Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un Clown.Maladivement.Imposteur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Sam 26 Mar - 16:07

L'irrespect d'un Crotteux.Mégalomaniaque.Insultant à l'égard des Prêtres en général ("Prêtzels Guérardounes") et en particulier de Monsieur l'Abbé Bernard LUCIEN : INADMISSIBLE !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Jeu 31 Mar - 5:47

Après que le « Mer 16 Fév 2011, 19:55 » (heure française) C.M.I. eût écrit
Citation :
Mon p'tit Paul, je vais revenir éventuellement sur votre long texte que vous nous assénez un peu partout depuis des lustres ...

P.S.: Vous allez déchanter ! Very Happy
Après que le « Ven 4 Mar - 12:41 » (heure québécoise) je lui eus répondu
Citation :

[…]

Où en sommes-nous, après plus de 15 jours ?
lol!

[…]

Le « Ven 4 Mar - 12:54 » (heure québécoise)
C.M.I. a écrit:
Ça va venir ! Very Happy

[…]
« Ça va venir ! »
Sleep Sleep


Le « Mar 08 Mar 2011, 00:22 »
C.M.I a écrit:

[...]

Je vous reviens dans les prochains jours avec une surprise !... Very Happy


Après ce rappel du « Sam 19 Mar 2011, 05:39 », ce Célèbre.Meneur-en-bateau.International, le même jour (samedi 19 mars 2011) à “13:19”,
a écrit:
T'inquiètes pas ... faut juste que je prenne le temps de finir mon truc ! Twisted Evil

Après plus de six semaines, nous attendons toujours !
Basketball Basketball Sleep Sleep

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Jeu 7 Avr - 21:27

Après que le « Mer 16 Fév 2011, 19:55 » (heure française) C.M.I. eût écrit
Citation :
Mon p'tit Paul, je vais revenir éventuellement sur votre long texte que vous nous assénez un peu partout depuis des lustres ...

P.S.: Vous allez déchanter ! Very Happy
Après que le « Ven 4 Mar - 12:41 » (heure québécoise) je lui eus répondu
Citation :

[…]

Où en sommes-nous, après plus de 15 jours ?
lol!

[…]

Le « Ven 4 Mar - 12:54 » (heure québécoise)
C.M.I. a écrit:
Ça va venir ! Very Happy

[…]
« Ça va venir ! »
Sleep Sleep


Le « Mar 08 Mar 2011, 00:22 »
C.M.I a écrit:

[...]

Je vous reviens dans les prochains jours avec une surprise !... Very Happy


Après ce rappel du « Sam 19 Mar 2011, 05:39 », ce Célèbre.Meneur-en-bateau.International, le même jour (samedi 19 mars 2011) à “13:19”,
a écrit:
T'inquiètes pas ... faut juste que je prenne le temps de finir mon truc ! Twisted Evil
Le « Mar 5 Avr - 7:48[/i] »
C.M.I a écrit:

[...]

Non, ne t'inquiètes pas Gros Jambon !

J'en suis au 3/4 du texte ... tu vas pleurer ! :dam: :sniper: :piaouf:


Après plus de sept (7) semaines, nous attendons toujours !
Et, en attendant, nous rions bien ! Laughing …
Basketball Basketball Sleep Sleep …

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Mar 12 Avr - 6:22

Non seulement nous continuons de bien rire, mais notre Clown.Monstrueux.Indélicat post sur ce forum même, je viens de le découvrir, dans un topic réservé aux seuls inscrits, des C... lowneries.Mensongères.Insultantes contre votre serviteur, se gardant bien de venir en parler ici-même où tout le monde, inscrit ou non, peut intervenir ! Laughing Laughing ...

Et combien de messages de ce Charlot.Mariole.Insinuant ai-je supprimés parmi tous ceux qu'il a désignés comme étant susceptibles de l'être ? Laughing Laughing ...

(Je n'ai en effet supprimé que des injures sans aucune valeur argumentaire. clown !...)

Les insinuations calomnieuses (« susceptibles d'être supprimés ») ne sont-elles pas pratiques courantes des... sectes ?... lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Jeu 14 Avr - 19:01

Après que le « Mer 16 Fév 2011, 19:55 » (heure française) C.M.I. eût écrit
Citation :
Mon p'tit Paul, je vais revenir éventuellement sur votre long texte que vous nous assénez un peu partout depuis des lustres ...

P.S.: Vous allez déchanter ! Very Happy
Après que le « Ven 4 Mar - 12:41 » (heure québécoise) je lui eus répondu
Citation :

[…]

Où en sommes-nous, après plus de 15 jours ?
lol!

[…]

Le « Ven 4 Mar - 12:54 » (heure québécoise)
C.M.I. a écrit:
Ça va venir ! Very Happy

[…]
« Ça va venir ! »
Sleep Sleep


Le « Mar 08 Mar 2011, 00:22 »
C.M.I a écrit:

[...]

Je vous reviens dans les prochains jours avec une surprise !... Very Happy


Après ce rappel du « Sam 19 Mar 2011, 05:39 », ce Célèbre.Meneur-en-bateau.International, le même jour (samedi 19 mars 2011) à “13:19”,
a écrit:
T'inquiètes pas ... faut juste que je prenne le temps de finir mon truc ! Twisted Evil
Le « Mar 5 Avr - 7:48[/i] »
C.M.I a écrit:

[...]

Non, ne t'inquiètes pas Gros Jambon !

J'en suis au 3/4 du texte ... tu vas pleurer ! :dam: :sniper: :piaouf:


Après plus de huit ( 8 !...) semaines, nous attendons toujours !
Et, en attendant, nous rions bien ! Laughing
Basketball Basketball Sleep Sleep

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Mer 27 Avr - 14:20

Dans ce message du mardi 26 avril 2011, j'ai énoncé cette hypothèse de travail
Citation :

[...] voyons ce que dit le
Canon 209 :
Citation :
En cas d’erreur commune ou de doute positif et probable, sur un point de droit ou de fait, Église supplée la juridiction pour le for tant externe qu’interne.

Voilà qui pleinement nous rassure, nous qui pensons pouvoir nous confesser à nos Prêtres, même si, de bonne foi, nous nous trompons (car, alors, nous sommes dans le cas de « l’erreur commune ») puisque, effectivement, dans un cas (tel qu’envisagé par les canonistes Gomez et Coronata) comme dans l’autre (« l’erreur commune ») l’« Église supplée la juridiction pour le for tant externe qu’interne » !

[...]

Un véritable Cobra.Malhonnête.Insulteur prend prétexte de cette dernière phrase pour nous accuser de reconnaître que nous serions dans l'erreur !
Comme si la locution « même si » (« de bonne foi, nous nous trompons [...] ») signifiait « effectivement, nous nous trompons [...] » No Suspect

Nous connaissions déjà bien sa mauvaise foi... Voilà qu'il nous en donne lui-même la preuve !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Dim 1 Mai - 0:05

Un provocateur a écrit:
Monsieur JP B a dit :

Citation :
[...] voyons ce que dit le Canon 209 :
Citation:
En cas d’erreur commune ou de doute positif et probable, sur un point de droit ou de fait, Église supplée la juridiction pour le for tant externe qu’interne.

Voilà qui pleinement nous rassure, nous qui pensons pouvoir nous confesser à nos Prêtres, même si, de bonne foi, nous nous trompons (car, alors, nous sommes dans le cas de « l’erreur commune ») puisque, effectivement, dans un cas (tel qu’envisagé par les canonistes Gomez et Coronata) comme dans l’autre (« l’erreur commune ») l’« Église supplée la juridiction pour le for tant externe qu’interne » !

Puisque pour vous Monsieur Bontemps, il n'y a pas d'église conciliaire mais seulement une Eglise catholique qui va mal, que désignez-vous par ces mots "nos Prêtres" et pourquoi n'ont-ils pas la juridiction ?

Peut-on se permettre dans l'Eglise de choisir ses propres prêtres parmi ceux qui n'ont pas juridiction et croire que l'Eglise est là pour donner une juridiction de suppléance automatique chaque fois qu'un prêtre n'a pas de juridiction officielle ?
Réponses dans ce fil.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Dim 1 Mai - 12:11

Il y a des manières, de poser les questions, qui ne sont que des provocations :
  1. "Puisque pour vous Monsieur Bontemps, il n'y a pas d'église conciliaire mais seulement une Eglise catholique qui va mal, que désignez-vous par ces mots "nos Prêtres" et pourquoi n'ont-ils pas la juridiction ?" en est une parce que

    a) l'Eglise catholique va très bien, soyons en sûrs : Notre-Seigneur la guide ; seuls les hommes d'Eglise vont mal... ;

    b) pourquoi poser la question de savoir pourquoi nos Prêtres n'ont pas la Juridiction, si ce n'est pas pour provoquer ?...

  2. "Peut-on se permettre dans l'Eglise de choisir ses propres prêtres parmi ceux qui n'ont pas juridiction et croire que l'Eglise est là pour donner une juridiction de suppléance automatique chaque fois qu'un prêtre n'a pas de juridiction officielle ?" en est si manifestement une autre qu'il me semble vraiment superflu d'exposer que cette provocation réside dans :

    c) l'affirmation selon laquelle nous nous permettrions "de choisir [nos] propres prêtres parmi ceux qui n'ont pas juridiction [...]" ;

    d) la négation, nécessairement induite par cette accusation implicite que constitue la précision "croire que l'Eglise est là pour donner une juridiction de suppléance", de ce que disent des canonistes tels que Gomez (De Censuris in genere, Canones 2241-2234, Angelicum, 1955) et Coronata (Institutiones Iuris Canonici, IV, n. 1760) qui expliquent que la suppléance de juridiction pour péril de mort (canon 882) peut être étendue à tous les cas où le pénitent se trouve privé de prêtre ayant la juridiction ordinaire ou déléguée (Gomez ajoute que même si cette condition n'était remplie que de façon douteuse, il y aurait également suppléance en raison du canon 209) ;

    e) le persiflage qui consiste à qualifier ladite suppléance d'être "automatique chaque fois qu'un prêtre n'a pas de juridiction officielle".

C'est pourquoi
  1. les messages de ce provocateur ont tous été supprimés,

  2. ils le seront dorénavant tous sans même être auparavant lus par le modérateur !

Qu'il aille poster ses provocations là-bas ! lol! ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Mar 17 Mai - 10:51

Après que le « Mer 16 Fév 2011, 19:55 » (heure française) C.M.I. eût écrit
Citation :
Mon p'tit Paul, je vais revenir éventuellement sur votre long texte que vous nous assénez un peu partout depuis des lustres ...

P.S.: Vous allez déchanter ! Very Happy
Après que le « Ven 4 Mar - 12:41 » (heure québécoise) je lui eus répondu
Citation :

[…]

Où en sommes-nous, après plus de 15 jours ?
lol!

[…]

Le « Ven 4 Mar - 12:54 » (heure québécoise)
C.M.I. a écrit:
Ça va venir ! Very Happy

[…]
« Ça va venir ! »
Sleep Sleep


Le « Mar 08 Mar 2011, 00:22 »
C.M.I a écrit:

[...]

Je vous reviens dans les prochains jours avec une surprise !... Very Happy


Après ce rappel du « Sam 19 Mar 2011, 05:39 », ce Célèbre.Meneur-en-bateau.International, le même jour (samedi 19 mars 2011) à “13:19”,
a écrit:
T'inquiètes pas ... faut juste que je prenne le temps de finir mon truc ! Twisted Evil
Le « Mar 5 Avr - 7:48[/i] »
C.M.I a écrit:

[...]

Non, ne t'inquiètes pas Gros Jambon !

J'en suis au 3/4 du texte ... tu vas pleurer ! :dam: :sniper: :piaouf:


Après plus de TROIS ( 3 !…) mois, nous attendons toujours !
Et, en attendant, nous rions bien ! Laughing
Basketball Basketball Sleep Sleep

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Mar 17 Mai - 14:21

De quoi s’agit-il ?

Plusieurs fois
JP B a écrit:


ARGUMENTATION proprement dite
 :

Il est flagrant désormais que Benoît XVI et tous ceux qui le suivent disent des hérésies ou cautionnent de façon inacceptable des hérésies.

Il s’agit ici directement d'hérésies, puisque manifestement il y a hérésies, mais sans s’arrêter sur les erreurs moins graves contre la Foi, ni sur les scandales en paroles, en actions ou/et par omissions.
Nous ne parlons bien que des seules hérésies en tant que telles.

Il ne suffit pas, pour être formellement hérétique, de proférer des hérésies : le fait de dire une hérésie n’est pas forcément toujours un péché. Certes, le fait de dire une hérésie est la matière du péché d'hérésie, mais à cette matière, il manque encore la forme (c'est la distinction acceptée par les théologiens catholiques au moins depuis saint Thomas d'Aquin, et encore davantage depuis le Concile de Trente et cela correspond à la notion bien connue de “péché matériel” et de “péché formel”) il manque encore la forme, donc, pour que ce “péché matériel” soit réellement un péché, ou “péché formel”.
La forme du péché en général réside dans la volonté.
Et la forme du péché d'hérésie en particulier réside dans la volonté actuelle d'aller contre l'autorité infaillible de Dieu. C’est ce qu’on appelle « la pertinacité ».

Cela dit, Puisque l'Église est une société visible, composée d'hommes et de femmes, obéissant à des règles conformes à l'obtention de sa fin qui est le salut des âmes, cette pertinacité doit être constatée par l'autorité visible et infaillible de l'Église (qui représente sur terre l'autorité infaillible de Dieu) pour être imposée sans erreur aux yeux de tous.

Ainsi, pour récapituler là où nous en sommes, nous dirons que :
  1. une chose est de dire des hérésies ;

  2. une autre d'être hérétique formel devant Dieu ;

  3. une autre encore d'être canoniquement hérétique formel devant l'Église.

Quelques exemples concrets feront, espérons-le, bien comprendre tout cela :
  • Ainsi, en faisant par exemple le catéchisme à des enfants, si nous leur enseignons par mégarde une hérésie, cela ne fait pas pour autant de nous des hérétiques, et heureusement !

  • Cependant, si nous maintenons notre position en ayant bien réfléchi, longuement, aux conséquences, en ayant pleinement conscience du fait que notre position est contraire à la foi, etc., alors, il pourra se trouver un moment où nous commettrons réellement le péché formel d'hérésie en allant CONSCIEMMENT contre l'autorité infaillible de Dieu.

  • Et pourtant, jusque là, notre péché reste caché !

    Mais si, maintenant, nous commençons à le dire autour de nous, les gens vont être scandalisés et vont se demander si nous sommes formellement hérétiques ! Or, le moyen ordinaire pour eux sera de suivre le jugement de l'autorité de l'Église.
    C’est pourquoi si nous maintenons notre avis contre une autorité représentant canoniquement l'Église et exigeant de nous rétractation, alors nous devenons hérétique formel public !
    Plus personne n'est alors en droit de douter de notre pertinacité.

Appliquons ces règles aux modernistes, en particulier à ceux qui devraient constituer la hiérarchie de l'Église, en jouissant du pouvoir de juridiction : ceux que dans l'Église en ordre on appelle le Pape, les cardinaux, les évêques dirigeant les diocèses (et dans une moindre mesure les curés dirigeant les paroisses) :
  1. Disent-ils des hérésies ?
    Oui !

  2. Sont-ils hérétiques devant Dieu ?
    C'est très possible, voire probable. Nous pouvons avoir notre opinion là-dessus (et encore, avec prudence…) mais même si nous en sommes convaincus nous n'avons aucun moyen de l'imposer aux autres membres de l'Église, parce que nous n'avons aucun pouvoir de juridiction, c'est à dire aucun pouvoir de parler canoniquement au nom de l'Église.

  3. L'Église a-t-elle constaté leur pertinacité par des monitions faites par des personnes autorisés (c'est à dire ayant juridiction) ?
    HELAS NON ! et c'est justement le tragique de la situation ; c'est justement ce qui nous manque pour les déclarer canoniquement hérétiques et les remplacer par d'autres personnes, notamment en élisant un Pape.
    Le tragique de la situation n'est pas tant que nous n'ayons plus de Pape mais que tous les évêques ayant juridiction dans le monde aient suivi quelqu’un qui n’était pas formellement Pape. C’est cela, précisément, qui est incroyable. Mgr Lefebvre et Mgr de Castro Mayer auraient pu faire des monitions à Paul VI… Mais ils ne l'ont pas fait.



CONCLUSION
 :

En conclusion, nous dirons avec l’“Istituto Mater Boni Consilii” dont nous pensons qu’aucun Prêtre ne contredira cette conclusion, ceci :
    Nous sommes obligés

  1. de considérer que Paul VI et ses successeurs disent des hérésies ;

  2. de considérer également qu’ils sont très probablement hérétiques formels devant Dieu ;


    Mais,

  3. Nous sommes également obligés de considérer qu'il manque une décision de l'Église faisant autorité pour affirmer qu'ils sont canoniquement hérétiques formels.

  4. En l'absence, donc, d'une telle prise de position canonique publique, personne n'est en droit, aux yeux de droit canon c'est à dire du droit de l'Église catholique, d'affirmer qu'ils sont en-dehors de l'Église catholique.


    En conséquence, bien que scandaleux et à combattre, ils font canoniquement partie de l'Église catholique tout comme chacun de nous (bien qu'il soit probable qu'ils sont formellement en-dehors à cause de leur hérésie formelle, mais, de cela, Dieu seul le sait)

Ainsi, notamment, le terme “d'église conciliaire” que nous utilisons tous pour plus de clarté, n'a pas d'existence juridique. Il n'y a qu'une seule Église, l'Église catholique : on est dedans ou on est dehors. Mais on peut être dehors réellement et que seul Dieu le sache, tant en semblant être dedans aux yeux des lois de la société visible qu'est l'Église.


Un autre exemple, espérons-le, le fera comprendre :

Quel est la situation devant Dieu et devant l'Église de deux époux ayant échangé les consentements à l'Église sans vouloir en réalité se marier mais l'ayant caché au prêtre ?
Devant Dieu ils sont adultères, scandaleux et méritent l'enfer ; devant l'Église ils sont de bons époux qui font leur devoir et gagnent des mérites et sont un exemple pour les autres !
Il faudra attendre que l'Église soit informée de leur mensonge sacrilège et les déclare non-mariés pour que cela soit imposable à tous.


Nota Bene 1
 :
Le fait que le scandale des modernistes dure depuis 50 ans et soit on-ne-peut-plus public n'y change rien : les théologiens enseignent clairement que la pertinacité n'a rien à voir avec la durée ou avec l'évidence pour les autres de l'erreur du coupable. La pertinacité est dans la volonté du coupable, pas dans celle de ceux qui le jugent.


Nota Bene 2
 :
Pour constater leur pertinacité, même sans l'autorité de l'Église, il pourrait suffire que Paul VI, Benoît XVI and Co disent publiquement qu'ils sont hérétiques pertinaces ou qu'ils sont en-dehors de l'Église (qu’ils ne font plus partie de l'Église Catholique, qu’ils rejettent celle-ci, etc., qu’ils fassent, en un mot, toute espèce de déclaration aussi catégorique que celles-ci)… mais ils ne l'ont jamais dit justement, bien au contraire hélas !


Nota Bene 3
 :
Terminons par cette anecdote éloquente qui est arrivée il y a deux ans à un Prêtre de l’“Istituto Mater Boni Consilii”.
Une fidèle d’une chapelle desservie par ce Prêtre lui dit un jour en parlant de la Thèse de Cassiciacum : « Monsieur l'abbé, vous dites des hérésies ! Donc vous êtes hérétiques, donc vous n'êtes plus dans l'Église catholique ! »
La même personne est venue lui dire deux semaines plus tard, alors qu’il n'avait rien changé à ses positions (nous tenons l’histoire de l’abbé en question lui-même et plusieurs peuvent en témoigner…) : « Monsieur l'abbé, j'ai changé d'avis et je crois maintenant que vous êtes dans l'Église catholique. »
« Ce genre d'affirmation hallucinante [expose notre abbé après cette mésaventure] est monnaie courante parmi les sédévacantistes et cette anecdote fait encore davantage comprendre combien il est illusoire de penser que des personnes privées dans l'Église puissent décider qui est dans l'Église ou qui n’y est pas. Cela vaut même pour des prêtres ou des évêques : on ne peut parler au nom de l'Église, canoniquement parlant, que si l'on est revêtu du pouvoir ordinaire de juridiction, c'est à dire du pouvoir devant le Christ de paître en son nom une partie de son troupeau.
« Or, la juridiction ordinaire venant du Pape et uniquement du Pape, puisque nous sommes privés d'autorité pontificale et puisque tous ceux qui avaient juridiction l'ont formellement perdu en suivant Jean XXIII, Paul VI, etc. Benoît XVI dans leurs erreurs publiques, il n'y a plus sur terre à l'heure actuelle de pouvoir formel ordinaire de juridiction.
« C'est là tout notre malheur. »


Nota Bene 4
 :
Remarquons bien d'ailleurs que la Thèse de Cassiciacum ne parle que du pouvoir de juridiction.
De ce point de vue, en effet, ces modernistes forment une hiérarchie matérielle, canoniquement toujours membre hélas de l'Église, mais qui peut permettre heureusement que les choses repartent de l'intérieur de l'Église quant au pouvoir de juridiction (pour garantir que c'est canoniquement la même Église qui reparte). En revanche, ce sont les seuls traditionalistes qui auront gardé les Sacrements purs de toute référence aux modernistes au pouvoir, et non pas les modernistes, qui assureront la continuité (ou succession apostolique) quant au pouvoir d'ordre comme, du reste, pour le témoignage de la foi.


Nous avons là la raison qui a fait écrire cette phrase dans la note n° 5 (col. 2) en page 10 du dernier numéro (N° 63) de la revue Sodalitium :
M. l’abbé Francesco R[size=9]ICOSSA[/size] a écrit:
[…] Le fait est que, du moins juridiquement, l’Église conciliaire [ou “la secte conciliaire”] n’existe pas, et les modernistes qui occupent [materialiter] les Sièges épiscopaux, y compris le Premier Siège, se trouvent encore, du moins juridiquement et au for externe, « dans le sein même et au cœur de l’Église » selon la célèbre expression de l’encyclique Pascendi. […]



Discussion
 :

Il faut toutefois remarquer que, à ce qui précède, il peut être fait deux objections :
  1. Au for externe et public, il peut arriver que l'on puisse présumer la pertinacité du sujet incriminé, sans avoir besoin de monitions.
    Ainsi, si Josef RATZINGER demain venait à affirmer publiquement que le pape n’est jamais infaillible ou bien que la T.S. Vierge Marie n’a pas été préservée du péché originel ou encore que son âme ne soit pas montée avec son corps immaculé au ciel, bien franchement, nous n’aurions pas besoin des monitions pour affirmer que nous avons affaire à un hérétique public et manifeste, qui a cessé d’appartenir extérieurement à l’Église, et qu’en conséquence il ne saurait être la matière (analogiquement parlant) désignée au Souverain Pontificat.
    Mais le fait est que nous n’en sommes pas là (contrairement du reste à ce qu'affirment les plus durs que les durs de durs). Pourquoi ? Parce que Josef RATZINGER ne profère pas publiquement des hérésies au sens “canonique” du mot, c’est-à-dire des propositions directement et explicitement contraires à des définitions du Magistère infaillible de l’Église (surtout si ces propositions sont déjà condamnées telles quelles par ledit Magistère comme directement contraires à la Divine Révélation).

  2. Comment donc, si l’on ne peut pas faire état de l’hérésie publique et manifeste de Josef RATZINGER (au sens de l’hérésie-péché), peut-on cependant faire état de ce que le même Josef RATZINGER n’est pas pape, du moins formaliter ?
    En réalité cette objection, sous forme de question, ne tient pas :
    Le fait que Josef RATZINGER ne soit pas formellement pape est constatable par tout membre de l’Église Catholique, même si celle-ci n’a pas encore hiérarchiquement pris acte de la chose (en ce sens également Josef RATZINGER est toujours l’occupant légal – mais non formel – du Siège Apostolique). La chose est constatable, parce qu’il maintient, prétendument en tant que l'Autorité, ce que l'Autorité Apostolique divinement assistée ne peut ni promulguer ni maintenir, savoir : Vatican II (liberté religieuse, œcuménisme, collégialité, etc.) et ladite “nouvelle messe”, et lesdits “nouveaux rites” qui l’accompagnent.
    Il est donc constatable, et de fait constaté par une petite partie du troupeau, que Josef RATZINGER n’est pas formellement pape.
    Mais malheureusement la chose n'est pas constatée par ceux qui ont pouvoir sur l’élection : les cardinaux et (extraordinairement) les évêques.
    Pour ce qui est de l’hérésie-péché au for externe et public de Josef RATZINGER il en va tout autrement. Non seulement elle n’est pas constatée par ceux qui ont pouvoir sur l’élection, mais dans l’état actuel des choses elle n’est pas réellement constatable par les membres de l’Eglise enseignée. En effet, pour ce faire il faudrait, de la part du sujet incriminé, une hérésie au sens “canonique” du terme. Cf. le 1° ci-dessus.

Cela dit, « Une des conséquences déplorables […] de la crise d’autorité actuelle (dans l’Église catholique, et aussi en dehors d’elle) est la dispersion du troupeau dont le pasteur a été frappé, ce pour quoi chaque brebis du troupeau s’érige en maître dans l’Église de Dieu, sans même en avoir reçu la mission, l’autorité et souvent la capacité. Comme aux temps de la réforme luthérienne, le dernier ignorant disserte sur les dogmes dont il ignore tout, interprète l’Écriture, se fait théologien, veut enseigner au prêtre la liturgie, ne croit pas à l’infaillibilité du Pape, mais à la sienne propre… » (Abbé Francesco RICOSSA, dernier Sodalitium (N° 63) : Cliquer sur "Télécharger le Fichier" ; pp. 36-37. – Souligné par nos soins.)

Voilà ce à quoi un Clown.Manifestement.Incapable. nous promet depuis trois mois une réponse qui ne vient toujours pas ! clown ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Mar 19 Juil - 10:59




Historique préalable
 :

Le 15 juin 2011, après quatre mois de promesse d’une réfutation immédiate, le charlot mégalomane inquisiteur auto proclamé a enfin de publier un semblant de réponse incomplète ! (Mais à dire vrai, quand je parle que nous avons attendu quatre mois pour obtenir une réponse, je ne parts que depuis la promesse d'en obtenir une (c'est-à-dire depuis le 16 février 2011), car, en fait, déjà le "Ven 10 Sep - 10:39 - de l'année 2010", j'avais fourni mon texte ! Wink ...)

Or donc, dès le 18 juin (trois jours plus tard) j’envoyais mon projet de nouvelle réponse à un ami qui me communiquait le 26 juin ses observations me demandant de les reformuler à mon goût (ce que je n’ai trop fait) et d’attendre son retour d’un déplacement la première semaine de juillet, « [i]avant de publier[i] ».
J’incorporais lesdites observations sous forme d’ajout à mon texte et lui retournais celui-ci ainsi modifié, avec copie à un autre ami, le 28 juin.
Depuis, malgré une relance de ma part le 12 juillet, plus rien !
C’est pourquoi le 28 juillet je publierai en l’état ma nouvelle (et complète, elle) réponse au Clown.Magistralement.Incapable.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Ven 29 Juil - 3:43

Le 15 juin 2011, après quatre mois de promesse d’une réfutation immédiate, le Clown.Magistralement.Incapable a enfin de publier un semblant de réponse !
Et encore, un semblant incomplet de réponse : « Réfutation incomplète […] » !

Car le grand charlot se défile !
En effet, il
a écrit:
Désolé, Bontemps, j'ai fait la réfutation au trois quart de ce texte sur un fichier « word », mais je me suis arrêté en cours de route car ce sont toutes les mêmes objections d'entêté reformulées autrement que vous m'y faites.

J'en ai marre de perdre mon temps avec vous...
Citation :

[…] devant le flot d'erreurs répétitives et successives réitérées par JP B à longueur de post en différentes formulations, j'ai jugé bon qu'il était sans intérêt de poursuivre et de perdre mon temps...

Dernière phrase complète (« Réfutation incomplète, puisque devant le flot d'erreurs répétitives et successives réitérées par JP B à longueur de post en différentes formulations, j'ai jugé bon qu'il était sans intérêt de poursuivre et de perdre mon temps... ») vite approuvée par la « Gaby, Mords-les ! » du forum “Tenu par des Dames” !

Et l’on comprend aisément qu’il se défile car, nous allons le voir, il ne cesse de tomber dans la contradiction, au sein de sa prétendue « Réfutation incomplète », avec ses propres arguments… (On comprend aussi par là pourquoi il a mis tant de temps à écrire cette prétendue « Réfutation incomplète »…)

Voyons cela :
Il écrit
Citation :

[…]

Pour faire court, donc, selon JP B, Benoit XVI professe incontestablement l’hérésie d’une façon inacceptable, et cela éclate aux yeux.

JP B a écrit:
Il ne suffit pas, pour être formellement hérétique, de proférer des hérésies : le fait de dire une hérésie n’est pas forcément toujours un péché.
Et notons, encore une fois, qu’il ne suffit pas de scander qu’un individu n’est pas formellement hérétique pour éviter d’être tenu comme tel. Celui qui agit extérieurement comme un hérétique, est présumé hérétique jusqu’à preuve du contraire (cf. canon 2200, §2).

R.P. MacKenzie, The Delict of Heresy, p.30 a écrit:


Le simple accomplissement d’un acte signifiant l’hérésie, e.g. l’énoncé d’une quelconque doctrine tenue pour contraire ou contradictoire à un dogme révélé et défini, établit une base suffisante pour la présomption de droit de dépravation hérétique. Il peut toutefois y avoir des circonstances qui excusent la personne de toute responsabilité, ou encore de toute grave responsabilité. Ces circonstances excusantes doivent être prouvées dans le for externe, et le fardeau de la preuve revient à la personne dont les actes ont donné naissance à l’imputation de l’hérésie. Dans l’absence de ces preuves, toutes ces excuses sont présumées ne pas exister.

Or,
  1. De qui parlons-nous ?
    De Benoît XVI, c’est-à-dire de celui qui, aujourd’hui, bien ne n’étant pas formellement Pape (ou, si l’on préfère, n’étant pas Pape en acte), se présente néanmoins comme étant le Pape (qu’il ne saurait être dans les conditions actuelles) !
    Dès lors, comment comprendre ces autres paroles : « Gérard, si Honorius a été anathématisé pour avoir été négligent envers les hérétiques, c'est qu'il a fallu un autre Pape pour prononcer un tel anathème... » (http://messe.forumactif.org/t3514-le-pape-ne-doit-etre-juge-par-personne-de-son-vivant-ou-encore-apres#69327) ; ou celles-ci : « […] le Pape ne peut être jugé. En conséquence de quoi, aucun tribunal n'est apte à passer sous jugement le Pontife Romain (can. 1556) » (http://messe.forumactif.org/t3522-hitler-pion-de-la-franc-maconnerie-et-de-la-juiverie-internationale#69717) ?

  2. Dans quelles conditions, de quel droit, pourrions-nous juger celui qui, bien ne n’étant pas formellement Pape, se présente néanmoins comme étant le Pape (qu’il ne saurait être dans les conditions actuelles) ?
    Notre adversaire écrit bien : « aucun tribunal » !
    Et donc a fortiori aucun particulier…
    Mais nous savons qu’il nous rétorquera que « l’hérésie de Benoît XVI est notoire ». D’où l’application, pense-t-il, du canon 188, 4°.

    Il y a là une confusion, une ambiguïté, dans l’emploi du mot “notoire” rendu ici équivoque et entendu comme “publique” au sens profane et non au sens de l’Église : il est fait complète abstraction du fait que l’imputabilité de ladite hérésie n’est pas notoire.

    D’autre part, peut-on dire qu’il y a réellement, dans le cas de Benoît XVI, hérésie formelle ?
    Bien que nous parlions souvent, par commodité, de ses hérésies, il n’y a pas, nous semble-t-il, d’hérésie publique, et donc pas d’hérésie notoire au sens de l’Église (ce pourquoi le canon 188, 4° ne s’applique pas) pour les raisons suivantes :
    L’hérésie doctrine, c’est une proposition directement opposée à une vérité formellement révélée (a) (b) antérieurement attestée comme telle par le magistère (c) (d).

    a) C’est-à-dire explicitement ou implicitement révélée, ce qui exclut les vérités connexes que sont les faits dogmatiques, les conclusions théologiques et les vérités de raison nécessaires à l’intelligence du Donné Révélé.

    b) Nous parlons ici des vérités de foi divine immédiate, laissant délibérément de côté la question de savoir si les vérités connexes nécessitent un assentiment de foi divine médiate (parce que ces vérités ont le même motif formel que les vérités formellement révélées) ou seulement un assentiment de foi ecclésiastique. Quoi qu’il en soit, lorsque l’on parle d’hérésie doctrine au sens strict et a fortiori d’hérésie péché ou d’hérésie délit, on considère ici l’hérésie du point de vue de l’objet matériel (ce qui est formellement révélé) et non pas du seul point de vue du motif formel de la foi (l’Autorité incréée de Dieu révélant), cela, non pas en faisant abstraction de la proposition par le magistère.

    c) L’attestation par le magistère infaillible est la condition de l’exercice de la foi. C’est l’exercice du magistère infaillible qui garantit au fidèle la nature de la relation entre une proposition donnée et la divine Révélation. Il s’ensuit qu’une proposition peut objectivement s’opposer directement à une vérité implicitement révélée, mais qui n’a pas encore été attestée comme formellement révélée par le magistère. S’agit-il alors d’une hérésie doctrine ? Du point de vue de l’exercice de la foi, on ne peut pas le dire, car il manque l’attestation par le magistère. Cependant, il est dans l’ordre des choses que cette proposition s’oppose à une conclusion théologique, c’est-à-dire à une vérité déduite à partir d’une vérité elle-même formellement révélée. Objectivement, cette conclusion est-elle implicitement révélée ? Il est possible que tel soit objectivement le cas. Mais il est possible également que cette conclusion soit purement et simplement une vérité connexe au Donné Révélé, et rien de plus. Seul le magistère a autorité pour trancher et qualifier exactement et définitivement la note théologique de cette vérité (c’est-à-dire la nature exacte de son rapport vis-à-vis de la Révélation). En attendant cette intervention du magistère, le théologien peut bien avoir son avis, et donc :
    1° manifester qu’à son avis cette conclusion est révélée,
    2° demander (respectueusement) que le magistère se prononce dans ce sens,
    3° considérer comme objectivement hérétique toute proposition directement contraire à ladite conclusion (et c’est ce que nous faisons avec Benoît XVI),
    4° demander que ces propositions contraires soient condamnées comme hérétiques par le magistère.
    Mais évidemment, ce même théologien ne peut pas regarder sa parole comme équivalente à celle du magistère et considérer comme coupables du péché d’hérésie ceux des catholiques qui n’arrivent pas aux mêmes conclusions que lui là-dessus. A la question posée – S’agit-il objectivement, dans le cas ici considéré, d’une hérésie doctrine ? – on ne peut donc répondre que par une opinion.

    d) Le magistère infaillible a un double objet :
    1° les vérités formellement révélées,
    2° les vérités connexes.
    On reconnaît l’exercice du magistère infaillible à un certain nombre de conditions (par exemple les fameuses quatre conditions au sujet des définitions ex cathedra du Souverain Pontife) : il faut que l’autorité suprême s’exprimant en tant que telle et donc à destination de l’Église universelle, entende se prononcer de façon définitive relativement à la relation qu’entretient une proposition donnée avec la divine Révélation.
    Si le magistère atteste qu’une proposition est formellement révélée (ex. : Immaculée Conception, infaillibilité du pape etc.), il n’y a aucun doute qu’il y a là exercice du magistère infaillible relativement à l’objet premier de ce même magistère et que cette proposition est formellement révélée et devant être crue comme telle de foi divine.
    En revanche, si le magistère atteste que l’on doit tenir une proposition donnée de façon définitive (par exemple en signifiant que cette proposition est nécessaire en vertu du principe sur lequel elle s’appuie et qui est « fondé » sur la Révélation), mais sans signifier quelle est exactement la relation entre cette proposition et la divine Révélation, alors il y a certainement là exercice du magistère infaillible (mais non pas attestation que cette proposition est formellement révélée) ce en raison de quoi il est nécessaire de lui donner un assentiment non pas de foi divine (au sens de foi divine immédiate) mais de foi catholique (soit que l’on tienne qu’il s’agisse alors d’un assentiment de foi divine médiate, soit au contraire d’un assentiment de foi ecclésiastique). Ultérieurement le magistère pourra fort bien qualifier cette proposition comme étant formellement révélée, et en attendant les théologiens pourront fort bien exprimer l’opinion que tel est objectivement le cas, mais en attendant, du point de vue de l’exercice de la foi, cette même proposition ne sera pas regardée comme formellement révélée, mais seulement attestée comme au moins connexe au Donné Révélé – ce qu’elle est peut-être objectivement en tout et pour tout (soit au titre d’une pure et simple conclusion théologique, soit en tant que pure et simple vérité de raison nécessaire à l’intelligence du Donné Révélé).
    Donc en attendant une éventuelle nouvelle attestation-qualification par le magistère, on ne pourra qu’à titre d’opinion regarder comme hérésie doctrine toute proposition directement contraire, et on ne pourra certainement pas considérer comme hérétiques, du point de vue du péché d’hérésie, ceux qui s’y opposeront ainsi. Et évidemment, du point de vue du délit d’hérésie, on ne pourra pas parler de présomption de dol, c’est-à-dire de pertinacité, et donc de perte de l’office au titre du canon 188, 4°. Tout simplement parce qu’il n’y a pas hérésie publique aux yeux de l’Église.

    Les erreurs manifestes de Vatican II, et donc de Benoît XVI, ne s’opposent pas directement à des vérités révélées attestées antérieurement comme telles par le magistère infaillible. Les erreurs relatives à l’œcuménisme ou à la collégialité s’opposent indirectement à des vérités de foi divine et catholique ; celles relatives au sacrifice vrai et propre de la Messe (cf. session XXII du Concile de Trente) ne sont pas explicitement formulées (même si elles constituent implicitement le socle de la “nouvelle messe” et des nouveaux rites d'ordination) ; le prétendu droit à la liberté religieuse est bien celui qui a été infailliblement condamné par Pie IX, mais non pas formellement comme directement contraire à la Révélation.

    Si le prétendu droit naturel à ne pas être empêché de pratiquer publiquement le culte de son choix a bel et bien été condamné par le pape Pie IX (encyclique Quanta Cura), et si cette condamnation relève bel et bien du magistère infaillible (cf. là-dessus notamment le Cardinal Billot), il n’en demeure pas moins que ce prétendu droit n’a pas été explicitement condamné comme s’opposant directement à la divine Révélation, c’est-à-dire condamné comme étant une hérésie. Certes, Pie IX enseigne que cette fausse doctrine est enseignée « contrairement à la doctrine de l’Écriture, de l’Église et des saints Pères », cependant le pape ne qualifie pas la nature exacte de cette opposition. Car il est par ailleurs bien sûr que toute erreur théologique, et non pas seulement toute hérésie, va elle aussi à l’encontre de « la doctrine de l’Écriture ». On ne peut donc pas en conclure que cette doctrine de la liberté de conscience a été condamnée comme hérésie par le pape Pie IX.

    Et une preuve manifeste de cela est que Pie IX lui-même n’a pas considéré comme étant de présumés hérétiques les catholiques libéraux qui, y compris après la promulgation de Quanta Cura et du Syllabus, continuaient à tenir pour un tel prétendu droit.
    Roger AUBERT (Le Pontificat de Pie IX, Bloud et Gay, 1963, pp. 260-261) a écrit:

    A la suite du Syllabus, nombre de catholiques estimèrent que leur enthousiasme pour les idées modernes avait eu quelque chose d’excessif et se rapprochèrent de l’école de l’Univers. Le groupe du Correspondant […] continua à se tenir en contact étroit avec les catholiques constitutionnels de Belgique […] Pourtant, ses membres les plus modérés, surtout Foisset et de Broglie, conscients du fait que leur attitude « sans être précisément censurée, n’avait pas l’approbation du chef de l’Église », estimèrent prudent d’éviter d’aborder dans leur revue, dont le succès allait croissant, les questions polémiques ou trop controversées, au grand mécontentement de Montalembert, qui en était arrivé à considérer Veuillot comme « l’ennemi le plus redoutable de la religion que le XIXe siècle ait produit » […] Peu porté aux violences d’expression d’un Montalembert, le cercle qui gravitait autour de Mgr Maret n’en tenait pas moins sur le fond des choses des positions plus avancées que les amis de Dupanloup. Dès la fin de janvier 1865, Maret avait composé, à l’intention du pape et de l’épiscopat, un long mémoire où plutôt que de recourir à la distinction entre la thèse et l’hypothèse [comme Dupanloup], il préférait montrer le caractère contingent de la thèse elle-même, et présentait plusieurs des principes libéraux qui sont à la base des constitutions modernes comme le résultat heureux des progrès de la conscience humaine.

    Et tous étaient notoirement soutenus par l’archevêque de Paris, Mgr DARBOY. Personne, et pas même Pie IX, ne songea à regarder le siège épiscopal de Paris comme vacant en raison d’une hérésie publique.

    On pourrait citer aussi le cas de Jacques MARITAIN ou celui de John COURNTEY MURAY, propagandiste de la liberté religieuse dans les années 1950. Ils ne furent pas regardés comme publiquement hérétiques au titre de leur opposition pourtant avérée (et bien mise en lumière notamment par le Révérend Père MEINVIELLE) avec l’enseignement infaillible de Quanta Cura.

    Un pape pourrait probablement fort bien condamner sous la note d’hérésie le prétendu droit à ne pas être empêché de pratiquer publiquement le culte de son choix. Et en attendant on peut bien estimer, d’un jugement qui est une simple opinion privée, que cette doctrine est objectivement hérétique et la combattre publiquement comme telle. Mais en l’absence présente d’une telle qualification, on doit regarder l’enseignement infaillible de Quanta Cura comme ressortissant aux vérités connexes. Par conséquent il ne ressort pas de l’opposition entre Dignitatis Humanæ personæ et Quanta Cura que Paul VI et ses successeurs doivent être regardés comme publiquement hérétiques. On ne peut donc pas, au moins à ce titre, leur appliquer le canon 188, 4°.

    En revanche, il en ressort clairement que ni Paul VI ni aucun de ses successeurs ne sont papes en réalité, car la doctrine attestée comme fondée sur la Révélation par Paul VI, et maintenue par ses successeurs, est contraire à l’enseignement infaillible de Quanta Cura, et donc contraire avec l’infaillibilité du magistère ordinaire et universel (un vrai pape ne peut enseigner et maintenir cela), c’est-à-dire contraire à la possession du Souverain Pontificat.

    Paul VI et successeurs ne sont pas hérétiques publics et l’on ne peut donc pas leur appliquer le canon 188, 4°. En revanche, ils sont concernés par les canons 2315, 2316 et 2317.
    É. JOMBART, (Des Délits et des peines, in Traité de Droit Canonique publié sous la direction de Raoul NAZ, t. IV, pp. 706-707) a écrit:

    Suspicion d’hérésie – La suspicion d’hérésie est une présomption de droit contre celui qui, par sa façon de parler ou d’agir, semble professer l’hérésie. Le Code mentionne comme suspects d’hérésie ceux qui commettent un des délits suivants :
    [...]
    6. S’y joignent « ceux qui, spontanément et sciemment, aident n’importe comment la propagation de l’hérésie, ou qui communiquent in divinis avec les hérétiques, contre la prescription du can. 1258 » (can. 2316). Il s’agit ici non des coopérateurs négatifs, même gravement coupables (ne s’opposant pas à la propagation de l’hérésie, même lorsqu’ils le devraient par leurs fonctions), mais de ceux qui aident positivement à la propager, par exemple en louant et en recommandant les ouvrages hérétiques (pour le fond, pas seulement pour le style), en recourant aux pouvoirs publics pour faciliter leur diffusion, en donnant de l’argent aux hérétiques ou en leur procurant un immeuble pour leurs réunions (coopération matérielle, que pourrait excuser une cause assez grave), etc. – La communication in divinis, défendue par le can. 1258, consiste dans l’assistance active aux rites sacrés des non-catholiques. […]

    Peines – Can. 2315. « Au suspect d’hérésie, qui après monition n’écarte pas la cause de la suspicion, qu’on interdise les actes légitimes ; s’il est clerc, qu’en outre, après une seconde monition inutile, on le suspende a divinis. Si, dans les six mois révolus après avoir contracté la peine, le suspect d’hérésie ne s’est pas amendé, qu’il soit tenu pour hérétique, sujet aux peines des hérétiques. »

    On procède donc graduellement. Le supérieur adresse au suspect une monition canonique ; si elle est inefficace, il lui interdit les actes légitimes (énumérés au can. 2256, 2°) ; quand le suspect est clerc, après une nouvelle monition inutile, on doit, de plus, le suspendre a divinis. Si, six mois complets après l’infliction de la peine (interdiction des actes légitimes ou suspense), sans compter le premier jour (can. 34, § 3, 1° et 3°), il n’y a pas eu d’amendement, le coupable, laïc ou clerc, est traité comme hérétique par le Code même : tandis que les peines précédentes étaient ferendæ sententiæ, celui qui s’est obstiné à ne pas dissiper les soupçons encourt par le fait les peines latæ sententiæ fixées par le Code contre les hérétiques, même si en fait il n’était pas hérétique. »


    Au soupçon d’hérésie, il faut ajouter la défense d’une doctrine condamnée : la liberté de conscience et des cultes condamnée par Pie IX, qui est la liberté religieuse de Vatican II.
    Citation :

    Défense d’une doctrine condamnée. – Ce délit est moins grave que les précédents ; il n’y est plus question d’hérésie, mais d’une doctrine condamnée par l’Église sans être hérétique.

    « Can. 2317. Ceux qui enseignent obstinément (pertinaciter), en public ou en particulier, une doctrine condamnée par le Siège apostolique ou par un concile général, mais non comme formellement hérétique, doivent être écartés du ministère de la prédication et des confessions, et de toute fonction d’enseignement, sans exclure d’autres peines susceptibles d’être portées par la sentence de condamnation ou jugées nécessaires par l’Ordinaire, après monition, pour réparer le scandale. »

    1° Le délit – Il suppose l’obstination (pertinaciter), donc la répétition des mêmes erreurs après au moins un avertissement paternel de l’Ordinaire. Doctrina désigne une proposition théorique, non une simple prescription ou prohibition : prétendre qu’on peut communier sans confession après un péché grave serait enseigner non une doctrine, mais une proposition condamnée pratiquement. D’après le can. 7, il semblerait que Siège apostolique désigne, en plus du pape, les organes de la Curie romaine, ceux du moins qui ont un rôle doctrinal, spécialement le Saint-Office et la Commission biblique. Toutefois, quelques canonistes sont d’avis qu’il s’agit uniquement du Souverain Pontife, et des décrets des congrégations romaines uniquement dans le cas où ils auraient été portés au nom et en vertu de l’autorité du pape. Des commentaires de l’ancienne constitution Apostolicæ Sedis et aussi le rapprochement, dans notre can. 2317, de Siège apostolique et Concile général, donnent à cette opinion une certaine probabilité.

    La doctrine soutenue a dû être condamnée, mais pas comme hérétique (sinon, on tomberait sous le can. 2314) ; peu importe sa note théologique : proche de l’hérésie, fausse, erronée, téméraire… En parcourant l’Enchiridion de Denzinger, on trouvera bien des propositions condamnées par le Saint-Siège, mais pas toutes comme hérétiques, par exemple dans les œuvres de Baius et de Molinos, et même dans le modernisme (décret Lamentabili du 3 juillet 1907 et encyclique Pascendi du 7 septembre 1907).

    Enseigner une doctrine, c’est la faire connaître à ceux qui l’ignorent (qu’on l’admette intérieurement ou non) ; dire simplement qu’on aime une doctrine ou opiner qu’elle n’a pas été condamnée n’est pas l’enseigner. Défendre une doctrine, c’est essayer de l’appuyer par des arguments et prouver qu’elle a été condamnée à tort. Cela peut se faire de vive voix ou par écrit, en public ou en particulier.

    Le Code parle non plus de propositions condamnées, comme la Const. Apostolicæ Sedis, n. 14, mais de doctrine condamnée, ce qui s’étend plus loin, car une doctrine peut être contenue dans un document pontifical sans être formulée en thèses ou propositions

    Cependant, il est fort probable qu’il y ait péché occulte d’hérésie (péché que nous pensons incompatible avec la qualité de membre reale de l’Église, et donc incompatible avec la juridiction, même si l’hérétique occulte est toujours en droit membre de l’Église, et donc « “papematerialiter » dans l’hypothèse qui nous occupe).

  3. Au nom de quelle Autorité devrions-nous juger ?
    Car ce qu’énonce le R.P. Mac Kenzie ( The Delict of Heresy, p.30), cela est-il écrit à l’adresse de n’importe qui, fusse un simple fidèle, fusse l’Empereur Charlemagne, ou est-ce une explication de ce que doivent, et comment il le doivent, faire les tenants de l’Autorité dans l’Église ?…
    Peut-être C.M.I. Ier pense-t-il être Pape ! Very Happy

  4. De quoi s’agit-il avec le Canon 2200 ?
    Des délits et des peines (Can. 2195 – 2414) !
    Jugés et portées par un simple fidèle, fût-il l’Empereur Charlemagne, ou par qui détient l’Autorité dans l’Église ?
    Que les insanités d’un Benoît XVI nous amènent, en vertu du raisonnement établi par Carolus.Magnus.Imperator s’appuyant sur le Canon 2200 § 2 et les commentaires des spécialistes tels le R.P. Mac Kenzie, a affirmer que Josef Ratzinger n’est pas, en l’état, formellement Pape, est une chose ; que cela nous permette de le juger formellement hérétique « au for externe jusqu’à preuve du contraire » (Can. 2200, § 2) et, en conséquence, inapte à être un élu du conclave, en est une autre…

  5. De quels délits et de quelles peines s’agit-il ?
    De ceux jugés et de celles portées à l’occasion des procès (ou jugements ecclésiastiques).
    Or, le Canon 1552, § 1, énonce : « Sous le nom de jugement ecclésiastique on entend la discussion dans les formes légales et la définition d’une controverse portant sur une chose dont l’Église a le droit de connaître, devant un tribunal ecclésiastique. »
    Sont-ce là les conditions dans lesquelles nous jugeons des insanités de Benoît XVI ?
    Il semblerait sincèrement que non !…

De cela, il ressort que tout ce qui suit, dans la prétendue « Réfutation incomplète » de notre “honorable” adversaire jusqu’au point suivant traité plus bas, s’écroule misérablement, c’est-à-dire tout ce qui touche au fait que « La violation extérieure de la loi étant posée, le dol est présumé au for externe jusqu’à preuve du contraire » (Can. 2200, § 2) et les commentaires à ce sujet des spécialistes cités qui le sont là, mal à propos.

Après avoir sauté une grande partie de la démonstration que j’avais présentée, il en arrive, donc, à cette citation que j’avais faite et qu’il reproduit en la tronquant et sans préciser qu’il en souligne certains éléments pour déformer le sens de ladite citation !…
En effet,
C.M.I. a écrit:

[…] il est a remarquer que selon les propos ci-dessous de JP B, l’Eglise n’est plus visible au moyen de la confession externe de la foi puisque :
JP B a écrit:
[D]u moins juridiquement, l’Église conciliaire [ou “la secte conciliaire”] n’existe pas, et les modernistes qui occupent [materialiter] les Sièges épiscopaux, y compris le Premier Siège, se trouvent encore, du moins juridiquement et au for externe, « dans le sein même et au cœur de l’Église »…
JP B s'oppose donc au dogme de la visibilité de l'Eglise emportant également de soi opposition au dogme de l'Unité de l'Eglise.

[…]

Il est totalement faux de dire que, selon cette citation, « l’Eglise [ne serait] plus visible au moyen de la confession externe de la foi » puisque :

  1. Lorsque M. l’abbé Ricossa écrit (note n° 5 [col. 2] en page 10 du dernier numéro [N° 63 – Cliquer sur “Télécharger le Fichier”] de la revue Sodalitium) « Le fait est que, du moins juridiquement, l’Église conciliaire n’existe pas », cela signifie quand même, il faut le souligner, que, de facto, il y a bien, « “dans le sein même et au cœur de l’Église” selon la célèbre expression de l’encyclique Pascendi », une “secte conciliaire” ;

  2. malgré le fait qu’il y ait bien, « “dans le sein même et au cœur de l’Église” selon la célèbre expression de l’encyclique Pascendi » (tels touts les membres morts de la Sainte Église Catholique), une “secte conciliaire”, la Sainte Église Catholique reste visible, et au travers de ses membres morts qui, bien que morts, lui appartiennent toujours et encore tant qu’ils n’en sont pas détachés (excommuniés) officiellement ou tant qu’ils ne s’en déclarent pas eux-mêmes étrangers, et, surtout, au travers de tous ses membres vivants qui professent intégralement sa sainte doctrine et vivent de la Foi, de l’Espérance et de la Charité !

Il est de même totalement faux de dire que cette position « s'oppose donc au dogme de la visibilité de l'Eglise emportant également de soi opposition au dogme de l'Unité de l'Eglise » : l’Unité de la Sainte Église Catholique n’a jamais été rompu par l’existence (effective tant que ses membres morts pour pécher contre la Foi n’en sont pas détachés [excommuniés] officiellement ou tant qu’ils ne s’en déclarent pas eux-mêmes étrangers) en son sein de tels membres morts tant que ceux-ci n’en sont pas détachés (excommuniés) officiellement (ce qui peut parfois demander un certain temps assez long tant la miséricorde de cette Sainte mère est grande) ou tant qu’ils ne s’en déclarent pas eux-mêmes étrangers.



Cela dit, notre – en fait malhonnête – adversaire revient ensuite quelques lignes plus haut dans le texte que j’ai publié, pour faire cette citation tronquée et sortie de son contexte :
C.M.I. a écrit:
JP B a écrit:
De ce point de vue, en effet, ces modernistes forment une hiérarchie matérielle, canoniquement toujours membre hélas de l'Église
Or,
JP B a écrit:


Nota Bene 4
 :
Remarquons bien d'ailleurs que la Thèse de Cassiciacum ne parle que du pouvoir de juridiction.
De ce point de vue, en effet, ces modernistes forment une hiérarchie matérielle, canoniquement toujours membre hélas de l'Église, mais qui peut permettre heureusement que les choses repartent de l'intérieur de l'Église quant au pouvoir de juridiction (pour garantir que c'est canoniquement la même Église qui reparte). En revanche, ce sont les seuls traditionalistes qui auront gardé les Sacrements purs de toute référence aux modernistes au pouvoir, et non pas les modernistes, qui assureront la continuité (ou succession apostolique) quant au pouvoir d'ordre comme, du reste, pour le témoignage de la foi.

« De ce point de vue » signifie là, c’est évident quand on ne tronque pas la citation pour faire dire fallacieusement à l’auteur (qui n’est pas JP B mais un Prêtre) autre chose que ce qu’il dit clairement, du point de vue du seul pouvoir de juridiction !


C.M.I revient ensuite, à l’aide de plusieurs lignes, sur le fait qu’« un individu qui dit des hérésies et qui ne semble pas les avoir dites par ignorance ou inadvertance, sera tenu pour hérétique formel au for externe » comme si cela regardait n’importe quel simple fidèle, fût-il l’Empereur Charlemagne, et non pas seulement qui a l’Autorité dans l’Église !

Puis il se plaint de ce que je ne fournisse « aucune citation d’auteur autorisé définissant l’essence des distinctions [que j’invoque] fréquemment », comme si, l’argumentation étant logique comme est l’est, cela nécessiterait une quelconque citation !
Mais, pour s’en plaindre, il déforme sciemment les dites « distinctions [que j’invoque] fréquemment » : « l’hérésie canonique et l’hérésie non canonique » ! Tandis que, précisément, je n’ai parlé (ou, plutôt, le Prêtre véritable auteur) dans le passage visé, d’« l’hérésie canonique [ni d’]hérésie non canonique » mais seulement d’une sorte d’hérésie et de trois manières d’être hérétique : la première, matériellement (je n’en ai pas parlé de façon explicite) ; les deux autres, explicitement : être hérétique formel devant Dieu, et être canoniquement hérétique formel devant l’Église…
Ainsi, où je parle de deux manières d’être hérétique formel (devant Dieu, ou, canoniquement devant l’Église), ce malhonnête insidieux me fait dire tout autre chose en parlant, lui, de « deux, trois, ou quatres [sic] sortes d'hérésie [sic] » !…

Cela lui permet d’insinuer faussement : « Hérésie directe, hérésie manifeste, hérésie en tant que telle ... mais pas réellement hérésie, selon JP B ! » Quand, précisément, nous n’avons cessé de parler du fait que : « Il s’agit ici directement d'hérésies, puisque manifestement il y a hérésies, […] » ; « Nous ne parlons bien que des seules hérésies en tant que telles » !
Peut-on être plus malhonnête ? Cela semble difficile…

Un peu plus bas, à propos de l’exemple concret du catéchiste qui enseigne par mégarde une hérésie, il revient, une fois de plus, et une fois de plus inutilement et hors propos, sur le fait que « la présomption de droit est contre [l’individu (qui) à (sic) enseigné une hérésie par mégarde si toutefois il n’apparaît pas qu’il l’ait fait (effectivement) fait par mégarde] »…
Comme s’il appartenait à un simple fidèle, fusse l’Empereur Charlemagne, et non pas seulement à qui a l’Autorité dans l’Église, d’appliquer « la présomption de droit contre [l’individu (qui a) enseigné une hérésie par mégarde si toutefois il n’apparaît pas qu’il l’ait fait (effectivement) fait par mégarde] » !

Puis, après avoir accessoirement (et inutilement) parlé de durée, il évoque qu’en la matière dont il s’agit à propos de « la présomption] au for externe », « qu’il s’agit ici d’un principe de base que JP B refuse d’admettre avec opiniâtreté » comme si cet orgueilleux laicus simplex avait, le vaniteux, une quelconque autorité sur votre serviteur pour juger que je « refuse d’admettre avec opiniâtreté » ! Laughing …

Ensuite, il ajoute
Citation :
En outre, les théologiens enseignent que la pertinacité n’a effectivement rien à voir avec la durée en ce sens que l’hérésie peut devenir pertinace aussitôt en une fraction de seconde sur le simple fait, répondant ainsi à ceux qui voudraient laisser croire que la pertinacité se développe seulement après un certain laps de temps [voilà encore pourquoi l’excommunication frappe avant même la monition] …
Comme si nous avions parlé, à cet endroit, de “pertinacité” et non pas seulement de péché formel d’hérésie !
Car si la “pertinacité” est une chose et le péché formel d’hérésie en est une autre, et c’est effectivement deux choses différentes, notre adversaire semble (ou fait malhonnêtement semblant de) l’ignorer…

Puis il en revient toujours et encore à ses citations de canonistes (Cicognani, Naz) comme si ceux-ci s’adressaient à de simples fidèles, de surcroît laïcs et non seulement à ceux qui ont l’Autorité dans l’Église et qui, en conséquence, peuvent exclusivement porter les jugements dont, implicitement, parlent ces canonistes !…

C.M.I. a écrit:
Troisièmement, comment peut-on encourir l’excommunication latae sententiae (prévue pour les hérétiques formels au can. 2314) avant toute monition ou toute intervention du supérieur ou juge !?
Pourquoi donc devrait-on « encourir l’excommunication latae sententiae (prévue pour les hérétiques formels au can. 2314) » quand, précisément, on n’est pas formellement hérétique mais seulement dans l’hérésie même formelle (devant Dieu), a fortiori si elle n’est que matérielle ? !
Cette objection n’a là aucun sens !
Car le Canon 2314 concerne « Tous les apostats de la foi chrétienne, tous les hérétiques ou schismatiques et chacun d’eux » (§ 1 – c’est moi qui souligne) et non ceux qui ne sont que dans l’hérésie matérielle, et il reste bien évident, quoiqu’en dise le C.M.I, que, si « les hérétiques sont présumés être coupables au for externe », ce ne saurait être le cas de celui qui n’est que dans l’hérésie matérielle…

Ensuite il demande : « comment peut-on être encourir l’excommunication pour crime d’hérésie formelle avant toute intervention de l’autorité s’il faut d’abord une intervention de l’autorité pour nous demander de nous rétracter avant de tomber dans l'hérésie formelle, tel que JP B le soutient plus haut ? ? ? »
Or, nous n’avons jamais soutenu qu’il fallait « d’abord une intervention de l’autorité pour nous demander de nous rétracter avant de tomber dans l'hérésie formelle » mais qu’il la fallait avant d’être déclaré hérétique formel public.
Car, qu’il le veuille ou non, il y a une différence entre « tomber [ou être] dans l'hérésie formelle » et être hérétique formel…

Le même sophisme est répété quelques lignes plus bas, en commentaire à notre demande de savoir si l’Église a constaté la pertinacité par des monitions faites par des personnes autorisés (c’est à dire ayant juridiction) : « Encore une fois, comment l’excommunication prévue au canon 2314 peut-elle atteindre les hérétiques avant même toute monition, laquelle sert apparemment à établir la pertinacité ? » ; alors qu’il ne s’agit pas d’excommunication mais d’établir la pertinacité !…

Quelques lignes encore et notre sophiste patenté écrit : « JP B fait la confusion entre la renonciation tacite prévue au canon 188 […] et l’excommunication […] »
Or,

  1. nous n’avons jamais parlé d’excommunication ;

  2. le Canon 188 prévoit
    Citation :
    En vertu de la renonciation tacite admise ipso jure, sont vacants ‘ipso facto’ et sans aucune déclaration, quelque office que ce soit si le clerc :
    […]
    4° Apostasie publiquement la foi catholique
    Benoît XVI, ou quelque membre de la hiérarchie officielle, a-t-il déclaré formellement ne plus adhérer à la foi catholique ?
    Malgré toutes ses insanités dans le domaine religieux, il ne me semble pas !
    Donc son office ne me paraît pas « vacant ‘ipso facto’ »…


Nous avions fait un document d’étude doctrinale sans attaque directe contre les personnes ; C.M.I., qui avait promis une réponse, non pour discuter doctrinalement mais pour chercher à nous détruire personnellement, écrit dans ce but n’importe quoi !
C’est ainsi qu’il
a écrit:

Le « tragique de la situation » n’est pas vraiment le fait que « tous les évêques ayant juridiction aient suivi quelqu’un qui n’était pas formellement Pape » mais qu’ils se soient soumis et aient appuyé quelqu’un enseignait l’hérésie et qui prétendait être Pape.

L'autre tragique de la situation est le fait que depuis 30 ans les gens nous sortent des bêtises comme celles de Jean-Paul Bontemps.

Quelle est la différence, en effet, entre suivre quelqu’un [i.e. s’y soumettre et l’appuyer] qui n’est pas formellement Pape (ainsi que nous l’avions écrit) et être soumis et appuyer « quelqu’un [qui enseigne] l’hérésie et [prétend néanmoins] être Pape » ? ! Laughing …
Et pourquoi « L'autre tragique de la situation » ne serait-il pas « le fait que depuis 30 ans les gens nous sortent des bêtises comme celles » des super surexcités canadiens et leurs sectateurs européens ? Laughing …



C.M.I. a écrit:

JP B a écrit:
C’est cela, précisément, qui est incroyable. Mgr Lefebvre et Mgr de Castro Mayer auraient pu faire des monitions à Paul VI… Mais ils ne l'ont pas fait.
Pourtant, les monitions ne doivent-elles être faites par les supérieurs !? Comment alors Mgr Lefebvre et Mgr de Castro Mayer, n'ayant aucune juridiction, auraient-ils pu faire des monitions non seulement au cardinal Montini, jouissant du privilège des cardinaux qui consiste à ne pas être soumis aux lois pénales canoniques (can. 2227), mais, de plus, à un Pape, du moins, considéré comme tel par l’un des deux ?

N’importe quoi !

On évacue encore grossièrement les principes de base du Droit Canonique …


  1. Par ses erreurs manifestes, Paul VI a perdu, si toutefois il l’avait jamais eu, la forme du Pontificat suprême.
    Il ne saurait donc être, après cela, le supérieur d’Évêques ayant gardé la Foi catholique.

  2. Sans nous étendre sur le cas de Mgr Lefebvre, Mgr de Castro Mayer était, à la mort de Paul VI survenue le 6 août 1978, Évêque de Campos depuis le 3 janvier 1949 (jusqu’au 29 août 1981) ! Il avait donc, du temps de Paul VI, Juridiction…

Notre sophiste incontinent, d’une mauvaise foi évidente, écrit donc n’importe quoi !…




Passons sur les âneries comparatives entre les membres morts de la Sainte Église Catholique pour cause d’hérésie et la schismatique doublée d’une hérétique qu’est « la Reine d’Angleterre actuelle », chef de l’Église anglicane, secte protestante déclarée et officiellement hors de la Sainte Église Catholique, et rappelons-nous que nous avons déjà répondu à l’objection de savoir ce que devient, dans notre position, « l’Unité de foi dans l’Eglise » et la visibilité de l’Eglise au moyen de la visible confession de foi[/i] »…


Enfin, ce sophiste invétéré se lance dans une grande (et juste mais inutile) explication sur la situation devant Dieu et devant l’Église de deux époux ayant échangé les consentements à l’Église sans vouloir en réalité se marier mais l’ayant caché au prêtre, explication que nous n’avons niée en rien et ne vient en rien contredire ce que nous avons dit de ladite situation !

Mais cela lui permet d’insinuer que cette situation est analogue à celle de quelqu’un (Josef Ratzinger, en l’occurrence, qui devrait être) jugé par qui détient l’Autorité dans l’Église (et non par un simple fidèle, fût-il l’Empereur Charlemagne) dans le cadre d’un procès, ou plus précisément d’un jugement ecclésiastique, c’est-à-dire « la discussion dans les formes légales et la définition d’une controverse portant sur une chose dont l’Église a le droit de connaître, devant un tribunal ecclésiastique. » (Can. 1552, § 1.)
Rappelons que le Canon 2200 s’insère dans les délits et les peines (Can. 2195 – 2414) et n’a rien à voir avec la situation d’époux vivant en parfaite sérénité sans aucun procès concernant l’éventuelle invalidité de leurs consentements de mariage.

Le Charlot.Manifestement.Incompétent, qui prétend faussement que nous inverserions les choses, confond tout en général et n’importe quoi en particulier !


Là se terminait donc sa « Réfutation [promise depuis quatre (4 !…) mois mais néanmoins] incomplète » non parce que « devant le flot [prétendu] d'erreurs répétitives et successives réitérées par JP B à longueur de post en différentes formulations, [il a] jugé bon qu'il était sans intérêt de poursuivre et de perdre [son] temps », mais parce que la suite, notamment les “Nota Bene”, venant par trop étayer notre « texte bidon », celui-ci devenait, également par trop, difficile à réfuter…

Terminons par ce rappel de la page 36-37 du dernier Sodalitium (N° 63) (Cliquer sur « Télécharger le Fichier ») :
« Une des conséquences déplorables […] de la crise d’autorité actuelle (dans l’Église catholique, et aussi en dehors d’elle) est la dispersion du troupeau dont le pasteur a été frappé, ce pour quoi chaque brebis du troupeau s’érige en maître dans l’Église de Dieu, sans même en avoir reçu la mission, l’autorité et souvent la capacité. Comme aux temps de la réforme luthérienne, le dernier ignorant disserte sur les dogmes dont il ignore tout, interprète l’Écriture, se fait théologien, veut enseigner au prêtre la liturgie, ne croit pas à l’infaillibilité du Pape, mais à la sienne propre… » (Abbé Francesco RICOSSA. – Souligné par nos soins.)

Cette observation fort judicieuse se passe de commentaire !…

Cela dit, le « Mar 5 Avr – 7:48 »
C.M.I a écrit:

[...]

Non, ne t'inquiètes pas Gros Jambon !

J'en suis au 3/4 du texte ... tu vas pleurer ! :dam: :sniper: :piaouf:


Eh bien ! En fait de pleurer, nous rions bien ! Laughing …
(Lui, avant même d’avoir le présent texte, pleurnichait déjà : « JP B me pond des textes de 4978 lignes qu'il me faudrait lire, décortiquer, et réfuter […] ») Laughing
Qu’est-ce que ce doit être ! Embarassed pale Surtout en pensant qu’il ne m’aura pas fallu quatre mois pour tout lui démolir Laughing …
D’autant plus que, après que mes arguments soient devenus « des classiques », n’est-ce pas « Gaby “Mords-les !” », « devant le flot [de vérités] répétitives et successives réitérées par JP B à longueur de post en différentes formulations », les errements des sectaires canadiens et affiliés sont sans excuses.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Dim 1 Jan - 15:54

Voici où nous en sommes ! Laughing Basketball...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Ven 10 Fév - 18:14

Ici,
le Clown.Magestueusement.Idiot., tronquant ma citation pour lui faire dire autre chose que ce qu'elle dit comme le montre la fin de parenthèse sans début de parenthèse (en rouge, sauf le lien que je donne moi-même : ce qu'il en a conservé), a écrit:

(http://messe.forumactif.org/t3600p15-vous-n-employez-pas-contre-les-modernos-les-bons-arguments#76942)
B JP a écrit:

[...]

Tout le monde sédévacantiste (formaliter ou simpliciter – totaliter) sait que l’Église catholique est actuellement éclipsée.
Conséquemment, « la succession apostolique légitime, c'est-à-dire la succession matérielle et formelle » l’est nécessairement aussi !
C’est pourquoi personne ne peut répondre à une telle question concernant « la succession apostolique légitime, c'est-à-dire la succession matérielle et formelle »

A la limite, on ne peut répondre qu’à la question de savoir où se trouve la succession apostolique seulement matérielle car la succession apostolique formelle, c’est-à-dire légitime (car, contrairement à ce que peut laisser entendre la question de C.M.I., la succession apostolique formelle seule n’existe pas : elle n’existe qu’avec la succession matérielle,
la succession apostolique légitime étant donc la succession apostolique formelle), cette succession apostolique formelle, c’est-à-dire légitime, n’étant pas visible aujourd’hui.

[...]


Notre gros colon aurait-il oublié que les notes de l'Église sont des signes extérieurs et visibles ?

[...]

Cet intestin grêle, plein de choses nauséabondes y compris dans sa tête et grêle intellectuellement, ne comprend apparemment pas que les Notes de l’Église Catholique « sont des signes extérieurs et visibles » quand elle est visible !
Et quand l’Église Catholique est éclipsée, comme pourraient être visibles ses Notes puisque nous ne la voyons pas ?
Si les Notes de l’Église Catholique sont toujours visibles, celle-ci ne saurait être “éclipsée”…

Profondeur vertigineuse de son argumentation ! Laughing...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Sam 11 Fév - 3:21

Outre le fait qu'il a été parfaitement répondu à sa fausse accusation dans le message ci-dessus, le Clown.Mégalomane.Inquisiteur. vient de se condamner lui-même :
Ici,
il a écrit:

[...] selon Bontemps, la note [i.e. signe extrieur et visible] est invisible ...

Bontemps baigne dans l'hérésie, peut-être simplement matérielle, mais le Droit présume le péché formel.

Conséquemment, je tiens Bontemps pour hérétique formel jusqu'à preuve du contraire.

Il est en effet incapable de répondre à la question posée , savoir : où se trouve « la succession apostolique légitime, c'est-à-dire la succession matérielle et formelle » qui, d'après ce qu'il insinue dans la citation ci-dessus, est pourtant nécessairement toujours visible ! Laughing...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Sam 11 Fév - 20:06

Pour essayer de se disculper, dans ce message (http://messe.forumactif.org/t3600p60-vous-n-employez-pas-contre-les-modernos-les-bons-arguments#77006),
le Clown.Mentalement.incapable a écrit:

[...] si je cherche votre chapeau, est-ce que cela veut dire que je dis que votre chapeau est invisible ?

[...]

Pour lui, oui, puisqu'il le cherche sans le voir !

Et si je dis que le sien est invisible pour moi parce que je ne le vois pas, est-ce à dire que dans la réalité, s'il en a bien un, celui-ci soit absolument invisible ?...

L'aimable qualificatif qu'il me prête (con) s'adresse plutôt à lui !

Si donc ce c...lown me condamne parce que je ne vois pas où est l'Apostolicité formelle, il tombe sous le coup de la même condamnation puisqu'il ne le voit pas plus que moi.
C'est pourtant clair, énorme c...lown !

Mais puisque ce Clown.Mégalomane.Inquisiteur. et l’autre guignol de Gérard tiennent absolument, l’un ici
(http://messe.forumactif.org/t2119p90-le-grand-livre-des-plus-fameuses-betises-de-jean-paul-bontemps#77009), l’autre (http://messe.forumactif.org/t2119p90-le-grand-livre-des-plus-fameuses-betises-de-jean-paul-bontemps#77017), à ce que « la succession apostolique légitime, c'est-à-dire la succession [...] formelle » soit aujourd’hui visible, qu’ils répondent donc, comme je ne cesse de le leur demander et, en particulier ici (http://messe.forumactif.org/t3600p45-vous-n-employez-pas-contre-les-modernos-les-bons-arguments#77000) pour le premier, à cette question :

« Où est la succession apostolique puisque vous dites qu’elle est aujourd’hui visible ? »

Hein, OÙ EST-ELLE ?

lol!

Il faut répondre, positivement
(non par d’autres questions ou/et des messages de dérobade selon cette détestable habitude qui consiste à dire « elle n’est pas là ou/ni pas ici »... Mais on peut légitimement distinguer, conformément à ce qu’en disent les théologiens qualifiés (http://foicatholique.cultureforum.net/t3499-succession-apostolique-formelle-et-materielle) dont un saint Docteur de l’Église, entre la succession apostolique seulement matérielle et la succession apostolique formelle...).

Profondeur insondable de son argumentation (http://messe.forumactif.org/t3600p60-vous-n-employez-pas-contre-les-modernos-les-bons-arguments#77011) ! Laughing...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Dim 1 Mai - 15:57, édité 1 fois (Raison : Recherche de l'adresse URL et mise à jour des liens.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Dim 12 Fév - 23:38

Dans ce message
le Colossal.Menteur.Impénitent. a écrit:

[...] tu dis positivement que la succession apostolique est INVISIBLE, niant ainsi l'apostolicité de l'Église en tant que note extérieure et visible.

[...]

Ce Menteur Insinue là que j'affirmerai dans l'absolu que la succession apostolique est invisible, comme si je n'avais pas toujours précisé le fait qu'AUJOURD'HUI on ne peut la voir car elle est éclipsée.
Il s'agit en réalité, de sa part, d'une dérobade pour ne pas répondre à la question posée dans le message ci-dessus.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Sam 25 Fév - 20:59

Le Clown.Mégalomane.Irrécupérable., ne comprenant pas, avec la citation qu'il fait de la page 514 de l'ouvrage du R.P. Falcon, La crédibilité du dogme catholique (« Dans les Églises schismatiques, il y a Apostolicité ou succession matérielle continue ; mais il n'y a pas légitimité ... ») que
  1. dans les Églises schismatiques, la succession matérielle continue est bien matérielle mais n'est pas légitime,
  2. il existe une succession uniquement matérielle mais qui, elle, dans l'Église Catholique, peut être légitime selon le pouvoir d'Ordre bien que seulement en puissance selon le pouvoir de Juridiction,
citant également le R.P. Falcon (La crédibilité du dogme catholique, p. 412, Emmanuel Vitte éditeur, 1948), ce Clown.Mégalomane.Irrécupérable., donc,
a écrit:

Citation :
... des successeurs devront exister, qui avec les Apôtres constitueront une seule et même personne morale et juridique : l'Église enseignante.
Ce Clown.Mégalomane.Irrécupérable. ne sait pas lire :
Qui constitue cette « seule et même personne morale et juridique » qu'est l'Église enseignante ?
Le R.P. Falcon le précise bien : « des successeurs [qui] devront exister » !

Et où sont, aujourd'hui ces « des successeurs » qui, NÉCESSAIREMENT existent ?
C'est là ma question que ce Clown.Mégalomane.Irrécupérable. fait mine de ne pas comprendre ! Laughing

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Mar 28 Fév - 9:12

Il n'y a guère d’argumentation chez Carolus.Magnus.Imperator. : il n’y a que la haine ! Comme ici
C.M.I. a écrit:

Ti-pet, ti-pet, ti-peeeeeet.

Autres exemples :

  • Élégance de celui qui se veut l’Empereur Charlemagne ! Rolling Eyes

  • Gentillesse habituelle !

  • Un Clown.Méchant.Injurieux ici et  !
    Il est vrai qu'il est néo-nazi ; alors, le Père Maximilien-Marie KOLBE, mort en camp de concentration nazi, vous pensez ce qu'il représente à ses yeux...

  • Grossièreté habituelle (dernier §) : « Force est de constater que c'est Hitler qui dérange autant au Vatican qu'à Moscou, pauvre couille ! » No...

  • Récidive à 10 minutes d'intervalle ! Rolling Eyes...

  • Complètement.Malade.Irrécupérable ! clown...

  • Toujours C.M.I. (Complètement.Malade.Irrécupérable.) Exclamation clown Laughing Laughing

  • Voir ce message dans lequel
    JP B a écrit:

    Dans ce message
    Guillaume a écrit:

    Dans l'Eglise...le sujet primordial du pouvoir, le juge suprême, la plus haute instance d'appel ne sont jamais la communauté des fidèles.

    Il n'existe donc pas et il ne peut exister dans l'Eglise, qui a été fondée dans le Christ, un "tribunal populaire" ou "un pouvoir judiciaire émanant du peuple"


    Pie XII, Al. 12/10/1945, aux membres du Tribunal de la Sainte Rote


    Le Célèbre.Mégalomane.Inquisiteur. en est tout ému : voilà qu'on ne peut plus juger soi-même si tel ou tel est formellement hérétique !...
    Il en écrit ici cette réponse
    C.M.I. a écrit:

    [...]

    Pauvre xxx! [modération !...]

    Et je suppose que le peuple est juge à savoir qui et qui est ministre de l'Église, hein Guixxx ? [idem.]

    (Les crochets sont de JP B.)

    Pas d'autres arguments que cette question ridiculement hors propos et des insultes ! No...

    Et qui cite donc celui-ci
    C.M.I., donc, a écrit:

    [...]

    Pauvre xxx!

    Et je suppose que le peuple est juge à savoir qui et qui est ministre de l'Église, hein Guixxx ?


  • Profondeur vertigineuse de son argumentation ! Laughing...

  • Grossièreté délicate d’un Colossal.Malfaisant.Insultant. : « Tu peux bien aller te faire astiquer le bistouri par le GAZ, gamin ! » Shocked

Et quand il y a chez lui un semblant d’argumentation, celui-ci est guidé par la haine... No

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Mer 27 Avr - 14:11

Le Clown Masturbateur d’Insectes avec des gants de boxe cite ici (http://messe.forumactif.org/t7061-concernant-la-femen-du-gueradisme-version-censuree#127948) les Révérends Pères Augustine et Mothon pour tenter d’apporter la contradiction à notre affirmation selon laquelle
Citation :
[...] 1°) la “Papauté” est une personne morale contrairement au Pape lui-même qui, quand il n’y a pas vacance du Saint-Siège, est nécessairement une personne physique, et 2°) la personne morale de la “Papauté”, quand il y a vacance du Saint-Siège et qu’en conséquence il n’y a pas la personne physique du Pape lui-même, cette personne morale de la “Papauté” subsiste en puissance dans les « Pasteurs de l'Eglise de Rome [qui resteront toujours] pour pouvoir élire un successeur » comme dit FRANC.

Voyons donc ce que disent exactement les RR. PP. Augustine et Mothon dans ce que ce Clown.Maladivement.Imposteur. en cite en soulignant malhonnêtement en gras rouge et d’un trait ce qu’il veut leur faire dire et n’attirer l’attention du lecteur que sur ces points particuliers (intervertissons ici ce mode de soulignement pour rétablir la véracité des écrits de ces respectables auteurs) :
Le R.P. Augustine (A COMMENTARY ON CANON LAW, t.2, p.7) a écrit:
Même si tout le corps des fidèles venait à cesser d'exister, le Souverain Pontife serait encore une personne morale. [...] Sans exagérer, nous pouvons dire que le Pape est une entreprise à lui seul en vertu de sa souveraineté, à l'instar du Roi sous la loi anglaise.
(Nous voyons que ce n’est là qu’une extrapolation hypothétique et conditionnelle [Même si...] et que la citation, par le mot “encore”, est insuffisamment complète pour constituer un enseignement sûr...)

Le R.P. Mothon (INSTITUTIONS CANONIQUES, t.1, p.280) quant à lui, a écrit:
Le curé est une personne morale, en ce sens que tous les prêtres, qui se succèdent dans une même cure, y jouissent des mêmes droits, et y sont astreints aux mêmes devoirs.
« en ce sens », oui ! Mais ces paroles indiquent que cette proposition est donc toute relative...

Ainsi, voilà sur quoi se base ce Caricaturiste Malhonnête Insultant, qui admire par ailleurs les agents de la Gestapo, pour dire que croire ce qu’enseignent le R.P. Goupil et Dom Guéranger (et avec eux toute la tradition catholique...) cités ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3765p90-le-forum-t-d-quen-penser#32784), savoir qu’il est nécessaire d’avoir des personnes physiques pour assurer l’Apostolicité, serait nier « la notion de personne morale » (ce qui est faux) et serait donc une “sottise” : des citations incomplètes, des extrapolations hypothétiques et conditionnelles faites pour prouver autre chose que ce que cette tarlouze* du forum Tenu par les Dames veut leur faire dire, et des propositions somme toute entièrement relatives, pour en tirer une caricature (procédé un peu trop facile...) malhonnête car inexacte de notre position et qui ne sait donner que dans l’invective gratuite et déplacée pour couronner ses prétendus arguments !...
* Tarlouze pour employer ce genre de procédé trop facile !

Ce Clown.Magistralement.Impuissant. est d’autre part incapable de préciser comment Sa Calamiteuse.Majesté.Invertie envisage aujourd’hui la permanence de l’Apostolicité de l’Église !
C’est du reste pour cette raison qu’elle réagit comme elle le fait à la suite de cette demande de précision plusieurs fois renouvelée...

Quant à Gabrielle, modératrice dudit forum Tenu par les Dames, nous pouvons voir ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3765p90-le-forum-t-d-quen-penser#32788) comment sa position commune avec ce Con-sternant Malheureux Indécent s’oppose à l’enseignement du Pape Pie XII...
(Passons sur ceci [http://foicatholique.cultureforum.net/t3877p240-incompetence-caracterisee#32789] !...)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Jeu 28 Avr - 8:19

Quelq’un a écrit:
Utrum mortuo papa potestas ejus remaneat in collegio cardinalium ? Respondet August. in di. 51. q. 3. Duobus modis potestas papæ remanet in collegio cardinalium ipso defuncto. Primo quantum ad radicem ; comparatur enim collegium ad papam, sicut radix ad arborem vel ramum. Sicut autem potestas arboris vel rami qua floret et fructum producit remanet in radice, ipsa arbore vel ramo destructo, sic potestas papalis remanet in ecclesia, vel collegio ipso papa mortuo. In collegio quidem tanquam in radice propinqua et in ecclesia prælatorum et aliorum fidelium tanquam in radice remota. Secundo talis potestas remanet in ecclesia et in collegio quantum ad illud, quod est in papatu materiale, quia papa mortuo potest collegium per electionem personam determinare ad papatum, ut sit talis vel talis. Unde sicut radix producit arborem mediante qua flores et fructum producit, sic collegium facit papam habentem jurisdictionem et administrationem ejus in ecclesia. Unde si nomine papatus intelligimus personæ electionem et determinationem, quod est quid materiale in papatu (ut dictum est) sic talis potestas remanet in collegio mortuo papa. Si vero nomine potestatis papalis intelligimus ejus auctoritatem et jurisdictionem, quod est quid formale, sic talis potestas nunquam moritur, quia semper remanet in Christo, qui resurgens a mortuis jam non moritur.

Unde super illo verbo, data est mihi omnis potestas in coelo et in terra, et ecce ego vobiscum sum omnibus diebus usque ad consummationem sæculi, Matthæi capite finali dicit Augustinus quod apostoli quibus Christus loquebatur non permansuri erant usque ad consummationem sæculi, sed in persona omnium sequentium eos ipsis locutus est tanquam uni corpori ecclesiæ. Sed si nomine potestatis papalis intelligimus actualem administrationem, quod est quid materiale et formale in papatu, sic actualis administratio bene moritur mortuo papa, quia nec remanet in collegio actualis administratio potestatis papalis ipso mortuo, nisi inquantum per statutum prædecessoris est eis commissum, nec remanet isto modo in Christo, quia de communi lege Christus post resurrectionem non est executus talem potestatem, nisi mediante papa ; licet enim ipse sit ostium, Petrum tamen et successores suos constituit ostiarios suos, quibus mediantibus aperitur et clauditur janua intrandi ad ipsum.
Potestas ergo ecclesiæ non moritur mortuo papa quantum ad jurisdictionem, quod et quasi formale in papatu, sed remanet in Christo ; nec moritur quantum ad personæ electionem et determinationem, quod est tanquam quid materiale, sed remanet in collegio cardinalium, sed moritur quntum ad actualem administrationem jurisdictionem ejus, quia mortuo papa ecclesia vacat, et privatur administratione talis potestatis. Nec obstat si dicatur Christi sacerdotium durare in æternum sicut Christus, ergo mortuo papa remanet potestas ejus, quia hoc est verum quantum ad id quod est formale in sacerdotio, sicut enim omnes sacerdotes non sunt nisi unus sacerdos, puta Christus quantum ad potestatem conficiendi, quia omnes conficiunt in persona Christi, sic omnes papæ non sunt nisi unus papa, puta Christus, quia omnes papæ recipiunt jurisdictionem et potestatem administrandi immediate a Deo, moritur tamen actualis administratio dictæ potestatis mortuo isto vel illo papa.

C’est pourquoi

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Jeu 28 Avr - 22:09



Les Chiens.Méchamment.Irascibles., ENRAGÉS, aboient – la caravane de Cassiciacum passe...

http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32499

http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32500

Elle est partie de loin
Avec saint Augustin,
Avec saint Antonin,
Et saint Thomas d’Aquin,
Saint Robert Bellarmin,
Tous les saintes et saints,
Tous véritables saints
Et vrais théologiens.

Avec tous les Docteurs
Ou simples guérardiens,
Contre les dictateurs
En rien théologiens,
Elle traverse la crise,
Traverse ce néant
Où se trouve l’Église,
Va toujours de l’avant.

Et tous ces dictateurs,
Tous ces chiens enragés,
Tentent de nous faire peur,
Nous faire abandonner
La très juste et exacte
Si belle distinction
Entre puissance et acte,
Leur exaspération !

Mais elle ira toujours
Jusqu’au port du Salut :
L’Église est son amour ;
C’est la voie du Salut !
Eux, à bout d’argument,
N’ont plus que leurs injures,
Moraux dérèglements
Et les caricatures !

Ils veulent l’interdire,
Prononcer l’anathème,
Comme s’ils pouvaient dire
Être le Pape eux-mêmes !
Mais ils peuvent toujours
Tenter de la moquer ;
Ils ne feront toujours
Que la faire admirer...

lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Ven 29 Avr - 17:09, édité 1 fois (Raison : Ajout de la dernière strophe.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Ven 29 Avr - 15:41

A propos de la citation du R.P. Goupil, s.j., (tirée de son ouvrage « L’Eglise », 5e édition, 1946, Laval, p. 48-49, où il cite le R.P. Ch. Antoine [« De Ecclesia »], et reproduite une fois de plus à cet endroit [http://foicatholique.cultureforum.net/t3765p90-le-forum-t-d-quen-penser#32784]), attendons-nous à ce que le Calamiteux.Masturbateur.d’Insectes. (pour user d’“arguments” massues contre des détails tout en faisant abstraction du principal) vienne apporter de nouvelles arguties à celles dont il a été question ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3765p90-le-forum-t-d-quen-penser#32796) et (http://foicatholique.cultureforum.net/t3765p90-le-forum-t-d-quen-penser#32797).

Si tel est le cas, parions que ce Con-sternant.Malhonnête.Invétéré. fera encore abstraction du principal énoncé par le R.P. Ch. Antoine, savoir « on entend par là [par “succession de personnes, mode électif, comme l'a voulue le Christ et l'a comprise toute l'antiquité chrétienne”] une succession de pasteurs légitimes telle que jamais le siège pastoral, même vacant, même occupé par un titulaire douteux, ne puisse réellement être réputé tombé en déshérence ; c'est-à-dire encore que le gouvernement des prédécesseurs persévère virtuellement dans le droit du siège toujours en vigueur et toujours reconnu, et que TOUJOURS AUSSI AIT PERSÉVÉRÉ LE SOUCI D'ÉLIRE UN SUCCESSEUR. »...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Dim 1 Mai - 17:08

A la suite des provocations sur le forum “T.D.”, du Croustilleux.Masturbateur.d’Insectes. avec des gants de boxe, il lui a été adressé, le 29 avril 2016, ce courriel
Citation :

Majesté,

Votre Sire sera bonne si votre Majesté veut bien m'adresser directement par courriel ses éventuelles réponses à mes pauvres écrits.
On me signale en effet, d'une part que votre Sire, Charlemagne Empereur, a ouvert un forum qui lui est personnel (je ne puis dire "propre", votre Majesté en conviendra...) mais, d'autre part, que « cela est très blessant pour [mon indigne personne] et manque à la charité la plus élémentaire ».
Ce pour quoi je ne me permettrai pas d'aller consulter le forum de votre Majesté.

J'en remercie d'avance votre bonne Sire.

(Copies cachées à quelques-uns.)



Puis, n’ayant aucune réponse de la part de ce Catastrophique.Mégalomane.Invétéré., il lui a été adressé ce matin celui-ci
Citation :

Alors, la Calamiteuse.Mortifère.Intégrale., (les initiales “CMI” ne signifient en effet pas « Carolus.Magnus.Imperator » mais bien « Calamity.Mortiferous.Integral. » !...) qui pulvérise l’Apostolicité de l’Église dans une évaporation d’ignorance et qui, stricte observatrice de la lettre contre l’esprit du Droit canonique, supprime tous les secours sacramentaux pour l’ensemble des Catholiques, à la suite de ceci : [rappel du précédent courriel]
On ne me fournit aucune réponse ? 


Cette Calamity.Mortiferous.Integral. en effet, non seulement se conduit en véritable pharisien, observant la lettre de la loi qui tue (cf. St Paul, II Cor., III, 6) et ignorant l’esprit qui vivifie (ibid.) mais en plus, pulvérise l’Apostolicité de l’Église dans une évaporation d’ignorance car, comme on le voit ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3721p30-un-clown-maladivement-imposteur#22452) où il est demandé « Où est la succession apostolique puisque vous dites qu’elle est aujourd’hui visible ? » (et donc qu’elle n’est pas éclipsée), sa réponse à cette question est celle-ci (http://messe.forumactif.org/t3600p60-vous-n-employez-pas-contre-les-modernos-les-bons-arguments#77011) Exclamation  Rolling Eyes

La récente (apparemment de ce jour) réaction du Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin (https://www.gloria.tv/text/GcJfydQDyG5) devrait peut-être, sur la question de la succession apostolique, (si ledit Patriarche se décide à déclarer, suite à cette très importante déclaration, la vacance complète du Saint-Siège – après avoir éventuellement adressé les monitions d’usage à Jorge-Mario BERGOLIO, actuel occupant matériel – et à convoquer un conclave composé des Évêques qui, comme lui, sont fidèles à la doctrine catholique, pour qu’enfin nous ayons un véritable Pape) mettre d’accord tous les sédévacantistes DE BONNE FOI, non ?...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Ven 20 Mai - 21:22


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Ven 14 Oct - 20:34

Le Colossal.Mégalomane.Infatué m’a plusieurs fois répondu (car, pour attirer son attention sur le problème dont il s’agit, je lui ai posé plusieurs la question dont, auparavant, il faisait, comme beaucoup de sédévacantistes complets, totalement abstraction) à cette question de savoir où (en quelles personnes), pour lui et ses semblables, se trouvait, de nos jours, l’Église hiérarchique fondée telle par Notre-Seigneur Jésus-Christ, qu’il ne savait pas.
Cette question, pour un véritable catholique dans la situation actuelle, ne peut certes pas être secondaire ni facultative ainsi que le démontre cette étude de Mgr Sanborn (http://www.etudesantimodernistes.fr/resistance-et-indefectibilite.html ; en pdf : http://data.over-blog-kiwi.com/1/99/48/58/20160907/ob_481168_mgr-sanborn-resistance-et-indefect.pdf) publiée le 18 avril 2016 par Études Antimodernistes, dont on trouve ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t4790-lisez-ou-ecoutez-etudes-antimodernistes#33171) le résumé des points les plus pertinents, et dans laquelle on peut lire ceci
Mgr Sanborn, § 5 et ss., a écrit:

[…] Sur quoi repose l’indéfectibilité ? Est-ce qu’elle repose sur la Foi ? Ou bien repose-t-elle sur la succession visible des papes et des évêques depuis les Apôtres ?
La réponse est que l’indéfectibilité de l’Église Catholique repose sur ces deux éléments à la fois, et refuser l’un ou l’autre serait une « grave et pernicieuse erreur », pour reprendre les mots du Pape Léon XIII.

Citation :
Si nous regardons le but premier de l’Église, et les causes prochaines qui produisent le
salut, assurément l’Église est spirituelle ; mais si nous considérons les membres qui la
constituent, et les choses qui conduisent à ces dons spirituels, l’Église est extérieure et
nécessairement visible (1). [...]
C’est pourquoi l’Église, dans les Saintes Écritures, est si souvent appelée un corps, et même
le corps du Christ. « Vous êtes le corps du Christ » (I, Cor., XII, 27). Et c’est précisément
parce que l’Église est un corps, qu’elle est visible (1) ; et parce qu’elle est le corps du Christ, elle
est vivante et active, parce que par l’infusion de Sa vertu le Christ la garde et la soutient, à
peu près comme le tronc de la vigne nourrit et rend fertiles les rameaux qui lui sont unis. Et
comme chez les animaux le principe vital est invisible et caché, et est prouvé et manifesté
par le mouvement et l’action des membres : ainsi le principe de vie surnaturelle qui anime
l’Église apparaît clairement en ce qu’elle fait.
Il s’ensuit de ceci que ceux-là sont dans une grave et pernicieuse erreur, qui façonnent
arbitrairement et s’imaginent une Église cachée et invisible ; tout comme ceux qui regardent
l’Église comme une institution humaine qui demande une certaine obéissance dans la
discipline et les devoirs extérieurs, mais qui serait sans communication permanente des dons
de la grâce divine, et sans rien de ce qui témoigne, par des signes constants et évidents,
l’existence de cette vie puisée en Dieu.
L’une et l’autre de ces deux conceptions est tout aussi incompatible avec l’Église de Jésus-
Christ que le corps seul ou l’âme seule est incapable de constituer un homme. L’ensemble et
L’union de ces deux éléments est absolument nécessaire à la véritable Église, comme l’union
intime de l’âme et du corps l’est à la nature humaine.
(Pape Léon XIII, encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896).

[…]

(1) Nous pouvons toutefois remarquer, sans trahir la pensée de Sa Sainteté Léon XIII, que la visibilité du corps de l’Église (qui, lui, ne peut pas disparaître) peut, elle, cette visibilité, subir quelque “éclipse” telle qu’elle en a connu au moment de la crise arienne, par exemple.
C’est d’ailleurs ce qu’évoque Mgr Sanborn quand il écrit plus bas (sous le titre « II. Le problème : L’État de l’Église », § 2) « Si, au contraire, vous répondez que le Novus Ordo n’est pas catholique, alors vous avez le problème de trouver l’Église visible, car il semblerait que l’ensemble de la hiérarchie catholique a fait défection dans cette nouvelle secte non-catholique. » (Souligné par JP B.)

Ainsi, il est de foi (parce que défini infailliblement dans Satis Cognitum) que « ceux-là sont dans une grave et pernicieuse erreur, qui façonnent arbitrairement et s’imaginent une Église cachée et invisible » et que cette conception est « incompatible avec l’Église de Jésus- Christ », chose qu’ils font en supprimant l’existence actuelle (même mystérieuse du fait qu’elle soit actuellement éclipsée) ne serait-ce que matériellement et comme en puissance, de l’Église hiérarchique fondée telle par Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Or, si le Clown.Monstrueusement.Incompétent ne sait pas où (en quelles personnes), pour lui et ses semblables, se trouve, de nos jours, l’Église hiérarchique fondée telle par Notre-Seigneur Jésus-Christ, c’est parce que sa position, qui rejette absolument la distinction materialiter / formaliter comme celle entre la puissance et l’acte, l’empêche de voir que l’Église hiérarchique fondée telle par Notre-Seigneur Jésus-Christ subsiste encore, quoique mystérieusement et seulement matériellement en l’état actuel des choses, dans la hiérarchie actuelle qui, qu’on l’accepte ou non, demeure, matériellement du moins car non spirituellement bien sûr, dans la continuité et la succession de celle qui existait sous Sa Sainteté le Pape Pie XII.
Ce rejet, donc, de ces distinctions tout à fait classiques et conformes à la doctrine intégralement catholique, l’amène, lui et ses semblables, non seulement à ne pas savoir où (en quelles personnes) se trouve, de nos jours, l’Église hiérarchique fondée telle par Notre-Seigneur Jésus-Christ, mais plus exactement, quoiqu’ils en protestent, à considérer, inconsciemment peut-être, que la dite Église hiérarchique n’existe tout simplement plus.
Et, à dire vrai, c’est en cela qu’ils sont dans l’hérésie, qu’ils le veuillent ou non !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Lun 17 Oct - 15:26

Dans ce message absurde (http://messe.forumactif.org/t884-carolus-magnus-imperator-vs-abbe-ricossa#18509) un
Crasseux.Monstrueusement.Inintelligent. a écrit:
[…] si les intrus à Rome depuis au moins Montini sont Papes matériels, pourquoi l'abbé Ricossa n'obéit-il pas matériellement à ces Papes matériels ? Pourquoi n'obtient-il pas matériellement une juridiction materialiter du Pape matériel ? Pourquoi ne devient-il pas matériellement ministre du Pape matériel ?


Ainsi, cet âne suréminent ne comprend pas
  1. qu’un « “pape” materialiter » N’est PAS Pape ; qu’il N’est PAS Pape en acte, même s’il reste en puissance de peut-être le devenir ;

  2. qu’on ne peut obéir qu’à un véritable Pape, qu’à un Pape en acte ;

  3. que sa question sur une éventuelle obéissance “matérielle” n’a aucun sens (comment ne peut-on obéir que « matériellement » sans obéir en acte, c’est-à-dire formellement ? No …) ;

  4. qu’une « juridiction materialiter” », ça n’existe pas : une matière substantielle (comme l’est la juridiction) sans forme substantielle (comme l’est celle de la juridiction) n’existant pas (seule une matière substantielle ayant sa forme substantielle – comme la personne élue d’un conclave, par exemple et dans le cadre de cette discussion – peut exister sans une forme ACCIDENTELLE comme celle du Souverain Pontificat) ;

  5. qu’on ne peut devenir « matériellement ministre [d’un] “pape” matériel » (voir le précédent point) et que cette dernière question est le summum de l’aberration !

Quand on veut passer pour un grand savant en théologie et droit canonique, on évite d’écrire de telles incongruités…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Jeu 17 Nov - 11:21

Pour un Canadien.Monstrueusement.Irrité. 


qui ne comprend que les jugements portés dans telles circonstances

ne sont pas nécessairement applicables dans telles autres circonstances
,

dont la seule force de persuasion sont le dessin ridicule et l’injure grossière 

et

dont les théories suppriment la succession apostolique
,

voici :





Les chiens enragés aboient – la caravane de Cassiciacum passe...

Bien que la thèse de Cassiciacum ne soit, pour l’instant, en l’état actuel des choses, c’est-à-dire en l’absence de l’Autorité dans l’Église, qu’une opinion libre,
rien n’interdit de la considérer d’ores et déjà,
en l’absence de critique sérieusement fondée dans le doctrine catholique
et devant les attaques uniquement subjectives et essentiellement acerbes dont elle fait l’objet,
comme ce qu’elle est réellement, savoir la seule thèse, dans cet état actuel des choses, qui soit intégralement catholique
comme il est démontré ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32580),
et donc de la défendre comme telle !

http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32499

http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32500

http://foicatholique.cultureforum.net/t3721p30-un-clown-maladivement-imposteur#32793

lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Aujourd'hui à 18:37

http://foicatholique.cultureforum.net/t4141p30-sur-quoi-se-base-t-on-pour-dire-ratzinger-heretique-formel#33386

Que les sédévacantistes complets (tel un Édouard-Marie LAUGIER par exemple ou encore un Gérard LAURENÇON, un Calamity.Mortiferous.Integral., un charlot alias Pierre LEGRAND ou ceux du Forum “Tenu par les Dames”) qui affirment que les élus des conclaves depuis le conciliabule vaticandeux ne sauraient être papes d’aucune manière, pas même en puissance, convoquent un “conclave” pour élire un Pape à leur goût afin d’assurer la permanence de la succession apostolique (et par là, l’Apostolicité de l’Église) et nous finirons enfin par les prendre au sérieux ! 

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Clown.Maladivement.Imposteur.   Aujourd'hui à 20:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Clown.Maladivement.Imposteur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Lobsang Rampa l'imposteur !
» Le clown triste
» Mahomet l'imposteur, inventeur de l'islam
» Fitna : Réponse à un imposteur
» Slava, le clown.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: