Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La canonisation des Saints ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: La canonisation des Saints ?   Mar 1 Mar - 18:53

La canonisation des Saints ?

Publié le mars 1, 2011 par sedevacantisme

Alors que la prochaine béatification de l’antichrist Wotjyla par les siens approche, ceux qui reconnaissent Benoît XVI comme vrai Pape ne peuvent pas dissimuler leur gêne. En effet, « si
l’Eglise n’est pas garantie de l’erreur, quand elle élève un de ses
serviteurs au nombre des bienheureux, car alors elle ne porte pas
une sentence définitive, elle l’est quand elle canonise un saint »
(Nicolas Iung dans Le magistère de l’Eglise, p. 175-176).



« Tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux «
(Notre Seigneur à St Pierre et à ses successeurs)

Or, la béatification de Wojtyla préfigure très probablement une
prochaine canonisation. Face à cela, la Fraternité Saint Pie X, qui
est bien évidemment opposée à la béatifiation puis à la canonisation
de Jean-Paul II, tente d’anticiper en prétextant que les canonisations
n’engagent pas vraiment l’infaillibilité pontificale, opinion qui
légitimerait alors la non reconnaissance du « saint Jean-Paul II ».

32. Si la canonisation engage l’infaillibilité pontificale, peut-on refuser les nouveaux saints canonisés par le pape ?
Mgr Fellay : « C’est vrai qu’il y a un problème sur la question des canonisations actuelles. Cependant on peut se demander
s’il y a une véritable volonté d’engager l’infaillibilité dans les
termes utilisés par le souverain pontife. On a changé ces termes pour
la canonisation, ils sont devenus beaucoup moins forts
qu’auparavant. Je pense que cela va de pair avec la mentalité nouvelle
qui ne veut pas définir dogmatiquement en engageant l’infaillibilité.
Cependant reconnaissons qu’on reste là sur des pistes… Il n’y a pas de réponse satisfaisante,
si ce n’est celle de l’intention de l’autorité suprême d’engager ou non
son infaillibilité. » (Entretien accordé par Mgr Bernard Fellay au
District des Etats-Unis le 2 février 2011)

Encore une fois, Mgr Fellay adopte un discours flou et incertain. Le
supérieur de la Fraternité est décidemment loin d’appliquer le
commandement de Notre Seigneur « que votre oui soit oui, que votre non soit non »
(Matthieu, 5 – 37). Un Pape engage-t-il son infaillibilité quand
il promulgue une canonision ? A cette question, Mgr Fellay ne répond ni
par l’affirmatif, ni par la négation… Il laisse planer le doute, tout
comme le faisait M. l’abbé de Cacqueray en 2008 :

Abbé de Cacqueray : « On risque donc de se retrouver, avec
les canonisations récentes, devant des interrogations graves:
s’agit-il d’un saint au sens classique, ou s’agit-il d’un parangon des «
nouvelles vertus » issues du Concile ?
[...] Que faire
dans une telle situation embrouillée et confuse ? Rejeter tous les
saints proclamés depuis le Concile? Ce serait sot et bien imprudent.
Pourrait-on impunément mépriser Frédéric Ozanam, le père Brottier,
le père Miguel Pro, le padre Pio, le pape Pie IX, le père Cormier, Mgr
Moreno y Diaz, don Michele Rua, le cardinal Schuster, dom Marmion, par
exemple?
Accepter ces nouveaux saints en bloc ? Ce serait risquer d’avaler l’erreur au milieu de la vertu la plus héroïque.
Sélectionner les saints qui nous plaisent, qui nous
conviennent, en rejetant ceux que nous estimons indignes d’être saints?
Ce serait nous substituer au Magistère, seul compétent.
La Fraternité Saint-Pie X a choisi de ne pas choisir, et d’attendre les décisions d’un Magistère redevenu clair. » (Fideliter n° 182)

Avant d’entrer dans le vif du sujet, force est de constater que
l’abbé de Cacqueray se contredit en quelques lignes. En effet, il
commence par affirmer qu’on ne peut pas accepter la plupart des
nouvelles canonisations car cela reviendrait à « avaler l’erreur au milieu de la vertu la plus héroïque » (chose impossible comme nous le verrons plus loin) puis il vient à nous expliquer qu’on ne peut pas « sélectionner » les saints sans risque de se substituer au Magistère.



Il est faux d’affirmer que le Magistère catholique n’a pas rendu un avis sur la question
.
Le Pape Benoît XIV dans son œuvre monumentale intitulée De servorum Dei
beatificatione et beatorum canonization déclare que le Pape est infaillible dans la canonisation des Saints
et que cela est objet de foi divine de telle façon que celui qui le
nierait serait hérétique. Comme nous pouvons le lire sous la plume de
M. l’abbé Ricossa dans les revues n°53 et 54 de Sodalitium, pour Benoît XIV, le fait que le Pape soit infaillible dans la canonisation des Saints est une vérité de foi divine,
comme l’est le fait que tel canonisé soit réellement un Saint.
Mais il admet comme licite l’opinion de ceux qui pensent au contraire
qu’il s’agit d’une vérité de foi ecclésiastique (c’est-à-dire à croire
non à cause de l’autorité divine mais à cause de l’autorité de
l’Eglise infaillible); dans ce dernier cas, celui qui nierait les
vérités susdites serait seulement… suspect d’hérésie et défenseur d’une
proposition erronée méritant les plus graves censures. Au final,
par respect pour les autres écoles qui ont une opinion différente, il
conclut (Livre I, chap. 45, n° 28) que ce sur quoi tout le monde
s’accorde et qu’il faut tenir au minimum est ceci :

« quiconque oserait prétendre que le Pape s’est
trompé dans telle ou telle canonisation, ou que tel ou tel saint
canonisé par le Pape ne doit pas être vénéré par un culte de dulie,
celui-là, disons-nous, s’il n’est hérétique, [comme le pense notre auteur le Pape Benoît XIV] doit être considéré [comme
l’admettent même ceux qui enseignent qu’il n’est pas de foi que le Pape
soit infaillible dans la canonisation des Saints ou qu’il n’est pas
de foi que tel ou tel autre canonisé est un Saint]
comme un
téméraire qui scandalise toute l’Eglise, outrage les Saints, favorise
les hérétiques qui nient l’autorité de l’Eglise dans la canonisation
des Saints, sent une odeur d’hérésie en ce qu’il donne aux incrédules
occasion de se moquer des fidèles, soutient une proposition erronée
et mérite les plus graves censures
. »

Tout au long de l’histoire de l’Eglise, à notre connaissance, aucun
théologien catholique n’a soutenu que l’on puisse impunément
enseigner que le Pape peut errer en matière de canonisation des Saints
.

C’est ce que nous pouvons lire dans l’Enciclopedia Cattolica à la rubrique Canonisation :

« C’est cependant la doctrine commune des théologiens
que le Pape est vraiment infaillible dans la canonisation,
puisqu’il s’agit d’un acte très important relatif à la vie morale de
l’Eglise universelle, en ce sens que le saint n’est pas seulement
proposé à la vénération parce qu’il jouit de la gloire céleste mais
aussi en tant que modèle des vertus et de la sainteté réelle de
l’Eglise. Or il serait intolérable que, dans cette déclaration qui implique toute l’Eglise, le Pape ne soit pas infaillible. Cette doctrine ressort d’un grand nombre de bulles de canonisation, même du Moyen-Age, des
déductions des canonistes, depuis le Moyen-Age, des théologiens depuis
saint Thomas d’Aquin. Benoît XIV enseigne qu’il est certainement
hérétique et téméraire de soutenir le contraire. »


En résumé, trois arguments incontestables peuvent être mentionnés :

« L’Eglise est infaillible dans la canonisation des Saints. [...] La thèse se prouve : 1° Par la nature même de la canonisation. L’Eglise
est infaillible dans tous ceux qui se rapportent à la Foi et aux
Moeurs. Or la canonisation se rapporte à la Foi et aux Moeurs
: à la Foi, « parce
que l’honneur que nous rendons aux Saints est une certaine profession
de foi par laquelle nous croyons en la gloire des Saints »
(Saint
Thomas, Quodl. 9. 6) ; aux Moeurs, car par la canonisation les
Saints nous sont proposés comme des exemples de la vie parfaite.
Ergo. 2° Par la manière d’agir des Pontifes. Parfois, les Pontifes affirment cette infaillibilité dans les Bulles mêmes de canonisation
(cf. Sixte IV, pour la canonisation de Saint Bonaventure), mais
toujours, dans l’acte même de la canonisation, ils emploient les
paroles solennelles : « De par l’autorité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Nous décrétons, déclarons, définissons… »,
par l’usage desquelles ils imposent à chaque fois la vérité qui doit
être fermement tenue par les fidèles (quotiescumque veritatem firmiter
tenendam fidelibus imponunt). Or l’Eglise ne pourrait pas obliger de
la sorte les fidèles à croire absolument les canonisés parmi les
Saints, si Elle ne jugeait pas de cela infailliblement. Ergo.
3° En raison de la sentence quasi unanime des théologiens
qui enseignent que l’on ne pourrait pas nier l’infaillibilité de
l’Eglise dans la canonisation des Saints, ou sans hérésie, ou au
moins sans témérité, scandale et impiété
. (Hervé, Man. Théol. Dogm. 1927, p. 460s) » (Source: Le grand Catalogue de l’Abbé Zins. pages 523,525)

Il est donc frappant de remarquer qu’encore une fois, la
Fraternité Saint Pie X, afin d’essayer de justifier ses positions,
adopte de faux principes objectivement hétérodoxes. Si Benoît XVI est
Pape de l’Eglise catholique, il est donc inenvisageable de rejeter
ses « canonisations ». Ainsi, le fait que notre foi nous commande de
refuser et de dénoncer la prochaine béatification, mais surtout
canonisation de Wojtyla équivaut par le fait même à rejeter une fois
de plus la papauté de Benoît XVI.

A lire : L’Eglise est infaillible dans la canonisation des saints par le R.P Goupil, 1941

SOURCE

http://sedevacantisme.wordpress.com/2011/03/01/la-canonisation-des-saints/

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: La canonisation des Saints ?   Mar 15 Avr - 20:34

Canonisation des saints : Supposer qu'un Pape puisse errer est une hérésie

 Dans maintenant 12 jours, le prétendu "pape" François opérera aux "canonisations" de Jean XXIII et de Jean-Paul II. Ceux qui s'obstinent à défendre l'indéfendable, à savoir que François détient l'autorité pontificale, devront faire un choix : soit reconnaître par conséquent la [pseudo] validité d'une telle canonisation, soit la rejeter en adhérant par conséquent à la position sédévacantiste... à moins qu'ils en viennent à soutenir l'hérésie selon laquelle l'Eglise et le Pape ne sont pas infaillibles lors d'une canonisation.
 
 En effet, "si l’Eglise n’est pas garantie de l’erreur, quand elle élève un de ses serviteurs au nombre des bienheureux, car alors elle ne porte pas une sentence définitive, elle l’est quand elle canonise un saint" (Nicolas Iung dans Le magistère de l’Eglise, p. 175-176).
 
 
"Tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux "

(Notre Seigneur à St Pierre et à ses successeurs)

 

  Face à ce fait qui ne laisse aucunement place au doute ou à l'incertitude, la Fraternité Saint Pie X, qui est bien évidemment opposée à toute béatifiation et canonisation de Jean-Paul II, tente désespérément d'expliquer que  les canonisations n'engagent pas vraiment l'infaillibilité pontificale, opinion qui légitimerait alors la non reconnaissance du "saint Jean-Paul II"  tout en continuant de professer, à tort, que François détient l'autorité pontificale.
 
 Bien sûr, les ‘arguments’ - si on peut appeler cela ainsi - des prêtres de la FSSPX sont irrécevables : au cours de l'histoire, aucun théologien n'a soutenu l'idée selon laquelle un Pape pouvait errer en matière de canonisations des Saints, bien au contraire : "C’est cependant la doctrine commune des théologiens que le Pape est vraiment infaillible dans la canonisation... il serait intolérable que, dans cette déclaration qui implique toute l’Eglise, le Pape ne soit pas infaillible. Cette doctrine ressort d’un grand nombre de bulles de canonisation, même du Moyen-Age, des déductions des canonistes, depuis le Moyen-Age, des théologiens depuis saint Thomas d’Aquin. Benoît XIV enseigne qu’il est certainement hérétique et téméraire de soutenir le contraire." (Enciclopedia Cattolica à la rubrique Canonisation)
 
> Saint Thomas d'Aquin, docteur angélique, cité par Catholic Encyclopedia, (Vol. 2, Béatification, 1907, p. 366) : "Dans Quodlib. IX, a. 1, 6 St. Thomas affirme : ‘Puisque les honneurs que nous rendons aux saints sont dans un certain sens une profession de foi, c.-à-d. une croyance en la gloire des Saints, nous devons pieusement croire qu’en cette matière également l’Eglise n’est pas sujette à l’erreur.’"

> Saint Alphonse de Ligori, docteur de l'Eglise : "Supposer que l’Eglise puisse errer en canonisant, est un péché, ou une hérésie, d’après Sts. Bonaventure, Bellarmin, et d’autres ; ou au moins une chose proche de l’hérésie, d’après Suarez, Azorius, Gotti, etc. ; parce que le Souverain Pontife, d’après St. Thomas, est guidé par l’influence infaillible du Saint-Esprit d’une façon spéciale lors de la canonisation des saints. (Les Grands Moyens du Salut et de la Perfection, 1759, p. 23)
 
  Par la voix de l'abbé Gaudray, la FSSPX rétorque en avançant que la notion de ‘sainteté’ aurait changé sous Vatican II à cause notamment de l’œcuménisme. En effet, les modernistes pensent que les "saints proviennent de toutes les Eglises et Communautés ecclésiales qui leur ont ouvert l'entrée dans la communion du salut" (encyclique Ut unum sint du 25 mai 1995). Donc selon l’abbé Gaudray, l'Eglise de Vatican II entend par "saint" autre chose que ce que l’Eglise catholique comprenait avant : ceci devrait l’amener à en conclure qu’il ne s’agit pas de la même Eglise.  
 
 De plus, même depuis Vatican II, les ‘papes’ utilisent la formule traditionnelle, formule ex cathedra :  "Par l’autorité de N.-S. J.-C., des Bienheureux Apôtres Pierre et Paul, et la Nôtre, nous déclarons et définissons que N... est saint, nous l’inscrivons au catalogue des saints, et ordonnons que l’Église universelle honore sa mémoire d’un culte pieux... Que personne ne se permette de déchirer cette page de notre définition ; qu’il sache qu’il encourrait l’indignation du Dieu Tout-Puissant."  Or, comme l'affirme le R. P. Auguste-Alexis GOUPIL, "une telle sentence est nécessairement infaillible, car il ne se peut que l’Église entière soit astreinte par son chef à honorer un damné ni un homme inexistant." (La Règle de la Foi - 1941)
 
 Pour finir, rappelons ce que nous avons déjà mentionné il y a quelques mois :
 
 Trois arguments incontestables peuvent être avancés en faveur de l'infaillibilité intrinsèque des Papes lors d'une canonisation :

 1° La nature même de la canonisation. L'Eglise est infaillible dans tous ceux qui se rapportent à la Foi et aux Moeurs. Or la canonisation se rapporte à la Foi et aux Moeurs: à la Foi, "parce que l'honneur que nous rendons aux Saints est une certaine profession de foi par laquelle nous croyons en la gloire des Saints"(Saint Thomas, Quodl. 9. 6) ; aux Moeurs, car par la canonisation les Saints nous sont proposés comme des exemples de la vie parfaite.

2° La manière d'agir des Pontifes. Parfois, les Pontifes affirment cette infaillibilité dans les Bulles mêmes de canonisation(cf. Sixte IV, pour la canonisation de Saint Bonaventure), mais toujours, dans l'acte même de la canonisation, ils emploient les paroles solennelles : "De par l'autorité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Nous décrétons, déclarons, définissons...", par l'usage desquelles ils imposent à chaque fois la vérité qui doit être fermement tenue par les fidèles (quotiescumque veritatem firmiter tenendam fidelibus imponunt). Or l'Eglise ne pourrait pas obliger de la sorte les fidèles à croire absolument les canonisés parmi les Saints, si Elle ne jugeait pas de cela infailliblement.


Canonisation de sainte Catherine de Sienne en 1461

 

3° La sentence quasi unanime des théologiens qui enseignent que l'on ne pourrait pas nier l'infaillibilité de l'Eglise dans la canonisation des Saints, ou sans hérésie, ou au moins sans témérité, scandale et impiété. (Hervé, Man. Théol. Dogm. 1927, p. 460s)" (Source:  Le grand Catalogue de l'Abbé Zins. pages 523,525)
 
 
  Ainsi, le fait que notre foi nous commande de refuser et de dénoncer la prochaine canonisation de Wojtyla équivaut par le fait même à rejeter une fois de plus la supposée papauté de François.


   

Complément : les "papes" de Vatican II refusent-ils d'engager leur supposée infaillibilité lors des canonisations comme l'affirme la FSSPX ? Comparaison entre la canonisatin de saint Jean de Dieu par le Pape Pie XI et la "canonisation" de Josémaria Escriva de Balaguer par le non Pape "Jean-Paul II"

 

A lire :  L'Eglise est infaillible dans la canonisation des saints par le R.P Goupil, 1941

 
> Jean-Paul II, un antichrist béatifié par les siens

http://www.catholique-sedevacantiste.com/article-canonisation-des-saints-supposer-qu-un-pape-puisse-errer-est-une-heresie-123338783.html

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
 
La canonisation des Saints ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Béatification et canonisation
» Canonisation du frère André
» Benoit XVI s'adresse aux jeunes a Londres: SOYEZ DES SAINTS !
» Prier les saints ou demander leur intercession ?
» A Joachim : où en est la canonisation de Marthe ROBIN ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: