Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DISCUSSIONS...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mer 6 Avr - 21:30

Des clowns et des calomniateurs

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mer 6 Avr - 22:43

Dans le fil « Première "hérésie conciliaire" » sur le forum “Tenu par les Dames”, que de discussions inutiles !

Le nommé “Mariannus”, qui a initié ledit fil, ne cesse d’invoquer le légitime droit de suivre absolument sa conscience même quand celle-ci se trouve dans l’erreur invincible (mais non dans l’ignorance coupable) découlant du devoir, sous peine de péché formel, de le faire (« conscience faussée oblige mais n’excuse pas ») pour justifier la fausse liberté religieuse prônée dans la “Déclaration” vaticandeuse, Dignitatis Humanæ personæ

Et tout le monde, en particulier Sa Sainteté la Papesse Jeanne-Thérèse “Gaby, mords-les !” et surtout le Clown.Mégalomane.Inquisiteur, de disputer sans fin contre l’auteur du fil en question ! No …

Ce faisant, personne ne voit que ce n’est pas ledit légitime droit de suivre absolument sa conscience, découlant du devoir, sous peine de péché formel, de le faire, que prône de manière erronée Dignitatis Humanæ personæ, mais l’interdiction, pour tout pouvoir (tant religieux que civil) d’empêcher celui qui est dans l’erreur (invincible ou coupable) de mettre publiquement en œuvre son (ou ses) erreur(s) !
Car c’est dans cette scandaleuse interdiction que réside l’erreur inadmissible de Vatican II sur la fausse liberté religieuse (sans parler d’autres erreurs dans d’autres domaines)…

C’est ainsi que, dans son dernier message, le Charlot.Monstrueusement.Idiot ne voit pas qu’il n’y a aucune contradiction entre le fait que St Thomas d’Aquin « affirme que la raison erronée oblige (I-II, q. XIX, a. 5) » (ou/et que St Alphonse « dit que celui qui suit sa conscience invinciblement erronée mérite (Théologie Morale, I 6) ») et le fait que le même saint Thomas « n'hésitait pas à prescrire à la Duchesse de Brabant que les Juifs, tant qu'ils étaient dans leur erreur, devaient demeurer dans un état de servitude dans la société » !
Il ne voit pas, ce clown , que l’“on est donc [aucunement] loin d'un quelconque droit [privé] et l'obligation de nier [en privé] le Christ” car, PUBLIQUEMENT, comme dans le cas de la Duchesse de Brabant, ce “droit” et cette “obligation” réservés au domaine privé, doivent être interdits…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marianus
Invité



MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Jeu 7 Avr - 22:01

Bonsoir cher JP B,

Si j'ai bien compris, l'erreur de prône de Dignitatis Humanæ consiste dans :

JP B a écrit:
... l’interdiction, pour tout pouvoir (tant religieux que civil) d’empêcher celui qui est dans l’erreur (invincible ou coupable) de mettre publiquement en œuvre son (ou ses) erreur(s) !

Pourriez-vous juste me préciser si cette erreur est une hérésie (au moins matérielle ...).

Respectueusement.
Revenir en haut Aller en bas
Luernos
Baptisé


Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 8 Avr - 1:12

Jean-Paul Bontemps écrit avec raison:
Citation :
[Ce que] prône de manière erronée Dignitatis Humanæ personæ, [mais] (c'est) - l’interdiction, pour tout pouvoir (tant religieux que civil) d’empêcher celui qui est dans l’erreur
(invincible
ou coupable)
de mettre publiquement en œuvre son (ou ses) erreur(s) !

Car c’est dans cette scandaleuse interdiction que réside l’erreur inadmissible de Vatican II sur la fausse liberté religieuse (sans parler d’autres erreurs dans d’autres domaines)…

DH allègue que serait fondée sur la Révélation opérée par la Sainte Trinité, cette interdiction.
V2 prétend donc que la totalité des prédécesseurs des Pères conciliaires de V2-unis-à-Montini- se seraient trompés foncièrement sur un objet essentiel de la Révélation, qui est l'élément "subjectif". Ils se seraient trompés avec une étrangement belle unanimité et pertinacité.

Pour parvenir à cette assertion stupéfiante, le magistère de V2 présuppose que chaque individu dispose d'une liberté constitutive même de sa conscience. Leurs prédécesseurs auraient ignoré - par définition - les acquis des sciences, et ces acquis auraient congédié définitivement ce qu'ils qualifient chez eux, de déplorables a priori métaphysiques périmés.
En réalité, qui ne voit que ces nouveaux pasteurs ont délibérément adopté une vision de l'homme, du monde, de la vie et donc accessoirement de Dieu, qui ravale inéluctablement ce dernier à une image d'Epinal tellement "kitch" qu'ils n'hésitent pas à s'octroyer le privilège de lui redonner quelques couleurs bien mondaines, et futuristes?

Et cette option n'est de plus qu'un choix métaphysique que l'on pourrait même qualifier de plus archaïque que celui incriminé chez l'Eglise Catholique.
Il s'agit de la métaphysique intronisant La Liberté, révélée par les Lumières notamment, Liberté dont disposerait par nature chaque individu, de croire en un ordre supérieur de choses, engloberait d'un côté:
le sentiment religieux, interne à la psychologie de l'individu,
et de l'autre, et de manière indissoluble, l'expression externe de cette croyance.
Liberté inhérente à l'esprit humain;
liberté de croyance qui se manifeste par une opération psychologique interne à l'individu,
et liberté de croyance qui s'extériorise dans la vie publique, par "un culte" ce qui signifie un comportement quelconque en relation avec cette croyance intime, mais qui possède un caractère social collectif et public.
Voilà les trois aspects de la notion unique de "liberté religieuse" qui résilieraient pour l'avenir et de manière irréversible (cf. l'abbé Ratzinger a averti que l'oecuménisme était irréversible) les distinctions dorénavant obsolètes d'erreur invincible ou d'erreur coupable,
et qui par voie de conséquence interdiraient à tout pouvoir politique de s'opposer à la propagation publique des erreurs quelles qu'elles soient.
Dès lors, le conciliabule de V2 affirme de manière implicite mais avec une logique implacable que la Sainte Trinité se serait manifestée dans l'histoire des hommes uniquement pour conférer une onction de sacré à cette liberté globale d'une part.
D'autre part, elle serait intervenue pour légitimer à titre de corollaire à ce but primordial, et cette fois, dans le domaine profane parallèle au sacré, l'unique limite susceptible d'y être apportée. Cette limitation se ramènerait à l'ensemble des lois civiles pénales et constitutionnelles, contingentes, particulières, éphémères, contradictoires, que n'importe quel régime démocratique, oligarchique ou ploutocratique, édictent sous les auspices de la Nouvelle Norme Suprême: l'ordre public démocratique.


L'inversion est donc parfaite dans la réalité doctrinale ; mais la fidélité des "pasteurs" en question étant encore plus parfaite dans l'expression verbalement traditionnelle de la doctrine, peu de gens comprennent le fond de l'affaire.

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 8 Avr - 2:01

Bonsoir, cher Marianus !

Vous me demandez de préciser si l'erreur que prône Dignitatis Humanæ et qui consiste dans l’interdiction, pour tout pouvoir (tant religieux que civil) d’empêcher celui qui est dans l’erreur (invincible ou coupable) de mettre publiquement en œuvre son (ou ses) erreur(s) « est [ou non] une hérésie (au moins matérielle ...) ».
Pourquoi ?

Que cela soit ou non « une hérésie (au moins matérielle ...) », est absolument secondaire :
Ce qui compte, c'est qu'il est impossible, en vertu de la Constitution dogmatique Dei Filius (chapitre 3 De fide, § 4) du Concile du Vatican (24 avril 1870), qu'un Pape, au cours d'un concile œcuménique (Magistère universel), promulgue une erreur (même si ce n'est pas « une hérésie (au moins matérielle ...) ») en prétendant que cela serait contenu dans « la Parole de Dieu... » !
(Cf. DH vs Quanta Cura par JPB, les 5 premiers messages pour plus de précisions, et surtout les deux premiers.)

En effet, le chapitre 3 (De fide) de la Constitution Apostolique Dei Filius enseigne dans son 4ème § :
Citation :
[…] on doit croire de foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu, écrite ou transmise, et que l’Église propose à croire comme divinement révélé, soit par un jugement solennel, soit par le magistère ordinaire et universel.
(MANSI, Amplissima Collectio Conciliorum, H. Welter Éditeur, Arnhem Pays-Bas, tome 51, colonnes 429 à 436 – Denz.-Bannw., 1781-1820.)

Respectueusement et en toute cordialité

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 8 Avr - 2:13

Il s'ensuit, bien sûr, que Paul VI ne pouvait pas, le 7 décembre 1965 en promulguant la “Déclaration erronée, Dignitatis Humanæ personæ, être formellement Pape, même si l'erreur (ou les erreurs) de cette “Déclaration” ne constituai(en)t pas, à proprement parler, « une hérésie (au moins matérielle ...) » !

Le fil que vous avez initié, cher Marianus, et qui porte le titre de « Première "hérésie conciliaire" », est, par ce titre même et ce que vous tenter d'y montrer, une provocation sur laquelle vos interlocuteurs, du forum où vous l'avez fait, sont bêtement tombés à pieds joints Laughing , avouez-le moi ! Very Happy ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marianus
Invité



MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 8 Avr - 11:02

Merci JP B d'avoir répondu. Si j'ai donc bien compris, il n'y a pas à proprement parler d'hérésies dans Vatican II, mais bien des erreurs.

Permettez une nouvelle question :

L'individu qui soutient une proposition erronée est-il hérétique (matériel) ?
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 8 Avr - 12:40

"L'individu qui soutient une proposition erronée est-il hérétique (matériel) ?"

Si l'erreur en question n'a pas encore été condamnée par l’Église ou qu'elle ne nie pas, ne serait-ce qu'implicitement, un dogme de Foi divine (contenu ne serait-ce qu'implicitement dans la Révélation), de Foi catholique (défini infailliblement par la Sainte Église Catholique) ou de Foi divine et catholique (contenu ne serait-ce qu'implicitement dans la Révélation et, de plus, défini infailliblement par la Sainte Église Catholique), dans ce cas-là, non, la proposition erronée n'étant pas une "hérésie", l''individu qui soutient n'est pas, pas même matériellement, hérétique aux yeux de l’Église, et nous, qui n'avons l'Autorité dans l’Église, nous n'avons pas le droit de le considérer hérétique tant que la Sainte Église Catholique ne l'a pas déclaré tel !

Qu'en est-il en réalité, c'est-à-dire aux yeux de Dieu ?
Si l''individu en question a conscience (ce que nous ne pouvons savoir) que son erreur est réellement une erreur dans la foi, il est, bien sûr, hérétique aux yeux de Dieu, c'est-à-dire en réalité !
Mais, tant que la Sainte Église Catholique ne l'a pas déclaré tel, nous n'avons pas le droit de dire qu'il est hérétique...

Je réponds à vos questions ; vous ne répondez pas à la mienne :
Pourquoi ? (toutes vos questions)

Je crois vous avoir montré que ces arguties ne servent à rien en ce qui concerne les « “papes vaticandeux »
Alors, où voulez-vous en venir ?

Nous attendons vos explications...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marianus
Invité



MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 8 Avr - 16:28

JP B a écrit:
Je réponds à vos questions ; vous ne répondez pas à la mienne :
Pourquoi ? (toutes vos questions)

Pourquoi ? Mais pour comprendre ! J'ai tellement entendu dire que pour les sédévacs, Vatican II et l'Eglise "conciliaire" était hérétique, que je me disais que ça devait être une fourmilière d'hérésies ... Et voici qu'en creusant un peu, avec vous-même et vos chers amis ( Wink ) de Te Deum, je m'aperçois qu'on ne parle plus d'hérésie, mais d'erreur. Il y a déjà une nuance.

Donc, récapitulons :

- Vatican II a enseigné des "erreurs", non des "hérésies". Prends acte.

- Une erreur, comme vous venez de le dire, n'est pas une hérésie, contrairement au fait que toute hérésie est une erreur.

- Alors, une dernière question : soutenir une proposition erronée (cas des "conciliaires") entraîne-t-il la perte (au moins formelle) de son office (papauté, cardinalat, épiscopat, etc ...) ?
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Sam 9 Avr - 1:48


Premièrement
, Marianus, ce que vous avez « entendu dire » des “sédévacs”, comme vous écrivez péjorativement tandis qu’ils sont autant, sinon plus, catholiques que vous qui suivez apparemment un clown qui n’est pas formellement Pape comme je vous l’ai démontré dans les textes du lien (DH vs Quanta Cura par JPB) que je vous ai déjà donné et pour lesquels vous ne m’avez apporté aucune objection, ce que vous avez « entendu dire » des “sédévacs”, dis-je, ne sont apparemment que des âneries !

Deuxièmement
, quand, à propos de la “Déclaration au mois erronée, Dignitatis Humanæ personæ, j’ai écrit ici (en disant que Paul VI ne pouvait pas, le 7 décembre 1965 en promulguant ladite “Déclaration”, être formellement Pape)
Citation :
[…] même si l’erreur (ou les erreurs) de cette “Déclaration” ne constituai(en)t pas, à proprement parler, « une hérésie (au moins matérielle ...) »
cela n’est qu’une condescendance envers ceux qui tiennent mordicus qu’il n’y a pas hérésie mais cela ne constitue aucunement de ma part une reconnaissance de non-hérésie !
C’est en effet le sens de la locution « même si […] » que j’ai employée volontairement et dont vous faites superbement abstraction…

Troisièmement, l’expression « Église “conciliaire” », outre le fait d’être employée par des sommités vaticandeuses, ne l’est, chez les sédévacantistes actuels (qui ne le sont qu’en raison de l’absence, depuis le « concil[iabul]e vaticandeux” », de l’Autorité dans l’Église) que parmi des extrémistes qui considèrent abusivement que toute la hiérarchie sacrée actuelle est hors de la Sainte Église Catholique pour hérésie formelle.

Quatrièmement
, il y a tant d’erreurs, dans ce “concil[iabul]e”, qu’il me paraît téméraire d’affirmer qu’il ne s’y trouve aucune hérésie !
De plus et pour la même raison, il ne me paraît même pas téméraire, en revanche, de dire qu’il s’y trouve bel et bien « une fourmilière d’hérésies »…
Si je ne vous ai pas contredit lorsque, dans ce message, vous avez écrit « Si j'ai donc bien compris, il n'y a pas à proprement parler d'hérésies dans Vatican II, mais bien des erreurs », c’est, d’une part parce qu’après les précisions (dont je vois que vous n’avez pas tenu compte !…) que je vous avais données dans les messages précédents, cela me paraissait secondaire et que d’autre part, vous me posiez une nouvelle question (pour me piéger : « L'individu qui soutient une proposition erronée est-il hérétique (matériel) ? ») qui m’a paru plus importante…

C’est pourquoi quand vous dites dans votre dernier message : « […]je m’aperçois qu’on ne parle plus d’hérésie, mais d’erreur. Il y a déjà une nuance. », vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au coude !…

C’est également pourquoi vous vous trompez lourdement en prenant acte, dans votre récapitulation, de ce que « Vatican II [aurait] enseigné des “erreurs”, non des “hérésies” » !
Pour se prononcer, il faudra attendre que l’Église ait retrouvé une Autorité, c’est-à-dire un Pape formaliter (ce qui arrivera immanquablement car, malgré la crise actuelle et l’absence de cette Autorité aujourd’hui, « les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle » !...), qui déclare infailliblement ce qu’il en est, dans le détail, de telle et telle erreur vaticandeuse.
(Ce sera d’ailleurs là, réellement « interpréter le [« concil[iabul]e vaticandeux” »] à la lumière de la Tradition », expression idiote et perverse s’il en est ! Car un “concil[iabul]e erroné ne s’interprète pas « à la lumière de la Tradition » : on le CONDAMNE)

Cela dit, vous me demandez, non sans malice ( !…) : « soutenir une proposition erronée (cas des “conciliaires”) entraîne-t-il la perte (au moins formelle) de son office (papauté, cardinalat, épiscopat, etc. …) ? »
Ou bien vous ne savez pas lire (ce que je ne crois pas) ou bien vous jouer, comme je le subodore et vous lai déjà signifié ici, les provocateurs…
Je vous ai en effet écrit
Citation :
Le fil que vous avez initié, cher Marianus, et qui porte le titre de « Première “hérésie conciliaire” », est, par ce titre même et ce que vous tenter d’y montrer, une provocation […]
Et j’ajoutais : « avouez-le moi ! Very Happy ... » Mais vous vous en êtes bien gardé…
Or, j’ai déjà, dans ce message, répondu par avance à votre pernicieuse question :
Citation :

[…] il est impossible, en vertu de la Constitution dogmatique Dei Filius (chapitre 3 De fide, § 4) du Concile du Vatican (24 avril 1870), qu’un Pape, au cours d’un concile œcuménique (Magistère universel), promulgue une erreur (même si ce n’est pas « une hérésie (au moins matérielle ...) ») en prétendant que cela serait contenu dans « la Parole de Dieu… » !
(Cf.
DH vs Quanta Cura par JPB, les 5 premiers messages pour plus de précisions, et surtout les deux premiers.)

En effet, le chapitre 3 (De fide) de la Constitution Apostolique Dei Filius enseigne dans son 4ème § :
Citation :
[…] on doit croire de foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu, écrite ou transmise, et que l’Église propose à croire comme divinement révélé, soit par un jugement solennel, soit par le magistère ordinaire et universel.
(MANSI, Amplissima Collectio Conciliorum, H. Welter Éditeur, Arnhem Pays-Bas, tome 51, colonnes 429 à 436 – Denz.-Bannw., 1781-1820.)

Il est vrai que je ne réponds là que sur la question du Pape et non sur les autres autorités («  cardinalat, épiscopat, etc. … ») car il faut faire la distinction entre le Pape qui, en tant que Pape, est infaillible et ne peut donc, en tant que Pape, « soutenir une proposition erronée » même involontairement, et ces autres “autorités” qui, elles, prises individuellement et surtout sans le Pape, ne jouissent pas de l’infaillibilité et peuvent donc être dans l’erreur sans cesser, si l’erreur est involontaire, d’être formellement catholiques, ou sans cesser, tant que l’erreur n’est pas pertinace (ce qui n’arrive que quand on refuse d’obtempérer aux rappels à l’ordre de l’Autorité) d’être matériellement catholiques c’est-à-dire d’appartenir encore comme membres morts au Corps de l’Église sinon à son Âme.
Aussi, pour savoir si « soutenir une proposition erronée (cas des “conciliaires”) entraîne[ou non] la perte (au moins formelle) de son office ([je ne parle pas là du cas de la papauté, mais des] cardinalat, épiscopat, etc. …) », je vous renvoie vers les « chers amis ( Wink ) » du forum “Tenu par des Dames” : elles sont spécialistes de la perte d’office ipso facto Laughing !…

Quant à vous, sachez que vos provocations (manifestes, si, si !…) ne prendront pas ici et que, si elles s’avèrent trop criantes, vos messages seront modérés, voire supprimés purement et simplement…

A bon entendeur, salut !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jerkoff
Invité



MessageSujet: JPII   Dim 10 Avr - 23:29

Question pour JPB.
@ JPB
Le premier mai 2011, S.S. le Pape Jean Paul II sera béatifié.
Alors, JPII sera un Béat formellement et matériellement, ou seulement matériellement, ou seulement formellement.
@ JPB
S'il vous plaît raisonnez et fondez bien ta réponse.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Jerkoff
Invité



MessageSujet: JPII Béat   Lun 11 Avr - 5:38



@ JPB
RE: Béatification du JPII
Ou ne sera-t-il pas rien mais un simple laïque vulgaire comme tous ? Si oui, pourqoui oui? Si non, pourquoi non?.







Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Lun 11 Avr - 8:00

Jerkoff a écrit:
Question pour JPB.
@ JPB
Le premier mai 2011, S.S. le Pape Jean Paul II sera béatifié.
Alors, JPII sera un Béat formellement et matériellement, ou seulement matériellement, ou seulement formellement.
@ JPB
S'il vous plaît raisonnez et fondez bien ta réponse.
Merci.
Si le 1er mai, "béatification de Jean-Paul II" il y a, de la part de Josef RATZINGER,
  1. ce ne sera pas une béatification car seul un Pape en acte (c'est-à-dire formellement Pape) peut le faire ;

  2. ce ne sera pas celle de "S.S. le Pape Jean Paul II" car Karol WOJTYLA, si, de son vivant, il était en puissance de devenir Pape sous le nom de Jean Paul II, il ne l'est jamais devenu comme le montrent tous ses faits et gestes jusqu'à sa mort, et donc, ce n'est pas "S.S. le Pape (Jean Paul II)" qui, prétendument sera béatifié.

  3. Alors, JPII NE sera ABSOLUMENT PAS un Bienheureux !

Le reste de ta question (formellement et matériellement, ou seulement matériellement, ou seulement formellement) est comme toi, Wulcain : complètement GÂTEUSE !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jerkoff
Invité



MessageSujet: Béat JPIII   Lun 11 Avr - 21:30

JPB a écrit:

"Si le 1er mai, "béatification de Jean-Paul II" il y a, de la part de Josef RATZINGER,
1. ce ne sera pas une béatification car seul un Pape en acte (c'est-à-dire formellement Pape) peut le faire ;
2. ce ne sera pas celle de "S.S. le Pape Jean Paul II" car Karol WOJTYLA, si, de son vivant, il était en puissance de devenir Pape sous le nom de Jean Paul II, il ne l'est jamais devenu comme le montrent tous ses faits et gestes jusqu'à sa mort, et donc, ce n'est pas "S.S. le Pape (Jean Paul II)" qui, prétendument sera béatifié.
3. Alors, JPII NE sera ABSOLUMENT PAS un Bienheureux !

Le reste de ta question (formellement et matériellement, ou seulement matériellement, ou seulement formellement) est comme toi, Wulcain : complètement GÂTEUSE !"


Merci beaucoup, JPB, pour ton analyse brillante et explication très logique des faits sur la non-béatification du S.S. Jean Paul III. En somme, donc, pouvons-nous dire que, effectivement, Jean Paul III continuera à être un simple laïque vulgaire comme tous ? Si oui, pourquoi oui? Si non, pourquoi non?
Revenir en haut Aller en bas
Marianus
Invité



MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Lun 11 Avr - 21:43

Bonsoir cher JP B,

Merci d'avoir pris le temps de me répondre.

Je retiens que :

JP B a écrit:
... le Pape [...], en tant que Pape, est infaillible et ne peut donc, en tant que Pape, « soutenir une proposition erronée » même involontairement ...

C'est également ce que me sous-entendaient vos frères ennemis de Te Deum. Je voulais simplement une confirmation.

Et je vous avoue très franchement qu'il me semblerait impensable qu'un pape enseigne ... des erreurs. Non, ce n'est pas possible. A moins que ce qu'on croit être des erreurs ... n'en sont pas.

Respectueusement, et ... à plus tard !
Revenir en haut Aller en bas
clément
Baptisé


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Lun 11 Avr - 22:52

Marianus a écrit:
Bonsoir cher JP B,

Merci d'avoir pris le temps de me répondre.

Je retiens que :

JP B a écrit:
... le Pape [...], en tant que Pape, est infaillible et ne peut donc, en tant que Pape, « soutenir une proposition erronée » même involontairement ...

C'est également ce que me sous-entendaient vos frères ennemis de Te Deum. Je voulais simplement une confirmation.

Et je vous avoue très franchement qu'il me semblerait impensable qu'un pape enseigne ... des erreurs. Non, ce n'est pas possible. A moins que ce qu'on croit être des erreurs ... n'en sont pas.

Respectueusement, et ... à plus tard !

Quelques citations parmi des centaines :

- Saint Alphonse de Liguori : "Ceux-là sont la peste et la ruine de l’Église qui prétendent,et veulent que le Pasteur suprême puisse errer dans ses jugements en matière de foi "

- Paul IV, Pape : "Il ne faut pas que l’on puisse reprocher au pontife romain de dévier dans la foi. Il est sur terre le Vicaire de Dieu et de Notre Sei­gneur Jésus-Christ; il a la plénitude de l’autorité sur les nations et les royaumes." (Constitution apostolique Cum ex apostolatus)

Le Siège Apostolique est "TOUJOURS pur de toute erreur doctrinale selon la divine promesse du Seigneur [...] sa foi est à JAMAIS indéfectible"(extrait de la Constitution dogmatique Pastor aeternus)

C'est ce qui faisait dire à Mgr de Ségur, ami de Pie IX :

"Tout le monde est donc obligé, sous peine de péché mortel, sous peine d'hérésie et d'apostasie, de croire, du fond du cœur, sans aucune restriction, que le Souverain Pontife ne peut errer lorsqu'il enseigne l'Église. On doit le croire, parce que c'est une vérité divine et révélée, une, vérité définie par l'Eglise. On doit le croire de cœur, et le professer de bouche, comme on croit toutes les autres vérités de la foi: la Trinité, l'Incarnation, la présence réelle, etc." (Le pape est infaillible - Chapitre IX - cet ouvrage a été approuvé par Pie IX par un bref...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.catholique-sedevacantiste.com/
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mar 12 Avr - 5:02

Jerkoff a écrit:

[...]

Merci beaucoup, JPB, pour ton analyse brillante et explication très logique des faits sur la non-béatification du S.S. Jean Paul III. En somme, donc, pouvons-nous dire que, effectivement, Jean Paul III continuera à être un simple laïque vulgaire comme tous ? Si oui, pourquoi oui? Si non, pourquoi non?

Que signifient ces références à un Pape (ou “pape” non-formaliter) « S.S. Jean Paul III » ?

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Mar 12 Avr - 6:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mar 12 Avr - 5:58

Marianus a écrit:

[...]

A moins que ce qu'on croit être des erreurs ... n'en sont pas.

[...]

Si les prétendues “erreurs” ne sont des “erreurs” qu'en apparence, il est sûr en effet que ce ne sont pas des... “erreurs”.
Si en revanche une doctrine (comme celle de la liberté religieuse prônée par la “Déclaration” “vaticandeuseDignitatis Humanæ personæ) est, comme c'est le cas, en opposition DE CONTRADICTION avec une doctrine de Foi (comme celle de l'Encyclique Quanta cura de Sa Sainteté le Pape Pie IX dans la quelle il est infaillible et où est condamnée LA MÊME liberté religieuse) il est certain que cette nouvelle doctrine (en l'occurrence, la liberté religieuse prônée dans Dignitatis Humanæ personæ et condamnée par Quanta cura) est une ERREUR dans la Foi au minimum, voire, le cas échéant, une hérésie si cette erreur est condamnée comme telle (ce qui n'est pas le cas de ladite liberté religieuse prônée par Dignitatis Humanæ personæ et condamnée dans Quanta cura).

Or, parmi d'excellentes autres citations, dont certaines relèves de l'infaillibilité, notre ami Clément en a tirée une, qui relève précisément de l'infaillibilité, de la Bulle Cum ex Apostolatus de Sa Sainteté le Pape Paul IV, valant Constitution apostolique.
Le paragraphe 6 de ladite Bulle infaillible parle de l'élu d'un conclave accepté dans la paix à l'unanimité par la totalité de l'Église, qui aurait donné son consentement à sa désignation et qui, pourtant, devrait être tenu pour non-pape !...

Donc, il est fort possible qu'un “pape” en apparence, c'est-à-dire un « “pape materialiter » promulgue des... erreurs qui soient de véritables erreurs !

CQFD clown ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jerkoff
Invité



MessageSujet: Non béat.   Mar 12 Avr - 7:30

JPB a écrit :

« Que signifient ces références à un Pape (ou “pape” non-formaliter) « S.S. Jean Paul III » ? »


Aimons ou n'aimons pas, 99% de l’Église (1,200,000,000 de fideles) il considère Pape à Jean Paul II.

Erreur typographique : Jean Paul III. Il doit être Jean Paul II.
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mar 12 Avr - 9:25

Jerkoff a écrit:

JP B a écrit:
Que signifient ces références à un Pape (ou “pape” non-formaliter) « S.S. Jean Paul III » ?

Aimons ou n'aimons pas, 99% de l’Église (1,200,000,000 de fideles) il considère Pape à Jean Paul II.

Erreur typographique : Jean Paul III. Il doit être Jean Paul II.


"Erreur typographique : Jean Paul III. Il doit être [lu] Jean Paul II."
OK et merci !

"Aimons ou n'aimons pas, 99% de l’Église (1,200,000,000 de fidèles) considèrent Pape à Jean Paul II."
Selon la Bulle, valant Constitution apostolique, Cum ex Apostolatus, de Sa Sainteté le Pape Paul IV, infaillible en celle-ci, TOUTE l'Église, et en particulier l'Église enseignante, peut, de façon erronée, considérer tel élu d'un conclave, même désigné à l'unanimité et dans la paix totale, formellement Pape tandis qu'il ne l'est aucunement... clown !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luernos
Baptisé


Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mar 12 Avr - 20:53

JP B a écrit:
Marianus a écrit:

[...]

A moins que ce qu'on croit être des erreurs ... n'en sont pas.

[...]

Si les prétendues “erreurs” ne sont des “erreurs” qu'en apparence, il est sûr en effet que ce ne sont pas des... “erreurs”.
Si en revanche une doctrine (comme celle de la liberté religieuse prônée par la “Déclaration” “vaticandeuseDignitatis Humanæ personæ) est, comme c'est le cas, en opposition DE CONTRADICTION avec une doctrine de Foi (comme celle de l'Encyclique Quanta cura de Sa Sainteté le Pape Pie IX dans la quelle il est infaillible et où est condamnée LA MÊME liberté religieuse) il est certain que cette nouvelle doctrine (en l'occurrence, la liberté religieuse prônée dans Dignitatis Humanæ personæ et condamnée par Quanta cura) est une ERREUR dans la Foi au minimum, voire, le cas échéant, une hérésie si cette erreur est condamnée comme telle (ce qui n'est pas le cas de ladite liberté religieuse prônée par Dignitatis Humanæ personæ et condamnée dans Quanta cura).

Or, parmi d'excellentes autres citations, dont certaines relèves de l'infaillibilité, notre ami Clément en a tirée une, qui relève précisément de l'infaillibilité, de la Bulle Cum ex Apostolatus de Sa Sainteté le Pape Paul IV, valant Constitution apostolique.
Le paragraphe 6 de ladite Bulle infaillible parle de l'élu d'un conclave accepté dans la paix à l'unanimité par la totalité de l'Église, qui aurait donné son consentement à sa désignation et qui, pourtant, devrait être tenu pour non-pape !...

Donc, il est fort possible qu'un “pape” en apparence, c'est-à-dire un « “pape materialiter » promulgue des... erreurs qui soient de véritables erreurs !

CQFD clown ...




Cher JP B vous faites bien de rappeler une condition de possibilité d'ordre canonique au problème des erreurs d'un pape, ci-après:

Le paragraphe 6 de ladite Bulle infaillible parle de l'élu d'un conclave accepté dans la paix à l'unanimité par la totalité de l'Église, qui aurait donné son consentement à sa désignation et qui, pourtant, devrait être tenu pour non-pape !...
Donc, il est fort possible qu'un “pape” en apparence, c'est-à-dire un « “pape” materialiter » promulgue des... erreurs qui soient de véritables erreurs !


L'autre condition est d'ordre théologique: il faut que l'intelligibilité théologique donnée à une époque donnée de l'histoire de l'Eglise, par le Magistère ne soit pas viciée, falsifiée voire annihilée par une doctrine philosophique incompatible avec la raison d'être du Catholicisme.

Si c'est le cas, il y a erreur.
Et l'erreur est beaucoup plus déterminante et importante pour les fidèles que nous sommes tous ici, que la notion d'''hérésie", notion qui ne concerne que le Magistère de l'Eglise sanctionnant l'erreur matérielle, et lui conférant l'autorité de la chose jugée pour parler par analogie.
Le fidèle apte à comprendre à l'erreur doit se retirer de la communion avec les chefs erronées et de facto imposteurs.

Or, certains prétendent au contraire que la condition de possibilité de l'orthodoxie et de la validité d'un pape, seraient:
sur le plan canonique, de prendre acte simplement de la succession officielle des papes, abstraction faite de toutes les circonstances qui entourent son évolution des dernières décennies,
- et sur le plan théologique, de séparer de manière étanche mais dans un dessein des plus fallacieux,
d'un côté la doctrine, qui ne demeure intangible qu'au seul niveau verbal, et de manière globale, de l'Eglise;
- et de l'autre, les professions de foi philosophiques intrinsèquement antichrétiennes, qui inspirent les herméneutiques révolutionnaires de la doctrine verbale de l'Eglise, et de manière plus visible et concrète, les actes et les décisions des papes apparents depuis un demi-siècle.

Ainsi il devient aisé de douter qu'il y ait des "erreurs"... Mais cela est véritablement propre à l'ESPRIT de secte, que nous dénonçons dans la Contre-Eglise qui s'est installée comme un chancre au coeur du catholicisme.

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Jeu 24 Mai - 18:01

Ce fil est réouvert pour permettre les remarques ou questions concernant le sujet « PRINCIPES DE PHILOSOPHIE ».

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mer 20 Juin - 1:34

Voilà déjà deux fois (ici et ) que, dans la note* (dans les deux cas), je défends Sa sainteté Pie XII de l’accusation calomnieuse que certains, en particulier Gérard LAURENÇON, portent contre ce Pape à propos de l’autorisation, qu’il a donnée aux scientifiques, dans l’Encyclique Humani generis, de « [rechercher] si le corps humain fut tiré d'une matière déjà existante et vivante […] à la condition toutefois, que tous soient prêts à se soumettre, au jugement de l'Eglise, à qui le Christ a confié le mandat d'interpréter avec autorité les Ecritures et de protéger la foi ».

Or, une telle recherche avait déjà été autorisée, comme le rapporte l’Admin. dans ce message, sous St Pie X par la Commission biblique du 30 juin 1909 sur « Le caractère historique des premiers chapitres de la Genèse » :
Citation :

[…]

3515
Question 4 : Dans l'interprétation des passages de ces chapitres que les Pères et les docteurs ont compris de diverse manière sans transmettre quelque chose de certain et de défini est-il permis, le jugement de l'Église étant sauf et l'analogie de la foi étant sauvegardée, de suivre et de défendre l'opinion que chacun, avec prudence, aura considérée comme juste ?
Réponse : Oui.

3516
Question 5 : Toutes les choses et chacune, c'est-à-dire les mots et les phrases, qui figurent dans les chapitres précités, doivent-elles toujours et nécessairement être entendues au sens propre, de sorte qu'il n'est jamais permis de s'en écarter, même lorsqu'il apparaît que les façons de parler ont été utilisées de façon impropre, métaphorique ou analogique, et que la raison interdit de tenir le sens propre ou que la nécessité contraint à l'abandonner ?
Réponse : Non.

3517
Question 6 : Le sens littéral et historique étant présupposé, est-il possible de mettre en œuvre, de façon sage et utile, une interprétation allégorique et prophétique de certains passages de ces mêmes chapitres, conformément à l'exemple lumineux des saints Pères et de l'Eglise elle-même ?
Réponse : Oui.

3518
Question 7 : Bien que lors de la composition du premier chapitre de la Genèse, l'intention de l'auteur sacré n'ait pas été d'enseigner de manière scientifique la constitution interne des réalités visibles et l'ordre complet de la création, mais plutôt celle de transmettre à son peuple une connaissance populaire telle que le permettait le langage commun de l'époque, et qui était adaptée aux sens et aux capacités des hommes, faut-il, dans l'interprétation de ces choses, rechercher exactement et constamment le caractère propre du discours scientifique ?
Réponse : Non.

3519
Question 8 : Dans cette désignation et cette distinction des six jours dont il est question dans le premier chapitre de la Genèse, le mot yôm (jour) peut-il être compris aussi bien au sens propre, comme un jour naturel, que dans un sens impropre, comme un certain laps de temps, et est-il permis de discuter de cette question entre exégètes ?
Réponse : Oui.

[…]

Il est vrai que Gérard s’en prend même à St Pie X !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mer 20 Juin - 9:48

JP B a écrit:
[...]

Il est vrai que Gérard s’en prend même à St Pie X !…
Édouard-Marie LAUGIER Leod, lui, à la suite de l'autre, s'en prend à Pie XII affraid et à la philosophie thomiste... clown !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mer 20 Juin - 14:23

A la suite des perturbations incessantes, inutiles, vulgaires et, à dire vrai, néfastes, occasionnées ce matin intempestivement par un déséquilibré qui ne fait que penser obstinément (sans se soucier de combattre, autrement que par des déclarations creuses, les ennemis du camp moderniste) et de manière exclusivement négative à la thèse de Cassiciacum, comme hier dans ce post idiot, je me suis vu dans l’obligation de verrouiller les sujets de discussions ci-dessous.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Dim 24 Juin - 17:49

Qui connaît la revue menselle CRAPOUILLOT et peut nous dire de quelle tendance elle était ?
Merci d'avance !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Lun 9 Juil - 18:52

*****


Dernière édition par EML Leod le Mer 11 Juil - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Mer 11 Juil - 7:26

Merci d'avance à qui voudra bien répondre ! Sleep...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agobard



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 13 Juil - 13:26

Le Crapouillot, revue satirique crée en 1915, par Jean Galtier Boissière.
Vendue dans les années 60, au Journal "Minute". Tendance "Algérie Française", puis FN, donc... Laughing
Se sont succédés à sa tête, des gens comme Jean Boizeau, J-C Valla, J-C Goudeau, Serge de Beketch, Roland Gaucher, etc...
Revue disparue en 1996...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloi
Invité



MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Ven 13 Juil - 15:15

Ajoutons que le Crapouillot, s'il était généralement bien écrit, ne volait souvent pas bien haut et se complaisait dans le racolage de caniveau. Cf. les nombreux numéros sur la sexualité, la prostitution etc. Voyeurisme destiné à attirer le chaland.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DISCUSSIONS...   Aujourd'hui à 22:15

Revenir en haut Aller en bas
 
DISCUSSIONS...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Discussions entre la FSSPX et Rome...
» Discussions sur l'Agriculture Biologique
» Connaissez-vous le Prétérisme?
» ORPHANET-Bulletin d'informations du 13 janvier 2010
» Ma fille , le poid et la cantine !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: