Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Evangile selon Saint Jean, chap 8 ; verset 31 - 36

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Evangile selon Saint Jean, chap 8 ; verset 31 - 36   Mar 17 Mar - 23:49

Evangile selon Saint Jean, chap 8 ; verset 31 - 36

Citation :
Jésus dit donc aux Juifs qui avaient cru en lui : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;
Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
Il lui répondirent : « Nous sommes la race d’Abraham, et nous n’avons jamais été esclaves de personne ; comment dites-vous : Vous deviendrez libres ?
Jésus leur répondit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; mais le fils y demeure toujours.
Si donc le Fils vous affranchit, vous serez vraiment libres.

http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89vangile_selon_Saint_Jean_-_Crampon#Chapitre_8

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Jean, chap 8 ; verset 31 - 36   Mar 17 Mar - 23:54

Commentaire par Saint Thomas d'Aquin.

Versets 31-36.


http://docteurangelique.free.fr/index.html

S. Jean Chrysostome :

(hom. 54 sur S. Jean). Notre Seigneur voulait appuyer sur de solides fondements la foi de ceux qui avaient cru en lui, pour que cotte foi ne fut point purement superficielle. Jésus dit donc à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez dans ma parole, vous serez vraiment mes disciples. »

Par ces paroles : « Si vous demeurez, » il révèle les dispositions intérieures de leur cœur; il savait bien, en effet, qu'ils avaient cru, mais il savait aussi que leur foi ne persévérerait pas, et pour les affermir dans la foi, il leur fait une magnifique promesse, c'est qu'ils deviendront ses disciples. Il blâme indirectement par là ceux qui s'étaient précédemment séparés de lui; ils l'avaient entendu, ils avaient cru en lui, et ils le quittèrent, parce que leur foi ne fut point persévérante.

S. Augustin :

(serm. 40 sur les par. du Seig). Nous n'avons tous qu'un seul maître, et nous sommes tous également ses disciples. Nous ne portons pas justement le titre de maîtres, parce que nous enseignons d'un lieu plus élevé, le véritable maître de tous les hommes est celui qui habite au dedans de nous. Or, l'important pour le disciple n'est point d'approcher de son maître, il faut que nous demeurions en lui; et si nous ne demeurons pas en lui, notre chute est inévitable.

Si vous demeurez, c'est là une œuvre abrégée en apparence, oui, abrégée dans les termes, mais bien étendue dans l'exécution. Qu'est-ce, en effet, que demeurer dans les paroles du Seigneur, si ce n'est ne succomber à aucune tentation ? Si vous agissez sans efforts, vous recevez la récompense sans l'avoir méritée, mais si vous avez de grands obstacles à vaincre, considérez aussi la grande récompense qui vous attend : « Et vous connaîtrez la vérité. »

S. Augustin :

(Traités 40 et 41). C'est-à-dire, vous croyez maintenant, si vous demeurez dans la foi, vous verrez ce qui fait l'objet de votre foi; car remarquez-le bien, la foi ne fut point produite par la connaissance, mais la connaissance a été le fruit de la foi. Qu'est-ce que la foi ? croire ce que vous ne voyez pas; qu'est-ce que la vérité ? voir ce que vous avez cru. Si donc nous demeurons dans ce que nous croyons, nous parviendrons à la claire vision, c'est-à-dire que nous contemplerons la vérité telle qu'elle est, non plus par l'intermédiaire de paroles qui retentissent à nos oreilles, mais à la splendeur éclatante delà lumière elle-même.

Or, la vérité est immuable, c'est un pain véritable qui répare les forces de l'âme, et qui est inépuisable; il change en lui celui qui s'en nourrit, mais il n'est pas changé en celui qu'il nourrit. La vérité c'est le Verbe de Dieu lui-même, cette vérité s'est revêtue d'une chair mortelle; c'est pour nous qu'elle se cachait sous l'enveloppe de la chair, non point dans le dessein de se voir niée, mais elle différait de se faire connaître, afin qu'elle pût ainsi souffrir dans la chair, et racheter par ses souffrances la chair du péché.

S. Jean Chrysostome :

(hom. 53). Ou bien vous connaîtrez la vérité, c'est-à-dire, vous me connaîtrez moi-même, car je suis la vérité, la loi des Juifs ne renfermait que des figures, c'est par moi que vous connaîtrez la vérité.

S. Augustin :

(serm. sur les par. du Seign). Quelqu'un dira peut-être : Et que me servira-t-il de connaître la vérité ? Ecoutez ce qu'ajoute Notre Seigneur : « Et la vérité vous délivrera. » Il semble leur dire : Si la vérité vous touche peu, soyez du moins sensibles au charme de la liberté, car être délivré, c'est être libre, de même qu'être guéri, c'est être rendu à la santé. Cette signification ressort bien plus clairement du texte grec έλεθερώση, car dans la langue latine, le mot délivrer (liberari) signifie plutôt échapper au danger, être affranchi de toutes choses pénibles.

Théophylactus :

Il a menacé plus haut ceux qui persévèrent dans leur infidélité de les laisser mourir dans leurs péchés, ici, au contraire, il promet à ceux qui demeurent dans sa parole l'absolution de leurs péchés.

S. Augustin :

(de la Trin., 4, 18 ). Mais de quoi la vérité nous délivrera-t-elle, si ce n'est de la mort, de la corruption, du changement ? car la vérité demeure immortelle, incorruptible, immuable, et la véritable immutabilité, c'est l'éternité elle-même.

S. Jean Chrysostome :

(hom. 53). Il était du devoir de ceux qui avaient cru en Jésus-Christ du supporter au moins les reproches qu'il leur adressait; loin de là, ils entrent aussitôt en fureur contre lui. Mais si les paroles du Sauveur avaient dû être pour eux une cause d'agitation et de trouble, c'était plutôt celles qui précèdent : « Et vous connaîtrez la vérité; » et ils auraient eu quelque raison de dire : Nous ne connaissons donc point la vérité, notre loi n'est donc que mensonge, ainsi que notre science.

Mais ils n'ont aucun souci de la vérité, et leur mécontentement porte tout entier sur des objets profanes, car ils ne connaissaient d'autre servitude que la servitude extérieure. Les Juifs lui répondirent : « Nous sommes la race d'Abraham, et nous n'avons jamais été esclaves de personne. » C'est-à-dire, vous ne devez pas traiter d’esclaves ceux qui sont libres par leur naissance, nous n'avons jamais été esclaves.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Jean, chap 8 ; verset 31 - 36   Mar 17 Mar - 23:54

S. Augustin :

(Traité 41). On peut dire aussi que cette réponse fut faite non point
par ceux qui avaient cru aux paroles du Sauveur, mais par ceux qui
n'avaient pas encore la foi en lui. Mais comment pouvez-vous dire en
vérité que vous n'avez jamais été en servitude, si vous l'entendez de
la servitude extérieure et publique ? Est-ce que Joseph n'a pas été
vendu ?

Est-ce que les saints prophètes n'ont pas été conduits en captivité. O
ingrats que vous êtes ! pourquoi donc Dieu vous reproche-t-il
continuellement d'oublier qu'il vous a délivrés de la demeure de la
servitude, si vous n'avez jamais été esclaves ? Mais vous-mêmes qui
tenez ce langage, pourquoi payez-vous le tribut aux Romains, si vous
n'avez jamais été asservis à personne ?

S. Jean Chrysostome :

(hom. 53). Or comme le Sauveur ne parlait point par un motif de vaine
gloire, mais uniquement pour leur salut, il s'abstient de leur prouver
qu'ils étaient esclaves des hommes, et il se borne à leur montrer
qu'ils sont sous l'esclavage du péché, esclavage le plus dur de tous,
et dont Dieu seul peut délivrer : « Jésus leur répartit : En vérité, en
vérité, je vous le dis, » etc.

S. Augustin :

(Traité 41) Cette manière de parler dans la bouche du Sauveur, annonce
toujours une vérité sur laquelle il veut attirer notre attention, c'est
comme une espèce de serment. Amen veut dire vrai, et cependant ni
l'interprète grec, ni l'interprète latin n'ont voulu exprimer cette
signification du mot amen qui est un mot hébreu; peut-être pour
protéger le mystère de ce mot sous le voile du secret, non pas sans
doute pour en cacher absolument la signification, mais pour en prévenir
la profanation.

Sa répétition même prouve son importance : « En vérité je vous le dis,
» c’est la vérité même qui vous parle, quand bien même elle ne vous
préviendrait pas qu'elle dit la vérité, il lui serait absolument
impossible de ne point la dire; cependant elle tient à le rappeler,
elle réveille pour ainsi dire les âmes endormies, elle veut défendre de
tout mépris ses divins enseignements. Tout homme, dit-elle, Juif ou
Grec, riche ou pauvre, roi ou mendiant, s'il commet le péché, devient
esclave du péché.

S. Grégoire :

(4 Mor., 21 ou 42) Tout homme, en effet, qui se laisse dominer par un
désir coupable, abaisse et plie la liberté de son âme sous le joug de
la servitude; nous résistons à cette servitude, lorsque nous luttons
contre l’iniquité qui veut nous dominer, lorsque nous résistons
énergiquement à la tyrannie de l'habitude, lorsque nous détruisons en
nous le crime par le repentir, lorsque nous lavons dans nos larmes les
souillures de nos fautes.

S. Grégoire :

(Moral., 25, 14 ou 20). Plus on se plonge librement dans tous les excès
du crime, et plus on resserre étroitement les chaînes de cet esclavage.


S. Augustin :

(Traité 41) O misérable servitude ! L'esclave d'un homme, fatigué du
joug tyrannique de son maître, cherche son repos dans la fuite, mais où
peut fuir l'esclave du péché ? Partout où il dirige ses pas, il se
porte avec lui; le péché qu'il a commis est nu-dedans de lui-même; la
volupté passe, le péché ne passe pas; le plaisir qui flatte passe, le
remords qui déchire demeure.

Celui-là seul peut nous délivrer du péché qui est venu sur la terre
sans aucun péché, et qui s'est offert en sacrifice pour le péché. Car
pour l'esclave, ajoute le Sauveur, il ne demeure pas toujours dans la
maison. Cette maison, c'est l'Eglise, l'esclave, c'est le pécheur; un
grand nombre de pécheurs entrent dans l'Eglise, aussi Notre Seigneur ne
dit pas : L'esclave n'est pas dans la maison, mais : « Il ne demeure
pas toujours dans la maison. » Mais s'il n'y a point d'esclave dans la
maison, qu'y aura-t-il donc ? Qui peut se glorifier d'être pur de tout
péché ?

Cette parole du Sauveur est vraiment effrayante, aussi ajoute-t-il : «
Mais le Fils y demeure toujours. » Est-ce donc que le Christ sera seul
dans sa maison ? Ou bien, sous le nom de Fils, comprend-il le chef et
les membres ? Ce n'est pas sans raison qu'il inspire tour à tour la
crainte et l'espérance, la crainte pour nous détourner d'aimer le
péché, l'espérance pour ne point nous laisser désespérer du pardon de
nos péchés.

Notre espérance est donc d'être délivré par celui qui est libre; c'est
lui qui a payé notre rançon, non point avec de l'argent, mais avec son
sang, et c'est pour cela qu'il ajoute : « Si le Fils vous délivre, vous
serez véritablement libres. »

S. Augustin :

(serm. 48 sur les par. du Seig). Vous serez libres, non point du joug
des barbares, mais des chaînes du démon, non point de la captivité du
corps, mais de l'iniquité de l'âme.

S. Augustin :

(Traité 41 sur S. Jean). La liberté qui vient en premier lieu consiste
à être exempt de tout crime, mais ce n'est que le commencement de la
liberté, ce n'en est point la perfection, parce que la chair ne laisse
point de convoiter encore contre l'esprit, de sorte que vous ne fassiez
pas ce que vous voulez. (Ga 6) La liberté pleine et parfaite nous sera
donnée, lorsque toutes les inimitiés auront cessé, et que la mort,
c'est-à-dire, le dernier ennemi, sera détruite. (1 Co 15, 26).

S. Jean Chrysostome :

(hom. 43 sur S. Jean). On peut encore donner cette explication. Les
Juifs, à ces paroles du Sauveur : « Celui qui commet le péché est
esclave du péché, pouvaient objecter : nous avons des sacrifices qui
peuvent nous délivrer du péché; Notre Seigneur les prévient donc en
leur disant : « L'esclave ne demeure pas toujours dans la maison. »
Sous le nom de maison, il veut désigner le royaume de son Père, et par
cette comparaison empruntée aux choses humaines, il leur apprend qu'il
a puissance et autorité sur toutes choses, de même que le maître d'une
maison sur tout ce qu'elle renferme.

En effet, cette expression : « Il ne demeure pas, » signifie : Il n'a
le pouvoir de rien donner, le Fils, au contraire, qui est le maître de
la maison, a ce pouvoir; voilà pourquoi les prêtres de l'ancienne loi
n'avaient point le pouvoir de remettre les péchés par les sacrifices de
la loi ancienne, « car tous ont péché, » (Rm 7, 23) même les prêtres,
qui ont aussi besoin, comme le dit l'Apôtre, d'offrir des sacrifices
pour eux-mêmes (He 7, 27); le Fils, au contraire, a ce pouvoir, c'est
pour cela qu'il conclut en disant : « Si le Fils vous délivre, vous
serez vraiment libres, » leur montrant ainsi que la liberté extérieure
dont ils se glorifiaient, n'était pas la vraie liberté.

S. Augustin :

(Traité 41) Gardez-vous donc d'abuser de celte liberté pour pécher plus
librement, mais servez-vous-en, au contraire, pour fuir le péché, car
votre volonté sera libre si elle est sincèrement pieuse; vous serez
affranchis du péché si vous êtes esclaves de la justice.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Jean, chap 8 ; verset 31 - 36   

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangile selon Saint Jean, chap 8 ; verset 31 - 36
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evangile selon Saint Jean – VIII – 23- 26 ("Bullaire" textuel)
» « Qu'ils soient un pour que le monde croie » Saint Jean,17, 20-26
» SUITE DE SAINT JEAN (chap. V, v.31-38.), PAR SAINT JEAN CHRYSOSTÔME.
» Demeurez dans mon amour. Saint Jean,15, 9-11
» Evangile selon saint Thomas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Ecriture Sainte et commentaire-
Sauter vers: