Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé   Ven 24 Avr - 1:34

Chapitre XXVI, p. 163-164 : https://archive.org/stream/lacitdedieu02augu#page/162/mode/2up. (Cliquez.)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé   Mar 5 Mai - 11:14

Dans "Quicumque",
Monsieur l'abbé Hervé BELMONT a écrit:
Le venin d'Érasme

Si l’on observe l’origine et la propagation des idées depuis la Renaissance, un fait ne laisse pas d’étonner. Les deux hommes qui ont le plus contribué à façonner la mentalité contemporaine, le prêt-à-penser sous-jacent à toutes les variations superficielles des idéologies dominantes, ces deux hommes n’avaient pas de talent intellectuel, ni de force de caractère, ni d’envergure à la hauteur de l’influence universelle dont on peut les créditer.

Ces deux hommes sont Érasme et Rousseau.

Luther a inondé l’Europe d’hérésie et de luxure, Descartes a faussé les esprits, Voltaire a vomi le blasphème ; d’autres qu’eux ont fait œuvre de putréfaction : mais, malgré leur grande influence, on ne peut affirmer que tout le monde est voltairien, cartésien ou luthérien.

Tandis que tout le monde (ou presque) est érasmien et rousseauiste, sans le savoir la plupart du temps, mais avec une grande « fidélité » d’esprit à ces deux « maîtres » de notre « civilisation » contemporaine.

De cette influence démesurée il est difficile d’assigner les causes.

Nos deux compères ont su, à deux siècles et demi de distance, faire vibrer les failles de notre nature marquée par le péché : car quiconque flatte l’amour-propre, quiconque prêche ou la facilité, ou la légitimité des sentiments que la loi de Dieu nous ordonne de combattre, ou la méthode pour abandonner cette loi en sauvant les apparences, ce quiconque aura toujours un succès qui dépassera même ses propres attentes.

Les deux ont bénéficié de structures sociales dont la mise en place – mais par qui ? dira-t-on – n’a été possible qu’en raison de l’affadissement de la chrétienté, structures qui ont servi de caisse de résonance à leur médiocrité afin que chacun se puisse reconnaître en elle : l’édition diluvienne et le colportage généralisé du XVIe siècle pour le premier, les salons et les loges du XVIIIe siècle pour le second.

Mais il faut aussi envisager quelque concours proprement diabolique, car la disproportion demeure trop importante entre ces moyens, aussi puissants qu’on les suppose, et l’influence réelle qu’ont exercée le lettré matois de Rotterdam et la pleureuse de Genève, influence qui demeure de nos jours quand il n’y a plus grand monde pour les lire.

Vous en doutez ?

Eh bien ! Parlons aujourd’hui d’Érasme. La regrettée revue Didasco a publié en 1982, sous la plume de Jacques Tescelin, une étude fort bien documentée et au jugement très lucide – de cette lucidité que donne à coup sûr la lumière de la foi catholique mise en œuvre – sur Érasme, taupe de la Révolution. La présentation qu’en faisait Pierre-Michel Bourguignon, Les enfants d’Érasme, en mettait bien en valeur la grande importance.

Cette étude connaît un regain d’actualité dans nos tristes jours où la « carpettologie » prend le pas sur la théologie : Érasme fut un maître en cet art… libéral.

Voici donc, pour notre instruction et notre affermissement, la présentation de Pierre-Michel Bourguignon et l’étude de Jacques Tescelin réunies sous cet unique lien.

(Source : http://www.quicumque.com/article-28124620.html.)

Fort éloquent !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé   Jeu 22 Oct - 10:02

Citation :

Que faut-il penser des Provinciales de Pascal, considérées comme œuvre littéraire, objectivement, c'est-à-dire abstraction faite des intentions bonnes ou mauvaises de l'écrivain ?

Si, sans méfiance, vous lisez ce livre une première fois, vous serez charmé, entraîné, subjugué par une phrase simple, nette, ferme, coulante ; par l'art de tout mettre en scène d'une manière vivante et pittoresque ; par la gradation de l'intérêt et de la démonstration ; par le ton parfois comique, parfois tragique, toujours animé, et, comme tant d'autres, vous fermerez le livre, convaincu de la thèse de Pascal et révolté de l'immoralité de ses adversaires. Or, tel était bien l'effet que l'auteur avait en vue : c'étaient ces idées, ces spectacles, ces impressions qu'il voulait donner à ses lecteurs. La vérité de l'expression est donc parfaite, et, à ce point de vue, le livre est un chef-d'œuvre.

Mais relisez ensuite ces mêmes lettres, en vous servant de l'édition en deux volumes publiée à Paris, chez Didot, en 1851, par l'abbé Maynard, sous le titre : Les Provinciales de Pascal et leur réfutation consistant en introductions et nombreuses notes historiques, littéraires, philosophiques et théologiques 1. A chaque page, vous constaterez que — sciemment ou inconsciemment, peu importe — l'auteur vous trompe et vous égare, alors qu'il aurait pu et dû l'éviter ; vous le surprendrez en flagrant délit de calomnie ; vous le verrez multiplier les équivoques, tronquer les textes qu'il cite, les détourner de leur vrai sens, fausser les faits, etc. Cette fois, vous serez révolté de l'immoralité de son procédé, et vous direz : « Cet homme est sans doute un génie et son style est d'une magie incomparable, mais son œuvre n'en est pas moins fausse et hideuse. Il m'a fait prendre l'erreur pour la vérité, comme on dissimule un poison mortel en le mêlant à un vin délicieux ; il a imprégné mon esprit du venin de l'erreur. Je me croyais convaincu, éclairé ; je n'étais qu'abusé et séduit. » En d'autres termes, dans ce livre, la Pensée manque de vérité, et comme ce défaut est fondamental, il vicie l'œuvre tout entière.



1. https://archive.org/stream/lesprovinciales00mayngoog#page/n8/mode/2up

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé   Ven 23 Oct - 17:05

Citation :
[...]

[Alexandre VII] entérina la condamnation du jansénisme prononcée par Innocent X (voir Formulaire d'Alexandre VII) et mit les Provinciales de Pascal à l’Index. [...]
(https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_VII. Souligné en gras par JP B.)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé   Mer 26 Oct - 18:51


Nous sommes dans un monde de fous



Nous entendons, un peu partout à propos des jeux vidéo, parler de « réalité VIRTUELLE » !
Or,  le mot “virtuel” désigne « ce qui est seulement en puissance » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Virtuel) c’est-à-dire, selon la définition même du Larousse (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/virtuel_virtuelle/82149), ce « qui n’est qu’en puissance, qu’en état de simple possibilité (par opposition à ce qui est en acte) », autrement dit, ce qui n’existe pas en acte !

Parler, donc, de « réalité VIRTUELLE », c’est parler d’une réalité qui n’existe pas ! 
Suprême non-sens : « réalité irréelle » ! 

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé   Jeu 27 Oct - 13:55

La « réalité virtuelle », c’est (ce qui est bien moins amusant car il ne s’agit plus là de jeux mais de gens qui se prennent au sérieux) aussi ce qui explique cette schizophrénie chez tous les dérangés de la calebasse suivants, sans que cette liste soit exhaustive :
  • Les païens antiques (et actuels) qui s’imaginent qu’il puisse y avoir plusieurs dieux ;

  • Les faux philosophes qui prétendent, contre toute évidence, que nous ne vivons que dans un monde de rêve, sans aucune réalité, et que tout est donc irréel ;

  • Les athées qui disent qu’il n’y a pas de Dieu et que tout s’est fait de soi-même (même leur imbécillité aveugle…) ;

  • Darwin, dont l’imagination fertile inventa ce rêve de l’évolution, et à sa suite, tous les évolutionnistes ;

  • Les panthéistes pour qui tout est Dieu, et les modernistes qui posent comme un postulat « l’immanence vitale » pour expliquer que Dieu existe en chacun de nous subjectivement ;

  • Tous les hérétiques endurcis qui finissent pas nier la réalité des choses pour justifier leurs erreurs ;

  • Ceux qui estiment que les “papes” vaticandeux seraient infaillibles tandis que leurs prédécesseurs se seraient trompés depuis presque 2000 ans et qu’en conséquence la Sainte Église doit battre sa coulpe et demander pardon à tous les hérétiques ;

  • Ceux qui rêvent que Paul VI, toujours vivant, se serait converti ou n’aurait pas lui-même présidé à ce qu’il a appelé « l’auto-démolition de l’Église » ;

  • Ceux qui pensent (comme Mgr Lefebvre et ses disciples) que la personne d’un Pape est Pape quand cette personne est catholique et que la même personne n’est pas Pape quand elle n’est pas catholique ; que l’on peut désobéir à un vrai Pape dans les lois qu’il édicte pour toute l’Église en tant que Pape parce qu’on juge par soi-même que ces lois ne sont pas catholiques ;

  • Ceux qui affirment qu’il n’y a plus aucun Évêque appartenant au moins au corps de l’Église (à défaut d’appartenir à son âme) et que, cependant, l’Église hiérarchique existe toujours, que la succession apostolique n’est pas rompue ;

  • Ceux qui traduisent l’expression « “pape” materialiter » (qui désigne l’élu d’un conclave n’ayant pas, parce qu’il ne veut pas objectivement – réellement, selon son intention extérieurement manifestée – remplir la charge propre à un Souverain Pontife qui est de servir le Bien de l’Église, reçu de Dieu la forme du pontificat) par « à moitié Pape » ou « un peu pape sans être complètement Pape » ou encore « Pape d’une certaine manière sans être vraiment Pape », « Pape sans être Pape mais en étant quand même Pape », etc. ;

  • Ceux qui estiment que la Mission de l’Église (glorification de Dieu par le Saint Sacrifice de la Messe et sanctification des âmes par les – véritables – Sacrements) n’est plus possible dans la situation actuelle, que ce soit parce que, selon eux, il n’y a plus de Prêtres dignes de cela ou ayant reçu ladite Mission, ou que ce soit parce, pour eux, il est illicite d’assurer le renouvellement des Évêques sans la Session juridictionnelle ;

  • En un mot, tous ceux qui refusent, même inconsciemment, la réalité pour y substituer dans leur esprit ce que leur imagination leur dicte, imagination souvent due à leur ignorance crasse inavouée ou à leur psychologie rigide…

Aussi, est-il bien vrai que nous sommes dans un monde de fous !

La vérité étant unique et l’erreur multiple, il s’ensuit que peu sont dans la vérité car peu la trouvent, et beaucoup sont dans l’erreur car il est plus facile d’y être…

Mon Dieu, si je ne suis pas dans la vérité, veuillez m’y mettre ; si j’y suis, veuillez m’y garder !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé   Aujourd'hui à 20:54

Revenir en haut Aller en bas
 
LEÇONS de MÉTAPHYSIQUE ÉLÉMENTAIRE ; exposé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» question complémentaire de l'épreuve de français
» hommage à camus, la foi métaphysique
» Les scientifiques ont-ils découvert une nouvelle particule élémentaire ?
» Métaphysique et rationalité. Talek-Anthyme & Vicomte
» Opinion métaphysique et intime conviction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: