Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'hérétique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucie
Baptisé


Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: L'hérétique   Sam 8 Jan - 17:13

Combien il est odieux de haïr l'Homme qui erre ; ou quels sentiments on doit avoir pour les hérétiques.

Si la doctrine des hérétiques faisait horreur à St Irénée, Évêque de Lyon, leur personne lui était chère. L'Église, leur mère, les pleure, dit-il dans son livre des hérésies, ils se sont attirés eux-mêmes les justes malheurs qui les accablent. Ils ne sauraient entrer dans la plénitude de la vérité ; ils retombent toujours dans le vide et les ténèbres du mensonge, parce que le Saint-Esprit ne les a point reçu dans le lieu de la paix et du repos. Nous prions Dieu qu'ils sortent de l'abîme où ils se sont précipités, qu'ils abandonnent le vide où ils se perdent, qu'ils quittent cette ombre où ils s'égarent, et qu'ils se convertissent à l'Église de Jésus-Christ. C'est la prière que nous faisons pour eux de tout notre cœur ; car nous les aimons plus utilement pour notre salut qu'ils ne s'imaginent s'aimer eux-mêmes ; et l'amour que nous avons pour eux leur sera aussi avantageux qu'il est sincère, s'ils veulent en recevoir les effets. Notre charité leur paraît rude et sévère, parce qu'elle presse leurs plaies pour faire sortir le venin de l'orgueil et de la vanité qui les enfle ; et que semblable à la pierre du chirurgien, elle brule les chairs mortes et corrompues. Ainsi, quelques sentiments qu'ils en aient, nous ne nous ennuierons point de les aider de tout notre pouvoir."
Choisy, Hist. de l'Egl. liv. III. ch. 1.

REFLEXION.


Tels sont les vrais sentiments de l'Église Romaine pour ses enfants rebelles, et on la calomnie dès qu'on ose lui en supposer et lui en prêter d'autres. Lorsque par une juste sévérité, elle se voit forcée de les frapper de ses anathèmes, elle montre assez par ses larmes combien elle les aime, et le désir ardent qu'elle ressent de les enfanter à nouveau à la grâce. On ne saurait trop le répéter, s'il est un seul Catholique qui ne soit pas dans ces sentiments pour ses frères égarés, il n'a point l'esprit de sa mère, c'est un enfant dégénéré.

Par un prêtre exilé pour sa foi à l'époque de la Révolution française.

SOURCE :

Reflexions chrétiennes pour tous les jours de l'année, puisés dans les Pères, dans l'histoire de l'Eglise, et dans les auteurs des livres de piété.
Haec meditare, in hic esto, ut profectus tuus manifestus sit omnibus.
Méditez ces choses, soyez-en toujours occupé, afin que votre avancement soit connu de tous.
I Tim ch. IV. v. 15.
Par un Prêtre Français du diocèse de Rennes, exilé pour la la Foi.
Avec l'Approbation des Supérieurs Ecclésiastiques.
A Winchester, de l'imprimerie ROBBINS. 1796.

Extraits.


Dernière édition par Lucie le Jeu 13 Jan - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: L'hérétique   Sam 8 Jan - 19:09

Très beau texte, merci. Very Happy

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Lucie
Baptisé


Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: L'hérétique   Mer 12 Jan - 19:58

Conduite du Clergé par rapport à l'horrible scène de la St. Barthélémy.

Quelque horreur que le Clergé eût de l'hérésie, il n'en eût guère moins des cruautés ordonnées contre les hérétiques, et sans plus se souvenir des injures qu'il en avait reçues, il les fit épargner partout où il lui fut possible. L'Évêque de Lisieux, Jean Hennuyer, de l'ordre de St Dominique, fut assez heureux pour sauver tous ceux de son diocèse. Le Lieutenant du Roi lui ayant communiqué l'ordre du massacre, il s'opposa de tout son pouvoir à l'exécution. "Non, dit-il, je n'y consentirai jamais ; je suis le pasteur de cette Église, et ceux qu'on veut égorger sont mes ouailles. Il est vrai qu'elles sont égarées, mais elles peuvent entrer dans le bercail. dans tous les cas, je ne dois point souffrir qu'on répande leur sang. L'évangile m'apprend au contraire à verser pour elles, jusqu'à la dernière goutte du mien." L'officier, arrêté par cette opposition, lui demanda par écrit un acte de refus, qui pût au moins lui servir de décharge auprès du Roi. Le généreux Prélat le lui donna sans balancer. « Je compte, ajouta-t-il, que le Prince, dont on a surpris la religion, approuvera mon refus : mais quoiqu’il puisse arriver, je prends sur moi tous les risques. » L’opposition de l’Evêque ayant été envoyée au Roi, le jeune Monarque n’en fut qu’édifié, il révoqua aussi tôt ses ordres pour tout le diocèse de Lisieux. Les religieux du canton en furent si édifiés eux-mêmes, qu’ils vinrent presque tous abjurer entre les mains de ce charitable Prélat, qu’ils n’appelaient que leur sauveur. Quant aux autres diocèses, les Évêques ne trouvèrent pas la même facilité dans les officiers chargés de ces funestes exécutions. Ils firent tous leurs efforts pour les empêcher, ou du moins pour donner refuge aux proscrits. A Lyon même, tandis que le carnage était le plus échauffé, on réfugia dans le palais archiépiscopal, jusqu’à trois cent de ces Calvinistes ; et l’on soutint une espèce d’assaut contre les assassins, qui ne purent immoler leurs victimes qu’après avoir forcé les portes.

Bérault, Hist. De l’Egl. Tom. XIX. P. 304.

RÉFLEXION.


Pourquoi s’obstiner à couvrir l’Eglise Romaine d’une tache qu’elle ne mérita jamais ? Nous haïssons, dit-on, mortellement quiconque ne pense pas et ne croit pas comme nous : c’est une calomnie qu’on ne cesse de répéter. Les faits parlent et en démontrent la fausseté à quiconque veut les consulter. Malheur au Catholique Romain qui ne porterait pas dans son cœur, qui ne plaindrait pas tendrement l’infortuné qui n’est pas dans la bonne voie ! Ses erreurs ne le rendent que plus digne de nos larmes, et l’Eglise Romaine est une mère si compatissante, qu’elle ne perd rien de son amour pour ses enfants les plus rebelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie
Baptisé


Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: L'hérétique   Jeu 13 Jan - 21:23

Quelle horreur on doit avoir du schisme et de l'hérésie.

"Ce sont, disait St Ignace, martyr, des plantes pernicieuses que Jésus-Christ ne cultive point, parce qu'elles n'ont point été plantées par la main du Père.
... Quiconque appartient véritablement à Dieu et à Jésus-Christ demeure attaché à l'Évêque... Si quelqu'un se rend partisan du schisme et de l'erreur, il n'aura point part à l'héritage de Dieu... Usez d'une seule eucharistie, car il n'y a qu'une seule chair de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et un seul calice qui nous unit tous en son sang. Il n'y a qu'un autel, comme il n'y a qu'un Évêque, avec le collège des Prêtres et des Diacres, qui partagent le ministère avec nous. En agissant ainsi, vous ferez tout conformément à la volonté de Dieu. Ce que je dis, mes frères, ne part que de l'ardent amour que je vous porte ; je cherche à vous précautionner contre les pièges qu'on pourrait tendre à votre foi."

St Ign. Ep. Philad.

REFLEXION.


Nous ne saurions trop resserrer les liens qui nous attachent à l'Évêque. Quiconque s'en sépare, est une de ces plantes que le Père céleste ne cultive plus, et qui, selon l'oracle de notre divin Maître, doit être arrachée et jetée au feu. Qu'elles sont donc déplorables, les suites du schisme ! Mais y pense-t-on, y réfléchit-on quand on se laisse emporter avec tant de facilité à tout vent de doctrine, et qu'au mépris du vrai pasteur, on écoute et on suit l'étranger ? à l'exemple de l'illustre Évêque d'Anticoche, que les ministres sacrés s'empressent à mettre ces réflexions sous les yeux des fidèles. L'inestimable don de la foi est porté dans un vase si fragile ! que n'a-t-il à craindre du choc de toutes les passions déchainées ! qu'aisément on se peut briser contre l'orgueil humain ! Qui perdit le célèbre Tertullien ? Qui fit tomber Arius, Nestorius, Eutychès, et dans ces derniers temps, un Loménie, un L'Amourette et tant d'autres ? Interrogez les chefs de toutes les sectes, l'orgueil fut la cause de leur ruine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'hérétique   Mar 12 Mar - 17:04

Le Dictionnaire de Théologie Catholique définit, paraît-il (Col.2222, citant aussi, paraît-il également, saint Thomas d’Aquin, S.T. Ila Ilae. q. Xl a. 2 ad 3, et q. XXXII a. 4), ainsi l’hérésie formelle
Citation :
L’acte d’hérésie étant un jugement erroné de l’intelligence, il suffit donc, pour commettre le péché d’hérésie, d’émettre sciemment et volontairement ce jugement erroné, en opposition avec l’enseignement du magistère de l’Eglise. Dès l’instant que l’on connaît suffisamment la règle de la foi dans l’Eglise, et que sur un point quelconque, pour un motif quelconque et sous n’importe quelle forme, on refuse de s’y soumettre, l’hérésie formelle est consommée.
Qui, aujourd’hui parmi nous et dans ces conditions, peut affirmer que
  • le péché est formellement commis ?

  • le jugement erroné est sciemment et volontairement émis ?

  • la règle de la foi dans l’Église est suffisamment connue des contrevenants ?

  • ces mêmes contrevenants refusent (opiniâtrement) de se soumettre, sur un point quelconque, pour un motif quelconque et sous n’importe quelle forme, à la règle de la foi dans l’Église ?

Personne
, aujourd’hui parmi nous et dans ces conditions, n’a autorité pour le faire
 !
Il s’ensuit que ces contrevenants ne peuvent être déclarés, aujourd’hui parmi nous et dans ces conditions, formellement hérétiques.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'hérétique   Aujourd'hui à 22:49

Revenir en haut Aller en bas
 
L'hérétique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un propulseur électro-magnétique
» la maladie génétique de ma fille !
» Quand un prêtre devient hérétique...
» Google et dépenses énergétique
» Bilan génétique!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: