Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 homélie sur le mépris des choses de ce monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: homélie sur le mépris des choses de ce monde   Mar 28 Oct - 14:44

JE craignais, mes frères, en
vous reprenant toujours avec quelque force , de vous être enfin à charge, et de
paraître m'expliquer avec plus de liberté qu'il ne convient à un étranger, à un
homme sujet aux mêmes imperfections que vous. Mais les réprimandes que je me
suis permises n'ont fait que ranimer votre amont pour moi ; les coups




89



que vous ont portés mes discours ont allumé davantage votre
ardeur.
Et en cela il n'y a rien d'étonnant. Vous êtes sages dans les choses
spirituelles : or, dit Salomon dans ses proverbes,
Citation :
reprenez le sage, et il vous aimera ( Prov. 9. 8. ).


C'est pour cela, mes frères, que je reviens
encore au nième sujet d'instruction, afin de vous arracher des filets du démon
autant qu'il sera en moi.
Cet ennemi de la vérité nous attaque, tous les jours
avec autant de force que d'adresse
; il nous combat, comme vous savez, par nos
propres désirs, et se sert pour nous nuire de nos propres faiblesses.
Comme le
Seigneur a enchaîné une grande partie de sa puissance par des lois
indissolubles, et qu'il n'a point permis à sa fureur de détruire entièrement le
genre humain, cet esprit envieux s'aide adroitement de notre folie pour
remporter sur nous la victoire.
Et de même que les malfaiteurs et les brigands
dont l'occupation est de s'enrichir des dépouilles d'autrui , ont coutume, sils
ne peuvent réussir par la force ouverte, de se placer en embuscades dans les
parties des chemins coupés par des vallées profondes ou ombragées d'arbres
touffus, pour n’être pas aperçus des voyageurs, et pour les attaquer tout-à-coup
en les faisant tomber dans le péril avant qu'ils puissent le voir : ainsi notre
plus ancien ennemi , Satan s'enfonce dans les ombres des voluptés mondaines, qui, dans le chemin de la vie, sont fort propres à cacher ce brigand et à nous dérober ses attaques, afin de tomber sur nous à l'improviste, et de semer sous nos pas les piéges de la perdition.


Si donc nous vouions parcourir
le chemin de cette vie en fureté, présenter à Jésus-Christ nos corps et nos âmes
sans qu’ils soient défigurés d’aucune blessure honteuse : si nous voulons
remporter




90



les couronnes de la victoire, nous devons être attentifs,
porter de tous côtés les yeux de notre esprit, nous défier de toutes les choses
qui nous flattent, passer rapidement sans nous y arrêter, sans y attacher nos
pensées et nos désirs, quand même l'or répandu partout serait prêt à venir dans nos mains
:
Citation :
Si vous avez des richesses en abondance, dit David, n'y attachez pas votre coeur (Ps. 61. 11. )


; quand même la terre nous produirait toutes
sortes de délices et nous montrerait des tentes somptueuses
:
Citation :
Notre vie, dit saint Paul, est dans le ciel, d'où nous attendons le Seigneur Jésus ( Phil. 3. 20. )


; quand même nous pourrions passer nos jours en festins , en
jeux, en danses, en concerts de musique :
Citation :
Vanité des vanités , dit le sage, et tout n'est que vanité ( Eccl. 1. 2. )


; quand même il se
présenterait à nous de beaux corps, dans lesquels habitent de méchantes âmes :

Citation :
Fuyez, dit Salomon, devant le visage de la femme comme devant un serpent
( Eccl. 21. 2.)


; quand même on nous offrirait des principautés, des puissances,
des troupes de satellites ou de flatteurs, un trône élevé, éclatant, auquel
seraient enchaînées par un esclavage volontaire des nations et des villes :
Citation :
Toute chair, dit le Prophète, n'est que de l'herbe ; toute la gloire de l'homme est comme l'herbe des champs : l'herbe sèche et la fleur tombe (ls. 40. 6. )
.

C'est sous tous ces objets flatteurs que se cache l'ennemi commun,

attendant que, séduits par les choses visibles, nous nous détournions de la voie
droite, nous allions nous jeter dans les embûches qu'il nous dresse. Il est fort
à craindre que nous ne tombions imprudemment dans ses piéges ; que, nous
persuadant que les plaisirs qui se présentent à nous ne sont nullement
dangereux, nous

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Mar 28 Oct - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: homélie sur le mépris des choses de ce monde   Mar 28 Oct - 14:44

91





n'avalions l'hameçon caché sous un appât trompeur ;

qu'ensuite , soit librement, soit comme nécessairement , nous soyons enchaînés aux
objets sensibles, et qu'enfin la volupté nous entraîne dans la caverne
redoutable du brigand, je veux dire à la mort.
Ainsi , fines frères, il nous est
utile et nécessaire à tous de ceindre nos reins
comme des voyageurs ou des
coureurs, et, cherchant de toutes parts à rendre nos âmes légères pour cette
course, de nous bâter, sans nous détourner d'un instant, d’arriver au terme de
notre voie.



Et qu'on ne m'accuse pas
d'inventer des mots nouveaux, parce que j'appelle la vie de l’homme une voie
;
le prophète David l'appelle ainsi :

Citation :
Heureux, dit-il, ceux qui marchent
avec innocence dans la voie et dans la loi du Seigneur
( Ps. 118. 1.)


! Le même Prophète criant au Seigneur lui disait :
Citation :
Éloignez de moi la voie de l'iniquité , et faites-moi miséricorde suivant votre loi. ( Ps. 118. 29.).


Pour remercier Dieu du prompt secours qu'il lui avait donné contre ses ennemis,
montant sa harpe sur le ton de l'allégresse :

Citation :
Est-il un autre Dieu que le nôtre , disait-il, le Dieu qui m'a revêtu de force, qui a rendu ma voie pure et innocente ( Ps. 17. 32)


? Enfin, il désigne partout , sous le nom
de voie, la vie des hommes, soit quelle soit vertueuse ou criminelle
.
Et il a raison, sans doute. Ceux qui entreprennent un long voyage qu'ils veulent
achever, doublent le pas, remuent les pieds avec beaucoup de vitesse , et vont,
sans s'arrêter, d'espace en espace, jusqu’à ce qu'ils soient parvenus au terme
de leur route. Ainsi ceux qui sont introduits dans le monde par le Créateur,
entrent d'abord dans les diverses divisions du temps, et, en quittant l'une pour
en prendre une autre, ils arrivent au terme de la vie.






92





La vie présente ne vols semble-t-elle pas une longue route
continue, distinguée par les différeras âges comme par des stations ? On entre
dans cette route en sortant du ventre de sa mère ; elle se termine au tombeau,
où tout le monde arrive, les uns plus tôt, les autres plus tard
: les uns
achèvent leur carrière en passant par tous les intervalles du temps ; les autres
disparaissent dès l'entrée, sans s'arrêter même aux premières stations de la
vie. Les chemins qui conduisent d'une ville à une autre, on peut n'y point
entrer si l'on veut, et n'y point marcher ; mais le chemin de la vie, quand nous
voudrions nous arrêter dans notre course, nous saisit malgré nous, il nous
entraine vers le terme marqué par le Seigneur.
Oui, mes frères, du moment que nous sommes sortis de la porte qui conduit à cette vie, et que nous sommes entrés dans cette route , il nous faut absolument arriver à la fin. Sitôt que chacun de nous e quitté le sein maternel, enchaîné au cours da temps il est
entraîné, laissant derrière lui le jour qu’il a vécu, et ne pouvant , quand il
le voudrait, revenir au jour d'hier.



Nous nous réjouissons à mesure
que nous avançons ; nous sommes ravis d'être transportés d'un âge à un autre ,
comme si nous acquerrions quelque avantage : nous nous estimons heureux de
passer de l'enfance à l'âge viril, de l'âge viril à la vieillesse. Nous ne
pensons pas que chaque jour que nous vivons abrége notre vie ; nous ne sentons
pas qu'elle se dépense à chaque instant
: enfin nous ne la mesurons que par le
temps qui s'est écoulé, sans faire attention qu'il est incertain combien le Dieu
qui nous a fait entrer dans la carrière de la vie prolongera encore notre
course, quand il fermera la lice à chacun de ceux qui y






93





courent ; que nous devons toujours être prêts pour le
départ, et attendre, les yeux attentifs, le signal du Seigneur.


Citation :
Que vos reins soient ceints, dit l'Evangile ; ayez dans vos mains des lampes ardentes, et soyez semblables à ceux qui attendent que leur maître revienne des noces ; afin que, lorsqu'il sera venu et qu'il aura frappé à la porte, ils lui ouvrent aussitôt ( Luc.12. 35. ).


Nous n'examinons pas assez attentivement quels
sont les fardeaux légers pour notre course, les plus faciles à transporter dans
le grand voyage, les plus propres à ceux qui les possèdent , et les plus utiles
pour l'autre vie : quels sont , d'un autre côté, les fardeaux pesants liés à la
terre , qui par leur nature ne peuvent s'attacher à l'homme pour toujours , qui
ne peuvent accompagner leurs maîtres et passer avec eux par la porte étroite.

Nous laissons ce qu'il faudrait amasser, et nous amassons ce qu'il faudrait
négliger.
Ce qui peut s'unir à nous et faire l'ornement de notre âme et de notre
corps, nous ne le regardons pas même ; et ce qui nous sera toujours étranger, ce
qui ne fait que nous couvrir de déshonneur, nous l'entassons avec empressement,
nous livrant à un travail aussi vain, que si quelqu'un, s'abusant lui-même ,
voulait remplir de liqueurs des tonneaux percés.



Je crois que les moins éclairés savent assez que les objets
les plus agréables de cette vie, les objets que les hommes recherchent avec le
plus de fureur, ne sont pas de nature à être vraiment à nous
; qu'ils sont aussi
étrangers à ceux qui croient en jouir, qu'à ceux qui en sont privés absolument.
Celui qui a amassé des monceaux d'or n'en sera pas toujours le maître : il a
beau le lier de toutes parts à sa personne, ou il lui échappe dès cette






94





vie et passe en des mains plus puissantes ; ou du moins, à
l'instant du trépas, il l’abandonne sans vouloir l'accompagner au-delà de ce
terme. Le malheureux dont on sépare malgré lui l’âme du corps, et que l'on
contraint de partir pour un autre monde, jette souvent les yeux vers ses
richesses, et déplore les peines qu'il s'est données pour les amasser;
tandis
que ces richesses songent à passer entre d'autres mains , en ne lui laissant que
le regret de s'être consumé pour elles en vains travaux, et de s’être souillé du
crime de l'avarice.


Quand un homme possèderait de vastes domaines, des palais
magnifiques, de nombreux troupeaux de toutes espèces, quand il serait environné
de toute la puissance humaine, il ne jouira pas éternellement de ces avantages
;

mais après qu'ils lui auront fait quelque temps un nom, il sera bientôt obligé
de céder tout cela à d'autres, et de se contenter pour son partage de quelques
pieds de terre. Souvent même avant le tombeau, avant que de sortir de la vie, il
verra toute sa prospérité passer à des étrangers, à ses ennemis peut-être.
Que
de grands héritages, que de plais, que de villes et de nations n'avons-nous pas
vu changer de maîtres du vivant de ceux qui les possédaient !

N'avons-nous pas
vu des esclaves monter sur le trône, et leurs maîtres réduits à être les sujets
et les serviteurs de leur propres esclaves, les choses humaines changeant
tout-à-coup de face comme dans les jeux de hasard ?


Quant à ce que nous avons
imaginé pour le boire et le manger, quant à tous ces raffinements qu'un faste
insolent a inventés pour satisfaire un ventre ingrat
,
qui ne garde rien de ce
qu'on lui confie ; quand nous serions occupés sans cesse à le remplir, ce que
nous lui donnons serait-il à nous ?

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Mar 28 Oct - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: homélie sur le mépris des choses de ce monde   Mar 28 Oct - 14:45

95

Les viandes et les liqueurs, après avoir flatté un moment
notre goût dans le passage, nous dégoûtent comme étant superflues et incommodes

: nous nous empressons de les jeter au-dehors, parce qu'elles exposeraient notre
vie au plus grand danger si elles s'arrêtaient dans les entrailles.

L'intempérance a causé la mort à un grand nombre d'hommes, ou les a mis hors d'état de rien goûter à l'avenir.

Les commerces honteux , les impudicités et les
dissolutions , tous !es excès auxquels nous porte la rage de la concupiscence,
ne causent-ils pas à notre nature un dommage manifeste ?


n'usent-ils pas notre
tempérament ? n'épuisent-ils pas nos forces ? n'altèrent-ils pas la vigueur de
nos membres, en les privant de la nourriture qui leur est la plus convenable?
Après qu'on a assouvi d'infatues désirs , lorsque le crime consommé a ralenti la
passion, et que l’âme, revenue à elle-même comme d'une ivresse, réfléchit dans
le calme sur l'abîme où elle s'est plongée, elle se repent alors de son
incontinence , parce qu'elle sent que le corps est languissant et faible,
incapable de remplir ses fonctions ordinaires. Voilà pourquoi les maîtres
d'escrime prescrivent aux jeunes athlètes des lois sévères, lesquelles mettent
leurs corps à l'abri de la volupté, ne leur permettant pas même de regarder de
belles femmes, s'ils sont jaloux de remporter la couronne, parce que, sans
doute, l'incontinence ne peut mériter le prix aux combattants, qu'elle ne fait
que les exposer au ridicule.




Nous devons négliger et ne pas
même daigner regarder tout ce qui est absolument étranger et superflu, ce qui ne
peut jamais nous devenir propre, en même temps que nous devons nous occuper avec
la plus grande attention de ce qui


96

est vraiment à nous.

Et qu'est-ce qui est vraiment à nous ?
L'âme par laquelle nous vivons, être spirituel , intelligent, qui n'a besoin
d'aucune des choses qui l'appesantissent ; et le corps qui a été donné à l’âme
par le Créateur comme un véhicule pour cette vie.


Voilà l'homme ; c'est une
intelligence liée et attachée à une chair qui a été faite pour elle. C'est-là ce
que le sage Ouvrier de l'univers forme dans le sein maternel ; c'est-là ce qui,
au moment de la naissance, sort de cette retraite ténébreuse et parois au jour ;
c'est-là ce qui est établi pour commander aux ares terrestres : c'est à cela que
les créatures sont soumises pour servir d'exercice à sa vertu ; c'est à cela
qu'est imposée la loi d'imiter son Créateur autant qu'il est en lui, et de
représenter sur la terre la vie céleste
; c'est-là ce qui sort de ce monde et
qui est appelé à un autre ; c'est-là ce qui paraît devant le tribunal du Dieu
qui l'a envoyé, qui y paraît pour rendre compte de ses actions et en recevoir le
salaire.

Le soin à pratiquer les vertus nous les rend comme propres et
naturelles : ce sont de fidèles compagnes qui ne nous abandonnent pas dans cette
vie laborieuse, pourvu que , volontairement, nous ne les chassions point de
force en introduisant chez nous les vices. Elles nous servent de guide pour nous
conduire à la vie éternelle ; elles mettent au rang des anges celui qui les
possède, et brillent aux yeux du Créateur pendant toute l'éternité.
Quant aux
richesses, à la puissance , à la gloire, aux délices, à tout ce faste que notre
folie cherche à augmenter tous les jours, elles n'entrent pas avec nous dans la
vie, elles n'en sortent pas avec nous ; mais ce qui a été dit autrefois par un
juste, peut s'appliquer avec vérité à tous les mortels :


97

Citation :
Je suis sorti nu du sein de ma mère , et je m'en retournerai nu
( Job. 1. 21.).

§Celui qui est sage aura le plus grand soin de son âme ; il
ne négligera aucun moyen pour tâcher de la conserver pure et intacte : mais que
le corps souffre la faim ou la soif, le froid ou le chaud ; qu'il soit attaqué
de maladie ; que la violence lui fasse essuyer quelque autre mal , il ne s'en
mettra guère en peine ; dans tous les malheurs qui l'accableront, il prononcera
ces paroles de l'Apôtre :
Citation :
Encore que dans nous l'homme extérieur se détruise,
cependant l’homme intérieur se renouvelle de jour en jour
(2.Cor.4.16.).


A la vue des périls qui menaceront sa vie, il ne sera pas effrayé; mais il dira
avec confiance :

Citation :
Nous savons que si cette maison terrestre, ou nous habitons
comme en une tente, vient d se dissoudre, Dieu nous donnera dans le ciel une autre maison , une maison qui ne sera point faite par la main des hommes , et qui durera éternellement
(2. Cor. 5. 1. )


. Que si l'on veut ménager le corps
comme la seule possession nécessaire à l’âme, comme un instrument dont elle a
besoin pour vivre sur la terre, on ne s'occupera de ses besoins qu'autant qu'il
faut pour le conserver, pour qu'il ait la force de servir l'âme ; on ne lui
permettra point des excès qui le rendraient insolent.
Si on le voit s'enflammer
de désirs immodérés et nuisibles, on lui adressera ce précepte de saint Paul :
Citation :
Nous n'avons rien apporté dans ce inonde ; il est évident que nous n'en pouvons aussi rien remporter. Pourvu que nous ayons de quoi nous nourrir et de quoi nous couvrir, nous devons être contents ( 1. Tim. 6. 7. )


. En répétant
sans cesse ces paroles à notre corps, nous le rendrons plus docile, plus loger
pour le voyage céleste, plus propre à remplir


98

les fonctions convenables. Mais si nous lui permettons de s
emporter insolemment, si nous le remplissons tous les jours comme une bête
féroce, entraînés avec lui vers la terre comme par un pesant fardeau, nous
resterons étendus, nous gémirons en vain
: et lorsque nous paraîtrons devant le
Seigneur ; lorsqu'il nous demandera, sans que nous puissions les lui présenter,
les fruits du voyage qu'il nous aura accordé sur la terre , nous nous
lamenterons, nous habiterons des ténèbres éternelles, accusant les plaisirs qui
nous auront séduits, qui nous auront dérobé le temps du salut. Nos pleurs seront
alors inutiles.
Citation :
Qui est-ce qui confessera votre nom dans les enfers, dit David
(Ps.6.6.)?

Ainsi, évitons avec toute
l'attention possible de nous perdre nous-mêmes. Si quelqu'un, ébloui par l'éclat
des richesses, a amassé injustement de cette vile poussière ; s'il a assujetti
son âme aux inquiétudes qu'elle lui cause ; s'il a souillé sa nature par des
infamies dont il ne soit pas aisé d'effacer la tache ; s'il est tombé dans
d'autres crimes, qu'il v renonce tandis qu'il est encore temps, qu'il dépose la
plus grande partie de ces fardeaux funestes, avant d'être perdu sans ressource;
qu'il soulage le navire avant qu'il soit englouti par les flots ; qu'il jette
dans la mer ces marchandises dont il n'est pas le maître légitime ; qu'il imite
les matelots.


Quoique ceux-ci n'aient chargé leur navire que de choses
nécessaires,
cependant, si la tempête trop violente menace de le submerger, ils
lui ôtent une partie de sa charge le plus tôt qu'ils peuvent, la jettent dans la
mer sans balancer, afin que, devenu plus léger, il s'élève au-dessus des vagues,
et que les hommes au moins , s'il est possible, échappent avec la vie sauve.
Voilà

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Lun 3 Nov - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: homélie sur le mépris des choses de ce monde   Mar 28 Oct - 14:46

99

comme nous devons penser et agir à bien plus forte raison.
Les matelots perdent ce qu'ils jettent dans la mer, et tombent malgré eux dans
la pauvreté. Nous, plus nous jetterons de pernicieux fardeaux, plus nous
enrichirons nos âmes.
En nous déchargeant de nos crimes, ils n'existent plus,
ils disparaissent effacés par nos larmes , remplacés par la sainteté et la
justice, qui sont trop légères pour être submergées par les flots.
Si nous
jetons à propos nos richesses, loin d'être perdues, elles passent en quelque
sorte dans d'autres vaisseaux plus sûrs , dans les mains des pauvres par-là,
elles arrivent sûrement au port, nous sont gardées, et deviennent pour nous un
ornement et non un écueil.


Ayons donc, mes frères, ayons
de l'humanité envers nous-mêmes
;

Citation :
et, si nous voulons que nos richesses nous
profitent, distribuons-les à beaucoup d'autres qui les porteront avec joie, et qui les déposeront dans le sein du Seigneur, comme dans un asile inviolable, où elles ne seront ni rongées par les vers, ni déterrées et enlevées par les
voleurs (Matth. 6. 20. ).


Nos biens voudraient se répandre sur les indigents ;

Citation :
ne les retenons pas, ne dédaignons pas tant de Lazares qui sont encore aujourd'hui sous nos yeux ( Luc. 16. 20. )


; ne leur envions pas les miettes qui
tombent de notre table, et qui suffisent pour les rassasier ; n'imitons pas la
cruauté du mauvais riche, de peur que nous ne soyons condamnés comme lui aux
flammes éternelles. Nous implorerons alors le secours d'Abraham et de tous les
saints , mais ce sera inutilement.
Citation :
Si le frère , dit David ,ne rachète pas son frère , un simple homme le rachètera-t-il ( Ps. 48, 8. ) ?


Ils nous
rebuteront tous et nous diront ; Ne vous attendez pas à une


100

bonté que vous n'avez pas eue pour les autres ; ne
prétendez pas recevoir des biens immenses, lorsque sons avez refusé des biens
modiques. Jouissez de ce que vous avez amassé pendant votre vie. Pleurez
maintenant, puisque vous n'avez pas eu compassion de votre frère qui pleurait.


Voilà ce qu’ils nous diront, et avec beaucoup de justice : je crains même qu'ils
ne nous fassent des reproches encore plus sanglants, puisque nous sommes encore plus coupables que le mauvais riche. Non, ce n'est point pour épargner nos richesses que nous dédaignons nos semblables étendus par terre ; ce n'est point
pour les laisser à nos enfants où à nos proches, que nous fermons l'oreille aux
prières de l’indigent ; mais nous les consumons en dépenses criminelles, et nous
excitons au crime, par une libéralité dangereuse , des personnes qui n’y sont
déjà que trop portées d'elles-mêmes. Que d'hommes et de femmes n'entourent pas la table de certains riches, soit pour les amuser par des propos libres, soit
pour allumer en eux le feu de l'incontinence par des regards et des gestes
indécent !


Les uns se font mutuellement des railleries piquantes, pour provoquer
à rire celui qui les a invités ; les autres le trompent par de fausses louanges.
Un festin magnifique n'est pas le seul avantage qu'ils en retirent , ils
rapportent encore leurs mains pleines de riches présents ; ce qui leur fait dire
qu'ils trouvent mieux leur compte à flatter les riches qu'à pratiquer la vertu.
Un pauvre se présente-t-il à nous, qui ne peut presque parler tant il est abattu
par la faim ; nous en avons horreur , quoiqu'il partage notre nature ; il nous
cause du dégoût ; nous passons fort vite , comme si nous appréhendions de
participer à sa misère en le voyant


101

trop longtemps. La honte de son état misérable lui
fait-elle baisser les veux?
nous le traitons d’hypocrite : nous parle-t-il avec
liberté, parce que la faim le presse ? nous disons que c'est un effronté, un
homme violent : se trouve-t-il vêtu d'un bon habit qu'on lui a donné? nous le
rebutons comme s'il était insatiable , et nous lui reprochons de contrefaire le
pauvre : ses vêtements sont-ils vieux et en lambeaux ?nous l'éloignons encore à
cause de la mauvaise odeur qu'il exhale. C'est en vain qu'il mêle le nom du
Créateur dans ses supplications ; c'est en vain qu'il conjure le Ciel de nous
épargner de pareilles infortunes , il ne peut fléchir notre âme impitoyable.

C'est-là ce qui me fait craindre que nous ne soyons plongés dans des flammes
plus dévorantes que le mauvais riche.


Si le temps me le permettait,
et que j'eusse assez de talent, je vous expliquerais toute l'histoire du riche
de l'Evangile, telle que l’historien sacré la rapporte. Mais je vous ai assez
fatigués, et il est temps que je vous renvoie. Si la faiblesse de notre esprit
et de notre éloquence nous a fait omettre quelque chose, vous y suppléerez par
vous-mêmes, et vous appliquerez à vos âmes les remèdes que vous jugerez les plus
propres.

Citation :
Faites naître l'occasion au sage, dit l’Ecriture, et il en deviendra
encore plus sage
( Prov. 9. 9, ).


Citation :
Dieu est tout puissant, dit saint Paul
, pour vous combler de toute grâce , afin qu'ayant en tout temps , et en toutes
choses tout ce qui est nécessaire pour votre subsistance temporelle, vous ayez
abondamment de quoi exercer toutes sortes de bonnes œuvres
(2. Cor. 9. 8. ).

Mais près de finir ce discours,
comme voyez, quelques-uns de nos frères m'engagent à parler du miracle qu’opéra
hier le Sauveur, à
vous

102

ne point passer sous silence le triomphe qu'il remporta sur
le démon
, et à vous donner occasion de chanter des hymnes d'allégresse. Le démon
nous a fait sentir de nouveau les effets de sa rage ; et, s'armant lui-même de
la flamme du feu, il a attaqué l'enceinte de l'église. Mais cette mère commune a triomphé de nouveau d'un ennemi cruel ; elle a tourné contre lui ses artifices,
dont il n'a remporté d'autre avantage que de manifester la haine qui le
transporte. La grace s'opposant à sa violence a éteint l'incendie par un souille
favorable ;
le temple n'a souffert aucun dommage, et la tempête soulevée par une
esprit impur n'a pu ébranler la pierre sur laquelle Jésus-Christ a fondé la
demeure de son troupeau. Celui qui éteignit jadis les flammes de la fournaise de
Babylone est venu à notre secours. Combien ne doit pas gémir le démon de voir
que tous ses efforts sont inutiles Cet ennemi irréconciliable avait allumé le
feu près de l'église :

une flamme violente se répandait de toutes parts, et
dévorant de proche en proche tout ce que rencontrait sa fureur, elle n'aurait
pas épargné la maison sainte, et nous aurait enveloppés dans le désastre commun
; mais le Sauveur a rejeté le feu sur celui qui l’avait allumé, et lui a fait
porter la peine de sa folie. Ce cruel adversaire avait déjà tendu son arc, mais
on l'a empêché de lancer ses traits ; ou plutôt les traits qu'il a lancés sont
retombés sur sa tête, et elles ne sont que pour lui les larmes amères que nous
préparait sa rage.


Aggravons nous-mêmes sa
blessure, mes frères, redoublons ses chagrins. Je vais vous dire comment il faut
vous y prendre; suivez seulement mes conseils. Quelques-uns, par la grace du
Seigneur, ont échappé à la violence du feu; mais ils n'ont

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Lun 3 Nov - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: homélie sur le mépris des choses de ce monde   Mar 28 Oct - 14:52

103

sauvé que leur vie , ils ont tout perdu, il ne leur reste
aucune ressource. Nous qui n'avons eu nulle part au malheur, partageons nos
biens avec les malheureux
. Embrassons nos frères qui se sont sauvés avec peine,
et disons-leur à chacun:

Citation :
Il était mort , et il est ressuscité ; il était
perdu , et il a été retrouvé
( Luc. 15. 24. ).


Couvrons les corps de nos semblables; consolons ceux qu'a désolés le démon; que personne ne sente les effets de sa malice; qu'il paraisse n'avoir pas fait grand tort à ceux qu'il a endommagés, n'avoir pas triomphé de ceux qu'il a attaqués. il a enlevé les biens de nos frères ; qu'il soit vaincu par nos libéralités envers ceux qu'il a dépouillés.

Pour vous, qui avez échappé à la mort, ne vous affligez point avec
excès de vos maux , ne vous laissez point abattre par le malheur ; mais dissipez
la tristesse qui vous accable , fortifiez vos âmes par des sentiments généreux,
et faites de l'affliction une matière de triomphe. Si vous ne perdez point
courage , vous serez plus éprouvés par la foi ; vous sortirez plus brillants du
feu, connue un or pur;
vous confondrez votre ennemi qui sera au désespoir de n
avoir pu vous arracher une larme par tous les maux que vous a faits sa malice.


Rappelez-vous la patience de
Job, et dites-vous à vous-même ce qu'il se disait :
Citation :
Le Seigneur me l’a donné
, le Seigneur me l'a ôté ; il est arrivé ce que le Seigneur a voulu
( Job.
I. 21. ).


Que vos disgrâces ne vous portent pas à penser et à dire qu'il n'y a
point de Providence qui gouverne les affaires de ce monde
; n’accusez pas la
conduite et les jugements du Maître suprême, mais jetez les yeux sur le généreux
athlète dont nous parlons , et profitez de ses conseils. Considérez tous les
combats qu’il a soutenus et dont il est sorti vainqueur, tous


104

les traits que lui a lancés le démon sans pouvoir lui faire
une blessure mortelle. Il l'a dépouillé de tous ses biens, et il voulait
l’accabler coup sur coup par des nouvelles toujours plus fâcheuses. Au moment où
un courrier lui annonçait un malheur, il en arrivait un autre qui lui en
annonçait de plus grands encore. Les infortunes se suivaient de près, comme les
flots qui se poussent les uns les autres; il n'avait pas essuyé ses larmes,
qu'il lui survenait quelque nouveau sujet de pleurer. Mais semblable à un rocher battu par les vagues qui retombent sur lui en écume, le juste demeurait
inébranlable, et adressait à Dieu ces paroles pleines de reconnaissance
:

Citation :
Le Seigneur me l'a donné , le Seigneur me l'a ôté; il est arrivé ce que le Seigneur a voulu.

Aucune de ses disgrâces ne lui
paraissait digne de ses pleurs. Lorsqu'on vint lui annoncer qu'un vent violent
avait renversé la maison où ses fils et ses filles célébraient un festin , et
qu'ils avaient été écrasés sous les ruines, il se contenta de déchirer ses
habits par une sensibilité naturelle, pour montrer qu'il était père et qu'il
chérissait ses enfants; mais il mit des bornes à sa douleur , et embellissant
son désastre même par des paroles religieuses, il disait :

Citation :
Le Seigneur me l'a
donné , le Seigneur me l’a ôté; il est arrivé ce que le Seigneur a voulu
.


Il semblait dire: J’ai été appelé père tout le temps qu'il a plu à celui qui m'a
rendu père; il veut m'ôter la couronne de la paternité, je ne m'oppose pas à ce
qu'il prenne son bien. Il est le créateur de la race humaine , le maître suprême
des hommes ; je ne suis qu'un faible instrument et un esclave, pourquoi
combattrais-je ses ordres absolus ?
pourquoi me plaindrais-je de ce que je ne
puis empêcher ? C'est par ces paroles, comme par des traits, que le juste a
percé le démon. Lorsque cet ennemi


105

mortel vit que Job ne pouvait être ébranlé par aucun de ces
maux, et qu’il était toujours vainqueur, il l'attaqua d'une autre manière ; il
couvrit tout son corps d'une effroyable plaie
, d'où sortaient des vers en
abondance comme d'une source inépuisable, et le précipitant du trône oit il
était assis, il l'étendit sur un fumier. Toutes ces calamités affreuses ne
purent ébranler la constance de Job; et tandis que son corps était déchiré , il
gardait le trésor de sa piété au fond de son âme comme dans un asile à l'abri de
toute attaque
.



Le démon ne sachant plus
quelles mesures prendre , se rappela son ancien stratagème: il inspira à la
femme de Job des pensées impies ; et la portant à blasphémer contre Dieu, il se servit d elle pour essayer d'ébranler un athlète toujours invincible.
Après
avoir longtemps balancé , elle se présenta enfin devant son époux, et se
prosternant en terre, se battant les mains à la vue vie son étai malheureux ,
elle le fit souvenir de son ancienne prospérité à laquelle elle opposa ses
infortunes présentes ; elle lui fit un tableau des tristes changements qui il
avait éprouvés , et lui demanda quelle récompense il avait reçue du Seigneur
pour toutes ses offrandes et ses sacrifices ; enfin elle lui adressa des
discours dignes de la faiblesse d'une femme , mais qui étaient capables
d'émouvoir l'homme le plus généreux, de renverser son courage. J'erre
maintenant, lui disait-elle, comme une vagabonde et comme une esclave , moi qui me suis vue adorée comme une reine : je dépends du caprice de mes serviteurs , je suis abandonnée à leurs seins et à leurs libéralités, moi qui étais assez riche pour nourrir une multitude d'hommes.
Il vaudrait mieux, lui disait-elle
encore, t'arracher à la vie en te plaignant amèrement au Seigneur et en irritant
son


106

courroux par tes blasphèmes, que de prolonger par ta
patience les peines de tes combats pour toi et pour ton épouse. Ces paroles
aigrirent Job plus que tous les maux qu'il avait soufferts.

Citation :
Ses yeux se
remplirent d'indignation, et se tournant vers sa femme comme vers une ennemie : Pourquoi, lui dit-il , as-tu parlé en femme insensée ? renonce à me donner de pareils conseils ( Job. 2. 10. ).


Jusques à quand outrageras-tu par tes discours
notre union étroite ? tes propos peu mesurés retombent sur moi et me couvrent de
honte. Il me semble que je suis de moitié dans tes impiétés , parce que le
mariage a fait de nous deux un seul corps. Tu es tombée dans le blasphème:
Citation :
Si
nous avons reçu les biens de la main du Seigneur, pourquoi n'en souffrirons-nous pas les maux
( Job. 2. 10.)?


Souviens-toi de la prospérité dont tu as joui.
Compense le bonheur par le malheur. Est-il un homme dont la vie soit constamment
heureuse ? il n'y a que Dieu dont la félicité soit inaltérable. Si tes disgrâces
présentes t'affligent , console-toi par les avantages qui ont précédé. Tu
pleures maintenant : tu as été auparavant dans la joie ; tu es pauvre : tu as
été riche ; tu as puisé le plaisir dans une source claire et limpide : aie le
courage de puiser la peine dans une eau trouble et bourbeuse.

Le cours des
fleuves n'est pas toujours pur. Notre vie ressemble à un fleuve qui coule sans
interruption, et dont les flots se pressent mutuellement.
Une partie de ces
flots est déjà écoulée, l'autre coule encore; une partie est sortie de la
source, l'autre va en sortir; et nous nous précipitons tous vers une mer
commune, vers la mort. Si nous avons reçu les biens de la main du Seigneur,
pourquoi n'en recevrons-nous pas les maux
? Forcerons-nous le souverain Juge
à nous dispenser toujours également

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Lun 3 Nov - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: homélie sur le mépris des choses de ce monde   Mar 28 Oct - 14:52

107

le bonheur? lui apprendrons-nous à régler le cours de notre
vie ? Il est le maître de ses volontés, il nous gouverne comme il lui plaît;
infiniment sage, il mesure à ses serviteurs ce qui leur est utile.

N'examine
point trop curieusement les jugements de Dieu : soumets-toi aux dispositions de sa sagesse.
Reçois avec joie tout ce qu'il t'envoie. Montre dans les afflictions
que tu étais digne de ta félicité précédente. C'est ainsi que Job re-poussa la
dernière attaque du démon
, et que, par une nouvelle victoire , il acheva de le
couvrir d'opprobre.


Qu'arriva-t-il ensuite?

la maladie se retira comme étant venue inutilement et n'ayant pu ébranler sa
constance. Son corps reprit la fleur de la jeunesse; il se revit comblé de biens
, et de doubles richesses affluèrent de toutes parts dans sa maison, les unes
pour remplacer ses pertes , les autres pour récompenser sa patience
.

Mais pourquoi ses chevaux, ses mulets , ses chameaux, ses brebis , ses terres, enfin
toute son opulence, furent-ils pour lui doublés, tandis que le nombre de ses
nouveaux enfants ne fut qu'égal à ceux qu'il avait perdus ? c'est que ses
animaux domestiques et toutes les richesses passagères avaient péri pour lui
entièrement; au lieu que ses enfants morts vivaient dans la meilleure partie
d'eux-mêmes.

Ayant donc reçu du Créateur d'autres fils et d'autres filles, cette
possession fut aussi doublée pour lui. Les uns , qui vivaient , faisaient la
joie des auteurs de leurs jours; les autres, qui avaient pris les devants ,
attendaient leur père pour l'environner et l'embrasser tous, lorsque le grand
juge des mortels rassemblerait tout le genre humain devant son tribunal; lorsque
la trompette annonçant la présence du Roi suprême, retentirait avec


108

force sur les sépulcres, et les obligerait à rendre leurs
dépôts. Alors , sans doute , les morts paraîtront aussi promptement que les
vivants devant le grand Ouvrier de l'univers. C'est pour cela , je pense , que
Dieu, qui multiplia les biens de Job, se contenta de lui redonner autant
d'enfants qu'il en avait eu d'abord.


Vous voyez quels grands
avantages le bienheureux Job a retirés de sa patience. Que ceux aussi d'entre
vous qui ont souffert quelque dommage par l’incendie que le démon vient
d’allumer dans notre ville, souffrent patiemment leurs pertes , qu'ils
assoupissent leurs chagrins par des pensées consolantes, d'après ces paroles de David
:
Citation :
Jetez vos inquiétudes dans le sein du Seigneur, et il vous nourrira
( Ps. 54. 23. ).


C'est à lui qu'appartient la gloire dans les siècles des siècles.


Ainsi soit-il.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par Admin le Lun 3 Nov - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: homélie sur le mépris des choses de ce monde   Mar 28 Oct - 14:56

Saint Basile Le Grand,oeuvres:

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/basile/index.htm

homélie sur le mépris des choses du monde:

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/basile/homelies/007.htm

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: homélie sur le mépris des choses de ce monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
homélie sur le mépris des choses de ce monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Parti pris des choses
» Dieu a choisi les choses faibles du monde. — 1 Cor. 1:27.
» Question sur Le Parti pris des choses.
» Méthode pour le Saint Rosaire et ses Mystères
» Saint Jacques le Majeur Apôtre et commentaire du jour "Si vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: