Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   Sam 11 Sep - 13:38



HOMÉLIE XX. QUANT A CE QU'ON OFFRE EN SACRIFICE AUX IDOLES, NOUS SAVONS QUE NOUS AVONS TOUS UNE SCIENCE. LA SCIENCE ENFLE, LA CHARITÉ ÉDIFIE. (CHAP. VIII, VERS. 1, JUSQU'A LA FIN DU CHAP.)




ANALYSE.



Citation :
1. La science inutile sans la charité.

2. L'homme ne peut connaître Dieu parfaitement.

3. Saint Paul enseigne le néant des idoles et l'unité de Dieu, il ne parle de la Trinité qu'avec beaucoup de ménagement, à cause de la faiblesse de ceux à qui il avait affaire, et de peur qu'ils ne s'imaginent qu'il admet plusieurs dieux.

4. Une action a beau être indifférente par elle-même, si on la commet en la croyant mauvaise, on pèche. — Notre conscience est la mesure de nos actes.

5. s'abstenir d'une chose en soi indifférente, s'il en doit résulter un scandale.

6. Contre le faste et la vanité du monde et des riches.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   Sam 11 Sep - 13:39

1. Il faut d'abord expliquer le sens de ce passage; cela facilitera l'intelligence de ce que nous devons dire. Celui qui voit accuser quelqu'un et ne connaît pas la nature de sa faute, ne comprendra rien à ce que l'on dira. Que reproche donc ici Paul aux Corinthiens? Un grand crime, source de bien des maux. Lequel? Un grand nombre d'entre eux sachant que ce n'est pas ce qui entre dans l'homme qui le souille, mais ce qui en sort; que les idoles, le bois, la pierre, les démons ne peuvent ni aider, ni nuire, abusaient outre mesure de cette parfaite connaissance, à leur détriment et à celui des autres. En effet, ils allaient aux idoles, y prenaient place à table, et causaient par là un grand mal.

Car ceux qui craignaient encore les idoles, qui ne savaient point encore les mépriser, participaient à ces repas, parce qu'ils voyaient de plus parfaits qu'eux s'y asseoir, et ils en éprouvaient un très-grand dommage (vu qu'ils ne touchaient pas dans les mêmes dispositions que (419) ceux-ci à ces mets qui leur étaient présentés, mais qu'ils les regardaient comme offerts aux idoles :.ce qui était le chemin de l'idolâtrie) ; et ceux mêmes qui étaient plus parfaits n'en souffraient pas médiocrement, puisqu'ils assistaient à des repas diaboliques. Tel était le crime. Or le bienheureux, pour porter remède au mal, né débute point par des termes violents, car c'était plutôt un acte de folie qu'un acte de malice.

C'est pourquoi il n'est pas besoin d'abord de vifs reproches et d'indignation, mais plutôt d'exhortation. Remarquez donc la prudence avec laquelle il procède : « Quant à ce qu'on offre en sacrifice aux idoles, nous savons que nous avons tous la science ». Laissant de côté les faibles, suivant son constant usage, il s'adresse en premier lieu aux forts. C'est ce qu'il a déjà fait dans son épître aux Romains : « Mais vous qui jugez votre frère ». (Rom. XI, 10). Le fort, en effet, est plus capable de porter un reproche.

Il agit de même ici : il commence par crever leur orgueil en leur faisant voir que cette parfaite connaissance, qu'ils regardaient comme leur privilège propre , était chose vulgaire : « Nous savons que tous ont la connaissance ». Si, les laissant dans leur orgueil, il eût d'abord montré que cette connaissance était nuisible aux autres, il eût fait plus de mal que de bien. En effet, quand l'âme ambitieuse se croit parée de quelque chose, cette chose fût-elle nuisible aux autres , elle s'y attache de toutes ses forces, parce qu'elle est tyrannisée par la vaine gloire. Voilà pourquoi Paul examine d'abord l'objet en lui-même , comme il l'a fait plus haut à propos de la sagesse profane qu'il a complètement détruite.

Mais là il avait raison : car cette sagesse est absolument mauvaise et la détruire était facile; aussi a-t-il prouvé qu'elle était non-seulement inutile, mais opposée à la prédication. Ici il ne pouvait agir de même : car il est question de science, et de science parfaite. Il n'était donc pas sans danger de la rejeter, et cependant on ne pouvait autrement réprimer l'orgueil qu'elle inspirait. Que fait-il alors? D'abord en montrant qu'elle est vulgaire, il comprime l'enflure de ceux qui s'en glorifiaient. En effet, on s'enorgueillit d'une chose grande et belle quand on la possède seul; mais quand on s'aperçoit qu'elle appartient à tout le monde, on n'éprouve plus le même sentiment.

Donc en premier lieu il établit que ce qu'ils croyaient posséder seuls était un bien commun à tous; puis, cela posé, il ne prétend pas être le seul qui en jouisse avec eux: il eût encore par là flatté leur orgueil. Car si on est fier de posséder seul un avantage, on ne l'est pas moins de le partager avec un ou deux hommes placés au-dessus du vulgaire. Il ne parle donc pas de lui, mais de tous ; il ne dit pas : Et moi aussi j'ai la science, mais: « Nous savons que tous ont connaissance ».

De cette première manière il abat d'abord leur orgueil, et plus vivement encore, de la seconde. Laquelle? En montrant que cette connaissance non-seulement n'est pas parfaite, mais est très-imparfaite; et non-seulement imparfaite, mais nuisible, si on ne lui adjoint quelque autre chose. En effet, après avoir dit : « Que tous ont connaissance », il ajoute : « La science enfle, mais la charité « édifie ». Ainsi la science, sans la charité, porte à l'orgueil. — Mais, direz-vous, la charité aussi sans la science est inutile. — L'apôtre ne le dit pas; mais laissant cela comme une chose convenue, il fait voir que la science a très-grand besoin de la charité.

En effet, celui qui aime, accomplissant le plus important des commandements , manquât-il de quelque autre chose , obtiendra bientôt la science par la charité, comme Corneille et beaucoup d'autres; tandis que' celui qui a la .science sans la charité, non-seulement ne fera pas de progrès, mais la perdra même souvent, en tombant dans l'orgueil. En sorte que la science n'engendre pas la charité, mais en sépare plutôt, si l'on n'y prend garde, en produisant l'enflure et l'orgueil.

Car la jactance a coutume de diviser, et la charité d'unir et de mener à la science. C'est ce que l'apôtre exprime par ces mots : « Mais si quelqu'un aime Dieu, celui-là est connu de lui ». Il veut donc dire : Je ne m'oppose pas à ce qu'on ait la science parfaite, mais je veux qu'elle soit jointe à la charité ; autrement elle sera inutile, et même nuisible.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   Dim 12 Sep - 20:07

2. Voyez-vous comme il prélude déjà à ce qu'il va dire de la charité? Comme tous les maux des Corinthiens provenaient, non de la science. parfaite, mais de ce qu'ils n'avaient pas assez de charité ni de ménagement les uns pour les autres, ce qui produisait les divisions , l'orgueil et toutes les fautes qu'il leur a reprochées et celles qu'il leur (420) reprochera encore : voilà pourquoi il insiste souvent sur la charité, pourvoyant ainsi à la source de tous les biens. Pourquoi, leur dit-il, la science vous enfle-t-elle? Elle vous nuira, si vous n'avez pas la charité.

Qu'y a-t-il de pire que la jactance? Mais avec la charité, la science est en sûreté. Si vous savez quelque chose de plus que votre prochain et que vous l'aimiez, vous ne vous enorgueillirez pas, mais vous lui communiquerez ce que vous savez. C'est pourquoi, après avoir dit : « La science enfle », il ajoute : « Mais la charité édifie ». Il ne dit pas : est modeste, mais il dit quelque chose de plus grand et de plus utile : car la science n'enflait pas seulement, elle divisait. Voilà pourquoi il oppose un terme à l'autre. Il donne ensuite un troisième motif pour les humilier. Lequel? c'est que, même unie à la charité, la science n'est pas encore parfaite; aussi ajoute-t-il : « Si quelqu'un se persuade savoir quelque chose, il ne sait encore rien comme il faut le savoir ».

Voilà le coup mortel. Je n'affirme pas seulement, dit-il, que la science est commune à tout le monde; qu'en haïssant votre prochain et vous enfant d'orgueil, vous vous faites un très-grand tort; mais eussiez-vous seul la science, fussiez-vous modeste et charitable envers vos frères, vous êtes encore imparfait, même au point de vue de la science : vous ne savez encore rien comme il faut le savoir. Que si nous n'avons aucune connaissance complète, comment quelques-uns ont-ils poussé la folie jusqu’à prétendre connaître Dieu parfaitement? Eussions-nous la science parfaite de toute autre chose, il nous est impossible d'avoir celle-là. Car il n'est pas possible de dire la distance qui sépare Dieu de tout le reste.

Et voyez comme il abat leur orgueil ! Il ne dit pas : Vous n'avez pas une connaissance suffisante du sujet en question, mais : de quoi que ce soit. Il ne dit pas : vous, mais : qui que ce soit, même Pierre, Paul , ou tout autre. Par là il les console et les réprime tout à la fois. « Mais si quelqu'un aime Dieu, il est connu de lui ». Il ne dit pas : le connaît, mais: « Est connu de lui ». Car nous ne connaissons pas Dieu, mais Dieu nous connaît. Aussi le Christ disait-il : Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, mais c'est moi qui vous ai choisis. (Jean, XV, 16.) Et Paul, dans un autre endroit : « Mais alors je connaîtrai comme je suis connu moi-même ». (I Cor. XIII, l2.)

Considérez donc comment il rabat leur orgueil. D'abord il leur fait voir qu'ils ne sont pas seuls à savoir ce qu'ils savent : « Nous avons tous la science »; ensuite que cette science est chose nuisible sans la charité : « La science enfle »; puisque, même jointe à la charité, elle n'est point une chose complète et parfaite : « Si quelqu'un se persuade savoir quelque chose, il ne sait encore rien comme il faut le savoir »; ensuite qu'ils ne tiennent point cette science d'eux-mêmes, mais qu'elle est un don de Dieu : car il ne dit pas : connaît Dieu, mais : « Est connu de Dieu »; enfin, que c'est là l'effet de la charité qu'ils n'ont pas encore comme il faut : « Mais si quelqu'un aime Dieu, celui-là est connu de lui». Après avoir par tous ces moyens guéri leur enflure, il commence à établir la doctrine, en disant: « A l'égard des viandes qui sont immolées aux idoles, nous savons qu'une idole n'est rien dans le monde et qu'il n'y a pas d'autre Dieu que le Dieu unique ».

Voyez dans quel embarras il est tombé ! Il veut prouver qu'il faut s'abstenir de ces tables, et que d'ailleurs elles ne sauraient nuire à ceux qui s'y assoient : deux choses qui ne semblent guère s'accorder entre elles. Car sachant que ces tables ne pouvaient nuire, les Corinthiens devaient y courir comme à des choses indifférentes ; et les en empêcher, c'était les porter à croire que c'était parce qu'elles avaient le pouvoir de nuire. Après avoir donc détruit l'opinion qu'on pouvait avoir des idoles, il donne pour première raison de s'en éloigner, ce scandale des frères, en disant: « A l'égard des viandes immolées aux idoles, nous savons qu'une idole n'est rien dans le monde ». Il fait encore de cette connaissance une chose commune, il ne veut pas qu'ils l'aient seuls, mais il l'étend à toute la terre. Ce n'est pas seulement chez vous, dit-il, mais c'est dans le monde entier que cette croyance est admise.

Quelle croyance? « Qu'une idole n'est rien dans le monde, et qu'il n'y a pas d'autre Dieu que le Dieu unique ». Il n'y a donc pas d'idoles? point de statues? Il y en a, mais elles sont absolument impuissantes; ce sont des pierres et des démons, et non des dieux. Il s'adresse maintenant aux uns et aux autres, et à ceux qui sont plus grossiers et à ceux qui paraissent sages. Car, comme les uns ne voient rien au-delà de la pierre, et (421) que les autres croient qu'il y réside certaines vertus qu'ils appellent dieux : l'apôtre dit aux premiers qu'une idole n'est rien dans le monde, et aux seconds qu'il n'y a pas d'autre Dieu que le Dieu unique.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   Lun 13 Sep - 15:16

3. Voyez-vous qu'il n'écrit pas cela simplement pour établir un dogme, mais aussi pour constater une différence avec les gentils? Et c'est ce qu'il faut toujours observer chez lui, soit qu'il parle d'une manière absolue , soit qu'il s'adresse à des adversaires. Et cela ne contribue pas peu a rendre son enseignement précis et à nous donner l'intelligence de ses paroles. « Car, quoiqu'il y ait ce qu'on appelle des dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre (or il y a ainsi beaucoup de dieux et beaucoup de seigneurs), pour nous cependant il n'est qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses, et nous qu'il a faits pour lui; et qu'un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui toutes choses sont et nous aussi par lui ».

Comme il a dit qu'une idole n'est rien, qu'il n'y a pas d'autre Dieu, et que cependant il existait des idoles et ce qu'on appelait des dieux ; pour ne pas paraître aller contre l'évidence, il ajoute (si on les appelle dieux tels qu'ils sont, ils ne sont pas dieux, mais on leur donne ce nom : ils sont dieux de nom et non d'effet), il ajoute, dis-je : « Soit dans le ciel, soit sur la terre ». Dans le ciel il veut dire le soleil, la lune, et tout le choeur des astres, car les grecs les adoraient; sur la terre, il entend les démons et les hommes mis au rang des dieux. « Mais pour nous il n'est qu'un Dieu, le Père ». Après avoir d'abord dit, sans nommer le Père : « Il n'y a pas d'autre Dieu que le Dieu unique », et avoir rejeté tout le reste, il ajoute le mot Père. Ensuite, comme preuve très-forte de divinité, il ajoute « De qui viennent toutes choses ». C'est en effet une preuve que les autres dieux ne sont pas dieux. Mort aux dieux qui n'ont pas fait le ciel et la terre ! Et ce qui suit n'est pas moins important : « Et nous qu'il a faits pour lui ».

En disant : « De qui viennent toutes choses», il veut parler de la création, de l'acte qui a donné l'existence à ce qui n'était pas; mais quand il dit: « Et nous qu'il a faits pour lui », il tient le langage de la foi et exprime le lien propre qui nous unit à Dieu : vérité qu'il a déjà énoncée plus haut, en disant : « Et c'est de lui que vous êtes dans le Christ Jésus ». (I Cor. a, 30.) Car nous sommes à lui doublement: par la création et par la vocation à la foi, qui est aussi une création : ce qu'il exprime ailleurs en ces termes : « Pour des deux former en lui-même un seul homme nouveau (Eph. II, 15), et un seul Seigneur, « Jésus-Christ, par qui toutes choses sont, et nous aussi, par lui ».

Il faut penser la même chose du Christ. Car c'est par lui que le genre humain a été tiré du néant, et ramené de l'erreur à la vérité. En sorte que ces mots : « De lui », ne veulent pas dire dans le Christ puisque nous avons été faits de lui par le Christ. Il n'a donc pas attribué, comme par lot, au Fils le nom de Seigneur, au Père celui de Dieu. Car l'Ecriture prend souvent ces termes l'un pour l'autre, comme quand elle dit : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur », et encore : « C'est pour cela que Dieu, votre Dieu, vous a oint » (Ps. CIX et XLIV); et ailleurs : « Auxquels appartient selon la chair, le Christ, qui est Dieu au-dessus de toutes choses ». (Rom. IX, 5.) Souvent vous verrez ces mots pris l'un pour l'autre. S'ils étaient ici attribués comme lot propre à chaque nature, le Fils, en tant que Fils, ne serait pas Dieu, Dieu comme le Père. Après avoir dit : « Nous n'avons qu'un Dieu », il eût été inutile d'ajouter « le Père », pour indiquer celui qui n'a pas été engendré; il eût suffi de dire « Dieu », si Paul n'avait pas eu d'autre but. On peut encore donner une autre raison.

Si vous prétendez que quand on parle d'un seul Dieu, ce mot « Dieu » ne s'applique pas au Fils, faites attention qu'on peut en dire autant à propos du Fils. En effet, il est appelé « un seul Seigneur » ; cependant nous ne disons pas que ce mot ne convient qu'à lui seul. En sorte que cette expression « un seul » a la même valeur pour le Fils que pour le Père; et comme, en disant que le Fils est le seul Seigneur, l'apôtre n'entend pas empêcher que le Père soit Seigneur comme le Fils; de même en disant que le Père est le seul Dieu., il n'entend pas que le Fils n'est pas Dieu comme le Père. Que si quelques-uns disaient: Pourquoi ne fait-il aucune mention de l'Esprit, nous répondrions qu'il s'adressait aux idolâtres et qu'il s'agissait de savoir s'il y a plusieurs dieux et plusieurs seigneurs.

Voilà pourquoi il a appelé le Père Dieu, et le Fils Seigneur. Si donc il n a pas osé appeler le Père Seigneur en même temps que le Fils, pour ne (422) pas être soupçonné par eux d'admettre deux seigneurs, ni appeler le Fils Dieu en même temps que le Père, pour ne pas paraître croire à deux dieux: pourquoi vous étonnez-vous qu'il n'ait pas fait mention de l'Esprit? En ce moment il avait affaire aux païens, et devait leur faire voir que nous n'admettons pas la pluralité des dieux. Aussi répète-t-il sans cesse: « Un seul. Il n'y a pas d'autre dieu que « le seul Dieu » ; et encore: « Nous n'avons qu'un Dieu et qu'un Seigneur ». II est donc clair que c'est par ménagement pour la faiblesse de ses auditeurs qu'il emploie ces manières de parler, et pour cela aussi qu'il ne mentionne pas l'Esprit ; autrement il n'eût point dû en parler ailleurs, et le joindre au Père et au Fils. Car si l'Esprit. est séparé du Père et du Fils, il fallait encore bien moins le nommer au baptême avec le Père et le Fils; là où la majesté divine apparaît surtout et où l'on reçoit des dons qu'il n'appartient qu'à Dieu d'accorder.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   Mar 14 Sep - 13:24

4. Je viens de dire la raison pour laquelle le Saint-Esprit est ici passé sous silence; dites-nous, si cela n'est pas, pourquoi, dans le baptême, on le joint au Père et au Fils? Vous n'avez pas d'autre raison à donner, si ce n'est qu'il est leur égal en honneur. Mais quand Paul n'a plus le même motif, voyez comme il joint son nom aux deux autres: « Que la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ et la charité de Dieu le Père et la communication du Saint-Esprit soit avec vous tous ». (II Cor. XIII, 13.) Et encore: « Il y a des grâces diverses, mais c'est le même Esprit; il y a diversité de ministères, mais c'est le même Seigneur;et il y a des opérations diverses, mais c'est le même Dieu ». (I Cor. XII , 4, 5, 6.)

Mais comme il s'adressait aux gentils et à d'autres plus faibles encore que les gentils, il use de réserve et passe le mot sous silence; comme font les prophètes à propos du Fils qu'ils ne nomment nulle part ouvertement, à cause de la faiblesse de ceux qui les écoutent. « Mais cette science n'est pas en tous ». Quelle science? Celle de Dieu , ou celle qui regarde les viandes immolées aux idoles? Il fait ici allusion ou aux gentils qui reconnaissaient plusieurs dieux et seigneurs et ne connaissaient pas le véritable, ou à d'autres qui, plus faibles que les grecs, ne savaient pas encore clairement que les idoles ne sont pas à craindre et qu'une idole n'est rien dans ce monde. Après avoir dit cela, il les console et les rassure peu à peu. Il n'était pas à propos de toucher à tous les points, surtout quand il avait à les attaquer encore plus vivement.

« Car même jusqu'à cette heure, quelques-uns, dans la persuasion de la réalité de l'idole, mangent des viandes comme ayant été offertes à l'idole; ainsi leur conscience, qui est faible , s'en trouve souillée ». Ils ont, dit-il, encore peur des idoles. Ne me parlez pas de l'état présent des choses, ne me dites pas que vous avez reçu de vos ancêtres la vraie religion; mais reportez votre pensée à ces temps, songez que la, prédication était récemment établie , que l'impiété dominait encore, que les autels fumaient toujours, que les sacrifices et les libations se pratiquaient encore, que les gentils étaient en majorité , qu'ils avaient reçu leur culte impie de leurs ancêtres, qu'ils descendaient de pères, d'aïeux, de bisaïeux païens, qu'ils avaient beaucoup souffert de la part des démons , qu'ils n'étaient changés que depuis peu : et figurez-vous dans quelle situation ils devaient être, comme ils devaient craindre et redouter les piéges des démons.

C'est à eux que l'apôtre fait allusion, quand il dit: « Mais quelques-uns, dans la persuasion que les viandes ont été immolées aux idoles ». Il ne les indique pas ouvertement de peur de les blesser, il ne néglige cependant pas d'en parler, mais d'une manière indéfinie, en disant: « Car même jusqu'à cette heure, quelques-uns, dans la persuasion que la viande a été immolée aux idoles; la mangent comme telle ». C'est-à-dire, dans le même esprit qu'autrefois. « Et leur conscience; qui est faible, s'en trouve souillée », parce qu'elle n'a pas encore la force de mépriser les idoles et d'en rire , mais qu'elle reste dans le doute. Ils éprouvent ce qu'éprouverait quelqu'un qui , en touchant un mort, croirait se souiller à la manière des Juifs; puis voyant les autres le toucher avec une conscience pure , se souillerait néanmoins parce qu'il ne serait pas dans les mêmes dispositions. « Jusqu'à cette heure , quelques-uns dans la persuasion de la réalité de l'idole ». Ce n'est pas sans raison qu'il dit : « Jusqu'à cette heure », mais pour prouver qu'on n'a rien gagné à ne pas user de condescendance. Car ce n'était pas ainsi qu'il fallait les amener, mais d'une autre manière, par la persuasion de la parole et de l'enseignement. « Et leur (423) conscience, qui est faible, s'en trouve souilée».

Il ne parle nulle part de la nature de la chose, mais toujours et partout de la conscience de celui qui y prend part. Il craint de blesser et d'affaiblir le fort, en voulant corriger le faible. C'est pourquoi il ménage autant l'un que l'autre. Il ne veut pas qu'on croie rien de semblable, mais il s'étend longuement pour enlever jusqu'au moindre soupçon là-dessus. « Ce ne sont point les aliments qui nous recommandent à Dieu. Car si nous mangeonsnous n'aurons rien de plus; et si nous ne mangeons pas, nous n'aurons rien de moins ». Voyez-vous comme il rabat encore leur orgueil?

Après avoir dit qu'ils ne sont pas seuls à avoir la science , mais que tous l'ont; que personne ne sait rien comme il faut le savoir, puis que la science enfle ; ensuite , après les avoir consolés, en disant que tous n'ont pas la science, qu'il en est qui se trouvent souillés, par suite de leur faiblesse, de peur qu'on ne dise: que nous importe si tous n'ont pas la science? pourquoi un tel ne l'a-t-il pas? pourquoi est-il faible? de peur, dis-je, qu'on ne lui fasse ces objections, il n'en vient pas immédiatement à prouver qu'il faut s'abstenir pour ne pas scandaliser le faible; mais, préludant de loin à cette idée, il en traite d'abord une plus importante. Laquelle? qu'il ne faut pas faire cela, quand même personne n'en souffrirait, quand même le prochain n'en serait pas entraîné à sa ruine; car ce serait faire une chose inutile. En effet, celui qui sait que son action est nuisible à un autre mais profitable pour lui, n'est pas très-disposé à s'en abstenir; mais il n'y a pas de peine, quand il s'aperçoit qu'il n'a aucun avantage à en retirer.

Voilà pourquoi Paul dit tout d'abord : « Ce ne sont point « les aliments qui nous recommandent à Dieu ». Voyez-vous comme il réduit à rien ce qui semblait le fruit d'une science parfaite ? « Car si nous mangeons, nous n'aurons rien de plus »; c'est-à-dire, nous n'en serons pas plus agréables à Dieu, comme si nous avions fait quelque chose de bon et dé grand. « Et si nous ne mangeons pas, nous n'aurons rien de moins», c'est-à-dire, nous n'aurons rien perdu. Il prouve ainsi d'abord que c'est une chose superflue , que ce n'est rien: car ce qui ne sert à rien quand on le fait, et ne nuit pas quand on l'omet, est évidemment superflu.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   Mer 15 Sep - 13:37

5. Ensuite il va plus loin et montre que la chose est nuisible. Il parle du tort qui en résulte pour les frères. « Mais prenez garde que cette liberté que vous avez ne soit une occasion de chute pour ceux de vos frères qui sont faibles ». Il ne dit pas: La liberté que vous avez est une occasion de chute , il ne le décide même pas, pour ne pas les rendre plus audacieux. Que dit-il donc? « Prenez garde », pour les épouvanter et en même temps les faire rougir et les amener à s'abstenir. Il ne dit point non plus: Votre science, ce qui semblerait un éloge; ni : votre perfection, mais: « La liberté que vous avez »: ce qui indique mieux la témérité, l'orgueil et la présomption. Il ne dit point: A vos frères, mais: « A ceux de vos frères qui sont faibles » ; aggravant ainsi l'accusation , puisqu'ils n'ont point d'égards pour les faibles, même d'entre leurs frères.

Vous ne corrigez pas , vous n'excitez pas au bien, soit ! mais pourquoi supplantez-vous , pourquoi faites-vous tomber, quand vous devriez tendre la main ? Vous ne voulez pas aider, du moins ne renversez pas. Si votre frère était méchant , il aurait besoin de punition ; il est faible, il n'a besoin que de remèdes. Et il n'est pas seulement faible , il est encore votre frère. « Car si quelqu'un vous voit, vous qui avez la science, assis à table dans un temple d'idoles, sa conscience , qui est faible, ne le portera-t-elle pas à manger des viandes sacrifiées? » Après avoir dit : « Prenez garde que cette liberté que vous avez ne soit une occasion de chute » , il fait voir comment cela peut arriver. Partout il parle de faiblesse pour qu'on ne croie pas que la chose est nuisible par elle-même et que les démons sont à craindre. Votre frère, dit-il, est sur le point de renoncer complètement aux idoles; mais, en voyant que vous vous plaisez dans leurs temples, il prend cela pour une leçon et continue à y aller. Ainsi donc le piège ne vient pas seulement de sa faiblesse, mais aussi de votre conduite déplacée ; vous le rendez plus faible.

« Ainsi , par vos aliments , périra un faible , votre frère , pour qui le Christ est mort ». Deux choses, là , rendent votre faute inexcusable : il est faible et c'est votre frère. L'apôtre en ajoute une troisième , la plus terrible de toutes. Laquelle? C'est que le. Christ a daigné mourir pour lui , et que vous , vous n'avez point d'égards pour sa faiblesse. Par là Paul rappelle à celui qui est parfait ce qu'il était autrefois , et que le Christ est aussi mort pour (424) lui. Il ne dit pas: Pour qui vous devriez mourir, mais, ce qui est bien plus: « Pour qui le Christ est mort ». Et, quand votre Maître a consenti à mourir pour lui, vous n'en tenez aucun compte, au point de ne pas même vous abstenir, à cause de lui, d'un repas criminel; au point de le laisser périr, après qu'il a été racheté à ce prix; et cela (ce qu'il y a de pire), pour des aliments?

Il ne dit pas: A cause de votre perfection , ni : à cause de votre science, mais : pour des aliments. Voilà donc quatre chefs d'accusation , et des plus graves : C'est votre frère, il est faible, le Christ l'a estimé jusqu'à mourir pour lui , et, après tout, des aliments sont l'occasion de sa perte. « Or, péchant de la sorte contre vos frères et blessant leur conscience faible, vous péchez contre le Christ ». Voyez-vous comme il a amené, insensiblement et peu à peu, ce péché à sa plus haute expression ? Il revient encore sur la faiblesse. Il fait retomber sur leur tête tout ce qu'ils croyaient être à leur avantage. Il ne dit pas: Scandalisant, mais: « Blessant », pour faire ressortir leur cruauté par l'énergie du terme. Car quoi de plus cruel qu'un homme qui frappe un malade? Or le scandale est la plus grave des blessures : souvent il entraîne la mort.

Et comment pèchent-ils contre le Christ? D'abord parce que le Christ regarde comme siens les intérêts de ses serviteurs ; secondement, parce que ceux qu'on blesse, appartiennent à son corps et à ses membres; en troisième lieu , parce qu'ils détruisent, par ambition personnelle, son ouvrage, ce qu'il a édifié au prix de sa propre mort. « C'est pourquoi, si ce que je mange scandalise mon frère, je ne mangerai jamais de chair ». Il parle ici comme un maître excellent qui pratique lui-même ce qu'il enseigne. Il ne dit pas : à raison ou à tort, mais : de quelque manière que ce soit. Je ne parle pas, leur dit-il, de la viande immolée aux idoles, qui est interdite pour d'autres raisons : mais si quelque autre chose , d'ailleurs permise et en mon pouvoir, devient un sujet de scandale, je m'en abstiendrai, non pas un jour ou deux, mais pendant toute ma vie : «Je ne mangerai jamais de chair ». Il ne dit pas : de peur de donner la mort à mon frère, mais simplement pour ne pas le scandaliser.

Car c'est le comble de la démence de mépriser des êtres si chers au Christ, pour lesquels il a voulu mourir, de les mépriser, dis-je, jusqu'au point de ne pas vouloir s'abstenir d'aliments à cause d'eux. Et ceci ne s'adresse pas seulement aux Corinthiens, ruais aussi à nous, qui dédaignons le salut de notre prochain et tenons ce langage diabolique. Car dire : que m'importe, si un tel se scandalise et se perd? C'est montrer l'inhumanité et la cruauté de Satan. Alors le scandale provenait de la faiblesse de quelques-uns; chez nous, il n'en est pas de même. Car nous commettons des fautes qui scandalisent même les forts. En effet, quand nous frappons, quand nous volons, quand nous nous livrons à l'avarice, que nous traitons des hommes libres comme des esclaves, qui n'en est pas scandalisé? Ne me dites pas que l'un est savetier, l'autre teinturier, un troisième maréchal; souvenez-vous que ce sont des fidèles et vos frères. Nous sommes les disciples de pêcheurs, de publicains, de fabricants de tentes : de celui qui fut nourri dans la maison d'un artisan , et daigna avoir son épouse pour mère; qui, enveloppé de langes, fut couché dans une crèche; qui n'eut pas où reposer sa tête, qui marcha jusqu'à se fatiguer, et fut nourri par des étrangers.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   Jeu 16 Sep - 14:25

6. Pensez à cela et croyez que le faste humain n'est rien; que le fabricant de tentes est votre frère , comme celui qui est monté sur un char, a ses domestiques et se fait faire place dans les rues, et l'est même plus que lui. Car il semble que celui-là est plus justement appelé frère, qui se rapproche de vous davantage. Et qui ressemble le plus aux pêcheurs? Est-ce celui qui vit de son travail quotidien, qui n'a ni domestique ni domicile, mais est de tout côté accablé par la croix; ou celui qui est environné d'un si grand faste, et agit contrairement aux lois de Dieu? Ne méprisez donc pas celui qui est le plus votre frère : car il est le plus rapproché du modèle des apôtres. — Ce n'est pas volontairement, dites - vous , mais malgré lui ; car il travaille bien à contre-coeur. — Pourquoi dites-vous cela? N'avez-vous pas entendu l'ordre : « Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés ! » (Matth. VII, 1. ) Et pour convaincre qu'il ne travaille pas malgré lui, approchez et offrez-lui dix mille talents d'or; vous verrez qu'il les refusera.

Si donc, bien qu'il n'ait point reçu les richesses de ses ancêtres, il les refuse néanmoins quand on les lut offre,, et n'ajoute rien à ce qu'il. possède, il (425) donne une grande preuve de son mépris pour la fortune. Jean était fils du pauvre Zébédée ; nous ne dirons cependant pas que sa pauvreté n'était point volontaire. Ainsi, quand vous voyez un homme couper du bois, manier le marteau, tout couvert de suie , ne le méprisez pas pour cela; admirez-le plutôt : car Pierre avait repris sa ceinture, ses filets et son métier de pêcheur, après la résurrection du Seigneur. Et que parlé-je de Pierre? Paul, après avoir parcouru tant de contrées, opéré tant de miracles, se tenait dans son atelier de fabricant de tentes et cousait des peaux; et les anges le vénéraient et les démons le redoutaient; et il n'avait pas honte de dire : « Ces mains ont pourvu à mes besoins, et aux besoins de ceux qui étaient avec moi ». Que dis-je? il n'avait pas de honte ! Il s'en glorifiait.

Mais, direz-vous, qui est aujourd'hui vertueux comme Paul? — Personne, je le sais; mais ce n'est pas une raison pour mépriser les vertus d'aujourd'hui. Un fidèle que vous honorez en vue du Christ, fût-il au dernier rang, est digne d'être honoré. En effet, si deux hommes, l'un général et l'autre simple soldat, tous les deux aimés du roi, venaient chez vous et que vous leur ouvrissiez votre porte, dans lequel des deux penseriez-vous le plus honorer le prince? Evidemment c'est dans le soldat. Car le général, en dehors de l'amitié du roi , se recommande par d'autres titres à vos égards; tandis que le simple soldat n'en a pas d'autre que l'amitié du roi. Aussi Dieu nous ordonne-t-il d'inviter à nos festins les boiteux, les estropiés, ceux qui ne peuvent rien donner en- retour, parce que ce sont là des bienfaits accordés uniquement en vue de Dieu.

Mais si vous accordez l'hospitalité à un grand , à un homme illustre, l'aumône n'est pas aussi pure ; souvent la vaine gloire, l'avantage qui vous en revient, l'éclat qui en rejaillit sur vous aux yeux de la foule, y entrent pour quelque chose. J'en pourrais nommer beaucoup qui courtisent les plus illustres des saints , afin d'obtenir par leur intermédiaire plus de crédit chez les princes, et servir ainsi leurs propres intérêts et ceux de leurs maisons : ils sollicitent de ces saints. beaucoup de services; et par là ils perdent le mérite de leur hospitalité. Mais à quoi bon parler ici des saints ? Celui qui attend de Dieu même ici-bas la récompense de ses travaux et pratique la vertu en vue d'avantages présents , diminue sa récompense. Celui au contraire qui ne désire sa couronne que dans l'autre vie, est bien plus digne d'éloges : comme Lazare, qui y jouit de tous les biens; comme les trois enfants qui, sur le point d'être jetés dans la fournaise; disaient : « Il y a dans le ciel un Dieu qui peut nous sauver; que s'il ne le fait pas, sachez, ô roi, que nous n'honorons pas vos dieux, et que nous n'adorons pas la statue d'or que vous avez dressée ». (Dan. III, 17.)

Comme Abraham qui amena et immola son fils , et cela sans espoir de récompense, ou plutôt en regardant comme une très-grande récompense d'obéir à Dieu. Imitons-les. En agissant dans ce but, nous recevrons de grands biens en échange et de plus brillantes couronnes. Puissions-nous les obtenir tous par la grâce et la bonté de Notre-Seigneur Jésus-Christ, en qui appartiennent au Père, en union avec le Saint-Esprit, la grâce, l'empire, l'honneur, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

source

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/chrysostome/corinthiens/1co20.htm

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saint Chrysostome + Sacrifice aux idoles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUITE DE SAINT PAUL (1ère Corinthiens, XIV, v.1) Par Saint Jean Chrysostome.
» COMMENTAIRE SUR ISAÏE, Chapitre Septième. PAR SAINT JEAN CHRYSOSTÔME.
» Le culte des statues et des images
» Saint Jean Chrysostome et commentaire du jour "Qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive"
» Le saint sacrifice de la Messe (Le grand catéchisme de St Pie X)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: