Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Débat sur le crime d'avortement

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
JP B
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 5193
Age : 71
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Débat sur le crime d'avortement   Dim 25 Mar - 20:42

Georges Martin, Chargé de communication, «Droit de Naître et de vivre» (Contact@droitdenaitre.org) a écrit:

Madame, Monsieur, cher ami,

Bonjour !

J’ai eu de la peine à le croire !

Selon une enquête - qui n’est d’ailleurs pas récente - de la revue médicale Lancet, 73% des médecins français travaillant dans un service de néonatologie ont avoué avoir déjà tué un nouveau-né !

C’est tellement barbare ! C’est tellement indigne de la France ! Et c’est pourtant vrai !

S’il vous plait, réagissez immédiatement afin que cela cesse !

Pour cela, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :


http://petit.io/petition/droit-de-naitre/on-tue-des-bebes-dans-nos-hopitaux-stop

Voir ici le texte de la pétition

La plupart de ces médecins-assassins ont injecté un puissant poison, le chlorure de potassium, dans le coeur de l’enfant, d’autres, avec la complicité de l’équipe médicale, ...

... ont noyé le bébé, l’ont étouffé avec la main, ou l’ont laissé mourir, abandonné dans une arrière salle d’hôpital.

La majorité de ces infanticides ont eu lieu à la suite de l’échec d’un avortement tardif, au-delà de 22 semaines, quand l’enfant est né vivant.

N’ayant pas réussi à supprimer le bébé dans le ventre de sa mère, l’avorteur cherche à le tuer par un autre moyen.

Parfois, en dehors du cadre d’un avortement, il s’agit même d’une décision unilatérale du médecin qui, sans en avertir les parents, tue le bébé car il le juge inapte à survivre !

Aidez-moi à mettre fin à cela immédiatement !

Pour cela, envoyez votre « cri d’alerte » au Président de la République et au ministre de la Santé en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://petit.io/petition/droit-de-naitre/on-tue-des-bebes-dans-nos-hopitaux-stop
Je signe !
C’est l’European Center for Law and Justice (ECLJ) qui a tiré le premier la sonnette d’alarme. Et cela dès avril 2013, lors d’une intervention au Parlement européen.

Ce jour-là, cette ONG internationale dédiée à la promotion des droits de l’homme, a donné la parole au personnel soignant.

Un médecin anesthésiste français a ainsi raconté avoir été témoin du meurtre d’un nouveau-né par un confrère : le bébé avait survécu à un avortement tardif, mais une fois né, il n’a eu aucune chance face à son bourreau en blouse blanche.

L’ECLJ a également diffusé le vidéo-témoignage d’une jeune sage-femme, âgée de 20 ans. Profondément bouleversée, celle-ci a assisté à la mort par injection létale d’un bébé très prématuré.

Dès la naissance, le médecin a entouré la tête du bébé d’un mouchoir afin d’éviter que la mère entende ses cris. Puis il l’a laissé nu sur une table de la salle de réanimation néonatale ...

... avant de l’empoisonner, puis de rendre le corps aux parents, en leur cachant la cause du décès !

Nullement inquiétés par la justice, ces gens continuent aujourd’hui d’exercer en toute impunité, en continuant sans doute à faire des petites victimes !

Cela ne peut plus durer ! Cliquez sur lien ci-dessous et envoyez votre « cri d’alerte » au Président de la République et au ministre de la Santé :

http://petit.io/petition/droit-de-naitre/on-tue-des-bebes-dans-nos-hopitaux-stop
Cliquez pour voir et signer la pétition
Cette perversion de la médecine était déjà en germe dans les lois et dans les mœurs de notre pays.

Sachez en effet qu’en France, l’on peut avorter un enfant à naître jusqu’au terme de la grossesse en cas de malformation ou de handicap. Oui, vous avez bien lu : jusqu’à la naissance !

Aucune anesthésie préalable de la petite victime n’est prévue pour ces avortements tardifs.

La mise à mort par avortement constitue donc une effroyable torture pour l’enfant qui est empoisonné ou brûlé vif dans le ventre de sa mère. Celle-ci accouche alors d’un petit cadavre.

Si malgré tout l’enfant survit, il risque fort d’être exécuté, comme nous l’avons vu, avec la même cruauté. Vous avez réalisé ! La médecine, et toute la société avec elle, sont devenues schizophrènes !

Grâce aux progrès de la science, des enfants, grands prématurés, sont sauvés à un âge – ou même plus jeunes - où d’autres sont tués de la façon la plus barbare qui soit.

Ça suffit ! C’est indigne de la France !

Mettez le Président de la République et son ministre de la Santé face à leurs responsabilités en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://petit.io/petition/droit-de-naitre/on-tue-des-bebes-dans-nos-hopitaux-stop
Selon la Fondation Lejeune, 96% des bébés atteints de la trisomie 21 et dépistés comme tels sont supprimés en France.

Chez nos voisins britanniques, 4 bébés ont été avortés en 2012 car ils avaient un simple bec de lièvre, aujourd’hui très facilement corrigé par une simple intervention chirurgicale.

Combien de nouveau-nés sont victimes d’infanticide dans nos hôpitaux tous les ans ?

Bien que scandaleusement tolérée, cette pratique demeure heureusement totalement illégale. Malgré mes recherches, impossible donc de trouver des chiffres officiels.

Mais ce qui est certain, c’est que plus l’avortement est tardif, plus il devient difficile à réaliser : au-delà de 23 semaines, un enfant avorté sur dix naît vivant.

Qui peut encore croire naïvement, avec ce que nous savons à présent, que dans ce cas ils sont recueillis avec soin ?

Vous et moi devons exiger toute la vérité sur ce scandale !

Pour cela je vous demande de cliquer sur le lien ci-dessus et de signer le « crie d’alerte » adressé au Président de la République et au ministre de la santé :


http://petit.io/petition/droit-de-naitre/on-tue-des-bebes-dans-nos-hopitaux-stop

Je compte vraiment sur votre participation,

Ensemble pour le respect de la vie,



Georges Martin
Chargé de communication
Droit de Naître



PS : C’est effroyable ! 73% des médecins français travaillant en service de néonatologie ont avoué avoir déjà tué un nouveau-né ! Il faut que cesse au plus vite cette horreur.

S’il vous plait, adressez votre « cri d’alerte » au Président de la République, M. Macron, et au Ministre de la Santé, Mme Buzyn en cliquant sur lien ci-dessous :

http://petit.io/petition/droit-de-naitre/on-tue-des-bebes-dans-nos-hopitaux-stop

Merci pour votre participation !

OUI, je signe






_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 5193
Age : 71
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Débat sur le crime d'avortement   Ven 30 Mar - 14:49

Hier, “ECLJ” (secretariat@eclj.org) a écrit:



LES BLESSURES DES ENFANTS NÉS PAR PMA: TÉMOIGNAGES ET RAPPORT DE L'ECLJ


Chère Madame, Cher Monsieur,

Nous avons le plaisir de vous adresser notre rapport sur « La violation des droits des enfants issus d’AMP » ainsi que les témoignages personnels (vidéo) de deux jeunes femmes conçues par « PMA anonyme ».

Ce rapport et ces témoignages aident à comprendre les problèmes causés par la PMA et à y répondre. Ces problèmes ne sont pas abstraits, idéologiques, mais sont des réalités vécues. Pourtant, les personnes nées par PMA sont rarement invitées à s’exprimer. Joanna Rose et Stéphanie Raeymaekers nous l’ont dit lors de la récente conférence organisée par l’ECLJ au siège des Nations unies : « De manière générale, les discussions portent sur nous mais se passent sans nous ». C’est pourquoi nous avons voulu leur donner la parole. Lors de cette conférence, elles ont pu témoigner de leur souffrance d’avoir été privées délibérément de père dès leur conception. Elles demandent aujourd'hui le rétablissement de leur droit de connaître leur père biologique et leurs éventuels demi-frères et sœurs. Elles se sont engagées en Belgique et au Royaume-Uni pour faire changer la loi et ont ému la population.




Stéphanie de "Donor Kinderen"
Dr Joanna Rose

Ces témoignages ne sont pas isolés. Le rapport sur « La violation des droits des enfants issus d’AMP » montre que les techniques de PMA sont contraires au bien des enfants, mais aussi à leur droit à l’identité, qui comporte celui de connaître ses origines et d’être élevé, dans la mesure du possible, par son père et sa mère biologiques.

Ce droit à la connaissance des origines est de plus en plus reconnu par le droit international et européen. La Convention relative aux droits de l’enfant reconnaît à tout enfant « le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux » tandis que la Cour européenne des droits de l’homme reconnaît que le droit à l’identité exige « que chacun puisse établir les détails de son identité d’être humain » (Phinikaridou c. Chypre, 2007), ce qui inclut « le droit de connaître et de faire reconnaître son ascendance » (Pascaud c. France, 2011).

La France, à l’exemple des Pays-Bas, de la Suède ou du Royaume-Uni, devrait profiter de la révision de la loi de bioéthique pour mettre fin au secret des origines qui pèse injustement sur les personnes conçues par PMA anonyme.

Il est aussi important de restaurer ce droit parce qu’il relie la filiation et la biologie. Alors que le transhumanisme sépare et oppose l’esprit au corps, pour « libérer » les individus de leurs déterminismes corporels, le besoin de connaître ses origines prouve que l’homme n’est pas réductible à son psychisme. Plus encore, ce besoin fondamentalement humain prouve que notre corps n’est pas seulement un matériau, mais qu’il fait partie de notre identité. Le droit de connaître ses origines place ainsi une borne au « droit à l’enfant » et à la volonté des transhumanistes de créer un individu nouveau libéré de son corps.

L’ECLJ agit auprès des instances européennes et des Nations unies pour que ce droit naturel soit restauré et garanti à tous.


Vous pouvez nous aider !

Nous vous invitons à lire et diffuser ce rapport et ces vidéos, et à voter, sur le site des États Généraux de la Bioéthique, en faveur du « droit à connaître ses origines / son ascendance pour les enfants » et contre la proposition d’« ouvrir l’AMP aux femmes seules et aux couples de femmes », en cliquant ici puis ici.
Soutenez notre action en signant notre pétition :

Oui au droit de connaître ses origines






Faire suivre ce courriel à des amis





L’ECLJ est une organisation internationale non gouvernementale fondée en 1998 et dédiée à la promotion et la protection des droits de l’homme en Europe et dans le monde.



Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Débat sur le crime d'avortement
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Victimes et coupables dans le crime d'avortement
» avortement.. crime.. assassinat....
» l'avortement provoqué: est-ce un crime?
» l'OMS et la légalisation de l'avortement
» Vidéo-scandale : "L'avortement, un crime abominable - Contient des images choc" !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: