérémonie, il se met
à sa gauche. Chaque fois que le célébrant va s'asseoir, il lui présente
la barette avec les baisers ordinaires ; quand le célébrant quitte la
banquette, il reçoit la barette et fait les mêmes baisers [16].



Le thuriféraire tient compte des règles générales des encensements.



Le rôle des céroféraires est le même qu'à la messe chantée sans encensements (n. 178).



[16] Au besoin, le cérémoniaire pourrait remplir lui-même les fonctions de thuriféraire.



182. -- Début de la messe. -- A l'entrée, les deux acolytes marchent en
tête, portant leurs cierges ; ils sont suivis du cérémoniaire et enfin
du célébrant. Devant l'autel, les acolytes se placent de chaque côté,
le célébrant au milieu avec le cérémoniaire à sa droite. Tous font les
salutations convenables à l'autel (et au choeur s'il y a lieu), puis le
célébrant remet sa barette au cérémoniaire, qui la reçoit avec les
baisers ordinaires et la dépose à la banquette, les acolytes vont
mettre leurs cierges à la crédence et s'agenouillent devant leurs
tabourets.



Le cérémoniaire revient s'agenouiller à la droite du célébrant, et
répond aux prières avec les acolytes. Quand le prêtre monte à l'autel,
le cérémoniaire relève le bas de l'aube et monte lui-même à droite du
célébrant, sur le palier.



Le thuriféraire se présente avec son encensoir, et donne la navette au
cérémoniaire, qui fait mettre et bénir l'encens et remet l'encensoir au
prêtre de la manière ordinaire. Le cérémoniaire et le thuriféraire,
l'un à droite, l'autre à gauche, assistent le célébrant pendant
l'encensement, saluant la croix d'une génuflexion. Quand le célébrant
encense le côté de l'épître, le premier acolyte écarte le missel. Le
cérémoniaire, ayant reçu l'encensoir, descend au bas des degrés et,
assisté à sa gauche du thuriféraire, il encense de trois coups le
célébrant et rend l'encensoir.



Le cérémoniaire monte ensuite au missel, indique au célébrant le commencement de l'introït et répond au Kyrie.



Il indique de même les collectes, et reste près du livre pendant
l'épître et le graduel. L'épître est chantée ou lue, selon ce qui est
marqué plus haut, n. 175.



183. -- Évangile. -- Au milieu de l'autel, avant le Munda cor meum, le
célébrant met et bénit l'encens comme à l'introït. Le thuriféraire
redescend au bas des degrés devant le milieu de l'autel, le
cérémoniaire prend le missel et vient par le chemin le plus court à sa
droite, les acolytes avec leurs cierges se placent, le premier à la
droite du cérémoniaire, le second à la gauche du thuriféraire. Tous
font la génuflexion : le cérémoniaire porte directement le livre au
coin de l'évangile et descend sur le degré, le thuriféraire, encadré
des acolytes, s'en va au bas des degrés, sur le côté de l'évangile,
face au célébrant [17].

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   Sam 15 Mar - 23:50

Au commencement de l'évangile, le thuriféraire passe l'encensoir au
cérémoniaire qui le donne au célébrant avec les baisers ordinaires :
celui-ci encense le livre, rend l'encensoir au cérémoniaire qui le
remet au thuriféraire. Quand l'évangile est terminé, le célébrant baise
le texte ; puis, tourné vers le cérémoniaire qui a rejoint le
thuriféraire au bas des degrés et a reçu de lui l'encensoir, il est
encensé de trois coups. Il revient ensuite au milieu en rapprochant le
missel.





Les acolytes retournent avec leurs cierges à la crédence, en faisant la
génuflexion au milieu de l'autel, et le thuriféraire reporte son
encensoir à la sacristie.





[17] La présence des acolytes avec leurs cierges est un honneur
rendu au texte évangélique. Mais il faudrait que les cierges encadrent
vraiment le missel : ce qui n'est pas le cas. Aussi peut-on se demander
si un tel rite est suffisamment conforme aux usages de la liturgie
romaine et s'il ne devrait pas être abandonné.





t84. -- Offertoire. -- A la fin du Credo, après Oremus, le cérémoniaire
monte à gauche du célébrant, près du missel, et il indique
l'offertoire. Le second acolyte monte à l'autel, du côté de l'épître,
reçoit le voile du calice, le range sur le coin de l'autel et revient à
la crédence. Le premier acolyte, qui a pris à la crédence les deux
burettes, les apporte au côté de l'épître. A l'approche du célébrant il
s'incline, présente la burette du vin et celle de l'eau en baisant
chacune avant et après, renouvelle son inclination et revient à la
crédence déposer les burettes [18]. Pendant l'encensement de l'autel,
il va au côté de l'évangile écarter le livre.





Après l'offrande du calice, le thuriféraire présente l'encensoir. Le
célébrant, assisté du cérémoniaire, met et bénit l'encens ; puis
escorté du cérémoniaire à droite et du thuriféraire à gauche, il
encense les oblats, la croix et l'autel. Le cérémoniaire l'encense
ensuite et remet l'encensoir au thuriféraire qui va encenser le clergé
et le peuple.





Après que le célébrant a été encensé, les deux acolytes lui donnent à
laver, de la manière indiquée ci-dessus n. 177, 4°. Ils restent à la
crédence après y avoir déposé le plateau, la burette et le manuterge.





[18] Si le cérémoniaire était dans les ordres sacrés, il pourrait
mettre le vin et l'eau : l'acolyte, en ce cas, ne baiserait pas les
burettes.





185. -- Canon. -- Le cérémoniaire est remonté près du missel après
l'encensement du célébrant : il indique les secrètes, la préface, et
demeure au même endroit jusqu'à Quam oblationem. A ce moment, il fait
la génuflexion derrière le célébrant et s'agenouille à sa droite ; il
demeure agenouillé jusqu'après Ï'élévation du calice, ayant soin de
relever le bord de la chasuble à chaque élévation.





Au Sanctus, un acolyte sonne la clochette. Les céroféraires
s'acquittent de leur emploi (n. 178). Le thuriféraire apporte son
encensoir, y fait mettre l'encens par un des acolytes, s'agenouille sur
le plus bas degré du côté de l'épître et encense de trois coups à
chaque élévation, avec inclination médiocre avant et après. On sonne
comme aux messes basses.





Après l'élévation, le cérémoniaire remonte à la gauche du célébrant, il
fait la génuflexion en arrivant, et, s'il n'y a pas de communion à
distribuer, il y demeure jusqu'au moment de transporter le missel au
coin de l'épître [19] : il imite les génuflexions du célébrant.





[19] S'il faut distribuer la communion, le cérémoniaire descend au
coin de l'épître aussitôt après que le célébrant a pris la sainte
hostie, il s'agenouille au bas des degrés et récite le Confiteor. Les
acolytes étendent, s'il est besoin, la nappe de communion devant les
communiants.





186. -- Fin de la messe. -- Le premier acolyte verse les ablutions.
Lorsque le célébrant a reçu la seconde ablution, le deuxième acolyte
prend le voile du calice et le transporte au coin de l'évangile ; en
même temps le cérémoniaire prend le missel et le transporte au coin de
l'épître ; tous les deux font la génuflexion simultanément au bas des
degrés, devant le milieu de l'autel. L'acolyte présente au célébrant le
voile déplié et retourne aussitôt à sa place en faisant la génuflexion
quand il passe au milieu [20].





Le cérémoniaire indique au célébrant la communion et les
postcommunions. Il ferme le livre s'il n'y a pas de dernier évangile
spécial ; s'il y a un dernier évangile particulier, il laisse le livre
ouvert et le transporte de l'autre côté de l'autel aussitôt après que
le célébrant a chanté Ite missa est.





Le cérémoniaire assiste le célébrant pendant le dernier évangile comme
le sous-diacre à la messe solennelle. Les acolytes viennent devant
l'autel avec leurs cierges, font la génuflexion à Et Verbum caro factum
est ; si le dernier évangile était propre, ils feraient ensemble la
génuflexion au milieu de l'autel.





Le cérémoniaire prend la barette du célébrant, la lui présente avec les
baisers ordinaires et tous rentrent à la sacristie dans le même ordre
qu'en sortant.





[20] Si le cérémoniaire était dans les ordres sacrés il pourrait purifier lui-même le calice (D. 3377 ad 1).

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   Sam 15 Mar - 23:51




Messe de Requiem chantée sans ministres sacrés












190. -- Fonctions du célébrant. -- Le célébrant introduit, dans les
cérémonies de la messe chantée ordinaire, les modifications propres aux
messes de Requiem.







Il omet le psaume Judica aux prières du bas de l'autel ; il ne fait pas
le signe de croix sur lui-même en commençant l'introït, mais posant la
main gauche sur l'autel, il trace au-dessus du missel un signe de croix
comme pour bénir. Il ne dit ni Gloria in excelsis, ni Credo, ni Jube...
Dominus sit avant l'évangile ; il ne baise point le texte après
l'évangile et ne dit pas Per evangelica. Il ne bénit pas l'eau avant de
la verser dans le calice ; à la fin du Lavabo, il omet Gloria Patri. A
l'Agnus Dei, il dit dona eis requiem, deux fois, et la troisième fois
dona eis requiem sempiternam ; il ne se frappe pas la poitrine en
récitant cette prière. Il omet l'oraison de la paix Domine... qui
dixisti... Il substitue Requiescant in pace à l'Ite missa est. Enfin il
baise l'autel après Placeat, et, sans donner la bénédiction, va
directement réciter le dernier évangile.







191. -- Fonctions des clercs. -- Les clercs remplissent les mêmes
fonctions qu'à la messe ordinaire. Cependant ils ne baisent point les
objets qu'ils présentent au célébrant.







Si le célébrant va s'asseoir pendant la prose, le premier clerc porte
le missel au coin de l'évangile lorsque le célébrant revenu à l'autel
récite le Munda cor.







Les céroféraires demeurent à genoux près de l'autel depuis le Sanctus jusqu'après la communion.







Si l'on a le privilège de faire des encensements, il n'y a qu'un seul
encensement à l'offertoire : après que l'autel a été encensé, le
célébrant seul est encensé. A l'élévation, le thuriféraire encense le
Saint Sacrement comme à l'ordinaire.







Les acolytes ne prennent point leurs cierges pendant le chant de l'évangile.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   Sam 15 Mar - 23:52


_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cérémonies de la messe chantée sans ministres sacrés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allons à la messe " prions sans nous décourager"
» La grande messe du matériel astro
» Explication simplifiee de la Messe
» Messe du Jubilé à Mont Luzin
» La Messe a l'Endroit !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie-
Sauter vers: