Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12   Jeu 5 Mar - 16:56

Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12

Citation :
Etant parti de là, il vint dans le territoire de la Judée, et au delà du Jourdain ; et des foules s’assemblèrent de nouveau près de lui, et, suivant sa coutume, il recommençait à les enseigner.
Des Pharisiens, l’ayant abordé, lui demandèrent s’il est permis à un mari de répudier sa femme. C’était pour le mettre à l’épreuve.
Il leur répondit : « Que vous a ordonné Moïse ? »
Ils dirent : « Moïse a permis de dresser un acte de divorce et de répudier. »
Jésus leur dit : « C’est à cause de votre dureté de cœur qu’il a écrit pour vous cette loi.
Mais, au commencement de la création, Dieu les fit mâle et femelle.
A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme,
et les deux ne seront qu’une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a uni ! »
De retour à la maison, ses disciples l’interrogeaient encore sur ce sujet,
et il leur dit : « Celui qui répudie sa femme et en épouse une autre, commet l’adultère. à l’égard de la première.
Et si celle qui a répudié son mari en épouse un autre, elle commet l’adultère. »

http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89vangile_selon_Saint_Marc_-_Crampon#Chapitre_10

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12   Jeu 5 Mar - 17:03

Commentaire par Saint Thomas d'Aquin.

Versets 1-12.


http://docteurangelique.free.fr/index.html

Bède:

Jusqu'ici saint Marc a rapporté les actions et les enseignements du Sauveur dans la Galilée; il va maintenant nous présenter le récit de ce qu'il a fait, enseigné et souffert dans la Judée: d'abord, au delà du Jourdain à l'Orient: "Et Jésus étant parti de ce lieu, se dirigea vers les confins de la Judée, " etc. Puis en deçà du Jourdain, à Jéricho, à Béthanie, à Jérusalem. Tout le pays habité par les Juifs, porte le nom général de Judée, nom qui le distingue des nations voisines; mais ou donne spécialement le nom de Judée à la partie méridionale de ce pays, pour la distinguer de la Samarie, de la Galilée, de la Décapole, et des autres provinces du même royaume.

Theophylactus:

Jésus-Christ visite la Judée, dont il s'était souvent éloigné à cause de la jalousie des Juifs, parce que c'est là que sa passion devait s'accomplir. Cependant il ne s'avance pas encore jusqu'à Jérusalem, mais il demeure sur les confins, pour utiliser son ministère en faveur du peuple simple et sans malice, tandis que la malveillance des Juifs faisait de Jérusalem un centre de complots criminels. " Et le peuple, dit l'Evangéliste, s'assembla autour de lui, " etc.

Bède:

Remarquez comme le peuple et les pharisiens sont animés d'intentions différentes; le peuple s'assemble pour recueillir l'enseignement, et obtenir la guérison de ses malades, comme nous le rapporte saint Matthieu; les pharisiens s'approchent du Sauveur pour le tenter et le perdre. " Les pharisiens s'approchant, " etc.

Théophylactus:

Les pharisiens n'ont garde de s'éloigner de Jésus, dans la crainte que le peuple ne croie en lui, ils l'entourent continuellement, persuadés qu'ils viendront à bout de l'embarrasser et de le confondre par leurs questions. Celle qu'ils lui font eu ce moment, cache un double piége. Que le Sauveur réponde qu'il est permis, ou qu'il est défendu à un homme marié de renvoyer sa femme, ils ont à lui opposer un texte de la loi de Moïse, qui le contredit et le condamne. Mais Jésus, qui est la sagesse même, leur fait une réponse qui échappe aux filets dans lesquels ils veulent le faire tomber.

S. Chrysostome:

(hom. 63 sur S. Matth. ) A cette question: "Est-il permis ? " II ne répond pas aussitôt, non, cela n'est pas permis; ce qui aurait amené de l'agitation parmi eux, mais il veut leur opposer d'abord le texte de la loi, afin de les forcer à donner eux-mêmes la réponse qu'il se disposait à leur faire. " II leur répondit: Que vous a ordonné Moïse ?

Moïse, disent-ils, a permis à l'homme de renvoyer sa femme, en lui donnant un écrit de répudiation. " Ils apportent cette permission donnée par Moïse, ou à cause de la question du Sauveur, ou pour soulever contre lui la colère de la multitude; car les Juifs regardaient ce point comme indifférent, et rien n'était plus ordinaire parmi eux que cette conduite qu'ils croyaient autorisée par la loi.

S. Augustin:

(de l'acc. des Evang. , 2, 62. ) Peu importe à la vérité, que ce soit les Juifs qui, comme le rapporte saint Matthieu, entendant le Sauveur proclamer l'indissolubilité du mariage, et appuyer sa décision sur le texte même de la loi, l'aient interrogé sur l'écrit de répudiation autorisé par Moïse; ou bien qu'il les ait amenés lui-même à lui faire cette réponse en les questionnant sur cet acte de répudiation, comme le dit saint Marc.

L'intention du divin Maître était de n'expliquer l'autorisation accordée par Moïse, qu'après que les Juifs auraient l'eux-mêmes cité ce texte de la loi. Dès lors que les deux Evangélistes nous ont également fait connaître l'intention des personnes (intention qui doit déterminer le sens des paroles), peu importe une variante dans la manière de s'exprimer.

On peut dire d'ailleurs avec saint Marc, que les Juifs commencèrent par demander au Sauveur s'il est permis de renvoyer son épouse, et qu'il leur demande à son tour ce que Moïse leur a ordonné; sur la réponse qu'ils lui font, que Moïse le permettait en donnant un acte de répudiation,

Nôtre-Seigneur leur répond, comme le rapporte saint Matthieu, en leur rappelant la loi donnée par Moïse, où l'on voit l'institution divine de l'union de l'homme et de la femme; et c'est après cette réponse du Sauveur, qu'ils seraient revenus à leur première question, et lui auraient demandé: "Quel est donc le sens de l'autorisation donnée par Moïse. "

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12   Jeu 5 Mar - 17:04

S. Augustin:

(contre Fauste, 19, 26. ) Certes, il était loin d'approuver le divorce,
le législateur qui réprimait la fougue d'un esprit trop prompt à
désirer la séparation par la sage lenteur que demande la rédaction d'un
acte; car chez les Hébreux, les scribes seuls avaient le droit d'écrire
l'hébreu.

C'était donc devant ces sages interprètes de la loi, à qui il
appartenait de dissuader d'une séparation trop peu fondée, que devait
se présenter celui à qui la loi ne permettait de renvoyer sa femme
qu'en lui donnant un acte de répudiation. Ceux qui pouvaient seuls
rédiger cet acte, trouvaient dans la nécessité où on était de recourir
à leur ministère, une occasion de donner un conseil utile, et de
travailler à rétablir entre l'homme et la femme l'affection et la
concorde.

Si la haine était si forte, qu'il fut impossible de l'éteindre ou de
l'apaiser, l'acte était rédigé, la loi jugeant que la séparation était
devenue nécessaire, puisque la haine avait atteint un degré qui ne
permettait pas aux conseils de la sagesse de rappeler les époux aux
sentiments d'affection qu'ils se doivent mutuellement. Voilà pourquoi
le Sauveur répond: "C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse
a fait cette ordonnance. "

Quelle dureté, en effet, que celle qui ne se laissait ni vaincre ni
adoucir, soit par les difficultés de cet acte, soit par les conseils
des hommes justes et sages, qui cherchaient à faire renaître ou à
réveiller dans ce cœur l'affection conjugale ?

S. Chrysostome:

Ou bien ces paroles: "A cause de la dureté de votre cœur, " signifient,
qu'une âme libre de toute colère et de désirs mauvais, serait capable
de supporter la femme la plus méchante; mais si ces passions viennent à
se développer et à exercer leur empire dans l’âme, elles deviendront le
germe d'une infinité de maux, qui rendront souverainement odieux tout
rapport entre les époux.

Cette réponse justifie Moïse, qui leur avait donné cette loi et
retourne contre eux l'accusation qu'ils semblaient porter contre lui.
Mais comme l'explication que le Sauveur venait de donner, pouvait leur
paraître sévère, il ramène leur attention sur la loi qui fut donnée dès
l'origine. " Au commencement que le monde fut créé, Dieu forma un homme
et une femme. "

Bède:

Il ne dit pas un seul homme et plusieurs femmes, ce qui était le but et
la fin du divorce, mais " un seul homme et une seule femme, " pour
exprimer l'unité du lieu conjugal.

S. Chrysostome:

(hom. 62 sur S. Matth. ) Si l'intention de Dieu eût été que l'homme put
renvoyer sa femme pour en épouser une autre, il aurait créé plusieurs
femmes en même temps qu'un seul homme. Mais au contraire, non-seulement
Dieu unit l'homme à une seule femme, mais il veut que, pour s'attacher
plus complètement à elle, il abandonne même les auteurs de ses jours:
"L'homme abandonnera son père et sa mère, dit Dieu par la bouche
d'Adam, et il s'attachera à son épouse; " cette expression, " il
s'attachera, " indique assez nettement l'indissolubilité du mariage.

Bède:

Il faut dire la même chose de l'expression suivante, " il s'attachera à son épouse " et non à ses épouses.

" Et ils seront deux dans une seule chair. "

S. Chrysostome:

(hom. 62. ) C'est-à-dire, que, sortis d'une même racine, ils ne feront
qu'un même corps. " C'est pourquoi ils ne sont plus deux, mais une
seule chair. "

Bède:

La gloire et le bonheur du mariage est de faire de deux personnes une
même chair; et l'union de l'esprit avec un corps chaste, produit
l'unité de l'esprit.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12   Jeu 5 Mar - 17:04

S. Chrysostome:

(Ibid. ) Nôtre-Seigneur tire enfin de ce qu'il vient de dire cette
redoutable conclusion. Il ne dit pas seulement: "Ne séparez pas, " mais
" que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni. "

S. Augustin:

(contre Fauste, 19, 29. ) Les Juifs, en usant de la faculté du divorce,
prétendaient s'appuyer sur l'autorisation donnée par Moïse; et le
Sauveur leur démontre que, d'après les livres de Moïse, l'homme ne doit
point se séparer de sa femme. C'est ainsi que nous aussi, chrétiens,
nous apprenons par le témoignage de Jésus-Christ lui-même, que c'est
Dieu qui a créé et uni l'homme et la femme. Les Manichéens, qui ont nié
cette vérité, sont condamnés, non-seulement par les livres de Moïse,
mais par l'Evangile lui-même.

Bède:

Il n'appartient donc pas à l'homme de séparer l'homme de la femme;
c'est le droit de Dieu seul, qui les avait unis lui-même, en ne faisant
de l'homme et de la femme qu'une seule chair. Quand l'homme abandonne
sa première femme, par le seul désir d'en épouser une autre, c'est
lui-même qui fait la séparation; mais c'est Dieu qui en est l'auteur,
lorsque cette séparation n'a pour motif que le désir de mieux servir le
Seigneur, en ayant une femme comme n'en ayant pas.

S. Chrysostome:

Si c'est un crime de séparer les deux créatures que Dieu lui-même a
unies, c'en est un beaucoup plus grand de chercher à séparer l'Eglise
de Jésus-Christ, à qui Dieu l'a unie.

Theophylactus:

La réponse de Jésus-Christ aux pharisiens n'a pas résolu complètement
les doutes des disciples, aussi l'interrogent-ils à leur tour: "Ses
disciples l'interrogèrent encore dans la maison sur le même objet. "

S. Jérôme:

L'Evangéliste dit que les Apôtres l'interrogèrent une seconde fois,
parce que leur question n'est que la répétition de celle des
pharisiens, et qu'elle a pour objet l'état du mariage. Et cette
répétition n'est pas inutile; car la réponse que renouvelle le Verbe,
loin de produire l'ennui, est un nouveau stimulant pour la faim et la
soif. " Ceux qui me mangent, auront encore faim, et ceux qui ne boivent
auront encore soif. " (Qo 24)

Quand une âme a une fois goûte les enseignements de la sagesse, plus
doux que le miel, son amour fait qu'elle y trouve une saveur
délicieuse. Aussi le Sauveur s'empresse-t-il de renouveler
l'instruction qu'il vient de donner: "Quiconque renvoie sa femme pour
en épouser une autre, commet un adultère à son égard. "

S. Chrysostome:

Habiter avec une femme qui n'est pas la sienne, voilà ce que le Sauveur
appelle un adultère; cette seconde femme ne peut être la sienne après
qu'il a abandonné la première; il commet donc le crime d'adultère avec
elle, c'est-à-dire, avec la seconde; il en est de même de la femme à
l'égard de son mari. Et si la femme se sépare de son mari et en épouse
un autre, elle devient adultère. Séparée de son mari, elle ne peut
donner ce nom à un autre homme, auquel elle s'unit. La loi avait
défendu l'adultère public, mais le Sauveur proclame que tout adultère,
ne fût-il ni public, ni connu d'un grand nombre de personnes, est
contraire à la loi naturelle.

Bède:

Saint Matthieu est plus explicite encore: "Quiconque abandonnera sa
femme, hors le cas de fornication. " La séparation ne peut donc avoir
lieu que pour deux causes; la fornication, c'est la raison charnelle,
ou la crainte de Dieu, c'est le motif spirituel qui en a déterminé un
grand nombre à une séparation mutuelle. Mais aucun motif approuvé de
Dieu ne peut autoriser un homme à s'unir à une autre femme, tant que
vit la première.

S. Chrysostome:

Saint Matthieu, en disant que Notre-Seigneur donna ces enseignements
aux pharisiens, ne contredit pas saint Marc, qui rapporte qu'ils furent
donnés aux disciples, car ils ont très bien pu être donnés aux uns
d'abord, et ensuite aux autres.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12   

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangile selon Saint Marc, chap 10 ; verset 1 - 12
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evangile selon saint Marc
» Evangile selon saint Thomas...
» L'épreuve de la foi. Saint Marc, 9, 14-29
» Jésus donne ses dernières consignes aux Apôtres et monte au ciel. Saint Marc,16, 15-20
» Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 9, 9-13)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Ecriture Sainte et commentaire-
Sauter vers: