Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mer 26 Jan - 11:27

Ici
JP B a écrit:

IGNORANTUS,

Bonjour !

Veuillez bien m'excuser, malgré quelques rares messages que j'ai postés dans ce fil à l'adresse d'autres personnes que vous-même, je prends le train en marche et ne j'ai pas le courage de lire les 15 pages qui précèdent celle-ci...

C'est pourquoi je vous serai reconnaissant de bien vouloir éclairer ma lanterne sur une première question que je me pose à la lecture du message d'Éric hier soir et, ledit message vous étant adressé, c'est à vous que je demande ces éclaircissements.
Éric en effet vous reprochait d'"avoir commis une grossière erreur en citant (pour servir d'exemple à votre hypothèse) le Pape Silvestre 1er comme étant un Pape caché et inconnu des membres de la Sainte Église de l'époque.

Dites-moi, s'il vous plaît, si vous penser (comme le laisse entendre apparemment cette accusation d'Éric) qu'aujourd'hui la Sainte Église aurait un Pape "inconnu" (et, bien sûr dans ce cas, caché) ?

Considérant comme vous qui avez écrit avoir "affaire à une bande de trublions et de furieux, de scribes et de charcutiers de la Religion qui s'auto-attribut une infaillibilité, où leur nombre leur sert d'apparence de raison", "je préfère occuper plus intelligemment mon temps" ("On ne discute pas avec des fous..." comme vous avez judicieusement ajouté) que discuter sur ce forum "Tenu par les Dames".
Vous avez en effet écrit
Citation :
Quand je vois que je vais me faire découper à coup de hache, par une femme en plus , telle une furie de la Révolution, pour un simple détail historique sans importance, je préfère m'éloigner par simple mesure de prudence et demeurer CACHÉ , comme la Hiérarchie Catholique persistante...

Mais gardez vos cottes de maille, vos faux blasons, et vos pseudos mégalomanes, il reste toujours de la place à Charenton !

Amusez-vous bien ! Plus on est de fous, plus on rit !
C'est pourquoi je vous propose de venir me répondre plutôt ici. (Il n'y a pas besoin d'être inscrit...)
Merci d'avance !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Jeu 27 Jan - 18:17

Car il est bien évident, IGNORANTUS qui, apparemment, ne daignez pas venir, que si nous avons de nos jours un Pape “inconnu” (et, bien sûr dans ce cas, “caché”), vous ne le sauriez que par “révélation privée” (à moins que vous ne le connaissiez, mais alors, il ne serait pas “inconnu”; à moins encore que ce “pape” soi disant “caché” soit vous-même)...


Récapitulons :

  1. Soit vous savez, par “révélation privée”, qu'il existe aujourd'hui un Pape “inconnu” ;

  2. Soit vous le connaissez vous-même ; mais alors, il n'est pas “inconnu” ;

  3. Soit il s'agit de vous-même.


Or, en reprenant dans l'ordre,

  1. une “révélation privée” n'est jamais de Foi ;

  2. pour être au moins matériellement Pape, la personne qui peut y prétendre doit être acceptée par qui a Juridiction dans l'Église ; à moins que vous ne soyez un Cardinal ou un Ordinaire catholique, vous n'avez pas ce pouvoir de Juridiction ;

  3. s'il s'agit de vous-même, cela n'est absolument pas crédible !


Donc, dans aucun cas, cette hypothèse d'un Pape “inconnu” (et, bien sûr dans ce cas, “caché”) n'est acceptable au regard de la Foi catholique.
Il ne peut s'agir que d'une illumination trompeuse...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Ven 28 Jan - 21:20

Et si Dieu n'attends t-il pas de nous tout "simplement" d'accepter d'avancer dans l'ignorance, dans la "nuit" sur ce sujet là et plutôt que de se perdre en conjecture, de prier dans une aveugle confiance pour la réparation de nos péchés et de ceux de nos ancêtres et pour le retour d'un Grand Roi et d'un Grand Pape aux conditions exclusives de Dieu ... et non des nôtres ? Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Sam 29 Jan - 7:40

Edouard Marie Laugier a écrit:
Et si Dieu n'attends t-il [sic ! ! ! !...] pas de nous tout "simplement" d'accepter d'avancer dans l'ignorance, dans la "nuit" sur ce sujet là et plutôt que de se perdre en conjecture, de prier dans une aveugle confiance pour la réparation de nos péchés et de ceux de nos ancêtres et pour le retour d'un Grand Roi et d'un Grand Pape aux conditions exclusives de Dieu ... et non des nôtres ? Idea
"Et si Dieu [attendait] de nous tout "simplement" d'accepter d'avancer dans l'ignorance, dans la "nuit" […]" !
Ou :
"Et si Dieu n'attendait-il pas de nous tout "simplement" [que nous acceptions] d'avancer dans l'ignorance, dans la "nuit" […]" !

C'est ça ! Edouard Marie Laugier vient de trouver la solution : Dieu ne nous demande plus la Foi (qui est l'adhésion de l'intelligence aux vérités révélées – rappelons que la Révélation s'arrête avec la mort de St Jean) mais de croire à n'importe quelle sottise No (Cela n'a rien à voir avec "prier dans une aveugle confiance pour la réparation de nos péchés et de ceux de nos ancêtres et pour le retour d'un Grand Roi et d'un Grand Pape aux conditions exclusives de Dieu ... et non des nôtres".)

Enfin, Edouard Marie Laugier pourrait-il nous préciser (puisqu'apparemment il prend le parti d'IGNORANTUS) s'il pense qu'aujourd'hui la Sainte Église a un Pape "inconnu" (et, bien sûr dans ce cas, caché) ?

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Dim 30 Jan - 0:36

JP B a écrit:
Edouard Marie Laugier a écrit:
Et si Dieu n'attends t-il [sic ! ! ! !...] pas de nous tout "simplement" d'accepter d'avancer dans l'ignorance, dans la "nuit" sur ce sujet là et plutôt que de se perdre en conjecture, de prier dans une aveugle confiance pour la réparation de nos péchés et de ceux de nos ancêtres et pour le retour d'un Grand Roi et d'un Grand Pape aux conditions exclusives de Dieu ... et non des nôtres ? Idea
"Et si Dieu [attendait] de nous tout "simplement" d'accepter d'avancer dans l'ignorance, dans la "nuit" […]" !
Ou :
"Et si Dieu n'attendait-il pas de nous tout "simplement" [que nous acceptions] d'avancer dans l'ignorance, dans la "nuit" […]" !

C'est ça ! Edouard Marie Laugier vient de trouver la solution : Dieu ne nous demande plus la Foi (qui est l'adhésion de l'intelligence aux vérités révélées – rappelons que la Révélation s'arrête avec la mort de St Jean) mais de croire à n'importe quelle sottise No (Cela n'a rien à voir avec "prier dans une aveugle confiance pour la réparation de nos péchés et de ceux de nos ancêtres et pour le retour d'un Grand Roi et d'un Grand Pape aux conditions exclusives de Dieu ... et non des nôtres".)

Enfin, Edouard Marie Laugier pourrait-il nous préciser (puisqu'apparemment il prend le parti d'IGNORANTUS) s'il pense qu'aujourd'hui la Sainte Église a un Pape "inconnu" (et, bien sûr dans ce cas, caché) ?

Il est de Foi que l'Eglise Catholique aura toujours une succession apostolique, mais absolument pas qu'il nous faillent la connaitre, la "localiser" et encore moins la désigner parmi des racailles modernistes.
Il nous suffit de croire que l'Eglise subsiste, cachée mais présente à l'image du saint Sacrement dont nous devons avoir Foi qu'Il continent NSJC sans pour autant le comprendre ni même le voir: ce qui est caché à plus de mérite d'être cru que ce qui est visible: soyons confinat sur le sort de l'Eglise Catholique et occupons nous plutôt de faire toujours la volonté de Dieu plutôt que de s'élever à de l'acrobatie théologique douteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Dim 30 Jan - 11:51


Edouard Marie Laugier, vous vous défilez !

Je ne vous demande pas si croyez comme moi que l'Église Catholique a et "aura toujours une succession apostolique" ; qu'elle subsite même "cachée mais présente" ; je ne vous parle pas de l'Église en général mais je vous demande de dire clairement et sincèrement si, pour vous, aujourd'hui, il y a un Pape "inconnu" (et, bien sûr dans ce cas, caché).
Vous vous dérobez donc : il ne s'agit pas là de la "succession apostolique" (à propos de laquelle vous me répondez inutilement, "à côté de la plaque") mais d'un Pape "inconnu" !
Et, par cela, vous montrez que vois tombez dans cette hérésie qu'est le quiétisme...



Cela dit, vous écrivez :

  1. "[...] saint Sacrement dont nous devons avoir Foi qu'Il continent NSJC sans pour autant le comprendre ni même le voir[...]"

    – Si nous voyions Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans le Saint Sacrement, nous comprendrions probablement mieux le mystère mais cela, vous avez raison, nous retirerait les mérites de la Foi ;
    (C'est pourquoi il était inutile que vous disiez "ni même le voir" ;

    – Si nous ne comprenons pas bien quelque chose dans le Saint Sacrement, ce n'est pas comment Notre-Seigneur Jésus-Christ y devient présent (ça, nous savons que c'est par le changement de substance – encore faut-il savoir et comprendre ce qu'est une substance !...) mais comment, par la trassubstantiation, il y a changement de substance tandis que les accidents demeurent.
    Et si vous n'acceptez pas cette explication de la transsubstantiation (changement de substance), ce qui pouvez laisser croire en écrivant "[...] saint Sacrement dont nous devons avoir Foi qu'Il continent NSJC sans pour autant le comprendre[...]", vous êtes pleinement alors dans cette hérésie du quiétisme...


  2. "[...] l'acrobatie théologique douteuse."
    La théologie en question ne vous paraît une "acrobatie douteuse" que parce que, avouez-le, vous ne la saisissez pas !
    C'est d'ailleurs parce que vous ne la saisissez pas que vous ne savez expliquer comment et pourquoi ce serait une "acrobatie douteuse" ...
    Sinon, expliquez-le !...
    En attendant, puisque vous ne savez l'expliquer (autrement qu'en faisant implicitement appel à l'hérésie quiétiste !...), vous n'avez pas le droit de dire que c'est une "acrobatie douteuse" !
    Et, ce faisant pourtant, vous manifestez n'être qu'un clown clown ! Provocateur asticoteur Twisted Evil ...


Ceci donc mis à part, veuillez répondre clairement et sincèrement si, pour vous, aujourd'hui, il y a un Pape "inconnu" (et, bien sûr dans ce cas, caché).

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Dim 30 Jan - 16:00

Je n'en sais strictement rien, aucun élément concret ne me permet de le supposer. Et je ne pense pas qu'ici d'autres personnes connaissent eux un pape inconnu et caché: jusqu'à preuve du contraire on doit tenir pour avéré qu'il n'y a aucun pape même qui ne serait pas porté à notre connaissance.

L'Eglise peut très bien vivre un temps sans Pape.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Dim 30 Jan - 16:24

Edouard Marie Laugier a écrit:
Je n'en sais strictement rien, aucun élément concret ne me permet de le supposer. Et je ne pense pas qu'ici d'autres personnes connaissent eux un pape inconnu et caché: jusqu'à preuve du contraire on doit tenir pour avéré qu'il n'y a aucun pape même qui ne serait pas porté à notre connaissance.

L'Eglise peut très bien vivre un temps sans Pape.
Merci pour votre réponse !
Nous sommes là bien d'accord. (Mais seulement là...)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Dim 20 Mar - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Dim 30 Jan - 22:44

JP B a écrit:
Edouard Marie Laugier a écrit:
Je n'en sais strictement rien, aucun élément concret ne me permet de le supposer. Et je ne pense pas qu'ici d'autres personnes connaissent eux un pape inconnu et caché: jusqu'à preuve du contraire on doit tenir pour avéré qu'il n'y a aucun pape même qui ne serait pas porté à notre connaissance.

L'Eglise peut très bien vivre un temps sans Pape.
Merci pour votre réponse !
Nous sommes là bien d'accord. (Mais seulement là...)

N'est ce pas suffisant de s'en tenir là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Dim 30 Jan - 23:33

Edouard Marie Laugier a écrit:
JP B a écrit:
Edouard Marie Laugier a écrit:
Je n'en sais strictement rien, aucun élément concret ne me permet de le supposer. Et je ne pense pas qu'ici d'autres personnes connaissent eux un pape inconnu et caché: jusqu'à preuve du contraire on doit tenir pour avéré qu'il n'y a aucun pape même qui ne serait pas porté à notre connaissance.

L'Eglise peut très bien vivre un temps sans Pape.
Merci pour votre réponse !
Nous sommes là bien d'accord. (Mais seulement là...)

N'est ce pas suffisant de s'en tenir là ?
Pour un clown comme vous, c'est déjà bien trop ! Very Happy ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evariste



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mar 24 Jan - 2:00

En tout cas ce ne sera pas Pierre II ni un gourou de l'Eglise palmarienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mar 24 Jan - 2:20

Il est bien évident qu'il n'y a pas plus aujourd'hui de Pape “caché” que de Pape formaliter !
Nous sommes sans véritable Pape.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Jeu 19 Sep - 2:13

FRANC, alias IGNORANTUS (voir le premier message en tête du présent fil), a écrit:

[...] ceux qui s'inventent une Eglise de Pierre seulement matérialiter [sic] ou seulement formaliter.

Qui sont les idéalistes : ceux qui croient que le visible, c'est l'union de la matière et de la forme, ou ceux qui croient que le visible, ce n'est que la matière ou que la forme?

  1. Il n'y a aucune « Eglise de Pierre seulement materialiter » : ça n'existe pas !
    Il n'y a éventuellement que des hiérarques matérialiter, l'Église de Pierre étant, elle, toujours en acte, existant avec la matière (les Catholiques) nécessairement alliée à la forme (l'âme de l'Église vivifiée par l'Esprit-Saint et dirigée par Dieu le Fils en union avec le Père éternel)...


  2. Les idéalistes sont ceux qui s'imaginent
  1. que la Sainte Église Catholique puisse n'être que formaliter ;

  2. qu'en ces temps d'éclipse de l'Église, on puisse quand même la voir (tandis que la Sainte Église Catholique est universelle comme son nom l'indique) en sa partie maîtresse qu'est l'Église de Rome, quelque part d'inconnu et surtout ailleurs qu'à... Rome Exclamation ;

  3. qu'en ces temps de trouble extrême, il n'y a pas plus de mystère d'iniquité qui occulte aux yeux de tous la Sainte Église Catholique qu'il n'y a d'éclipse de l'Église et qu'il suffit de croire qu'il fait grand jour à minuit pour qu'effectivement il fasse jour en pleine nuit ! Laughing Rolling Eyes No Very Happy ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Sam 1 Fév - 13:02


Une partie de l’hypothèse irréaliste de FRANC (alias IGNORANTUS) n’est pas catholique


Qu’il y ait de nos jours quelque part dans le monde quelque(s) Évêque(s) caché(s) fidèle(s) à la Foi catholique et validement consacré(s), sans lien avec le conciliabule vaticandeux, cela n’est pas de soi impossible – quoique, humainement, en raison du temps qui s’écoule de manière impressionnante maintenant, cela paraît fort improbable.

Le problème est que FRANC-IGNORANTUS, pour conserver une possibilité de réalisme à son hypothèse, imagine que Sa Sainteté le Pape Pie XII aurait désigné secrètement des Évêques et/ou Cardinaux, opposés aux réformes et erreurs vaticandeuses, afin de sauvegarder l’Église hiérarchique enseignante et assurer ainsi la continuité de l’Apostolicité.

Ainsi donc, selon cette nouvelle hypothèse, Sa Sainteté le Pape Pie XII aurait négligé d’enseigner l’Église sur le fait qu’il avait créé une Hiérarchique sacrée vraiment catholique et aurait ainsi laissé se développer, au sein de l’Église catholique, un véritable schisme qui aurait conduit, par son silence coupable, les Catholiques à suivre une autre hiérarchie que la sienne ! affraid
Cette partie de l’hypothèse n’est pas catholique.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Jeu 20 Fév - 12:34

FRANC, alias IGNORANTUS, intervient sur le forum “TE DEUM” sur lequel j'ai également, dans le “Salon des invités” où les non-inscrits peuvent d'ordinaire écrire, publié le message ci-dessus.

En réponse à celui-ci, FRANC a publié à son tour, hier après-midi, sur le même “Salon des invités” fermé depuis hier matin par les bonnes grâces de « Gaby “mords-les !” » (gabrielle – voir ici) ceci.
FRANC a écrit:

JP Bontemps a écrit:


Une partie de l’hypothèse irréaliste de FRANC (alias IGNORANTUS) n’est pas catholique


Qu’il y ait de nos jours quelque part dans le monde quelque(s) Évêque(s) caché(s) fidèle(s) à la Foi catholique et validement consacré(s), sans lien avec le conciliabule vaticandeux, cela n’est pas de soi impossible – quoique, humainement, en raison du temps qui s’écoule de manière impressionnante maintenant, cela paraît fort improbable.

Le problème est que FRANC-IGNORANTUS, pour conserver une possibilité de réalisme à son hypothèse, imagine que Sa Sainteté le Pape Pie XII aurait désigné secrètement des Évêques et/ou Cardinaux, opposés aux réformes et erreurs vaticandeuses, afin de sauvegarder l’Église hiérarchique enseignante et assurer ainsi la continuité de l’Apostolicité.

Ainsi donc, selon cette nouvelle hypothèse, Sa Sainteté le Pape Pie XII aurait négligé d’enseigner l’Église sur le fait qu’il avait créé une Hiérarchique sacrée vraiment catholique et aurait ainsi laissé se développer, au sein de l’Église catholique, un véritable schisme qui aurait conduit, par son silence coupable, les Catholiques à suivre une autre hiérarchie que la sienne ! affraid
Cette partie de l’hypothèse n’est pas catholique.

Le fait que Pie XII lui-même, ou son ou ses successeurs légitimes n'aient pu informer certains fidèles, fussent-ils très nombreux, du mode de transmission légitime de l'autorité, qui aura toujours lieu dans l'Eglise, comme Jésus-Christ nous l'a promis, cela ne traduit pas, par voie de conséquence, une négligence, à leur égard, mais plutôt qu'ils ont été empêchés d'atteindre ces mêmes fidèles. De même, cela ne signifie pas, que certains autres fidèles, seraient-ils très peu nombreux, n'aient pas été informés, bien réellement de ce mode de transmission légitime. Si les uns comme les autres, n'ont pu se joindre jusqu'ici, c'est, à priori, qu'ils ne résident pas dans les mêmes lieux. Quand vous appartenez à la première catégorie de fidèles, vous n'êtes pas en droit d'appeler négligence, ce qui n'est pour vous qu'ignorance.

PS. : Je précise que j'ignore le mode de transmission légitime de l'autorité, qu'elle ait été préparée sous Pie XII ou réalisée après Pie XII, ce que je sais, c'est qu'elle n'est pas dans Roncalli et ses suivants, mais que cependant elle aura toujours lieu, et que cette autorité ne cessera pas un seul instant, pas même une minute.


« Le fait que Pie XII lui-même, ou son ou ses successeurs légitimes n'aient pu informer certains fidèles, fussent-ils très nombreux, du mode de transmission légitime de l'autorité [...] »

Nous sommes là en plein rêve irréaliste !
(Notons bien qu’il ne s’agit pas de quelque(s) Évêque(s) caché(s) fidèle(s) à la Foi catholique et validement consacré(s) de manière secrète en raison des persécutions derrière, à l’époque, les rideaux de fer ou/et de bambous, mais d’Évêques et/ou de Cardinaux, opposés aux réformes et erreurs vaticandeuses, résidant donc nécessairement à Rome –ou étant nécessairement au moins en relation habituelle avec Rome–, réformes et erreurs vaticandeuses qui, d’ailleurs à l’époque de Pie XII, n’existaient pas encore...)
Comment, en effet, imaginer décemment que Pie XII aurait secrètement institué un « mode de transmission légitime de l'autorité » sans que ce fût là négliger d’enseigner l’Église sur le fait qu’il avait créé une Hiérarchique sacrée vraiment catholique et sans que ce fût là, donc, laisser se développer, au sein de l’Église catholique, un véritable schisme qui aurait conduit, par son silence coupable, les Catholiques à suivre une autre hiérarchie que la sienne ? Exclamation 
Ou comment des Évêques fidèles à la Foi catholique et validement consacrés mais cachés derrière les rideaux de fer ou/et de bambous, pourraient-ils d'une part avoir eu connaissance des réformes et erreurs vaticandeuses sans que nous soyons nous-mêmes informés de leur existence (de ces Évêques fidèles) et d'autre part avoir été assez libres pour pouvoir élire validement un véritable successeur de Pierre Question...

Et ce sont de tels rêveurs qui viennent cracher (le mot n'est pas trop fort quant on voit comment FRANC-IGNORANTUS en parle) sur le thèse du Père Guérard Exclamation Laughing 

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Jeu 23 Juil - 12:19

Sur un forum où il est interdit de parler de légitimes et fondamentaux problèmes comme ceux évoqués par la thèse dite « de Cassicuacum » tel celui de la question actuelle du pape (cf. Le forum “Tenu par les Dames *”, qu’en penser ? [* :car très peu y réfléchissent avec objectivité comme des hommes mais beaucoup se contentent d’y ressentir subjectivement comme des femmes – toutes exceptions concernant ce sexe dit “faible” respectées et mises à part] ou/et Parti pris) mais où est accueilli n’importe qui qui peut y dire quasiment tout en général et n’importe quoi de préférence,
  • FRANC-IGNORANTUS, « le Mar 21 Juil 2015, 4:00 pm », a écrit:

    gabrielle a écrit:
    Pourrais-je savoir pourquoi le conclave de 58 était illégitime?

    Le conclave dans sa session du 28 Octobre 1958, a agi de façon illégitime parce que Roncalli, qui en est issu est illégitime.

    Roncalli est illégitime, parce qu'il ne peut être Pape légitime. Il ne peut être Pape légitime parce qu'il a enseigné, sous l'aspect d'un magistère ordinaire et universel, une doctrine contraire à celle du Syllabus, que Pie IX appelle erreur. Or, le Magistère ordinaire et universel[1] d'un Pape légitime, n'enseigne que des vérités, il est dit infaillible. A contrario, le magistère ordinaire et universel[1] d'un antipape illégitime n'est en rien garanti contre les erreurs, il est dit faillible, selon l’adage de l'Ecriture : "tout homme est menteur" (https://books.google.fr/books?id=T93fAAAAMAAJ&hl=fr&pg=PA75#v=onepage&q&f=false).
    Comme il vient d'être montré que le magistère ordinaire et universel[1] de Roncalli, est faillible, c'est donc qu'il est issu d'un antipape illégitime.

    [...]

    (Souligné en gras et/ou d’un trait par JPB. – Notes plus bas.)

  • Le même FRANC-IGNORANTUS, « le Mar 21 Juil 2015, 6:16 pm », a écrit:

    Louis a écrit:
    Si je comprends bien votre raisonnement :

    Un Conclave légitime… ne peut élire qu'un Pape légitime, et jamais un antipape.

    Roncalli est un antipape , et l'était dès le 28 Octobre 1958.

    Donc le Conclave de 1958 est illégitime. Pourquoi ?

    Parce que Pie XII n'était pas mort à cette date…Ayoye !

    L'interjection d'ordre émotionelle "Ayoye", n'est pas de moi; lorsque je raisonne, j'exclus toute émotion, laissant cela aux romantiques, sentimentalistes, modernistes et révolutionnaires.

    De plus, votre résumé ne reproduit pas ma pensée, qui est exactement celle-ci :
    • Roncalli est un antipape, illégitime, parce qu'il a enseigné une erreur sous l'aspect d'un magistère ordinaire et universel[1] ("pacem in terris") dont seul celui d'un Pape légitime est infaillible.

    • Pour être un antipape, c'est-à-dire un élu illégitime, il faut l'avoir été depuis le premier jour de son élection.

    • Donc Roncalli antipape, illégitime est illégitime depuis le 28 Octobre 1958.

    • Pour être élu antipape illégitime, il faut un conclave qui agit de façon illégitime [2].

    • Donc Roncalli antipape, illégitime a été élu par un un conclave qui a agi de façon illégitime [2].

    • Pendant ou après son déroulement aucun conclaviste n'a signalé une irrégularité, portant sur la légitimité des membres du conclave du 28 Octobre 1958, ni sur le respect des procédures légitimes de scrutin, ou sur un autre élément. C'est-à-dire, que pour tous les conclavistes, le conclave du 28 Octobre 1958, qui a élu Roncalli , a agi de façon légitime.

    • La doctrine catholique, on vient de le voir, nous fait conclure le contraire : Roncalli antipape, illégitime a été élu par un un conclave qui a agi de façon illégitime [2].

    • Sachant que du côté des cardinaux conclavistes, aucune anomalie n'a été observée, lors du conclave du 28 Octobre 1958, la seule irrégularité persistante, pouvant expliquer l'illégitimité de Roncalli, ( qu'on sait certaine ), est dans l'illégitimité même de se réunir en corps de conclavistes [2], de la part de Cardinaux légitimes.

    • Quel est le motif, rendant illégitime, le fait même de se réunir, en corps de conclavistes, de la part de Cardinaux légitimes?
    Je laisse à chacun le soin de réfléchir sur cette dernière question, ce qui lui évitera les ayoye émotionnels et provinciaux (https://fr.wiktionary.org/wiki/ayoye).

    (Idem.)

  • Toujours le même FRANC-IGNORANTUS, « le Jeu 23 Juil 2015, 2:34 am », a écrit:

    Louis a écrit:
    Tout cela en plus de l'infaillibilité du Magistère ordinaire et universel du Pontife Romain, pour reprendre vos termes . Ne croyez-vous par que ça commence à faire beaucoup d'infaillibilité ?

    Parce que pour vous , le Magistère ordinaire et universel[1] du Pontife Romain ne serait pas infaillible?

    (Id.)
Notes et commentaires :
  1. Ainsi, ce doux rêveur qui invente n’importe quelle théorie hypothétique, voire schismatique en cherchant une hiérarchie parallèle invisible, et qui se pique de donner des leçons en matières théologique et canonique, notamment en ce qui concerne le fait dogmatique de l’existence ou de la non-existence d’un véritable Pape ou/et la définition du Magistère infaillible de notre Mère la Sainte Église Catholique, tandis que, manifestement, il n’y connaît pas grand chose comme nous le verrons dans ces notes, confond a) le Magistère pontifical (ordinaire ou, en cas de proclamation « ex cathedra », solennel) du Pontife Romain SEUL avec b) le Magistère Universel (Ordinaire ou, en cas de Concile œcuménique avec un véritable Pape, Solennel) qui concerne l’enseignement de l’ensemble des Évêques résidents (ayant, par le pouvoir juridictionnel, celui d’enseigner officiellement leurs troupeaux respectifs) unis au Pape (formaliter) ! (Cf. Abbé Bernard LUCIEN, LE MAGISTÈRE ORDINAIRE ET UNIVERSEL : l’enseignement de l’abbé Williamson, CAHIERS DE CASSICIACUM, Supplément au N° 5, Octobre 1980, pp. 15-16...)

  2. FRANC-IGNORANTUS, en écrivant que « Pour être élu antipape illégitime, il faut [nécessairement selon lui] un conclave qui agit de façon illégitime » en insinuant ainsi qu’il n’y aurait absolument aucune autre possibilité d’obtenir un « antipape illégitime » c’est-à-dire, dans le cas d’un Conclave légitime, obtenir un « “papesmaterialiter » sans la forme du Pontificat (cf. http://messe.forumactif.org/t2317-de-romano-pontifice-de-saint-robert-bellarmin-avec-commentaires#44811), fait totale abstraction de la possibilité, pour un élu de Conclave légitime, de ne pas donner son acceptation à sa désignation par les Cardinaux légitimes ou de n’en pas donner une acceptation réelle et sincère mais de feindre d’en donner une !...
On voit clairement ainsi que FRANC-IGNORANTUS n’est qu’un guignol clown  dangereux ! Suspect...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Lun 3 Aoû - 8:56

A FRANC-IGNORANTUS qui, survivantiste, affirme sur un autre forum que Sa Sainteté le Pape Pie XII (qui a probablement été empoisonné comme peut le laisser penser une photo sur laquelle on le voit enveloppé d’un film plastique pour éviter sans doute les odeurs) ne serait pas mort le 9 octobre 1958 mais aurait donc survécu puis fondé une hiérarchie secrète parallèle ( !...) il a été répondu ceci sur le forum en question
Eric a écrit:

Donc, selon "Franc",

voici un Pape "vraiment" décédé :




Et voici un Pape bien vivant :



Cela saute aux yeux ! ....
N'est-ce pas ?


Puis, deux messages plus bas,
ROBERT. a écrit:
Ce ne sont pas des preuves doctrinales que vous produisez, cher Éric. Ça compte-tu pareil ?

Laughing

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Lun 3 Aoû - 22:35

FRANC-L'IGNORANT a répondu
Citation :
Je n'apprends pas ma Religion, ni l'histoire de l'Eglise dans le journal "Paris Match", avec sa formule "le poids des mots, le choc des photos"

Quel âne borné !
Le jour de la Pentecôte, quand les gens ont été saisis par le bruit qui provenait du Cénacle, il s ont écouté quoi pour venir se convertir ?...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mar 4 Aoû - 21:42


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Sam 5 Sep - 9:23

Gabrielle, sur un autre forum et sur un fil unique, pose ces questions à FRANC-IGNORANTUS :
  • le Lun 24 Aoû 2015, 8:06 (heure québécoise) « [...] la non-mort de Pie XII est-elle la seule option possible à la visibilité de l'Église et à l'invalidité du conclave de 58»;

  • gabrielle le Lun 31 Aoû 2015, 8:55 (idem) a écrit:
    Rolling Eyes C'est incroyable comme vous pouvez étirer un sujet.

    Est-ce que la seule solution qui s'offre aux catholiques fidèles est de croire que Pie XII n'était pas mort au conclave de 58?

  • gabrielle le Jeu 03 Sep 2015, 8:58 (id.) a écrit:
    Je suis lasse de votre comportement de champion en patinage artistique.

    Est-ce que la seule solution qui s'offre aux catholiques fidèles est de croire que Pie XII n'était pas mort au conclave de 58?


    Est-ce que votre coeur bat la chamade à l'idée de répondre?

Malgré la répétition de ces questions de plus en plus insistantes, l’IGNORANTUS-FRANC, en 4 messages publiés (dans le seul même fil évoqué là) à la suite de cette première question, n’a pas une seule fois répondu à cette question !
Cela a l’air de le mettre plutôt mal à l’aise Laughing...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Sam 12 Sep - 9:57

gabrielle, le vendredi 11 septembre 2015, a écrit:

[...]

FRANC,

Je reprends ma question : est-ce que pour croire à ce que l'Église enseigne, il nous faut croire que Pie XII n'est pas mort en [19]58 ?

Ce n'est pas la doctrine de la sainte Église qui pose problème, (sans cela nous serions pas catholiques) mais votre démarche pour prouver cette doctrine.

bounce Laughing Basketball Cool
FRANC tourne autour du pot...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Lun 25 Jan - 19:11

Une personne honnête

C’est si rare !

Dans ce message (http://messe.forumactif.org/t6876p15-une-polemique-du-18eme-siecle-d-actualite-sur-la-communion-avec-les-heretiques-et-sur-leur-perte-de-juridiction-de-facto-ou-non#125340)
FRANC, jadis IGNORANTUS, a écrit:

[...] si on lit les observations du RP. Marie-Dominique Bouix, dans son neuvième article sur "le Pape et le Concile" ( https://archive.org/stream/revuedessciences1868arrauoft#page/205/mode/1up ) de la Revue des sciences ecclésiastiques de 1868, l'hypothèse, que j'avais soulevé, d'un Pape légitime "caché", qui aurait été élu, après Pie XII, semble en prendre un coup dans l'aile, quand il écrit : "l'Eglise périrait, si le Chef, le vrai Pape, étant encore vivant, l'ensemble du corps, se séparait de lui." ( https://archive.org/stream/revuedessciences1868arrauoft#page/206/mode/1up )





[...]


Bravo, FRANC !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mer 3 Fév - 12:52

Une personne VRAIMENT honnête


Dans ce nouveau message (http://messe.forumactif.org/t6876p15-une-polemique-du-18eme-siecle-d-actualite-sur-la-communion-avec-les-heretiques-et-sur-leur-perte-de-juridiction-de-facto-ou-non#125586), confirmant ce qui a été dit dans le post ci-dessus,
FRANC, jadis IGNORANTUS, a écrit:

Benjamin a écrit:
il est tout à fait possible pour quelqu'un de réfléchir à un sujet et de proposer une réponse différente.

Exactement, vous avez tout compris, je ne prétends pas être infaillible...

Ce sont les observations du RP. Marie-Dominique Bouix, qui m'ont fait changer d'avis : "l'Eglise périrait, si le Chef, le vrai Pape, étant encore vivant, l'ensemble du corps, se séparait de lui." (https://archive.org/stream/revuedessciences1868arrauoft#page/206/mode/1up)



Voilà, du reste, qui met à bas les théories survivantistes !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Lun 2 Mai - 13:21

Un survivantiste (Monsieur J.-B. A.) prétend (pour justifier, selon lui, le fait que Giovanni-Battista MONTINI – qu’il croit toujours vivant – aurait été formellement Pape) dans un article peut-être déjà ancien mais dont nous n’avons eu connaissance qu’hier soi, que les Cardinaux, réunis en Conclave valide, ne peuvent pas se tromper dans l’élection d’un pape.
Pour affirmer cela, il se fonde sur un Canon du concile de Constance qui, comme il l’a écrit hier dans un courriel personnel en réaction de ce message (http://foicatholique.cultureforum.net/t4775-les-rallies-et-leur-logique-ecclesiale-beton#32801), « lors d'un conclave valide il est impossible qu'un hérétique notoire soit élu : c'est l'enseignement infaillible du concile de Constance. »

Dans ledit article, ce survivantiste expose les mêmes arguments que dans son courriel d’hier.
Réponse ci-dessous à l’article de J.-B. A.
:


Votre article appelle les observations suivantes :
  1. Le concile de Constance a défendu la supériorité du concile sur le pape, idée qui a été formellement condamnée au concile du Vatican en 1870 !

  2. Contrairement à ce que vous affirmez, l’élection proprement dite du pape elle-même NE fait PAS partie des faits dogmatiques, qui donnent naissance à une certitude de foi de nature ecclésiastique, comme nous le verrons dans le point n° 3. Sinon, le pargraphe 6 de la Bulle Cum ex apostolatus n’aurait aucun sens quant à ce qui touche au Souverain Pontife présumé.
    La rectification de cette erreur sera faite dans le point n° 4.

  3. Contrairement encore à ce que vous laissez entendre, un conclave, même valide, n’est pas infaillible.
    La raison en est que l’infaillibilité est la prérogative du Souverain Pontife seul d’une part, et d’autre part et par voie de conséquence, de l’ensemble de l’Église enseignante en union avec le Souverain Pontife. Or, lors d’un conclave, il n’y a pas de Souverain Pontife puisque, précisément, il y a conclave…
    Voilà pourquoi l’élection proprement dite du pape elle-même NE fait PAS partie des faits dogmatiques.
    Sinon, si l’on invoque l’infaillibilité de l’Église (qui est réelle QUAND IL Y A UN PAPE) pour affirmer qu’il y a un Pape tandis qu’en fait il n’y en a pas, il devient impossible de prouver la chose et l’on est alors dans un cercle vicieux ! Votre démarche en est un : vous partez du présupposé selon lequel Jean XXIII et Paul VI étaient acceptés par l’ensemble de l’Église (qui n’est pas infaillible sans Pape, précisément) pour affirmer qu’ils étaient bien Papes ! Ce n’est là qu’un sophisme : votre conclusion est déjà énoncée dans l’une des prémisses affirmée elle-même comme la conclusion nécessaire, et, s’il survient une raison sensée et en tous points logique pour douter – en vertu des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi (et non en regard de nos caprices et préférences personnelles) – de la véracité du fait que tel élu à la charge de Souverain Pontife soit bien réellement Pape, il devient impossible, avec votre théorie, non seulement de prouver la chose mais même d’y réfléchir sérieusement puisque vous faites un dogme de Foi de votre dite théorie ! C’est bien là un cercle vicieux…

  4. Ce qui fait partie des faits dogmatiques donnant naissance à une certitude de foi de nature ecclésiastique, ce n’est que l’acceptation pacifique par l’ensemble de l’Église de la désignation de tel élu à la charge de Souverain Pontife, UNE FOIS QU’IL Y A UN PAPE. (Et si, pour une raison ou pour une autre, les cardinaux ont désigné quelqu’un qui ne peut devenir Pape – ce qui est possible puisque, en l’absence du Pape qu’ils sont en train d’élire, ils ne sont pas infaillibles – ils se seront alors bel et bien trompés.)
    Que ce soit l’acceptation pacifique par l’ensemble de l’Église de la désignation de tel élu à la charge de Souverain Pontife, UNE FOIS QU’IL Y A UN PAPE, qui fait partie des faits dogmatiques, c’est la raison pour laquelle Mgr Journet, dans « L’Église du Verbe incarné », t. I, ch. VIII, excursus 7, “L'élection du pape”, a écrit:
    L’Église possède le droit d’élire le pape, et donc le droit de connaître avec certitude l’élu. Tant que persiste le doute sur l’élection et que le consentement tacite de l’Église universelle n’est pas venu remédier aux vices possibles de l’élection, il n’y a pas de pape, papa dubius, papa nullus. En effet, fait remarquer Jean de Saint-Thomas, tant que l’élection pacifique et certaine n’est pas manifeste, l’élection est censée durer encore. Et comme l’Église a un plein droit non point sur le pape certainement élu, mais sur l’élection elle-même, elle peut prendre toutes les mesures nécessaires pour la faire aboutir. L’Église peut donc juger du pape douteux. C’est ainsi, continue Jean de Saint-Thomas, que le concile de Constance a jugé des trois papes douteux d’alors, dont deux furent déposés et dont le troisième renonça au pontificat.

  5. Si le concile de Constance (qui a défendu la supériorité du concile sur le pape, idée formellement condamnée au concile du Vatican en 1870) enseigne qu’il est impossible qu’un hérétique notoire soit élu – ce qui me semble évident puisqu’il ne peut être désigné qu’un catholique – il n’en va pas de même avec un hérétique occulte comme le prévoit le pargraphe 6 de la Bulle Cum ex apostolatus, hérétique occulte qui peut fort bien tromper les cardinaux lesquels, répétons-le, ne sont pas infaillibles comme nous l’avons vu dans le point n° 3.
    Angelo Giuseppe RONCALLI et Giovanni-Battista MONTINI ont-ils trompé leurs électeurs ?
    Quand on connaît leur vie avant d’être élus et que l’on voit les fruits qu’ils ont produits, en tant que Souverains Pontifes présumés, on ne peut répondre que par l’affirmative (sans pour autant les juger eux-mêmes personnellement, cela étant réservé à l’Autorité dans l’Église) et en conclure que de tels individus ne peuvent pas être formellement Papes ! Sinon la notion d’Autorité suprême dans l’Église n’a plus de sens…

  6. « Non seulement il n'est jamais arrivé qu'un pape sombre dans l'hérésie, mais il n'est jamais arrivé, dans toute l'histoire de l'Église, qu'un conclave valide aboutisse à l'élection d'un antipape » écrivez-vous, mais, 1°) la première fois qu’une chose se manifeste, elle ne s’était jamais produite auparavant ( ! votre argument ne prouve donc rien…) et 2°) il n’était non plus « jamais arrivé, dans toute l'histoire de l'Église » une situation comme celle que nous vivons depuis le conciliabule tenu par Angelo Giuseppe RONCALLI et Giovanni-Battista MONTINI présumés Papes !…

  7. Vous prêchez « La survie de Paul VI et son retour à Rome ». Ne serait-ce pas là l’origine de ce qui vient d’être démontré comme étant autant d’erreurs de votre part ? Suspect
    Je vous sais encore assez jeune. Si dans 50 ans vous êtes toujours de ce monde, croirez-vous encore que Paul VI soit alors toujours vivant ?

Savez-vous, d’autre part, que le dictateur allemand bien connu qui a perdu la guerre en 1945 est toujours vivant puisqu’on n’a pas trace de ses restes et qu’il en va de même pour le “prophète” de l’islam ? 

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mar 3 Mai - 1:42

Revenons, pour l’approfondir et l’expliciter, sur le point n° 5 ci-dessus :

Il est certain que l’acceptation pacifique par l’ensemble de l’Église de la désignation de tel élu à la charge de Souverain Pontife, un fois que le dit élu a véritablement accepté cette charge et qu’en conséquence il a reçu de Dieu la forme du Pontificat (la désignation par les Cardinaux ne faisant que déterminer la matière – la personne – sans avoir autorité sur le Pontife lui-même qui n’existe pas encore [en acte] lors de l’élection mais seulement en puissance une fois élu), il est certain que cette acceptation pacifique par l’ensemble de l’Église « fait partie des faits dogmatiques, qui donnent naissance à une certitude de foi de nature ecclésiastique » (pour reprendre les termes de J.-B. A.) quand il n’y a aucune raison sensée et en tous points logique pour douter – en vertu des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi (et non en regard de nos caprices et préférences personnelles) – de la véracité du fait que tel élu à la charge de Souverain Pontife est bien réellement Pape.
Par exemple, il n’y a jamais eu une raison sensée et en tous points logique pour douter – en vertu des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi – que Sa Sainteté le Pape Pie XII, accepté pacifiquement par l’ensemble de l’Église, fût réellement Pape. Aussi, si l’on mettait en doute que Sa Sainteté Pie XII fût réellement Pape, cela irait directement contre un fait dogmatique donnant « naissance à une certitude de foi de nature ecclésiastique ».

En revanche, pour Angelo Giuseppe RONCALLI et pour Giovanni-Battista MONTINI, bien qu’ils fussent acceptés pacifiquement par l’ensemble de l’Église au moins, pour le second, jusqu’en 1968-1969, il y a, surtout pour celui-ci – qui à partir de 1968-1969 ne bénéficiait certes plus de l’acceptation pacifique de la part de l’ensemble de l’Église et qui nous débarrassa fort heureusement le plancher en 1978 – (ainsi que pour tous ses successeurs vaticandeux) une multitude de raisons sensées et en tous points logiques pour douter – en vertu des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi – qu’ils fussent réellement Papes : leurs faits et gestes officiels accomplis en tant que Souverains Pontifes qu’ils étaient censés être, leurs “enseignements” officiels dispensés dans cette même condition, qui sont autant d’erreurs voire d’hérésies alors qu’ils eussent dû bénéficier du charisme de l’infaillibilité si ils avaient été réellement Papes, montrent qu’il ne possédaient pas l’“être avec le Christ”, qu’ils n’étaient pas les Vicaires de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Regardons ce qu’il en est pour Giovanni-Battista MONTINI qui nous intéresse plus particulièrement avec cette histoire de survivance :
  • A la suite de la scandaleuse "Déclaration Dignitatis humanæ personæ" du conciliabule vaticandeux qui a été analysée ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3254-preuve-de-la-vacance-au-moins-formelle-du-saint-siege), Paul VI fit tant pression sur le Général FRANCO que celui-ci se vit obligé de faire abandonner à l’Espagne sa Constitution d’inspiration catholique. Il en fut de même pour tous les pays qui avaient une Constitution semblablement catholique : le Québec, l’Irlande, le Valais suisse…

  • A l’instigation de Paul VI, la séparation de l’Église et de l’État fut décrétée en Colombie (1973), au Portugal (1975) et en Espagne (1976)

    Voilà comment il faut interpréter le conciliabule vaticandeux, voilà comment celui qui en promulgua les textes l’interpréta (et c’est à lui, à personne d’autre, qu’il faut demander comment les interpréter) : en faisant disparaître de tous les États toute trace de Constitution catholique, au nom des « Droits de l’Homme » (qui « ne sont autres que la négation des Droits de Dieu » selon Mgr Delassus) et de sa “Dignité” !

  • Le 4 octobre 1965, au siège de l’ONU à New York, Paul VI déclare devant « cette Assemblée des Nations-Unies toute de fondation et d’inspiration maçonniques, [dans le sens où elle l’entend] : “Ce que Vous proclamez ici, ce sont les droits et les devoirs fondamentaux de l’homme, sa dignité, sa liberté, et avant tout sa liberté religieuse. Nous sentons que vous êtes les interprètes de ce qu’il y a de plus haut dans la sagesse humaine. Nous dirions presque: son caractère sacré. Car c’est, avant tout, de la vie de l’homme qu’il s’agit et la vie de l’homme est sacrée: personne ne peut oser y attenter”. » (Abbé Georges DE NANTES, LIBER ACCUSATIONIS IN PAULUM SEXTUM, p. 13, dernier §.)

  • Rappelons-nous ce “Discours” prononcé devant toute l’assemblée conciliante à l’adresse des humanistes athées ou panthéistes, « qui culmine dans la proclamation, à la face du monde et à la face de Dieu, du CULTE DE L’HOMME :
    Citation :
    L’Eglise du Concile, il est vrai… s’est beaucoup occupée de l’homme, de l’homme tel qu’en réalité il se présente à. notre époque, l’homme vivant, l’homme tout entier occupé de soi, l’homme qui se fait non seulement le centre de tout ce qui l’intéresse, mais qui ose se prétendre le principe et la raison dernière de toute réalité…
    L’humanisme laïque et profane enfin est apparu dans sa terrible stature et a, en un sens, défié le Concile. La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion (car c’en est une) de l’homme qui se fait Dieu.
    Qu’est-il arrivé ? un choc, une lutte, un anathème ? Cela pouvait arriver ; mais cela n’a pas eu lieu. […] Une sympathie sans bornes 1’a envahi tout entier [le conciliabule vaticandeux]. La découverte des besoins humains – et ils sont d’autant plus grands que le fils de la terre (sic) se fait plus grand – a absorbé l’attention de ce Synode.
    Reconnaissez-lui au moins ce mérite, vous, humanistes modernes, qui renoncez à la transcendance des choses suprêmes, et sachez reconnaître notre nouvel humanisme : nous aussi, nous plus que quiconque nous avons le culte de l’homme.
    (Discours, p. 247-248; cité par Abbé Georges DE NANTES, op. cit., p. 19.)

  • Rappelons-nous également l’Angelus du 7 février 1971 où Paul VI entonne « cet HYMNE A LA GLOIRE DE L’HOMME […] à l’occasion d’un voyage (par des cosmonautes américains) de la terre à la lune, plagiat blasphématoire de l’hymne au Christ Roi des siècles :
    Citation :
    Honneur à l’Homme ;
    Honneur à la pensée ; honneur à la science ;
    Honneur à la technique ; honneur au travail ;
    Honneur à la hardiesse humaine ;
    Honneur à la synthèse de l’activité scientifique et du sens de l’organisation de l’homme qui, à la différence des autres animaux, sait donner à son esprit et à son habileté manuelle des instruments de conquêtes ;
    HONNEUR A L’HOMME ROI DE LA TERRE ET AUJOURD’HUI PRINCE DU CIEL.

    Honneur à l’être vivant que nous sommes, dans lequel se reflète l’image de Dieu et qui, en dominant les choses obéit à l’ordre biblique : croissez et dominez.
    (Documentation Catholique 71, 156 ; cité par Abbé Georges DE NANTES, ib., p. 20.)

  • Déjà, le 13 juillet 1969, il avait dit : « L’homme est à la fois géant et divin, mais dans son principe et dans son destin. Honneur donc à l’homme, honneur à sa dignité, à son esprit, à sa vie. » (Abbé Georges DE NANTES, ibidem.)

  • Sur la couverture de la Documentation Catholique 628, on voit Paul VI participer le 10 juin 1969, avec le "cardinal" WILLEBRANDS, à « la prière commune au Conseil Œcuménique des Eglises” », « dans le lieu même où des Puissances occultes travaillent au triomphe de l’hérésie globale, de toutes les dissidences sur “l’intolérance” et le “sectarisme” de l’Unique Epouse. » (Abbé Georges DE NANTES, op. cit., p. 87.)

  • Toujours sur une couverture de la Documentation Catholique, celle du 17 janvier 1971, on le voit encore participer à « la célébration œcuménique du 2 décembre [1970] à l’hôtel de ville de SYDNEY ».

  • Etc., etc. !...

Notons que tous ces faits sont antérieurs à son prétendu doublage par un hypothétique sosie...

Et l’on voudrait qu’un aussi scandaleux personnage, qui aurait dû prêcher la gloire de Dieu et non celle inexistante de l’homme face à son Créateur, et rappeler la doctrine et la morale catholiques au lieu de s’acoquiner avec les ennemis de l’Église de tous poils, fût formellement Pape !
Mais on veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mar 3 Mai - 14:45

« Et l’on voudrait [concluions-nous dans l’avant-dernier § ci-dessus] qu’un aussi scandaleux personnage, qui aurait dû prêcher la gloire de Dieu et non celle inexistante de l’homme face à son Créateur, et rappeler la doctrine et la morale catholiques au lieu de s’acoquiner avec les ennemis de l’Église de tous poils, fût formellement Pape ! »

Il faut là remarquer que ce « scandaleux personnage » n’est pas scandaleux quant à ses mœurs personnelles – ou, si c’est le ces, cela ne nous importe pas, nous qui ne sommes pas ses juges – ni en regard de nos caprices et préférences personnelles mais en vertu des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi !
La Foi, en effet, qui nous fait croire que le Pape (en acte) est infaillible comme nous l’enseigne la doctrine catholique, dans les conditions dans lesquelles Paul VI a perpétrer tous ces scandales rappelés dans le post précédent, le Pape (en acte) donc, qui dans ces conditions est infaillible, NE PEUT PAS ENSIGNER CE QUE PAUL VI A AINSI SCANDALEUSEMENT ENSEIGNÉ.
C’est donc en vertu des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi que nous avons constaté (sans le juger lui-même) que PAUL VI NE POUVAIT PAS POSSÉDER LA FORME DU PONTIFICAT
, ni, bien évidemment, ses successeurs vaticandeux.

D’autre part, certains écrivent ailleurs ceci
Citation :

[...] le concile de Constance (dans sa forme approuvée par le Pape Martin V) enseigne que l'élection régulière du Souverain Pontife est infaillible, à travers cette condamnation de la 26ème erreur de Jean Huss :
Citation :
Ce n'est pas parce que les électeurs, ou une grande partie d'entre eux, ont acclamé telle personne d'après l'observation des hommes, que cette personne est légitimement élue ; ce n'est pas pour cela qu'il est le vrai et manifeste successeur et vicaire de l'apôtre Pierre, ou dans l'office ecclésiastique d'un autre apôtre. Par conséquent, si les électeurs ont bien choisi ou mal choisi, nous devrions le croire suivant les œuvres de celui qui a été élu : car c'est pour la raison précise que quelqu'un agit selon le bien de l'Église d'une manière pleinement méritoire, qu'il détient cette faculté de Dieu.

[...]

(Italiques dans le texte.)

Il convient de remarquer, à propos de cette citation
  1. que l’on ne sait pas, avec ce qui est en italique et ce qui ne l’est pas, ce qui appartient exactement au texte promulgué par Sa Sainteté le Pape Martin V condamnant la 26ème erreur de Jean Huss et donc il est fortement douteux (d’autant plus que les références exactes de la source ne sont pas données !...) que ces membres de phrases différentes ( !…) « ce n'est pas pour cela qu'il est le vrai et manifeste successeur et vicaire de l'apôtre Pierre, ou dans l'office ecclésiastique d'un autre apôtre. Par conséquent, si les électeurs ont bien choisi ou mal choisi, nous devrions le croire suivant les œuvres de celui qui a été élu », appartiennent à cette condamnation.

  2. Si la citation ainsi faite de la condamnation de la 26ème erreur de Jean Huss est exacte, il n’y est aucunement énoncé, même si cela peut en être déduit par extrapolation abusive, l’enseignement de l’infaillibilté des Cardinaux dans leurs élections lors d’un conclave.
    Ceux qui enseignent aujourd’hui un telle infaillibilité, alors que la chose n’a jamais été définie infailliblement, et cherchent à l’imposer comme un dogme, opèrent donc là un abus d’interprétation
     !

  3. Si la dernière partie de la citation mise en italiques (« car c'est pour la raison précise que quelqu'un agit selon le bien de l'Église d'une manière pleinement méritoire, qu'il détient cette faculté de Dieu ») appartient bien à ce qui est condamné, cela me semble parfaitement juste d’être condamnécar :
    1°) on n’a pas à juger des œuvres d’un Pape en regard de nos caprices et préférences personnelles (mais, lorsqu’il y a opposition de contradiction avec ce qui relève des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi, il ne s’agit alors pas d’un Pape – en acte – et l’on peut alors en juger) or, cette distinction ESSENTIELLE (entre ce qui relève de nos caprices et préférences personnelles et ce qui relève des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi) n’est pas faite dans ladite citation ;
    2°) si l’on juge des œuvres d’un Pape en vertu des injonctions de la doctrine catholique et de la Foi, ce doit être, comme nous le faisons pour Paul VI et ses successeurs vaticandeux, POUR DES RAISONS VRAIMENT SÉRIEUSES et non parce qu’il n’agirait pas « d'une manière pleinement méritoire » !

  4. Comparer donc la thèse de Mgr Guérard des Lauriers à cette 26ème erreur de Jean Huss EST FAUX et, partant, CALOMNIEUX car il n’y a rien de similaire entre « la volonté objective de réaliser le Bien-Fin de l’Église » (Mgr Guérard), volonté qui peut exceptionnellement inclure quelque(s) œuvre(s) non «  pleinement méritoire(s) » mais doit être HABITUELLEMENT ordonnée au Bien et à la Finalité de l’Église, d’une part, et « la raison précise que quelqu'un agit selon le bien de l'Église d'une manière pleinement méritoire » (26ème erreur de Jean Huss) d’autre part ; tout comme il est CALOMNIEUX de parler, à propos de ladite thèse de Mgr Guérard des Lauriers, d’“hérésie” de sa part !

C’est pourquoi il faut dire que ceux qui tiennent de tels propos sont ENNEMIS, qu’ils le fassent consciemment ou involontairement, DE LA VÉRITÉ !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Mer 4 Mai - 22:25

Il est certain, nous l’avons déjà dit, que l’acceptation pacifique par l’Église universelle d’un Pape régulièrement désigné et qui a réellement accepté la charge du Souverain Pontificat, est un fait dogmatique.
Mais « fait dogmatique » ne signifie pas « déclaration infaillible » ! Il ne faut pas mélanger les genres…

Un fait dogmatique doit entraîner l’adhésion des fidèles mais pas au même degré ni avec les mêmes conséquences qu’une déclaration infaillible : selon CARTECHINI,
  1. les faits dogmatiques
    — sont « théologiquement certains » (leur négation implique la négation d’un dogme mais ne semble pas être la négation directe d’un dogme),
    — la censure entraînée par leur négation est une « erreur en théologie » (pour SALAVERRI, la censure est « téméraire et faux »),
    — leur assentiment doit être « théologique, en vertu de la lumière soit de la foi, soit du magistère, soit de la raison»,
    — le péché consécutif à par leur négation est « mortel, indirect contre la Foi » ;

  2. une déclaration infaillible
    — est un « DOGME DE FOI soit simplement DE FOI (DIVINE) ou DE FOI CATHOLIQUE ou DE FOI DIVINE ET CATHOLIQUE, soit DE FOI ECCLÉSIASTIQUE DÉFINIE »,
    — la censure entraînée par sa négation est « anathema sit – Hérésie, contre la Foi soit divine soit ecclésiastique »,
    — son assentiment doit être « absolu, dans la Foi soit divine soit ecclésiastique »,
    — le péché consécutif à sa négation est « mortel, directement contre la Foi » et entraîne « peine canonique ».
(Cf. Abbé Bernard LUCIEN, LA SITUATION ACTUELLE DE L’AUTORITÉ DANS L’ÉLISE, DOCUMENTS DE CATHOLICITE – 1985, ÉDITIONS ASSOCIATION SAINT HERMÉNÉGILDE – 18, avenue Bellevue – 06100 NICE, pp. 73-75)

Nous voyons donc qu’il y a de grandes différences entre les faits dogmatiques et une déclaration infaillible, distinction que ne font pas les survivantistes qui voudraient nous appliquer le péché d’hérésie en raison du fait dogmatique que constitue l’acceptation pacifique par l’Église universelle d’un Pape régulièrement désigné et qui a réellement accepté la charge du Souverain Pontificat et que, pour Paul VI, responsable de tant de maux directement contraire à la Foi ecclésiastique définie infailliblement par ses prédécesseurs (notamment Sa Sainteté Pie IX) comme nous l’avons vu dans ce post (http://foicatholique.cultureforum.net/t3667-l-eglise-aurait-elle-aujourd-hui-un-pape-inconnu-et-cache#32816), nous refusons de le reconnaître formellement Pape car on ne peut pas croire à la fois, d’une part ce que Sa Sainteté le Pape Pie IX a infailliblement enseigné (notamment dans Quanta cura) et d’autre part aux erreurs que Paul VI a promulgué à l’occasion du conciliabule vaticandeux dans les conditions où il aurait dû être infaillible s’il avait été formellement Pape !


Cela dit, nos survivantistes avancent que l’acceptation pacifique par l’Église universelle d’un Pape régulièrement désigné et qui a réellement accepté la charge du Souverain Pontificat, aurait fait l’objet d’une déclaration infaillible de la part de Sa Sainteté le Pape Martin V qui par sa Bulle Inter cunctas du 22 février 1418 (cf. http://catho.org/9.php?d=g0#bka) a confirmé la condamnation prononcée par le Concile de Constance lors de sa 15ème session en juillet 1415 (alors qu’il n’était pas encore Pape) contre les erreurs de Jean HUSS, notamment la 26ème proposition de celui-ci ainsi rédigée selon DENZINGER dont les numéros précèdent dans les citations suivantes :
  • en latin
    Citation :
    1226 652 26. Non eo ipso, quod electores, vel maior pars eorum consenserint viva voce secundum ritum hominum in personam aliquam, eo ipso illa persona est legitime electa, vel eo ipso est verus et manifestus successor vel vicarius Petri Apostoli, vel alterius Apostoli in officio ecclesiastico: unde, sive electores bene vel male elegerint, operibus electi debemus credere: nam eo ipso, quo quis copiosius operatur meritorie ad profectum Ecclesiae, habet a Deo ad hoc copiosius facultatem.
    (Source : http://www.catho.org/9.php?d=bxz#byr.)

  • Traduction : (Source : http://catho.org/9.php?d=bwn#df4)
    Citation :
    1226
    26. Du fait que des électeurs ou la majorité d'entre eux se sont mis d'accord de vive voix sur une personne, conformément aux rites des hommes, cette personne n'est pas par le fait même légitimement élue, ou encore, elle n'est pas par là même le successeur ou le vicaire vrai et manifeste de l'apôtre Pierre ou d'un autre apôtre dans une fonction ecclésiastique. En conséquence, que les électeurs aient bien ou mal élu, nous devons nous fier aux œuvres de l'élu. Car, du fait que quelqu'un agit davantage d'une façon méritoire pour le progrès de l'Eglise, il possède pour cela un plus grand pouvoir venant de Dieu.
Or,
  1. Il n’y a pas, dans cette thèse condamnée, la négation de l’infaillibilité des conclaves mais uniquement d’une part, l’affirmation erronée selon laquelle une personne désignée au Souverain Pontificat (et qui, bien sûr, a réellement accepté d’accéder à cette charge) « n'est pas par le fait même légitimement élue, ou encore, elle n'est pas par là même le successeur ou le vicaire vrai et manifeste de l'apôtre Pierre […] » et, d’autre part, cette autre affirmation également erronée selon laquelle nous devrions (uniquement dans l’esprit de cette proposition condamnée) « nous fier aux œuvres de l'élu[…] » NON pour constater que ses enseignements proviennent bien d’un Vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ s’ils ne sont pas en opposition de contradiction (comme c’est au contraire le cas avec, par exemple, la « Déclaration Dignitatis Humanæ personæ » sur l’erronée – telle qu’elle y est présentée – liberté religieuse vaticandeuse) non en opposition de contradiction, donc, avec la doctrine catholique précédemment définie de manière infaillible, constatation, donc, que ses enseignements proviennent bien d’un Vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ comme cela s’est toujours pratiqué dans l’Église, MAIS sous le prétexte que (« Car, ») « du fait que quelqu'un agit davantage d'une façon méritoire pour le progrès de l'Eglise, il possède pour cela un plus grand pouvoir venant de Dieu […] ».
    (Cette 26ème proposition de Jean HUSS est donc très justement condamnée mais elle n’a rien de commun avec la thèse du Révérend Père Michel-Louis GUÉRARD DES LAURIERS dite « de Cassiciacum » qui se fonde sur la constatation du fait que les “enseignements” de Paul VI ne proviennent pas d’un Vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ.)

  2. Dans sa Bulle Inter cunctas (cf. http://catho.org/9.php?d=g0#bka) Sa Sainteté le Pape Martin V ne fait que confirmer le 22 février 1418 la condamnation prononcée par le Concile de Constance lors de sa 15ème session en juillet 1415 alors qu’il n’était pas encore Pape mais on n’y voit absolument pas la définition infaillible qui énoncerait qu’un conclave est « per se » infaillible et que l’élection du Pape relèverait de cette infaillibilité !
    On ne trouve en effet dans Abbé Migne
    , 1860, (https://books.google.fr/books?id=XBlaAAAAcAAJ&pg=PT278&dq=26+ème+proposition+de+jean+huss&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjMmvzPu8DMAhXhnYMKHSLgC5QQ6AEILzAC#v=onepage&q=26%20%C3%A8me%20proposition%20de%20jean%20huss&f=false, col. 861, N° 71.) Art. 26), en plus de la citation de cette proposition de Jean HUSS ainsi condamnée, que cette unique phrase : « Le concile ajoute, après les trente condamnations, que Jean Huss est hérétique, qu'il a professé des erreurs et des hérésies déjà condamnées par l'Eglise, plusieurs choses scandaleuses, offensives des oreilles pieuses, téméraires et séditieuses (1432) » sans qu’il y soit parlé d’une déclaration qui énoncerait qu’un conclave est « per se » infaillible et que l’élection du Pape relèverait de cette infaillibilité... (Merci, Gabrielle ! Very Happy )

C’est pourquoi ce paragraphe de l’un de ces survivantistes est erroné :
Citation :
[...] l'infaillibilité de l'élection du pape ne procède pas de l'infaillibilité pontificale, elle en est la condition (ce qui est très différent). Vous réduisez l'infaillibilité de l'Église à l'infaillibilité pontificale, et vous sous-entendez également que durant les vacances du Saint-Siège, l'Église n'est plus infaillible (hérésie déjà affirmée par l'abbé Ricossa). L'élection du pape est infaillible en vertu de l'indéfectibilité de l'Église ; elle ne dépend pas du pape, et s'exerce per se.

Ce texte, à dire vrai, nous paraît faire dépendre l’infaillibilité pontificale de l’infaillibilité de l’Église universelle (alors que c’est le contraire qui est vrai et que l’infaillibilité pontificale provient directement au Pape de Dieu Lui-même par «l’être avec Jésus-Christ» dont jouit le Souverain Pontife véritable) comme il nous paraît donner la préséance au Concile sur le Pape enseignée faussement par le concile de Constance et condamnée par le Concile œcuménique infaillible du Vatican en 1870 !...

Et la preuve que ce texte est erroné, c’est que, après la mort d’un Pape et l’avènement de son successeur, l’Église ne peut en droit plus rien changer, plus rien décréter de nouveau car, précisément, sans le Pape elle est n’est pas infaillible quoiqu’elle ne puisse pour autant aucunement tombée dans l’erreur.
Car le charisme de l’infaillibilité, qui appartient au Magistère VIVANT, soit pontifical, soit « ordinaire et universel » c’est-à-dire en union avec un Pape en acte, ne consiste pas seulement à ne pas enseigner l’erreur (ce qui n’est qu’un effet, qu’une conséquence, de l’infaillibilité) mais surtout à enseigner la Vérité, soit divinement révélée – en la mettant en lumière et en l’explicitant –, soit définie par ledit Magistère VIVANT.

Que l’infaillibilité de l’Église universelle, que nous ne réduisons aucunement à l’infaillibilité du Pape seul (contrairement à ce que cherche à nous reprocher fallacieusement – et donc de manière implicitement calomnieuse – cet auteur), que l’infaillibilité de l’Église universelle dépende néanmoins du Pape, cela ressort clairement et explicitement des explications données, au nom de la Députation de la Foi, par Mgr D’AVANZO le 20 juin 1870 lors du Concile œcuménique infaillible du Vatican « pour répondre aux difficultés avancées contre le schéma du 9 mai » : cf. Abbé Bernard LUCIEN, L’INFAILLIBILITÉ DU MAGISTÈRE ORDINAIRE ET UNIVERSEL DE L’ÉGLISE, DOCUMENTS DE CATHOLICITE – 1984, ÉDITIONS ASSOCIATION SAINT HERMÉNÉGILDE – 18, avenue Bellevue – 06100 NICE, pp. 21-26.

Quant à ce que ce gamin, simple laïc (qui baigne dans l’utopie, souffre manifestement d’un orgueil sans borne et devrait étudier un peu mieux tout cela avant d’écrire des âneries), vienne parler des “hérésies” non seulement de l’abbé RICOSSA mais encore et surtout du Révérend Père Michel-Louis GUÉRARD DES LAURIERS, qui fut Professeur au Saulchoir et, auparavant, à l’Université pontificale du Latran, et théologien particulier de Sa Sainteté le Pape Pie XII, fait sourire...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Jeu 5 Mai - 1:49

Ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t2124p30-concile-vatican-ii#32825)
admin a écrit:

JP B a écrit:
admin a écrit:
Déclaration d’anathème

https://sedevacantisme.wordpress.com/2016/05/01/declaration-danatheme/

Il reste au Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin à déclarer, suite à cette très importante déclaration, la vacance complète du Saint-Siège (après avoir éventuellement adressé les monitions d’usage à Jorge-Mario BERGOLIO, actuel occupant matériel) et à convoquer un conclave composé des Évêques qui, comme lui, sont fidèles à la doctrine catholique, pour qu’enfin nous ayons un véritable Pape.
Espérance et prières, avec sacrifices pour obtenir de Dieu un tel bienfait !…

La vidéo.

https://www.gloria.tv/video/e8J1Vb1Kz5e


https://www.gloria.tv/video/e8J1Vb1Kz5e

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Jeu 5 Mai - 20:54


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4496
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Ven 6 Mai - 15:47

Portrait succinct d’un survivantiste

Votre serviteur a eu le tort de préjuger (peut-être témérairement) de la position d’un survivantiste (qui lui consacre actuellement quasiment tous ses articles) en écrivant, à cet endroit (http://foicatholique.cultureforum.net/t3667-l-eglise-aurait-elle-aujourd-hui-un-pape-inconnu-et-cache#32824) ceci
JP B a écrit:

[...] ce paragraphe de l’un de ces survivantistes est erroné :
Citation :
[...] l'infaillibilité de l'élection du pape ne procède pas de l'infaillibilité pontificale, elle en est la condition (ce qui est très différent). Vous réduisez l'infaillibilité de l'Église à l'infaillibilité pontificale, et vous sous-entendez également que durant les vacances du Saint-Siège, l'Église n'est plus infaillible (hérésie déjà affirmée par l'abbé Ricossa). L'élection du pape est infaillible en vertu de l'indéfectibilité de l'Église ; elle ne dépend pas du pape, et s'exerce per se.

Ce texte, à dire vrai, nous paraît faire dépendre l’infaillibilité pontificale de l’infaillibilité de l’Église universelle (alors que c’est le contraire qui est vrai et que l’infaillibilité pontificale provient directement au Pape de Dieu Lui-même par « l’être avec Jésus-Christ » dont jouit le Souverain Pontife véritable) comme il nous paraît donner la préséance au Concile sur le Pape enseignée faussement par le concile de Constance et condamnée par le Concile œcuménique infaillible du Vatican en 1870 !...


Toutes les excuses exigées par la justice sont là présentées à ce survivantiste qui est prié de bien vouloir les accepter quant aux jugements erronés formulés dans le commentaire qui suit cette citation.
Mais, à dire vrai, là n’est pas le problème.

En effet, dans les publications dudit survivantiste visant votre serviteur, ce commentaire y est ainsi présenté
Citation :

Le même Jean-Paul Bontemps nous accuse de proclamer la supériorité du Concile sur le Pape, dans un paralogisme qui ferait pâlir un Sioux, et que je résumerais de la façon suivante :

-Jean-Baptiste fait dépendre l'infaillibilité pontificale de l'Église universelle [c'est faux, je dis juste que sans élection certaine, il n'y a pas de règle de foi certaine !] ;

-Or, l'Église universelle, c'est le Concile ! [il s'agit là davantage d'une course en VTT que d'un raisonnement logique !]

-Donc Jean-Baptiste fait dépendre l'infaillibilité pontificale du Concile ! Eurêkà, il défend l'hérésie conciliariste !


Tout le monde (sauf peut-être ce survivantiste !…) constatera que ce qu’a exactement écrit votre serviteur, ne ressemble en rien (ou seulement de très loin) à ce qu’en présente ledit survivantiste et n’est là qu’une caricature déformant manifestement, par exagération volontaire, de ce qui a été écrit.
Cette méthode, comme il a déjà été dit à la fin de ce message (http://foicatholique.cultureforum.net/t4762-la-these-de-cassiciacum-resume-par-m-labbe-ricossa#32827) est digne d’un parfait IMPOSTEUR !

Déjà, dans un courriel personnel du 03 mai à 17h34,
cet IMPOSTEUR, fallacieusement a écrit:
[...] Vous dites : "il ne suffit pas que l'élu soit accepté pacifiquement et universellement, il faut que je le juge catholique" [...]
Il lui a été répondu, le même jour à 22h58
Citation :
Vous m’écrivez « Vous dites : "il ne suffit pas que l'élu soit accepté pacifiquement et universellement, il faut que je le juge catholique" [...] », mais ce n’est là, cher Monsieur, qu’une caricature !
Comment pouvez-vous ainsi déformer les propos que l’on tient pour leur faire dire ce que vous voudriez qu’ils disent afin de désavouer votre contradicteur ? ! ! !
C’est là, dis-je, une caricature, car jamais ni nulle part j’ai dit ou écrit qu’il faille (comme le fait la FSSPX ou/et ceux qui affirment que Paul VI et ses successeurs vaticandeux sont – ou étaient pour ceux qui ne sont plus de ce monde – formellement hérétiques) juger si « l'élu accepté pacifiquement et universellement » est bien catholique. Je vous mets au défi de trouver une telle proposition de ma part hors la déformation caricaturale que l’on peut faire de mes propos.
Ce qu’en revanche j’ai toujours prétendu, c’est que les faits accomplis tant par Paul VI que par ses successeurs vaticandeux, ne sont nullement des œuvres catholiques (il suffit de les observer objectivement) et qu’en conséquence nous pouvons, non juger de la catholicité personnelle de leurs auteurs mais constater logiquement qu’ils ne peuvent et ne pouvaient pas, Paul VI compris, être les Vicaires de Notre-Seigneur Jésus qui, manifestement, n’est pas ou n’était pas avec eux (à moins de Le blasphémer en Le rendant complice de leurs méfaits !…). Cela relève du charisme de l’infaillibilité de chaque Pape véritable qui l’empêche d’accomplir ce que Paul VI et ses successeurs vaticandeux ont accompli, et cela ne va nullement, comme vous le prétendez ailleurs contre les divines Paroles du Christ adressées à St Pierre « j’ai prié pour que ta foi ne défaille pas » car ces Paroles visent le Pape et non un quidam qui, comme le montrent ses faits, gestes et “enseignements” officiels, ne saurait être le Vicaire du Christ et bénéficier de « l’être avec » Lui.

Cela ne l’a pas empêché, comme nous le voyons donc dans le dernier § de ce message (http://foicatholique.cultureforum.net/t4762-la-these-de-cassiciacum-resume-par-m-labbe-ricossa#32827) déjà cité, de récidiver le 05 mai à 6h21 du matin !

Voilà les méthodes employées par ce survivantiste ainsi dénoncées (et c’est là l’objet du présent post) : baignant au moins dans l’utopie (si ce n’est dans la volonté perverse de bloquer toutes éventualités de redressement pour la Sainte Église Catholique actuellement en état douloureux de privation de l’Autorité pontificale – et donc de toute véritable Autorité – par la possibilité de retrouver un vrai Pape) il en est réduit à caricaturer la pensée de qui n’adhère pas à sa thèse absurde de survivance de quelqu’un qui, de toute manière, n’était pas un véritable Pape mais un ennemi manifeste (au for externe et selon ses œuvres – nous ne jugeons pas sa personne) de l’Église Catholique, et à déformer ainsi, MALHONNÊTEMENT ce qui est pourtant écrit noir sur blanc !...

Rien que cela (ces méthodes caricaturales et de déformations malhonnêtes) suffit pour se convaincre que cette position ne vient du bon ange mais de celui qui MENTEUR DÈS LE COMMENCEMENT...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?   Aujourd'hui à 8:53

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Église aurait-elle aujourd'hui un Pape INCONNU et caché ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'Église doit-elle évoluer ?
» L'eglise catholique-le catholicisme est elle vouée a sa fin?
» L'Eglise est-elle malade ?
» l'Église..PAS UNE autocratie, PAS UNE oligarchie, PAS UNE démocratie mais une Christocratie.
» L'Église ne peut être en danger.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: