Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28   Sam 28 Mar - 3:07

Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28

Citation :
Et voilà qu’une femme cananéenne, sortie de ce pays-là, se mit à crier : « Ayez pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée par le démon. »
Il ne lui répondit pas un mot. Alors les disciples, s’étant approchés, le priaient en disant : « Renvoyez-la, car elle nous poursuit de ses cris. »
Il répondit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. »
Mais elle vint se prosterner devant lui, disant : « Seigneur, secourez-moi ! »
Il répondit : « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens.
Oui, Seigneur, dit-elle ; mais les petits chiens mangent des miettes, qui tombent de la table de leurs maîtres. »
Alors Jésus lui dit : « O femme, votre foi est grande : qu’il vous soit fait comme vous voulez. » Et sa fille fut guérie à l’heure même.

http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89vangile_selon_Saint_Matthieu_-_Crampon#Chapitre_15

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28   Sam 28 Mar - 3:14

Commentaire par Saint Thomas d'Aquin.

Verset 22-28


http://docteurangelique.free.fr/index.html

S. Jérôme :

Notre Seigneur laisse là les Juifs, les pharisiens et les calomniateurs et il se rend dans le pays de Tyr et dans celui de Sidon pour étendre ses bienfaits jusqu’aux habitants de cette contrée: « Et Jésus, étant parti de là, se retira dans le pays de Tyr et de Sidon. »

S. Rémi :

Tyr et Sidon étaient des villes habitées par des Gentils; Tyr était la métropole des Chananéens, Sidon était situé sur les frontières de leur pays, du côté du nord.

S. Jean Chrysostome :

(hom. 53.) Remarquons que c’est au moment qu’il affranchit les Juifs des observances qui leur interdisaient certaines nourritures, qu’il ouvre aux Gentils la porte de l’Évangile. C’est ainsi que Pierre reçut dans une vision l’ordre de s’affranchir de cette loi, et qu’il fut envoyé immédiatement vers le centurion Corneille (Ac 10.) Si l’on demande pourquoi le Sauveur, qui avait dit à ses disciples: « Vous n’irez pas vers les nations, » y a été lui-même, nous répondrons d’abord qu’il n’était pas soumis aux préceptes qu’il donnait à ses disciples, et, en second lieu, qu’il n’y alla point pour prêcher 1’Évangile, mais pour y chercher une retraite, puisque saint Marc nous apprend (Mc 7) qu’il désirait que personne ne le sût.

S. Rémi :

Il y alla aussi pour faire sentir les effets de sa bonté aux habitants de Tyr et de Sidon, c’est-à-dire pour délivrer du démon la fille de cette pauvre femme et confondre, par l’exemple de sa foi, la méchanceté des scribes et des pharisiens. C’est cette femme, dont l’Évangéliste dit: « Voici qu’une femme chananéenne, qui était sortie de ce pays, » etc.

S. Jean Chrysostome :

(hom. 53.) Il nous fait remarquer qu’elle était Chananéenne pour nous faire voir l’efficacité de la présence de Jésus-Christ dans cette contrée. Les Chananéens, en effet, qui avaient été chassés de la Judée dans la crainte qu’ils ne vinssent à pervertir les Juifs, font ici preuve d’une plus grande sagesse en sortant de leur pays et en venant trouver Jésus-Christ. Or, cette femme, en s’approchant de Jésus, n’implore que sa miséricorde. Elle se met à crier à haute voix: « Ayez pitié de moi, Seigneur, fils de David. »

La Glose :

Nous voyons ici la grande foi de la Chananéenne; elle reconnaît un Dieu dans celui qu’elle appelle son Seigneur, elle confesse en même temps son humanité en l’appelant fils de David. Elle avoue qu’elle n’a aucun droit, aucun mérite, c’est la seule miséricorde de Dieu qu’elle implore en disant: « Ayez pitié de moi, » car la douleur de la fille est la douleur de la mère. Pour toucher davantage le cœur du Seigneur, elle lui fait le tableau du malheur qui l’afflige: « Ma fille est misérablement tourmentée par le démon » paroles qui découvrent au médecin les plaies qu’il doit guérir et qui lui font connaître la grandeur et la nature du mal: sa grandeur, lorsqu’elle dit: « Elle est tourmentée misérablement; » sa nature, lorsqu’elle ajoute: « Par le démon. »

S. Jean Chrysostome :

(hom. 17 sur divers textes de S. Matth.) Voyez la sagesse de cette femme: elle n’a pas été trouver les hommes qui auraient pu la tromper; elle n’a point eu recours à de vaines amulettes; mais, abjurant toutes les pratiques du culte des démons, elle vient trouver le Seigneur. Elle ne s’adresse pas à Jacques, elle ne choisit pas Jean pour médiateur, elle ne vient pas trouver Pierre; elle se couvre de la protection du repentir et accourt seule se jeter aux pieds du Sauveur. Mais quel résultat inattendu ! elle prie, elle fait retentir l’air de ses lamentations et de ses cris, et ce Dieu si bon, si tendre pour les hommes, ne lui répond pas un mot, comme le rapporte l’Évangéliste: « Et il ne lui répondit pas un mot. »

S. Jérôme :

Ce n’est point sans doute par orgueil, comme les pharisiens; ce n’est point par arrogance, comme les scribes, mais pour ne point paraître contredire cet ordre qu’il avait donné: « Vous n’irez point vers les nations. » Il ne voulait pas donner lieu à la calomnie et il réservait aux temps qui devaient suivre sa passion et sa résurrection la parfaite conversion des Gentils.

La Glose :

S’il diffère de l’exaucer, s’il ne lui répond pas, c’est pour faire éclater la patience et la persévérance de cette femme. Disons encore que c’est pour donner lieu à la médiation des Apôtres et nous apprendre ainsi la nécessité de l’intercession des saints pour obtenir les grâces que nous demandons: « Et ses disciples s’approchant de lui, le priaient, » etc.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28   Sam 28 Mar - 3:14

S. Jérôme :

Les disciples, qui ne connaissaient pas
encore la conduite mystérieuse du Sauveur, le priaient pour cette
Chananéenne, soit par un sentiment de compassion soit par le désir de
se débarrasser de ses importunités.

S. Augustin :

(De
l’acc. des Evang., 2, 49.) Il semblerait qu’il y a ici une certaine
contradiction entre le récit de saint Matthieu et celui de saint Marc,
qui raconte que cette femme vint trouver Notre Seigneur dans une maison
où il se trouvait alors. Or, on peut dire que saint Matthieu n’a point
parlé de cette circonstance, tout en racontant le même fait; mais comme
il rapporte que les Apôtres ont dit au Seigneur: « Renvoyez-la, parce
qu’elle crie après nous, » il paraît indiquer clairement que cette
femme adressait ses supplications au Seigneur en marchant à sa suite.
Saint Marc, de son côté, raconte que cette femme entra dans la maison
où était Jésus, parce qu’il avait dit précédemment que le Sauveur était
dans cette maison, tandis que saint Matthieu, en disant: « Il ne lui
répondit pas, » donne à entendre ce que ni l’un ni l’autre n’ont
rapporté, que Jésus sortit de la maison en gardant le silence, et ainsi
tout le reste se lie parfaitement sans l’ombre même de contradiction.

S. Jean Chrysostome :

(hom.
53.) Je présume que les disciples furent attristés du malheur de cette
femme, cependant ils n’osèrent dire au Seigneur: « Accordez-lui cette
grâce, » ils se contentent de lui dire: « Renvoyez-la. » C’est ainsi
que souvent, lorsque nous voulons amener quelqu’un à notre sentiment,
nous lui disons le contraire de ce que nous désirons. « Jésus leur
répondit: Je ne suis envoyé qu’aux brebis de la maison d’Israël. »

S. Jérôme :

Il
ne dit pas d’une manière absolue qu’il n’est pas envoyé aux Gentils,
mais il déclare qu’il a été envoyé premièrement au peuple d’Israël, et,
ce peuple rejetant l’Évangile qui lui était offert, c’était avec
justice que Dieu en faisait part aux Gentils.

S. Rémi :

Il
est aussi envoyé particulièrement pour le salut des Juifs, en ce sens
qu’il devait les enseigner lui-même visiblement et en personne.

S. Jérôme :

C’est
avec intention qu’il dit: « Aux brebis perdues de la maison d’Israël, »
pour nous faire comprendre qu’il est ici question de cette brebis
égarée dont il parle dans une autre parabole. (Lc 15.)

S. Jean Chrysostome :

(hom.
53.) Mais lorsque cette femme vit que les Apôtres ne pouvaient rien
pour elle, elle devînt impudente de la bonne sorte et saintement
hardie; car elle n’avait osé d’abord se présenter devant lui, comme
l’indiquent ces paroles des disciples: « Elle crie après nous, » et
c’est au moment où il semble qu’elle va se retirer dans de mortelles
angoisses, qu’elle s’approche de plus près: « Mais elle s’approcha de
lui et l’adora. »

S. Jérôme :

Remarquez que
cette Chananéenne commence par appeler à plusieurs reprises le Sauveur,
Fils de David, puis ensuite, Seigneur, et qu’elle finit par l’adorer
comme Dieu.

S. Jean Chrysostome :

(hom. 53.)
Aussi ne lui dit-elle pas: « Priez ou intercédez auprès de Dieu, » mais
« Seigneur, secourez-moi. » Mais plus cette femme multiplie ses
supplications, plus aussi Jésus multiplie ses refus. Ce n’est plus le
nom de brebis, mais celui d’enfants, qu’il donne aux Juifs; tandis
qu’il ne donne à cette femme que le nom de chienne. « Et il lui
répondit: Il n’est pas bon, » etc.

La Glose :

Les
enfants, ce sont tes Juifs engendrés et nourris par la loi dans le
culte d’un seul Dieu; le pain, c’est l’Evangile, les miracles, et tout
ce qui concourt à notre salut. Or, il n’est pas convenable que toutes
ces grâces soient enlevées aux enfants et données aux Gentils qui sont
ici désignés par les chiens, jusqu’à ce que les Juifs aient rejeté les
biens qui leur sont offerts.

Raban :

Les
Gentils sont appelés chiens à cause de leur idolâtrie, parce que
semblables aux chiens qui se nourrissent de sang et qui dévorent les
cadavres, ils sont atteints d’une espèce de rage.

S. Jean Chrysostome :

(hom.
53.) Admirez ici la prudence de cette femme: ni elle n’ose contredire
le Sauveur, ni elle ne s’attriste des louanges qu’il donne aux autres,
ni elle ne se laisse abattre par cette parole, outrageante. Mais elle
répliqua: « Il est vrai, Seigneur; mais les petits chiens mangent au
moins des miettes qui tombent de la table de leur maître. » Jésus lui
avait dit: « Il n’est pas juste; » elle répond: « Il est vrai,
Seigneur. » Il appelle les Juifs les enfants, elle enchérit et les
appelle maîtres. Il lui a donné le nom de chienne, elle ajoute à cette
qualification en rappelant ce que font les chiens, et semble dire au
Sauveur: Si je suis un chien, je ne suis point étrangère. Vous me
donnez le nom de chien, nourrissez-moi donc comme un chien, je ne puis
m’éloigner de la table de mon Maître.

S. Jérôme :

Quel
exemple de foi, de patience, d’humilité dans cette femme; de foi, elle
croit fermement que sa fille peut obtenir sa guérison; de patience, si
souvent rebutée, elle continue de prier; d’humilité, elle se compare,
non pas aux chiens, mais aux petits des chiens: « Je sais, dit-elle,
que je ne suis pas digne de manger le pain des enfants, ni de recevoir
une portion entière, ni de m’asseoir à table avec le père de famille;
mais je me contente des restes que l’on donne aux petits chiens, afin
de m’élever par l’humilité de ces miettes jusqu’à l’honneur de
m’asseoir à la table où on sert le pain tout entier.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28   Sam 28 Mar - 3:15

S. Jean Chrysostome :

(hom.
53.) Voici la raison du retard que Jésus mettait à l’exaucer: il savait
qu’elle lui tiendrait ce langage, et il ne voulait pas qu’une si grande
vertu demeurât cachée, « Alors Jésus, lui répondant, lui dit: O femme,
votre foi est grande, qu'il vous soit fait comme vous le désirez. » Ne
semble-t-il pas lui dire: « Votre foi mériterait d'obtenir bien
davan­tage, mais en attendant, qu'il vous soit fait comme vous le
désirez. » Remarquez ici la part considérable qui revient à cette femme
dans la guérison de sa fille.

Aussi Jésus ne lui dit pas: «
Que votre fille soit guérie, » mais: « Votre foi est grande, qu'il vous
soit fait comme vous le désirez, » pour vous apprendre qu'elle parlait
avec simplicité, sans flatterie, et que sa prière était animée par la
foi la plus vive. Or, cette parole du Sauveur est semblable à cette
autre que Dieu pro­nonça au commencement du monde: Que le firmament
soit fait, et il fut fait; » car l'Évangéliste ajoute: « Et sa fille
fut guérie. » Remar­quez encore qu'elle obtient elle-même ce que les
Apôtres n'ont pu ob­tenir, tant la prière persévérante a de puissance !
Dieu, en effet, aime mieux que nous le prions beaucoup nous-mêmes pour
nos péchés, que d'avoir recours aux prières des autres.

S. Rémi :

Nous
avons encore ici un exemple de la nécessité d'instruire et de baptiser
les enfants. Cette femme, en effet, ne dit pas: « Sau­vez ma fille, ou
secourez-la, » mais: « Ayez pitié de moi, et secou­rez-moi. » De là est
venue, dans l'Église, la coutume que les fidèles engagent leur foi pour
leurs enfants, alors que ceux-ci n'ont ni l'âge ni la raison pour
l'engager eux-mêmes à Dieu; et de même que c'est par la foi de cette
femme que sa fille fut guérie, de même aussi c'est par la foi des
parents catholiques que les péchés sont remis à leurs enfants.

Dans
le sens allégorique, cette femme est la figure de la sainte Église,
formée et rassemblée de toutes les nations. Le Seigneur, en abandonnant
les scribes et les pharisiens pour venir dans le pays de Tyr et de
Sidon, figurait l'abandon où il devait laisser les Juifs pour porter
l'Évangile aux Gentils. Cette femme a passé les frontières de son pays,
de même la sainte Église a quitté ses anciennes erreurs et ses vices
d'autrefois.

S. Jérôme :

Cette fille de la
Chananéenne, ce sont les âmes des fidèles cruellement tourmentées par
le démon, alors qu'elles étaient privées de la connaissance de leur
Créateur et qu'elles adoraient des idoles de pierre.

S. Rémi :

Les
enfants, ce sont les pa­triarches et les prophètes de ce temps-là; la
table figure la sainte Écriture; les miettes, les préceptes
secondaires, ou les mystères inté­rieurs dont se nourrit la sainte
Église; les croûtes de pain, les préceptes extérieurs et charnels
qu'observaient les Juifs. Les miettes sont mangées sous la table, parce
que l'Église se soumet avec humilité à l'accomplissement des préceptes
divins.

Raban :

Les petits chiens ne mangent
pas les croûtes, mais les miettes du pain des enfants. Ainsi lorsque
ceux qui étaient l'objet du mépris parmi les nations se convertissent à
la foi, ils ne cherchent pas l'écorce de la lettre dans les saintes
Écritures, mais le sens spirituel qui peut hâter leur progrès dans les
bonnes œuvres.

S. Jérôme :

Quel étonnant
changement s'est opéré ! Autrefois les Israélites étaient les enfants
et nous étions les chiens; mais la foi si différente dans les uns et
dans les autres a changé cette dénomination. Plus tard, alors que
s'accomplissait ce mystère au temps de la passion, il est dit des
Juifs: « Un grand nombre de chiens dévorants m'ont entouré. » Pour
nous, au contraire, nous avons entendu avec la Chananéenne cette
parole: « Votre foi vous a sauvée. »

Raban :

C'est
à juste titre que le Sauveur déclare que cette foi est grande; car sans
avoir été ni pénétrés des enseignements de la loi, ni instruits par les
oracles des prophètes, les Gentils ont obéi à la prédication des
Apôtres aussitôt qu'ils ont entendu leur voix, et ont ainsi mérité la
grâce du salut. Mais si le Seigneur diffère d'accorder le salut d'une
âme aux pre­mières larmes de l'Église suppliante, il ne faut ni
désespérer, ni cesser de demander, mais redoubler de persévérance dans
la prière.

S. Augustin :

(Quest. évang., 1, 16 ou
17.) Le serviteur du centurion et la fille de la Chananéenne ont été
guéris sans que le Seigneur soit entré dans leurs maisons, et figurent
les nations, qui, sans être visitées extérieurement par Jésus-Christ,
seront sauvées par sa parole. C'est à la prière du centurion et de la
Chananéenne que leurs enfants sont guéris, et ils sont en cela la
figure de l'Église, qui est tout à la fois pour elle-même et la mère,
et les enfants; car la réunion de tous ceux qui composent l'Église,
porte le nom de mère, et chacun des membres reçoit le nom d'enfant.

S. Hilaire :

Ou
bien encore, cette femme, qui franchit les frontières de son pays, est
la figure des prosélytes; elle sort du milieu des nations, pour venir
au milieu d'un peuple qui lui est étranger; elle prie pour sa fille,
c'est-à-dire pour le peuple des Gentils, soumis à la domination des
esprits immondes, et comme la loi lui a fait connaître le Seigneur,
elle l'appelle fils de David.

Raban :

Disons
encore que celui dont la conscience est souillée de la tache du péché a
sa fille tourmentée cruellement par le démon; de même celui qui
empoisonne ses bonnes œuvres par le venin du péché, a également sa
fille agitée par les fureurs de l'esprit impur, et ils doivent tous
deux avoir recours aux prières et aux larmes, et réclamer le recours et
l'intercession des saints.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28   

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangile selon Saint Matthieu , chap 15 ; verset 22 - 28
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUITE DE SAINT MATTHIEU (Chap. 1, vv. 22-25) par Saint Jean Chrysostôme. (Extraits).
» L'Evangile selon saint Matthieu (film)
» Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 9, 9-13)
» A la suite de Jésus. Saint Matthieu, chapitre 8, 18-22
» Evangile selon saint Thomas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Ecriture Sainte et commentaire-
Sauter vers: