Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Épître aux Galates , chap 5 ; verset 18 - 21

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Épître aux Galates , chap 5 ; verset 18 - 21   Lun 7 Sep - 14:23

Épître aux Galates , chap 5 ; verset 18 - 21

Citation :
Mais si vous êtes conduits par l’esprit, vous n’êtes plus sous la Loi.
Or les œuvres de la chair sont manifestes : ce sont l’impudicité, l’impureté, le libertinage,
l’idolâtrie, les maléfices, les inimitiés, les contentions, les jalousies, les emportements, les disputes, les dissensions, les sectes,
l’envie, [les meurtres], l’ivrognerie, les excès de table, et autres choses semblables. Je vous préviens, comme je l’ai déjà fait, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu.

http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89p%C3%AEtre_aux_Galates_-_Crampon

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Épître aux Galates , chap 5 ; verset 18 - 21   Lun 7 Sep - 14:24

Commentaire par Saint Thomas d'Aquin.

Verset 18-21


http://docteurangelique.free.fr/index.html

Après avoir établi que nous sommes délivrés des désirs de la chair par l’Esprit, l’Apôtre fait voir que nous sommes aussi affranchis par lui de la servitude de la Loi. I° Il rappelle donc le bienfait que nous recevons de l’Esprit; II° il le manifeste par ses effets (verset 19): "Or il est aisé de connaître les oeuvres de la chair, etc."



I° L’Apôtre dit donc: si vous marchez selon l’Esprit, non seulement vous n’accomplirez pas les désirs de la chair, mais qui plus est (verset 18): "si vous vous conduisez par l’Esprit" (ce qui a lieu lorsque vous faites ce que l’Esprit suggère, quand il vous dirige et vous gouverne, et non ce à quoi vous portent votre sens et vos sentiments propres): "vous n’êtes plus sous la Loi" (Ps., CXLII, 9): "Votre Esprit qui est bon, me conduira dans une voie droite," non par la contrainte, mais en me dirigeant.

S. Jérôme veut conclure de ce passage, que depuis la venue de Jésus-Christ, aucun de ceux qui ont reçu le Saint Esprit n’est tenu d’observer la Loi. Mais il faut observer que ce que dit l’Apôtre: "Si vous vous conduisez par l’Esprit, vous n’êtes pas sous la Loi," peut se rapporter aux préceptes de cette Loi, ou cérémoniels, ou moraux. Si on le rapporte aux premiers, remarquez qu’autre chose est d’observer la Loi, ou d’être sous la Loi. Observer la Loi, c’est pratiquer les oeuvres de la Loi, sans y mettre son espérance; mais être sous la Loi, c’est mettre son espérance dans les oeuvres de la Loi.

Dans la primitive Eglise, il y avait des justes qui observaient la Loi, en ce sens qu’ils pratiquaient les oeuvres de la Loi, mais ils n’étaient pas sous la Loi, car ils ne plaçaient pas dans ces oeuvres leur espérance. C’est dans ce sens que Jésus-Christ lui-même fut sous la Loi (ci-dessus, IV, 4): "Assujetti à la Loi." Ainsi se trouve réfuté l’opinion de S. Jérôme. Si on rapporte ce passage aux préceptes moraux, être sous la Loi peut s’expliquer de deux manières: quant à l’obligation et alors tous les fidèles sont assujettis à la Loi, parce qu’elle a été donnée à tous. C’est pourquoi il est dit en S. Matthieu (V, 17): "Je ne suis pas venu détruire la Loi, mais l’accomplir." Ou quant à la coaction, et alors les justes ne sont pas assujettis à la Loi, parce que le mouvement a l’inspiration de l’Esprit Saint qui est en eux, est leur inspiration propre.

Car la charité incline à ce qui est aussi prescrit par la Loi. Les justes ayant donc en eux une Loi intérieure, accomplissent spontanément ce que prescrit la Loi, sans qu’elle les y contraigne. Quant à ceux qui ont la volonté faire mal, et sont toutefois arrêtés ou par le respect ou par la crainte de la Loi, ceux-là sont contraints. Ainsi donc les justes sont sous la Loi, qui les oblige seulement et ne les contraint pas, tandis qu’elle contraint les méchants (II Corinth., III, 47): "Là où est l’Esprit du Seigneur, là est aussi la liberté;" et (I Timothée, I, 9): "La Loi," c’est-à-dire celle qui contraint "n’est pas pour le juste."



II° Quand S. Paul ajoute (verset 19): "Or il est aisé de connaître les oeuvres de la chair, etc.", il prouve ce qu’il a dit par les effets. Premièrement il désigne les oeuvres de la chair, qui sont opposées à l’Esprit Saint; secondement il fait voir que les oeuvres qui appartiennent à l’Esprit, ne sont pas prohibées par la Loi (verset 23): "Il n’y a pas de Loi contre ceux qui vivent de la sorte." Sur le premier de ces points, d’abord il énumère les oeuvres de la chair qui sont défendues par la Loi; ensuite les oeuvres de l’Esprit qui ne sont pas défendues par cette Loi (verset 22): "Les fruits de l’Esprit au contraire sont la charité, etc." A l’égard des premières, il les nomme d’abord; il fait ensuite ressortir le dommage qui résulte de ces œuvres (verset 21): "Je vous l’ai déjà dit, ceux qui commettent ces crimes, etc."

Sur l’énumération que fait S. Paul il s’élève des difficultés. La première est que l’Apôtre désigne ici des vices qui n’appartiennent pas à la chair, et cependant il les qualifie d’oeuvres de la chair. Par exemple le culte des idoles, les hérésies, les jalousies et d’autres semblables.

Il faut répondre avec S. Augustin, (au livre IV, de la cité de Dieu, ch. II), que c’est vivre selon la chair, que de vivre sans autre fin que soi-même. La chair est donc prise pour l’homme tout entier. Tout ce qui provient donc de l’amour déréglé de soi-même st regardé comme une oeuvre de la chair. Ou bien encore il faut dire qu’un péché peut être regardé comme charnel de deux manières: d’abord quant à sa consommation, et dans ce sens on appelle charnels les péchés seulement qui se consomment dans la délectation de la chair, par exemple, la luxure et la gourmandise.

Ensuite quant à son principe, et dans ce sens tous les péchés peuvent s’appeler charnels, en tant que par la corruption de la chair l’âme est appesantie, comme il est dit au livre de la Sagesse (IX, 45). Par là, en effet, l’intelligence affaiblie peut être plus facilement égarée, et se trouve empêchée d’atteindre la perfection de ses opérations. Aussi de là naissent des vices, tels que les hérésies, les schismes et d’autres semblables: c’est dans ce sens qu’on appelle le foyer principe de tous les péchés.

La seconde difficulté se trouve dans ces paroles de l’Apôtre (verset l): "Ceux qui commettent ces crimes, ne seront pas héritiers du royaume de Dieu." Personne n’étant exclu du royaume de Dieu, si ce n’est pour un péché mortel, il s’ensuit que toutes les oeuvres que S. Paul énumère sont des péchés mortels; or cette conséquence parait forcée, car dans les oeuvres désignées par l’Apôtre il en est plusieurs qui ne sont pas des péchés mortels, par exemple, les contentions, les jalousies et autres de ce genre.

Il faut répondre que toutes les oeuvres que S. Paul énumère dans ce passage sont sous quelque rapport mortelles, les unes d’après leur propre nature, comme l’homicide, la fornication, l’idolâtrie et d’autres semblables; les autres seulement par la consommation de l’acte, par exemple, la colère dont l’acte se consomme par le dommage fait au prochain. Si donc il y a consentement à ce dommage, la colère devient péché mortel. De même, l’usage des aliments se rapporte à la délectation qu’on y trouve; mais si l’on se propose pour fin cette sorte de délectation, on pèche mortellement. Voilà pourquoi S. Paul ne dit pas: les repas, mais les débauches. Il faut entendre ainsi toutes les façons de parler analogues.

La troisième difficulté roule sur l'ordre et l’énumération même de ces oeuvres. Il faut dire que l’Apôtre énumérant tantôt d’une manière, tantôt l’une autre, les différents vices en divers endroits, n’a pas l’intention de comprendre dans cette énumération tous les vices selon leur ordre et avec une certaine méthode, mais seulement ceux qui se trouvent plus fréquemment et produisent de plus grands excès dans ceux aux quels il s’adresse. Il ne faut donc pas y chercher tout ce qui les concerne, mais la cause qui les spécifie. Ceci posé, remarquez que S. Paul nomme certains vices de la chair, qui se rencontrent à l’occasion des choses nécessaires à la vie, et d’autres dans les choses qui ne tombent pas sous cette nécessité.

I. Dans la première catégorie, il range quelques vices dans lesquels l’homme tombe, relativement à lui-même, d’autres contre Dieu, d’autres enfin contre le prochain.

1° Contre soi-même, il en désigne quatre, qu’il place au premier rang, parce qu’ils sortent manifeste ment de la chair. Les deux premiers appartiennent à l’acte charnel de la luxure, à savoir, (verset 19): "La fornication," qui a lieu quand les deux coupables sont libres, ou quand le crime ne viole en rien l’ordre de la nature. Ensuite l’impureté," quand cet ordre est violé (Ephés., V, 5): "Nul fornicateur, nul impudique, ne sera héritier du royaume de Jésus-Christ, etc."; (II Corinth., XII, 21): "Ils n’ont pas fait pénitence sur leurs fornications, leurs impuretés et leurs dérèglements, etc." Les deux autres se rapportent aux actes eux-mêmes.

L’un pour l’extérieur, comme les attouchements, les regards, (verset 19): "L’impudicité (Ephés., IV, 19): "Ayant perdu tout espoir, ils se sont abandonnés à l’impudicité, etc.," L’autre pour l’intérieur, à savoir les pensées déshonnêtes (verset 19): "La dissolution" (I Timoth., V, 1): "Après avoir vécu avec mollesse, elles secouent le joug de Jésus-Christ et veulent se marier, etc."

2° S. Paul nomme deux crimes contre Dieu. Le premier est celui des ennemis de Dieu qui mettent obstacle au culte divin (verset 20): "Le culte des idoles, (4re Corinth., X, 7): "Ne devenez pas non plus idolâtres, etc."; (Sagesse, XIV, 27): "Le culte des idoles abominables est la cause, le principe et la fin de tous les maux." Le second consiste à faire un pacte avec les démons (verset 20): "Les maléfices," qui se font par l’art magique, et sont appelés d’un nom qui signifie empoisonnement, parce qu’ils ne s’opèrent qu’au détriment d’autrui (I Corinth., X, 20): "Je désire que vous n’ayez aucune société avec les démons;" (Apoc., XXII, 45): "Dehors les chiens, les empoisonneurs, les impudiques, etc."

3° L’Apôtre nomme ensuite neuf péchés contre le prochain. Le premier, ce sont (verset 20): "Les inimitiés," et le dernier "l’homicide," parce qu’on va de l’un à l’autre. Le premier est donc "l’inimitié," qui a sa demeure dans le coeur, et n’est autre chose que la haine contre le prochain (Matth., X, 36): "L’homme aura pour ennemis ceux de sa propre maison." S. Paul dit donc: "Les inimitiés;" de l’inimitié naît la contention dans les paroles; c’est pourquoi l’Apôtre dit (verset 20): "Les contentions," dont l’effet propre est de s’attaquer à la vérité à grand renfort de clameurs (Prov., XX, 3): "C’est gloire à l’homme de se séparer des contestations." Le second est la jalousie, qui consiste à entrer en lutte avec un autre pour arriver au même point.

C’est ce qui fait dire à S. Paul: "les jalousies," qui prennent leur source dans les contentions. Le troisième a lieu lorsque de deux prétendants l’un est empêché par l’autre d’atteindre le même but et prend de là occasion de s’irriter contre lui. C’est ce qui fait dire à S. Paul (verset 20): "Les animosités" (Jacq., I, 20): "La colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu, etc."; (Ephés., IV, 26): "Que le soleil ne se couche pas sur votre colère." Le quatrième se commet, lorsque de la colère, qui était dans l’âme, on en vient aux persécutions (verset 20): "Les querelles" (Prov., X, 12): "La haine excite les querelles, etc." Le cinquième naît des précédents; "ce sont les divisions." Si elles ont pour objet les intérêts humains, "on leur donne le nom de dissension," quand, par exemple, il se fait quelque partie dans l’Eglise (Rom., XVI, 17): "Observez ceux qui causent des dissensions et des scandales, en s’élevant contre ce que vous avez appris, et évitez leur compagnie." S’il s’agit des intérêts divins, on les appelle (verset 20): "sectes," ou hérésies (II Pierre, II, 1): "Ils introduiront des sectes de perdition, etc."; et dans ce même chapitre (verset 10): "Ils blasphèment et ne craignent pas d’introduire de nouvelles sectes." De tous ces vices naît "l’envie," quand ceux contre lesquels on est jaloux prospèrent (Job, 2): "L’envie tue les petits." D’eux encore sortent les homicides de désir et d’action (I Jean, III, 45): "Tout homme qui hait son frère est homicide."

II. A l’égard des vices qui se rapportent aux choses nécessaires à. la vie, S. Paul en nomme deux dont le premier concerne le boire (verset 21): "Les ivrogneries," c'est-à-dire passées en habitude (Luc, XXI, 54): "Prenez garde que vos coeurs ne s’appesantissent par l’excès des viandes et des vins." Le second se rapporte au manger (verset 21): "Les débauches" (Rom., XIII, 13): "Ne vous laissez pas aller aux débauches et aux ivrogneries."

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
 
Épître aux Galates , chap 5 ; verset 18 - 21
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Épitre aux Galates - chapitre 6
» L'Épitre aux Galates - chapitre 5
» L'Épitre aux Galates - chapitre 1
» L'Épitre aux Galates - chapitre 3
» Evangile de Jean Chap 20 versets 1 à 20

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Ecriture Sainte et commentaire-
Sauter vers: