Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mer 12 Oct - 9:00

Notre mère la Sainte Église Catholique étant actuellement, comme il est démontré (5 premiers messages), privée de l’Autorité suprême (comme lors de chaque vacance du Saint-Siège entre la mort du Pape précédent et l’avènement véritable d’un nouveau Pape en acte et pas seulement en puissance), la question se pose légitimement de savoir où, en l’absence de Pape formaliter donnant Juridiction aux membres de l’Église enseignante, où et comment se perpétue aujourd’hui sans se rompre l’Apostolicité de la Sainte Église Catholique.

  • Les uns, tels ceux de l’Église officielle ou/et de la Fraternité-Sacerdotale-Saint-Pie-X, faisant abstraction des véritables hérésies promulguées lors de Vatican II ou les minimisant en disant que ce ne sont pas erreurs qui engageaient l’infaillibilité du Magistère ordinaire universel, affirment que Paul VI et ses successeurs “vaticandeux” sont véritablement Papes en acte (formaliter ou formellement Papes) et que l’Apostolicité de la Sainte Église Catholique est ainsi assurée par ces “papes” et la hiérarchie qui leur est subordonnée.

    Ceux qui adhèrent à l’Église officielle actuelle sont nécessairement en rupture, qu’ils le veuillent ou non et même s’ils protestent du contraire, avec l’enseignement traditionnel de l’Église Catholique comme est en rupture avec celui-ci le nouvel enseignement de Vatican II auquel ils adhèrent (cherchant par toutes sortes de pirouettes à lui faire dire autre chose que ce qu’il dit pour le faire cadrer avec l’enseignement traditionnel) et leur position ne peut donc pas être formellement catholique !

    Ceux qui adhèrent à la Fraternité-Sacerdotale-Saint-Pie-X, s’ils tiennent encore à l’enseignement traditionnel de l’Église Catholique en général, vont manifestement contre le dogme de l’infaillibilité du Magistère ordinaire universel tel que défini lors du Concile du Vatican (1870) dans la Constitution apostolique Dei Filius en son chapitre 3 De fide (« […] on doit croire de foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu, écrite ou transmise, et que l’Église propose à croire comme divinement révélé, soit par un jugement solennel, soit par le magistère ordinaire et universel »), en imposant à cette Constitution Dei Filius les conditions d’application du Magistère pontifical ex cathedra (extraordinaire) telles que définies dans la Constitution Pastor Æternus, ou en exigeant que ce Magistère ordinaire universel corresponde exclusivement au « Canon de St Vincent de Lérins » (« ce qui a toujours été cru par tous et partout ») ce qui va contre le fait que le Magistère ordinaire universel est un Magistère vivant. (Correspondre au « Canon de St Vincent de Lérins », c’est appartenir au Magistère ordinaire universel comme la partie appartient au tout ; mais le tout n’appartient pas à la partie, le Magistère ordinaire universel n’est pas uniquement ce qui correspond au « Canon de St Vincent de Lérins » : dire que ce qui relève du Magistère ordinaire universel est uniquement ce qui correspond au « Canon de St Vincent de Lérins » c’est confondre, en les inversant, la cause – le Magistère ordinaire universel – avec l’effet – le « Canon de St Vincent de Lérins » – c’est rendre mort le Magistère en l’empêchant de définir de nouveaux dogmes qui n’ont pas toujours été crus par tous ou partout, et c’est faire un grossier sophisme !…)

    Pour ces deux catégories, l’Apostolicité qu’ils croient pouvoir reconnaître dans leurs papes qui ne le sont formellement pas et dans la hiérarchie officielle subordonnée qui ne peut pas être formellement celle de la Sainte Église Catholique puisque leurs papes ne le sont pas formellement, cette “apostoliciténe peut non plus être formellement l’Apostolicité de la Sainte Église Catholique.
    Nous disons : ne peut pas l’être formellement, car il subsiste, nous le verrons plus bas, quelque chose, comme un vestige, de l’ancienne Apostolicité tenue par l’ancienne Hiérarchie sacrée dont ils sont issus.


  • D’autres affirment que Paul VI et ses successeurs “vaticandeux” étant formellement hérétiques et/ou ayant formellement apostasié, sont ipso facto excommuniés avec tous ceux qui ne se sont pas détachés d’eux, et, de ce fait, tout ce joli monde formant la hiérarchie actuelle n’appartenant plus du tout à la Sainte Église Catholique ne peut en aucun cas, sous aucun aspect, être pape ni avoir aucune fonction, d’aucune manière, et ils ne sauraient aucunement assurer l’Apostolicité.
    Hormis le fait qu’il est faux, comme il est démontré ici – principalement dans le quinzième message qui n’a jamais été réellement réfuté du moins de façon efficace et convaincante – de proclamer, quand on n’a pas l’Autorité dans l’Église, Paul VI et ses successeurs “vaticandeux” formellement hérétiques et/ou ayant formellement apostasié avec tous ceux qui ne se sont pas détachés d’eux, il faut remarquer qu’avec cette position la Sainte Église Catholique a, lors de Vatican II, perdu l’Apostolicité et par voie de conséquence « a été détruite à Vatican II » comme le proclame dans ce message, quoi qu’il en proteste (cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3877p30-incompetence#20971 ), l’un de ces super surexcités plus durs que les durs que dur !
    Or, cela est impossible tant que la fin du monde n’est pas arrivée (ce qui n’est manifestement pas le cas, surtout du fait que cela serait alors survenu depuis 1965, ce qui est absurde) même si, de toute évidence, nous nous approchons de cette fin du monde.
    Par ce seul aspect, cette position s’avère donc hérétique !…

    Mais ce n’est pas tout :
    Si donc, lors de Vatican II, la hiérarchie actuelle a perdu l’Apostolicité, la question se pose LÉGITIMEMENT de savoir « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’[ILS DISENT] QU’ELLE N’EXSITE PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES” ? » DONC, OÙ EST-ELLE MAINTENANT ?
    La Sainte Église Catholique étant nécessairement Apostolique, il faut tout aussi nécessairement répondre à cette question « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE AUJOURD’HUI ? »
    Or, à cette question, ceux qui tiennent cette position, ne savent apporter aucune réponse concrète !…
    Donc cette position ne saurait être catholique puisqu’elle fait disparaître dans le concret, aujourd’hui, l’Apostolicité !…

Ces deux positions extrêmes ; l’une qui voudrait que Paul VI et ses successeurs “vaticandeux” fussent formellement Papes et assurassent ainsi, avec leur hiérarchie officielle subordonnée, pleinement l’Apostolicité ; l’autre qui fait disparaître, que ses tenants le veuillent ou non, l’Apostolicité à l’occasion du désastreux « concil[iabul]e Vatican II » et fait ainsi mourir, que ses partisans le veuillent ou non, purement et simplement la Sainte Église Catholique, ce qui est hérétique ; ne sont acceptables ni l’une ni l’autre !

La véritable solution consiste en ceci :
  • Paul VI, en tant que pape, ayant promulgué des hérésies, ce qu’un Pape, en tant que Pape, ne peut faire, et ses successeurs qui ne les ont pas supprimées mais au contraire les ont confirmées, ce que des Papes ne peuvent pas faire, ne sauraient être formellement Papes et ne sauraient donc assurer pleinement avec leur hiérarchie officielle subordonnée l’Apostolicité.

    Cependant, Paul VI et ses successeurs “vaticandeux”, qui n’ont nullement été officiellement exclus de l’Église Catholique (ceux qui n’acceptent pas ce fait tombent dans l’hérésie en faisant mourir, qu’ils le veuillent ou non, la Sainte Église Catholique), Paul VI et ses successeurs “vaticandeux”, donc, ont bien été désignés pour être Papes par un collège de cardinaux qui, pas plus qu’eux, n’a aucunement été officiellement exclu de l’Église Catholique. Ils devraient donc être Papes et, ne l’étant pas formellement, ils sont comme (analogiquement) la matière en puissance de le devenir, tels des élus de conclave qui n’ont pas encore réellement accepté de remplir les fonctions de Pape.
    Il en va nécessairement de même avec toute la hiérarchie qui leur est subordonnée : ses membres, qui devraient recevoir la Juridiction de la part de Papes formaliter, ne la reçoivent pas formellement puisque Paul VI et ses successeurs “vaticandeux” ne sont pas formellement Papes, ne peuvent pas l’être en raison des hérésies auxquelles y adhèrent en tant que papes. Cependant, cette hiérarchie possède encore la possibilité, ses membres n’ayant pas été officiellement exclus de l’Église Catholique, de recevoir la Juridiction si un véritable Pape la lui donne. Elle est donc, avec cette puissance de recevoir la Juridiction, comme la matière de la Hiérarchie sacrée.

    Ces “papes” materialiter et cette hiérarchie tout aussi materialiter assurent donc MATÉRIELLEMENT, comme au titre de vestige de l’Autorité que cette hiérarchie possédait quand il y avait encore formellement un Pape, l’Apostolicité conformément à ces distinctions classiques de véritables théologiens.

Cette dernière position est la seule qui soit pleinement catholique et qui respecte entièrement les quatre notes de l’Église :
Son Unité, principalement par l’adhésion à la Foi de toujours et le rejet des fauteurs d’hérésies vaticandeuses, et par les Sacrements substantiellement inchangés depuis l’époque apostolique ;
Sa Sainteté par le rejet de ces hérésies vaticandeuses et des prétendus nouveaux “sacrements” ;
Sa Catholicité par l’adhésion à l’Église fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ et perpétuée par les véritables successeurs des Apôtres ;
Enfin, son Apostolicité comme nous venons de le voir ; Apostolicité qu’elle est la seule à véritablement respecter !…

Toute autre position, nous l’avons vu, ne saurait être catholique et ne peut donc être acceptée.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mer 12 Oct - 20:22

C'est un hold up en règle de la part des bandits de la thèse.

On entre doucement par la grande porte on commence par demander gentiment la caisse puis on explique qu'on a de bonnes armes et enfin on somme tout le monde de remettre la caisse sinon on descend tout ce qui bouge.

C'est comme ça parce que c'est le mieux et que ça nous plait et c'est pas autrement.

Du brigandage théologique couvert par des pâtés argumentaires dignes d'un marchand juifs qui déballent sa camelote sans chercher à convaincre. Ma cale c'est la meilleure c'est comme ça c'est moi qui te le dis. Oh maurice tu l'as prend ma came formaliter !!

Bref sous couvert de grande science, du libéralisme misérable.


Qui peut croire que la succession Apostolique, que la descendance des Apôtres puissent n'être que matérielle, chez des individus manifestement dans l'hérésie.
Oser faire reposer la succession des Apôtres, premiers évêques chez des crapules sans foi ni loi qui ne sont pas validement évêque. Une mascarade.


Monsieur Bontemps votre verbiage ne mérite pas d'autres réponses plus sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mer 12 Oct - 20:33

Au passage Monsieur Bontemps dit que notre position serait hérétique ... quelle autorité l'a déclarée comme telle ? Quand aurions nous été condamné comme hérétique ? Serait il plus évident d'être hérétique lorsqu'on affirme que les renégats du vatican ont misérablement apostasié que lorsqu'on est justement un de ces misérables assassins de la Foi que Monsieur Bontemps place matériellement à la succession des saints Apôtres ?

lamentable évidement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mer 12 Oct - 22:11

Insinuer implicitement, même si c'est inconsciemment, que l'Apostolicité searait anéantie, comme l'impose nécessairement quoique involontairement et même contre son gré, la position de cet excité qu'est Edouard Marie Laugier, est, qu'il le veuille ou non, matériellement hérétique !

Pour les reste, que cet analphabète retourne donc à l'école primaire au lieu de se mêler de problèmes aussi délicats que ceux abordés ici !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mer 12 Oct - 22:15

Edouard Marie Laugier a écrit:
C'est un hold up en règle de la part des bandits de la thèse.

On entre doucement par la grande porte on commence par demander gentiment la caisse puis on explique qu'on a de bonnes armes et enfin on somme tout le monde de remettre la caisse sinon on descend tout ce qui bouge.

C'est comme ça parce que c'est le mieux et que ça nous plait et c'est pas autrement.

Du brigandage théologique couvert par des pâtés argumentaires dignes d'un marchand juifs qui déballent sa camelote sans chercher à convaincre. Ma cale c'est la meilleure c'est comme ça c'est moi qui te le dis. Oh maurice tu l'as prend ma came formaliter !!

Bref sous couvert de grande science, du libéralisme misérable.


Qui peut croire que la succession Apostolique, que la descendance des Apôtres puissent n'être que matérielle, chez des individus manifestement dans l'hérésie.
Oser faire reposer la succession des Apôtres, premiers évêques chez des crapules sans foi ni loi qui ne sont pas validement évêque. Une mascarade.


Monsieur Bontemps votre verbiage ne mérite pas d'autres réponses plus sérieuses
Et mis à part ces jugements à l'emporte-pièce qui, entièrement gratuits ne prouvent absolument rien, où sont les arguments de ce gardien de bœufs ? clown Laughing ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 0:18

Laissons Edouard Marie Laugier préparer sérieusement pour une fois ses éventuels arguments et répondre peut-être enfin à ces questions et à celles-ci :
  • Qui, ou quoi, dit donc à cet excité qui croit tout connaître, qu'AUCUN des hiérarques actuels n'a la Foi ?
  • Qui, ou quoi, dit donc à cet excité qui croit tout connaître, qu'« Il faut avoir quelque chose à voir avec la Foi Catholique pour faire partie de la hiérarchie et du pouvoir de juridiction » ?
  • « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ? »
  • Pour nous prouver qu'il a quand même dépassé l'âge de 7 ans derrière lequel il se retranche toujours, qu'il nous montre – s'il le peut scratch – un petit poème de son cru ;
  • A quoi est égal, dans un triangle rectangle, la somme des carrés des deux côtés de l'angle droit ? Laughing Very Happy ;
Et attachons-nous plutôt à voir les réactions du côté canadien !...

Or, ici, Roger nous a gratifiés de ce texte du R.P. Auguste BOULENGER (Manuel d’Apologétique : Introduction à la doctrine catholique, éd. Emmanuel, Vitte, Paris Lyon, 1937, 8e éd., 490 ...1920, Page 289) que nous soulignons
Citation :

Citation :
351. — 4° L'Apostolicité. —l'apostolicité est la succession continue et légitime du gouvernement de l'Église depuis les Apôtres. Pour qu'il y ait apostolicité il faut donc que des chefs actuels de l'Église l'on puisse remonter aux fondateurs de l'Église, c'est-à-dire aux Apôtres et à Jésus-Christ ; il faut de plus que cette succession soit légitime,
c'est-à-dire que les chefs hiérarchiques se soient succédé conformément aux règles établies, qu'il n'y ait eu par conséquent dans leur accession au gouvernement aucun vice essentiel capable d'invalider leur juridiction.

L'apostolicité de gouvernement implique l’apostolicité de la doctrine. Du fait que les chefs de l'Église ont pour principale mission de transmettre aux hommes le dépôt intégral de la Révélation, il s'ensuit que l'apostolicité de la doctrine doit découler de l'apostolicité de gouvernement, comme l'effet de la cause. Mais l’apostolicite de la doctrine n'est pas une note, parce qu'elle n'est pas une propriété visible, et que, pour savoir si une doctrine est apostolique, il faut rechercher auparavant par qui elle est enseignée.

L'apostolicité a les deux conditions de la note. Elle est : —a) une propriété essentielle. Jésus-Christ ayant institué une hiérarchie permanente, son Église ne peut se trouver que là où les chefs sont les successeurs légitimes des Apôtres ; — b) une propriété visible. Il est aussi facile de contrôler le fait de la succession apostolique des Papes et des Évêques que celle des chefs de toute société humaine, par exemple, la succession des rois de France.
Voilà qui conforme singulièrement notre position et vient contredire ceux qui voudraient que l'on ne puisse voir aujourd'hui où se trouve concrètement l'Apostolicité...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 0:39

Et parmi les 4 notes, ne trouvent-on pas la note Catholique or qu'est ce que le Catholicisme sinon la Foi catholique et sa doctrine ?
La doctrine n'est elle pas une des 4 notes essentielles à l'apostolicité (formelle comme dirais l'autre).
Qu'est ce qui unit un Apôtre de l'an 50 et un évêque de l'an 1950 sinon la Foi, la Vérité. Vérité qui est le socle de toutes choses.

Arrêtez de nous prendre pour des buses et de vous la jouer avec vos insultes et votre hauteur, votre "éminence" matériellement mal barrée avec des positions pareilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 0:46

JP B a écrit:
Insinuer implicitement, même si c'est inconsciemment, que l'Apostolicité searait anéantie, comme l'impose nécessairement quoique involontairement et même contre son gré, la position de cet excité qu'est Edouard Marie Laugier, est, qu'il le veuille ou non, matériellement hérétique !

Pour les reste, que cet analphabète retourne donc à l'école primaire au lieu de se mêler de problèmes aussi délicats que ceux abordés ici !

Il n'est jamais question mais c'est un mensonge réccurent de votrer part ( un réflexe peut être), ou une omission, de nier l'existence de l'apostolicité. Elle existe c'est sur c'est de Foi.

Mais c'est une chose que nous devons croire sans voir, en cette période troublée, cette période d'éclipse où tout nous est caché.

Quand notre Seigneur reviendra sur Terre trouvera t-il encore la Foi ... pas sur. Il faudra bien chercher. Et vous pensez que la succession apostolique sera bien visible, aux mains des modernistes et de leur religion mondiale .. ni évêque ni habillé comme tel et peut être même plus au vatican.

Mais selon certains légalistes
Citation :
il subsiste, nous le verrons plus bas, quelque chose, comme un vestige, de l’ancienne Apostolicité tenue par l’ancienne Hiérarchie sacrée dont ils sont issus.

Et vas y qu'il s'accroche fermement aux renégats apostats mais pas formellement (sic) de la secte. Et du sentimentalisme, un attachement à une "forme" à des "cardinaux" dont les actes sont nuls. Des cardinaux de quoi d'abord ? Où est la Foi catholique là dedans ? La Vérité ?

ce n'est même pas la "Foi des tripes" c'est la raison qui l'impose, le raisonnement le plus élémentaire pour une conscience bien formée à l'amour de la Vérité et de l'esprit de Dieu qui ne va pas vouloir à tout prix mettre du juridique pour expliquer notre époque?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 1:15

Une réaction épidermique du type allergique est également à signaler de la part du maître imposteur, incompétent par excellence.

En fait, ladite réaction sera examinée ici.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 13 Oct - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 1:29

Arrête de ramer, Edouard Marie, t'attaques la falaise, et répond plutôt, petit guignol de 7 ans d'âge mental clown , à ces questions déjà posées ici et  :
  • Qui, ou quoi, dit donc à cet excité qui croit tout connaître, qu'AUCUN des hiérarques actuels n'a la Foi ?
  • Qui, ou quoi, dit donc à cet excité qui croit tout connaître, qu'« Il faut avoir quelque chose à voir avec la Foi Catholique pour faire partie de la hiérarchie et du pouvoir de juridiction » ?
  • « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQUE TU DIS Q’ELLE N’EXISTE PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ? »
  • Pour nous prouver que tu as quand même dépassé l'âge de 7 ans derrière lequel tu te retranches toujours, montre-nous – si tu le peux scratch – un petit poème de ton cru ;
  • A quoi est égal, dans un triangle rectangle, la somme des carrés des deux côtés de l'angle droit ? Laughing Very Happy ;

Excuse le tutoiement : tu deviens fatiguant et je n'ai pas le temps d'employer le vouvoiement !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 1:31

Il perd son calme Mr Bontemps ... Il ne raisonne plus, il resonne.

Tout est dit, relisez, ou persistez dans votre verbiage qui n'impression que les sots. Et surtout croyez avec certitude qu'il n'y a pas besoin de la Foi formelle pour faire partie de la succession apostolique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 1:42





OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE SI ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES
 ?


Une éclipse n'est pas une disparition totale !

Or, c'est à une disparition totale que l'on veut, volontairement ou non, consciemment ou malgré soi, nous faire assister...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 7:32

Roger a écrit:


[...]

Comment des suspects d'hérésies peuvent-ils être papabiles !!? Shocked

  1. Un « suspect d'hérésies », n'étant précisément que “suspect” n'est pas un hérétique formel, peut-être pas même matériel !...

  2. Cf. Objections à la seconde partie de la Thèse
    Spoiler:
     

    Cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3730-la-these-de-cassiciacum#18968 :
    Citation :




    X. Celui qui n’est pas membre de l’Eglise ne peut en être le chef. Or “les papes du concile” ne sont pas membres de l’Eglise. Donc ils ne peuvent en être le chef.

    Réponse
    : je distingue la majeure. Celui qui n’est pas membre de l’Eglise ne peut en être le chef formellement, je concède, il ne peut en être le chef matériellement, je nie. La raison en est qu’être chef matériellement, comme il est dit avant, implique seulement la désignation à recevoir la papauté ; mais la forme, qui est l’autorité, exige que le désigné soit membre de l’Eglise. Par exemple, Saint Ambroise a été désigné à l’épiscopat de Milan quand il était encore catéchumène (donc, il n’était pas baptisé et était hors de l’Eglise). S’il avait refusé le baptême, il n’aurait pas pu recevoir l’autorité, mais serait également resté évêque-élu tant que cette désignation ne lui aurait pas été ôtée. Mais même au cas où quelqu’un veuille rejeter cet argument, il sera nécessaire de distinguer la mineure : les “papes du concile” ne sont pas membres de l’Eglise face à Dieu et en réalité, je le concède comme étant seulement probable puisque seulement probablement ils sont obstinés dans l’hérésie ; ils ne sont pas membres de l’Eglise face à la loi, je nie : en tant que leur pertinacité dans l’hérésie n’est ni prouvée ni présumée par la loi. Toute la force de l’objection dépend de la possibilité de démontrer leur pertinacité et, sans une déclaration de l’Eglise, c’est extrêmement difficile. En outre, au cas où existerait un doute concernant leur pertinacité ou leur imputabilité, la présomption de droit serait en faveur de l’accusé et la preuve tomberait.


    Instance : Même les hérétiques qui errent de bonne foi ne sont pas membres de l’Eglise.

    Réponse
    : je distingue : les hérétiques qui sont nés dans des sectes non-catholiques, qui errent de bonne Foi, ne sont pas membres de l’Eglise, je concède ; mais les hérétiques qui ont été baptisés dans l’Eglise Catholique, qui errent de bonne Foi, ne sont pas membres de l’Eglise, je nie. Cette distinction est de la plus grande importance et ceux qui ne la font pas tombent dans une grande confusion. La raison en est que ceux qui ont reçu le baptême sont légalement membres de l’Eglise tant qu’ils ne cessent pas de l’être 1) par hérésie notoire et pertinace ; 2) par schisme pertinace et notoire ; 3) par apostasie pertinace et notoire ; 4) par excommunication. Les trois premières raisons impliquent la pertinacité, c’est pourquoi elles n’ont pas de valeur pour cet argument. L’excommunication peut être ou latæ sententiæ ou déclaratoire. Dans la première, l’argument ne vaut pas puisque les censures contre l’hérésie requièrent l’imputabilité (c’est-à-dire pertinacité) notoire. Si au contraire l’excommunication a été déclarée l’argument est valide. Si au contraire l’excommunication n’a pas été déclarée, l’argument n’est pas valide. Or l’excommunication n’a pas été déclarée, donc l’argument n’est pas valide. Ceux qui sont nés dans des sectes non catholiques, même s’ils ont erré de bonne Foi, légalement on présume qu’ils se sont obstinés dans l’erreur, donc ils sont légalement en dehors de l’Eglise même s’ils peuvent être membres de l’Eglise par désir.


    Instance : Le Canon 2200 § 2 présume l’imputabilité quand il y a violation extérieure de la loi.

    Réponse
    : C’est une petitio principii
  3. [**]. Invoquer le Canon 2200 est un cercle vicieux puisque la violation de la loi dans le cas d’hérésie requiert la pertinacité. Qu’on lise la loi (Canon 1325 § 2) : si quelqu’un, après réception du baptême, retenant le nom de Chrétien, nie avec pertinacité l’une des vérités à croire de Foi divine et catholique ou la met en doute, il est hérétique ; s’il abandonne complètement la Foi catholique, il est apostat ; si enfin il nie la soumission au Souverain Pontife ou refuse la communion avec les membres de l’Eglise à lui sujets, il est schismatique. Donc, il n’y a pas de violation extérieure de la loi là où il n’y a pas pertinacité externe. Mais même si l’on veut appliquer le Canon 2200 § 2, la présomption d’imputabilité dans la violation de la loi contre l’hérésie n’a aucune valeur sans une déclaration de l’Eglise, puisque la présomption doit céder devant les faits. De facto cependant, il n’est pas certain que ces “papes” soient hérétiques obstinés, ni qu’il y ait une autorité compétente ou un tribunal en mesure de déclarer le fait de la pertinacité. Toute l’argumentation vacille du fait de la difficulté de prouver ou même de présumer la pertinacité. En d’autres termes quand l’autorité manque ou quand elle cesse d’opérer une grande confusion naît et la certitude dans les questions légales devient extrêmement difficile sinon impossible. Ce discours finit toujours par un discours sur la pertinacité de ces “papes” ce qui est, à mon avis, une question sans issue.

    [**] : Pétition de principe, c’est-à-dire illogisme dans lequel on suppose vrai ce qui est en question, on considère comme admis ce qui doit être démontré. – Note de JP B.



_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 8:08

JP B a écrit:




OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE SI ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES
 ?


Une éclipse n'est pas une disparition totale !

Or, c'est à une disparition totale que l'on veut, volontairement ou non, consciemment ou malgré soi, nous faire assister...

Menteur malhonête .... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 9:07

Edouard Marie Laugier a écrit:
C'est un hold up en règle de la part des bandits de la thèse.

On entre doucement par la grande porte on commence par demander gentiment la caisse puis on explique qu'on a de bonnes armes et enfin on somme tout le monde de remettre la caisse sinon on descend tout ce qui bouge.

C'est comme ça parce que c'est le mieux et que ça nous plait et c'est pas autrement. [Ti parles bien la Fronce, toi, dis !]

Du brigandage théologique couvert par des pâtés argumentaires dignes d'un marchand juifs qui déballent sa camelote sans chercher à convaincre. Ma cale c'est la meilleure c'est comme ça c'est moi qui te le dis. Oh maurice [sic] tu l'as prend [sic] ma came formaliter !!

Bref sous couvert de grande science, du libéralisme misérable.


Qui peut croire que la succession Apostolique, que la descendance des Apôtres puissent n'être que matérielle, chez des individus manifestement dans l'hérésie.
Oser faire reposer la succession des Apôtres, premiers évêques chez des crapules sans foi ni loi qui ne sont pas validement évêque [sic]. Une mascarade.


Monsieur Bontemps votre verbiage ne mérite pas d'autres réponses plus sérieuses
Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

« Monsieur Bontemps votre verbiage ne mérite pas d'autres réponses plus sérieuses » surtout quand on ne peut pas en donner ! Very Happy Very Happy ...


Edouard Marie Laugier a écrit:
Et parmi les 4 notes, ne trouvent-on [sic Laughing ] pas la note Catholique or qu'est ce que le Catholicisme sinon la Foi catholique et sa doctrine ?
La doctrine n'est elle [le sieur Laugier ignore décidément les traits d'union...] pas une des 4 notes essentielles à l'apostolicité (formelle comme dirais [sic] l'autre).
Qu'est ce qui unit un Apôtre de l'an 50 et un évêque de l'an 1950 sinon la Foi, la Vérité. Vérité qui est le socle de toutes choses.

Arrêtez de nous prendre pour des buses et de vous la jouer avec vos insultes et votre hauteur, votre "éminence" matériellement mal barrée avec des positions pareilles.
Mais nous avons écrit, ce que cet excité n'a pas su lire :
Citation :

[...] [Notre] position est la seule qui soit pleinement catholique et qui respecte entièrement les quatre notes de l’Église :
Son Unité, principalement par l’adhésion à la Foi de toujours et le rejet des fauteurs d’hérésies vaticandeuses, et par les Sacrements substantiellement inchangés depuis l’époque apostolique ;
Sa Sainteté par le rejet de ces hérésies vaticandeuses et des prétendus nouveaux “sacrements” ;
Sa Catholicité par l’adhésion à l’Église fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ et perpétuée par les véritables successeurs des Apôtres ;
Enfin, son Apostolicité comme nous venons de le voir ; Apostolicité qu’elle est la seule à véritablement respecter !…


Edouard Marie Laugier a écrit:
JP B a écrit:
Insinuer implicitement, même si c'est inconsciemment, que l'Apostolicité searait anéantie, comme l'impose nécessairement quoique involontairement et même contre son gré, la position de cet excité qu'est Edouard Marie Laugier, est, qu'il le veuille ou non, matériellement hérétique !

Pour les reste, que cet analphabète retourne donc à l'école primaire au lieu de se mêler de problèmes aussi délicats que ceux abordés ici !

Il n'est jamais question mais c'est un mensonge réccurent [sic] de votrer [sic] part ( un réflexe peut être), ou une omission, de nier l'existence de l'apostolicité. Elle existe c'est sur c'est de Foi.

Mais c'est une chose que nous devons croire sans voir, en cette période troublée, cette période d'éclipse où tout nous est caché.

[...]

Insinuer implicitement, même si c'est inconsciemment, est-ce “nier” explicitement et formellement comme voudrait faire croire mensongèrement ce clown que nous aurions écrit ou même seulement insinuer cela ?

Or donc, OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE SI ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ?


Une éclipse n'est pas une disparition totale !

Or, c'est à une disparition totale que l'on veut, volontairement ou NON, consciemment ou MALGRÉ SOI, nous faire assister...

Et mis à part ces jugements à l'emporte-pièce qui, entièrement gratuits ne prouvent absolument rien, où sont les arguments de ce Gardian qui confond garder l'Église et garder les bœufs ? clown Laughing ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 9:50

http://foicatholique.cultureforum.net/t3730-la-these-de-cassiciacum#18966
Citation :


VIII. Si les électeurs n’ont pas le droit d’élire un pape, alors la personne élue par eux n’est pas vraiment désignée à la papauté. Or les électeurs des “papes du concile” n’ont pas le droit d’élire puisqu’ils sont hérétiques. Donc celui qui est élu par eux n’est pas vraiment désigné à la papauté.

Réponse : Je concède
la majeure. Je nie la mineure et la conclusion. Les électeurs des “papes” du concile c’est-à-dire Paul VI, Jean-Paul Ier et Jean-Paul II [aujourd'hui, Benoît XVI] ont le droit d’élire puisqu’ils n’ont pas perdu ce droit pour cause d’hérésie pour plusieurs raisons : 1) leur défection de la Foi catholique n’est ni déclarée ni notoire pour la raison dite plus haut (Objection VI). Donc il n’y a ni renonciation tacite ni censure ; 2) le droit d’élire n’est pas juridiction. Ce n’est pas un droit de légiférer. Ce n’est pas un office. C’est une pure faculté morale de désigner légalement celui qui doit recevoir l’autorité suprême. Donc pour posséder et pour exercer ce droit on ne requiert rien d’autre sinon que quelqu’un soit légalement désigné par quiconque a le droit légal de désigner les électeurs du pape. La possession de l’autorité, c’est-à-dire le droit de légiférer exige que le possesseur ait l’intention de diriger l’Eglise aux fins qui lui sont propres, au contraire la possession du droit de désignation requiert seulement que le possesseur veuille le bien de la continuité de la hiérarchie de l’Eglise. Or les électeurs actuels, même s’ils sont en général favorables au Concile Vatican II et au Novus Ordo, veulent objectivement le bien de la continuité de la hiérarchie ecclésiastique. Donc, ils possèdent validement et légalement le droit de désigner, et celui qui a été élu a été élu validement et légalement et possède un droit légal à la papauté.



http://foicatholique.cultureforum.net/t3730-la-these-de-cassiciacum#18967
Citation :



IX. Celui qui reçoit le droit d’élire d’un non-pape n’a pas un droit valide et légal à élire un vrai pape. Or les électeurs des “papes du concile” sont désignés électeurs par un non-pape. Donc, ils n’ont pas un droit valide et légal à élire un vrai pape.

Réponse
 : je distingue la majeure. Celui qui reçoit le droit d’élire le pape de celui qui n’est pas non plus pape matériellement, je concède ; de celui qui n’est pas pape seulement formellement, je nie. Je contre-distingue la mineure et je nie la conclusion. La raison en est que, comme je l’ai dit avant, l’autorité a un double objet : l’un, qui regarde le fait de légiférer, l’autre qui regarde la continuité du corps de l’Eglise. A proprement parler, l’autorité, qui est le droit de légiférer, concerne le premier objet et provient directement de Dieu ; au contraire le droit de désigner qui à proprement parler n’est pas l’autorité, concerne l’autre objet et provient de l’Eglise. Or celui qui a été élu à la papauté reçoit en lui l’autorité tout de suite après qu’il ait accepté l’élection, pourvu qu’il ne mette aucun obstacle à recevoir l’autorité, comme je l’ai dit avant. Donc, il peut arriver que celui qui a été élu à la papauté reçoive en soi le droit de désigner, qui concerne la continuité du corps de l’Eglise, mais ne reçoive pas l’autorité qui concerne la promulgation des lois ; en ce cas le pape élu (c’est-à-dire pape seulement matériellement) désignera validement et légalement les électeurs des papes, mais ne pourra validement et légalement légiférer. C’est le cas des “papes du concile”, qui désignent donc validement et légalement les électeurs des papes, même des papes du Novus Ordo.


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 11:32

L'incompétent par excellence, Sa Sainteté Gégé Ier, dans ce message,
a écrit:


[...]
Si donc l'Eglise catholique vit grâce aux hérétiques qui la composent, c'est qu'elle n'a commencé à vivre que depuis Vatican II.

[...]

Si lors du « concil[iabul]e Vatican II” » il y a eu fondation d'une nouvelle Église (secte conciliaire) où est donc passée l'Église enseignante catholique ?...

« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ? »

lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 14:51

Non la disparition totale ce sont les arguments que vous tentez de nous faire porter et c'est mensongers.
Pour l'absurde, nous avons votre théorie de l'apostolicité assurée par des individus sans Foi Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 15:29

« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ? »

lol!

Et pour les autres questions, voir ici, dans le fil « Incompétence » ! Laughing ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Jeu 13 Oct - 18:13

Ici,
Roger, qui a modifié son message d'origine, a écrit:

[...]

Je voulais dire que si quelqu'un de soupçonné d'hérésie est écarté de la course à la papauté alors combien Montini n'aurait-il pas dû l'être ! on voit bien par là que ce conclave fut toute une imposture.

[...]


  1. Où est-il dit que « quelqu'un soupçonné d'hérésie est », doit être, « écarté de la course à la papauté » ?

  2. Quelle Autorité dans l'Église a déclaré Montini « suspect d'hérésie » ?

  3. Il y a longtemps que la question ne se pose plus pour Montini qui est décédé en 1978 !
    En revanche, elle se pose toujours pour son troisième successeur, Josef RATZINGER...

  4. Puisque, d'après roger, « si quelqu'un de soupçonné d'hérésie est écarté de la course à la papauté alors combien Montini n'aurait-il pas dû l'être » le 21 juin 1963, date de son élection, où est donc passée, depuis cette date, l'Église enseignante catholique avec un Pape nécessairement à sa tête ?...

  5. « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ? »

  6. Comment roger peut-il échapper à l'accusation d'hérésie au moins matériel en laissant implicitement entendre que, depuis Paul VI, l'Église enseignante catholique aurait disparu et que l'Apostolicité serait ainsi, qu'il le veuille ou non, nécessairement rompue ?...

La Thèse folle est bien la sienne et celle de ses comparses !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Sam 15 Oct - 8:22

Finalement, qui peut démontrer qu'il y a une meilleure solution que celle exposée ici en troisième position ?

Et, bien sûr, qui peut répondre de façon plus juste qu'avec cette troisième position à cette question : « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE QUAND ON DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? » ?

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Sam 15 Oct - 23:03

Déjà répondu plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Sam 15 Oct - 23:34



Reformulons
 :


  • Finalement, qui peut démontrer qu'il y a une meilleure solution que celle exposée ici en troisième position ?

    Le sieur Laugier prétend qu'il aurait « déjà répondu plus haut » !

    Où ?
    Voilà un beau mensonge !...



  • Qui peut répondre de façon plus juste qu'avec cette troisième position à cette question : « OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE QUAND ON DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? » ?

    Le sieur Laugier, en répondant ci-dessus « déjà répondu plus haut », laisse entendre qu'il aurait quelque part précisé OÙ SE TROUVE, CONCRÈTEMENT AUJOURD'HUI, LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU'IL DIT Q'ELLE N'EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE.

    C'est là un second mensonge car il n'a précisé la chose nulle part !...


Après avoir démontré, en maints endroits, les hérésies et l'esprit schismatique du sieur Laugier, nous sommes obligés de l'accuser de baigner dans le mensonge...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Lun 17 Oct - 4:32

Via Crucis, à cause de ce message, va s'attirer les foudres de Gérard...
Pour lui, en effet, tant à Rome que dans le monde entier, il ne reste rien de l'Église enseignante : il n'y a plus d'existant, aujourd'hui, que la « secte conciliaire » ; pour lui, qui baigne en pleine hérésie, l'Église enseignante est morte ! No ...
Et ceux qui ne partagent pas sa position hérétique reconnaissent, dit-il, l'autorité des conciliaires vaticandeux ! Rolling Eyes

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Sam 22 Oct - 11:22

Dans ce nouveau message,
notre super surexcité, plus dur que les durs de dur, a écrit:


Gabrielle a écrit :
Citation :
Tout simplement parce que Ratzinger doit suivre les traces de Wojtyla et faire avancer le processus de démolition.
Ah Bon ! parce qu'ils n'ont pas tout détruit à Vatican II ? Il ne s'agirait pas d'une autre foi, d'une autre église, d'une secte syncrétique sans rapport avec l'Eglise catholique ? !!!

Vous ne croyez pas qu'un demi-siècle après la naissance de cette fameuse secte, il serait grand temps d'abandonner le langage tradi qui consiste à faire croire, par des termes appropriés, qu'il s'agirait de vilains MODERNISTES, toujours catholiques mais en même temps toujours catholiques, qui ont entrepris de démolir l'Eglise de l'intérieur...petit à petit ...sans que JAMAIS ils ne finissent le processus de la démolition de l'Eglise.

Ce langage permet de se faire prendre pour un bon tradidur qui pourfend les modernistes de tout poil dans l'église conciliaire en laissant croire que l'Eglise catholique subsiste au Vatican par la foi qu'ils lui apportent et par la charité qu'ils mettent à la défendre ! Elle reste aussi pour eux l'Eglise catholique par le syncrétisme traditionaliste qui consiste à ne JAMAIS exclure les hérétiques et même les hérésiarques (fondateurs de sectes) de l'Eglise catholique !

Et où donc, comment donc, avec cet incompétent par excellence, la sauvegarde de l'Apostolicité est-elle assurée (ne serait-ce que matériellement) ? clown ...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mar 25 Oct - 23:23

Aujourd'hui à 19h51 (heure française) dans le fil "Question sur l'Apostolicité :" d'"un forum que je ne nommerai pas pour l'avoir déjà fait trop de fois, le nommé Roger renvoie à un autre fil ("L'Apostolicité de l'Église et l'Abbé Belmont") dans lequel la papesse dudit forum qui initie le fil,
se trompant de question dans son premier message, a écrit:


[...]

Est-ce que l'abbé Belmont peut nous dire en quoi l'hérétique Ratzinger assure-t-il la moindre incidence sur l'apostolicité de la Sainte Église?

Elle se trompe de question, dis-je, car celle qu'il faut se poser est la suivante :
OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE SI ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ?

Question toujours sans réponse à l'heure qu'il est !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mar 25 Oct - 23:52

JP B a écrit:
Aujourd'hui à 19h51 (heure française) dans le fil "Question sur l'Apostolicité :" d'"un forum que je ne nommerai pas pour l'avoir déjà fait trop de fois, le nommé Roger renvoie à un autre fil ("L'Apostolicité de l'Église et l'Abbé Belmont") dans lequel la papesse dudit forum qui initie le fil,
se trompant de question dans son premier message, a écrit:


[...]

Est-ce que l'abbé Belmont peut nous dire en quoi l'hérétique Ratzinger assure-t-il la moindre incidence sur l'apostolicité de la Sainte Église?

Elle se trompe de question, dis-je, car celle qu'il faut se poser est la suivante :
OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE SI ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES ?

Question toujours sans réponse à l'heure qu'il est !...

Un succession apostolique "par défaut" chez ceux qui collent le mieux au poste (en apparence) quand bien même ils n'auraient pas le caractère épiscopal.

Une chose est d'être Cardinal, point besoin d'être prêtre, catholique suffit, une autre la succession apostolique. Et Cette succession ce sont les descendants des apôtres qui l'assurent et personne d'autres. c'est tout !

Vos salamecs de supléances par ci de juridiction inventée par la, de hiérarchie matérielle, aller le vendre ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mer 26 Oct - 0:45

Je vends ce que je veux (dès lors que ce n’est pas opposé à la Sainte Église Catholique), quand je veux, là où je veux : ce n’est pas un gardien de bœufs qui va m’en empêcher !

Cela dit,
un excité délirant, en réponse à la question de savoir où, aujourd’hui, se trouve la succession apostolique et niant implicitement que pour être formellement « descendants des apôtres », il faille posséder le pouvoir de Juridiction, a écrit:


Un [sic] succession apostolique "par défaut" chez ceux qui collent le mieux au poste (en apparence) quand bien même ils n'auraient pas le caractère épiscopal.

Pauvre Gardian ! La cervelle toujours dans la mélasse…

Si la succession apostolique n’est absolument pas, pas même materialiter c’est-à-dire en puissance, chez les "conciliaires", alors la succession apostolique est rompue car elle n’existe formellement nulle part, et, donc, l’Église est morte, ce qui est impossible !

Sinon, qu’il nous montre « ceux qui [AYANT LE POUVOIR DE JURIDICTON] collent le mieux au poste (en apparence) quand bien même ils n'auraient pas le caractère épiscopal »…
Les propositions du sieur Laugier, déjà matériellement hérétiques, glissent vers le schisme en laissant entendre que des personnes qui n’auraient pas reçu le pouvoir de Juridiction par un Pape en acte pourraient être considérées comme successeurs des Apôtres !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EML Leod
Baptisé


Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Mer 26 Oct - 0:57

JP B a écrit:
Je vends ce que je veux (dès lors que ce n’est pas opposé à la Sainte Église Catholique), quand je veux, là où je veux : ce n’est pas un gardien de bœufs qui va m’en empêcher !

Cela dit,
un excité délirant, en réponse à la question de savoir où, aujourd’hui, se trouve la succession apostolique et niant implicitement que pour être formellement « descendants des apôtres », il faille posséder le pouvoir de Juridiction, a écrit:


Un [sic] succession apostolique "par défaut" chez ceux qui collent le mieux au poste (en apparence) quand bien même ils n'auraient pas le caractère épiscopal.

Pauvre Gardian ! La cervelle toujours dans la mélasse…

Si la succession apostolique n’est absolument pas, pas même materialiter c’est-à-dire en puissance, chez les "conciliaires", alors la succession apostolique est rompue car elle n’existe formellement nulle part, et, donc, l’Église est morte, ce qui est impossible !

Sinon, qu’il nous montre « ceux qui [AYANT LE POUVOIR DE JURIDICTON] collent le mieux au poste (en apparence) quand bien même ils n'auraient pas le caractère épiscopal »…
Les propositions du sieur Laugier, déjà matériellement hérétiques, glissent vers le schisme en laissant entendre que des personnes qui n’auraient pas reçu le pouvoir de Juridiction par un Pape en acte pourraient être considérées comme successeurs des Apôtres !…

Vous n'en savez rien strictement rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?   Aujourd'hui à 20:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Apostolicité ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bon larron Aujourd'hui avec moi tu seras dans le paradis
» pensée pour mon papa
» aujourd'hui 26 juillet
» choix de magazine : la classe ou l'école aujourd'hui?
» Réseau cathare d'aujourd'hui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: