Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Pape est infaillible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Le Pape est infaillible   Sam 26 Juil - 14:50

Citation :
Définition de l’Infaillibilité pontificale

Constitution dogmatique « Pastor aeternus » — 1er concile du Vatican — 18 juillet 1870

C’est pourquoi, nous attachant fidèlement à la tradition reçue dès l’origine de la foi chrétienne, pour la gloire de Dieu notre Sauveur, pour l’exaltation de la religion catholique et le salut des peuples chrétiens, avec l’approbation du saint Concile, nous enseignons et définissons comme un dogme révélé de Dieu: le Pontife romain, lorsqu’il parle ex cathedra, c’est-à-dire lorsque, remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens, il définit, en vertu de sa suprême autorité apostolique, qu’une doctrine sur la foi ou les mœurs doit être tenue par toute l’Église, jouit, par l’assistance divine à lui promise en la personne de saint Pierre, de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que fût pourvue son Église, lorsqu’elle définit la doctrine sur la foi et les mœurs. Par conséquent, ces définitions du Pontife romain sont irréformables par elles-mêmes et non en vertu du consentement de l’Église.

Si quelqu’un, ce qu’à Dieu ne plaise, avait la présomption de contredire notre définition, qu’il soit anathème.


Citation :
PEUT-IL
ARRIVER QU'UN PAPE DÉVIE DE LA FOI ?







  • A. L'infaillibilité
    pontificale préfigurée par la chaire de
    Moïse
  • B. Les
    Evangiles
  • C. Les
    Pères de l'Eglise
  • D. Saint
    Thomas d'Aquin
  • E. Les
    papes



Citation :

"L'Église
est infaillible dans son magistère ordinaire, qui est
exercé QUOTIDIENNEMENT principalement par le
pape
, et par les évêques unis
à lui,qui pour cette
raison sont comme lui, infaillibles de
l'infaillibilité de l’Eglise, par le Saint-Esprit TOUS LES JOURS,[...]



Question:
A qui donc appartient-il CHAQUE JOUR que
Dieu fait :



1.
de déclarer les vérités implicitement
contenues dans la Révélation?



2.
de définir les vérités explicites?



3. de venger les
vérités attaquées?



Réponse: Au
pape
, soit en concile, soit hors du
concile. Le pape
est, en effet, le
Pasteur des pasteurs et le Docteur des docteurs" (Mgr d'Avanzo,
rapporteur
de la Députation pour la foi du premier concile du Vatican,
1870).



* * *



Depuis
la définition du dogme de
l’infaillibilité pontificale en 1870, les
catholiques
croient qu'un pape ne peut pas se tromper, lorsqu'il enseigne solennellement une
vérité de foi, mais
les avis sont partagés quant à son
enseignement ordinaire. Un pape, infaillible dans les définitions
solennelles,
peut-il tomber
dans l'hérésie dans son enseignement
de tous les jours,
ou
bien
l'assistance du Saint-Esprit fait-elle que sa foi nepuisse défaillir à aucun
moment
de son Pontificat?

Dans le
doute, il faut s’en
tenir à ce qui a été cru partout et
par tous
dans les temps anciens car
l’antiquité ne peut pas être
séduite par la nouveauté (Commonitorium de St. Vincent de Lérins, 434). Que le pape puisse errer dans la foi est une
thèse apparue à l'époque moderne
sous l'impulsion de courants hérétiques (voir
chapitre 5). Des
théologiens catholiques se laissèrent
gagner par les idées nouvelles et
soutinrent qu'un pape pouvait errer. Or cette nouveauté
est,
par le fait même
d’être nouvelle,
non conforme
à la doctrine catholique traditionnelle. Cette doctrine traditionnelle, on
la trouve dans
l’Ancien et le Nouveau Testament, les Pères de
l'Église, St Thomas d’Aquin et
les écrits des papes eux-mêmes.


source:

http://www.virgo-maria.org/mystere-iniquite/documents/chapters/documents_published/doc1/node2.html

suite:

http://www.virgo-maria.org/mystere-iniquite/documents/chapters/documents_published/table_glob.htm


Citation :
L'infaillibilité pontificale a été (ré?)affirmée dès le XVième siècle, lorsque l'Eglise qualifia de "scandaleuse et hérétique" la proposition suivante: Ecclesia urbis Romae errare potest (L'Eglise de la ville de Rome peut se tromper).

Cette proposition a été formulée par un docteur espagnol nommé Pierre
d'Osma et fut censuré en 1476 par le vicaire capitulaire de Saragosse
et deux en plus tard par une commission de théologiens présidée par
l'archévêque de Tolède. Le pape Sixte IV confirma leur sentence par un
jugement Ex Cathedra:

Nous déclarons [...] que les propositions précitées (il y avait huit autres points de doctrine) sont
fausses, contraires à la sainte foi catholique, erronées, scandaleuses,
totalement étrangères à la vérité de la foi, contraires aux décrets des
saints Pères et aux constitutions apostoliques, et qu'elles
contiennnent une hérésie manifeste


(O) Conclusion: Le Saint Esprit a parlé à travers le Saint Père : Le Saint Siège est infaillible en matière de Foi.

(Sources: Sixte IV: constitution apostolique sous forme de bulle Licet ea, 9 août 1478) - tiré de l'ouvrage le mystère d'iniquité.

http://gestadei.bb-fr.com/crise-de-l-eglise-f2/sixte-iv-bulle-licet-ea-t1921.htm

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Sam 26 Juil - 15:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Sam 26 Juil - 14:57

Citation :
ANNEXE A: Honorius Ier un pape "brillant par sa doctrine", qui "rendit
érudit le clergé"






  • A. L'orthodoxie
    d'Honorius prouvée par les témoignages de ses
    contemporains et par ses propres écrits
  • B. Premières
    supercheries (640-649) contre Honorius,
    démasquées par les contemporains du pape
    défunt
  • C. La
    falsification des actes du VIe concile oecuménique (680-681)
  • D. Escroqueries
    des Grecs contre Honorius définitivement
    condamnées par l'Eglise
  • E. Les
    ouvrages historiques qui traitent Honorius
    d'hérétique sont interdits par l'Eglise

http://www.virgo-maria.org/mystere-iniquite/documents/chapters/documents_published/doc6/node90.html

Citation :
Premières supercheries (640-649) contre Honorius, démasquées par les contemporains du pape défunt :

http://www.virgo-maria.org/mystere-iniquite/documents/chapters/documents_published/doc6/node92.html

Citation :
Documents,livres sur l'Infaillibilité :

http://www.virgo-maria.org/Documents/infaillibilite-pontificale/node1.htm

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Sam 26 Juil - 15:07

Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.

L'unicité de l'Eglise


La
foi nous oblige instamment à croire et à tenir une seule sainte Eglise
catholique et en même temps apostolique, et nous la croyons fermement
et la confessons simplement, elle hors de laquelle il n'y a pas de
salut ni de rémission des péchés... ; elle représente l'unique corps
mystique corps dont le
Christ est la tête, Dieu cependant étant celle du Christ. En elle il y
a " un seul Seigneur, une seule foi, et un seul baptême " Ep 4,5.
Unique
en effet fut l'arche de Noé au temps du déluge, qui préfigurait
l'unique Eglise ; achevée à une coudée, elle avait un seul pilote et
chef, à savoir Noé, et hors d'elle, nous l'avons lu, tout ce qui
subsistait sur terre fut détruit.
Nous la vénérons également comme
l'unique, car le Seigneur dit dans le prophète : " Dieu, délivre mon
âme de l'épée, et des pattes du chien mon unique " Ps 22,2.
Car
il a prié à la fois pour l'âme, c'est-à-dire pour lui-même, la tête, et
pour le corps, puisque le corps il l'a appelé l'unique, c'est-à-dire
l'Eglise, à cause de l'unité de l'époux, de la foi, des sacrements, et
de la charité de l'Eglise. Elle est cette " tunique sans couture " Jn 19,23 du Seigneur qui n'a pas été déchirée, mais tirée au sort.

C'est
pourquoi cette Eglise une et unique n'a qu'un seul corps, une seule
tête, non pas deux têtes comme pour un monstre, à savoir le Christ et
le vicaire du Christ, Pierre, et le successeur de Pierre, car le
Seigneur dit à Pierre lui- même : " Pais mes brebis " Jn 21,17.
Il
dit " mes " en général, et non telle ou telle en particulier, d'où l'on
comprend que toutes lui ont été confiées. Si donc les Grecs ou d'autres
disent qu'ils n'ont pas été confiés à Pierre et à ses successeurs, il
leur faut reconnaître qu'ils ne font pas partie des brebis du Christ,
car le Seigneur dit lui-même en Jean : " il y a un seul bercail, un
seul et unique pasteur " Jn 10,16.

Le pouvoir spirituel de l'Eglise.

Les paroles de l'Evangile nous l'enseignent : en elle et en son pouvoir il y a deux glaives, le spirituel et le temporel Lc 22,38 Mt 26,52
.. Les deux sont donc au pouvoir de l'Eglise, le glaive spirituel et le
glaive matériel. Cependant l'un doit être manié pour l'Eglise, l'autre
par l'Eglise. L'autre par la main du prêtre, l'un par la main du roi et
du soldat, mais au consentement et au gré du prêtre. Or il convient que
le glaive soit sous le glaive, et que l'autorité temporelle soit
soumise au pouvoir spirituel... Que le pouvoir spirituel doive
l'emporter en dignité et en noblesse sur toute espèce de pouvoir
terrestre, il nous faut le reconnaître d'autant plus nettement que les
réalités spirituelles ont le pas sur les temporelles... Comme la Vérité
l'atteste : il appartient au pouvoir spirituel d'établir le pouvoir
terrestre, et de le juger s'il n'a pas été bon...
Si donc le
pouvoir terrestre dévie, il sera jugé par le pouvoir spirituel ; et si
un pouvoir spirituel inférieur dévie, il le sera par celui qui lui est
supérieur
; mais si le pouvoir suprême dévie, c'est par Dieu seul et non par
l'homme qu'il pourra être jugé, comme l'atteste l'Apôtre : " L'homme
spirituel juge de tout, et n'est lui-même jugé par personne " 1Co 2,15.

Cette
autorité cependant, bien que donnée à un homme et exercée par un homme,
n'est pas un pouvoir humain, mais bien plutôt divin. Donné à Pierre de
la bouche de Dieu, confirmé pour lui et ses successeurs dans le Christ
lui- même qu'il a confessé, lui, le roc, lorsque le Seigneur dit à
Pierre lui-même : "Tout ce que tu lieras", etc. Mt 16,19. Quiconque par conséquent résiste à ce pouvoir ordonné par Dieu, "résiste à ce que Dieu a ordonné" Rm 13,2,
à moins qu'il n'imagine, comme Manès, deux principes, ce que nous
jugeons faux et hérétique, car au témoignage de Moïse ce n'est pas dans
les principes, mais " dans le principe (que) Dieu a créé le ciel et la
terre " Gn 1,1.

En
conséquence nous déclarons, disons et définissons qu'il est absolument
nécessaire au salut, pour toute créature humaine, d'être soumise au
pontife romain.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Sam 2 Aoû - 0:57

Citation :
Le Pape et les évêques proposent infailliblement l'objet de la foi, au
moyen tant de leurs jugements solennels que de leur magistère ordinaire
et universel.

Ordinaire, c'et-à-dire quotidien, en-deçà des
jugements solennels (définitions dogmatiques, canons etc.). Universel,
c'est-à-dire exercé par le Pape et les évêques (leur unanimité morale)
: les évêques confirmés par le Pape, le Pape et les évêques s'associant
au Pape.

Par nature le Concile oecuménique ce sont les évêques
confirmés par le Pape. Si le Concile ne se prononce pas sous forme de
jugements solennels (et là où le Concile ne se prononce pas sous la
forme de jugements solennels) nous avons nécessairement affaire au
magistère ordinaire et universel.

Or ce magistère ordinaire et
universel propose lui aussi infailliblement l'objet de la foi. C'est
l'enseignement de la Constitution dogmatique Dei Filius du Concile
Vatican I :

"Est à croire de foi divine et catholique tout ce
qui est contenu dans la Parole de Dieu ou écrite ou transmise, et que
l'Eglise, soit par un jugement solennel, soit par son magistère
ordinaire et universel, propose à croire comme divinement révélé."

Qu'est-ce
à dire ? Cela signifie que chaque fois que dans leur magistère
ordinaire (et pas seulement lorsqu'ils prononcent un jugement solennel)
le Pape et les évêques attestent que telle proposition est fondée sur
la Révélation, tel est nécessairement le cas.

Or, nous le savons
bien, les Pères conciliaires confirmés par Paul VI ont attesté (entre
autres) comme fondées sur la Révélation :

- la liberté
religieuse (Dignitatis humanae) infailliblement condamnée par Pie IX
(le doit à la liberté de conscience en matière religieuse au for
externe et public) ;

- la proposition selon laquelle les
communautés chrétiennes non catholiques seraient des "moyens de salut"
(Unitatis redintegratio), contraire à la doctrine catholique, soit que
l'on affirme que ces communautés soient "moyens de salut" "à côté" de
l'Eglise catholique en dehors de laquelle il n'y a pas de salut
(Concile de Florence), soit que l'on affirme que de telles communautés
sont participées par l'Eglise catholique en dehors de laquelle il n'y a
pas de salut, thèse elle aussi contraire à l'enseignement de l'Eglise :

"Aucune
de ces sociétés, ni toutes ensemble ne constituent en aucune façon et
ne sont cette Eglise une et catholique que Notre Seigneur a fondée et
bâtie et qu'il a voulu créer. Et l'on ne peut dire non plus en aucune
façon que ces sociétés soient ni un membre ni une partie de cette même
Eglise, puisqu'elles sont visiblement séparées de l'unité catholique."

Pie IX, Lettre Apostolique Iam vos omnes, 13 septembre 1868 ;

-
dès lors, la proposition apparemment ambiguë, selon laquelle l'Eglise
du Christ "subsiste dans" l'Eglise catholique (Lumen gentium) prend
tout son sens. C'est au nom de cette proposition que les "conciliaires"
entendent affirmer que les communautés chrétiennes non catholiques sont
des "moyens de salut" : elles sont "moyens de salut" parce que
participées par l'Eglise du Christ "subsistant dans" Eglise catholique.

Fermons cette longue parenthèse.

Les
Pères conciliaires confirmés par Paul VI ont attesté de telles erreurs
et hérésies comme fondés sur la Révélation, lors même que les évêques
confirmés par le Pape proposent infailliblement l'objet de la foi.

Une
seule solution possible : les Pères conciliaires n'ont pas été
confirmés par un vrai Pape. Paul VI n'était pas Souverain Pontife.

Pris de vertige devant cette réalité crucifiante, ceux qui s'y refusent trouvent trois échappatoires :

- Nier l'infaillibilité du magistère ordinaire et universel, pourtant solennellement enseignée par Vatican I ;

-
Nier que Paul VI ait réellement confirmé les Pères conciliaires (c'est
grosso modo la thèse dite du "concile pastoral"... qui ne s'appuie sur
rien de tangible) ;

- Nier que les erreurs et hérésies de
Vatican II soient des erreurs et hérésies, nier que Vatican II soit en
toutes ces matières une rupture (étape suivante de la "critique
constructive" ?).

Nier que Paul VI ait confirmé les Pères
concliaires en promulguant les Constitutions, Décrets et Déclarations
de Vatican II (thèse du "concile pastoral"), c'est nier l'évidence la
plus criante.

Toutefois, si, par impossible, tel avait été le
cas, si Vatican II, improbable "concile pastoral", se situait "en-deçà"
du magistère ordinaire et universel infaillible, resterait que depuis
la clôture de Vatican II :

- les (vrais) évêques qui ont fait
Vatican II, ainsi que leurs (très problématiques) successeurs
enseignent ordinairement la liberté religieuse et l'oecuménisme
"conciliaires" comme relevant de la doctrine catholique, comme fondés
sur le Donné Révélé ;

- et ces mêmes évêques (ou pseudo évêques) sont confirmés dans de telles erreurs et hérésies par Paul VI, JP Ier, JP II, B XVI ;

-
réciproquement, Paul VI, JP Ier, JP II, B XVI enseignent ordinairement
en de régulières occasions, de telles erreurs et hérésies, notamment au
moyen d'encycliques (et parfois même rajoutent quelques "nouvelletés" à
la liste...) ;

- lesdits évêques (ou pseudo évêques) s'associant, moralement unanimes, à leur "pontife".


l'on voit donc qu'il ne sert de rien de nier la réalité de la
confirmation des actes de Vatican II par Paul VI... puisque la forme du
magistère ordinaire et universel que l'on pense ainsi chasser par la
porte... rentre alors par la fenêtre !

La vérité de la présente
situation est crucifiante, mais incontournable : Paul VI n'était pas
Pape, ni aucun de ses "successeurs" jusqu'à Josef Ratzinger
inclusivement.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Lun 6 Oct - 18:31

4ème session, 18 juillet 1870 : première constitution

dogmatique "Pastor aeternu

Préambule sur l'institution et le fondement de l'Eglise

3050
L'éternel pasteur et gardien de nos âmes 1P 2,25,
afin de perpétuer l'oeuvre salutaire de la Rédemption, a décidé de
fonder l'Eglise, dans laquelle, comme en la maison du Dieu vivant, tous
les fidèles seraient rassemblés par le lien d'une seule foi et d'une
seule charité. C'est pourquoi, avant d'être glorifié, il pria son Père
non seulement pour les apôtres, mais aussi pour ceux qui croiraient en
lui, à cause de leurs paroles, pour que tous soient un, comme le Fils
et le Père sont un Jn 17,20-21. De même qu'il envoya les apôtres qu'il s'était choisis dans le monde Jn 15,19 comme lui-même avait été envoyé par le Père Jn 20,21, ainsi voulut-il qu'il y eut dans son Eglise des pasteurs et des docteurs "jusqu'à la fin du monde" Mt 28,20.

3051
Pour que l'épiscopat soit un et non divisé et pour que, grâce à l'union
étroite et réciproque des pontifes, la multitude entière des croyants
soit gardée dans l'unité de la foi et de la communion, plaçant saint
Pierre au-dessus des autres apôtres, il établit en sa personne le
principe durable et le fondement visible de cette double unité. Sur sa
solidité, se bâtirait le temple éternel et sur la fermeté de cette foi,
s'élèverait l'Eglise, dont la grandeur doit toucher le ciel.

3052
Parce que les portes de l'enfer, en vue de renverser, s'il se pouvait,
l'Eglise, se dressent de toutes parts avec une haine de jour en jour
croissante contre ce fondement établi par Dieu, Nous jugeons nécessaire
pour la protection, la sauvegarde et l'accroissement du troupeau
catholique, avec l'approbation du saint concile, de proposer à tous les
fidèles la doctrine qu'ils doivent croire et tenir, conformément à la
foi antique et constante de l'Eglise, concernant l'institution. le
caractère perpétuel et la nature de la primauté du Siège apostolique,
sur lequel reposent sa force et la solidité de toute l'Eglise, et aussi
de proscrire et de condamner les erreurs contraires, si pernicieuses
pour le troupeau du Seigneur.

Chap. 1 - L'institution de la primauté apostolique en saint Pierre.

3053
Nous enseignons donc et Nous déclarons que, suivant les témoignages de
l'Evangile, la primauté de juridiction sur toute l'Eglise de Dieu a été
promise et donnée immédiatement et directement par le Christ notre
Seigneur à l'apôtre saint Pierre. C'est en effet au seul Simon, auquel
il avait été déjà dit : "Tu t'appelleras Cephas" Jn 1,42,
après que celui-ci l'avait confessé en disant : "Tu es le Christ, le
Fils du Dieu vivant", que le Seigneur a adressé ces paroles solennelles
"Heureux es-tu, Simon, fils de Jona, car ce n'est pas la chair ni le
sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux ; et
moi, je te dis que tu es Pierre et que sur cette pierre je bâtirai mon
Eglise et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. Et tout
ce que tu lieras sur la terre sera lié au ciel, et tout ce que tu
délieras sur la terre sera délié dans le ciel" Mt 16,16-49.
Et c'est au seul Simon Pierre que, après sa Résurrection, Jésus conféra
la juridiction de pasteur et de guide suprême sur tout son troupeau en
disant: "Pais mes agneaux, pais mes brebis" Jn 21,15-17


3054
A cette doctrine si claire des saintes Ecritures, telle qu'elle a
toujours été comprise par l'Eglise catholique, s'opposent ouvertement
les opinions fausses de ceux qui, pervertissant la forme du
gouvernement institué par le Christ notre Seigneur, nient que, de
préférence aux autres apôtres, pris soit isolément soit tous ensemble,
Pierre seul se soit vu doté par le Christ d'une primauté de juridiction
véritable et proprement dite, ou de ceux qui affirment que cette
primauté n'a pas été conférée directement et immédiatement à saint
Pierre mais à l'Eglise et, par celle-ci, à Pierre comme à son ministre.

3055
(Canon) Si donc quelqu'un dit que l'apôtre saint Pierre n'a pas été
établi par le Christ notre Seigneur, chef de tous les apôtres et tête
visible de toute l'Eglise militante ; ou que ce même apôtre n'a reçu
directement et immédiatement du Christ qu'une primauté d'honneur et non
pas une primauté de juridiction véritable et proprement dite, qu'il
soit anathème.

Chap. 2. La perpétuité de la primauté de saint Pierre.

3056
Ce que le Christ notre Seigneur, chef des pasteurs et pasteur suprême
des brebis, a institué dans le saint apôtre pour le salut éternel et le
bien de l'Eglise doit nécessairement, grâce au même promoteur, se
poursuivre sans interruption dans l'Eglise, laquelle, fondée sur la
pierre, subsistera ferme jusqu'à la fin des siècles. "Personne ne doute
et tous les siècles savent que le saint et heureux Pierre, chef et tête
des apôtres, a reçu les clés du Royaume de notre Seigneur Jésus Christ,
sauveur et rédempteur du genre humain: jusqu'à
maintenant et
toujours, c'est lui qui, dans la personne de ses successeurs, les
évêques du Saint-Siège de Rome fondé par lui et consacré par son sang,
vit, préside et exerce le pouvoir de juger.

3057
Dès lors, quiconque succède à Pierre en cette chaire, reçoit, de par
l'institution du Christ lui-même, la primauté de Pierre sur toute
l'Eglise. "Ainsi demeure ce qu'ordonna la vérité, et saint Pierre,
gardant toujours cette solidité de pierre qu'il a reçue, n'a pas
abandonné le gouvernail de l'Eglise." Voilà pourquoi "c'est vers
l'Eglise romaine, à cause de sa priorité prépondérante, qu'il a
toujours été nécessaire que chaque Eglise, c'est-à-dire les fidèles
venus de partout, se tourne" afin qu'ils ne fassent qu'un en ce siège
d'où découlent sur tous "les droits de la vénérable communion", comme
des membres unis à la tête dans l'assemblage d'un corps.

3058
(Canon) Si donc quelqu'un dit que ce n'est pas par l'institution du
Christ ou de droit divin que saint Pierre a, et pour toujours, des
successeurs dans sa primauté sur l'Eglise universelle, ou que le
pontife romain n'est pas successeur de saint Pierre en cette primauté :
qu'il soit anathème.




_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Lun 6 Oct - 18:31

Chap. 3. Pouvoir et nature de la primauté du pontife romain

3059
C'est pourquoi, Nous fondant sur les témoignages clairs des saintes
lettres et adhérant aux décrets explicitement définis tant par nos
prédécesseurs, les pontifes romains, que par les conciles généraux,
Nous renouvelons la définition du concile oecuménique de Florence, qui
impose aux fidèles de croire "que le Saint-Siège apostolique et le
pontife romain détiennent le primat sur tout l'univers et que le
pontife romain est quant à lui le successeur du bienheureux Pierre,
prince des apôtres et le vrai vicaire du Christ, la tête de l'Eglise
entière, le Père et le docteur de tous les chrétiens ; et que c'est à
lui qu'a été transmis par notre seigneur Jésus Christ, dans le
bienheureux Pierre, le pouvoir plénier de paître de diriger et de
gouverner l'Eglise universelle, ainsi qu'il est contenu dans les actes
des conciles oecuméniques et dans les saints canons " 1307

3060
Ainsi donc, Nous enseignons et déclarons que l'Eglise romaine, par
disposition du Seigneur, possède sur toutes les autres une primauté de
pouvoir ordinaire et que ce pouvoir de juridiction du pontife romain,
qui est vraiment épiscopal, est immédiat. Les pasteurs de tous rites et
de tous rangs ainsi que les fidèles, tant chacun séparément que tous
ensemble, sont tenus au devoir de subordination hiérarchique et de
vraie obéissance, non seulement dans les questions qui concernent la
foi et les moeurs, mais aussi dans celles qui touchent à la discipline
et au gouvernement de l'Eglise répandue dans le monde entier ; de telle
manière que, en gardant l'unité de communion et de profession de foi
avec le pontife romain, l'Eglise est un seul troupeau sous un seul
pasteur suprême Jn 10,16. Telle est la doctrine de la vérité catholique, dont personne ne peut s'écarter sans danger pour la foi et le salut.

3061
Mais il s'en faut de beaucoup que ce pouvoir du souverain pontife fasse
obstacle au pouvoir de juridiction épiscopale ordinaire et immédiat par
lequel les évêques, établis par l'Esprit Saint Ac 20,28
successeurs des apôtres paissent et gouvernent en vrais pasteurs chacun
le troupeau qui lui a été confié. Au contraire, ce pouvoir est affirmé,
affermi et défendu par le pasteur suprême et universel, comme le dit
saint Grégoire le Grand : "Mon honneur est l'honneur de l'Eglise
universelle. Mon honneur est la force solide de mes frères. Je suis
vraiment honoré lorsqu'on rend à chacun l'honneur qui lui est dû."

3062
En outre, de ce pouvoir suprême qu'a le pontife romain de gouverner
toute l'Eglise résulte pour lui le droit de communiquer librement, dans
l'exercice de sa charge, avec les pasteurs et les troupeaux de toute
l'Eglise afin de pouvoir les enseigner et les gouverner dans la voie du
salut. C'est pourquoi Nous condamnons et réprouvons les opinions de
ceux qui disent qu'on peut légitimement empêcher cette communication du
chef suprême avec les pasteurs et les troupeaux, ou qui
l'assujettissent au pouvoir civil en prétendant que ce qui est décidé
par le Siège apostolique ou par son autorité, pour le gouvernement de
l'Eglise, n'a de force ni de valeur que si le placet du pouvoir civil
le confirme.

3063
Et parce que, en
vertu du droit divin de la primauté apostolique, le pontife romain est
à la tête de l'Eglise universelle, Nous enseignons et déclarons encore
qu'il est le juge suprême des fidèles et que, dans toutes les causes
qui touchent à la juridiction ecclésiastique, on peut faire appel à son
jugement 861 . Le
jugement du Siège apostolique, auquel aucune autorité n'est supérieure,
ne doit être remis en question par personne et personne n'a le droit de
juger ses décisions 638-642
. C'est pourquoi ceux qui affirment qu'il est permis d'en appeler des
jugements des pontifes romains au concile oecuménique comme à une
autorité supérieure à ce pontife s'écartent du chemin de la vérité.

3064
(Canon) Si donc quelqu'un dit que le pontife romain n'a qu'une charge
d'inspection ou de direction et non un pouvoir plénier et souverain de
juridiction sur toute l'Eglise, non seulement en ce qui touche à la foi
et aux moeurs mais encore en ce qui touche à la discipline et au
gouvernement de l'Eglise répandue dans le monde entier, ou qu'il n'a
que la part la plus importante et non pas la plénitude totale de ce
pouvoir suprême ; ou que son pouvoir n'est pas ordinaire ni immédiat
sur toutes et chacune des Eglises comme sur tous et chacun des pasteurs
et des fidèles : qu'il soit anathème.


Chap. 4. Le magistère infaillible du pontife romain

3065
Que dans la primauté apostolique que le pontife romain. en tant que
successeur de Pierre, prince des apôtres, a reçu sur l'Eglise
universelle, soit inclus également le pouvoir suprême du magistère,
c'est ce que ce Saint-Siège a toujours tenu, ce que l'usage perpétuel
des Eglises confirme, et ce qu'ont déclaré les conciles oecuméniques,
et tout particulièrement ceux où l'Orient se rencontrait avec
l'Occident dans l'union de la foi et de la charité.

3066
En effet, les pères du 6ème concile de Constantinople, marchant sur les
traces des anciens, ont émis cette solennelle profession de foi : "La
condition première du salut est de garder la règle de la foi juste
(...). Et parce qu'il n'est pas possible de négliger la parole de notre
Seigneur Jésus Christ qui dit: "Tu es Pierre et sur cette pierre je
bâtirai mon Eglise"
Mt 16,18,
ce qui a été dit est prouvé par les faits car la religion catholique a
toujours été gardée sans tache auprès du Siège apostolique et la
doctrine catholique toujours professée dans Sa sainteté. Ne voulant
donc nous séparer d'aucune façon de cette espérance et de cette foi
(...), nous espérons mériter de rentrer dans la communion avec vous que
prêche le Siège apostolique, communion dans laquelle réside, entière et
vraie, la solidité de la religion chrétienne" 363-365 .

3067
Et avec l'approbation du 2ème concile de Lyon, les Grecs ont professé :
"La sainte Eglise romaine possède aussi la primauté et autorité
souveraine et entière sur l'ensemble de l'Eglise catholique. Elle
reconnaît sincèrement et humblement l'avoir reçue, avec la plénitude du
pouvoir, du Seigneur lui-même, en la personne du bienheureux Pierre,
chef ou tête des apôtres, dont le pontife romain est le successeur. Et
comme elle doit, avant les autres, défendre la vérité de la foi, ainsi
les questions qui surgiraient à propos de la foi doivent être définies
par son jugement" 861 .

3068
Enfin le concile de Florence a défini : "Le pontife romain est le vrai
vicaire du Christ, la tête de l'Eglise entière. Le Père et le docteur
de tous les chrétiens ; et que c'est à lui, qu'a été transmis par notre
Seigneur Jésus Christ dans le bienheureux Pierre, le pouvoir plénier de
paître, de diriger et de gouverner l'Eglise universelle" 1307 .

3069
Pour s'acquitter de leur charge pastorale, nos prédécesseurs ont
travaillé infatigablement à la propagation de la doctrine salutaire du
Christ parmi tous les peuples de la terre et ils ont veillé avec un
soin égal à sa conservation authentique et pure, là où elle avait été
reçue. C'est pourquoi les évêques du monde entier, tantôt
individuellement, tantôt réunis en synode, se conformant à la longue
coutume des Eglises et aux formes de la règle antique, ont communiqué
au Siège apostolique les dangers particuliers qui surgissaient en
matière de foi, afin que les dommages causés à la foi fussent réparés
là où celle-ci ne saurait subir de défaillance.
Les pontifes
romains, selon que l'exigeaient les conditions de temps et des
événements, tantôt en convoquant des conciles oecuméniques ou en
sondant l'opinion de l'Eglise répandue sur la terre, tantôt par des
synodes particuliers, tantôt grâce à d'autres moyens que leur
fournissait la Providence, ont défini qu'on devait tenir ce qu'ils
avaient reconnu avec l'aide de Dieu comme conforme aux saintes lettres
et aux traditions apostoliques.

3070
Car le Saint-Esprit n'a pas été promis aux successeurs de Pierre pour
qu'ils fassent connaître sous sa révélation une nouvelle doctrine, mais
pour qu'avec son assistance ils gardent saintement et exposent
fidèlement la Révélation transmise par les apôtres, c'est-à-dire le
dépôt de la foi. Leur doctrine apostolique a été reçue par tous les
vénérables pères, vénérée et suivie par les saints docteurs orthodoxes
; ils savaient parfaitement que ce siège de Pierre demeurerait pur de
toute erreur, aux termes de la promesse divine de notre Seigneur et
Sauveur au chef de ses disciples : "J'ai prié pour toi, pour que ta foi
ne défaille pas ; et quand tu seras revenu, affermis tes frères" Lc 22,32.

3071
Ce charisme de vérité et de foi à jamais indéfectible a été accordé par
Dieu à Pierre et à ses successeurs en cette chaire, afin qu'ils
remplissent leur haute charge pour le salut de tous, afin que le
troupeau universel du Christ, écarté des nourritures empoisonnées de
l'erreur, soit nourri de la doctrine céleste, afin que, toute occasion
de schisme étant supprimée, l'Eglise soit conservée tout entière dans
l'unité, et qu'établie sur son fondement elle tienne ferme contre les
portes de l'enfer.

3072
Mais comme
en ce temps, qui exige au plus haut point l'efficacité salutaire de la
charge apostolique, il ne manque pas d'hommes qui en contestent
l'autorité, Nous jugeons absolument nécessaire d'affirmer
solennellement la prérogative que le Fils unique de Dieu a daigné
joindre à la fonction pastorale suprême.

3073
C'est pourquoi, Nous attachant fidèlement à la tradition reçue dès
l'origine de la foi chrétienne pour la gloire de Dieu notre Sauveur,
pour l'exaltation de la religion catholique et pour le salut des
peuples chrétiens, avec l'approbation du saint concile, nous enseignons
que c'est une dogme révélé par Dieu :

3074
lorsque le pontife romain parle ex cathedra, c'est-à-dire lorsque,
remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens,
il définit, en vertu de sa suprême autorité apostolique, qu'une
doctrine en matière de foi ou de morale doit être tenue par toute
l'Eglise, il jouit, en vertu de l'assistance divine qui lui a été
promise en la personne de saint Pierre, de cette infaillibilité dont le
divin Rédempteur a voulu que soit pourvue son Eglise lorsqu'elle
définit la doctrine sur la foi ou la morale ; par conséquent, ces
définitions du pontife romain sont irréformables par elles- mêmes et
non en vertu du consentement de l'Eglise.

3075
(Canon) Si quelqu'un, ce qu'à Dieu ne plaise, avait la présomption de contredire notre définition qu'il soit anathème.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Lun 6 Oct - 18:41

L'infaillibilité du pape

2781
On voit par là dans quelle grande erreur se trouvent aussi ceux qui,
abusant de la raison, et considérant les paroles de Dieu comme une
oeuvre humaine, osent les expliquer à leur gré et les interpréter de
façon téméraire, alors que Dieu lui-même a établi une autorité vivante
pour enseigner et établir le sens vrai et légitime de sa révélation
céleste, et pour dirimer par un jugement infaillible toutes les
controverses en matière de foi et de moeurs, afin que les fidèles ne
soient pas entraînés dans les pièges de l'erreur par tout vent de
doctrine tenant à la malice des hommes Ep 4,14.
Or cette autorité vivante et infaillible n'existe que dans l'Eglise qui
a été édifiée par le Christ, le Seigneur, sur Pierre, tête de toute
l'Eglise, son prince et son pasteur, dont il a promis que la foi ne
défaillira jamais, et qui a toujours ses pontifes légitimes qui
tiennent leur origine de Pierre lui-même, qui sont établis sur sa
chaire, et sont aussi les héritiers et les garants de sa doctrine, de
son honneur et de son pouvoir.
Et parce que là où est Pierre, là
est l'Eglise, et que Pierre parle par le pontife romain, vit toujours
dans ses successeurs, exerce le jugement et présente la vérité de la
foi à ceux qui cherchent, pour cette raison les paroles divines doivent
être reçues dans le même sens qu'a tenu et que tient cette chaire
romaine du très bienheureux Pierre qui, mère et maîtresse de toutes les
Eglises 1616 , a
toujours gardé intègre et inviolée la foi reçue du Christ Seigneur, et
l'a enseignée fidèlement en montrant à tous le chemin du salut et la
doctrine de la vérité non corrompue.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Mar 3 Fév - 18:41

Le Pape est infaillible



http://www.saint-remi.fr/recherche.php?Liste1=1&Liste2=&Liste3=&mot=pape+est+infaillible&aut=&rechercher.x=0&rechercher.y=0&rechercher=rechercher

et

LE DOGME DE L'INFAILLIBILITÉ

par Mgr DE SEGUR


http://www.fidemservavi.info/Documents/infaillibilite-pontificale/Segur_mgr_le_dogme_de_l_infaillibilite.pdf

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4474
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Sam 14 Nov - 16:28

admin a écrit:

4ème session, 18 juillet 1870 : première constitution


dogmatique "Pastor aeternu

[...]

http://catho.org/9.php?d=byj#de5


Contrairement à ce qui est écrit dans le document auquel vous vous référez, cher ami Admin, la Constitution dogmatique Pastor Æternus, définie le 18 juillet 1870 lors de la 4ème session du Concile du Vatican, n’est pas la première définie par ce saint Concile mais la seconde, la première étant Dei Filius (http://catho.org/9.php?d=byi#ddr) définie le 24 avril de la même année (1870) lors de la 3ème session, sur laquelle nous reviendrons plus bas.

Cela dit, et qui n’est qu’un détail insignifiant, il nous serait bon d’approfondir la définition de l’infaillibilité pontificale solennelle définie dans Pastor Æternus :

Ce qu’énonce exactement cette Constitution (2ème) dogmatique et apostolique
 :


3074 (http://catho.org/9.php?d=byj#dfi)
Citation :
Romanum Pontificem, cum ex cathedra loquitur, id est, cum omnium Christianorum pastoris et doctoris munere fungens pro suprema sua Apostolica auctoritate doctrinam de fide vel moribus ab universa Ecclesia tenendam definit, per assistentiam divinam ipsi in beato Petro promissam, ea infallibilitate pollere, qua divinus Redemptor Ecclesiam suam in definienda doctrina de fide vel moribus instructam esse voluit; ideoque eiusmodi Romani Pontificis definitiones ex sese, non autem ex consensu Ecclesiae, irreformabiles esse.
(Souligné en gras ou/et d’un trait par JP B.)
Traduction (http://catho.org/9.php?d=bw5#esm)
Citation :
lorsque le pontife romain parle ex cathedra, c'est-à-dire lorsque, remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens, il définit, en vertu de sa suprême autorité apostolique, qu'une doctrine en matière de foi ou de morale doit être tenue par toute l'Eglise, il jouit, en vertu de l'assistance divine qui lui a été promise en la personne de saint Pierre, de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que soit pourvue son Eglise lorsqu'elle définit la doctrine sur la foi ou la morale ; par conséquent, ces définitions du pontife romain sont irréformables par elles- mêmes et non en vertu du consentement de l'Eglise.
(Idem.)

Ainsi, quand les conditions définies dans cette Constitution sont remplies, le Pontife romains jouit, de lui-même et seul, de l’infaillibilité qui appartient, par la Volonté du divin Rédempteur, à toute l’Église elle-même.
Et cette infaillibilité de toute l’Église elle-même est précisément définie dans la première Constitution dogmatique et apostolique Dei Filius, définie le 24 avril 1870 lors de la 3ème session du Concile du Vatican, au chapitre III, De Fide, § 4, 3011 (http://catho.org/9.php?d=byi#dd0) qui énonce
Citation :
Porro fide divina et catholica ea omnia credenda sunt, quae in verbo Dei scripto vel tradito continentur et ab Ecclesia sive solemni judicio sive ordinario et universali magisterio tamquam divinitus revelata credenda proponuntur.
(Souligné en gras ou/et d’un trait par JP B.)
Traduction (http://avancezaularge.free.fr/vatican1_dei_filius.htm)
Citation :
[...] on doit croire d'une foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans les saintes Écritures et dans la tradition, et tout ce qui est proposé par l'Église comme vérité divinement révélée, soit par un jugement solennel, soit par son magistère ordinaire et universel.
(Idem.)

Ainsi donc, l’Église en général est toujours infaillible et le Pape l’est tout autant dans son magistère solennel (appelé ex cathedra) et il l’est en vertu, non de l’adhésion de toute l’Église mais de lui-même en vertu de l’infaillibilité de l’Église en général dont il est la tête (le Chef) visible sur la terre.
Est-ce à dire que le Pape n’est infaillible que lorsqu’il parle ex cathedra ?
Ce n’est pas le sens de la définition de Pastor Æternus.
Pastor Æternus définit en effet positivement l’infaillibilité pontificale solennelle : cette Constitution n’exclut nullement, négativement, l’infaillibilité du Pontife romain dans son magistère ordinaire. La question reste donc ouverte...
Notons toutefois que l’enseignement ordinaire du Pontife romain, lorsque cet enseignement n’est l’objet d’aucune opposition de la part d’aucun autre Évêque résident et surtout lorsqu’il est repris par l’ensemble des Évêques intégralement catholiques (dits en union avec le Pontife romain) cet enseignement relève alors du Magistère ordinaire et universel et relève donc de l’infaillibilité de toute l’Église en général.

Les conséquences de tout cela sont fort nombreuses et très importantes.
En particulier, on peut voir l’erreur de ceux qui avancent que le conciliabule vaticandeux (qui n’est évidemment pas infaillible puisqu’il entre en opposition de contradiction avec la doctrine précédemment définie par la Sainte Église catholique [cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3254-preuve-de-la-vacance-au-moins-formelle-du-saint-siege#15192] ce qui le rend en fait hérétique, mais qui devrait être infaillible et sans erreur et le serait s’il avait été mené par un vrai Pape avec l’ensemble des Évêques unis à lui) ne relèverait pas de l’infaillibilité parce que leur “pape” n’y aurait pas parlé ex cathedra !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4474
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Sam 14 Nov - 20:36

Certains pourront peut-être dire, après le rappel de l’infaillibilité perpétuelle de toute l’Église en général quand tous les Évêques sont en union avec le Pontife romain, que puisque telle était la situation entre 1963 et 1965, le “concile” dit œcuménique « Vatican II » ne peut pas être dans l’erreur mais serait nécessairement infaillible. (C’est là l’opinion de tous les modernistes.)

Pour répondre à cette éventuelle objection s’opposant à notre position, il a été ajouté une importante précision en rouge gras dans la parenthèse du dernier§ dans le message ci-dessus.

Merci de bien vouloir en tenir compte !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Pape est infaillible   Aujourd'hui à 16:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Pape est infaillible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'infaillibilité du Pape...Est ce sur?
» caricature obscène de Plantu sur le Pape dans "le MONDE"
» un rabin juif insulte le pape Benoix XVI !!!
» Pâques 2010 : Message Urbi et Orbi du pape Benoît XVI
» Le pape se rend-til compte de ce qu'il a dans le dos ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: