Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Incompétence CARACTÉRISÉE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Ven 11 Nov - 7:02


Cela dit, (bis repetita) notre Gégé pourrait-il enfin répondre à ces simples questions :

  1. Comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

  2. Par ailleurs, sachant que vous soutenez qu'il n'y a plus, depuis belle lurette, d'Église enseignante mais une secte conciliaire, je vous pose solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

Veuillez bien répondre positivement (non par d'autres questions), s'il vous plaît, aux deux questions.
Merci d'avance !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Ven 11 Nov - 9:45

JP B a écrit :

[Ce qui est con, comme dit ce charretier, ce n'est pas le « traditionalisme à la con de Marcel et de Guérard » : c'est lui-même qui écrit tant de sottises et qui ignore ce texte de St Robert BELLARMIN : « [...] en créant le Pontife, les Cardinaux n'exercent pas leur autorité sur le Pontife, puisqu'il n'existe pas encore, mais sur la matière, c'est-à-dire, sur la personne qui est disposée par l'élection à recevoir de Dieu la forme du Pontificat. »]


Alors est-ce être vraiment con de comprendre que Saint Robert Bellarmin nous dit clairement ici que avant son élection le pape n'existe pas (ne pas exister ce ne peut pas être successeur de Saint Pierre) comme pape et qu'après son élection il est pape ? Saint Robert Bellarmin met-il ici une réserve sur les droits que le pape élu pourrait avoir ou dont il pourrait être privés..., défend-il ici la thèse d'un demi-pape prônée par Guérard ?

Et est-ce vraiment être intelligent d'extraire de cette phrase de Saint Robert Bellarmin que le pape, après son élection peut être que Matériellement pape. Saint Robert Bellarmin ne dit-il pas clairement ici que la personne sur laquelle vont se porter les voix reçevra par l'élection le pontificat ?

Est-ce intelligent ou con qu'un Marcel nous déclare tout en transe que La Messe de Paul VI est la messe de Luther, la cène protestante et qu'à la suite il se fasse le grand défenseur de la validité de la messe de Paul VI. Est-ce intelligent ou con de défendre la validité de la Messe de Paul VI quand on croit que la Messe de Paul VI est la Cène protestante ?

Est-ce vraiment intelligent d'affirmer comme l'a fait le P Guérard au dernier sermon que j'ai écouté où je me suis cassé sur le champ, d'affirmer, 15 jours après son sacre secret, que:
Citation :
"pour bien comprendre l'unité de l'Eglise il fallait accepter en son sein une certaine dualité" ?
(je témoigne que c'est texto)

Là encore, il y avait pour lui l'Unité materialiter et l'unité formaliter n'est-ce pas ?

Est-ce cela l'intelligence ?

Mais si c'est l'incompétence qui nous fait repousser de telles âneries, alors vive l'incompétence !
Si c'est cela d'être sot, alors vive la sottise !

Je veux bien être traité des pires insultes plutôt que d'avaler de telles couleuvres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Ven 11 Nov - 12:17

Oui, il faut être idiot pour ne pas comprendre qu’un « “pape” materialiter » n’existe pas en tant que Vicaire du Christ mais existe comme élu d’un Conclave (selon le droit ecclésiastique, c’est-à-dire humain et possède donc les pouvoirs du droit humain), et prétendre, en même que cette incompréhension qui serait en elle-même acceptable (et compréhensible sans ce qui suit), qu’on comprendrait que cela signifiât qu’un tel élu fût quand même Vicaire du Christ et possèderait les pouvoirs du droit divin ! Oui, il faut être réellement idiot… ou de mauvaise foi !…

Les contradictions de Mgr Marcel LEFEBVRE sont bien certainement regrettables et critiquables, mais il faut être un grossier charretier pour écrire de lui que c’est “con” !

De même pour les jugements d’un con à l’encontre du R.P. Guérard des Lauriers dont celui-là dit que c’est “con” quand celui-ci, pour expliquer le fait qu’il y a bien un élu de Conclave qui ne soit pas formellement Vicaire de Jésus-Christ, dit « pour bien comprendre l'unité de l'Eglise il fallait accepter en son sein une certaine dualité » (si tant est que ce sont bien là ses propres paroles), puisqu’il y a bien un élu qui n’est pas formellement Pape.
La connerie, c’est de ne pas être aller lui demander comment il fallait comprendre ces paroles mais de les juger, par son jugement propre (il faudrait plutôt dire sale de la crotte boueuse et bouseuse d’un cerveau déréglé), du haut de sa… connerie et de s’entêter dans celle-ci en prétendant que toute la Hiérarchie, qui a élu ce non-Pape-formaliter, est morte avec celui-ci à sa tête !…

Oui, il faut être con… ou de mauvaise foi, pour ne pas comprendre qu’il n’y a aucune contradiction
  1. entre Sa Sainteté Pie XII et le Pape Pie XI ;

  2. entre un discours de St Pie X et un catéchisme qu’il a officiellement promulgué ;

  3. entre, d’une manière générale, ce que nous demande de faire notre Mère la Sainte Église Catholique et le Salut de nos âmes !


Oui, il faut être con pour ne pas répondre à ces simples questions, mais de noyer le poisson par d’interminables posts répétitifs :
  1. Comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

  2. « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Ven 11 Nov - 15:26, édité 1 fois (Raison : Dans le premier § : correction d'une faute de frappe (dons au lieu de lieu de donc) et adjonction des précisions suivantes : qui serait [u][b]en elle-même[/b] acceptable[/u] (et compréhensible sans ce qui suit))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Ven 11 Nov - 14:53

Citation :
Le traditionalisme à la con de Marcel et de Guérard

Cher Gérard, ici nous disons Monseigneur Lefebvre et Monseigneur Guérard des Lauriers.

Et je vous prie de ne pas être grossier, vous êtes parfaitement capable de défendre votre position sans employer des injures.

+

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Ven 11 Nov - 20:46

admin a écrit:
Citation :
Le traditionalisme à la con de Marcel et de Guérard

Cher Gérard, ici nous disons Monseigneur Lefebvre et Monseigneur Guérard des Lauriers.

Et je vous prie de ne pas être grossier, vous êtes parfaitement capable de défendre votre position sans employer des injures.

+

Cher administrateur, je vous remercie de m'avoir repris si fraternellement et d'une manière si douce que je ne mérite pas. J'ai souvent reconnu ma faiblesse d'avoir été vulgaire et mon épouse me l'a toujours reproché.

Je ne vais donc pas me justifier auprès de vous mais je pense que le raisonnement de JP B n'est pas juste car, certes ce n'est pas la même chose de parler du "traditionalisme à la con" d'une personne ou de dire ou penser que cette personne est un con !

Voici l'accusation de JP B :

Citation :
"...mais il faut être un grossier charretier pour écrire de lui que c’est “con” "

Citation :

...De même pour les jugements d’un con à l’encontre du R.P. Guérard des Lauriers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Ven 11 Nov - 21:34

JP B pose ces deux questions. Il pense que je suis idiot de ne pas y répondre ou de tarder d'y répondre et bien sûr il fait comme si je n'avais encore jamais répondu :
Première question :

Citation :
Comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

J'ai répondu à cette question en la décomposant en deux questions. Or, JP B estime que je n'ai par répondu à SA question.
Alors, la balle est dans son camp. Je demande à JP B de poser une question qui ne contient qu'une seule question.

Je vais lui donner un exemple d'une question qui en comporte plusieurs autres:

“Citation de l'ecclésiastique Lefèbvre:

Citation :
Car enfin un problème grave se pose à la conscience et à la Foi de tous les catholiques depuis le début du pontificat de Paul VI. Comment un pape, vrai successeur de Pierre, assuré de l’assistance du Saint-Esprit, peut-il présider à la destruction de l’Eglise, la plus profonde et la plus étendue de son histoire, en l’espace de si peu de temps, ce qu’aucun hérésiarque n’a jamais réussi à faire ?"

Impossible de répondre à “Comment... ?”

l'ecclésiastique se concentre sur “un problème grave (qui) se pose à la conscience et à la Foi de tous les catholiques” et pour aborder ce problème il pose une question à laquelle personne ne peut répondre. Regardez bien la question “Comment un pape... peut-il présider à la destruction de l'Eglise ?" Or, “un pape vrai successeur de Pierre...” ne peut pas faire ce qu’il dit.
Puisqu’il s’agit d’une action impossible, il est inutile de savoir comment elle peut se faire. Il faut que l'ecclésiastique Lefebvre ait cru cette action possible, pour qu’il demande à savoir comment elle s’est réalisée.
Il y a ici, en fait, deux questions en une. “Est--ce qu’un pape, vrai successeur de Pierre... peut présider à la destruction de l’Eglise...?” Réponse : oui ou non et si oui, comment ?
La question “Comment... ?” suppose une réponse affirmative à la première étape de la question. Nous savons par la Foi que la réponse est non. Un vrai pape ne peut pas présider à la destruction de l’Eglise. “Comment cela pourrait-il se faire ? ” est une question inutile à moins que l’on suppose la destruction de l’Eglise possible par un pape comme l’a forcément supposé l'ecclésiastique Lefèbvre .
Puisque l'ecclésiastique Lefèbvre élude la réponse à la première question, réponse affirmative nécessaire pour arriver à la seconde “Comment... ?”, c’est qu’il répond oui à la première partie de sa question.

L’affirmation de l'ecclésiastique Lefèbvre (en déduction).

En réponse au “problème grave (qui) se pose à la conscience et à la Foi de tous les catholiques”, l'ecclésiastique Lefèbvre laisse entendre l’affirmation suivante : “Oui un pape, vrai successeur de Pierre, assuré de l’assistance du Saint-Esprit, peut présider à la destruction de l’Eglise, la plus profonde et la plus étendue de son histoire, en l’espace de si peu de temps, ce qu’aucun hérésiarque n’a jamais réussi à faire”.
Paul VI préside à “la destruction de l’Eglise” et l'ecclésiastique Lefèbvre préside, tacite et taciturne, aux obsèques de cette Eglise détruite par son pape !

Est est, non non.

Il y a des questions auxquelles nous sommes obligés, par la Foi, de répondre (St Thomas d’Aquin, sur la confession de la Foi, II, II quest 3, article 2, Somme théo.) Cette obligation n’est pas moindre pour un évêque tenu à la Foi explicite.


LES HERESIES PERSONNELLES DE l'ecclésiastique Lefèbvre
En ne répondant pas à cette question, l'ecclésiastique Lefèbvre laisse supposer que cette chose ait pu se faire. Il refuse aussi toute analyse d’un problème qu’il considère grave pour “la Foi de tous les catholiques”. Nous verrons plus tard pourquoi l'ecclésiastique Lefèbvre ne veut pas savoir comment les choses se sont passées.

Peut-on excuser l'ecclésiastique Lefèbvre ?

Mais direz-vous, le “Comment... ? ” est une forme de langage comme si on disait

“Comment Dieu, Vérité même, et Bonté infinie, peut-il abandonner les hommes à l’hérésie, à l’infidélité et ainsi à leur perte éternelle ? ”
Si je pose cette question, folle hypothèse, je suis obligé, sous peine de blasphème et de perte de la Foi, de répondre immédiatement “Non, Dieu n’a jamais abandonné les hommes, ni à l’hérésie, ni à leur perte éternelle”. Le “comment” est une tournure de style.
Mais si je ne réponds pas par la négative à cette hypothèse injurieuse envers Dieu, j’affirme implicitement, avec mépris, que Lui qui se dit la Vérité et la Bonté infinie laisse les hommes dans l’erreur et les abandonne à leur perte ; je deviens ainsi le pire des impies.

l'ecclésiastique Lefèbvre contre la Foi (pour ne pas se repentir de sa complicité).

l'ecclésiastique Lefèbvre reconnaît contre le neuvième article du Symbole ; la “destruction de l’Eglise” (première hérésie contre l’Eglise) et il admet que cette “destruction” est le fait de Paul VI, vrai pape inspiré du Saint-Esprit (seconde hérésie contre le Saint Pontificat et le Saint-Esprit).
l'ecclésiastique Lefèbvre refuse de voir ce qui s’est réellement passé. Il préfère reconnaître, contre la Foi, qu’il se peut que le pape inspiré du Saint-Esprit détruise l’Eglise car il ne peut avouer sa complicité avec tous les évêques unis à Paul VI qui, comme lui, ont quitté l’Eglise par leur apostasie et ont fondé la contre-église de VATICAN II. Cette réalité était trop compromettante, mais elle répond au “Comment” du “problème grave” que l'ecclésiastique Lefèbvre n’a pas posé correctement.
“Problème grave”, on doit le reconnaître avec l'ecclésiastique Lefèbvre, que tout catholique doit résoudre au risque de changer de religion et d’appartenir à l’église de VATICAN II.



Seconde question de JP B

« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

JP B affirme implicitement, comme tous les tradis classiques depuis un demi-siècle, que la succession apostolique existe chez les conciliaires.
Or, en faisant cela non seulement, ils clament leur appartenance à l'église conciliaire mais de plus, ils se montrent les plus incohérents du monde puisque jamais avant eux, il n'y a eu des fidèles qui ont prétendu appartenir à une église en lui reprochant son culte, sa doctrine et sa morale.
En affirmant en même temps que l'église capitalise en elle à la fois la succession apostolique et en même temps toutes les hérésies contre le catholicisme, ils établissent que la succession apostolique depuis le Concile n'a pour mission que de pourvoir au faux culte et à la fausse doctrine de leur église.

JP B a refusé de me répondre à la question de savoir si l'enseignement de tous les vrais papes de l'Eglise catolique d'avant le Concile CONTINUAIT d'être AUJOURD'HUI l'enseignement de la SUCCESSION APOSTOLIQUE.

Puisqu'il a refusé de répondre à cette question, je vais tenter de répondre selon sa détermination bien connue.
Il semblerait qu'il ne devrait avoir aucune difficulté de reconnaître que l'enseignement de tous les papes depuis Saint Pierre continue, aujourd'hui pas moins qu'hier d'être l'enseignement de la succession apostolique.

MAIS il ne peut PLUS affirmer une telle vérité catholique.
Pourquoi ?
Parce que si il affirmait que l'enseignement de tous les papes depuis Saint Pierre continue, aujourd'hui pas moins qu'hier d'être et ne cessera jamais d'être l'enseignement de la succession apostolique....il serait obligé d'ajouter que ce qu'il vient de dire ne peut se vérifier aujourd'hui où l'on assiste au fait que l'enseignement de la succession apostolique n'est plus le même que celui d'hier.

JP B cherche a me mettre la succession apostolique comme une embûche entre les pattes mais la succession apostolique qu'il reconnaît être dans l'église conciliaire est un grand gouffre dans lequel sombre toute la foi catholique et surtout la croyance en l'Eglise UNE SAINTE CATHOLIQUE ET APOSTOLIQUE !

Bien évidemment que la succession apostolique n'est pas dans l'église conciliaire et si elle l'était, il n'y aurait plus de succession apostolique à laquelle le catholique est attaché par la foi, foi qui lui vient précisément de l'Eglise, précisément de la succession apostolique de tous ces papes qui ont, inspiré par l'Esprit Saint, déterminé la foi à laquelle nous croyons.

D'ailleurs, JP B qui n'adhère pas à la foi et au culte de son église sera obligé de vous dire que la succession apostolique de son église conciliaire n'est pas inspiré par le Démon...sinon il devrai suivre ce culte et cette foi...il est facile d'en déduire que JP B croit à la succession apostolique de son église conciliaire bien qu'il reconnaisse que n'étant pas inspirée par l'Esprit Saint, cette succession apostolique est donc inspirée...devinez par qui ?.... par le démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 1:46

Un être de mauvaise foi a écrit:


JP B pose ces deux questions. [...]
Première question :

Citation :
Comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

J'ai répondu à cette question en la décomposant en deux questions. Or, JP B estime que je n'ai par répondu à SA question.
Alors, la balle est dans son camp. [...]

Voilà qui est faux et montre la mauvaise foi de ce pitre car, ici,
JP B a écrit:

Gérard a écrit:


Vos questions, mon cher JP B sont décidément trop faciles à solutionner :

La première est celle-ci :
JP B me pose cette question :

Citation :
Comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec*] sa juridiction sur toute la terre » ?

Dans cette question, il y a deux questions, ce pourquoi je répondrais au deux.

1) Est-ce que Paul VI peut être véritablement un successeur de Saint Pierre
avec Juridiction sur toute la terre ?
2) Est-ce que Paul VI peut être véritablement un successeur de Saint Pierre
sans juridiction sur toute la terre ?

Je peux sans problème affirmer que Paul VI était hérétique puisque vous le pensez aussi.
De cette constatation que peut-on faire ?
Si j'affirme (comme je l'ai toujours maintenu) que Paul VI étant hérétique est hors de l'Eglise...qu'en conséquence, il ne peut en être ni membre ni la tête, puisque c'est un dogme de foi catholique que les hérétiques ne font pas partie de L'Eglise....vous allez m'opposer que pour qu'il soit en dehors de l'Eglise, il faut qu'il ait été condamné par l'Eglise.

[... (Suit un long texte, entièrement hors de propos, dans lequel notre incompétent par excellence ne fait que tenter d'analyser, en se trompant, ma propre position, sans répondre AUCUNEMENT à la question : Comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec*] sa juridiction sur toute la terre » ?]

JP B me pose cette seconde question à laquelle je répondrais plus tard :

Citation :

Par ailleurs, sachant que vous soutenez qu'il n'y a plus, depuis belle lurette, d'Église enseignante mais une secte conciliaire, je vous pose solennellement cette autre question :
« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »


[... (Suit un long texte, entièrement hors de propos, dans lequel notre incompétent par excellence ne fait que me poser une nouvelle et ridicule question pour noyer le poisson, et tente d'analyser, en se trompant, ma propre position, sans répondre AUCUNEMENT à la question pourtant soulignée en gras et d'un trait : « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? » Exclamation ]

* : La mise entre crochets du mot “avec” ressort de cette phrase de Gégé (où il est question premièrement de Paul VI et secondement de ses successeurs vaticandeux) : « Je vous ai déjà dit que en soutenant la thèse du Père Guérard des Laurier Materialiter-formaliter, que celle-ci otant à un successeur de Saint Pierre sa juridiction sur toute la terre, il tombait sous la condamnation de Pie IX dans Pastor aeternus [...] »
Cela fait que sa présente distinction entre « un successeur de Saint Pierre avec Juridiction sur toute la terre » et « un successeur de Saint Pierre sans juridiction » est, là, totalement hors de propos, voire insidieusement fallacieuse...


[...]

En effet, cette phrase, sur la quelle je me suis basé pour rédiger ma question, « Je vous ai déjà dit que en soutenant la thèse du Père Guérard des Laurier Materialiter-formaliter, que celle-ci otant à un successeur de Saint Pierre sa juridiction sur toute la terre, il tombait sous la condamnation de Pie IX dans Pastor aeternus [...] », exclut la scission de ma question en deux sous-questions en rendant parfaitement inutile la seconde (« Est-ce que Paul VI peut être véritablement un successeur de Saint Pierre sans juridiction sur toute la terre ? ») (que la mauvaise foi de Gégé lui fait poser pour noyer le poisson [ !…]) car ladite phrase parle bien de « la thèse du Père Guérard des Lauriers, Materialiter-formaliter » qui « (ôte) à un successeur de Saint Pierre sa juridiction sur toute la terre ».


Après une longue et inutile, donc fastidieuse, exposition des contradictions de Mgr Lefebvre (que Gégé, repris ici par charité et en douceur pour le nommer irrespectueusement “Marcel”, s'obstine toutefois à l'appeler “l'ecclésiastique” pour ne pas lui donner le titre de “Monseigneur” comme s'il n'était pas Évêque !...)
cet incompétent par excellence a écrit:

[...]


Seconde question de JP B

« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

[...]

JP B a refusé de me répondre à la question de savoir si l'enseignement de tous les vrais papes de l'Eglise catolique d'avant le Concile CONTINUAIT d'être AUJOURD'HUI l'enseignement de la SUCCESSION APOSTOLIQUE.

Puisqu'il a refusé de répondre à cette question, je vais tenter de répondre selon sa détermination bien connue.
Il semblerait qu'il ne devrait avoir aucune difficulté de reconnaître que l'enseignement de tous les papes depuis Saint Pierre continue, aujourd'hui pas moins qu'hier d'être l'enseignement de la succession apostolique.

[...]


  1. D'une non-réponse à une question ridicule, cet insinuateur de mauvaise foi en induit ce que je devrais, d'après lui, reconnaître ou non ! Laughing

  2. Ce guignol voudrait me faire dire, pour rendre sa question intelligible, que je reconnaîtrais la prétendue continuité entre « l'enseignement de tous les papes depuis Saint Pierre[i] » et l'“[i]enseignement” actuel... non « de la succession apostolique » (car « la succession apostolique » n'enseigne rien !...) mais de ce qu'il appelle « l'église conciliaire » clown
    Or, il est bien évident que je nie cette continuité : cf. « Preuve de la vacance (au moins formelle) : DH vs Quanta Cura ».
    D'où il suit que toute son argumentation tombe à l'eau...

  3. Ce mariolle confond en effet l'enseignement du Magistère avec la succession apostolique ! Laughing
    Pour lui mettre le nez dans son caca, nous prendrons l'analogie suivante :
    La désignation du roi, en France, se fait selon la règle de la primogéniture mâle.
    Sous le régime royale, même tempéré comme il se doit, c'est le roi qui édicte les lois.
    De cela, doit-on conclure que la promulgation des lois est la règle de la primogéniture mâle sous le régime royale en France ? Laughing
    C'est pourtant ce que Gégé entre l'enseignement du Magistère et la succession apostolique... clown Rolling Eyes

Pauvre Gégé ! No ...
Il n'a toujours pas répondu, comme le montre ce qui précède, à ces deux questions :
  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

  2. « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »
    OÙ EST-ELLE ?

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 2:06

JP B a écrit :

Citation :
Ce mariolle confond en effet l'enseignement du Magistère avec la succession apostolique
Alors si ces deux choses sont différentes comme tu nous l'enseignes, cela signifie-t-il que la succession apostolique de toute l'Eglise catholique n'a rien à voir avec l' enseignement du Magistère !

Tu ne crois pas qu'il faut arrêter de faire des simagrées et des ronds de jambes et dire ce que tu as à dire CLAIREMENT :

Moi, je dis :
Citation :
Oui la succession apostolique a été instituée par Jésus-Christ afin de pourvoir à l'enseignement du Masitère

Et Moi, Jean Paul B. déclare que :
Citation :

mon église possède cette succession apostolique non pas comme ce "mariolle" de Gégé vient de la définir mais pour enseigner toutes les hérésies précédemment condamnées par l'Enseignement du magistère de l'Eglise catholique transmis par la succession apostolique pendant 20 siècles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 2:33

Gérard a écrit:

JP B a écrit :

Citation :
Ce mariolle confond en effet l'enseignement du Magistère avec la succession apostolique
Alors si ces deux choses sont différentes comme tu nous l'enseignes, cela signifie-t-il que la succession apostolique de toute l'Eglise catholique n'a rien à voir avec l' enseignement du Magistère !

Tu ne crois pas qu'il faut arrêter de faire des simagrées et des ronds de jambes et dire ce que tu as à dire CLAIREMENT :

Moi, je dis :
Citation :
Oui la succession apostolique a été instituée par Jésus-Christ afin de pourvoir à l'enseignement du Masitère

Et Moi, Jean Paul B. déclare que :
Citation :

mon église possède cette succession apostolique non pas comme ce "mariolle" de Gégé vient de la définir mais pour enseigner toutes les hérésies précédemment condamnées par l'Enseignement du magistère de l'Eglise catholique transmis par la succession apostolique pendant 20 siècles.
N'importe quoi ! Rolling Eyes ...
Où ce menteur, cet imposteur, ce faussaire, a-t-il vu cette citation : « mon église possède cette succession apostolique non pas comme ce "mariolle" de Gégé vient de la définir mais pour enseigner toutes les hérésies précédemment condamnées par l'Enseignement du magistère de l'Eglise catholique transmis par la succession apostolique pendant 20 siècles. » ?
C'est ainsi qu'il déforme tout et invente n'importe quoi...

Cela dit, (répétitions multiples) notre Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (c'est vous qui sous-entendez la chose ici !...)

  2. Par ailleurs, sachant que vous soutenez qu'il n'y a plus, depuis belle lurette, d'Église enseignante mais une secte conciliaire, je vous pose solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »
    OÙ EST-ELLE ?


Veuillez bien répondre positivement (non par d'autres questions), s'il vous plaît, aux deux questions.
Merci d'avance !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Sam 12 Nov - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 9:55

JP B a écrit :


Citation :
Où ce menteur, cet imposteur, ce faussaire, a-t-il vu cette citation : « mon église possède cette succession apostolique non pas comme ce "mariolle" de Gégé vient de la définir mais pour enseigner toutes les hérésies précédemment condamnées par l'Enseignement du magistère de l'Eglise catholique transmis par la succession apostolique pendant 20 siècles. » ?
C'est ainsi qu'il déforme tout et invente n'importe quoi...

Tout d'abord, je n'ai jamais dit qu'il s'agissait d'une citation quelconque ou d'une citation que tu aurais dite...ton accusation est donc hors de propos.

J'ai seulement tenté de comprendre à travers ce que tu dis, ce que tu penses réellement, non pas comme un jugement au for interne, mais par déduction de ce que tu nous dis pas assez CLAIREMENT !

Or, de ce que j'ai dit que tu croyais, tu n'a pas pu dire que tu croyais autre chose !

Prends la peine d'argumenter plutôt que d'aligner des séries d'insultes, tu seras beaucoup plus convaincant et je suis sûr, connaissant bien l'administrateur, qu'il te conseillerait la même chose puisqu'il a pris la peine, avec une extrême douceur que je ne méritais pas...de me donner ce conseil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 12:32


Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (c'est vous qui sous-entendez la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant que vous soutenez qu'il n'y a plus, depuis belle lurette, d'Église enseignante mais une secte conciliaire, je vous pose solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




Veuillez bien répondre positivement (non par d'autres questions ou/et des messages de dérobade selon votre détestable habitude...), s'il vous plaît, aux deux questions.
Merci d'avance !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 14:28

JP B m'a posé cette question qui est sa deuxième question et par laquelle je commence. Je ne pourrais pas répondre aux deux questions aujourd'hui puisque rien que sur la deuxième question ma réponse est si longue que je ne traiterai qu'une partie, je continuerais l'autre partie à cette question dans un post suivant puisque je dois travailler pour pouvoir manger tous les jours :
Citation :
[/size]
« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

OÙ EST-ELLE ?


[/list]

Veuillez bien répondre positivement (non par d'autres questions ou/et des messages de dérobade selon votre détestable habitude...), s'il vous plaît, aux deux questions.
Merci d'avance !
[/quote]


Où est l’Eglise catholique ?



Cette question me touche au plus profond de moi-même. Je ne voudrais pas y répondre et attendre que le ciel le dise dans une clameur apocalyptique à la face du monde. Car cette question a été comme un cri de supplication en moi le jour où j’ai compris qu’il fallait la poser à Dieu et attendre la réponse de Lui-Seul.

Suis-je un illuminé qui attend des miracles ? Vous en jugerez vous-mêmes ?

Si je vous dis qu’il faudrait une révélation gigantesque venue du ciel pour indiquer d’une façon certaine où est l’Eglise, c’est simplement pour dire que, de cette manière-là, ce serait le moyen facile et universel pour convaincre tout le monde.

Cependant, il est peu probable que Dieu agisse ainsi et ce ne serait pas dans ses habitudes. En attendant, la réponse à cette question est d’une urgence incontournable pour notre salut.

Comment, en effet, appartenir à l’Eglise si on ne peut pas savoir où elle est ?

Où est l’Eglise catholique ?

Cette question paraît absurde à beaucoup de personnes aujourd’hui et pas seulement parmi « les progressistes ». En effet, je peux vous rapporter ce témoignage très personnel. Il s’agit de mon père qui, après son veuvage, est entré dans en religion dans la Fraternité comme frère au service de l’école de l’Etoile du Matin. Je crois que je ne dirais rien de différent des autres en affirmant que cette personne est très pieuse et qu’elle vit remarquablement sa vie religieuse. Or, mon père refuse de poser cette question qui lui paraît saugrenue.

Il semble que la foi en l’Eglise est un mystère comme un autre et qu’une foi simple nous y conduit inévitablement. Cependant, vous pouvez lire dans le catéchisme du Concile de Trente les propos suivants :

Citation :
« D’abord, suivant Saint Augustin, les Prophètes ont parlé plus clairement et avec plus d’étendue de l’Eglise que de Jésus-Christ, parce qu’ils prévoyaient qu’il y aurait, sur ce point, beaucoup plus d’erreurs que sur le mystère de l’Incarnation. En effet, il n’y a pas manqué d’impies qui ont prétendu être les seuls catholiques, et qui ont soutenu avec autant d’orgueil que de méchanceté, que l’Eglise catholique se trouvait parmi eux : semblables au singe qui contrefait les actions des hommes. »

La nécessité de connaître l’Eglise est notée explicitement dans le même article du Concile de Trente :

Citation :
«Elle (l’Eglise) ne doit être ignorée de personne, puisqu’il faut que tous obéissent à ses commandements… »

Je disais, il y a 15 ans :

Si donc, dans un cas extrême d’une confusion où il serait impossible de savoir humainement et raisonnablement où est l’Eglise catholique, il suffirait aux fidèles de le demander à Dieu comme grâce indispensable pour le salut. Et ce serait insulter Dieu ou méconnaître le désir qu’Il a de nous sauver, de croire que le Dieu de vérité pourrait nous refuser cette lumière. C’est donc parce que nous n’avons pas demandé à Dieu avec véhémence “où est son Eglise” et “où elle n’est pas” que nous n’avons pas eu la lumière nécessaire pour garder la Foi.
Connaître l’Eglise par la raison. A ce sujet, l’abbé Doney dans son commentaire du catéchisme du Concile de Trente (édition 1840) fait une distinction entre reconnaître l’Eglise de Dieu par la raison ou par la Foi. En effet par la raison, on peut, nous dit l’abbé Doney, connaître “qu’il faut une religion, que cette religion ne peut être vraie qu’autant qu’elle vient du vrai Dieu. Elle ne peut venir du vrai Dieu sans être unique et enfin elle ne peut-être unique sans porter les marques ou caractères sensibles de sa doctrine au moyen desquels il soit facile de la distinguer de toute autre”. L’abbé Doney conclut sur ce jugement de la raison “Tout esprit droit et non prévenu aura bientôt reconnu la religion catholique pour cette religion divine et véritable”. Il est bien dit “Tout esprit droit et non prévenu”, c’est-à-dire non influencé ou trompé. Or, l’apostasie générale des évêques à VATICAN II et la confusion qui a suivi, ont perturbé ce jugement raisonnable qui, depuis Jésus Christ, a toujours permis de reconnaître facilement l’Eglise de Dieu. Connaître l’Eglise "par la Foi."
Bien que ce jugement raisonnable ait été plus ou moins facile selon les temps, il n’est pas capable de nous faire appartenir à l’Eglise de Dieu. L’abbé Doney ajoute en effet :

Citation :
Cependant il (le catholique) a déjà besoin de la grâce et de la prière pour faire ce discernement et pour juger que l’Eglise catholique est l’Eglise de Dieu”. “Ici, on commence à dire : je crois l’Eglise catholique”.

Le catéchisme du concile de Trente confirme cette distinction entre "la raison" et "la Foi" pour la connaissance de l’Eglise et je ne peux pas mieux faire que de le citer ici pour faire bien comprendre la primauté de "la Foi" et son absolue nécessité en ce qui regarde notre connaissance de l’Eglise catholique, notre appartenance et notre union à elle pour nous sauver. “L’esprit a besoin de la Foi pour connaître... les mystères renfermés dans l’Eglise. Cet article ne surpasse donc pas moins que les autres, la portée naturelle de nos lumières et c’est avec vérité que nous rapportons à la Foi et non pas à la raison, la connaissance de l’Eglise, quant à son origine, aux dons qu’elle a reçus de Dieu et ses divins caractères. Car l’Eglise n’est pas l’ouvrage des hommes. C’est le Dieu immortel qui en est Lui-même l’auteur... Sa puissance ne lui vient pas non plus des hommes, mais de Dieu car elle est toute surnaturelle et c’est pour cette raison qu’il nous est impossible de connaître, autrement que par la Foi, qu’elle a reçu les clefs du royaume des cieux...” (neuvième article du symbole, question XI.)
Le secours de la grâce et de la prière. Au concile de Trente où l’Eglise s’épanouissait d’une manière merveilleuse de par le monde, le jugement de "la raison" n’était donc pas capable de nous faire appartenir à l’Eglise de Dieu. Il est évident, aujourd’hui où l’Eglise est “éclipsée”, que, tout jugement personnel animé de toutes les bonnes intentions, est tout aussi incapable de nous faire appartenir à l’Eglise. Nous disons avec l’abbé Doney qu’aujourd’hui comme hier, et plus qu’hier, il faut “le secours de la grâce et de la prière pour juger que l’Eglise catholique est l’Eglise de Dieu”. Et c’est parce que les traditionalistes n’ont pas demandé dans leurs démarches le secours de la grâce et de la prière qu’ils ont pu associer ou confondre VATICAN II et l’Eglise Dieu. S'ils l'avaient fait, Dieu leur aurait "envoyé un ange" plutôt que de les laisser "encourir l'éternelle damnation" (Saint Thomas) que mérite leur appartenance et leur complicité à l'église de VATICAN II.
Citation :
La Foi en Dieu est intimement liée à la Foi à l’Eglise.
"Toutes les vérités de la Foi découlent du principe de la Foi en Dieu comme vérité première "(Saint Thomas.)
Il paraît logique de demander à Dieu les grâces et les lumières pour croire ce qu’Il veut que nous croyions. Et comme Il veut nécessairement que nous appartenions à son Eglise, Il nous fera connaître son Eglise pour que nous Lui appartenions et cela si, et seulement si, nous le Lui demandons. Vous direz peut-être :
" Pourquoi demander à Dieu d'appartenir et de persévérer dans son Eglise ?" Pourquoi Lui faire connaître notre nécessité puisqu'il sait tout ce dont nous avons besoin ?"
Saint Thomas répond :
Citation :
"C'est que la prière n'a pas pour but d'éclairer Dieu ; elle est destinée seulement à nous rappeler quel besoin nous avons de Lui. (Som. théol Q 83, art 2)
Que doit-on croire ? Mais quel est objectivement ce que l’on peut croire sans aller contre la vérité ? On ne peut croire par la Foi que ce qui est de l’Eglise. Or, nous devons refuser de croire d’Eglise ce qui ne lui appartient pas. Les hérétiques de l’église de VATICAN II, cardinaux, évêques, prêtres et fidèles, ceux qui s’en réfèrent de près ou de loin ne peuvent pas être de l’Eglise catholique, parce que l’Eglise catholique n’est pas ce qu’elle ne peut être. L’Eglise catholique n’est pas davantage dans les hérétiques, les schismatiques et les apostats qu’elle n’est dans toutes les fausses religions. l’Eglise de Dieu n’est donc pas l’église de VATICAN II.
Les quatre principales vérités que nous devons croire sur l’Eglise. L’abbé Doney résume ses notes sur le neuvième article du symbole en quatre principales choses que nous devons croire en croyant à l’Eglise catholique.
Citation :
"- Premièrement ; qu’il n’y a point de salut hors du sein de l’Eglise catholique.
- Deuxièmement ; qu’elle sera prêchée à tous les hommes.
- Troisièmement ; qu’elle subsistera incorruptible jusqu’à la fin du monde.
- Quatrièmement ; que ceux qui meurent hors de son sein seront justement condamnés".



Voyez, mon cher JP B cette troisième impératif pour reconnaître l'Eglise et sa succession apostolique :
Citation :

Troisièmement ; qu’elle subsistera incorruptible jusqu’à la fin du monde.

Et cette vérité coupe la tête du Goliath traditionaliste, traditionalisme qui est sorti de l'église de Vatican II, montre qui n'a cessé d'agir au nom de l'église conciliaire et qui n'a fait que rabattre les faibles et imprudents vers l'église conciliaire en la reconnaissant divine.
Ce monstre traditionaliste qui a conquis le monde se fait couper la tête par cette seule vérité !

Autant de vérités par lesquelles nous sommes obligés de croire que l’église de VATICAN II est la vraie église... du démon ! ...puisqu’elle affirme le contraire de ces obligations de la Foi. Nous devons donc croire, aujourd’hui comme hier ; tout le contraire de “Lumen Gentium”. Nous croyons qu’il n’y a point de salut hors du sein de l’Eglise catholique et que les hérétiques, les schismatiques et tous les fidèles de l’église de VATICAN II (progressistes ou traditionalistes) seront justement condamnés.p 117 Nous devons obligatoirement appartenir à l’Eglise catholique pour nous sauver. Nous devons tout aussi impérativement ne pas appartenir à une secte ou à une fausse église “hors de l’Eglise point de salut”. Nous avons vu que, selon le raisonnement, nous pouvons être trompés pour savoir où est l’Eglise de Dieu et nous l’avons été. Le meilleur des raisonnements ne nous fait pas appartenir à l’Eglise catholique. (abbé Doney déjà cité.) Mais quelques lignes plus loin ce même théologien atteste que “nous avons besoin du secours de la grâce et de la prière pour faire ce discernement et pour juger que l’Eglise catholique est l’Eglise de Dieu; ici on commence à dire “je crois l’Eglise catholique”. Il est très aisé, en conséquence, d’affirmer qu’avec le secours de la grâce et de la prière, c’est dire avec ce que l’on reçoit de Dieu et ce qu’on lui demande pour avoir la Foi et nous maintenir dans cette Foi, on ne peut qu’appartenir à l’Eglise catholique avec la certitude de la Foi.



Certes, je m’excuse de cette longue citation. Mais ceci aura l’avantage définitif de ne plus croire que l’on peut venir à l’Eglise et croire en elle sans la foi.

D’autre part, si on étudie le principe de la grâce notamment dans l’étude de Saint Augustin, il affirme que l’homme par lui-même n’est capable que de commettre le mal et que toutes les lumières qu’il reçoit comme toutes les grâces pour accomplir les œuvres de la foi lui viennent de Dieu qui opère par son Esprit saint. Il y a cependant bon nombre d’argument de raison à apporter à ce sujet.

Où est l’Eglise ?

Il nous est dit dans la prophétie de la Salette que l’Eglise sera éclipsée. Or, le soleil ou quelque autre chose éclipsée, c’est un soleil ou une chose que l’on ne voit pas. On ne peut donc pas s’étonner de ne pas voir ce qui est éclipsé. Mais ce serait un autre écueil de croire que ce qui est éclipsé et qui, en conséquence, on ne peut pas voir, n’existe pas.

D’ailleurs si l’on ne croyait qu’en ce que l’on voit, on ne croirait pas au Dieu invisible. Tout ce qui existe sans qu’on le voit est beaucoup plus impressionnant que ce qui existe et qu’on voit. Le Dieu de Moïse est beaucoup plus imposant que le Dieu de la crèche.

Cependant, une éclipse n’est pas la nuit noire et ce n’est pas une contradiction de dire : « je regarde l’éclipse » même quand on ne voit plus du tout la partie cachée. On continue de voir des effets de lumière. La sainte Vierge à la Salette aurait très bien pu dire que l’Eglise aura complètement disparue, c’est à dire qu’il serait impossible d’en voir une petite partie ou quelques effets. Mais elle ne l’a pas dit.

Si la Sainte Vierge dit que l’Eglise sera éclipsée, il ne peut s’agir que de l’Eglise militante car l’Eglise souffrante et triomphante n’ont jamais été visibles sur terre.

Quand on pense habituellement à une éclipse, on pense naturellement à une éclipse totale ou, du moins, on peut penser à une éclipse totale. Or, la partie importante de l’Eglise militante, même si ce n’est pas la plus nombreuse, c’est sans doute, le Pape et les évêques ainsi que leur juridiction qui assure l’enseignement infaillible sur la foi et les mœurs ainsi que la gestion du culte et des sacrements. Si donc cette partie était cachée, ce serait bien une éclipse totale ou presque totale.

Mais à cette comparaison, on peut opposer que si on admet que l’église de Vatican II n’est pas l’Eglise, il ne s’agit plus de Pape et d’évêques et de clercs catholiques cachés, il s’agit de leur absence, ce qui n’est plus la même chose.

Cependant, à ceci on peut répondre avec le même argument que pour la primauté de Pierre. « Pastor aeternus » affirme infailliblement que la primauté sera toujours avec Pierre mais elle n’affirme pas qu’il y aura un pape sans interruption dans l’Eglise. De même quand Jésus dit à ses apôtres
Citation :
. « Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. » Mt 28:20

Cela veut dire absolument que Jésus sera avec ses apôtres jusqu’à la fin du monde mais cela ne veut pas dire ni que tous ses apôtres seront toujours avec lui jusqu’à la fin du monde ni, non plus, qu’il y aura des apôtres jusqu’à la fin du monde. L’indéfectibilité porte sur l’assistance absolue et constante de Jésus à ses apôtres, elle ne porte pas sur le fait qu’il y a des apôtres ou qu’il n’y en ait pas.

En effet, personne ne peut nier la primauté de Pierre sous peine d’hérésie. Mais peut-on dire pour autant que la primauté promise à Pierre est défectueuse ou qu’elle a défailli après la mort d’un pape, parce qu’il n’y a alors plus de pape ?

Est-ce que Jésus-Christ défaille quand il n’y a plus de pape et qu’il ne sert donc plus à rien que Jésus prie pour que sa foi ne défaille pas ?

Citation :
J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères. ( Lu 22:32 )

L’indéfectibilité vient de Dieu et est lié à Dieu. Les hommes individuellement ou en société ne sont pas indéfectibles. On ne connaît que l’exception du Souverain Pontife dans l’exerce de sa fonction, sur la foi et les mœurs, ce qui fait beaucoup de restrictions dans le cas unique d’indéfectibilité parmi les hommes. De plus, cette indéfectibilité, le Pape ne la reçoit pas de la nature mais par la grâce et elle n’est pas liée à sa vie mais à sa charge.

Imaginez qu’une explosion ait tué tous les apôtres. Est-ce qu’il n’y aurait plus d’Eglise. Imaginez qu’une persécution violente au III ème siècle ait supprimé tous les évêques, est-ce que l’Eglise aurait défailli, est-ce que Jésus-Christ n’aurait pas tenu ses promesses.

Mais, direz-vous l’assistance de Jésus-Christ consiste à ce qu’il reste toujours des apôtres. Donc si Jésus-Christ permettait que tous ses apôtres meurent ou que tous, ils apostasient, Il ne tiendrait pas ses promesses.

C’est votre opinion, c’est et ce doit être sans doute le grand désir de tout catholique mais ce n’est ni certain, ni de foi.

Sans doute Jésus peut empêcher qu’il n’y ait plus d’évêque catholique. Peut-être l’a-t-Il empêché à l’heure qu’il est et en a-t-Il conservé un, caché ?

Ce n’est qu’une hypothèse à laquelle on peut en ajouter une autre où Jésus aurait permis la disparition de tous les évêques. Et si vous vous scandalisez, dites-nous alors ce qui vous fait dire d’une manière certaine qu’il y aura toujours des évêques ?

Veuillez bien répondre et nous dire si Jésus n’a pas le pouvoir ou ne peut pas donner le pouvoir pour sacrer un ou plusieurs évêques dans le cas où il n’y en aurait plus ?
En effet, il semble qu’il ne convient pas de croire que la disparition de la hiérarchie durera toujours.

L’autre particularité d’une éclipse, c’est que ce qui disparaît revient ensuite. Donc, on ne peut pas non plus croire que l’éclipse de la hiérarchie sera définitive. Qui seront les personnes qui seront appelées à occuper les postes de la hiérarchie ? Je n’ai aucune lumière prophétique sur ce sujet.

Je vais maintenant aborder la question de la visibilité selon le traditionalisme et je serai bref.

La visibilité de l’Eglise d’après le traditionalisme se trouve réalisée dans la visibilité de l’église conciliaire. Sans doute, nos amis les traditionalistes ont résolu le problème de la visibilité. L’abbé Laurençon recense 400.000 prêtres catholiques dans le monde. Mais ils n’ont résolu que le problème de la visibilité et seulement la visibilité de la fausse église conciliaire. En effet, ils ont raison sur ce point. Cette église est bien visible. Mais c’est la seule prérogative qu’elle ait. Elle n’est ni une, ni sainte, ni catholique, ni apostolique.

Les traditionalistes pensent avoir résolu le problème de l’indéfectibilité parce que leur église est visible. Mais il n’ont rien prouvé du tout. Depuis le début du christianisme, le point commun à toutes les fausses religions, c’est d’être visibles, trop visibles d’ailleurs et jamais aucune d’elle ne s’est cachée.

On nous objectera :

Citation :
« Peut-être que nos apôtres ont une doctrine plus ou moins sûre mais dans votre Eglise, il ne peut y avoir de problème de doctrine parmi vos apôtres puisque vous n’en avez aucun. Comment votre Eglise peut-elle être apostolique puisque vous n’avez pas d’apôtre ?»

L’objection semble sérieuse.

L’Eglise que Jésus-Christ a fondée est sans doute une Eglise avec un Pape et des évêques. Or, cette église s’est continuée jusqu’à nous sans qu’aucun hérétique ou schismatique n’oppose l’argument qu’il ne s’agissait pas de l’Eglise de Jésus-Christ parce qu’elle s’était éteinte à la mort du Chef que Jésus lui avait donné. S’il n’y a pas eu d’interruption d’évêques dans l’Eglise jusqu’au XXème siècle, c’est par la grâce de Dieu sans doute. Mais il est évident qu’il est plus facile, selon l’ordre naturel, d’assurer une succession sans intermittence des apôtres qui sont en grand nombre et d’âge différend que d’assurer une vie de 2000 ans à Saint Pierre.

Il est évident que, dans son principe, l’Eglise ne peut exister sans Pape mais selon la contingence de la nature qui fait mourir les papes ou qui permet la vacance du Pape plusieurs années. l’Eglise continue alors d’exister sans Pape.

Il est, de même, évident que l’Eglise ne peut exister dans son fondement sans apôtres, une contingence naturelle peut les faire tous disparaître si Dieu le permet, bien qu’Il ne l’ait pas permis avant le XXème siècle.

Or, puisque la présence d’un pape n’est pas moins importante que la présence de tous les évêques dans l’Eglise, puisque l’indéfectibilité et l’assistance promise à l’Eglise ne s’appliquent pas moins au Pape seul qu’à tous les évêques réunis. La question importante est alors la suivante : Pourquoi l’Eglise serait plus invisible ou davantage menacée dans son fondement, sans évêque que sans pape ?

Le moment opportun est venu de s’adresser aux traditionalistes et à toutes ces « belles âmes » qui accordent à leur église la visibilité de certains évêques ou de tous les évêques de l’église conciliaire pour assurer l’indéfectibilité de l’Eglise de Jésus-Christ.

Veuillez m’excuse d’être si sévère mais je ne vois pas d’alternative et je suis obligé de leur dire comment ils assurent l’indéfectibilité de l’Eglise ou comment ils prétendent l’assurer.

Les traditionalistes et ceux qui, nombreux dans l’église conciliaire, assurent que leur église est indéfectible ne peuvent pas l’assurer par l’unité de la foi. Ils ne peuvent pas non plus l’assurer par la sainteté de leur église sinon que par les milliers de canonisations de Jean-Paul II mais leur grand évêque n’a-t-il pas dit mille fois au sujet de l’église conciliaire qu’un mauvais arbre ne peut porter de bons fruits ?

Les traditionalistes prouvent encore que l’Eglise conciliaire n’est pas sainte. Tous, en effet, vous disent qu’ils suivent la tradition pour le salut de leur âmes, pour pouvoir se sanctifier. Les traditionalistes ne peuvent pas dire qu’elle est catholique. J’ai même eu l’aveu d’une vingtaine de traditionalistes, assemblés à Lyon, qui ont affirmé que l’église de Vatican II n’était pas l’Eglise. Par contre, ces traditionalistes veulent bien affirmer que l’église de Vatican II n’est pas l’Eglise mais ils affirment que sans les évêques de l’église de Vatican II, il n’y aurait pas d’église catholique. Voilà donc comment ils assurent l’Apostolicité à leur église.

Le problème, c’est qu’ils assurent très mal l’apostolicité. Ils ne l’assurent même pas du tout. Mais de plus, ils avouent eux mêmes que l’église qu’ils veulent être l’Eglise indéfectible n’est ni une, ni sainte ni catholique.

La conclusion est fatale, je vous avais averti, elle est terrible :

Ce sont les traditionalistes qui assurent l’indéfectibilité de ce qu’ils croient l’Eglise. Pour eux, Jésus-Christ n’est pas capable, sans leur assistance, d’assurer l’indéfectibilité de son Eglise. Nous n’aurions plus à croire et par conséquent à CONSTATER l’indéfectibilité de l’Eglise. Non, nous devons la faire, l’établir, en préciser les règles.
L’indéfectibilité de l’Eglise ne peut, aujourd’hui comme hier, venir que de la grâce que le Seigneur accorde au peuple fidèle qui n’est composé que de catholiques.

Pour croire que l’indéfectibilité s’étend sur l’église conciliaire, il faut croire aux nouveaux principes de l’église de Vatican II selon lesquels les hérétiques et les schismatiques « ont avec l’Eglise la communion dans la prière et bien mieux, une véritable union avec l’Esprit Saint. » (Lumen gentium 15)

Et, fait remarquable, c’est aussi de cette même manière-là que les progressistes assurent l’indéfectibilité de l’Eglise.

Pour terminer sur notre propre sanctification et sur cette même question de l’indéfectibilité de l’Eglise, je propose de voir comment nous devons constater l’indéfectibilité puisque, comme il est évident, elle ne peut venir de nous.

Je ne dis pas qu’il soit facile d’y voir clair dans la situation actuelle, je ne dis pas que notre nature ignorante, faible et tordue ne puisse être ébranlée dans sa foi. Pourquoi Dieu ne permettrait-il pas que nous soyons secoués comme d’autres Job ? La foi consiste à croire et donc, sur ce sujet, nous devons croire à l’indéfectibilité de l’Eglise. Comment croire alors que tant d’autre ont perdu la foi sur ce sujet ?

En disant que l’indéfectibilité que Dieu donne à son Eglise vient de Lui et non pas des hommes, on ne dit rien de bien extraordinaire. Mais la dépendance que nous avons par rapport à Dieu ne s’arrête pas là. C’est que la foi en l’indéfectibilité vient aussi du même Dieu. Mais malheureusement malgré la simplicité de cette autre vérité, on croit que tout ce qui vient de Dieu, ainsi que tout ce qui tombe du ciel vient tout seul. C’est probablement à cause de cette libéralité de Dieu qui nous donne presque tout sans qu’on le lui demande, aux bons comme aux méchants que les catholiques ne pensent pas à lui demander ce dont ils ont besoin. Et autant il est superflu de s’inquiéter des biens matériels et par conséquent de les réclamer à Dieu, autant il est utile de désirer et de demander les biens spirituels.

Ces biens qui font défaut aujourd’hui aux traditionalistes, il nous faut les désirer, les demander avec instance à Dieu et à toute sa cour céleste sinon nous les perdrons. Nous devons même prier pour que ceux qui les ont perdus les redemandent pour qu’ils les retrouvent. Nous devons prier pour les traditionalistes. Il faut prier Dieu mais ne pas oublier que prier c’est demander. Prier Dieu c’est demander, c’est rechercher le Royaume de Dieu.

Cette recherche est d’ailleurs naturelle à l’homme. Regardez autour de vous avec quelle avidité les hommes de la Cité du Mal recherchent l’argent, le confort, l’affection et jusqu’aux choses les plus honteuses.

Nous devons aussi chercher mais chercher le Royaume de Dieu et la piste n’est certes pas mauvaise puisque le Seigneur nous dit que, par ce moyen, tout le reste nous sera donné par surcroît.

Citation :
Citation :
J'aime ceux qui m'aiment, et ceux qui me cherchent me trouvent.( Pr 8 : 17)

Tous les jours ils me cherchent, Ils veulent connaître mes voies ; Comme une nation qui aurait pratiqué la justice Et n'aurait pas abandonné la loi de son Dieu, Ils me demandent des arrêts de justice, Ils désirent l'approche de Dieu. –( Isa 58 : 2 )
Citation :

Alors ils m'appelleront, et je ne répondrai pas ; Ils me chercheront, et ils ne me trouveront pas. (Prov. : 28)
Citation :

Parce qu'ils ont haï la science, et qu'ils n'ont pas choisi la crainte de l'Éternel, (29)
Citation :
Parce qu'ils n'ont point aimé mes conseils, et qu'ils ont dédaigné toutes mes réprimandes, (30)
Citation :

Ils se nourriront du fruit de leur voie, et ils se rassasieront de leurs propres conseils, (31)
Citation :
Car la résistance des stupides les tue, et la sécurité des insensés les perd ; (32)
Citation :
Mais celui qui m'écoute reposera avec assurance, Il vivra tranquille et sans craindre aucun mal. (33)
Citation :
Connaissons, cherchons à connaître l'Éternel ; Sa venue est aussi certaine que celle de l'aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, comme la pluie du printemps qui arrose la terre. (Osée 6:3)

Et pour finir le Cardinal PIe :

Citation :
: «...Mais le dernier mot de la ruine n’est pas dit. Le jour où la papauté serait jetée hors de la place que Dieu lui a marquée, attendez-vous à un ébranlement tel qu’il n’y en a pas eu depuis l’heure du Calvaire...si l’heure de l’agonie sonne de nouveau pour le Christ dans la personne de son vicaire, si le chef de la chrétienté est frappé de mort civile, il y aura pour la terre des commotions, des secousses, des convulsions, sans pareilles ; car, quelques soient les dimensions de notre planète, elle n’a point de place pour un tel mort....la terre sera donc tremblante sur sa base et agitée dans ses entrailles, elle ne retrouvera pas son assiette, jusqu’à ce qu’une secousse favorable ait réparé la perturbation et le désordre apportés à l’équilibre politique du monde chrétien par la disparition de son chef.
«Cette réparation viendra. Ce qu’un choc funeste a renversé, un choc meilleur le relèvera ».
Cardinal Pie Tome 7, pages 361 et sv.


Vous voyez donc, mon cher JP B, que la prophétie du Cal Pie ne colle pas avec la triste succession apostolique de votre église. Il ne dit pas l'horreur de l'ecclésiastique Guérard qu'un successeur de Pierre enseignera une autre doctrine mais que :
Citation :
la papauté serait jetée hors de la place que Dieu lui a marquée
Il dit que le pape sera frappé de mort civil or, vos Paul VI, JP two et Ratzinger ont une reconnaissance civil que jamais les vrais papes n'ont eu au point que les Bush, Clinton et Cie viennent s'agenouiller devant leur dépouille.
Le Cardinal Pie en parlant de l'Eglise nous parle de la DISPARITION de son chef....alors...d'après vous, le Cardinal Pie il y croyait ou il n'y croyait pas à la sucession apostolique ?


Suite de cette question au prochain post
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 22:10

Dans un message (le dernier) enfin d'une autre teneur que les précédents et enfin intéressant (merci Gérard !...), celui-ci a écrit cette phrase à la fin du paragraphe qui suit sa citation de L’abbé Doney : « [...]c’est parce que les traditionalistes n’ont pas demandé dans leurs démarches le secours de la grâce et de la prière qu’ils ont pu associer ou confondre VATICAN II et l’Eglise Dieu. [...] »

Il faut remarquer que tous les “traditionalistes” (dont Gérard semble ne pas vouloir faire partie comme s'il était moderniste !...) n'ont pas « [associé] ou [confondu] VATICAN II et l’Eglise Dieu » : Mgr Guérard des Lauriers a toujours proclamé que les erreurs de ce conciliabule n'étaient pas, ne venaient pas, de notre Mère la Sainte Église Catholique, ni, partant, de l'Esprit-Saint, mais de l'ange des ténèbres et que, donc, celui qui les avait promulguées au sein (lors de la cloture) d'un concile censé être œcuménique (Magistère universel toujours infaillible, que ce Magistère universel soit solennel comme devrait l'être un concile œcuménique, ou qu'il soit ordinaire comme l'a fallacieusement prétendu Paul VI – pour l'infaillibilté du Magistère universel, cf. la Constitution dogmatique Dei Filius, chap. 3 De fide, § 4) c'est-à-dire Paul VI, ne pouvait pas, au moins à partir du 7 décembre 1965 date de cette promulgation, être formellement Pape.
Ceux qui ainsi ont suivi Mgr Guérard des Lauriers n'ont pas non plus « [associé] ou [confondu] VATICAN II et l’Eglise Dieu », c'est bein évident !...
Néanmoins, pour comprendre cela, il est nécessaire de ne pas s'imaginer qu'un « non-Pape formaliter » (ou, pour faire court, un « “pape” materialiter ») serait, en réalité ou même seulement aux yeux de ceux qui emploient de telles formules, un peu Pape quand même : quand il n'y a pas la forme (accidentelle comme c'est le cas en l'occurrence) il n'y a pas l'objet déterminé par cette forme et, quand cette forme absente est accidentelle, comme c'est le cas en l'occurrence, il n'y a que la matière (là, la personne) en puissance de recevoir cette forme ainsi que l'enseigne St Robert BELLARMIN. (Voilà pourquoi ce saint Docteur de l'Église répond au Cardinal CAJETAN que ce n'est pas un Pape que les cardinaux, qui élisent le Pontife, déposent quand ils jugent la personne qui devrait être Pape et ne l'est pas pour raison d'hérésie, car, par leur élection, ils « n'exercent pas leur autorité sur le Pontife, puisqu'il n'existe pas encore, mais sur la matière, c'est-à-dire, sur la personne qui est disposée par l'élection à recevoir de Dieu la forme du Pontificat. ») Autrement dit, un « “pape” materialiter » est l'élu des hommes (cardinaux) et, à ce titre, possède les pouvoirs donnés par les seuls hommes, mais, n'ayant pas reçu de Dieu (pour une raison x ou y) la forme du pontificat, il n'a aucun pouvoir sur l'Église de Dieu selon le Droit divin.


Cela dit, après sa citation de la « Som. théol Q 83, art 2 », Gérard écrit avec juste raison : « Que doit-on croire ? Mais quel est objectivement ce que l’on peut croire sans aller contre la vérité ? On ne peut croire par la Foi que ce qui est de l’Eglise. Or, nous devons refuser de croire d’Eglise ce qui ne lui appartient pas. [...] »

Cependant, il ajoute : « Les hérétiques de l’église de VATICAN II, cardinaux, évêques, prêtres et fidèles, ceux qui s’en réfèrent de près ou de loin ne peuvent pas être de l’Eglise catholique, parce que l’Eglise catholique n’est pas ce qu’elle ne peut être. L’Eglise catholique n’est pas davantage dans les hérétiques, les schismatiques et les apostats qu’elle n’est dans toutes les fausses religions. »
Une fois de plus, il confond un enseignement et ceux qui le dispensent. Mais, de plus, en disant cela, il se prend, comme il a déjà été dit maintes fois, pour l'Autorité dans l'Église, excommuniant de son propre chef ! No ...

Après cela,
Gérard a écrit:

[...]
Citation :
Troisièmement ; qu’elle subsistera incorruptible jusqu’à la fin du monde.

Et cette vérité coupe la tête du Goliath traditionaliste, traditionalisme qui est sorti de l'église de Vatican II, montre qui n'a cessé d'agir au nom de l'église conciliaire et qui n'a fait que rabattre les faibles et imprudents vers l'église conciliaire en la reconnaissant divine.
Ce monstre traditionaliste qui a conquis le monde se fait couper la tête par cette seule vérité !

[...]

Cela est bien sûr entièrement faux pour Mgr Guérard des Lauriers et ses disciples comme il a été montré plus haut ! Smile ...


Gérard fait ensuite une longue déclaration avec laquelle nous ne pouvons qu'être entièrement d'accord et avec laquelle nous avons toujours été d'accord ! Mais lui, dans sa super surexcitation et l'incompréhension bornée de notre exacte position, s'imagine toujours que nous n'y sommes pas...

A la suite de quoi
Gérard a écrit:

[...]
Citation :
. « Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. » Mt 28:20

Cela veut dire absolument que Jésus sera avec ses apôtres jusqu’à la fin du monde mais cela ne veut pas dire ni que tous ses apôtres seront toujours avec lui jusqu’à la fin du monde ni, non plus, qu’il y aura des apôtres jusqu’à la fin du monde. [...]

(Souligné par JP B.)

Voilà l'hérésie de Gérard !
S'il n'y a plus d'Apôtre avant la fin du monde elle-même, il n'y a plus l'Apostolicité dans l'Église (une des ses quatre notes indispensables) et, donc, il n'y a plus d'Église : Gérard a fait mourir l'Église... affraid

D'où l'importance de cette question :
« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

Il y a toujours des Apôtres (au moins en puissance) même quand il n'y a pas de Pape !
Et quand il y a un élu sans que celui-ci soit Pape en acte, on ne peut plus dire simpliciter « il n’y a plus de pape » mais : il n'y a plus de Pape formaliter...

« Imaginez qu’une explosion ait tué tous les apôtres », écrit Gérard qui nage donc dans... la folle du logis qu'est l'imagination !...
Nous refusons, pour notre part, d'être dans l'imagination, et voulons rester dans la réalité !...

Gérard a écrit:


[...]

Mais, direz-vous l’assistance de Jésus-Christ consiste à ce qu’il reste toujours des apôtres. Donc si Jésus-Christ permettait que tous ses apôtres meurent ou que tous, ils apostasient, Il ne tiendrait pas ses promesses.

C’est votre opinion, c’est et ce doit être sans doute le grand désir de tout catholique mais ce n’est ni certain, ni de foi.

[...]

Si ! Contrairement aux révélations de La Salette (dont, pourtant, il ne faut pas se moquer ; et nous ne nous en moquons pas) cela est de Foi :
  1. Il est de Foi que la Sainte Église Catholique substitera sur terre jusqu'à la fin du monde ;

  2. Il est de Foi que l'Église Une, Sainte et Catholique, est également Apostolique et donc il est de Foi qu'il y aura des (ou au moins un) Apôtre(s) jusqu'à la fin du monde !


Gérard (ou peut-être quelqu'un d'autre qui lui a préparé le travail comme on peut le subodorer par le pluriel employé dans cette proposition : « dites-nous alors ce qui vous fait dire d’une manière certaine qu’il y aura toujours des évêques ») enfin, admettons : Gérard demande « Veuillez bien répondre et nous dire si Jésus n’a pas le pouvoir ou ne peut pas donner le pouvoir pour sacrer un ou plusieurs évêques dans le cas où il n’y en aurait plus ? »
Notre-Seigneur a certes ce pouvoir ! Mais je ne crois pas une seconde qu'il fera une telle chose car
  1. les conditions qui l'amèneraient à cela feraient que l'Apostolicité est rompue, ce qui est impossible !

  2. S'Il faisait cela, l'Apostolicité étant rompue, Il fonderait une seconde Église et cela irait contre la note de l'Unité de la Sainte, Catholique et Apostolique Église qu'Il a fondée une fois pour toutes par Sa mort sur la Croix...


Cela dit, nous nous moquons éperdument de « la visibilité selon le traditionalisme » !
Nous ne sommes pas “traditionalistes” mais Catholique intégraux !


Plus loin, Gérard pose cette question : « Pourquoi l’Eglise serait plus invisible ou davantage menacée dans son fondement, sans évêque que sans pape ? »
Il est impossible, cela est affirmé entre autres par Dom Guéranger, que, simultanément, il n'y ait plus de Pape ni d'électeurs du Pape !
Celui qui pose une telle question est un bien piètre théologien... Et l'est encore bien moins que JP B qui ne l'est déjà pas !...


Cela dit, nous nous moquons éperdument de la façon dont les “traditionalistes” envisagent « l’indéfectibilité de l’Eglise de Jésus-Christ » !
La FSSPX, par exemple, baigne dans l'hérésie, certes autre que celle de Gérard, mais hérésie cependant : elle nie l'infaillibilité du Magistère ordinaire et universel ou la réduit au fameux canon de St Vincent de Lérins (qui montre, certes, ce qui appartient au Magistère universel ordinaire, mais celui-ci ne se limite pas à cela) comme si ledit Magistère n'était pas un Magistère vivant...

Nous nous moquons des “traditionalistes” et de ce qu'ils pensent : nous ne sommes pas “traditionalistes” mais Catholique intégraux !

« Le problème, écrit Gérard, c’est qu’ils assurent très mal l’apostolicité. Ils ne l’assurent même pas du tout. [...] »
Et lui, comment voit-il aujourd'hui l'Apostolicité ?
« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

« La conclusion » n'est “fatale” et “terrible” que pour ce pauvre Gérard : sa position rompt l'Apostolicité et, ce faisant, fait nécessairement mourir l'Église, et le projette ainsi dans l'hérésie au moins matérielle !...

« Pour croire que l’indéfectibilité s’étend sur l’église conciliaire » de manière uniquement matérielle, il ne faut pas « croire aux nouveaux principes de l’église de Vatican II selon lesquels les hérétiques et les schismatiques « ont avec l’Eglise la communion dans la prière et bien mieux, une véritable union avec l’Esprit Saint » (Lumen gentium 15) » (nous récusons Lumen gentium !...) mais il faut croire, puisque nous n'avons pas l'Autorité pour le faire, que ceux que Gérard affirme appartenir à ce qu'il appelle « l'église conciliaire » ne sont pas exclus, malgré leurs hérésiens au moins matérielles, pas plus que lui, Gérard, de notre miséricordieuse Mère, la Sainte Église Catholique.
Nous refusons, contrairement à Gérard, d'usurper l'Autorité !...

Les progressistes « assurent l’indéfectibilité de l’Eglise » en affirmant que la hiérarchie actuelle assure formellement l'Apostolicité, ce qui, en raison de ses hérésies, est impossible !
Mais, pour comprendre cela, il faut admettre la distinction entre ce qui est formel et ce qui n'est que matériel... Smile

L’indéfectibilité « que Dieu donne à son Eglise vient de Lui et non pas des hommes » mais elle vient à Son Église de la manière qu'Il a de toute éternité voulue c'est-à-dire par l'intermédiaire de ses Pasteurs (Pape et Évêques unis au Pape) et non de la manière que Gérard imagine dans sa propre tête !...


Demander « avec instance à Dieu » de nous éclairer sur ce dont nous sommes déjà certains par la Foi qu'Il nous donne, c'est
  1. se moquer de Lui et de la Foi qu'Il nous communique ;

  2. risquer de perdre la Foi ; et même

  3. ne pas avoir Foi en Lui et se défier des enseignements de Son Église (avant Vatican II) ce qui est opposé, per diametrum, à l'acte de Foi qui nous fait proclamer « mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que Vous avez révélées et que Vous nous enseignez par Votre Église parce que, étant la Vérité même, Vous ne pouvez ni Vous tromper ni nous tromper ! »...

Ce que nous devons, entre autres, demander à Dieu, c'est l'humilité de nous tenir dans Sa sainte dépendance et à notre place qui n'est pas celle de l'Autorité dans l'Église !...


Quant au Cardinal Pie, ou bien il parle de la « mort civile » (et non de la mort morale – contrairement à Gérard !...) du Pape et de presque tous ses électeurs en en laissant subsister au moins un, ou bien il parle de la fin du monde et la « secousse favorable [qui réparera] la perturbation, [cette] réparation [qui] viendra, [ce] choc meilleur [qui] relèvera [le] monde chrétien », c'est la résurrection générale !...


Ce qui précède, dans le présent message, montre combien Gérard, dans la fin de son message à lui, pédale dans la mélasse en ne distinguant toujours pas ce qui est formel et ce qui n'est que matériel.


Une suite nous est promise pour répondre à cette question :
« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

Attendons donc patiemment, mais fermement ! Suspect ...

(Il faudrait aussi ne pas oublier la première question : Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? [C'est vous qui sous-entendez la chose ici, 2ème § !...])
lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Sam 12 Nov - 22:53

JP B a écrit :

Citation :
Plus loin, Gérard pose cette question : « Pourquoi l’Eglise serait plus invisible ou davantage menacée dans son fondement, sans évêque que sans pape ? »
Il est impossible, cela est affirmé entre autres par Dom Guéranger, que, simultanément, il n'y ait plus de Pape ni d'électeurs du Pape !
Celui qui pose une telle question est un bien piètre théologien... Et l'est encore bien moins que JP B qui ne l'est déjà pas !...

Même si une question posée est celle d'un "piètre théologien", il est toujours nécéssaire de prendre la peine d'y répondre.
Or, j'ai posé comme question :

Citation :
« Pourquoi l’Eglise serait plus invisible ou davantage menacée dans son fondement, sans évêque que sans pape ? »

JP B me répond que cela est impossible qu'il n'y ait pas en même temps ni pape, ni électeurs du pape...or, cette belle affirmation ne répond pas à la question de savoir de qui des évêques ou du pape est le plus important dans l'église.
D'ailleurs, les cardinaux de ton église susceptible d'élire le pape de ton église, à quoi d'autre servent-ils sinon à élire un nouveau pape de la même fausse église hérétique pour continuer de répandre la doctrine syncrétique de Vatican II.

Pour toi, tu es rassuré. Il y a des évêques pour continuer ce cirque antechristique.

Léon XIII a prédit dans son exorcisme la chose suivante :
Citation :
"Là où fut institué le Siège du Bienheureux Pierre, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété"

Cher JP B, cette prophétie s'est-elle réalisée à Vatican II ...ou ne s'est-elle pas réalisée.

Si elle s'est réalisé comme il est assez clair, c'est qu'à Rome, il n'y a plus le Siège du Bienheureux Pierre ni de succession apostolique....ou alors il faudrait dire que "le Trône de leur abomination " qu'ils ont établi a Rome EST et CONTINE d'être Le Siège du BIenheureux Pierre et le maintien de la SUCCESSION APOSTOLIQUE.

Vous croyez vous démarquer de la Frate par votre démarche Gérardienne. Mais elle n'a AUCUNE originalité car ELLE AFFIRME LA MEME chose dans sa conclusion :

Que dit l'écclésiastique Lefèbre au sujet de l'interprétation de la Sallette ? :

Citation :
LE SIEGE DE L'INIQUITE, Vous savez bien, mes bien chers frères, car on a dû vous le dire, que Léon XIII dans les visions prophétiques qu'il a eues a dit qu'un jour le siège de Pierre serait celui de l'iniquité. Il l'a dit dans l'un de ses exorcismes. Est-ce que c'est aujourd'hui ? Est-ce que c'est pour demain ? Je ne sais pas, mais en tout cas cela a été annoncé.
(homélie des sacres 1988)

Vous refusez le message de la Salette parce qu'il condamne votre doctrine sur l'Eglise.
Voyez l'ecclésiastique Lefèbvre OSE dire que la Vierge Marie aurait dit que
Citation :
"un jour le siège de Pierre serait celui de l'iniquité"
SCANDALEUX, BLASPHEMATOIRE, MENSONGER car la Vierge n'a surtout pas dit cela, INFÄMANT POUR LE SIEGE DE PIERRE"

Mais mon cher JP B, vous pourriez écrire des millions de pages pour justifier votre thèse, cependant avec cette maudite THESE, vous renverser l'Eglise comme l'a fait le fondateur d'Ecône !
Oui VOTRE THESE n'est que cela :
Citation :
"LE SIEGE DE PIERRE EST CELUI DE L'INIQUITE"

Et avec cela vous vous prétendez le grand défenseur de la Succession apostolique... mais vous plaisantez ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 2:56


Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) posées antérieurement aux siennes :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (c'est vous qui sous-entendez la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant que vous soutenez qu'il n'y a plus, depuis belle lurette, d'Église enseignante mais une secte conciliaire, je vous pose solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE VOUS DITES Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




Veuillez bien répondre positivement (non par d'autres questions ou/et des messages de dérobade selon votre détestable habitude...), s'il vous plaît, aux deux questions.
Merci d'avance !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 10:53

Comme je l'avais annoncé je réponds encore à la seconde question de JP B.

Visibilité de l’Eglise

Le catéchisme du Concile de Trente parle de la visibilité de l’Eglise dans son chapitre qui décrit l’Unité de l’Eglise :
Citation :
« L’église est une….parce qu’il n’y a dans l’Eglise qu’un seul chef, un seul conducteur invisible, qui est Jésus-Christ établi par le Père Eternel, chef de toute l’Eglise, qui est son corps ; et un seul chef visible qui est le successeur légitime de saint Pierre sur le Siège de Rome. »

Ainsi le catéchisme du Concile de Trente ne met pas d'un côté l'unité de l'Eglise et de l'autre sa visibilité comme le fait l'ecclésiastique Guérard qui prétend que la visibilité des papes conciliaires se maintiendrait en dépit de la perte de l'unité de doctrine


Le saint Concile cite, sur le même sujet, ces paroles de Saint Ambroise :

Citation :
« …Une Eglise visible avait besoin d’un chef visible ; donc notre Sauveur établit Saint Pierre, pasteur et chef de tout le troupeau des fidèles, lorsqu’Il lui confia la charge de paître ses brebis. »

On rencontre encore la visibilité de l’Eglise dans sa catholicité, comme le signale le Catéchisme du Concile de Trente en citant tout d’abord Saint Augustin :

Citation :
« par la lumière de la foi, elle s’étend depuis l’Orient jusqu’au couchant »


Plusieurs passages de la Sainte Ecriture évoquent la visibilité de l’Eglise :

Citation :
« Il nous a rachetés pour Dieu dans son sang, en nous tirant de toutes les tribus, de toutes les langues, de toutes les nations et de tous les peuples, et qu’il nous a fait roi pour notre Dieu. » (Apoc 5:9)

Citation :
« demandez-moi et je vous donnerai les nations pour héritage, et pour royaume toute l’étendue de la terre » (Ps 2:Cool

Citation :
« Je placerai l’Egypte et Babylone parmi ceux qui me connaissent, et plusieurs serviteurs naîtront en son sein. » (Ps 87:4)
Citation :

« Tous ont été posés et établis sur Jésus-Christ, la pierre angulaire, qui, des deux peuples, n’en a fait qu’un, et qui a annoncé la paix avec ceux qui étaient loin, comme à ceux qui étaient près. » (Eph 2:20), (Eph 2:14), (Ps 2:17).

Il semble encore que l’on rencontre la visibilité de l’Eglise dans la considération de l’Eglise en tant que société.
Le catéchisme du Concile de Trente traitant de la communion des saints dit :

Citation :
« Saint Jean l’évangéliste, écrivant aux fidèles sur les mystères de la foi, dit que la raison pour laquelle il les en instruit, c’est afin qu’ils soient en société avec les saints, et que leur société soit avec le Père et Jésus-Christ son fils. » (Joan 1 :3)

La visibilité de l’Eglise, c’est donc aussi cette société d’hommes sur la terre, société liée « avec les saints » et liée « avec le Père et Jésus-Christ son fils. »
Si la visibilité de l’Eglise se trouvait dans l’église de Vatican II, alors, sans doute, elle serait la véritable Eglise.

Le neuvième article de notre Credo nous oblige de croire à l’Unité, la Sainteté, la Catholicité et l’Apostolicité de l’Eglise. Le catéchisme détermine la visibilité de l’Eglise que nous devons donc croire aussi. Cependant, une chose ou une personne peut être visible en soi sans être vue par les autres.

Voici un exemple qui vous concerne :
Vous êtes un enfant, de sexe masculin : ceci, c’est votre identité. Bien sûr, vous êtes visible et vous ne pouvez pas devenir invisible. Mais vous remarquerez que si personne ne vous voit, vous n’êtes pas pour autant invisible.
Donc, derrière la qualité « visible » de quelque chose ou de quelqu’un visible en soi, il y a deux éventualités à considérer :

· Soit cette chose ou cette personne est visible et en même temps elle est vue, ce qui la rend visible aux autres.
· Soit cette chose ou cette personne n’est pas vue, ce qui ne la rend pas invisible en soi mais invisible aux autres parce que non-vue par les autres.

Ma démarche n’est donc pas de dire que l’Eglise puisse être invisible et uniquement mystique comme l’ont avancé les hérétiques, ce qui est faux. C’est plutôt de faire remarquer que tout ce qui est visible peut l’être un peu plus, ou un peu moins et, parfois même, beaucoup plus ou beaucoup moins.

Exemple : la Puissance de Dieu est visible et manifeste dans la Création, mais cette Puissance semble invisible aux hommes qui la méprisent. Cette Puissance sera infiniment plus visible au Jugement dernier où aucun homme ne pourra penser à autre chose qu’à cette Puissance manifestée. Cette Puissance s’est d’ailleurs déjà manifestée d’une manière beaucoup plus visible en certaines occasions comme au moment où Dieu apparaît à Moïse au Sinaï.

Le problème à résoudre est le suivant :
Les traditionalistes estiment que si les papes et les évêques, depuis le Concile, ne font pas partie de l’Eglise, c’est que, contre Sa promesse, Jésus-Christ a abandonné son Eglise et qu’il n’y a plus de possibilité de croire à l’Eglise « visible », particularité de l’Eglise qu’on est tenu de croire.

Les traditionalistes résolvent ainsi ce problème : donc, les papes ou les évêques conciliaires ou du moins les meilleurs ou les plus traditionnels d’entre eux, sont la hiérarchie de l’Eglise. Ils sont la visibilité de l’Eglise.

Les traditionalistes, sans doute, résolvent le problème de la visibilité mais il ne résolvent que la visibilité de l’église conciliaire. Cette visibilité de la fausse église a été assurée par de nombreux évêques apostats de l’Eglise catholique qui l’ont fondée au Concile Vatican II.
Ce que l’on peut dire négativement mais dogmatiquement, c’est que l’Eglise ne peut pas être là où il n’y a pas la foi, puisque la foi fait l’Eglise et que sans la foi nul ne peut prétendre appartenir à l’Eglise.

Même le fondateur d'Ecône a été obligé d’affirmer cette vérité bien qu’il n’en ait pas suivi les conséquences incontournables. Il dit en effet :

Citation :
« c'est la foi qui est la base de toute visibilité de l'Église » rapporté dans « Nouvelle de Chrétienté » N° 93 mai-juin 2005.

Alors pourquoi est-il resté inconséquent, et qu'il a voulu lier et unir la visibilité de l'Eglise avec la secte de Vatican II dont il avouait qu'elle n'avait pas la foi ?

La raison est bien simple ! Lorsque l'on est évêque, on ne commence pas par donner ou maintenir la foi des fidèles...on commence par adhérer soi-même à l'Eglise catholique pour être à même de transmettre la foi reçue.

Or, les ecclésiastiques traditionalistes dans l'ordre de leur démarche, De Nantes, Barbara, Coache, Guérard, Lefèbvre ont cru pouvoir maintenir la Tradition de l'Eglise catholique SANS se séparer de la Secte de Vatican II...et en cela et à cause de cela, malgré leurs belles envolées mystiques en faveur d'une croisade de Tradition catholique, ils n'ont été, qu'ils l'aient voulu ou non, que les vulgaires propagateur de la secte à laquelle ils ont simplement ajoutée des couleurs traditionalistes qui finalement ne lui ont pas déplu !

Positivement, on peut dire que l’Eglise se trouve en même temps que chacune de ses marques d’identité.

La première marque de l’identité de l’Eglise est son Unité. Il est donc absolument certain que l’on ne trouvera pas cette unité dans l’église du syncrétisme, dans l’amalgame de toutes les fausses religions. Il est donc encore plus certain que l’on ne rencontrera jamais l’Unité, ni l’Eglise, dans une religion qui a pour principal fondement le syncrétisme.
Cette religion du syncrétisme, vous la connaissez. Si vous ne la connaissez pas, ce n’est pas faute qu’elle ne se soit fait connaître. Elle sévit depuis plus de 50 ans en se faisant l’oracle du syncrétisme universel.
La doctrine de cette église de Vatican II est la suivante :

Citation :
« Toutes les religions assurent, chacune dans leur genre et à leur manière, le salut de l’homme »

Je n’invente rien, il suffit de vous donner les bases de sa Constitution, il s’agit de « Lumen Gentium » sous titré « Constitution dogmatique de l’Eglise »
Voici comment l’église de Vatican II voit le salut de l’homme dans les fausses religions :

Citation :
"En effet, ces gens-là tiennent en honneur la Sainte Ecriture comme leur règle de foi et de vie. Ils croient aussi au Dieu Père Tout-puissant et au Christ, Fils de Dieu sauveur. Ils sont marqués par le baptême qui les unit au Christ. Ils ont avec l’Eglise la communion dans la prière et bien mieux, une véritable union avec l’Esprit Saint. »

N’est-ce pas une déclaration du salut des hérétiques et des schismatiques ?
Mieux encore, la religion de Vatican II établit les hérétiques et les schismatiques dans l’unité. Il s’agit bien sûr d’une nouvelle unité qu’elle prend la peine de définir :
Citation :

"Il est vrai qu’ils ne professent pas intégralement la foi et ne gardent pas l’unité de la communion avec le successeur de Pierre. Mais ne peut-on pas dire néanmoins que cette unité provient de multiples raisons ?"

Quel aveu !
Ainsi, « l’unité de l’Eglise » selon Vatican II ne provient pas de la profession intégrale de la foi ni de la communion avec le successeur de Pierre.
Non ! pas du tout, « l’unité de l’Eglise » made in Vatican II, vient du fait que tous les hérétiques, tous les schismatiques font des choses merveilleuses. Tous ces bienfaits que l’on constate chez eux exigerait notre union à eux. Tous leurs mérites sont autant de bonnes raisons pour que, selon la formule officielle de Vatican II, l’église se sache unie à eux :

Citation :
« l’Eglise se sait unie pour de multiples raisons »

Alors évidemment, vous pouvez croire à cette nouvelle « unité de l’Eglise » mais dites-vous bien que ce n’est pas l’Unité de l’Eglise Catholique, c’est l’unité du syncrétisme.
Le syncrétisme, tel qu’il est défini par l’église de Vatican II, ce n’est plus ni l’unité de foi, ni l’unité de gouvernement au successeur de Pierre. L’unité du syncrétisme ou l’unité de l’église de Vatican II dont elle est l’incarnation, c’est la somme de toutes ces choses merveilleuses que réalisent ceux qui n’ont pas la foi.

La nouvelle unité de l’Eglise se trouve dans sa démarche d’extase devant tous ces prodiges auparavant méconnus voire méprisés. De cette extase juste, nécessaire et féconde, l’église de Vatican II a conclu avec les ecclésiastiques Lefèbvre et Thuc, qu’avec les hérétiques et schismatiques « l’Eglise se sait unie pour de multiples raisons »

On ne peut donc empêcher personne d’être syncrétique, de rentrer dans cette nouvelle unité qui réside dans l’extase des hérétiques et des schismatiques. On n’a pas pu empêcher 2500 évêques d’annoncer cette nouvelle unité de l’Eglise…. Mais ce n’est pas l’Unité de l’Eglise. Et s’il n’y a pas Unité dans l’Eglise, (l’Unité telle qu’elle répond à la première identification de l’Eglise), il ne peut y avoir l’Eglise.

Nous allons maintenant essayer de valider cette démarche de l’église conciliaire. Essayons donc de se faire l’avocat du diable :

L’Eglise n’a-t-elle pas le pouvoir de lier et de délier ? Pendant 2000 ans, il est vrai, non seulement elle a considéré qu’elle possédait l’Unité mais elle a considéré aussi qu’elle seule possédait cette Unité. On ne pouvait la rencontrer que chez elle et en elle et jamais ailleurs.
Si l’Eglise a « lié » cette situation pendant 2000 ans n’a-t-elle pas le pouvoir de la délier ?
L’église de Vatican II ne nie pas que l’unité de foi et de gouvernement soit une bonne chose. Elle ne nie pas non-plus que cette unité se rencontre en son sein.
Elle proclame que, restant fidèle à son unité « intra muros », rien ne l’empêche d’étendre cette unité « extra muros ». En effet, si l’Eglise possède et a possédé si longtemps l’Unité, ne peut-elle pas, un jour, gagner à son Unité les hérétiques et les schismatiques en déclarant, comme elle le fit à Vatican II, qu’avec les hérétiques et les schismatiques, « Cum illis » (avec eux)…
Citation :
« l’Eglise se sait unie pour de multiples raisons » ?
"Il est vrai qu’ils ne professent pas intégralement la foi et ne gardent pas l’unité de la communion avec le successeur de Pierre. Mais ne peut-on pas dire néanmoins que cette unité provient de multiples raisons ?"

Dans cette dernière citation, il est indiqué que l’Unité dans l’Eglise vient de la profession intégrale de la foi et de la communion avec le successeur de Pierre. Cependant, l’église de Vatican II pose la question de savoir si l’Unité de l’Eglise ne peut pas provenir d’autres raisons.
Avant de connaître toutes les raisons qui peuvent contribuer à l’Unité de l’Eglise, il faut savoir si la profession intégrale de la foi et la communion avec le successeur de Pierre sont indispensables pour réaliser cette unité.
L’église de Vatican II ne pose pas précisément cette question mais elle y répond par une interrogation résolument affirmative :

Citation :
« Mais ne peut-on pas dire néanmoins que cette unité provient de multiples raisons ?"

Ainsi, l’église de Vatican II affirme implicitement mais clairement que l’Unité de l’Eglise peut exister sans la profession intégrale de la foi et la communion avec le successeur de Pierre. Et cette nouvelle unité se réalise par la décision explicite de l’église de Vatican II : Avec les hérétiques et les schismatiques « cum illis » (avec eux) « l’Eglise se sait unie ».
Ne peut-on pas dire enfin que l’église de Vatican II réalise une certaine unité dans son grand désir d’union où elle « se sait unie » à toutes les religions ?

Il nous reste enfin une ultime question :
Citation :

Est-ce que l’Unité de l’Eglise a un sens sans l’unité de la foi et l’unité de gouvernement ?
Essayons de répondre par oui :

Citation :
« Oui l’Unité de l’Eglise a un sens, sans l’unité de la foi et l’unité de gouvernement. »

Ceci signifie que l’Unité de l’Eglise peut avoir un sens, même si on ne croit pas à l’Eglise.
Mais Grand Dieu, comment l’Unité de l’Eglise peut-elle avoir quelque importance si l’Eglise n’en a pas ? Comment une seule vérité de foi peut-elle signifier quelque chose si l’Eglise peut ne rien signifier ?

Concluez vous-mêmes.

Ainsi, l’unité de l’église conciliaire qu’elle réalise dans son union avec toutes les fausses religions font, de toutes les vérités de la foi y compris des vérités sur l’Eglise, des vérités inutiles et sans aucune application.
En contrepartie, cette nouvelle unité conciliaire fait de toutes les erreurs, de toutes les hérésies, des choses auxquelles on doit s’unir pour marcher dans son initiative d’union. Et dans toutes ces hérésies, dans tous ces mensonges, on ne doit pas y voir l’influence démoniaque mais autant de moyens nouveaux de salut pour s’établir dans l’extase du syncrétisme de Vatican II.

Le Traditionalisme veut garder intacte la Tradition et, dans cette optique, s’oppose à reconnaître les démarches conciliaires qui, dans le dogme ou le culte, favorisent les conceptions et les pratiques des hérétiques.
Très bien !
Le vrai problème, c’est que la fondation de l’église de Vatican II n’est faite que pour accepter toutes les fausses religions et quand elle accepte le Traditionalisme, c’est toujours dans la même optique. Elle accepte le traditionalisme à condition que le traditionalisme l’accepte comme Eglise de Dieu et à condition qu’elle puisse continuer à accepter avec les traditionalistes toutes les fausses religions.
Voilà pourquoi, le traditionalisme et les traditionalistes eux-même ne peuvent être tenus pour catholiques, s'ils ne s'excluent pas eux-mêmes de l'église conciliaire.
En reconnaissant l'église conciliaire comme étant l'Eglise catholique, ou ce qui est la même chose dite d'une manière plus pernicieuse, en refusant de DISSOCIER l'église conciliaire et l'Eglise catholique, ou, plus pragmatique encore, en refusant même à l'église conciliaire son existence l'identifiant ainsi AUTOMATIQUEMENT à l'Eglise catholique, ces traditionalistes rentrent PARFAITEMENT dans le projet conciliaire:
Cette église conciliaire ne demande à plus personne de croire ceci ou cela, si certains s'attachent à la Tradition catholique...cela ne pose aucun problème, la seule chose exigée, et la SEULE CHOSE qui fait que vous lui appartenez, c'est que cette église reste pour vous l'Eglise catolique. Vous lui enlevez des droits divins. Mais cette église se dit unie à toutes les autres sectes qui lui enlèvent des droits divins.
Elle ne vous demande qu'une chose, et certes les traditionalistes lui ont accordé, c'est d'être l'Eglise catholique, non plus il est vrai pour enseigner la foi mais pour unir toutes les religion, y compris la religion catholique...si tant est qu'il est possible que la religion catholique puisse exister ailleurs que dans l'Eglise catholique.


Vous pensez peut-être que les traditionalisme donne du fil à retordre à l’église conciliaire. Le Traditionalisme n’est pas prêt de reconnaître les droits divins des fausses églises, direz-vous.
Détrompez-vous. Tout d’abord leurs évêques ont approuvé au Concile, en signant « Lumen Gentium », les droits divins de toutes les fausses églises sans jamais s’en repentir.
Et quand bien même les évêques traditionalistes ne se seraient pas compromis à ce point, seraient-ils innocents de toute la conduite syncrétique de l’église conciliaire ?
En effet, le fait de reconnaître comme Eglise de Dieu, l’église du syncrétisme, l’église qui reconnaît les droits divins de toutes les fausses églises, n’est-ce pas EXACTEMENT le même syncrétisme que Vatican II ?
Reconnaître la légitimité d’une fausse église, (celle de l’église de Vatican II) n’est-ce pas la même aberration que de reconnaître la légitimité de toutes les fausses, d’autant plus que cette église dont ils reconnaissent le légitimité n’a pas d’autre but que de reconnaître la légitimité de toutes les fausses.

Pour terminer avec la visibilité de l’Eglise, nous avons vu que la visibilité de l’Eglise est commune à ses quatre attributs (Unité, sainteté, catholicité et apostolicité). L’Eglise existe et vit dans ses membres. Sa partie militante est composée d’hommes visibles, l’Eglise est visible dans les hommes qui la composent. Il est évident qu’un seul membre de l’Eglise concourt à la visibilité de l’Eglise. Il n’y aurait qu’un seul fidèle dans l’Eglise catholique qu’ on ne pourrait pas dire que l’Eglise est invisible à moins que cet homme le soit aussi.

Curieusement ce sont les traditionalistes qui voient la visibilité de l’Eglise catholique dans l’église de Vatican II qui nous défient de ne pouvoir montrer la visibilité de l’Eglise ailleurs.

Si la visibilité de l’Eglise catholique se trouve dans l’église de Vatican II, cette visibilité se trouve aussi dans toutes les fausses religions puisque la visibilité est liée à l’unité et que l’unité de l’église conciliaire se trouve dans son union avec toutes les religions.
Monsieur William Morgan de Rugby, Père de l'ecclésiastique Paul Morgan, sedevacantiste décédé, dit à mon encontre que :

Citation :
« mes écrits démontrent que je ne crois pas à l’Eglise catholique. »

Pour soutenir cette accusation Monsieur Morgan établit comme absolu que la visibilité de l’Eglise catholique ne peut se prouver si on exclut l’église conciliaire. Si effectivement, la visibilité de l’Eglise catholique se trouve dans l’église conciliaire, il n’y a pas d’Eglise catholique et on ne peut plus croire en elle. Pourquoi ? Parce que cette église conciliaire visible n’a pas l’Unité.

Les traditionalistes cherchent donc à nous acculer dans l’hérésie protestante qui affirme que l’Eglise est seulement intérieure et dans l’intimité de l’âme. Nous affirmons au contraire que l’Eglise est une société et que même si elle est réduite quant au nombre de ses fidèles, elle est bien visible.

Elle serait bien plus visible si les traditionalistes ne l’avaient pas quittée en se liant à la société visible mais non-catholique de l’église conciliaire. Ils protestent encore que leur église est visible parce qu’ils ont des évêques et que par conséquent le Christ est avec eux, lui qui a dit :
Citation :

« je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. » (Mt 28:20))

Le Christ sans doute est avec son Eglise. S’Il était avec les traditionalistes, c’est parce qu’Il aurait décidé d’être avec l’église de Vatican II ,cette dernière étant l’église des traditionalistes. Et si le Christ est avec l’Eglise de Vatican II, Il est aussi avec toutes les fausses religions auxquelles l’église conciliaire « se sait unie ». La visibilité de l’Eglise de Jésus-Christ par la visibilité de l’église de Vatican II, c’est le blasphème du syncrétisme.

Que le Christ soit tous les jours avec ses évêques, avec ses brebis qui le connaissent dans l’Eglise catholique, il n’y a, sur ce point, aucun doute. Que les évêques et les fidèles soient tous et toujours avec Lui jusqu’à la fin du monde, c’est un pieux souhait, ce n’est pas une réalité et ce n’est pas non plus une prophétie du Christ. Il y aurait plutôt à s’inquiéter que le nombre de fidèles soit si petit que l’on pourra se demander s’il en reste :

Citation :
« quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? » (Lu 18:8 )

Voici un conseil (un ordre plutôt) de Saint Paul :
Citation :

“Même si nous-mêmes, ou un ange du ciel vous évangélisait, autrement que nous vous avons évangélisés, qu’il soit anathème.”(Gal I,8.)

Cette citation s’adresse-t-elle directement au pape et aux évêques de VATICAN II ? On peut en douter. Mais, on peut en être même sûr, par l’interprétation de Saint Vincent de Lérins qui dit :

Citation :
le “Même si nous-mêmes” de(Gal I,8.) signifie “Lors même que tout le corps des apôtres,”.

Ne prophétise-t-il pas avec Saint Paul, par sa supposition, l’apostasie de tout le corps épiscopal de VATICAN II ?
La visibilité de l’Eglise ne peut se prouver par la désignation d’hommes qui ne sont pas avec Jésus, qui ne sont pas avec l’Unité qu’Il a établie dans l’Eglise. Or, cette Unité n’est pas réalisée ni même poursuivie ni par les conciliaires ni par les conciliaires traditionalistes.

Léon XIII, en effet, précise que l’intégrité de la foi est le premier objectif, le premier de ses principes que l’Eglise a poursuivi en toute priorité :

Citation :
« Pénétrée à fond de ses principes et soucieuse de son devoir, l’Eglise n’a jamais rien eu de plus à cœur, rien poursuivi avec plus d’effort, que de conserver de la façon la plus parfaite l’intégralité de la foi. C’est pourquoi elle a déclaré comme des rebelles déclarés, et chassé loin d’elle tous ceux qui ne pensaient pas comme elle, sur n’importe quel point de sa doctrine » (satis cognitum)

L’opposition entre l’Eglise et le conciliarisme traditionaliste ou non est somptueuse :

· d’une part l’Eglise « a déclaré » et déclarera toujours :
Citation :

« comme des rebelles déclarés, et chassé loin d’elle tous ceux qui ne pensaient pas comme elle, sur n’importe quel point de sa doctrine »

· D’autre part les conciliaires déclarent que l’église « se sait unie » à tous les hérétiques et les traditionalistes, qui prétendent garder la foi, affirment que cette église de Vatican II qui s’oppose à l’enseignement constant de l’Eglise est l’Eglise de Dieu visible.

Léon XIII dit encore dans la même encyclique :
Citation :

« c’est pourquoi, selon le plan divin, Jésus a voulu que l’unité de foi existât dans son Eglise : car la foi est le premier de tous les liens qui unissent l’homme à Dieu et c’est à elle que nous devons le nom de fidèles ».

Dites-moi alors qui sont ces ecclésiastiques qui veulent vous faire croire, qui veulent vous faire adhérer à une église dans laquelle il n’existe pas « l’unité de foi »?

Qui sont ces lefèbvristes, ces sedevacantistes qui se réclament d’un pape matériellement « visible » , qui se réclament d’évêques « visiblement» fondateurs de l’église de Vatican II dans laquelle il n’y a pas cette foi qui « est le premier de tous les liens qui unissent l’homme à Dieu » et à qui « nous devons le nom de fidèles » ?

Vous désirez le nom de catholiques, le nom de fidèles, votre ambition est légitime sans doute, mais sachez bien que ce titre qui contient seul avec lui tous les moyens de salut, ne peut s’obtenir par la seule force de votre conviction.

Il faudra encore que vous preniez les moyens d’être catholiques, et tous les moyens pour être fidèles de l’Eglise catholique. Alors sachez que l’empêchement le plus radical pour réaliser votre requête, c’est, sans doute, d’adhérer à une église qui n’a pas « l’Unité de foi ».

Vous êtes certains alors de ne pas adhérer à l’Eglise catholique, certains de ne pas être de ses fidèles, certains de n’être pas dans cette Eglise où « la foi est le premier de tous les liens qui unissent l’homme à Dieu »
Et quand bien même vous adhéreriez à cette église avec les réserves les plus subtiles, en ne reconnaissant que les « meilleurs » de ses évêques ou de ses prêtres les plus tradis, quand bien même vous adhéreriez à la seule matérialité ou « visibilité » de son pape, ce n’est pas à la véritable Eglise que vous adhéreriez.
La véritable Eglise est visible, certes, mais elle n’est pas la seule visible. Les autres religions sont sans doute plus visibles qu’elle aujourd’hui. Cependant, si elle a sa visibilité comme les autres religions ont la leur, en aucune manière elle ne partage ni ne partagera jamais « l’Unité de foi » qui lui appartient exclusivement et qui doit être POUR VOUS le signe indubitable de l’union exclusive que vous lui devez.

Vive Jésus, vive sa foi, vive l’Eglise Une qu’il a fondée « UNAM SANCTAM CATHOLICAM. » Si l’Eglise n’était pas « UNAM » elle ne pourrait être « SANCTAM CATHOLICAM APOSTOLICAM»
Au diable Satan et ses mensonges, ses séductions, ses œuvres, ses fausses églises. Au diable son église de Vatican II qui trouve son unité dans la réunion de toutes les fausses églises, au diable cette église, cette secte qui « se sait unie » à tous ces antres de l’Enfer.
Au diable cette église syncrétique, au diable son concile, au diable son existence, au diable sa « légitimité », au diable le recours à elle, au diable les soi-disant bienfaits de ses sacrements, au diable sa « juridiction », au diable enfin sa visibilité et sa matérialité réalisées par tous ceux qui ne veulent pas de la seule Eglise UNE.
L’Eglise, parce qu’elle est UNE, elle est vraie, elle est SAINTE, elle est CATHOLIQUE.
Au diable tout ce qui constitue cette église de Vatican II.
Que les hommes « visibles » qui constituent ou qui ont constitué cette église se repentent et reviennent à l’Eglise ; qu’ils reviennent à l’Unité de l’Eglise pour que cette Unité de foi soit pour eux le gage de l’unité éternelle à Jésus-Christ.
L’union intime et bienheureuse à notre Sauveur qu’Il nous a obtenue par ses mérites adorables ne peut se préparer ici-bas que dans l’Unité de la foi, dans l’unité de l’Eglise UNE.

Citation :
"Quand l’homme perdit la connaissance de son Dieu et qu’il se fit des dieux, ouvrage de ses mains, afin de se livrer à tous les entraînements de ses passions, la religion ne fut point perdue. N’y eût-il eu qu’un seul homme fidèle, il eût suffi pour la perpétuer. "
Révélation de Jésus-Christ à Marie Lalaste p. 62 La Vie Et Les Oeuvres de Marie Lataste Religieuse Coadjutrice du Sacré-Coeur publiées par M. L’abbé Pascal Darbins Avec L’approbation de Mgr L’évêque D’aire

Supplément Bill Morgan théologien anglais, cité plus haut, écrit à une de mes belles-fille le 3 novembre 2001 la citation suivante :
Le Concile Vatican (1870) enseigne
Citation :
« exactement comme Il (le Christ) envoya ses Apôtres qu’Il s’était élu à travers le monde, comme Lui-même fut envoyé du Père (Jean XX, 21), ainsi Il souhaite qu’il y ait toujours des pasteurs et des enseignants dans son Eglise jusqu’à la fin des temps » (Denziger 1821) « ces pasteurs et enseignants sont les évêques, les successeurs des Apôtres » (D1828)

Le Concile de Vatican I, comme vous venez de le voir, aurait très bien pu dire que le Christ « a décidé » ou « a fait en sorte » « qu’il y ait toujours des pasteurs et des enseignants dans son Eglise jusqu’à la fin des temps »

Mais il est dit : le Christ :
Citation :

« souhaite qu’il y ait toujours des pasteurs »

il est certain que le Christ a souhaité que tous ses évêques jusqu’à la fin des temps soient des saints et cependant il en a été tout autrement. Le fait que le Christ ait souhaité des pasteurs jusqu’à la fin des temps ne fait aucun doute. Cependant, ce souhait, comme tout souhait n’est pas nécessairement suivi d’effet. Il n’y a pas eu que des évêques saints et par conséquent le souhait du Christ qu’il y ait toujours des évêques indique plutôt qu’il risque de ne plus en avoir malgré son souhait.

Ce que Dieu veut absolument, Il ne peut pas le souhaiter il le réalise et affirme d’avance sa réalisation.
Or, le Christ a seulement souhaité « qu’il y ait toujours des pasteurs et des enseignants dans son Eglise jusqu’à la fin des temps »
Mais s'il a seulement souhaité qu'il y ait des pasteurs jusqu'à la fin des temps, il a affirmé que l'UNITE et tous les autres qualificatifs de l'Eglise subsisteraient d'une manière abosolue.

Or, la démarche de JP B et de tout le traditionalisme depuis un demi-siècle est tout à l'opposé :

C'est le souhait du Seigneur d'avoir des pasteurs pour son Eglise jusqu'à la fin qui est transformé en dogme fondamental et c'est le dogme de la croyance en L'Eglise UNE SAINTE CATHOLIQUE ET APOSTOLIQUE qui devient un souhait...et mieux encore, ce sont eux qui sont habilités à redonner à l'église conciliaire son unité, sa catholicité, sa sainteté qu'elle aurait eu avant et qu'elle aurait perdu mais pour bien se prouver que l'église conciliaire est l'Eglise catholique, ils estiment qu'elle a TOUJOURS gardé son apostolicité...en perdant ses autres attributs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 21:02

Pour les réponses à ce qui précède ce qui va suivre plus bas, voir ce message dans le nouveau fil « Gérard est un gros menteur ».

Or donc, également,
ce gros menteur a écrit:


[...]

Le problème à résoudre est le suivant :
Les traditionalistes estiment que si les papes et les évêques, depuis le Concile, ne font pas partie de l’Eglise, c’est que, contre Sa promesse, Jésus-Christ a abandonné son Eglise et qu’il n’y a plus de possibilité de croire à l’Eglise « visible », particularité de l’Eglise qu’on est tenu de croire.

[...]

Encore une fois, nous nous moquons de ce que les “traditionalistes” estiment ou non !

Pour nous, ce n'est pas « que si les papes et les évêques, depuis le Concile, ne font pas partie de l’Eglise, c’est que, contre Sa promesse, Jésus-Christ a abandonné son Eglise et qu’il n’y a plus de possibilité de croire à l’Eglise « visible », particularité de l’Eglise qu’on est tenu de croire », c'est « que si les papes et les évêques, depuis le [conciliabule vaticandeux], ne font pas partie de l’Eglise », la succession apostolique est rompue, et que donc, la Sainte Église Catholique, qui, nécessairement, est Apostolique, est morte, ce qui est impossible !

Dans le paragraphe suivant, en insinuant que cela serait faux,
notre menteur a écrit:


Les traditionalistes résolvent ainsi ce problème : donc, les papes ou les évêques conciliaires ou du moins les meilleurs ou les plus traditionnels d’entre eux, sont la hiérarchie de l’Eglise. [...]

Et pourquoi, pour ceux « qui ne sont pas personnellement hérétiques », ne le seraient-ils pas ?

Qui d'autre, pour notre incompétent par excellence, serait « la hiérarchie de l’Eglise » ?


Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) posées antérieurement aux siennes :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment peut-il soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (C'est lui qui sous-entend la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant qu’il soutient qu’il n’y a plus, depuis belle lurette, d’Église enseignante mais une secte conciliaire, nous lui posons solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




Qu’il veuille bien répondre, positivement (non par d’autres questions ou/et des messages de dérobade selon sa détestable habitude...), aux deux questions.

En fait, au lieu de répondre,
Gégé, qui ne cherche toujours qu’à noyer le poisson, encore a écrit:


[...]
Ce que l’on peut dire négativement mais dogmatiquement, c’est que l’Eglise ne peut pas être là où il n’y a pas la foi, puisque la foi fait l’Eglise et que sans la foi nul ne peut prétendre appartenir à l’Eglise.

[...]

Cela est bien vrai mais Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à cette question :
« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

OÙ EST-ELLE ?


Quant à ce que « le fondateur d'Ecône [ait] été obligé d’affirmer », cela ne nous concerne pas : nous n'avons rien à voir avec Écône !...

(A suivre)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 21:09

Voir la suite provisoire ici.

(A suivre)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 21:36


Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) posées antérieurement aux siennes :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment peut-il soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (C'est lui qui sous-entend la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant qu’il soutient qu’il n’y a plus, depuis belle lurette, d’Église enseignante mais une secte conciliaire, nous lui posons solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




Qu’il veuille bien répondre, positivement (non par d’autres questions ou/et des messages de dérobade selon sa détestable habitude...), aux deux questions.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 21:50

Notre incompétent par excellence, également, a écrit:


[...] Il n’y aurait qu’un seul fidèle dans l’Eglise catholique qu’ on ne pourrait pas dire que l’Eglise est invisible à moins que cet homme le soit aussi.

[...]

Sans au moins un hiérarque ayant Juridiction, il n'y a plus d'Église Catholique car, alors, il n'y a pas l'Apostolicité !
Un seul fidèle ne suffit pas à faire l'Église...
No

(A suivre)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 22:15

Après que Gégé ait encore écrit un très (trop) long texte parfaitement inutile dans lequel il est question de divers “traditionalistes” lefebvristes dont nous nous moquons éperdument,
cet incompétent par excellence pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) posées antérieurement aux siennes :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment peut-il soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (C'est lui qui sous-entend la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant qu’il soutient qu’il n’y a plus, depuis belle lurette, d’Église enseignante mais une secte conciliaire, nous lui posons solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




Qu’il veuille bien répondre, positivement (non par d’autres questions ou/et des messages de dérobade selon sa détestable habitude...), aux deux questions.


(Fin.)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 22:33

JP B
Citation :

Sans au moins un hiérarque ayant Juridiction, il n'y a plus d'Église Catholique car, alors, il n'y a pas l'Apostolicité !
Un seul fidèle ne suffit pas à faire l'Église...
No
Mais pourquoi donc perd-tu ton temps à découvrir dans ton église conciliaire une supposée Apostolicité puisqu'elle n'a ni l'unité de doctrine et de culte, ni la sainteté et ni la catholicité.

Tu es en train de nous dire que toi église qui n'est pas catholique a besoin de l'apostolicité pour être catholique et tu m'accuses de ne pas voir l'apostolicité dans ton église dont tu constate qu'elle n'est pas catholique.

Et c'est moi et moi seul qui serait "incompétent par excellence" ?

Ta théorie, c'est que si il ne reste qu'un seul fidèle sur la terre, il n'y a plus d'Eglise !

Eh bien voilà exprimé, ce qui nous divise.

Si JP B est le seul catholique sur la terre, il va dire. Je ne crois pas à l'Eglise catholique parce qu'elle n'existe plus. Il changeait son Credo avant cela, parce qu'il suffirait que l'église conciliaire disparaisse de la terre qu'il dirait déjà :

Citation :
Je ne crois plus à l'Eglise catholique puisqu'elle ne peut pas exister sans l'église conciliaire

Et si c'est moi qui se trouve dans cette situation en me réveillant, je m'agenouille et, comme la veille, je dis :

Citation :
Je crois à l'Eglise catholique !

Tu dis que je ne réponds pas à tes question !
J'ai pourtant signalé que le Concile Vatican I a dit au sujet du Christ qu' "Il souhaitait" qu'il y ait des pasteurs jusqu'à la fin des temps.
Mais ni le Christ ni l'Eglise n'ont affirmé qu'il était souhaitable que l'Eglise enseigne une doctrine infaillible.
Pourquoi d'un côté le souhait et d'un autre côté la certitude que l'Eglise ne se départira jamais de la doctrine apostolique à cause des promesses d'assistance de J-C ?

j'arrête ces questions parce qu'elles ne t'intéressent visiblement pas.
De même que tous les hérétiques piochent parmi les vérités que celles qui appuieront leur fausse doctrine, de même tous les guérardiens et les lefèbvristes ne s'arrêteront qu'aux vérités qui appuient leur démarche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 22:37

JP B me pose la question suivante :

Citation :

comment puis-je soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

Je lui demande auparavant de me dire quand où et comment j'ai pu dire que :

Citation :
"Paul VI est véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?"

Car pour répondre, il faut nécessairement que je soutienne réellement cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Dim 13 Nov - 23:01

Dans son dernier interview, l'Abbé Ricossa dit textuellent que la forme, c'est ce qui fait qu'une chose est !

Il a tout dit. Sans sa forme une chose n'est pas.

Il ne peut donc pas y avoir de pape materialiter
Ni de JP B materialiter
Ni d'Eglise materialiter

Je me rappelle toujours cette fameuse conférence des tous débuts du traditionalisme. C'était à Lyon et les orateurs étaient De Nantes, Barbara et l'Abbé Rimaud se présentant comme "curé de campagne"

Ce dernier expliquait qu'un prisonnier du régime communiste sur lequel on exerçait le lavage de cerveau avait trouvé le moyen de neutraliser ses ennemis et il leur répétait sans cesse et avec toujours plus d'insistance :
Ce qui est EST, ce qui est Est, ce qui Est, Est !

Et l'Abbé Rimaud qui n'était pas un piètre comédien, faisait comme si il était lui-même ce prisonnier harcelé par les communistes et il répétant sans cesse et toujours de plus en plus fort, comme si il était devenu fou
Citation :
Ce qui est EST !
Ce qui est, Est !
Ce qui est, Est !

et l'auditoire, croyant qu'il devenait réelement fou, commençait à rire de plus en plus fort !

Et pour enfoncer le clou, il recommençait une série toujours encore de PLUS EN PLUS FORT, jusqu'à en hurler :

Citation :
Ce qui est EST !
Ce qui est, Est !
Ce qui est, Est !
Et lorsque les rires déchaînés de la foule se sont un peu calmés...il ajouta très doucement... mais très sûrement :

Mais c'est un sage !

Et évidemment le halo de rire s'empara de nouveau de la foule absolument délirante !

Si l'Abbé Rimaud était encore là, il te ferait péter ta thèse à Guérard de cette même manière !

Le pape est pape...parce que ce qui est, EST

Ou

Le pape n'est pas pape...parce que ce qui n'est pas n'est pas !

Alors quand je vois que les thésards se rapportent une fois à Saint Thomas, une fois à Saint Robert Bellarmin un autre fois encore à Cajetan pour défendre ce truc à deux balles qui ne vaut pas un clou, je suis renversé !

Faut arrêter la fumette les gones comme disent les lyonnais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Lun 14 Nov - 3:10

Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Un limité mental a écrit:


Dans son dernier interview, l'Abbé Ricossa dit textuellent que la forme, c'est ce qui fait qu'une chose est !

Il a tout dit. Sans sa forme une chose n'est pas.

Il ne peut donc pas y avoir de pape materialiter
[...]

  1. Pourtant, l'Abbé Ricossa, qui n'est pas, lui, un limité mental, pense, comme tout le monde le sait, qu'il peut y avoir un... “pape” materialiter ! Very Happy ...

  2. Ledit limité mental en est bien un car il ne sait pas faire la distinction (que sait faire, je le sais, l'Abbé Ricossa) entre la forme substantielle qui fait qu'un être ne peut pas exister sans cette forme substantielle, et la forme accidentelle qui fait que tel être, qui existe déjà avec sa forme substantielle propre, ne peut pas posséder tel accident donné par ladite forme accidentelle !


Exemples :
  • Un être humain ne peut pas exister s'il ne possède pas la forme subsrtantielle de l'humain.
    Mais un être humain, qui est tel car il possède la forme substantielle de l'humain, ne peut pas être catholique s'il ne possède pas la forme accidentelle de la catholicité.

  • Un homme catholique ne peut pas exister s'il ne possède pas la forme substantielle d'un homme et la forme accidentelle d'un baptisé dans l'Église Catholique.
    Mais un homme catholique, qui est tel car il possède la forme substantielle d'un homme et la forme accidentelle d'un baptisé dans l'Église Catholique, ne peut pas être un élu de Conclave si l'accident, qui peut le concerner, de l'élection d'un Conclave ne le concerne pas.

  • Un homme catholique élu par un Conclave ne peut pas exister s'il ne possède pas la forme substantielle d'un homme et la forme accidentelle d'un baptisé dans l'Église Catholique additionnée de l'accident d'être élu par un Conclave.
    Mais un élu de Conclave, qui est tel car il possède la forme substantielle d'un homme et la forme accidentelle d'un baptisé dans l'Église Catholique additionnée de l'accident d'être élu par un Conclave, ne peut pas être formellement Pape s'il ne reçoit pas de Dieu la forme (accidentelle pour lui *) du pontificat comme l'enseigne St Robert BELLARMIN !
    * : Cette forme du pontificat est accidentelle pour l'élu d'un Conclave car elle ne change le fait que, substantiellement, cet élu soit un homme avec déjà la forme accidentelle du baptisé dans l'Église Catholique additionnée de l'accident d'être élu par un Conclave.

    Or, St Robert BELLARMIN, Docteur de l'Église, enseigne qu'une personne élue par les Cardinaux, constitue « la matière » du Pontife, c'est-à-dire, que notre limité mental le veuille ou non, que l'élu d'un Conclave qui, malgré son élection, n'a pas reçu de Dieu la forme du pontificat, n'est que « “pape” materialiter », autrement dit, rien aux yeux de Dieu !

Notre Gégé
  1. enfonce les portes ouvertes,

    et, ce faisant,
  2. s'avère bien être un incomptétent par excellence ne faisant pas la distinction élémentaire entre Forme substantielle et forme accidentelle !

Avant de vouloir faire de la philosophie thomiste, il faudrait peut-être réviser ces leçons et, en particulier, cette leçon, CHAPITRE VII, et celle-ci ! Wink ...
lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Lun 14 Nov - 4:58

Dans ce message où il tente de sortir de son mauvais pas à l'encontre de « la thèse du Père Guérard des Laurier Materialiter-formaliter » (ici (2ème §))
le gros menteur a écrit:


JP B me pose la question suivante :

Citation :
comment puis-je soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

Je lui demande auparavant de me dire quand où et comment j'ai pu dire que :

Citation :
"Paul VI est véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?"

Car pour répondre, il faut nécessairement que je soutienne réellement cela !

Réponse ici lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Lun 14 Nov - 5:04


Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) posées antérieurement aux siennes :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment peut-il soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (C'est lui qui sous-entend la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant qu’il soutient qu’il n’y a plus, depuis belle lurette, d’Église enseignante mais une secte conciliaire, nous lui posons solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




Qu’il veuille bien répondre, positivement (non par d’autres questions ou/et des messages de dérobade selon sa détestable habitude...), aux deux questions.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Lun 14 Nov - 9:48

JP B a écrit :

Citation :
Pourtant, l'Abbé Ricossa, qui n'est pas, lui, un limité mental, pense, comme tout le monde le sait, qu'il peut y avoir un... “pape” materialiter ! Very Happy ...

Eh Oh ! JP B, tes affirmations qui pour toi semblent aller de soi, ne crois-tu pas qu'il faudrait les etayer par quelques preuves ?

Ou, quand et comment a-tu vu que "tout le monde sait qu'il y a un pape materialiter" ?

Ne prends pas tes rêves pour des réalités !

Ne crois-tu pas qu'il serait plus juste de dire que "tout le monde sait" (quoique ce soit encore un tout petit nombre de personne) que l'ecclésiastique Guérard a INVENTE un pape materialiter, pour ne pas avoir à appliquer la doctrine catholique qui exclut tout hérétique de l'Eglise catholique et faire en sorte de rassembler l'incompatible, c'est à dire mettre l'église conciliaire dans l'Eglise catholique.

Et d'ailleurs, je n'ai jamais dit ni même pensé que l'Abbé Ricossa soit un limité mental. Tu as de grands hérésiarques qui ont propagé de grandes erreurs sans que celles-ci puissent être attribuées à la faiblesse de leur intelligence !
Si j'ai méprisé l'intelligence d'une personne c'est l'Abbé DuChalard que j'ai traité de "nulos" car là, c'est vraiment manifeste ! Mon épouse qui écoutait l'interview s'en est scandalisée "Comment peut on parler pour ne rien dire ?"

L'Abbé Ricossa pour prouver la réalité du pape materialiter donne un exemple qu'il dit tenir de l'Abbé Belmont...Celui d'un mariage nul qui a été célébré par l'Eglise.

Et bien là encore, l'Abbé a mis fin, à son insu sans doute, à la petite histoire du pape materialiter.
un mariage nul, c'est un non-mariage...un mariage qui n'a jamais existé quelques soient d'autre part les multiples apparences.

Et bien, il en est de même du pape. Soit il est pape et soit il ne l'est pas.... et dans ce dernier cas, pas du tout pape...le reste n'est qu'un amas incohérent d'arguments dialectiques où tu nous fais un gros tas de bla-bla en y mettant tous les grands philosophes tels que Cajetan, Bellarmin, St Thomais, Avicente et Averoes et tous les autres arabes grecs ou chinois mais ce gros caca n'est que le produit d'une tête bien pleine faute d'être une tête bien faite.

D'ailleurs pourquoi n'a-tu encore pas trouvé une seule citation de ces auteurs qui prouvent "qu'il peut y avoir un pape hérétique"
Ce n'est pas la somme des citations qui prouvent quelque chose, c'est UN SEUL ARGUMENT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Lun 14 Nov - 11:26

Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
N'ai-je pas raison de dire que cet incompétent par excellence est mentalement limité ?

Quand j'écris que tout le monde sait que l'Abbé Ricossa pense qu'il peut y avoir un “pape” materialiter (Pourtant, l'Abbé Ricossa, qui n'est pas, lui, un limité mental, pense, comme tout le monde le sait, qu'il peut y avoir un... “pape” materialiter ! Very Happy ...) Gégé lit que j'aurais écrit que « tout le monde sait qu'il y a un pape materialiter » ! Laughing Laughing ...

Quelle andouille ! lol!

Cela dit, Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) posées antérieurement aux siennes :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment peut-il soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (C'est lui qui sous-entend la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant qu’il soutient qu’il n’y a plus du tout, depuis belle lurette, d’Église enseignante mais une secte conciliaire, nous lui posons solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




Qu’il veuille bien répondre, positivement (non par d’autres questions ou/et des messages de dérobade selon sa détestable habitude...), aux deux questions.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Mar 15 Nov - 3:48


Après n’avoir cessé de poser à Gégé ces questions :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment peut-il soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (C'est lui qui sous-entend la chose ici (2ème §) !...)




  2. Par ailleurs, sachant qu’il soutient qu’il n’y a plus du tout, depuis belle lurette, d’Église enseignante mais une secte conciliaire, nous lui posons solennellement cette autre question :
    « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

    OÙ EST-ELLE ?




En constatant le fait qu’il ne répond toujours pas, soyons assurés qu’il ne répondra jamais !

Cela dit, nous ne devons pas pour autant ne plus analyser les sottises qu’il peut, ou qu’il a pu, écrire ici ou là.

Or, nous relevons dans ce message cette perle dans le dernier § cité ci-dessous :
Citation :


[...]

L'Abbé Ricossa pour prouver la réalité du pape materialiter donne un exemple qu'il dit tenir de l'Abbé Belmont...Celui d'un mariage nul qui a été célébré par l'Eglise.

Et bien là encore, l'Abbé a mis fin, à son insu sans doute, à la petite histoire du pape materialiter.
un mariage nul, c'est un non-mariage...un mariage qui n'a jamais existé quelques soient d'autre part les multiples apparences.

[...]

(Souligné par JP B.)

Quelle andouille ! lol!

« Un mariage nul, c'est un non-mariage... un mariage qui n'a jamais existé » devant Dieu !
Car devant l’Église, qui ignore, tant qu’elle n’a pas étudié le cas d’un tel mariage, que ce mariage est nul, ledit « Un mariage nul » est parfaitement valide et conserve tous les effets d’un véritable mariage… (En particulier, la légitimité des enfants issus d’un tel mariage tant que l’Église n'a pas constaté l'invalidité, la nullité, dudit “non-mariage”…)

Il en va de même avec l’élu d’un Conclave valide qui oppose un obstacle (obex) à la réception de la forme du pontificat donnée par Dieu alors même que cet élu a apparemment donné son consentement à son élection :
Tant que l’Église n’a pas constaté que cet élu de Conclave oppose en fait un obstacle à la réception de la forme du pontificat que Dieu devrait lui donner, cet élu qui semble avoir accepté sa désignation reste Pape aux yeux de l’Église, bien qu’en raison de son obex, il ne le soit pas aux yeux de Dieu !…

Toutefois, là s’arrête la comparaison car si nous constatons, comme c’est le cas avec Paul VI et ses successeurs vaticandeux, que de tels élus se conduisent comme des antipapes, nous sommes bien obligés d’en conclure qu’ils ne possèdent pas la forme du pontificat pour opposer un obex à la réception de cette forme, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas formellement Papes, ils ne sont pas « Papes formaliter ». Mais, tant que l’Église n’a pas constaté la chose, chacun d’eux reste bien, pour leurs périodes respectives, désigné pour le devenir, c’est-à-dire qu’ils demeurent « “papes” matérialiter » dans le sens où la matière (seconde, qui possède déjà sa forme substantielle) est en puissance de recevoir la forme accidentelle qui la fera devenir ce qu’elle doit être une fois cette forme reçue !

(Voir la suite ici, dans le fil « Gérard est un gros menteur ».)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Incompétence CARACTÉRISÉE   Aujourd'hui à 20:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Incompétence CARACTÉRISÉE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» LA DEPRESSION NERVEUSE.
» Les fautes qualifiées - Cas pratique de droit pénal
» Changer l'Eglise: La transformer en démocratie?
» Dossier sur les caractéristiques des ovnis
» La Culture de la Mort,une caractéristique de notre société

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: