Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saint Chrysostome + Premier discours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Saint Chrysostome + Premier discours   Mar 16 Nov - 14:53



1. L'événement dont vous êtes les témoins est-.:il véritable? ce qui est arrivé est-il réellement arrivé, et n'est-ce pas l'illusion d'un songe qui nous abuse? est-ce à présent la nuit qui règne? sommes-nous vraiment dans le jour? Sommes-nous tous réveillés? Eh ! qui croirait qu'en plein jour, tout le monde étant réveillé et de sang-froid, un jeune homme obscur, et sans mérite ait été élevé à un aussi grand honneur? Il ne serait pas étonnant que la nuit et le sommeil enfantassent de pareilles illusions. Souvent des hommes estropiés, mutilés, manquant même du nécessaire, se sont figuré en dormant qu'ils étaient beaux, bien faits, assis à la table des princes; mais ce n'était que l'effet du sommeil, et l'imposture d'un songe. Car telle est la nature du songe; il imagine des monstres et des prodiges, il se repaît de choses merveilleuses et extraordinaires. Tout change avec le jour, et les choses paraissent alors ce qu'elles sont.

Mais ce que vous voyez maintenant de vos propres yeux, et qui n'est que trop réel, est plus incroyable qu'un songe. Trop prévenu pour mes faibles talents, le peuple d'une grande ville, un peuple aussi nombreux et aussi distingué, attend de moi un discours d'un mérite supérieur. Cependant, quand je trouverais en moi-même des fleuves intarissables d'éloquence, pourrais-je voir ce grand nombre de personnes accourues pour m'entendre, sans que la crainte arrêtât le cours de mes paroles, et les fît retourner vers leur source? Mais lorsque, loin de trouver en moi les torrents d'une riche élocution, j'y trouve à peine de modiques ruisseaux, je devrais dire une source si faible qu'elle ne donne que goutte à goutte, n'ai-je pas lieu d'appréhender que la frayeur ne les tarisse et ne laisse entièrement à sec mon génie troublé, qu'enfin je n'éprouve ce qui nous arrive tous les jours?

Et que nous arrive-t-il? ce que nous tenons dans la main, ce que nous serrons dans les doigts, nous échappe lorsque nous sommes effrayés, parce que la peur qui relâche nos nerfs, ôte à notre corps toute sa force. Je crains que mon esprit ne subisse le même sort, et que le peu de pensées médiocres que j'ai recueillies avec (190) peine, ne s'évanouissent chassées par la peur, et ne laissent mon imagination absolument dépourvue. Je vous prie donc tous, princes et sujets, puisque vous avez causé mon embarras par votre empressement à venir écouter un orateur novice, je vous supplie de m'inspirer de la confiance par la ferveur de vos prières, de demander à Celui qui donne la parole pour annoncer avec force l'Evangile (Ps. LXVII, 12), qu'il dirige ma langue, en ce jour où j'ouvre la bouche pour la première fois (Ephés. VI, 19).

Il vous est très-facile, à vous qui êtes en si grand nombre et qui avez un si grand pouvoir auprès de Dieu, de rendre l'assurance à un jeune homme interdit; et il est juste que vous vous prêtiez à mes demandes, puisque c'est à cause de vous que je me suis hasardé de paraître sur un si grand théâtre. Oui, c'est ma charité pour vous, sentiment irrésistible, tyrannique, qui m'a déterminé à parler en public, moi qui ai si peu d'expérience pour la parole; c'est ce zèle ardent pour vos intérêts qui m'a fait entrer dans cette lice d'instruction, moi qui jusqu'à ce jour, éloigné de ces exercices, me suis tenu parmi les auditeurs, et me suis borné à un loisir tranquille. Mais qui serait assez dur, assez insensible pour ne rien dire à une assemblée si nombreuse? et quand on serait le moins éloquent des hommes, pourrait-on ne pas entretenir cette foule de fidèles si avides de nous entendre ?

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Premier discours   Mer 17 Nov - 14:16

Ayant à parler pour la première fois dans l'église, j'aurais voulu (1) offrir les prémices de mes discours au souverain Etre de qui je tiens l'organe de la parole. Que pourrait-il, en effet, y avoir de plus convenable? est-ce seulement de la vigne et de la moisson qu'on doit à Dieu les prémices? n'est-ce pas beaucoup plus encore des discours ; puisque ce fruit nous est plus propre, et qu'il est plus agréable au Seigneur, à qui nous en faisons hommage?

Les épis et les raisins sont enfantés par le sein de la terre, nourris par les eaux du ciel, cultivés par les mains des hommes : une hymne sainte est produite par la piété de l'âme, nourrie par une bonne conscience, recueillie par Dieu dans les greniers célestes; et autant l'âme par sa nature est supérieure à la terre, autant les productions de l'une sont préférables à celles de l'autre Aussi un prophète, homme admirable (c'est Osée) , exhorte-t-il ceux qui ont offensé le Seigneur, et qui veulent se le rendre propice, de prendre avec eux, non des troupeaux de boeufs ni des mesures de farine, ni une tourterelle et une colombe, ni aucune autre offrande semblable. Que veut-il donc qu'on prenne?

Portez avec vous, dit-il, des paroles. (Osée. XIV, 3.) Mais, dira-t-on, des paroles peuvent-elles former un sacrifice ? Oui , assurément , et le sacrifice le plus noble, le plus auguste, le plus excellent de tous. Qui nous en assure? celui qui était le plus versé dans cette doctrine, le grand et généreux David. Ce prince, rendant à Dieu des,actions de grâces pour une victoire qu'il avait remportée sur ses ennemis, s'exprimait à peu près de la sorte : Je célébrerai le nom de Dieu par des cantiques, je relèverai sa gloire par des louanges. (Ps. LXVIII , 35.) Ensuite voulant montrer toute l'excellence de ce sacrifice, il ajoute : Et ce sacrifice sera plus agréable au Seigneur que celui d'un jeune taureau dont les cornes et les ongles commencent à pousser. J'aurais donc voulu immoler aujourd'hui cette victime non sanglante, et offrir à Dieu ce sacrifice spirituel.

Mais hélas ! un sage me ferme la bouche et m'effraie en me, disant: La louange n'est point belle dans la bouche du pécheur. (Ecclés. XV, 9.) Et comme dans les couronnes il ne suffit pas que les fleurs soient pures, si la main qui les tresse ne l'est aussi; de même dans les hymnes sacrées il ne suffit pas que les paroles soient saintes, si l'âme qui les dispose ne l'est encore. Or, mon âme n'est point pure; souillée par le péché, elle manque de la confiance nécessaire. A l'autorité du sage dont nous venons de parler, ajoutons les paroles d'un législateur plus ancien, qui ferme aussi la bouche aux pécheurs. Ecoutons David qui nous parlait tout à l'heure des sacrifices; c'est lui qui a porté cette loi rigoureuse : Louez le Seigneur, dit-il, ô vous, habitants des cieux, louez-le dans les lieux les plus élevés! (Ps. CXLVIII, 1) louez le Seigneur, dit-il un peu plus bas, ô vous, habitants de la terre!

Il invite les créatures supérieures et inférieures, sensibles et intelligibles, visibles et invisibles; il forme un seul choeur des unes et des autres, et les exhorte à célébrer ensemble le Roi de l'univers ; mais il n'invite nulle part le pécheur, et il l'exclut encore du concert universel dans cette circonstance.

2. Pour vous en fournir une, preuve plus évidente, je vais vous lire le psaume même : Louez (191) le Seigneur, ô vous, habitants des cieux ! louez-le dans les lieux les plus élevés. Louez-le, vous tous qui êtes ses anges; louez-le, vous tous qui composez la troupe des puissances célestes. Vous voyez, mes Frères, que les anges louent le Seigneur, vous voyez les archanges, vous voyez les chérubins et les séraphins; car voilà ce que renferme cette expression : la troupe des puissances célestes. Le pécheur n'est nommé nulle part.

Et comment, me direz-vous, pouvez-vous savoir ce qui se passe dans le ciel? je vais donc vous faire descendre sur la terre, et vous montrer la seconde partie du choeur dont le pécheur est pareillement exclu : Louez le Seigneur, à vous, habitants de la terre, vous, dragons et poissons monstrueux, vous, bêtes féroces et animaux de toute espèce, vous serpents qui rampez, et vous oiseaux qui avez des ailes. Ce n'est pas sans raison que je m'arrête tout court en prononçant ces mots; peu s'en faut que je ne verse des larmes amères, que je ne pousse des cris lamentables. Quoi de plus triste ! je vous le demande. Les scorpions, les serpents, les dragons, sont invités à glorifier Celui qui les a faits; le pécheur seul est exclu de ce choeur sacré, et avec bien de la justice sans doute.

Le péché est une bête dangereuse et cruelle, qui ne signale pas seulement sa malignité sur les hommes, mais qui répand le venin de sa malice sur la gloire même du Roi suprême. C'est à cause de vous, dit l'Ecriture, que mon nom est blasphémé parmi les nations. (Is. LII, 5. — Rom. II, 24.) Voilà pourquoi le Prophète chasse le pécheur de toutes les contrées du monde, comme d'une patrie sacrée, et qu'il le relègue aux extrémités de la terre. Un habile musicien, afin que son instrument soit d'accord, en retranche la corde qui se trouve discordante, de peur qu'elle ne trouble l'harmonie des autres; un médecin qui connaît son art coupe sagement un membre gangrené, de peur que la corruption ne se communique aux membres sains: le Prophète agit de même, il retranche le pécheur de tout le corps des créatures, comme un membre gangrené et, comme une corde discordante.

Citation :
1 Saint Jean Chrysostome se disposait à parler sur l'incompréhensibilité de Dieu, contre les Anoméens, sujet qu'il traita bientôt après.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Premier discours   Jeu 18 Nov - 14:13

Que ferons-nous donc? il faut absolument que nous gardions le silence, puisque nous sommes retranché et rejeté. Mais garderons-nous un silence absolu? et personne ne nous permettra-t-il de célébrer le Maître de tous les hommes ? sera-ce en vain que nous aurons réclamé vos prières? sera-ce en vain que nous aurons imploré votre médiation ? A Dieu ne plaise que ce soit en vain ! J'ai trouvé une autre manière de glorifier le Seigneur, et je la dois à vos prières, qui, au milieu de mon embarras, ont brillé à mes regards comme des éclairs dans l'obscurité. Je louerai mes frères et mes semblables. Car je puis les louer, et la gloire en reviendra tout entière au souverain Maître. Oui, le Seigneur est glorifié par les louanges données aux hommes, comme Jésus-Christ J'annonce dans ce passage : Que votre lumière brille devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. (Matth. V,16.) Il reste donc une autre manière de glorifier le Très-Haut, que le pécheur peut employer sans enfreindre la loi.

3. Qui donc louerons-nous de nos frères et de nos semblables? quel autre, sinon le docteur et le maître de notre patrie, et par lui le Docteur et le Maître de toute la terre? car vous avez appris aux autres hommes à renoncer à la vie plutôt qu'à la vertu, comme il vous a appris lui-même à combattre jusqu'à la mort pour la vérité. Voulez-vous qu'avec ces victoires saintes nous tressions les couronnes de son éloge? Je le voudrais, sans doute; mais je vois une mer immense d'actions illustres, et je crains qu'ayant pénétré dans cet abîme, il ne me soit plus permis d'en sortir. Qui pourrait, en effet, raconter les exploits anciens de notre pontife, ses courses, ses voyages, ses veilles, ses soins et ses sollicitudes, ses combats, ses trophées et ses victoires sans nombre, en un mot, cette longue suite de faits glorieux, auxquels non-seulement ma langue, mais aucune langue humaine ne pourrait atteindre , et qui demanderaient une voix apostolique, animée de cet Esprit divin, seul capable de tout dire et de tout enseigner? Nous laisserons donc cette partie de la vie de notre père commun, pour. passer à une autre qui soit moins profonde, et que nous puissions en quelque sorte parcourir légèrement avec une simple nacelle.

Parlons d'abord de sa tempérance; disons comment il a triomphé de ses penchants, comment il a bravé les délices, comment il a méprisé une table somptueuse, lui qui avait été nourri dans une maison opulente. Il n'est pas étonnant que celui qui a vécu dans la pauvreté embrasse une vie dure et austère : la pauvreté, compagne assidue de son pèlerinage, (192) lui rend chaque jour le fardeau plus léger mais celui qui est possesseur de grandes richesses, ne s'arrachera pas facilement à la satisfaction d'en jouir, et à tout cet essaim de passions qui investissent son âme. Les ténèbres épaisses dont elles obscurcissent son esprit ne lui permettent pas de lever les yeux au ciel, mais le forcent de les baisser vers la terre , et de ne soupirer que pour les choses de ce monde. Non, il n'est pas de plus grand obstacle dans la voie qui conduit au ciel, que les richesses et tous les vices qu'elles enfantent. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Jésus-Christ lui-même qui l'a prononcé : Il est plus aisé qu'un câble passe par le trou d'une aiguille, qu'un riche n'entre dans le royaume des cieux. (Matth. XIX, 24.) Mais ce qui était si difficile, ou plutôt impossible, est devenu possible; ce qui embarrassait depuis longtemps le bienheureux Pierre, ce que cet apôtre voulait apprendre de son Maître, nous le savons tous par expérience, et même quelque chose de plus encore; car, non-seulement, notre pontife s'est transporté dans le ciel, il y a même introduit un peuple nombreux, quoique avec les richesses il eût d'autres empêchements qui n'étaient pas moindres, je veux dire la jeunesse et une liberté prématurée. Il s'est vu orphelin de bonne heure; état dangereux pour la plupart des hommes, état séduisant, dont le charme les enchante, les corrompt et les perd. Toutefois triomphant de ces obstacles , et prenant son essor vers les cieux, il s'est élevé à une philosophie céleste, sans se laisser éblouir par les prospérités de la vie présente, et sans considérer l'éclat de ses ancêtres.

Ou plutôt il a considéré ses ancêtres, non ceux qui lui étaient unis par les liens du sang, mais ceux auxquels il appartenait par les sentiments de la vertu, et dont il a copié le caractère. Il a considéré le patriarche Abraham, il a considéré le grand Moïse, qui, élevé à la cour d'un prince, nourri à une table somptueuse, au milieu de toute la pompe et de tout le faste des Egyptiens (et vous savez combien les Barbares sont fastueux et superbes), plein de mépris pour toute cette grandeur, lui a préféré l'argile et la brique des infortunés Israélites, et s'est mis au nombre des prisonniers et des esclaves, lui qui était roi et fils de roi. Mais pour prix de son sacrifice, il a retrouvé beaucoup plus de splendeur qu'il n'en avait abandonné volontairement. Après sa fuite, après sa servitude chez son beau-père, après avoir essuyé une infinité de maux, dans un pays étranger, de retour à la cour du roi, il est devenu le maître de ce prince, ou plutôt son Dieu : Je vous ai établi, dit l'Ecriture, le Dieu de Pharaon. (Exod. VII, 4.) Oui, il brillait avec plus d'éclat que le souverain de l'Egypte, sans être orné du diadème, sans être revêtu de la pourpre, sans être traîné sur un char d'or, sans être environné de tout le faste qu'il avait foulé aux pieds : La gloire de la fille du roi, dit le Prophète, est toute au dedans d'elle-même. (Ps. XLIV, 15.) Moïse revint donc à la cour de Pharaon, armé d'un sceptre par lequel il commandait non-seulement aux hommes, mais au ciel, à la terre, à la mer, à la nature de l'air et des eaux, aux lacs, aux fontaines, aux fleuves. Tous les éléments étaient dociles à ses ordres ; toutes les créatures devenaient entre ses mains tout ce qu'il voulait, et comme un serviteur fidèle, elles obéissaient à l'ami de leur Maître sur tous les points comme à leur Maître lui-même.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Tétraèdre



Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 02/06/2009

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Premier discours   Jeu 18 Nov - 16:37

La Révélation bien méditée possède cette faculté de bien harmoniser les pensées les paroles et les actes et l'être entier (1 Thess V -23) le corps l'âme et l'esprit, donc de bien civiliser les pulsions les émotions et la raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Premier discours   Ven 19 Nov - 14:08

Formé sur ce grand modèle, notre pontife en a été une copie parfaite, et cela dès sa jeunesse, si jamais il a été jeune, ce que je ne puis croire, tant il a eu un esprit mûr dès le berceau. Mais lorsqu'il était jeune par le nombre des années, il s'est rempli d'une sagesse divine; et sachant que notre nature est comme un terrain sauvage, il a usé de la parole sainte comme d'une faux tranchante, pour couper sans peine toutes les passions de l'âme.

Enfin il a présenté au Cultivateur suprême un champ bien nettoyé, propre à y jeter la semence qu'il a reçue, tout entière, bien avant, et non simplement à la surface; de sorte que sa vertu profondément enracinée n'a pu être ni desséchée par les rayons du soleil, ni étouffée par les pointes des épines. Tel est le soin qu'il prenait de son âme; quant à son corps, il réprimait les révoltes de la chair par les remèdes de la tempérance, leur donnant le jeûne pour frein comme à un cheval indocile, et ne cessant de contredire ses passions, qu'il ne les eût domptées par une rigueur salutaire que tempérait la sagesse ; il n'affligeait pas son corps jusqu'à le rendre inhabile aux divers emplois pour lesquels il voulait s'en servir; il ne permettait pas non plus qu'il prît trop d'embonpoint, de peur qu'étant trop bien traité, il ne se révoltât contre la raison chargée de tenir les rênes; mais il était occupé en même temps (193) et à le maintenir sain et à le rendre soumis.

Cette vigilance qu'il avait montrée étant jeune, il ne s'en départit pas lorsqu'il fut plus avancé en âge ; il est toujours aussi attentif à présent même qu'il est parvenu à la vieillesse comme à un port tranquille. La jeunesse, mes très-chers frères, ressemble à une mer furieuse dont les flots sont agités sans cesse par l'impétuosité des vents; au lieu que la vieillesse, nous plaçant dans un port calme et paisible, à l'abri des vents et des flots, nous fait jouir d'une douce paix, fruit de l'âge et de la raison. Quoiqu'il jouisse à présent de cette tranquillité, et qu'il soit parvenu au port, comme je l'ai dit, notre saint pontife n'est pas moins inquiet que ceux qui se trouvent encore au milieu (d'une mer orageuse. Et cette crainte, il l'a prise du bienheureux Paul, (lui, après avoir été ravi au troisième ciel, disait: Je crains qu'après avoir prêché aux autres, je ne sois réprouvé moi-même. (I Cor. IX, 27.)

C'est ainsi que notre père commun s'entretient dans une crainte continuelle pour être continuellement à l'abri de tout danger. Toujours assis au gouvernail, il observe, non le lever des astres, ni les écueils cachés ou visibles, mais les attaques violentes ou insidieuses du démon, et les combats d'une raison superbe. Il fait sans cesse le tour de son camp, pour que tous ceux qu'il renferme soient à l'abri du péril. Il ne veille pas seulement à ce que le navire qu'il conduit ne soit pas submergé, mais il donne tous ses soins pour qu'aucun des passagers ne soit troublé et inquiété dans sa route. C'est grâce à sa sagesse que nous naviguons tous heureusement, et que nous voguons à pleines voiles.

Lorsque nous avons perdu son illustre prédécesseur qui l'avait élevé comme son fils, nous ressentions les plus vives inquiétudes nous pleurions et nous gémissions, désespérant que ce siège fût jamais occupé par un pontife qui lui ressemblât. Mais dès que son digne successeur parut, il dissipa à l'instant toute nôtre tristesse, comme le soleil dissipe un nuage. Nos regrets et notre douleur s'évanouirent si promptement, qu'il nous semblait que le saint personnage qui nous avait gouvernés était sorti du tombeau et avait repris sa place sur son siège.

Mais notre ardeur à célébrer les vertus du père commun nous a fait passer insensiblement les bornes, non celles que nous marquaient ses vertus, dont nous avons à peine esquissé le tableau, mais celles que prescrivait notre jeunesse. Arrêtons-nous donc et terminons ici notre éloge. Il m'en coûte d'abandonner un sujet aussi riche; j'ai regret de le quitter si promptement, et tout mon désir serait de l'épuiser. Mais ne désirons pas ce qui est impossible; ne poursuivons pas ce que nous ne saurions atteindre. Le peu que nous avons dit doit suffire à l'empressement de ceux qui nous écoutent. Pour jouir d'un parfum précieux il n'est pas nécessaire de répandre tout le vase qui le contient; si on y touche seulement de l'extrémité du doigt, le peu qui en émane embaume les airs, et remplit tous les lieux environnants d'une odeur suave. C'est ce qui nous arrive aujourd'hui, non par la force et la beauté de nos discours, mais par l'excellence des vertus que nous célébrons.

Retirons-nous donc pour adresser nos prières au ciel; conjurons le Seigneur de maintenir notre mère commune dans la paix et la tranquillité, et de faire parvenir à la plus longue vie celui qui est à la fois notre père, notre maître, notre pasteur, notre pontife. Si vous daignez aussi vous occuper de nous, qui n'osons encore nous mettre au nombre des prêtres, parce qu'on ne saurait compter des avortons parmi des êtres parfaits; mais enfin si vous daignez vous occuper de moi comme d'un simple avorton (I Cor. XV, Cool, demandez à Dieu qu'il nous fortifie de sa grâce. Nous avions besoin de secours même auparavant, lorsqu'éloigné des affaires nous menions une vie privée; mais depuis que nous sommes élevé au sacerdoce, soit par l'empressement des hommes, soit par une faveur d'en-haut (je ne dis pas de quelle manière, et je ne dispute point sur mon élection, de peur qu'on ne croie que je parle avec déguisement) ; depuis donc que nous sommes élevé au sacerdoce, depuis qu'on nous a imposé ce pesant fardeau, nous avons besoin de beaucoup d'aide et de prières, afin de pouvoir remettre au Seigneur tout le dépôt qu'il a mis entre nos mains, dans ce jour où ceux à qui on a confié des talents paraîtront pour en rendre compte.

Demandez donc au ciel que nous soyons non de ceux qui seront liés et jetés dans les ténèbres, mais de ceux qui pourront au moins obtenir quelque pardon, par la grâce et la bonté de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui soient la gloire, l'empire et l'adoration dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Premier discours   Ven 19 Nov - 14:09

source

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/chrysostome/1erdiscours/index.htm

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saint Chrysostome + Premier discours   Aujourd'hui à 8:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Saint Chrysostome + Premier discours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Rémi Archevêque de Reims, Saint Paul Premier Ermite, commentaire du jour "L'homme se leva et le suivit"
» Saint André, le premier appelé (+ 62) Saint du jour
» SUITE DE SAINT PAUL (1ère Corinthiens, XIV, v.1) Par Saint Jean Chrysostome.
» COMMENTAIRE SUR ISAÏE, Chapitre Septième. PAR SAINT JEAN CHRYSOSTÔME.
» Fête de Saint Etienne, premier martyr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: