Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Ven 3 Fév - 14:26

JP B a écrit:

Où est aujourd'hui la succession apostolique ?

Hein, OÙ EST-ELLE ?


Cher JP B, même Mgr guérard reconnaissait que la visibilité n'était pas une note de l'Eglise ...

+

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Ven 3 Fév - 14:34

admin a écrit:
JP B a écrit:

Où est aujourd'hui la succession apostolique ?

Hein, OÙ EST-ELLE ?


Cher JP B, même Mgr guérard reconnaissait que la visibilité n'était pas une note de l'Eglise ...

+
Il ne s'agit pas de la visibilité, il s'agit de l'Apostolicité !
Rosalmonte a parfaitement répondu sans voir (manque de visibilité) comment l'Apostolicité peut perdurer et, en fait, perdure ; mais le super surexcité de service, plus dur que les durs de dur, refuse son raisonnement car, pour ce juge suprême, tous les conciliaires sont définitivement excommuniés par sa très haute autorité.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard
Baptisé


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Ven 3 Fév - 19:21

JP B a écrit:

Où est aujourd'hui la succession apostolique ?

Hein, OÙ EST-ELLE ?

Ne cherche pas...elle est dans un coin de ton p'tit cerveau qui a pris l'air !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Ven 3 Fév - 21:01


Réponse d'un hérétique (au moins matériel) qui ne la veut voir, non pas où il ne sait pas car elle est éclipsée, mais NULLE PART !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Mar 21 Fév - 9:44

Dans ce message le juge des Papes (formaliter) prétend citer le Cardinal Leonardo ANTONELLI en écrivant ceci
Citation :
« ...Que fera un gouvernement qui, après avoir proscrit la religion catholique, après l'avoir persécutée par les lois les plus scandaleuses, après s'être souillé du sang de tant de martyrs, lui rouvre aujourd'hui la porte, non comme religion dominante, mais comme opinion religieuse de la majorité du peuple, non par amour, mais par crainte, non par respect, mais par politique. En attendant, il la veut dépouillée et nue, avec de rares ministres, des ministres salariés, des ministres nommés par le gouvernement lui-même, des ministres qui, dans le passé, ont alimenté l'incendie, des ministres qu'on veut faire passer pour catholiques, quoique auteurs du schisme, quoique ni pénitents ni réconciliés. Et par contraste, on voit les pasteurs légitimes, les confesseurs de la foi de Jésus-Christ exilés de leur patrie et de plus, ce que je ne peux dire sans larmes, frappés et séparés de leurs troupeaux par l'épée même de Pierre ; les religieux chassés de tout ce vaste empire ; les vierges saintes sans asile ; les chapitres et les séminaires sans moyen de subsister ; les temples qui restent, après les profanations passées, souillées et en ruine ; les fondations, les œuvres pies, les prérogatives, les immunités abolies et détruites ; en définitive, un squelette qui n'a même ni sang, ni muscles. Voilà le fantôme de religion qu'on rétablit en France et ceux qui ont conçu ce triste projet s'en font gloire et usurpent le titre de restaurateurs des autels... »
Plus faussaire que Gérard, tu meurs !
Voici en effet la source de cet imposteur ! Suspect Rolling Eyes...
Et voici présenté ici et le véritable auteur de la citation faite par l'imposteur Gégé...

Voilà comment, par charité bien comprise pour Gérard et pour l'ensemble de la communauté des lecteurs, on agit avec lui.
Bravo, Louis ! Mais, à dire vrai, un énergumème comme Gérard devrait être systématiquement exclus de tout forum qui se prétend catholique...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Jeu 8 Mar - 11:47

Gérard est un traître qui saisit toute occasion pour attaquer les véritables Papes et, pour ce faire, il n’hésite pas à se référer explicitement aux modernistes qu'il proclame par ailleurs vouloir combattre ! Suspect

Dans ce message il reproduit en effet un large extrait de ceci pour tenter de salir une fois de plus Sa Sainteté Pie XII !

Il demande des commentaires.
En voici un déposé par un de ses propres amis ; mais môssieur s’entête...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 17 Mar - 17:49

Pauvre Gégé ! Rolling Eyes

Même ses amis, ici, Gabrielle, lui montrent qu'il n'est pas catholique dans sa pensée et sa démarche.

Elle cite, en réponse aux allégations scandaleuses et trompeuses de « Sa Sainteté Gégé Ier » contre le Pape PieXII qu’il calomnie, deux passages de l’Encyclique de celui-ci, Humani Generis (rechercher le mot “hypothèses” pour trouver le passage), que je me permets de reprendre pour compléter (en noir) et y apporter de nouveaux soulignés. (Ce qui est en rouge gras est souligné par Gabrielle et elle a reproduit en bleu ce que Gérard a sauté !…)
Citation :

[...]

Il nous reste à dire un mot des sciences qu'on dit positives, mais qui sont plus ou moins connexes avec les vérités de la foi chrétienne. Nombreux sont ceux qui demandent avec instance que la religion catholique tienne le plus grand compte de ces disciplines. Et cela est assurément louable lorsqu'il s'agit de faits réellement démontrés; mais cela ne doit être accepté qu'avec précaution, dès qu'il s'agit bien plutôt d'
" hypothèses " qui, même si elles trouvent quelque appui dans la science humaine, touchent à la doctrine contenue dans la Sainte Ecriture et la "Tradition ". Dans le cas où de telles vues conjecturales s'opposeraient directement ou indirectement à la doctrine révélée par Dieu, une requête de ce genre ne pourrait absolument pas être admise.

C'est pourquoi le magistère de l'Eglise n'interdit pas que la doctrine de l' " évolution ", dans la mesure où elle recherche l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante - car la foi catholique nous ordonne de maintenir la création immédiate des âmes par Dieu - soit l'objet, dans l'état actuel des sciences et de la théologie d'enquêtes et de débats entre les savants de l'un et de l'autre partis : il faut pourtant que les raisons de chaque opinion, celle des partisans comme celle des adversaires, soient pesées et jugées avec le sérieux, la modération et la retenue qui s'imposent; à cette condition que tous soient prêts à se soumettre au jugement de l'Eglise à qui le mandat a été confié par le Christ d'interpréter avec autorité les Saintes Ecritures et de protéger les dogmes de la foi (11).
Cette liberté de discussion, certains cependant la violent trop témérairement : ne se comportent-ils pas comme si l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante était à cette heure absolument certaine et pleinement démontrée par les indices jusqu'ici découverts et par ce que le raisonnement en a déduit; et comme si rien dans les sources de la révélation divine n'imposait sur ce point la plus grande prudence et la plus grande modération.

Mais quand il s'agit d'une autre vue conjecturale qu'on appelle le polygénisme, les fils de l'Eglise ne jouissent plus du tout de la même liberté. Les fidèles en effet ne peuvent pas adopter une théorie dont les tenants affirment ou bien qu'après Adam il y a eu sur la terre de véritables hommes qui ne descendaient pas de lui comme du premier père commun par génération naturelle, ou bien qu'Adam désigne tout l'ensemble des innombrables premiers pères. En effet on ne voit absolument pas comment pareille affirmation peut s'accorder avec ce que les sources de la vérité révélée et les Actes du magistère de l'Eglise enseignent sur le péché originel, lequel procède d'un péché réellement commis par une seule personne Adam et, transmis à tous par génération, se trouve en chacun comme sien (12).

Comme dans le domaine de la biologie et de l'anthropologie, il en est qui, dans le domaine de l'histoire, négligent audacieusement les limites et les précautions que l'Eglise établit. Et en particulier, il Nous faut déplorer une manière vraiment trop libre d'interpréter les livres historiques de l'Ancien Testament, dont les tenants invoquent à tort, pour se justifier, la lettre récente de la Commission Pontificale biblique à l'Archevêque de Paris (13),
Cette lettre, en effet, avertit clairement que les onze premiers chapitres de la Genèse, quoiqu'ils ne répondent pas exactement aux règles de la composition historique, telles que les ont suivies les grands historiens grecs et latins et que les suivent les savants d'aujourd'hui, appartient néanmoins au genre historique en un sens vrai, que des exégètes devront étudier encore et déterminer : cette Lettre dit encore que les mêmes chapitres, dans le style simple et figuré, bien approprié à l'état des esprits d'un peuple peu cultivé, rapportent les vérités essentielles sur lesquelles repose la poursuite de notre salut éternel, ainsi qu'une description populaire de l'origine du genre humain et du peuple élu. Si par ailleurs, les anciens hagiographes ont puisé quelque chose dans les narrations populaires (ce qu'on peut assurément concéder), on ne doit jamais oublier qu'ils l'ont fait sous l'inspiration divine qui les a préservés de toute erreur dans le choix et l'appréciation de ces documents.

[...]



(11) Cfr. Allocut. Pont. ad membra Academiae Scientiarum, 30 nov. 1941 ; A. S. S., vol. XXXIII, p. 506.

(12) Cfr. Rom., V, 12-19 ; Conc. Trid., sess. V., can. 1-4.

(13) 16 janvier 1948 : A. A. S., vol. XL, pp. 45-48.


Plus malhonnête, dans l’interprétation d’un texte, que Gégé, tu meurs ! No...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Mer 21 Mar - 19:17

Mgr Donald J. SANBORN, dans Vatican II, the Pope and SSPX: Q & A (cf. Questions & Réponses : Vatican II, le Pape et la FSSPX de notre ami Clément LECUYER qui donne cette traduction en français),
a écrit:

[...]

13. Pourquoi l'autorité de l'Église Catholique romaine ne peut-elle donner à l'Eglise universelle de fausses doctrines, de fausses pratiques liturgiques et de fausses disciplines ?

Précisément parce qu'elle est l'autorité du Christ. Le Pape est assisté par le Saint-Esprit dans la promulgation du dogme et de la morale et dans la promulgation des lois liturgiques et des disciplines pastorales. De la même manière qu'il est inimaginable que le Christ puisse promulguer ces erreurs ou promulguer ces disciplines pécheresses, de la même manière il est inimaginable que l'assistance qu'Il donne à l'Église par le Saint-Esprit puisse permettre de telles choses. Par conséquent, le fait que les Papes de Vatican II aient entrepris ces choses est un signe certain qu'ils n'ont pas l'autorité du Christ.
Les enseignements de Vatican II et les réformes qui en procèdent sont contraires à la Foi et ruinent notre salut éternel. Mais puisque l'Eglise est à la fois indéfectible et infaillible, elle ne peut donner à ses fidèles des doctrines, des lois, une liturgie et des disciplines qui soient contraires à la Foi et ruinent notre salut éternel. Nous devons donc conclure que ce Concile et ces réformes ne procèdent pas de l'Eglise, c’est-à-dire du Saint-Esprit, mais d'une mauvaise influence au sein de l'Eglise. D'où il suit que ceux qui ont promulgué ce mauvais Concile et ces mauvaises réformes ne les ont pas promulguées avec l'autorité de l'Église, qui est l'autorité du Christ. De cela, nous concluons légitimement que leur revendication de cette autorité est fausse, malgré les apparences, en dépit même d'une élection apparemment valide à la papauté.

[...]

Reprenons :
Citation :

13. Pourquoi l'autorité de l'Église Catholique romaine ne peut-elle donner à l'Eglise universelle de fausses doctrines, de fausses pratiques liturgiques et de fausses disciplines ?

Précisément parce qu'elle est l'autorité du Christ. Le Pape est assisté par le Saint-Esprit dans la promulgation du dogme et de la morale et dans la promulgation des lois liturgiques et des disciplines pastorales. De la même manière qu'il est inimaginable que le Christ puisse promulguer ces erreurs ou promulguer ces disciplines pécheresses, de la même manière il est inimaginable que l'assistance qu'Il donne à l'Église par le Saint-Esprit puisse permettre de telles choses. [...]

Ainsi en est-il de Sa Sainteté le Pape Pie VII avec le Concordat, de Saint Pie X avec le Catéchisme de la Doctrine chrétienne publié en 1912 sur son ordre (que Gégé Ier dit, cet impie, en opposition avec la Lettre Afflictum proprioribus du 24 novembre 1906 du même saint Pontife adressée aux évêques de Bolivie), ou de Sa Sainteté le Pape Pie XII avec l'Encyclique Humani Generis ou le Discours aux participants du Congrès de l'Union Catholique italienne des sages-femmes (que le même impie voit, dans ses mirages, en opposition avec la Lettre Encyclique Casti Connubii de Sa Sainteté le Pape Pie XI ! [cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3966-gerard-wulfrano#21738]...), contrairement à ce qui est insinué dans ce message par ledit impie.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Mer 21 Mar - 19:49



Nota Bene
 :

C'est précisément en raison de cela
Citation :

13. Pourquoi l'autorité de l'Église Catholique romaine ne peut-elle donner à l'Eglise universelle de fausses doctrines, de fausses pratiques liturgiques et de fausses disciplines ?

Précisément parce qu'elle est l'autorité du Christ. Le Pape est assisté par le Saint-Esprit dans la promulgation du dogme et de la morale et dans la promulgation des lois liturgiques et des disciplines pastorales. De la même manière qu'il est inimaginable que le Christ puisse promulguer ces erreurs ou promulguer ces disciplines pécheresses, de la même manière il est inimaginable que l'assistance qu'Il donne à l'Église par le Saint-Esprit puisse permettre de telles choses. Par conséquent, le fait que les Papes de Vatican II aient entrepris ces choses est un signe certain qu'ils n'ont pas l'autorité du Christ.
Les enseignements de Vatican II et les réformes qui en procèdent sont contraires à la Foi et ruinent notre salut éternel. Mais puisque l'Eglise est à la fois indéfectible et infaillible, elle ne peut donner à ses fidèles des doctrines, des lois, une liturgie et des disciplines qui soient contraires à la Foi et ruinent notre salut éternel. Nous devons donc conclure que ce Concile et ces réformes ne procèdent pas de l'Eglise, c’est-à-dire du Saint-Esprit, mais d'une mauvaise influence au sein de l'Eglise. D'où il suit que ceux qui ont promulgué ce mauvais Concile et ces mauvaises réformes ne les ont pas promulguées avec l'autorité de l'Église, qui est l'autorité du Christ. De cela, nous concluons légitimement que leur revendication de cette autorité est fausse, malgré les apparences, en dépit même d'une élection apparemment valide à la papauté.

que nous refusons, comme ici et comme nous l'avons toujours fait, l'“autorité” de Josef RATZINGER.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 12 Mai - 10:53

Dernière histoire de Gégé : « Dans les mémoire du Cardinal Consalvi, celui-ci cite des italiens qui disaient que Pie VI pour garder la foi avait perdu son siège et que Pie VII avait perdu la foi pour garder son Siège. La citation était en italien et il y avait un jeu de mots ! »

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 12 Mai - 16:39

Voir, aussi, les messages en réponse à la suite (y compris sur la dernière page) de celui-ci.

Dans celui-là
Gérard a écrit:

[...]

Si l'autorité d'un pape est indiscutable et ne peut en aucun cas être remise en question, comment expliquez-vous que deux papes puissent être en contradiction sur leurs jugements respectifs ?
Comme par exemple Paul IV qui prive à vie tout évèque [sic] qui participe au schisme et à l'hérésie (cum apostolatus) et Pie VII qui préfère lui renvoyer pour la vie les évèques [sic] catholiques d'ancien Régime chez leurs parents pour mettre à leur place ceux qui se sont illustrés dans le schisme et l'hérésie de la Constitution civile du clergé... [...]

Et comment l'autorité d'un pape peut être indiscutable quand d'une part il condamne le mariage civil comme un attentat au sacrement et que d'autre par par [sic] son administration il le rend obligatoire ?

[...]


  1. « Comme par exemple Paul IV qui prive à vie tout évêque qui participe au schisme et à l'hérésie (cum apostolatus) et Pie VII qui préfère lui renvoyer pour la vie les évêques catholiques d'ancien Régime chez leurs parents pour mettre à leur place ceux qui se sont illustrés dans le schisme et l'hérésie de la Constitution civile du clergé »
    Gégé a-t-il entendu parler du pouvoir d'absolution réservé au Pape d’une part et de son pouvoir juridictionnel d’autre part ? Suspect Appartiendrait-il à « La Petite Église » ? Laughing...

  2. « comment l'autorité d'un pape peut être indiscutable quand d'une part il condamne le mariage civil comme un attentat au sacrement et que d'autre par son administration il le rend obligatoire ? »
    Gégé est d’une mauvaise foi insondable !
    Il lui a été en effet expliqué, montré et démontré maintes et maintes fois que, dans le Catéchisme de la Doctrine chrétienne publié en 1912 par ordre du pape St Pie X, il ne s’agit pas du « mariage civil » justement condamné par le même St Pie X dans sa Lettre Afflictum proprioribus du 24 novembre 1906 adressée aux évêques de Bolivie (que Gérard tronque honteusement) mais de « l’acte civil » qui n’est pas le mariage mais un simple passage devant le représentant du pouvoir civil…
    Car, en effet, « l’acte civil » du Catéchisme de la Doctrine chrétienne publié en 1912 par ordre du pape St Pie X, n’est pas le mariage mais, par ce simple passage devant le représentant du pouvoir civil, l’enregistrement civil d’un mariage qui se célèbre ailleurs : dans l’église de la paroisse.
    Chose que refuse de saisir le plus têtu des ânes qu’il nous est donné de connaître clown

Ce faisant, dans ce second point, Gégé juge St Pie X lui-même ! Rolling Eyes

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Ven 22 Juin - 17:51

Ici, l’Admin. est obligé de montrer à EML Leod qu’il se permet de juger un véritable Pape (Sa Sainteté Pie XI) sur, soit dit en passant, de prétendus faits qui en réalité sont inexacts, du moins quant à ce Pape formaliter, comme l’a bien démontré l’I.M.B.C., mais, surtout, que cela constitue une impiété sans nom qui ne peut avoir été écrite que par un anticlérical !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Ven 22 Juin - 18:38

EML Leod, ici, a remplacé, sans que cela soit signalé, mon message d’origine qui donnait le titre que j’étais en droit de choisir et de modifier moi-même, laissant accroire que j’avais titré « Les censures légitimes d'EML », alors que j’avais écrit « Les censures ILlégitimes d'EML » ! (Souligné ici par mes soins.)

Voilà qui est l’œuvre d’un faussaire et d’un imposteur, et sa malhonnêteté transparaît dans ce qu’il a écrit, en remplacement de mon message d’origine ainsi supprimé, avec ses fautes d’accents habituelles : «  Je cesse de faire des editions de messages et EML arretera de corriger », ce qui n’est là qu’un vulgaire chantage…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Mer 1 Aoû - 18:45

Dans un message publié à la suite de celui-ci dans le fil “DISCUSSIONS...” le week-end dernier et que j’ai supprimé mais dont je reproduis ci-dessous le début (la suite était constituée d’insinuations impies à l’égard de la véritable Autorité dans l’Église personnifiée par les Papes véritables et, quoique véritables, toujours décriés par cette espèce d’impie doublé d’« un gros menteur », dont les impiétés, les calomnies et les grossièretés interdisent qu’il publie sur ce forum,
ledit impie, se basant d’habitude sur aussi impies que lui dont il ne donne pas les noms, a écrit:

Dans un commentaire dont je ne connais pas l’origine, il est dit au sujet de ce commentaire de Saint Augustin qui va suivre :

Citation :
Saint Augustin assurément croyait en Dieu. Il professe pourtant sur l’origine des choses, une théorie bien plus hardie que celle de Darwin. Il a écrit non pas malgré sa foi, mais conformément à sa foi, ces paroles remarquables :"

Citation :

« De même que le grain renferme et cache à la fois, tout ce qui avec le progrès du temps, doit se développer en arbre, de même, il faut considérer le monde, au jour où Dieu créa toutes choses à la fois, comme renfermant tout ce qui a été fait en lui et avec lui ; non seulement le ciel, le soleil, la lune et les étoiles, dont le mouvement circulaire est le caractère persévérant : la terre et les abîmes, qui, soumis à des mouvements irréguliers, mettent en rapport les parties inférieures et les parties supérieures de l’univers ; mais encore les créatures produites par la vertu et l’efficacité de l’eau et de la terre et par un procédé différent de celui qui, à travers la série des siècles, nous révèle l’action incessante de Dieu »


Le commentateur ajoute alors :

Citation :
« Ainsi, d’après Saint Augustin, la vie est éclose au sein et par la vertu de la nature inanimée…. »


[...]


  1. Comment Gégé (car il s’agit bien sûr de lui) sait-il si bien ce que « Le commentateurajoute » s’il ne connaît même « pas l’origine » dudit commentaire ? Suspect...

  2. Par quel écrit visant à salir notre Mère la Sainte Église Catholique, dans quelle réunion anticléricale, Gégé a-t-il reçu l’inspiration d’écrire cela (et beaucoup plus que nous avons dû supprimer…) ?

  3. Le grand tort de ces citations, c’est qu’aucune référence n’est donnée et qu’ainsi on ne sait pas d’où Gégé a tiré, et les commentaires, et le texte prétendu de St Augustin ! Donc, on ne peut rien vérifier...

  4. Tant Gérard, qui se retranche courageusement derrière ce commentateur on ne peut plus douteux dont il ne donne courageusement pas le nom, que ledit commentateur lui-même, n’ont manifestement pas compris le texte commenté qui, s’il est bien de St Augustin, n’a rien à voir avec la théorie de Darwin.
    Pour celui-ci, en effet, l’existence de l’univers entier est déclenchée de soi-même dans des êtres insignifiants pour aboutir à ce que nous en connaissons en progressant à l’aide de l’évolution par le transformisme des espèces, tandis que pour l’auteur du texte commenté (censé être St Augustin) c’est Dieu, créateur et ordonnateur suprême, qui a mis dans ses créatures le pouvoir d’opérer certaines transformations propres à chaque espèce sans faire nécessairement évoluer chacune d’elles en d’autres et nouvelles espèces.

    Alors, quand on ne comprend pas quelque chose (voir, entre autres, la note de JP B n° 1. dans ce message), on évite d’en parler à tort et à travers, surtout en public !...

    Que, tant Gégé lui-même que son commentateur non nommé, n’aient pas compris la portée exacte de ce qu’ils pensent pouvoir critiquer, on le comprendra aisément en lisant ce qui est reproduit, dans ledit message, du R.P. Edouard HUGON
    qui a écrit:

    [...]

    La raison nous dit que toute opération est une production de l'être. Il est manifeste que chaque fois que nous agissons, il se fait quelque chose de réel, que l'être est produit sous une forme ou sous une autre. Il faut donc reconnaître à la fois et l'intervention de la créature comme cause prochaine, qui produit cet être ou tel être, ou l'être sous une forme particulière, et l'intervention de la cause première pour produire l'être en tant qu'être, qui est l'effet propre de Dieu.

    Voilà pourquoi nous confessons, contre les occasionnalistes, la causalité réelle des créatures (Cf. notre Curs. Philos. Thomist., t. VI, p 151, 15, 156), [...]

Autrement dit, finalement, il n’y aurait rien à reprocher au texte prétendu de St Augustin ni, donc, à l’Autorité dans l’Église qui ne l’a pas condamné…
Mais voilà, chassez un anticlérical (EML) et son âme damnée qui l’inspirait accourt aussitôt !

Après s’en être pris à quasiment tous les véritables Papes depuis St Pierre jusqu’à Pie XII, fussent-ils canonisés comme St Pie X, (il suffit de lire ses anciens messages qui s’attaquent ne serait-ce qu’à ces trois-là), pour commérer l’institution de notre Mère la Sainte Église Catholique elle-même, ce qui lui a valut d’être définitivement exclu de « Te Deum » (bravo à Louis !), que fait encore sur nos forums cet hérétique nauséabond ?

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 4 Aoû - 19:09

Dans ma messagerie personnelle, un gros menteur le matin du 2 août 2012 m’a, entre autres, écrit ceci : « [...] Pie XII que j'ai cité dans Te Deum confirmant [la décision de St Pie X dans la Constitution "Vacante Sede Aposoticæ [sic] d’abroger “la cause de nullité de l'élection simoniaque – que Dieu nous en préserve – établie par Jules II (ou par quelconque décret pontifical de la même espèce) pour éviter un prétexte de combattre la validité de l'élection du Pontife Romain”] ajoute le cas d'hérésie à la Simonie [...] »

Il m’a fallu rechercher(références précises), quand (à quelle date), comment (en quels termes), « Pie XII […] confirmant cette décision ajoute le cas d'hérésie à la Simonie […] ».
Le lendemain soir, 3 août 2012 à 17H56, j’en ai même posé les questions [(références précises), quand (à quelle date), comment (en quels termes)...] à Gérard qui, le matin du 4 août à 8H51, m’a répondu ceci
Citation :

Voici donc le commentaire et la référence que j’ai en ma possession

Le 8 décembre 1945 [Commentaire G L  l’honneur de l’Immaculée Conception, je suppose] Pie XII publiait sa Constitution « Vacante apostolicæ sedis » concernant le Conclave qui devait élire son sucesseur
 [sic], et dont l’article 34 était ainsi rédigé :

« Aucun cardinal ne peut d’aucune manière être exclu de l’élection du souverain Pontife, sous prétexte ou par le motif de n’importe quelle excommunication, suspens, interdit ou autre empêchement.

Nous suspendons ces censures seulement pour cette élection, elles conserveront leur effet pour tout le reste
 »

Cette décision allait à l’encontre de texte
 [sic] de plusieurs de ses prédécesseurs mais apparemment pas contre les décisions de Saint Pie X qui vont dans le même sens) notamment de Clément V de Paul IV, PieIV, Grégoire XV dont le but était précisément d’êmpécher [sic] qu’un jour un souverain Pontife puisse être un non catholique.

La Constitution de Paul IV avait même un caractère de perpétuité.

Ainsi Pie XII ouvrait la porte de la papauté, par exemple, à un cardinal Liénard Franc maçon
 [sic] au 33ème degré, qui devait être un des moteurs du Concile révolutionnaire Vatican II, et à un Roncailli [sic], initié des Rose-Croix, alors qu’il était nonce en Turquie, fréquentait assidument [sic] les Loges comme nonce à Paris et désigné par celles-ci, dès 1954, comme successeur de Pie XII avec mission de convoquer « le concile »

C’était ouvrir la porte également, aux pires hérétiques qui pouvaient parvenir au cardinalat dans l’avenir, avant le Conclave envisagé.

Les fruits de cette décision stupéfiante devait être l’installation, à Rome, à partir de 1958, d’une nouvelle papauté fondant une nouvelle église, la super et contre-église d’inspiration maçonnique que Karol Wojtyla s’acharna à consolider, comme le Napoléon de la révolution conciliaire

[...]


En fait, le seul endroit que j’ai pu trouver où Sa Sainteté le Pape Pie XII aurait été susceptible de « [confirmer la décision de St Pie X dans la Constitution Vacante Sede Apostolicæ abrogeant “la cause de nullité de l'élection simoniaque – que Dieu nous en préserve – établie par Jules II (ou par quelconque décret pontifical de la même espèce) pour éviter un prétexte de combattre la validité de l'élection du Pontife Romain” et d’ajouter] le cas d'hérésie à la Simonie [...] » est la Constitution Apostolique « Vacantis Apostolicæ Sedis » sur la vacance du Siège Apostolique et l'élection du Pontife romain du 8 décembre 1945.

Or, dans cette Constitution Apostolique « Vacantis [et non Vacante] Apostolicæ Sedis » sur la vacance du Siège Apostolique et l'élection du Pontife romain du 8 décembre 1945 on ne trouve nulle part que Sa Sainteté le Pape Pie XII ait ajouté, à la décision de St Pie X dans la Constitution Vacante Sede Apostolicæ d’abroger “la cause de nullité de l'élection simoniaque – que Dieu nous en préserve – établie par Jules II (ou par quelconque décret pontifical de la même espèce) pour éviter un prétexte de combattre la validité de l'élection du Pontife Romain”, « le cas d'hérésie à la Simonie » !
En effet, dans la cette Constitution Apostolique « Vacantis Apostolicæ Sedis » du 8 décembre 1945 (A. A. S., XXXVIII, 1946, p. 65 ; cf. la traduction française des Actes de S. S. Pie XII, t. VII, p. 276 ; les titres et sous-titres sont ceux du texte original)
Sa Sainteté le Pape Pie XII a écrit:




TITRE II De l'élection du Pontife romain
CHAPITRE PREMIER Des électeurs du Pontife romain

[...]

34. Aucun cardinal ne peut d'aucune manière être exclu de l'élection active et passive du Souverain Pontife sous le prétexte ou par le motif de n'importe quelle excommunication, suspense, interdit ou autre empêchement ECCLÉSIASTIQUE. Nous suspendons ces censures seulement pour cette élection ; elles conserveront leurs effets pour tout le reste27.

27 : Clément V, ch. 2, Ne Romani, § 4, de elect. 1, 3, in Clem. ; Pie IV, const. In eligendis, S 29; Grégoire XV, const. Æterni Patris, § 22.

[...]

(Souligné par JP B.)

Si l’on fait une recherche, dans ce texte, sur le mot “hérésie”, on ne trouve aucun résultat. Et pour cause !

En effet, les « pires hérétiques » dont parle Gégé (« Cette décision allait à l’encontre de textes de plusieurs de ses prédécesseurs [...] dont le but était précisément d’empêcher qu’un jour un souverain Pontife puisse être un non catholique » ; « C’était ouvrir la porte également, aux pires hérétiques qui pouvaient parvenir au cardinalat dans l’avenir, avant le Conclave envisagé ») sont nécessairement des hérétiques formels, non seulement devant Dieu en leur âme et conscience, mais surtout, là, devant la Sainte Église selon le Codex Juris Canonici.

Or, de tels hérétiques, condamnés pour avoir reçu sans s’y plier opiniâtrement aux monitions prévues au Canon 2314, § 1, 2° et 3° ; et Canon 2315, seule condition, au sens du Canon 2315, pour être « tenu pour hérétique, en proie aux peines des hérétiques » (« Can. 2315 : Au suspect d’hérésie*, qui après monition n’écarte pas la cause de la suspicion, qu’on interdise les actes légitimes ; s’il est clerc, qu’en outre, après une seconde monition inutile, on le suspende “a divinis”. Si dans les six mois révolus après avoir contracté la peine, le suspect d’hérésie ne s’est pas amendé, qu’il soit tenu pour hérétique, en proie aux peines des hérétiques ») de tels hérétiques, dis-je, ne font plus partie de l’Église Catholique et, conséquemment, ne peuvent pas (plus) être cardinaux.
* : Rappelons ce qu’est un (simple) « suspect d’hérésie ». Cela est défini au « Can. 2316 : Est suspect d’hérésie celui qui spontanément et sciemment aide de quelque manière que ce soit la propagation de l’hérésie, ou communique “in divinis” avec des hérétiques, contre ce qui est prescrit au Can. 1258. ».
(« Can. 1258 :
§ 1 Il n’est pas permis aux fidèles d’assister activement ou de prendre part, sous quelque forme que ce soit, aux rites sacrés non-catholiques.
§ 2 La présence passive ou simplement matérielle aux cérémonies d’un culte hétérodoxe peut être tolérée pour un motif d’honneur à rendre ou d’obligation de politesse. Ce motif doit être sérieux et, en cas de doute, soumis à l’appréciation de l’Ordinaire. Il est ainsi permis de prendre part aux funérailles et au mariage des non-catholiques, ainsi qu’aux solennités analogues, mais pourvu que tout danger de perversion et de scandale soit écarté.
 »)
Rappelons également le « Can. 2317 : Ceux qui enseignent obstinément, en public ou en particulier, une doctrine condamnée par le Siège apostolique ou par un concile général, mais non comme formellement hérétique, doivent être écartés du ministère de la prédication et des confessions, et de toute fonction d’enseignement, sans exclure d’autres peines susceptibles d’être portées par la sentence de condamnation ou jugées nécessaires par l’Ordinaire, après monition, pour réparer le scandale. » Cela est fort lourd de conséquence quant à la qualification d’apostat et d’hérétique formel de Benoît XVI ! Mais il est vrai que pour Gégé, le C.J.C. fut promulgué par Benoît XV, successeur très libéral de St Pie X qui, lui-même était déjà fort critiquable, selon lui, pour avoir abrogé « la cause de nullité de l'élection simoniaque »...

On voit donc très bien que, contrairement à ce qu’allègue Gégé, « Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur » (titre du présent fil) dont tout Catholique respectable se moque impérativement de sa pensée, Sa Sainteté le Pape Pie XII n’a nullement ajouté « le cas d'hérésie à la Simonie » dont « la cause de nullité de l'élection » avait déjà été abrogée par St Pie X.

Il est donc absolument faux, et même calomnieux, ce qui est extrêmement grave envers un Souverain pontife, d’insinuer, comme Gérard le fait, que les dispositions de St Pie X et de Pie XII (si elles « [ouvraient effectivement, surtout pour celui-ci] la porte de la papauté, par exemple, à un cardinal Liénard [...] qui devait être un des moteurs du Concile révolutionnaire Vatican II, et à un Roncalli [...] ») permettraient, ou ont permis, « qu’un jour un souverain Pontife puisse être un non catholique. »

D’où il suit qu’il est également absolument faux, d’inspirations schismatique et hérétique, de prétendre ceci : « Les fruits de cette décision stupéfiante devait être l’installation, à Rome, à partir de 1958, d’une nouvelle papauté fondant une nouvelle église, la super et contre-église [...] » car alors, la question se pose de savoir, « L’Eglise que nous croyons indéfectible [étant] l’Eglise fondée par le Christ, par conséquent une Eglise essentiellement hiérarchique [où] il n’y a par institution divine qu’une seule hiérarchie, qui se distingue quant à l’ordre et quant à la juridiction [et étant] donc perpétuelle dans son pouvoir d’ordre comme dans son pouvoir de juridiction et de magistère, mais aliter et aliter, c’est-à-dire de façon différente » (Don Francesco RICOSSA, suite de la « Réponse au numéro spécial de La Tradizione cattolica sur le sédévacantisme » parue dans le N° 55 de Sodalitium de novembre 2003, p. 50, col. 2 – cliquer sur « Télécharger le Fichier » puis “Ouvrir” – cf. ce message) comment se perpétue, depuis 1958, « L’Eglise essentiellement hiérarchique que nous croyons indéfectible » ? (Question déjà depuis longtemps posée, sous une forme ou sous une autre, à notre Gégé ou d’autres, et pour laquelle nous n’avons jamais eu de réponse satisfaisante...)

Tout n’est donc là
, dans les objections soulevées par un incompétent par excellence qui se mêle, sans en être qualifié ni même capable, de théologie et refuse toute autorité au-dessus de la sienne, qu’une question d’interprétation entièrement subjective de sa part.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Sam 25 Aoû - 0:05, édité 2 fois (Raison : Souligné du mot "ECCLÉSIASTIQUE" dans la citation de la Constitution Apostolique « Vacantis Apostolicæ Sedis » de Sa Sainteté le Pape Pie XII)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Dim 5 Aoû - 1:45

A propos du mot “ECCLÉSIASTIQUE” que j’ai souligné dans la citation de la Constitution Apostolique «Vacantis Apostolicæ Sedis» de Sa Sainteté le Pape Pie XII, je dois signaler avoir reçu d’un Prêtre ami le message suivant
Citation :
[...] GL ne cite pas en entier le passage:

34: Nullus Cardinalium, cuiuslibet excommunicationis, suspensionis, interdicti aut alius ECCLESIASTICI impedimenti pretextu vel causa a Summi Pontificis electione activa vel passiva excludi ullo modo potest etc.

Donc, Pie XII (et St Pie X) annulent tout empêchement (vrai ou faux) DE DROIT ECCLÉSIASTIQUE ce qui est parfaitement dans le droit du Pape et de l'Eglise: un Pape peut changer une loi, quand-même! Mais il ne peut pas et Pie XII ne veut pas éliminer un empêchement de droit divin.

L'excommunication est une peine ecclésiastique. La nécessité de la foi et l'absence d'hérésie formelle (publique) est une autre question.n

P.S.: nous n'avons aucune preuve que Liénard fut un FM 33 et Roncalli un Rose-Croix etc.

P.S.: la formule "à perpétuité" dans une Bulle ne signifie pas qu'un Pape ne puisse changer ces disposition dans l'avenir, mais que ces dispositions gardent leur valeur sans échéance tant qu'un Pape ne décide de changer

Je pense qu'il ne faut pas perdre son temps avec GL, mais prier pour son âme en danger
On voit, là encore, combien Gérard LAURENÇON qui tronque ses citations pour leur faire dire, comme d'habitude, ce qu'il veut qu'elles disent, n’est qu’un imposteur, un faussaire…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 20 Oct - 5:11

A la suite de la parution de ce message et plus précisément en commentaire aux citations de l’affaire de la 78ième proposition du synode de Pistoia, dans un courriel personnel,
un fieffé sophiste a écrit:

D’après JP B, Belmont, Zins, forum TE DEUM, et Cie, le fait que la 78 ème proposition du Concile de Pistoie soit condamnée signifie qu’elle est TOTALEMENT FAUSSE.
[En constatant le respect du titre des abbés tel le Prêtre du Seigneur, Monsieur l’abbé Belmont, on aura reconnu l’auteur en question qui écrit là, comme on le verra ci-dessous, n’importe quoi ! Continuons la lecture de sa diatribe...]

Ce qui, en conséquence signifierait que CHACUNE des parties de cette proposition est fausse et que, pour être catholique, on doit croire LE CONTRAIRE !

Ce qui nous engagerait dans la foi suivante :

La proposition dit
« … dans chaque article, il faut distinguer ce qui se rapporte à la foi et à l’essence de la religion de ce qui est propre à la discipline … »

La foi catholique serait donc de croire qu’il ne faut jamais distinguer entre ce qui se rapporte à la foi ou ce qui est propre à la discipline...que l'une et l'autre ont autant d'importance et puisque le pape est infaillible sur la foi, il est également infaillible sur la discipline…si cela n’est pas précisé dans Pastor aeternus qui définit le dogme de l’infaillibilité ce n’est qu’un oubli malheureux de Pie IX !


[... (Suite plus bas.)]

Voilà qui est entièrement faux et n’a pour but que de fausser la pensée des personnes et forum cités au début du texte de cet imposteur!

Car,
  1. Contrairement à ce que nous fait dire ce menteur, la condamnation de la 78ième proposition du synode de Pistoia ne signifie pas pour nous que cette proposition serait « TOTALEMENT FAUSSE ».

  2. En effet, il y a bien lieu de distinguer, non dans « chaque article » comme le préconise perfidement ladite proposition qui compte ainsi tout analyser à l’aune de son propre jugement comme si chacun était infaillible, mais d’une manière générale entre :
    — « ce qui se rapporte à la foi et à l’essence de la religion » et qui, provenant de l’Autorité dans l’Église, relève de son infaillibilité, d’une part
    et, d’autre part,
    — « ce qui est propre à la discipline » et qui, bien que ne relevant pas de l’infaillibilité de l’Autorité dans l’Église, demande de la part des fidèles et même de l’épiscopat subordonné une soumission docile car, comme le montre le motif de cette condamnation dans la Constitution Auctorem fidei, « l’Église, qui est régie par l’Esprit de Dieu, [ne peut pas] constituer une discipline [mauvaise pour le salut des âmes] ».

Que cette distinction entre ce qui relève de l’infaillibilité de l’Autorité dans l’Église (« ce qui se rapporte à la foi et à l’essence de la religion ») demandant un assentiment de Foi, et « ce qui est propre à la discipline » demandant une soumission docile quoique non de Foi, semble trompeusement, pour l’imposteur en question qui fausse tout ce qu’on écrit, « [avoir] autant d'importance [dans un cas comme dans l’autre] » n’est donc qu’un sophisme mensonger !


Dans la suite de son courriel personnel,
cet imposteur qui fausse mensongèrement tout ce qu’on dit a écrit:

La 78 proposition du Concile de Pistoie affirme :
« …dans cette discipline même, il faut distinguer ce qui est nécessaire ou utile pour retenir les fidèles dans le bon esprit, de ce qui est inutile ou trop pesant pour la liberté des enfants de la nouvelle alliance, et encore plus de ce qui est dangereux et nuisible, comme conduisant à la superstition et au matérialisme »


La foi catholique serait donc de croire que, dans la discipline de l’Eglise, tout est également « utile pour retenir les fidèles dans le bon esprit », tout a également d’importance et rien dans cette discipline ne peut être ou devenir trop pesant, inapproprié dangereux ou nuisible…et par conséquent, il est INCOMPREHENSIBLE et ce n’est que du bon choix du pape d’abandonner une discipline qui était très bonne ou pour en adopter une autre qui n’était pas nécessaire avant et qui devient bonne de part le fait du choix du pape.


[... A partir de là, cet imposteur qui fausse mensongèrement tout ce qu’on écrit se fait le juge de ce que décide le Pape comme discipline. Ses propos scandaleux ne doivent pas être reproduits...]

Nous n’avons pas là à faire à un Catholique, enfant docile de la Sainte Église, mais à un rebelle pervers et scandaleux !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 30 Mar - 15:04




Gégé l'banni ou la calomnie personalisée


Sur un autre forum,
notre imposteur, faussaire et menteur a écrit:

[...]

Mon cher JP B, il faut reconnaître que tu as un AUTRE Credo... le tiens consiste à dire :
Je crois à une église qui a un pape et des évêques et je me fous royalement que cette église soit "UNE, SAINTE, CATHOLIQUE et APOSTOLIQUE et d'ailleurs avec tous mes amis tradis nous crions sur tous les toits depuis un demi-siècle que cette église avec un pape et des évêques est ni UNE, ni SAINTE, ni CATHOLIQUE et ni APOSTOLIQUE et toutes nos études sur le Concile Vatican d'eux et sur le culte de notre église aboutisse à la conclusion qu'elle a perdu son IDENTITE.
Cependant, il nous faut un pape et des évêques.

[...]

Cela se passe de commentaire !

Ce menteur, faussaire et imposteur qui fait dire n'importe quoi à n'importe qui, serait bien en mal de dire où votre serviteur a prononcé de tels blasphèmes...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Jeu 18 Juil - 23:26

Le vendredi 8 juillet 2011 sur un autre forum et dans un fil qui ressort aujourd'hui (dans « Doctrine et Actualité ») ce qui fait que je ne le vois que ce soir,
gabrielle, avec juste raison, a écrit:

France, fille aînée de l’Église, comment es-tu devenue une prostituée


Cette douloureuse question se pose lorsque l’on constate combien cette chère France est devenue païenne. Ne devait-elle pas, enfin n’est-ce pas là même, sa gloire au cours de ses longues années, de défendre la Sainte Église contre ses ennemis ? ? Ne devait-elle pas lever l’épée chaque fois qu’on sonnerait la charge contre l’Église? ? Ne devait-elle pas être la première à donner l’exemple de la fidélité, du respect, de la soumission envers la doctrine multiséculaire de l’Église?

Que s’est-il passé ? Où était-elle cette fille aînée quand Montini (Paul VI ) saccageait tout dans l’Église par sa réforme protestante ? Oh! il y eut bien quelques prêtres et fidèles au début, mais longueur de guerre aidant, ils ont presque tous fini par rendre les armes et par saluer ce qu’au début ils avaient condamné.

Comment se fait-il que tous les yeux Français, jadis si vifs à déceler l'erreur, soient maintenant aveugles au point de pas voir quand, un Wojtyla (Jean-Paul II) reçoit sur son front le signe de la déesse Shiva, ou qu’il participe à des rites sataniques dans une forêt sacrée avec des Indiens, que cet homme ne peut-être le chef légitime de l’Église catholique. Comment font-ils pour voir en Ratzinger un espoir pour la gloire de Dieu ?

Comment leur cœur autrefois si dévot fait-il pour ne pas être pris d’un écœurement profond en voyant leurs belles cathédrales souillées par ce culte sacrilège et protestant qu’est la nouvelle messe de Montini (« Les nouvelles prières eucharistiques catholiques ont laissé tomber la fausse perspective d’un sacrifice offert à Dieu » « La Croix, 10 décembre 1969)

Comment ont-ils pu oublier que dans leur histoire, dont ils sont si fiers, une toute jeune fille n’a pu tolérer en son pays la présence de l’étranger, et qu’au mépris de sa vie elle le chasse et redonna à la France sa Foi et sa Liberté .

O France jadis si pieuse, dis-moi comment es-tu devenue une prostituée en vendant ta foi et ton honneur au diable moderniste de « Vatican II » et aux compromis scandaleux sous lesquels tu caches aujourd’hui ta déchéance.
Petite remarque en passant : tous les Français ne sont pas comme ceux décrits là par Gabrielle et qui composent, hélas ! la majorité.
Les intervenants sur nos différents forums et blogs vraiment catholiques (je veux dire : non modernistes) le prouvent.

Mais le problème qui me fait écrire le présent message n'est pas là !
Il est en relation avec le présent fil car, après le post de Gabrielle, deux semaines plus tard (le vendredi 22 juillet 2011) dans une mise enforme très mauvaise,
Gérard a écrit:

gabrielle a écrit:

France, fille aînée de l’Église, comment es-tu devenue une prostituée


Merci Gabrielle de nous poser cette question en rouge.

Vous remarquez que vous ne donnez pas de réponse à votre question mais que vous répondez à votre question en rouge par des réponses qui ne sont que d'autres questions qui commencent par Comment...? Comment...? Comment ?

Alors me permettrez-vous de donner une réponse claire, précise...et courte ?


Citation :
Par le Concordat de 1801.

Et si ce n'est pas par le Concordat, ayez la charité de nous expliquer comment...en donnant cette fois des réponses.


Passons sur le fait que Gégé demande à Gabrielle si elle lui permet qu'il lui donne une réponse et la lui donne effectivement immédiatement sans attendre de savoir si Gabrielle le veut bien, montrant par là sa logique profondément particulière... et arrêtons-nous sur ladite réponse elle-même :

Nous ne dirons pas que Gégé a tort et qu'il se trompe ; oh non ! surtout pas : nous nous attirerions les foudres de celui qui se prend pour l'Autorité dans l'Église, qui juge tous les véritables Papes depuis Sa Sainteté Pie VII jusqu'à Sa Sainteté Pie XII inclus, en passant par St Pie X en personne pour la question du passage des mariés à la mairie, voire St Pierre lui-même pour l'histoire d'Antioche relevée par St Paul ( Exclamation ...) ; et nous recevrions la menace de ses phalanges ou de motte de glaise dans la... figure (restons plus poli que lui !...) !

Non ! Gégé a raison :
  • L'opposition des légistes de Philippe IV le Bel aux règles de subordination de l'État à l'Église qui a valu à la France l'extinction des Capétiens directs et, en conséquence, la guerre de 100 ans, c'est à cause du Concordat de 1801 !

  • La protection par Louis XIV du gallicanisme qui nous a valu, 100 ans après, la Révolution, c'est à cause du Concordat de 1801 !

  • La libération des 7 ou 9 prisonniers au total, tous de droit commun, le 14 juillet 1789 lors de la prise de la Bastille, c'est à cause du Concordat de 1801 !

  • L'effondrement de tout l'ordre chrétien de la société à l'occasion de la Révolution dite française, c'est à cause du Concordat de 1801 !

Oui, de toute évidence, Gégé a raison :
Tous ces événements déplorables qui ont fait que petit à petit, la France se révoltait contre l'ordre catholique pour finir par apostasier complètement, c'est à cause du seul Concordat de 1801
 clown  Laughing

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 3 Aoû - 23:57

Dans un courriel reçu ce soir sur ma messagerie personnelle
Le juge de tous les véritables Papes, de Sa Sainteté Pie VII à Sa Sainteté Pie XII inclus en passant par St Pie X en personne, et même St Pierre lui-même, a écrit:

[...]

Persone
 [sic] ne veut plus se battre et l'on ne vante que les méritent [sic] de ceux qui n'ont surtout pas voulu se battre comme cette loque de Pie VII dont ses successeurs se sont voulus les vicaires de sa politique de merde ou de politique de grande chiasse devant la peur des révolutionnare [sic]... [...]

Evil or Very Mad affraid Twisted Evil clown pale

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Dim 4 Aoû - 16:53

Dans des courriels reçus ce matin,

Gégé l’impie persiste et signe dans ses blasphèmes :

  • Dans le premier de trois messages,
    il a écrit:
    [...]

    Quand est-ce que je me suis fait le juge de Saint Pierre. Tu es bien obligé de reconnaître qu'à Antioche ce n'est pas moi mais Saint Paul lui-même qui se fait le juge de Saint Pierre et ce Saint Pierre qui ferme sa gueule devant sa propre connerie reconnue par tous, ça me va très très bien et je n'ai jamais rien eu à rajouter.
    [...]

    (Souligné par JP B.)

  • Dans le troisième (le 2ième n'offre pas d'intérêt particulier hormis la vulgarité et la futilité de ses accusations)
    Gégé a écrit:
    Tu penses et vous pensez que vous rendez hommge [sic] aux papes de l'Eglise catholique et que c'est moi qui les outragent.
    Moi, je vais vous dire ce que vous faites avec Pie VII vous prenez sa culotte de pisse qu'il a eu devant Napoléon et vous le courronnez
     [sic] avec ça pour louer sa sainteté. Au contraire, moi, je reconnais qu'il s'agit de la faiblesse qu'il a de commun à tous les hommes et commun à moi même chaque fois que je pèche et je n'élève pas ce qui chez nous ou chez les autres ne peut être qu'un sujet de honte, voyant dans le pape ce qui doit être honoré et mettant à sa place ce qui doit être rejeté.

 No 

Au milieu de ces blasphèmes horribles, notons ce sophisme supplémentaire qui consiste à confondre, dans ce dernier message, la juste reconnaissance des faiblesses humaines des Papes eux-mêmes dans les matières qui ne bénéficient pas nécessairement de l'assistance divine et ne relèvent donc pas de l'infaillibilité pontificale, d'une part (juste reconnaissance qui ne doit pas pour autant, en vertu du second terme de sa confusion que nous allons nommer, être débattue et discutée par de simples laïcs tel Gérard qui, pourtant ne s'en prive pas, se comparant à un saint Apôtre comme St Paul, lui qui est tout juste bon à garder les cochons !...) et d'autre part, la déférence que nous devons concevoir, ressentir et manifester à l'égard des Papes (véritables), nos Pères (signification du mot “Pape”) dans la Foi, nos suprêmes Directeurs de conscience, les Ministres suprêmes de notre sanctification et les Représentants directs sur terre de Notre-Seigneur Jésus-Christ qui, en la personne de Son premier Vicaire et de Ses Apôtres, leur a dit « [...] qui vous méprise, me méprise ! »...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Dim 18 Aoû - 14:07

Dans ce message,
votre serviteur a écrit:

[...]

Après cette volée de bois vert sous forme d’excellents rappels, Gérard, qui se défend là comme un démon se débat dans un bénitier, a écrit:

Roger a écrit cette citation de l'Eglise enseignante:
Citation :
195. Pourquoi le Pontife Romain est-il le chef visible de l’Église?

Le Pontife Romain est le chef visible de l’Église, parce qu’il la dirige visiblement avec l’autorité même de Jésus-Christ qui en est le chef invisible.

http://grand-catechisme-saint-pie-x.blogspot.ca/2009/03/i-10.html
Alors Franc si nous acceptons JUSQU'AU BOUT, cet enseignement de l'Eglise enseignante en tant que membre de l'Eglie [sic] enseignée, puisque aujourd'hui PERSONNE ne dirige visiblement l'Eglise catholique au nom même de l'autorité de Jésus-Christ, c'est qu'il n'y a pas de pape.
Cessez votre ridicule accusation de protestantisme car c'est vous qui interprétez TOUTES les citations que vous inteprétez [sic] à votre manière en laissant supposer qu'il y a toujours eu dans l'Eglise un successeur de Saint Pierre même dans les périodes de vacance....[...]

En réalité, Franc n’a jamais, et de loin, « [laissé] supposer qu'il y a toujours eu dans l'Eglise un successeur de Saint Pierre même dans les périodes de vacance » mais qu’en période de vacance, il devait nécessairement subsister des électeurs du Papes valides.
Là encore, Gérard l’imposteur fausse tendancieusement ce que l’on dit ou écrit exactement ! Twisted Evil...


Il fallait recopier cela dans le présent fil...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Mer 21 Aoû - 1:09

Où l’on voit (cliquez) la mauvaise foi de Gérard, imposteur qui fausse et tronque les citations même des saints tels que l’Apôtre Paul et Vincent de Lérins, démasquée !

Il était pourtant en effet impossible, pour tout véritable Catholique, que la doctrine de ces saints s’opposât aux définitions (ou, réciproquement, l’inverse) d’un Concile œcuménique infaillible même postérieur...

Merci, FRANC !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Lun 18 Nov - 1:21

Le lien de ce message (http://foicatholique.cultureforum.net/t3877p210-incompetence-caracterisee#29899) ayant été envoyé en e-mail audit Gégé qui en faisait l’objet, celui-ci a répondu par la même voie ceci
Citation :

JP B a écrit:
Gégé, l’incompétent par excellence et l’ennemi de quasi tous les Papes (de St Pierre – pour l’histoire d’Antioche – à Sa Sainteté Pie XII en passant par St Pie X pour le problème du mariage à la mairie en plus de l’Église),....


Comment vous pouvez encore ouvrir votre gueule pour soutenir l'obligation du "Mariage à la mairie en plus de l'Eglise"
Vous ne vous êtes donc pas encore aperçu que c'est le mariage pour tous et particulièrement pour tous les pédés !

Mais où est donc la compétence que vous opposez à mon incompétence?
Vous êtes au sommet de la compétence pour défendre un mariage qui ne convient plus qu'aux pédés !

Tu vois, mon JP B, tous tes potes favorables au mariage pour aller commencer à se faire bénir le cul par la République maçonne avant de recevoir le sacrement sont venus nous pourrir la tête quand mon fils Benoît s'est marié devant Dieu en refusant de se marier devant la République.

Cependant, à la différence de toi, ils ont tous fermé leur gueule depuis que le mariage civil est devenu celui des pédés et des gouines...tu es vraiment le seul con et le plus con de tous et de loin ....car eux au moins ont compris que l'heure était à la discrétion.



Gégé

Nous voyons, dans cette réponse, non seulement toute la grâce et le fait que Gégé ne s’arrête que sur une pauvre petite parenthèse annexe, mais surtout la manière d’argumenter du parfait Protestant :
Ainsi, c’est parce que le mariage a, ces temps-ci, prétendument été accordé « pour tous », que St Pie X aurait eu tort, de son temps, de demander, en plus du passage à l’église du village, également celui à la mairie ! No...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Lun 25 Mai - 16:30

Voyez, dans tout le début de ce chapitre (XL – S’il est plus convenable de défendre in abstracto les doctrines catholiques contre le libéralisme, que de les défendre au moyen d'un groupe ou parti qui les personnifie ?) du livre de Don Felix SARDÀ Y SALVANY, Le libéralisme est un péché, jusque le lien qui renvoie au présent message, si l’auteur, comme le prétend, dans un courriel que l’on vient de me communiquer, Gégé le grand super surexcité plus dur que les durs de durs qui veut condamner tout le monde n’importe comment et accuse Sa Sainteté Léon XIII du même délit que ledit auteur pourtant loué par le Saint-Siège (cf. DÉCRET DE LA SACRÉE CONGRÉGATION DE L'INDEX), si Don Felix SARDÀ Y SALVANY, donc n’est resté pusillanimement qu’aux seules considérations théoriques sans vouloir entrer concrètement dans la lutte pratique comme le prétend Gégé Exclamation  Laughing...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Mar 21 Juil - 0:23

A la suite de ce message,
Gégé, dans un courriel privé adressé à BONIFATIO Octavo, a écrit:

Dans son foutu forum de tradouilles-magouilleurs, JP B écrit sur le lien suivant :

http://foicatholique.cultureforum.net/t3877p210-incompetence-caracterisee#31343

"Et tous ces pauvres gens, dont l’incompétence est ainsi CARACTÉRISÉE, se mêlent de traiter de théologie et de Droit canonique sur des sujets aussi délicats"

Ma réponse :

Contrairement à ce que tu affirmes, ces " pauvres gens" que nous sommes en regard de ta dignité ne se mêlent pas de ce qui ne les regarde pas.

Ces pauvres gens désirent comme tout catholique une pape, c'est a dire, un catholique et non pas ni un hérétique ni un hérésiarque ni un chef de secte. Or ce pape n'existe pas pour l'instant. POINT

Ces "pauvres gens"
désirent également appartenir à la Sainte Eglise catholique UNE SAINTE CATHOLIQUE ET APOSTOLIQUE et pour cela, ils ne vont pas chercher leur Eglise dans une secte qui n'est ni UNE ni SAINTE ni CATHOLIQUE et ni APOSTOLIQUE . Avant même de chercher l'Eglise catholique eclipsée [sic], ils se sont positivement EXCLUS de ta secte car ces "pauvres gens" contrairement à toi se souviennent des promesses qu'ils ont faites à leur baptême selon lesquelles avant de s'attacher à J-C et à Son Eglise ils doivent s' engagés à "renoncer à Satan à ses pompes et à ses oeuvres" dont la plus formidable et l'érection de ta Secte à Vatican II


Ces "pauvres gens" ne vont pas chercher un chef de secte pour faire un pape ou un demi pape ou un bout de pape comme tu le fais.

[...]

Ce ne sont pas des "délicats" [...]

Un de ces "pauvres gens" était un jour au sermon du plus grand théologien que tu vénères (Guérard sans lauriers) et lorsqu'il a écouté l'orateur dominicain qui disait :
"Pour bien comprendre l'unité de l'Eglise, il faut accepter en son sein une certaine dualité"
ce pauvre gars est sorti immédiatement de la chapelle et pour toujours [...]

(La couleur “caca” est de JP B pour le Gégé merdique car tel est l’esprit de celui-ci !)

Que voilà en effet un beau ramassis d'âneries !

C’est pourquoi
BONIFATIO Octavo, en réponse, lui a écrit:

https://translate.google.com/#it|fr| :
Io sono contento, Gegè, tu sei ancora cunt (con)!


« Contrairement à ce que tu affirmes, ces " pauvres gens" que nous sommes en regard de ta dignité ne se mêlent pas de ce qui ne les regarde pas. »
Non
è stato scritto "de ce qui ne les regarde pas", ma, e questo è il significato: da ciò che li supera!

« Ces pauvres gens désirent comme tout catholique une pape, c'est a dire, un catholique et non pas ni un hérétique ni un hérésiarque ni un chef de secte. Or ce pape n'existe pas pour l'instant. POINT »
PREUVE DE LA VACANCE (au moins formelle) DU SAINT-SIÈGE
...

Questo non è colpa del Reverendo Padre Guérard des Lauriers se sei troppo stupido (con) per capire cosa volesse dire!



Hihihihi ! lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Mar 21 Juil - 13:17

Sur un autre forum où Gégé ne cesse stupidement et inefficacement – car il s’en fait toujours inévitablement jeter – de tenter d’y poster ses âneries et autres mensonges, déformations et impostures,
Roger Boivin a écrit:

Tarcisus-Moreno-Gérard-Banigé-Benoit a écrit:

J'ai même pu voir dans un de vos fils que Pie XIi avait établi de nouvelles normes sur les dispositions du Conclave dans lesquelles, il affirmait qu'il ne fallait pas empêcher un cardinal électeur d'élire un pape ou même d'être élu lui-même dans le cas où il aurait été reconnu hérétique auparavant.


Quelqu'un peut-il retracer ce point afin de rétablir la vérité que Gérard ici vient déformer ? Merci.

(Souligné en gras et d’un trait par JP B.)

Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Gégé : MENTEUR, FAUSSAIRE, IMPOSTEUR !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Lun 3 Aoû - 10:57

A la suite de ce message et dans un courriel privé
Gégé a écrit:

JP B rapporte le duel entre deux personnes de Te Deum, d'une part Franc et d'autre part Robert

Franc en noir et Robert en bleu, ROBERT. a répondu à Franc:
Citation :

Un fidèle unique, cela ne fait pas l'Eglise Catholique : l'Eglise est une Société, et comprends une hiérarchie et des membres.

Supposons qu’il reste un unique fidèle catholique. Dans quelle Église se trouve-t-il ?

Êtes-vous une hiérarchie ? Non; donc, tout seul, vous ne formez pas l'Eglise Catholique, et vous ne pouvez être l'Eglise Catholique visible.

Supposons toujours qu’il reste un seul fidèle catholique. Il ne peut à lui tout seul être une hiérarchie, j’en conviens. Dans quelle Église se trouve-t-il ?

L'Eglise Catholique visible, c'est une hiérarchie visible et des membres visibles.

Supposons toujours qu’il reste un seul fidèle catholique, qui ne peut former une hiérarchie, étant seul. On peut le voir; il est visible. Dans quelle Église se trouve-t-il ?

Tant qu'il reste une hiérarchie visible et des membres visibles, c'est-à-dire, une Eglise Catholique visible, la perpétuité de l’Église catholique continue.

Supposons cet unique fidèle catholique: on comprend bien qu’il ne peut former une hiérarchie, étant seul; il est toujours visible. Dans quel Église se trouve-t-il ?

Quand il reste que des membres visibles, sans hiérarchie visible, il n'y a pas d'Eglise Catholique visible, la perpétuité de l’Église catholique ne continue pas

Supposons qu’il n’y a qu’un seul fidèle catholique. Et bien visible. Il n’y a pas de hiérarchie, étant tout seul. Dans quelle Église se trouve-t-il ?



Mon commentaire
Une fois n'est pas coutume et cela doit être remarqué davantage, Je félicite Robert pour sa réponse imparable, Où était l'Eglise le jour du chemin de la Croix et de la crucifixion ? J-C était sur la Croix et ses disciples enfuis et dispersés ?
Il n'a eu qu'un seul fidèle à ce rendez-vous même pas un catho classique mais un blasphémateur repenti dans la dernière heure de sa vie. [...]

JP B méprise la viduité de l'Eglise [...]

[...] que penser de la prophétie de la Salette :
Citation :
Rome perdra la foi et deviendra le Siège de l'Antechrist, l'Eglise sera éclipsée


[...]

L'Eglise peut-elle être éclipsée ? Cela le dérange ! Il ne veut pas d'une Eglise éclipsée mais la Vérité c'est que l'Eglise est éclipsée qu'il le veuille ou non.
[...]


Il lui a été répondu
Citation :

Monsieur,
Gardez vos sophismes pour vous et demandez-vous plutôt si le tronc et les branches de l'Eglise existaient "le jour du chemin de la Croix et de la crucifixion" avant la mort de N.S. et même avant la Pentecôte...
Vous n'êtes qu'une feuille sans branche, sans tronc et sans racine!

lol!

« Que penser de la prophétie de la Salette »
Cliquez sur http://foicatholique.cultureforum.net/t4725-prouver-l-identite-de-soeur-lucie#31382
votre serviteur a écrit:

Pour en venir aux révélations privées, il paraît que Notre-Dame aurait dit
  • Aux petits bergers de La Salette : « Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l’Antéchrist » !
    Doit-on suivre une telle lignée épiscopale et même censée être papale ?...

[...]

lol!

« L'Eglise peut-elle être éclipsée ? Cela le dérange ! Il ne veut pas d'une Eglise éclipsée mais la Vérité c'est que l'Eglise est éclipsée qu'il le veuille ou non. »
Et où donc cette « feuille sans branche, sans tronc et sans racine », c’est-à-dire ce schismatique qui s’en prend à tous les véritables Papes depuis St Pierre jusqu’à Sa Sainteté Pie XII en passant par St Pie X ( !...) a vu que nous n’admettrions pas que l’Église soit éclipsée ?
Nulle part car : Éclipse de soleil ou éclipse de lune ? ! (Cliquez...)
lol! lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Sam 17 Oct - 22:59

Dans un courriel privé de ce soir à 19h12,
le juge \"formaliter" des véritables Papes "en acte" a écrit:

[...] Tu te crois un bon catho pour honorer  les papes qui ont encensé leurs ennemis. Alors tu encense Pie VII parce  qu'il a été comme il le dit lui-même "jusqu'aux portes de l'enfer" pour s'entendre avec Napoléon 1er. Il a honoré les pires ennemis de la Sainte Eglise en leur donnant la charge des successeurs des Apôtres sans même qu'ils se repentissent [sic] et il a privé les vrais évêques de leur charge apostolique eux qui avaient subi la persécution et l'exil alors qu'il a reconnu leur innocence. C'est cela qui est bien pour toi et c'est mal pour moi de ne pas les approuver. Chie-moi sur la tête si tu veux pour ça, j'en serai tout honoré ! Tu me traites de "sale vipère" pour les déconsidérer dans leur trahison mais je préfère de loin faire la vipère que jouer au mollusque gluant en leur apportant mon approbation pour leur honteuse lâcheté devant les ennemis de l'Eglise.

Oui, il est bien vrai que les vrais papes ont condamné la franc-maçonnerie et  toutes les idées funestes mais pas les hommes qui ont porté ces idées funestes. On a appelé "libéralisme" le fait de ne pas condamner l'erreur mais condamner l'erreur et encenser et se faire  l'ami de ceux qui propagent l'erreur, c'est quoi ?


Les vrais papes ont condamné la Franc-maçonnerie dans les loges mais le problème c'est que lorsqu' ils ont condamné la franc-maçonnerie dans les loges, les francs-maçons n'étaient plus dans les loges mais dans les ministères des gouvernements maçons qu'ils ont légitimé [sic] comme venant de Dieu et certains de  ces francs-maçons agissaient même en tant que pasteurs de la Sainte Eglise protégé [sic] et défendu [sic] par Rome quand ils n'étaient pas dans les mules même du pape comme ce fut le cas de Rampolla, grande figure du Vatican sous Léon XIII et Pie X [saint ? Non ! Pas pour Gégé...]. Pie IX a condamné la Franc-maçonnerie mais  lui qui connaissait personnellement Napoléon III et qui le savait carbonari[sic ! "Carbonari", c'est de l'italien et c'est au pluriel ; "carbonaro" est au singulier et il semble que Napoléon III ait été seul à porter ce nom Laughing...], Franc-maçon et condamné et prisonnier de son prédécesseur à cause de ses attaques terroriste [sic] contre les Etats Pontificaux, il a permis  qu'il soit nommé au Canon de la  Messe sur la demande de nigauds de cathos républicains.


[...] [Merci aussi à toi qui jadis et naguère m'a également, et plus gravement insulté et menacé de me mettre "ton point [sic] sur la gueule" ! Réponse au bas de ce message : ici, ce ne sont que de simples commentaires...]


Gégé


Le juge formaliter Laughing des véritables Papes "en acte" (cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3923-le-juge-des-papes-formaliter-menteur-faussaire-imposteur), qui a, bien sûr, grâce d'état pour un tel office Laughing, lui qui sait comment gouverner judicieusement non seulement tout un pays mais même, en toute humilité, l'Église elle-même Laughing, a parlé ! La cause est entendue... Laughing...

On comprend qu'il ait été banni de tous les fora ! Rolling Eyes...
lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Jeu 24 Déc - 16:52

Dans un courriel personnel (puisque lui aussi s’est fait bannir du forum) Gérard LAURENÇON qui s’en prend à des Canadiennes (vivant au Québec) parce qu’elles fument (comme si cela constituait un péché ou que la fumée l’indisposait à Roanne !...) et après que je lui ai conseillé de s’occuper plutôt du salut de son âme mise en péril « par son attitude plus qu'irrévérencieuse envers les véritables Papes depuis St Pierre jusqu'à Sa Sainteté Pie XII en passant par St Pie X » comme il est montré tout au long du présent fil, Gérard, donc, en plus de ses sophismes habituels, ridicules par leur rusticité simpliste et malhonnête (auxquels il ne sera pas répondu car cela n’en vaut vraiment pas la peine) a écrit:

[...]

Si dire la pure vérité sur les papes c'est irrévérentieux [sic] alors OUI j'ai été irrévérentieux [sic] pour Saint Pierre mais pas plus irrévérentieux [sic] que Saint Paul. Si condamner l'action de Pie VII qui contredit La Bulle de Paul IV alors OUI j'ai été irrévérentieux [sic] envers Pie VII pour ne pas être irrévérentieux [sic] envers Paul IV.

Pour Pie XII, c'est encore une autre histoire et tu fais comme si je le mettais dans le même sac que les autres papes !

[...]

  1. Oui, c’est particulièrement irrévérencieux envers St Pierre quand, contrairement à St Paul qui était lui-même Apôtre, on n’a aucune autorité pour lui adresser un quelconque reproche !

  2. Oui, c’est particulièrement irrévérencieux envers St Pierre quand, contrairement à St Paul qui était son contemporain et avait donc la possibilité de corriger de manière constructive chez son illustre confrère un petit défaut mineur avec quelque chance que cela aboutisse fructueusement, on n’a aucune raison de critiquer la première colonne de la Sainte Église notre Mère sans que cela ait une quelconque possibilité de servir à quoi que ce soit, c’est-à-dire de manière essentiellement subversive; et c’est particulièrement irrévérencieux envers toute l’Église entière dont St Pierre était le premier Pape désigné par Jésus-Christ Lui-même, et c’est donc particulièrement irrévérencieux envers Notre-Seigneur Lui-même !

  3. Oui, il est particulièrement irrévérencieux de « condamner l'action de Pie VII » (qui ne contredit aucunement la Bulle Cum ex Apostolatus autrement que dans le cerveau malade – parano-schizophrène [voir http://foicatholique.cultureforum.net/t4738-pauvre-gerard-delirium-tregros...] – de Gégé) quand on n’a aucune autorité pour “condamner” quoi que ce soit chez un véritable Pape qui seul est juge de ce qui doit être fait ou évité !

  4. Oui, il est particulièrement irrévérencieux de « condamner l'action de Pie VII » quand on n’est en rien son contemporain et qu’on n’a aucune chance que cela aboutisse fructueusement et ait une quelconque possibilité de servir à quoi que ce soit, c’est-à-dire de manière essentiellement subversive ; et c’est particulièrement irrévérencieux envers toute l’Église entière dont Sa Sainteté Pie VII était le véritable Pape, et c’est donc particulièrement irrévérencieux envers Dieu Lui-même !

  5. Oui, c’est particulièrement irrévérencieux envers St Pie X de parler de ce grand Pape sans citer sa qualité de saint et de critiquer ce que ce saint a fait comme Gégé le fait hélas d’ordinaire alors qu’il n’est en rien son contemporain et n’a donc aucune chance (si par extraordinaire ce qu’il dit était vrai et fondé) que cela aboutisse fructueusement et ait une quelconque possibilité de servir à quoi que ce soit, c’est-à-dire de manière essentiellement subversive ; et c’est particulièrement irrévérencieux envers toute l’Église entière dont St Pie X était le véritable Pape, et c’est donc particulièrement irrévérencieux envers Dieu Lui-même !

  6. Oui, c’est irrévérencieux envers Sa Sainteté Pie XII de parler de ce Pape comme Gégé le fait hélas d’ordinaire alors qu’il n’est plus son contemporain et n’a donc aucune chance (si par extraordinaire ce qu’il dit était vrai et fondé) que cela aboutisse fructueusement et ait une quelconque possibilité de servir à quoi que ce soit, c’est-à-dire de manière essentiellement subversive ; et c’est particulièrement irrévérencieux envers toute l’Église entière dont Sa Sainteté Pie XII était le véritable Pape, et c’est donc particulièrement irrévérencieux envers Dieu Lui-même !

  7. Et c’est encore irrévérencieux envers tous les véritables Papes que de parler de leur ensemble comme d’un “sac” dans lequel on les met (à l’exception de Sa Sainteté Pie XII à qui on réserve un sort encore plus injurieux !...) et c’est donc irrévérencieux envers toute l’Église entière et envers Dieu Lui-même !

Cela dit, si « l'Eglise est la société des fidèles qui partagent la même foi et le même culte » comme Gégé l’écrit à la fin de son message non reproduite ici (ce que je ne nie aucunement) cette « société des fidèles qui partagent la même foi et le même culte » ne saurait être l’Église Catholique sans la Hiérarchie sacrée d’institution divine (cf. Canon 108, § 3 [http://catho.org/9.php?d=bok#x]) telle que Notre-Seigneur Jésus-Christ l’a fondée Lui-même !...

L’attitude de Gérard, essentiellement subversive, montre qu’il est un ennemi de la Sainte Église notre Mère !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur   Aujourd'hui à 20:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Le juge des Papes formaliter : menteur, faussaire, imposteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lobsang Rampa l'imposteur !
» On ne juge pas le Pape
» Prophéties de Papes
» "Ne juge pas, et tu ne seras pas jugé"
» PROPHETIES DE PAPES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: