Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Credo… apostolicam Ecclesiam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Invité



MessageSujet: Credo… apostolicam Ecclesiam   Dim 5 Sep - 9:52



Et
(*) unam sanctam catholicam et apostolicam Ecclesiam
(*) : “Credo


(Nouvelle mouture pour précisions)
Il nous faut croire, cela est nécessaire pour être dans la Foi catholique, que l’Église (même aujourd’hui dans la tourmente qui l’éprouve, et ce, jusqu’à la fin des temps tant que la fin du monde ne sera pas effective avec le retour en Gloire de Jésus-Christ) est toujours Une et unique, Sainte, Catholique et Apostolique.

Comment est-elle apostolique ?
Par la succession ininterrompue de ses Pasteurs ayant, au moins matériellement (c’est-à-dire au moins en puissance du fait de leur nomination sans Consécration valide) le pouvoir juridictionnel (ou au moins le pouvoir sacramentel complet de l’Ordre reçu lors d’un Sacre épiscopal sans mandat du fait de l’absence actuelle de l’Autorité dans l’Église) et cela, depuis les Apôtres, précisément.

Or, si, nécessairement, l’Église même aujourd’hui est encore et toujours apostolique par ses Pasteurs, quels sont ceux-ci qui lui assurent cette apostolicité ?
Il est nécessaire, pour la survie même de l’Église, que Dieu, qui “ne change pas”, ne peut pas ne pas vouloir pour sa Sainte Épouse, le Corps mystique de Notre-Seigneur Lui-même, cette sauvegarde de l’Apostolicité, note essentielle de la Sainte Église. En effet, cette Apostolicité est partie intégrante de la Constitution divine de l’Église Catholique.

Certes, l’apostolicité de l’Église n’est pas, dans la tourmente actuelle, assurée formellement : ceux qui devraient détenir la Juridiction n’ont, en fait, “de facto”, aucun pouvoir qui vienne de Dieu. Toutefois, nous parlons là de ceux qui, “de jure”, devraient détenir la Juridiction, et qui, pour cette raison, sont nécessairement ceux (avec aussi les Évêques sacrés sans mandat du fait de l’absence actuelle de l’Autorité dans l’Église) qui assurent ainsi, mais seulement materialiter, la succession Apostolique dans son seul aspect humain (ecclésiastique).
En effet, la succession formelle, concrètement dans les hommes qui doivent l’assurée, n’existe pas aujourd’hui puisqu’il n’y a pas de Pape en acte. Et donc, supprimez la succession matérielle, il ne reste plus rien de l’Apostolicité, note pourtant essentielle à l’Église.
Autrement dit, plus d’Apostolicité, plus d’Église, malgré l’existence encore de croyants catholiques.
Plus d’Apostolicité, et donc, plus de hiérarchie, les croyants catholiques se réduisent alors à l’individualité de chacun d’eux ; l’Église est morte, ce qui est une hérésie !

Personne n’est obligé d'adhérer à la thèse de “Cassiciacum” car elle n’étant pas imposée par l’Église, elle n’est qu’une opinion libre (que ceux qui la déclarent non-catholique, dangereuse, voire hérétique, usurpant par là l’Autorité dans l’Église, y réfléchissent, ainsi qu’à cette usurpation qu’ils font coupablement !…), mais (quoi qu’en disent de son auteur ceux qui ne le connaissent pas et dont il est rien moins sûr qu’il ne la défendrait pas encore aujourd’hui sous Joseph RATZINGER puisqu’il l’a déclarée inchangée sous Karol WOJTYLA [alors qu’elle n’analysait que le cas de “Paul VI”] dès la première page [dernier §] de son exposition [p. 7 du N° 1 des Cahiers]) elle représente la seule position qui ne soit pas vaticandeuse, tout comme les autres sédévacantistes, mais elle, TOUT EN RESPECTANT L'APOSTOLICITÉ

Pour comprendre cela il faut non seulement avoir la Foi en l’indéfectibilité de l’Église, condition essentielle et principale, mais, de plus, être réaliste, c’est-à-dire accepter la distinction philosophique thomiste entre la matière et la forme dans un composé hylémorphique (c’est-à-dire qui ne soit pas un pur esprit), en un mot, être docile à la réalité des choses !…
Revenir en haut Aller en bas
Lucie
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: Credo… apostolicam Ecclesiam   Dim 5 Sep - 16:16

Cher monsieur,

j'ai compris que le problème materialiter/formaliter, celui de la Fraternité, et parmi les sédévacantistes reposait sur une seule personne le Pape, la Pierre de touche sur laquelle est fondée l'Eglise, et quiconque l'attaquera se brisera sur elle, et par lui le problème actuel sur trois points : l'infaillibilité, la Loi de l'Eglise, et l'indéfectibilité.
Comme l'infaillibilité est le plus important, c'est ce qu'on regarde en premier, puisque c'est la Pierre de touche, la chaire de Vérité. Ensuite on regarde les Lois de l'Eglise. L'indéfectibilité, c'est Dieu qui s'est engagé à la maintenir Lui-même, on sait qu'elle existe, on peut l'étudier, on croit, mais on ne sait pas forcément ce qu'il en est.

Face à ces trois pôles, pour connaître la vérité, il faut avant tout prier l'Immaculée Conception, la Très Sainte Vierge Marie.

Vous savez très bien que le Saint-Siège est perpétuel, même en temps de vacance du Saint-Siège. La personne morale est suffisante das son cas pour maintenir la perpétuité.
Cajetan enseigne qu'il faut qu'une autorité demeure capable de nommer un Pape, de manière humaine. Mais ce ne sont pas des cardinaux invalides et hérétiques qui le représentent, puisqu'ils n'ont aucune autorité.

La personne morale de l'Eglise enseignante, des Evêques, subsiste également pour 100 ans. (Droit Canon).

Pour le Sacerdoce, je suis bien d'accord avec vous, il ne peut s'éteindre en plénitude pour que perdurent messe, sacrements, enseignement, mais ce ne sont pas des Evêques illicites et/ou invalides qui le représentent. (voir catéchisme st Pie X)

La Messe non plus ne peut s'éteindre, comme l'enseigne Pie XI, même dans les jours de l'Antéchrist où elle ne se fera plus au grand jour mais dans les catacombes.

Voilà où moi j'en suis. Comme je n'ai pas de certitude pour nos Evêques, et qu'on peut imaginer que Dieu a permis qu'ils puissent dans ce cadre d'urgence perpétuer les Sacrements, je doute de cette opinion, je doute des Evêques et prêtres, mais je ne prétends pas pouvoir trancher là-dessus, y voyant pour ma part un cas de nécessité pour la survie des Sacrements, des Messes, etc. Je ne peux imaginer que Dieu puisse nous priver d'Evêques, lui qui protège Lui-même le Sacerdoce pour qu'il dure jusqu'à la fin des siècles.

Opinion de l'Abbé Vérité, mort en odeur de sainteté, que je partage complètement :
Citation :


Son expérience du NOM lui fut très utile car il confiait, avec gravité et sans aucun doute : qu’il n’y avait pas la présence réelle dans cette blasphématoire consécration. Pour lui, la crise conciliaire n’était pas un problème d’autorité, pas un problème de pape, pas un problème de matérialiter-formaliter, qu’il traitait de ridicule, pas un problème d’hérésie, pas un problème de schisme, car la seule réalité était que la secte conciliaire n’avait rien à voir avec la sainte Eglise Catholique, si ce n’est d’avoir accaparé les biens de la sainte Eglise et tout ruiné.

L'Abbé Vérité était sédévacantiste pur. Il a accepté les sacres "sans mandat" (car je suis sûre qu'il y en a un d'une manière ou d'une autre ou qu'il y a moyen de faire, c'est certain, et permis par l'Eglise dans ce cas d''urgence. L'Eglise a toujours usé de miséricorde en cas de besoin, et n'est pas une institution brutale privant ses fidèles des Sacrements ou empêchant l'institution même de l'Eglise de continuer. Il est donc impossible, faute d'autres preuves, que je connaisse sûrement, que les Evêques ne puissent transmettre à notre époque leur Sacerdoce et les Sacrements sans avoir de mandat d'une manière ou d'une autre. Et je pense toujours qu'ils ont juridiction, car un Evêque sans juridiction, ce n'est pas un Evêque, mais un simple transmetteur de Sacrements valides, et il ne devrait même pas pouvoir enseigner, car comment paître un troupeau dont on n'est pas le chef ? Enseigner, c'est l'apanage de l'Eglise enseignante, de l'Eglise qui a par conséquent juridiction. Pour moi, impossible que l'Eglise enseignante disparaisse en chair et en os, car nous n'aurions pu d'enseignement de vive voix possible.).
Citation :


Très dévot de Marie et donc de La Salette, il comprenait que Rome (et non l’Eglise) avait perdu la Foi et que la sainte Eglise était éclipsée. Pour lui, ces faux papes étaient de vrais papes conciliaires de la fausse Eglise et n’étaient pas les successeurs de saint Pierre. Il me dit un jour qu’on devrait appeler l’actuel usurpateur, Benoît I de Vatican II. C’est lui qui m’apprit que la très Sainte Vierge Marie, en parlant du cloaque d’impuretés, pensait plus à l’impureté doctrinale qu’à l’impureté de mœurs. En disant : les prêtres, la très Sainte Vierge Marie pensait à tous les prêtres, même à ceux de la Tradition, même aux non-una-cum, qui pas assez dociles sur l’enseignement de la sainte Eglise, en rajoutent, en retranchent, interprètent. Il disait souvent : vous avez le droit, un droit strict, d’exiger de vos prêtres qu’ils ne vous enseignent que ce qu’enseigne la sainte Eglise.

Dites-moi : si Benoit 1er de Vatican II est l'Autorité, pourquoi ne lui obéissez-vous pas comme Mgr Lefèbvre, quand il ne s'agissait pas de la Foi ? Autorité, cela veut dire obéissance de ceux qui sont placés sous elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Invité



MessageSujet: Re: Credo… apostolicam Ecclesiam   Lun 6 Sep - 2:09

Je ne répondrai pas à tout ce laïus inutile ni surtout à ces citations dont on n’ose avouer l’auteur lequel semble, au style obtus, être Le Hérisson Râleur !

Simplement cette remarque : « si Benoit 1er de Vatican II est l'Autorité »… ?
Et si Benoît- RATZINGER n’est pas l’Autorité ? … Hein ! ?
Or, cette Lucie est pire que les pires têtues : RATZINGER n’est pas l’Autorité, précisément ! (Il n’est pas formellement Pape.)

Quand on n’est pas capable, après moult répétitions de la même explication, de comprendre une chose si facile, on ne se mêle pas de théologie et on reste modestement à dire ses prières...
Revenir en haut Aller en bas
Lucie
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: Credo… apostolicam Ecclesiam   Lun 6 Sep - 13:01

Citation :
dont on n’ose avouer l’auteur lequel semble, au style obtus, être Le Hérisson Râleur !

Very Happy Il est nettement plus digne de confiance dans ses propos que vous... C'est Louis-Hubert Rémy. Et pourquoi je n'oserai pas dire qui il est ? Vous vous dévoilez dans cette sortie, m. Bontemps. Vous démontrez que loin de savoir juger, vous jugez très mal. J'ose au contraire proclamer mon soutien pour notre cher ami Louis-Hubert Rémy.

Bon, on avance, Ratzinger n'est donc ni Pape (formel ou pas, ça ne fait aucune différence, un Pape est infaillible, ou alors il n'est pas Pape, materiel ou formel, cette distinction n'existe pas), ni l'autorité.

Ratzinger est quoi alors au juste, une ombre d'apostolicité ? L'apostolicité c'est rien du tout ? Qu'est-ce qu'un Apôtre ?

Apôtre : disciple de Jésus-Christ chargé de répandre la "bonne nouvelle", c'est-à-dire l'Évangile. Par extension, toute personne qui propage la Foi chrétienne.

Si Ratzinger répondait au moins à cette définition... on pourrait lui trouver une ombre d'apostolicité... J'ai du mal à voir en lui un successeur des Apôtres...


Laughing

Ne voyez-vous pas qu'il ne s'agit aucunement de théologie mais de simple bon sens, mon pauvre ami... Ratzinger n'est ni pape parce qu'il n'est pas infaillible, ni Apôtre parce qu'il enseigne des mensonges, ni l'autorité (et il ne peut donc nous imposer de cardinaux) parce qu'il n'en a pas...

La contradiction est partout dans votre Thèse ridicule. J'ai l'impression de participer à un cours de dissection, et qui va contre les définitions de toujours.
Citation :

Le Pape est le Chef suprême de la religion chrétienne. Il est le successeur de saint Pierre, premier Evêque de Rome et premier Souverain-Pontife de l'Église de Jésus-Christ; et c'est parce qu'il est Évêque de Rome et successeur de saint Pierre que le Pape est le Chef spirituel de l'Église entière. C'est à ce titre qu'il hérite des promesses divines faites à saint Pierre, à qui Jésus-Christ a déclaré qu'il ferait reposer sur lui, et sur lui seul, tout l'édifice de son Eglise; qu'il lui donnerait les clefs du royaume des cieux; que sa foi ne pourrait jamais défaillir, afin qu'à son tour il pût confirmer ses frères; enfin, qu'il l'établissait, en son lieu et place, Pasteur de ses brebis et de ses agneaux.

On découpe en tranches la notion de pape pour voir uniquement dans sa partie formelle son infaillibilité.
On va découper l'Evêque en tranche pour distinguer en lui mission et juridiction, alors que les deux sont toujours ensemble. Il faudra donc que, pour pousser plus loin la logique, tous les Evêques de la tradition renoncent à leur houlette de pasteurs car elle représente leur juridiction.

Citation :

C'est Dieu, c'est Jésus-Christ qui a fondé sur la terre et constitué l'Église; et c'est lui qui a divisé l'Église en deux parties, unies mais distinctes, l'Église enseignante et l'Église enseignée. L'Église enseignée est formée des laïques et des simples prêtres, lesquels ne sont, en aucun cas, juges de la foi. L'Église enseignante, par laquelle Dieu enseigne et gouverne les fidèles répandus sur toute la terre, est composée du Pape et des Évêques; et comme c'est Dieu lui-même qui parle par elle, qui, par elle, enseigne, commande, condamne, pardonne, tout ce que l'Église enseignante lie ou délie sur la terre, est en même temps infailliblement lié et délié dans les cieux. En d'autres termes, l'Eglise enseignante est infaillible; elle ne peut se tromper ni nous tromper; elle est immédiatement assistée de Dieu.
http://www.virgo-maria.org/Documents/infaillibilite-pontificale/Segur_mgr_Le_pape_est_infaillible.htm

Les Evêques font toujours partie de l'Eglise enseignante.

L'Église enseignante, par laquelle Dieu enseigne et gouverne les fidèles répandus sur toute la terre, est composée du Pape et des Évêques


Quant à ce que Mgr Guérard des lauriers dira, voilà ce que je réponds de sa prétendue autorité de théologien en la matière :

Mgr de Ségur : Ne nous laissons éblouir par aucun nom, par aucune gloire ; nous avons cet honneur unique, nous autres catholiques, de ne reconnaître que DIEU seul, que JÉSUS-CHRIST pour docteur et pour Maître. Nous ne sommes les disciples d'aucun homme sur la terre ; et si nous obéissons au Pape et à l’Episcopat, c'est que Jésus-CHRIST nous commande, nous enseigne, nous régit par leur ministère.

Le Pape, Chef de l'Episcopat, vient d'être déclaré infaillible : c'est à JÉSUS-CHRIST que nous obéissons lorsque nous recevons humblement, amoureusement la parole de son Vicaire.

Mais lorsque nous abandonnons cette voie pour suivre tel ou tel Docteur, fût-il prêtre, fut-il même Evêque, ce n'est plus à DIEU, c'est à l'homme que nous adhérons; et cela est indigne d'un chrétien.


Pas besoin de théologie, juste d'un catéchisme, de bons cours de doctrine et de bon sens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Credo… apostolicam Ecclesiam   

Revenir en haut Aller en bas
 
Credo… apostolicam Ecclesiam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: