Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20   Sam 21 Mar - 0:18

Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20

Citation :
Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée.
En le voyant, ils se prosternèrent ; mais il y en eut qui doutèrent.
Et Jésus s’approchant leur parla ainsi : « Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre.
Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous toujours jusqu’à la fin du monde. »

http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89vangile_selon_Saint_Matthieu_-_Crampon#Chapitre_28
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20   Sam 21 Mar - 0:27

Commentaire par Saint Thomas d'Aquin.

Verset 16-20.


http://docteurangelique.free.fr/index.html

S. Bède :

(hom. 1.) Après nous avoir rapporté comment l’ange vint annoncer la résurrection du Sauveur, saint Mathieu raconte comment le Seigneur se manifesta à ses disciples : " Or, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, sur la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre, " car, lorsqu’il se dirigeait vers le lieu de sa mort, il avait dit à ses disciples " Après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée. " (Mt 26, Mc 14.) L’ange avait dit aussi aux femmes : " Annoncez à ses disciples qu’il vous précédera en Galilée. " C’est donc à un ordre de leur divin Maître que les disciples obéissent. L’Évangéliste ne compte avec raison que onze disciples qui vont pour adorer Jésus, car un d’eux avait péri, celui qui avait trahi son Seigneur et son Maître.

S. Jérôme :

Après sa résurrection, Jésus se manifeste donc sur une montagne de Galilée, et il y est adoré malgré le doute de quelques-uns, doute qui sert à augmenter notre foi. " Et, le voyant, ils l’adorèrent, et quelques-uns néanmoins doutèrent. "

S. Rémi :

C’est ce que saint Luc explique plus clairement, car il rapporte que lorsque le Seigneur, après sa résurrection, apparut à ses disciples, ceux-ci, troublés et saisis de frayeur, s’imaginaient voir un esprit.

Raban :

Le Sauveur apparaît à ses disciples sur une montagne, pour signifier que ce corps, qu’il avait pris en naissant, de la terre, origine commune de tous les hommes, avait été, par sa résurrection, élevé au-dessus de toutes les choses terrestres, et aussi pour apprendre aux fidèles que, pour contempler les sublimes mystères de sa résurrection, il faut s’efforcer de quitter les voluptés basses et charnelles et s’élever jusqu’aux désirs des choses du ciel. Or, Jésus précède ses disciples en Galilée, parce qu’il est ressuscité comme les premiers de ceux qui dorment (1 Co 16). Ceux qui appartiennent à Jésus-Christ viennent après lui, et passeront, chacun à son rang, de la mort à la vie, pour contempler la divinité dans sa propre nature ; et le mot Galilée, qui signifie révélation, confirme cette interprétation.

S. Augustin :

(De l’accord des Evang., 3, 24.) Mais comment le Seigneur a-t-il pu se manifester corporellement dans la Galilée, car il est certain que ce ne fut pas le jour même de sa résurrection, puisque ce jour-là, vers le commencement de la nuit, il se manifesta dans la ville de Jérusalem, comme saint Luc et saint Jean s’accordent à le dire. Ce ne fut pas non plus les huit jours suivants, puisque saint Jean rapporte qu’après ces huit jours, il apparut à Thomas, qui ne l’avait pas vu le jour de sa résurrection, à moins toutefois que l’on ne prétende que les onze dont il parle n’étaient point les onze qui portaient dès lors le nom d’Apôtres, mais que c’étaient onze disciples choisis dans le grand nombre de ceux qui avaient embrassé la doctrine de Jésus-Christ.

Mais voici à cela une autre difficulté, lorsque saint Jean raconte que le Seigneur fut vu, non pas sur la montagne par les onze, mais sur les bords de la mer de Tibériade, par sept d’entre eux occupés à la pèche, il s’exprime ainsi : " Ce fut pour la troisième fois que Jésus se manifesta à ses disciples, " ce qu’il faut entendre du nombre, non des jours, mais des manifestations. Or si nous admettons que cette apparition aux onze disciples, quels qu’ils soient, eut lieu dans l’intervalle de ces huit jours, avant qu’il apparut à Thomas, l’apparition sur les bords du lac de Tibériade ne sera plus la troisième, mais la quatrième, et nous serons ainsi forcés d’admettre que ce fut tout à fait en dernier lieu que Jésus apparut aux onze sur la montagne de Galilée.

Nous trouvons donc, dans les quatre Évangélistes, que le Seigneur s’est manifesté par dix fois différentes après sa résurrection : une première fois, aux femmes qui visitaient son tombeau ; une seconde fois, à ces mêmes femmes, lorsqu’elles revenaient de visiter le sépulcre ; la troisième fois, à Pierre ; la quatrième, à deux disciples qui allaient au bourg d’Emmaüs ; la cinquième, à plusieurs autres disciples, parmi lesquels ne se trouvait pas Thomas, dans la ville de Jérusalem, la sixième, à Thomas lui-même, au milieu des autres disciples ; la septième, près du lac de Tibériade ; la huitième, sur la montagne de Galilée, d’après saint Matthieu, la neuvième, au rapport de saint Marc, dans le dernier repas qu’il fit avec ses disciples, et après lequel il ne devait plus manger avec eux sur la terre, la dixième fois, non plus sur la terre, mais lorsqu’il s’élevait sur une nuée et montait ainsi au ciel, dernière manifestation que rapportent saint Marc et saint Luc. Mais tout ce qu’a fait Jésus n’a pas été écrit, comme le déclare saint Jean, car Jésus eut de fréquentes relations avec ses disciples, pendant les quarante jours qui précédèrent son ascension.

S. Rémi :

Les disciples, en voyant le Seigneur, le reconnurent aussitôt, et ils l’adoraient les yeux baissés vers la terre. C’est pourquoi ce bon et tendre Maître, pour faire disparaître toute incertitude de leurs cœurs, s’approcha d’eux et les fortifia dans la foi : " Et Jésus s’approchant, leur parla ainsi : Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. "

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20   Sam 21 Mar - 0:28

S. Jérôme :

Cette puissance a été donnée à celui qui venait d’être crucifié, enseveli dans le tombeau, et qui était ensuite ressuscité.

Raban :

Il
ne parle pas ici de sa divinité coéternelle au Père, mais de l’humanité
qu’il avait prise, et selon laquelle il avait été mis un peu au-dessous
des anges.

Sévérianus :

(ou S. Chrysolog.,
serm. 80.) Car le Fils de Dieu a communiqué au fils de la Vierge, Dieu
à l’homme, la Divinité à la chair, ce qu’il possédait de toute éternité
avec son Père.

S. Jérôme :

Toute puissance lui
est donnée dans le ciel et sur la terre, afin qu’il pût régner sur la
terre, par la foi que les chrétiens auraient en lui, comme il règne
dans le ciel.

S. Rémi :

Ce que le Psalmiste a prédit du Seigneur ressuscité : " Vous l’avez
établi sur l’œuvre de vos mains, " le Sauveur se l’applique à lui-même
dans ces paroles : " Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur
la terre. " Et il faut se rappeler ici qu’avant que le Seigneur fût
ressuscité d’entre les morts, les anges savaient qu’ils étaient soumis
au Christ fait homme. Or, Jésus-Christ voulant aussi faire connaître
aux hommes que toute puissance lui avait été donnée dans le ciel et sur
la terre, il envoya des prédicateurs pour annoncer la parole de vie à
tous les peuples : " Allez donc, enseignez toutes les nations. "

S. Bède :

Lui
qui, avant sa passion, leur avait dit : " Vous n’irez point dans la
voie des nations, " (Mt 10) leur dit lorsqu’il est ressuscité des morts
: " Allez, instruisez tous les peuples. " Que les Juifs soient donc
confondus, eux qui prétendent que le Christ ne viendra seulement que
pour le salut de leur nation. Que les donatistes rougissent, eux qui
voulant renfermer Jésus-Christ dans un espace déterminé, ont osé dire
qu’il n’était que dans l’Afrique, à l’exclusion des autres contrées de
la terre.

S. Jérôme :

Ils commencent par
enseigner les nations, et c’est après les avoir enseignées qu’ils les
baptisent dans l’eau ; car il est impossible que le corps reçoive le
sacrement de baptême avant que l’âme ait reçu la vérité de la foi. " En
les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, " afin
qu’il n’y ait qu’une seule et même grâce, comme il n’y a entre eux
qu’une seule et même divinité, puisque le nom de Trinité ne signifie
qu’un seul Dieu.

Sévérianus :

(ou S.
Chrysolog., serm. 80.) C’est donc la même puissance qui répare et
sanctifie toutes les nations qu’elle a créées et appelées à la vie.

Dydime :

(Du
Saint-Esprit, liv. 2.) Il peut exister des hommes assez insensés, pour
essayer de baptiser en omettant un de ces trois noms, contrairement à
la loi portée par Jésus-Christ ; mais leur baptême sera sans effet, et
ils ne pourront délivrer de leurs péchés ceux qu’ils auront cru
baptiser de la sorte. Concluons de là combien la substance de la
Trinité est indivisible, et que le Père est vraiment le Père du Fils,
le Fils vraiment le Fils du Père, et l’Esprit saint réellement l’Esprit
du Père et du Fils-Dieu, et aussi de la sagesse et de la vérité,
c’est-à-dire du même Fils de Dieu. Voilà la foi qui sauve les fidèles,
et l’économie de la discipline ecclésiastique trouve sa perfection dans
cette auguste Trinité.

S. Hilaire :

Que ne
contient pas en effet ce sacrement de notre salut. Tout y est plein,
tout y est parfait, comme venant de celui qui possède toute plénitude
et toute perfection. Le nom de Père exprime la nature de la première
personne ; mais elle est Père seulement, et ne doit pas à un autre,
comme les hommes, d’être Père. Le Père n’a pas été engendré, il est
éternel ; il a toujours en lui le principe qui le fait exister ; il
n’est connu que du Fils, etc.

Le Fils est engendré de celui
qui ne l’a pas été, un de celui qui est un, vrai de celui qui est vrai,
vivant de celui qui est vivant, parfait de celui qui est parfait, vertu
de la vertu, sagesse de la sagesse, gloire de la gloire, image du Dieu
invisible, figure du Père qui n’a pas été engendré. L’Esprit saint ne
peut pas être séparé de la confession que nous faisons du Père et du
Fils, et cette consolation de notre espérance ne nous fait défaut en
aucune circonstance.

C’est lui qui est le gage des promesses
futures, par les opérations de ses dons, lui qui est la lumière de
l’intelligence, lui qui est la splendeur des esprits. Les hérétiques,
qui ne peuvent pas changer ces vérités, essaient de les expliquer d’une
manière toute humaine. C’est ainsi que Sabellius étend la paternité
jusqu’au Fils, et admet une distinction plutôt dans leurs noms divers
que dans leurs personnalités différentes, reconnaissant lui-même à sa
manière, un Père et un Fils, puisque, suivant lui, le Fils n’est autre
que le Père.

C’est ainsi qu’Ebion n’attribue d’autre origine à
Jésus-Christ que celle qu’il tire de la Vierge Marie, et qu’il prétend
que ce n’est pas l’homme qui vient de Dieu, mais Dieu qui vient de
l’homme. C’est ainsi que les Ariens font sortir du néant et du temps
l’image substantielle, la sagesse et la vertu de Dieu. Qu’y a-t-il
d’étonnant qu’ils enseignent des erreurs multipliées sur l’Esprit
saint, eux qui sont assez téméraires pour affirmer que le Fils, de qui
il procède, a été soumis à la création et au changement.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20   Sam 21 Mar - 0:28

S. Jérôme :

Considérons
ici l’ordre essentiel établi par Jésus-Christ ; il ordonne à ses
disciples : premièrement, d’enseigner toutes les nations ; puis de les
purifier dans le sacrement de la foi, et ensuite de leur apprendre ce
qu’il faut observer après avoir embrassé la foi et reçu le baptême " Et
leur apprenant à observer toutes les choses que je vous ai commandées.
"

Raban :

Car, de même qu’un corps sans âme est mort, ainsi la foi sans les oeuvres est morte

S. Chrysostome :

Comme
il vient de leur faire des commandements d’une haute importance, il
relève leur courage en ajoutant : " Et voici que je suis avec vous
jusqu’à la consommation des siècles, " paroles dont voici la
signification : Ne dites pas que les commandements que je vous fais
sont difficiles, car je suis avec vous, moi qui rend toutes choses
légères. Et il leur promet d’être, non seulement avec eux, mais encore
avec tous ceux qui croiront après eux, car les Apôtres ne devaient pas
vivre jusqu’à la fin des siècles, et le Sauveur s’adresse à tous les
fidèles comme à un seul corps.

Raban :

Nous
devons conclure de ces paroles, que, jusqu’à la fin du monde, il y aura
toujours des hommes dignes d’être choisis de Dieu pour lui servir de
demeure.

S. Jean Chrysostome :

(hom. 90.) Il
leur rappelle la fin de toutes choses, pour les attirer plus fortement
à lui, et leur faire jeter les yeux, non pas seulement sur les biens du
temps, mais sur les biens futurs, qui doivent durer éternellement, et
il semble leur dire : Les épreuves que vous aurez à supporter passeront
avec cette vie, et le monde tout entier passera lui-même et sera
détruit, tandis que les biens dont vous serez comblés dureront
éternellement.

S. Bède :

Mais comment le
Sauveur a-t-il pu dire : " Voici que je suis avec vous, " alors qu’il
dit dans un autre endroit : " Je m’en vais vers celui qui m’a envoyé ?
" C’est que les attributs de la nature divine sont différents des
propriétés de la nature humaine. Le Sauveur ira vers son Père par son
humanité, et il restera avec ses disciples dans cette nature divine qui
le rend l’égal de son Père. Dans ces paroles : " Jusqu’à la
consommation des siècles, " il emploie le fini pour signifier l’infini,
car il est évident que celui qui reste dans le siècle présent avec les
élus, pour les protéger, demeurera éternellement avec eux après la fin
du monde, pour les récompenser.

S. Jérôme :

En
promettant donc d’être avec ses disciples jusqu’à la consommation des
siècles, il leur déclare qu’ils vivront toujours, et qu’il
n’abandonnera jamais ceux qui croiront en lui.

S. Léon le Grand :

(serm.
sur la Paque.) Celui qui monte dans les cieux n’abandonne pas ceux
qu’il a adoptés, et il les fortifie en leur inspirant la patience sur
la terre, en même temps qu’il les appelle à la gloire. Que Jésus-Christ
lui-même nous rende participants de cette gloire, lui qui est le Dieu
béni dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20   

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangile selon Saint Matthieu , chap 28 ; verset 16 - 20
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUITE DE SAINT MATTHIEU (Chap. 1, vv. 22-25) par Saint Jean Chrysostôme. (Extraits).
» L'Evangile selon saint Matthieu (film)
» Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 9, 9-13)
» A la suite de Jésus. Saint Matthieu, chapitre 8, 18-22
» Evangile selon saint Thomas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Ecriture Sainte et commentaire-
Sauter vers: