Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Gérard est un gros menteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Gérard est un gros menteur   Dim 13 Nov - 15:40

Dans ce message
ce menteur a écrit:


[...]

Le catéchisme du Concile de Trente parle de la visibilité de l’Eglise dans son chapitre qui décrit l’Unité de l’Eglise :
Citation :
« L’église est une….parce qu’il n’y a dans l’Eglise qu’un seul chef, un seul conducteur invisible, qui est Jésus-Christ établi par le Père Eternel, chef de toute l’Eglise, qui est son corps ; et un seul chef visible qui est le successeur légitime de saint Pierre sur le Siège de Rome. »

[...]

Le Catéchisme du Concile de Trente ne parle pas là de la visibilité « de l’Eglise » mais de l'invisibilité de sa Tête dont elle est le corps et de la visibilité de Son Vicaire sur la terre !

Et en effet, le Catéchisme du Concile de Trente ne peut pas parler de la visibilité de l’Église elle-même car, comme l'Histoire le démontre :
  • Comment l’Église était-elle visible lors du grand schisme d'Occident si sa visibilté repose sur l'unicité d'« un seul chef visible qui est le successeur légitime de saint Pierre sur le Siège de Rome » tandis qu'il y avait parfois jusqu'à trois Papes différents simultanés ?

  • Comment l’Église de ce temps-là (le grand schisme d'Occident) peut-elle être visible à notre mémoire si sa visibilté repose sur l'unicité d'« un seul chef visible qui est le successeur légitime de saint Pierre sur le Siège de Rome » alors qu'elle n'a toujours pas tranché (jusque maintenant...), pour certains, lequel des Papes simultanés était le bon ?...

  • Comment l’Église aujourd'hui même était-elle visible quand elle subit manifestement une éclipse ?
Donc, le Catéchisme du Concile de Trente ne peut pas parler de la visibilité de l’Église elle-même !

Cependant, pour continuer avec une insinuation fallacieuse,
ce fieffé menteur a écrit:


Ainsi le catéchisme du Concile de Trente ne met pas d'un côté l'unité de l'Eglise et de l'autre sa visibilité [...]

Comment le Catéchisme du Concile de Trente pourrait-il ne pas mettre « d'un côté l'unité de l'Eglise et de l'autre sa visibilité » quand, au moment du grand schisme d'Occident, l'Unité de l’Église n'était plus visible ?
Pourtant, bien qu'éclipsée là aussi, cette Unité existait bel et bien puisque c'est une note obligatoire de l’Église Catholique qui, à ce moment là n'était plus visible, comme de nos jours elle n'est pas plus visible !...
Serait-ce à dire que pour Gégé l’Église Catholique au moment du grand schisme d'Occident n'était plus “Une” ?...

Continuons la dernière phrase citée ci-dessus de ce menteur qui
a écrit:


Ainsi le catéchisme du Concile de Trente ne met pas d'un côté l'unité de l'Eglise et de l'autre sa visibilité comme le fait l'ecclésiastique Guérard qui prétend que la visibilité des papes conciliaires se maintiendrait en dépit de la perte de l'unité de doctrine

Et où donc ce menteur aurait-il lu que Mgr Guérard des Lauriers aurait prétendu « que la visibilité des papes conciliaires se maintiendrait » ?

Nulle part, sinon par le jeu d'une mauvaise interprétation tendancieuse !

En effet, en page 166-167 du double numéro 3-4 (février-mai 1980) des Cahiers de Cassiciacum, il est écrit, peut-être par le R.P. Guérard (ce n'est pas signé) qui, de toute manière l'a avalisé, ceci sous le titre « Que devient la visibilité de l’Eglise ? »
Citation :


— L’Eglise est visible, en tant qu’elle est une société humaine ; or à ce point de vue, la visibilité de l’Eglise catholique romaine demeure. D’une part en effet la profession de Foi et les sacrements qui ont toujours été les siens se perpétuent par les fidèles restés attachés à la Tradition. [il s’agit de la Tradition perpétuelle de l’Église Catholique. – Précision de JP B.] D’autre part, la visibilité de la hiérarchie se maintient par le fait que l’occupant du Siège apostolique demeure pape matériellement (de même que les évêques qui lui sont soumis mais qui ne sont pas personnellement hérétiques conservent matériellement l’autorité).

Insistons sur cette importante conséquence de la permanence matérielle de la hiérarchie : les évêques qui ne sont pas hérétiques occupent « en droit » la place qui est la leur au sein de la hiérarchie, bien qu’ils n’aient pas actuellement l’Autorité, parce qu’ils demeurent affectés du schisme capital introduit par Paul VI. Il s’ensuit que ces évêques [« qui ne sont pas personnellement hérétiques » – précision de JP B] assurent réellement la permanence de la visibilité de la hiérarchie au sein de l’Eglise, bien qu’ils ne soient pas, actuellement, l’Autorité de l’Eglise.

Nous devons en outre noter que la visibilité de l’Eglise peut certainement subir des fluctuations.

Ainsi, pendant la crise arienne, la profession de la Foi catholique fut presque éliminée, et, pour un temps, ne demeura guère visible. S. Jérôme en fit la remarque avec vigueur.

Par ailleurs, S. Vincent de Lérins envisage la possibilité qu’une hérésie s’efforce d’empoisonner « non plus une petite partie de l’Eglise, mais l’Eglise toute entière à la fois. » (Commonitorium, III). Il admet donc, et personne n’est venu contester cela, que la profession de la Foi puisse subir une éclipse. Eclipse à laquelle semble bien devoir être liée une éclipse similaire de la hiérarchie.

De même, pendant le grand Schisme d'Occident (1378-1417), concrètement, la hiérarchie n’était plus visible pour les fidèles qui ne savaient plus qui était vraiment Pape.

L’Evangile nous laisse également entrevoir que cette visibilité pourrait bien faire défaut au moment de la fin du temps qui précédera la parousie.

D’une part en effet Notre Seigneur demande si la Foi subsistera à cette époque [Luc XVIII, 8] ; d’autre part le prophète Daniel annonce que le sacrifice perpétuel, le Saint Sacrifice de la Messe selon l’interprétation commune et d’ailleurs obvie, sera aboli au temps de l’Antéchrist (Dan. XII, 11).
De telles conditions correspondent bien à une éclipse de la profession de la Foi, des sacrements, et en conséquence du Magistère qui normalement procure l’une et les autres.
Cette carence du Magistère est confirmée par le fait que les élus courront le risque d’être trompés par les faux prophètes (Matt. XXIV, 24). Ce risque serait-il possible, pour les élus, si le Magistère était présent pour les guider ?

Cette possibilité d’ « éclipses », observée dans les faits, est parfaitement conforme à la doctrine catholique sur l’Eglise. Exposons brièvement ce point pour terminer.

Notre Seigneur a fondé une Eglise qui est à la fois son Corps Mystique et une société humaine.
Lorsque l’on attribue une qualité à l’Eglise, cette attribution peut être fondée soit sur le fait que l’Eglise est Corps Mystique (comme lorsque l’on attribue à l’Eglise l’Unité, la Sainteté,…) soit sur le fait qu’elle est une société humaine (comme c’est le cas pour la « visibilité » qui fait l’objet de cette question).
Or, ce qui est attribué à l’Eglise parce qu’elle est Corps Mystique lui appartient nécessairement et absolument. Il est impossible qu’une réalité quelle qu’elle soit soit d’ « Eglise » et s’oppose, par exemple, à l’une des « notes » de l’Eglise.
Tandis que ce qui est attribué à l’Eglise parce qu’elle est une société humaine lui est attribué nécessairement, certes, mais selon la nature d’un collectif humain. Cette nécessité comporte donc, quant à sa réalisation dans le temps, une part de contingence.
Toutefois, parce que l’Eglise est le Corps Mystique de Notre Seigneur, elle ne peut périr, même en tant que société humaine. Aussi, même les qualités qui lui sont attribuées en raison de cet aspect (Eglise société humaine), se réalisent-elles en fait nécessairement, à la longue et par Miséricorde.

« L'Eglise… peut être couverte d’ombre, elle ne peut défaillir. »
(S. Ambroise, Hexameron, L. 4, n. 7).


(Souligné en gras ou/et d'un trait par JP B. – Les italiques sont d'origine.)

Nous voyons donc que, contrairement à que qu'insinue le gros menteur de Gérard, le Père Guérard ne maintient nullement la visibilité « en dépit de la perte de l'unité de doctrine » !
No ...


Dans le même message
ce menteur a écrit:


Si la visibilité de l’Eglise se trouvait dans l’église de Vatican II, alors, sans doute, elle serait la véritable Eglise.

Or, dans la citation faite ci-dessus des Cahiers de Cassiciacum, il n'est pas question de la visibilité qui « se [trouverait] dans l’église de Vatican II » mais de celle
  1. qui « se perpétuent par les fidèles restés attachés à la Tradition » ;

  2. qui « se maintient par le fait que l’occupant du Siège apostolique demeure pape matériellement »



C'est pourquoi je demande solennellement ici à l'Admin. de radier de la liste des inscrits, ce menteur perturbateur !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Lun 14 Nov - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Dim 13 Nov - 21:01

Ce menteur écrit encore : « [...] les ecclésiastiques traditionalistes dans l'ordre de leur démarche, De Nantes, Barbara, Coache, Guérard, Lefèbvre ont cru pouvoir maintenir la Tradition de l'Eglise catholique SANS se séparer de la Secte de Vatican II...et en cela et à cause de cela, malgré leurs belles envolées mystiques en faveur d'une croisade de Tradition catholique, ils n'ont été, qu'ils l'aient voulu ou non, que les vulgaires propagateur de la secte à laquelle ils ont simplement ajoutée des couleurs traditionalistes qui finalement ne lui ont pas déplu ! »
Qu'est d'autre cette accusation générale et calomnieuse contre tous les clercs qui ont assuré, depuis le conciliabule vaticandeux, notre persévérance dans la tradition de l'Église de St Pierre à Sa Sainteté Pie XII, basée sur un jugement téméraire de ce super surexcité plus dur que les durs de dur, que sa propre (si l'on peut dire) opinion subjective et manifestement paranoïaque ?

En parlant de « « l’unité de l’Eglise » selon Vatican II », ce menteur insinue que « [nous pourrions] croire à cette nouvelle « unité de l’Eglise » » ! Comme si nous nous intéressions à « l’unité du syncrétisme » de « l’église de Vatican II » No ...

Il ajoute également : « [...] le traditionalisme et les traditionalistes eux-même ne peuvent être tenus pour catholiques, s'ils ne s'excluent pas eux-mêmes de l'église conciliaire. »
Nous n'avons rien à voir avec les “traditionalistes” ni avec les conciliaires : nous sommes Catholiques intégraux et cette insistance à nous amalgamer avec les “traditionalistes” et les conciliaires n'est qu'un gros mensonge de ce grand menteur !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Lun 14 Nov - 4:44

Dans ce message où il tente de sortir de son mauvais pas à l'encontre de « la thèse du Père Guérard des Laurier Materialiter-formaliter » (ici (2ème §))
le gros menteur a écrit:


JP B me pose la question suivante :

Citation :
comment puis-je soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?

Je lui demande auparavant de me dire quand où et comment j'ai pu dire que :

Citation :
"Paul VI est véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?"

Car pour répondre, il faut nécessairement que je soutienne réellement cela !

Nous n'avons jamais dit que Gérard avait soutenu explicitement cela mais qu'il l'avait sous-entendu à l'encontre de « la thèse du Père Guérard des Laurier Materialiter-formaliter » (ici (2ème §)).
En effet, JP B a écrit:


Gégé pourrait-il enfin vraiment répondre à ces simples questions (répétitions multiples) posées antérieurement aux siennes :

  1. Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment peut-il soutenir qu’un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ? (C'est lui qui sous-entend la chose ici (2ème §) !...)

    [...]



En effet, dans le message en question (2ème §)
ce menteur par insinuation a écrit:


Je vous ai déjà dit que en soutenant la thèse du Père Guérard des Laurier Materialiter-formaliter, que celle-ci otant à un successeur de Saint Pierre sa juridiction sur toute la terre, il tombait sous la condamnation de Pie IX dans Pastor aeternus qui déclare anatthèmes
 [sic] de tels hommes [...]

(Souligné d'un trait par JP B.)
lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Mer 23 Nov - 2:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Lun 14 Nov - 14:37

Le gros menteur ne cesse de prétendre que, par la distinction de la thèse dite de Cassiciacum dont il a été reproduit dans ce fil ce qu’en a écrit Mgr Sanborn, nous nous agglutinons à ce que ce grand menteur de Gégé, incompétent par excellence et super surexcité plus dur que les durs de dur, appelle «la secte conciliaire»!

Voyez ici, chers amis, ce que dit le même Mgr Sanborn des doctrines conciliaires, et dites-nous, après ça, si Gérard ne nous calomnie pas…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Mar 15 Nov - 5:07

A la fin de ce message
le gros menteur, insinuant, a écrit:


[...] pourquoi n'a-tu
 [sic] encore pas trouvé une seule citation de ces auteurs qui prouvent "qu'il peut y avoir un pape hérétique"
[...]

Les guillemets ("") qui entourent la proposition « qu'il peut y avoir un pape hérétique » insinuent que nous aurions tenu ou que nous tiendrions ladite proposition.
Or, cela est entièrement faux ! Ce pourquoi Gégé est un gros menteur
En effet, nous avons toujours affirmé qu’un véritable Pape, un Pape formaliter, NE peut PAS être hérétique.
Ce n’est que quelqu’un, malheureusement élu par un Conclave et serait reconnu Pape par tous les électeurs comme le disait la Bulle Cum ex Apostolatus valant Constitution Apostolique de Sa Sainteté le Pape Paul IV en son § 6, mais ne serait pas formellement Pape, c’est une telle personne, disons-nous, qui peut se trouver dans l’hérésie, même matérielle, comme le dit ladite Bulle Cum ex Apostolatus.

Un tel « “pape” (reconnu par toute l’Église) materialiter » peut alors être déposé par les électeurs ou/et ceux qui possèdent l’Autorité car, comme le dit St Robert BELLARMIN, avec un tel élu, le Pontife « n’existe pas encore » et, alors, toujours comme le dit St Robert BELLARMIN contre le Cardinal Cajetan, ce n’est pas le Pontife (lequel est nécessairement Pape formaliter) que les Cardinaux déposent mais un simple quidam quoique « “pape” (reconnu par toute l’Église) materialiter ».

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Jeu 17 Nov - 6:40

Dans ce message
le gros menteur, calomniant, a écrit:

Roger a écrit:

En fait, Gérard, c'est la Peau de Brebis dont se revêt ce Loup perfide qu'est la Secte Conciliaire.

Exactement mon cher Roger !
Il faut avouer que Guérard et JP B cherchent en vain à étirer la peau autant qu'ils le peuvent....pour mieux cacher et recouvrir les parties encore trop visibles du loup!

Comme ici (messages 2 et ss. [Crise actuelle dans l’Église – Analyse et explication]) sans doute ? Laughing !

Quant au juge des Papes formaliter qui est menteur, faussaire, imposteur (39 messages), il s'amuse, de son côté, à retirer la peau qui couvre les vrais Papes, tel Cham retira celle de Noé...
Une malédiction d'aveuglement tombe sur celui-là comme une autre tomba sur celui-ci !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Sam 19 Nov - 13:01

Ici, le gros menteur a écrit (je mens là autant que lui)
Citation :

J'écrits de grosses conneries !

Je mens, dis-je, autant que lui, quand je dis qu'il a ecrit cela, mais c'est l'entière vérité qu'il dit de grosses conneries (selon le terme que ce charretier emploie lui-même...) !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Sam 19 Nov - 19:19

Le gros menteur prétend, sans, bien sûr, donner les références ( !...), que quelqu'un qu'il appelle “JP III” aurait dit
Citation :
Les évêques unis au pape sont à eux seuls le signe de l'apostolicité indépendament de la doctrine qu'ils peuvent nous enseigner aujourd'hui !
Nous n'avons absolument pas connaissance de cela !...

(Par ailleurs, ce clown de gros menteur confond le « signe de l'apostolicité » donné par le Catéchisme du Concile de Trente, avec l'Apostolicité elle-même ! clown ...)

Reprenant l'affirmation de ce même catéchisme qui dit, « toujours au sujet de l'Apostolicité qu'il se propose de définir dans sa rubrique "De l'Apostolicité de l'Eglise" », que « Les catholiques contrairement aux hérétiques croient que l'Eglise apostolique est celle qui a conservé le légitime ministère établi par les Apôtres [...] », ce gros menteur prétend
  1. faire partie, avec les adeptes schismatiques du forum “Tenu par les Dames”, de « ces catholiques » alors que lui et cesdits adeptes schismatiques se sont totalement coupés de tout « légitime ministère établi par les Apôtres » !...

  2. que ledit “JP III”, « Guérard, les prêtres de Verrua et autre Belmont Guépin et JCMD » seraient « ces hérétiques qui [refuseraient] de croire à l'Apostolicité de l'Eglise telle que sa doctrine nous l'impose de croire », ce qui est manifestement FAUX !

« Vous croyez [écrit-il] à l'APOSTOLICITE de l'église conciliaire [...] »
  1. Nous ne connaissons pas « l'église conciliaire » (cf. 4ème message) !

  2. Ce guignol, désireux de continuer à calomnier à tout prix, ne fait toujours pas la distinction entre Apostolicité formelle et apostolicité matérielle...
    Quel gros menteur !...

Cela dit, s'il continue à mentir et accuser faussement (calomnie) il se garde bien de répondre à cette légitime question posée déjà depuis longtemps et à maintes reprise :
« OÙ EST LA SUCCESSION APOSTOLIQUE PUISQU’IL DIT Q’ELLE N’EXISTE ABSOLUMENT PLUS CHEZ LES “CONCILIAIRES”, PAS MÊME EN PUISSANCE ? »

OÙ EST-ELLE ?


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Mer 23 Nov - 13:00

A la suite de ce message, Gégé a répondu celui-ci qu’en vertu de cela (7 premiers messages), nous qualifierons d'absurdité !

Voici , en plus de celle-ci, la réponse à ladite absurdité :

Bon, Gégé, revenons à nos moutons :
Contre la thèse dite de Cassiciacum du R.P. Guérard des Lauriers, comment pouvez-vous soutenir qu'un Paul VI soit véritablement « un successeur de Saint Pierre [avec] sa juridiction sur toute la terre » ?
(c'est vous-même qui sous-entendez FALLACIEUSEMENT la chose ici (2ème §) pour mieux pouvoir CALOMNIER Mg Guérard des Lauriers !...)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Ven 25 Nov - 2:03

Dans ce nouveau mensonge,
le gros menteur a écrit:


[...] je viens de découvrir "la compétence caractérisée" de Monsieur Jean-Paul qui nous dit, maintenant qu'il peut y avoir une juridiction matérielle et une juridiction formelle.

[...]

Cela est un « nouveau mensonge » du gros menteur car ce n'est pas JP B qui dit, et ce n'est pas seulement maintenant que c'est dit, « qu'il peut y avoir une juridiction matérielle et une juridiction formelle » : ce sont seize théologiens, ou groupe de théologiens, dont le Docteur de l’Église, St Robert BELLARMIN !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Lun 7 Mai - 0:27

Dans le cadre de cette discussion sur le mariage,
Gérard, en messagerie personnelle à JP B le 04/05/2012 à 21h48 (en rouge mes réponses du même jour à 22h47), a écrit:

Réponse G. Laurençon :

Vous qui vous dites défenseur du jugement du pape, je vous pose la question suivante :

"Quand est-ce que le jugement du pape doit-il être tenu plus en honneur que lorsqu’il condamne infailliblement le mariage civil comme un outrage sacrilège envers l’Eglise?"

Le mariage civil est un prétendu mariage qui n’existe pas pour les baptisés, et, en tant que tel, il est normal qu’il soit condamné car, pour les baptisés, n’existe que le mariage religieux.

Toutefois, et c’est cela que vous ne comprenez pas, le mariage religieux n’exclut pas que les époux baptisés passent également devant le représentant du pouvoir civil, non pour se marier puisque le mariage civil n’existe pas pour eux, mais pour obtenir les effets civils de leur mariage religieux.



Si les papes n’ont pas AGI ensuite en conséquence de ce qu’ils ont établi infailliblement, il ne s’agit que de leur faiblesse….comme celle constatée par Saint Paul à Antioche où il reproche à Saint Pierre de ne pas agir selon la foi qu’il proclame et qu’il fait comme si le salut et la rédemption n’était que pour les juifs convertis.

N'ayant pas compris le deuxième § rouge ci-dessus, vous accusez injustement les Papes qui viennent après le concordat et celui qui l'a signé en premier, de ne pas agir en conséquence !
Si vous aviez un tant soit peu d'humilité, vous réfléchiriez un peu plus avant de partir à fond la caisse dans vos théories et de vous emballer dans la colère contre qui ose vous contredire...[*]


Pour l’enseignement doctrinal des papes, précisément sur la condamnation du mariage civil,je m'incline, je crois et j'adore.

Après....tout ce qui va contre ce que je crois et que j'adore et qui va contre tout ce que je suis OBLIGE de croire et d'adorer...je laisse tomber et après avoir rendu honneur au jugement du pape, je rends à ses faiblesses ce qui vient de ses faiblesses !

Voyez ce qui précède en rouge. Vous êtes à côté de la plaque !


Je ne veux même pas savoir ni comment ni pourquoi ni par qui, ni par quelle magouille politique ou quel concordat la chose est arrivée....parce que je n'ai même pas une seconde à perdre à des idioties pareilles !

Je ne fais en cela que de me faire l'élève de ceux qui ont grandi avant moi et qui ont été capables de risquer leur vie pour le pape comme De Charette, le chef des Zouaves pontificaux, qui disait :

En effet, ce général a dit à Léon XIII:
Citation :
« Très Saint Père,

Quand vous parlez de doctrine et de morale, je me mets à genoux et je crois.

Quand vous parlez de discipline, je reste debout mais j’obéis.

Mais lorsque vous parlez de politique, je reste assis et j’écoute par déférence. »

Arrêtez votre grandiloquence !

Du reste, il ne s'agit pas de politique mais de discipline puisque tout ce que nous avons dit est régi par le Droit canonique comme je l'ai fait remarquer sur les deux forum, et il n'est pas dit que, malgré le silence du Pape, le Général de Charette ait eu raison de parler ainsi car, même en politique, le Pape peut (pas toujours) être infaillible quand il rappelle, dans ce domaine, les règles de morale. Il n'y a que dans les conséquences pratiques de ses simples conseils qu'il peut là se tromper. (Il en est ainsi – infaillibilité dans les principes moraux et non-infaillibilité [à mon humble avis, erreur] dans les conséquences pratiques de ses simples conseils –avec l'Encyclique Au milieu des sollicitudes.)

Par ailleurs, même au niveau de la discipline (puisque tout ce que nous avons dit du mariage est régi par le Droit canonique) vous n'écoutez même pas par déférence, mais vous vous rebellez et accusez honteusement les Papes et toute l'Église comme vous l'a fait remarquer Gabrielle en commentant vos messages précédents.

Et il n’est pas dit que Léon XIII y ait trouvé quelque chose à redire.


Oui, je reconnais que je ne suis pas vraiment fidèle à ce héros, défenseur du pape, parce que je ne peux pas dire que :
Citation :
je reste assis et j’écoute par déférence

quand la politique des papes est complètement contradictoire avec leur doctrine, mais si Charette vivait notre époque et avait vu les conséquences de cette fameuse politique concordataire, il n'est pas dit qu'il n'en serait pas arrivé où j'en suis ou qu'il n'aurait pas dépassé les grandes réserves qu'il faisait à ce moment-là !

Le pire dans l'histoire du mariage civil, c'est que les papes n'ont pas imposé une discipline au nom de leur doctrine qui avait condamné le mariage civil mais au nom de leur politique d'accommodement aux pouvoirs maçons auxquels ils se soustrayaient pour imposer le mariage civil au nom de la paix-péte conclue avec eux…et qui nous a valu la persécution morale et la lente perte de tous les acquis du christianisme qu nous a amené aux portes de Vatican II !

Dans ces deux derniers §, vous accusez calomnieusement les Papes et, par eux, toute l'Église !...

[*] : En fait Gérard confond la conduite des Papes dans leur pratique personnelle (qui n’est pas toujours, l’exemple de St Pierre repris par St Paul le prouve, exemplaire) et l’enseignement qu’ils peuvent dispenser dans le domaine disciplinaire où, comme dans le domaine doctrinal, ils sont infaillibles.
Cela a déjà été expliqué à Gérard ! Pourquoi s’obstine-t-il toujours et encore ?…

Le 05/05/2012 à 01h45,
Gérard, toujours en messagerie personnelle à JP B, a écrit:

Tout d'abord merci pour votre déférence que vous utilisez dans votre message, laquelle j'apprécie davantage que je n'y étais pas habitué.

Ce qui nous divise effectivement, c'est bien ce que vous dites ci-après et que vous attribuez à ma seule incompréhension :

"Toutefois, et c’est cela que vous ne comprenez pas, le mariage religieux n’exclut pas que les époux baptisés passent également devant le représentant du pouvoir civil, non pour se marier puisque le mariage civil n’existe pas pour eux, mais pour obtenir les effets civils de leur mariage religieux."

Nous sommes bien d'accord sur le fait que le mariage civil des baptisés n'existe pas pour eux.

Vous dites ensuite :


le mariage religieux n’exclut pas que les époux baptisés passent également devant le représentant du pouvoir civil...pour obtenir les effets civils de leur mariage religieux.


Outre l'évidence même (base fondamental de la philosophie) qu'un effet ne peut pas précéder une cause (et quiconque serait-il pape qu'il ne peut faire précéder l'effet à la cause de cet effet) mais qu'il en est la conséquence (comme toute conséquence, elle ne peut arriver qu'après dans la procession), comment ce mariage civil qui ignore totalement toute validité, tout fondement, au mariage sacrement pourrait lui accorder quoique ce soit. D'ailleurs, JAMAIS le (ou les) législateur du mariage civil n'a laissé entendre qu'il accorderait quoique ce soit au sacrement (Il n'en a même jamais émis l'hypothèse)

Cependant, je reconnais que SEUL le pouvoir civil peut donner des effets civils au sacrement.

Le problème que vous poser tout d'abord est tout à fait correct, c'est que le pouvoir civil peut donner des effets au sacrement !

Mais vous esquiver le second problème...que le pouvoir civil maçonnique depuis la Révolution n' a JAMAIS donné d'effets civils au sacrement et n'a fait que de donner des effets civils au sacrilège mariage civil condamné infailliblement par tous les papes.

Très reconnaissant à vous

Gérard

Le même jour (5 mai 2012) à 13h32, je lui répondais
Citation :

Monsieur Laurençon,

Bonjour !

Vous écrivez : « Outre l'évidence même (base fondamental de la philosophie) qu'un effet ne peut pas précéder une cause (et quiconque serait-il pape qu'il ne peut faire précéder l'effet à la cause de cet effet) mais qu'il en est la conséquence (comme toute conséquence, elle ne peut arriver qu'après dans la procession), comment ce mariage civil qui ignore totalement toute validité, tout fondement, au mariage sacrement pourrait lui accorder quoique ce soit. [...] ».

A cela, je répondrai :

  1. Dans le problème du mariage, l'effet (en l'occurrence, ses effets civils) ne précèdent pas de fait (en acte), quoique vous en laissiez paraître dans votre argumentation, la cause (en l'occurrence, le mariage religieux pour les baptisés) même si le passage à la mairie précède le passage à l'église de la paroisse, mais ne sont qu'en puissance, en droit, à venir.
    C'est toujours la question de la distinction entre la puissance et l'acte dont vous faites totale abstraction.
    C'est exactement comme dans le problème de la prise de possession du pouvoir pontifical suprême lors de la désignation d'un nouveau pape par le conclave : l'élu est en droit de posséder (sous une condition) ce pouvoir pontifical, mais (et c'est là la condition) s'il accepte (réellement et ne feint pas, volontairement ou inconsciemment en raison d'un vice qui lui ferait mettre un obstacle pour être un avec N.S.J.C.) la charge attachée à ce poste suprême.

  2. Ce n'est pas le mariage civil (qui n'est d'ailleurs rien pour les baptisés) qui accorde « quoique ce soit » (en l'occurrence, les effets civils) au Sacrement, c'est l'Église, dans sa grande mansuétude, qui accorde aux mariés la possibilité, en raison de leur mariage devant Elle, de recevoir du pouvoir civil, fut-il antireligieux, les effets civils du mariage, pour leur plus grand bien et celui de toute la société. (Il ne faut pas inverser les rôles...)

    D'autre part, comme je le disais entre parenthèses, le mariage civil n'étant rien pour les baptisés, il ne peut « accorder quoique ce soit » : rien ne peut donner quelque chose.
    La preuve en est que si des baptisés se présentaient à la mairie en disant qu'ils veulent être mariés, puis à l'église de la paroisse et que l'un d'eux refuse alors d'échanger son consentement, ils ne seraient pas mariés et il ne leur resterait plus, devant le pouvoir civil, qu'à demander le divorce, à moins qu'ils ne demeurassent en concubinage pour obtenir les effets civils... d'un véritable concubinage, chose inimaginable !
    Reste que pour des baptisés le passage à la mairie n'est pas un mariage civil mais l'enregistrement officiel aux yeux du pouvoirs civil (actuellement, hélas ! antireligieux) de leur mariage qui, pour eux, ne peut être que religieux.

Quant à ce que « le pouvoir civil maçonnique depuis la Révolution [n'ait] JAMAIS donné d'effets civils au sacrement et n'a fait que de donner des effets civils au sacrilège mariage civil », on s'en balance car c'est comme pour la question de l'origine du pouvoir : pour ce pouvoir civil antireligieux, le pouvoir vient prétendument du peuple, tandis que nous savons bien que « tout pouvoir vient de Dieu », ne serait-ce, pour notre châtiment, que par Sa permission et non, parfois, par Sa Volonté propre.

J'espère que ces quelques éléments de réponse vont satisferont et vous mettrons dans la paix.

Notez bien que, pour ce qui est de ma déférence, je n'ai jamais (sinon, je vous en demande bien pardon) employé l'insulte grossière, et surtout pas en premier...

Que Dieu vous bénisse !

JP Bontemps


En réponse, le même jour (5 mai 2012) à 18h23 et toujours dans ma messagerie personnelle, avec en rouge mes réponses à 19h12,
Gérard a écrit:

JP B, Vous dites :

Dans le problème du mariage, l'effet (en l'occurrence, ses effets civils) ne précèdent pas de fait (en acte), quoique vous en laissiez paraître dans votre argumentation, la cause (en l'occurrence, le mariage religieux pour les baptisés) même si le passage à la mairie précède le passage à l'église de la paroisse, mais ne sont qu'en puissance, en droit, à venir.

Je veux bien, cher ami, supposer que le mariage civil ne donnerait qu'en puissance les droits civils qui ne deviendraient en acte que par le sacrement qui lui succède.

Vous ne me comprenez pas : ce n'est pas le « mariage civil » qui donne en puissance aux baptisés les effets civils du mariage, mais, par le passage devant le représentant du pouvoir civil, le seul mariage qui existe pour eux, le mariage religieux (comme je l'ai du reste bien précisé) car, pour les baptisés, le « mariage civil » n'existe pas.

Cependant, vous dites d'autre part :

"le mariage civil n'étant rien pour les baptisés, il ne peut « accorder quoique ce soit » : rien ne peut donner quelque chose."

Or, après cette péremptoire affirmation, vous dites que le mariage civil (qui n'est rien) donnerait des droits d'abord en puissance puis en acte.

Non ! Vous déformez ma pensée (pourquoi ? Vous ne savez pas lire ?)
J'ai écrit : « Ce n'est pas le mariage civil [...] qui accorde « quoique ce soit » [...] c'est l'Église, dans sa grande mansuétude, qui accorde aux mariés la possibilité, en raison de leur mariage devant Elle, de recevoir du pouvoir civil, fut-il antireligieux, les effets civils du mariage, pour leur plus grand bien et celui de toute la société. » Et je parle de ce que les mariés reçoivent du pouvoir civil les effets civils du mariage,je ne parle pas de « mariage civil » !

A partir de là, de cette déformation (j'espère involontaire) de ce que j'écris pourtant bien clairement, vous dérapez complètement dans ce qui suit...


Il n'est donc plus rien et il donne beaucoup de choses et il en donne de plus en plus !
La théorie se complique encore car ce serait une cause (le mariage civil) qui donnerait les effets civils en puissance et ce serait une autre cause, complètement indépendante, le sacrement, qui donnerait en acte ce que le mariage civil aurait donné auparavant en puissance.


Vous dérapez complètement comme je vous le disais dans mon dernier §.


Vous devez reconnaître que je ne veux nullement ignorer cette distinction de puissance et d'acte mais je ne vois que l'hypothèse d'être guérardien pour parvenir à un tel exploit de compréhension de l'incompréhensible.

Sans commentaire !


Vous dites d'autre part :

"....pour ce pouvoir civil antireligieux, le pouvoir vient prétendument du peuple, tandis que nous savons bien que « tout pouvoir vient de Dieu », ne serait-ce, pour notre châtiment, que par Sa permission et non, parfois, par Sa Volonté propre."

Ce qui est à éclaircir ce n'est pas le fait que
"nous savons bien que « tout pouvoir vient de Dieu »"...trop évident pour être un différend entre nous ! Ce qui est à éclaircir, et qui reste un mystère total pour moi, c'est qu'un pouvoir civil dont le premier dogme est de dire et croire que son pouvoir ne vient SURTOUT pas de Dieu et dont nous savons qu'ils croient le tenir du démon par les loges qui l'ont constitué...puisse être un pouvoir légitime qui vient de Dieu. Si tel était la vérité, il s'en suivrait que le pouvoir de l'Antechrist viendra de Dieu et qu'il sera légitime ! Bonjour la confusion !

Qui a dit que le pouvoir civil actuel était "légitime" ?
Certainement pas moi !

(Cela n'empêche pas que ce pouvoir civil illégitime [et non pas le « mariage civil » pour les baptisés) puisse accorder les effets civils du mariage.)

A partir de là (le fait que je n'ai jamais dit que le pouvoir civil actuel était "légitime") je ne vous suivrai pas dans vos considérations et, donc, ne vous répondrai pas.

Bonne soirée à vous aussi* !


[...]

* : Gérard n'avait écrit aucune formule de politesse finale. Very Happy

Aujourd'hui (6 mai 2012) à 8h20,
Gérard, toujours en messagerie personnelle à JP B (en rouge mes réponses à 20h46 avec copie à Gabrielle, alias Thérèse), a écrit:

Bonjour Jean Paul,

Dans mon dernier message, j'ai oublié de vous parler d'un aspect essentiel de la véritable origine de ce que nous appelons "effets civils du mariage"

Vous me parlez du mariage civil
[suite après ma réponse en rouge]
Vous mentez, Laurençon, je ne cesse de vous dire que je ne parle pas du « mariage civil » mais du « pouvoir civil » et je vous signifie ici, avec copie à un témoin impartial entre nous, que je ne répondrai plus, désormais, à vos insinuations qui, finalement et selon, hélas ! votre habitude, s'avèrent calomnieuses !

dont le pouvoir et les effets seraient dépendant du sacrement.

le mariage civil ignore totalement le mariage religieux et il n'a jamais eu l'intention de lui accorder quoique ce soit. il faut tenir compte également que ce que l'on appelle "Effets civils" et que les cathos ont recherché là où ils n'étaient pas,... ces effets civils ne sont, tout simplement, que des lois en faveurs des personnes que l'Etat reconnait comme mariés(qu'ils le soient véritablement ou non) .

Or, il est évident que ces lois s'applique EGALEMENT pour les gens doublement mariés à la mairie et à L'Eglise que pour les gens mariés civilement.


Et comment ceux qui ne sont pas baptisés mais qui se marient pourraient-ils faire pour être considérés mariés, et par l'Église d'une part (la question est importante s'ils venaient à se faire baptisés) et par le pouvoir civil d'autre part ?
Vous ne voyez pas que vous patauger dans le yaourt ? !...


Le fait de dire que ces lois ne s'appliqueraient et ne bénéficieraient qu'aux personnes unies par le sacrement est absurde.
Mais plus absurde encore serait de croire...ou de se laisser croire...que ces lois bénéficieraient aux personnes que dès lors qu'elles ont reçu ensuite le Sacrement.

Ne pensez-vous pas que l'on est ici dans le délire le plus total ?

Gérard


Je ne donnerai donc plus aucune réponse à cet imposteur anticlérical sous couvert de défendre la pureté de la doctrine catholique et qui ne tient aucunement compte de ce qu'on lui écrit mais qui ne cesse de chercher à induire son interlocuteur dans l'erreur !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Sam 12 Mai - 10:17

Quoique je ne veuille plus répondre à cet anticlérical menteur qu’est Gérard et que je ne lui répondrai effectivement plus, qu’il me soit permis de le montrer tel qu’il est :

Dans ce message
Gérard a écrit:

Gabrielle rapporte ce que j'ai dit :
Citation :
"Dans les mémoire du Cardinal Consalvi, celui-ci cite des italiens qui disaient que Pie VI pour garder la foi avait perdu son siège et que Pie VII avait perdu la foi pour garder son Siège. La citation était en italien et il y avait un jeu de mots !"

Gabrielle dit à ce sujet :
Citation :
Que veut dire cette phrase: que le Pape Pie VII avait perdu la foi pour garder le Pontificat? Cela exige des explications rapides.

Ma pauvre Gabrielle ! Si vous voulez des explications rapides, il faudra encore attendre longtemps ou prier pour que le Cardinal Consalvi qui a écrit cela ressuscite pour se justifier puisque lui seul est responsable de ce qu'il a écrit si tant est que l'on est responsable de rapporter un fait historique et qu'on doive se justifier de l'avoir écrit.

Je vous donnerai bien des explications mais vous allez dire une fois de plus que je juge le pape !
D'alleurs [sic] je ne vois pas comment expliquer cette annectode [sic] en balançant un gros encensoire [sic] à l'adresse de Pie VII […]

, Gabrielle a répondu judicieusement
Citation :

[…]

Gérard a écrit:
Ma pauvre Gabrielle ! Si vous voulez des explications rapides, il faudra encore attendre longtemps ou prier pour que le Cardinal Consalvi qui a écrit cela ressuscite pour se justifier puisque lui seul est responsable de ce qu'il a écrit si tant est que l'on est responsable de rapporter un fait historique et qu'on doive se justifier de l'avoir écrit.

Je vous donnerai bien des explications mais vous allez dire une fois de plus que je juge le pape !
D'alleurs je ne vois pas comment expliquer cette annectode en balançant un gros encensoire à l'adresse de Pie VII et vous devez vous rappelez que vous avez interdit de parler d'un pape quelconque sans faire brûler l'encens !

C'est un fait historique ou une mauvaise et injurieuse plaisanterie?

De plus, puisque vous la connaissez, donnez-moi la référence exacte où se trouve cette phrase...

[…]

Dans cette réponse intitulée « essxxxxxxxxxxx »,
Gérard a écrit:

Gabrielle a écrit :
Citation :
De plus, puisque vous la connaissez, donnez-moi la référence exacte où se trouve cette phrase...

J'ai donné cela de mémoire, vous devrez attendre le week end pour que je retrouve la citation du Cardinal Consalvi et dans quel contexte il l'a dite

[…]



Rappel
 : de quoi s’agit-il ?

Ici,
Gérard a écrit:

[...]

Vous pensez, chère Gabrielle que les mêmes qui reconnaissent les traductions du missel, reconnaissent le SIège vacant depuis 1800. Or, ni moi, ni mon ami qui a relevé les erreurs de traduction remettent en cause la papauté des papes après 1800.
Dans les mémoire du Cardinal Consalvi, celui-ci cite des italiens qui disaient que Pie VI pour garder la foi avait perdu son siège et que Pie VII avait perdu la foi pour garder son Siège.[...]

Le problème est qu’il ne me semble pas qu’un Pape

  1. puisse perdre la Foi, assisté qu’il est, tous les jours, par l’Esprit de Dieu promis par Jésus-Christ ;

  2. s’il vient, par extraordinaire et contre ce premier point, à perdre la Foi, puisse rester Pape.

Gérard, qui fait sienne cette déclaration de quelques Italiens douteux, pense-t-il qu’un Pape puisse perdre la Foi et rester Pape, ou pense-t-il que, puisque Pie VII « avait perdu la foi » selon la déclaration de quelques Italiens douteux que Gérard fait donc sienne, le Siège était logiquement vacant (formellement) sous Pie VII ?

Cette alternative (un Pape peut-il perdre la Foi et rester [formellement] Pape ou le Siège apostolique était-il formellement vacant sous Pie VII qui, paraît-il, « avait perdu la foi ») fut déjà posée à Gérard, le mardi 8 mai à cet endroit, et, malgré plusieurs messages postés depuis par lui, il n’a toujours pas donné de réponse !

Par ailleurs Gégé refuse en fait de répondre aux demandes de Gabrielle dans les messages reproduits ci-dessus et de Eric dans celui-ci pour donner les références exactes et complètes de l'ouvrage dont notre pourfendeur des véritables Papes se sert, avec tout le passage concerné de cette fameuse phrase du Cardinal Consalvi.
En effet, à cet endroit étrange ( Suspect ) pour répondre à la demande de Eric, réitérée dans ce message, « En attendant, il serait bon d'avoir les références complètes de l'ouvrage dont mr Laurençon se sert ici »,
Gérard a écrit:

[…]
Je n'ai pas retrouvé ce livre que je croyais posséder et je l'ai trouvé sur internet*...très mal rendu par OCR, je n'ai pu donc mettre le contexte dans lequel cela a été dit parce que c'est presqu'illisible...je pense qu'un membre du forum trouvera plus de détail :
Citation :
Pio ( VI) per conservar lafede .
Perde lu se de.
Pio ( VII) per constrvir lu sede.
Perde In fede.

Comme je vous l'ai dit, le Cardinal n'a évidemment pas reconnu la valeur de de [sic] ce qui est dit ici**...il n'a même pas daigner en donner une quelconque explication et Gabrielle sera donc bien déçu [sic] […]

Consalvi, lui, il avait une foi inébranlable au point d'ouvrir un culte protestant à Rome !
***
Mais bon, cela n'a été condamné qu'après par Pie IX dans le Syllabus !
[…]

Donc puisque ce n'était pas encore interdit, c'était autorisé...peut-être même souhaitable et puis vous savez bien qu'il peut y avoir des actes condamnés par l'Eglise puis autorisés et mêmes rendus obligatoires ensuite....et au bûcher celui qui s'en scandalisera !
Et puis si on est catholique on doit nécessairement trouver une justification pour blanchir Consalvi, le secrétaire du pape Pie VII.
Donc, Consalvi ne savait pas que Rome était située dans un pays catholique.
Voilà qui règle tout !
C'est fini, je ne me pose plus de questions !
Vous attendiez mon repentir !
Ben le voilà !

Notes de J PB :
* : Cependant Gégé ne donne aucun lien, aucune référence !…
** : Cela ne l’a pas empêché lui, Gérard, de faire sienne cette déclaration de quelques Italiens douteux ! Suspect
*** : Souligné par J PB.

Bravo, Gégé ! Magnifique tour de passe-passe et très belle dérobade en forme de pirouette !…
Des références ? Que dalle ! Allez vous faire voir…

Et, en plus, une accusation de plus : le Cardinal « Consalvi [qui avait sans doute eu le tort aux yeux de Gégé de ne pas approuver la déclaration scandaleuse de quelques Italiens douteux…], lui, il avait une foi inébranlable au point d'ouvrir un culte protestant à Rome ! »
Inutile de demander à Gégé d’où il tire cette “information” : il a perdu les références mais a retrouver cela sur un site Internet (certainement anticlérical ou moderniste, apparemment principales sources de références pour notre juge de tous les véritables Papes) que nous ne connaîtrons probablement jamais…

Bonjour la mauvaise foi !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Sam 4 Jan - 14:07

Selon son fils Benoît – ou selon lui-même dans ce qu’il écrit sous le pseudonyme de celui-ci... – nous insinuerions (ce qui est éminemment faux) que « L’Apostolicité ne se trouverait que dans l'église conciliaire » :
Citation :
La démarche de JP B et de la plupart des traditionalistes, c'est de nous affirmer que l'apostolicité ne peut se trouver, aujourd'hui qu'à Rome dans le pape et les évêques. [...]

Or, nous n’avons jamais dit ni nulle part écrit que l’Apostolicité se trouve dans ce qu’il appelle « l’église conciliaire » pour la simple et bonne raison que ce que nous appelons tous (que ce soit par ce que l’on considère comme cet enragé qu’une telle entité existe juridiquement, ou que ce soit par commodité comme nous-même pour désigner ce qui n’existe que de facto et non de jure sauf dans son cerveau schismatique qui pond les décrets de lui-même) « l’église conciliaire », ne peut pas être l’Église Catholique et ne peut donc pas assurer l’Apostolicité.

En revanche, nous affirmons de notre côté, contrairement à cet hérétique, que tous les évêques existant actuellement dans le monde ne sauraient appartenir, dans leur totalité et nonobstant le fait que beaucoup en fassent partie, à cette « église conciliaire » mais qu’il en existe nécessairement un certain nombre (au moins un) qui appartienne toujours à l’Église Catholique (ce que Gégé nie opiniâtrement) pour que la succession apostolique ne soit pas rompue.
Et c’est parce qu’il n’accepte pas cela que sa position rompt nécessairement l’Apostolicité et fait donc de lui un hérétique.
Et non seulement sa position est donc hérétique, mais en affirmant ainsi, ne serait-ce qu’implicitement, que TOUS les évêques ont absolument quitté l’Église Catholique et ne lui appartiennent plus du tout, il se fait lui-même l’Autorité dans l’Église, Autorité qu’il usurpe donc, et manifeste par là être schismatique.

Pour s’en défendre, il nous accuse donc d’affirmer que « L’Apostolicité ne se trouverait que dans l'église conciliaire », accusation qui n’est qu’une pure calomnie !


Ce n’est pas tout !...

Reprenant, pour la critiquer, la formule du calendrier de 2013 (page 5) de Sodalitium, « Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition » ,
Gégé l'Banni, calomniateur hérético-schismatique a écrit:

[...]

Messieurs les prêtres de Sodalitium, merci de votre affirmation.

Nous vous demandons simplement de l'appliquer !

La vérité que vous reconnaissez, c'est que l'église conciliaire est l'église qui rassemble toutes les religions et reconnaît dans ces religions l'égalité pour apporter aux hommes les moyens de leur salut !

[...]


C’est là toujours la même calomnie... Avancée pour masquer à la fois son hérésie qui rompt la succession apostolique en affirmant que TOUS les évêques ont absolument quitté l’Arche du Salut et à la fois son schisme qui lui fait rejeter hors l’Église absolument TOUS les évêques !
Il n’y a rien à tirer de cet être borné et de mauvaise foi !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Mar 7 Jan - 17:53


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Mar 7 Juil - 7:58

Dans sa réponse dont il a déjà été question ici, Gérard LAURENÇON, alias “Moreno”,
a écrit:

[...] tu fais comme si nous avions adopté ton analyse lefèbvro-guérardienne selon laquelle Paul VI est un destructeur de l'Eglise.

Nous avons horreur de votre débile analyse car, pour vous, l'Eglise catholique aurait été détruite et subsisterait sur les ruines vaticandeuses.

[...]

Que voilà un beau sophisme doublé d’un fieffé mensonge et d’une admirable contradiction interne !
  1. C’est un sophisme car, bien que, en effet, Paul VI fut réellement, autant que cela lui fut possible, un destructeur de l’Église, il n’empêche que la Sainte Église Catholique, qui a toujours eu, tout au cours de son Histoire, des destructeurs – tous inefficaces quant à leur but ultime – et qui ne peut pas être détruite, malgré les tentatives de Paul VI et de ses successeurs vaticandeux, de fait, n’a pas été détruite, ne l’est toujours pas et ne le sera jamais !

  2. C’est encore un fieffé mensonge : nous n’avons jamais dit ni écrit nulle part – et Gégé le sait fort bien, l’imposteur ! – que « l'Eglise catholique aurait été détruite ».
    Nous n’avons cessé, au contraire, de proclamer que cela est impossible (et il ne peut l’ignorer, l’imposteur !...) et nous n’avons cessé de lui reprocher la chose à lui-même (il le sait pertinemment, l’imposteur !...) pour les raisons que nous verrons encore, une fois de plus, avec la citation suivante.
    Il ne cherche ici qu’à retourner, à son avantage et à notre dommage, un état de fait qu’il sait bien, finalement, que cela lui est préjudiciable ! Twisted Evil...

  3. Il y a là, de plus, une contradiction interne car comment une chose (en l’occurrence l’Église Catholique) pourrait-elle être détruite et subsister simultanément d’une manière ou d’une autre ? Laughing...
Gégé clown se débat là dans la bouse de ses résonnements de cloche pour tenter (inutilement) de nous porter une contradiction qui lui est impossible ! lol!


Voyons ce qu’il dit à la suite :
Gégé Moreno a écrit:

[...]

Pour nous l'Eglise n'a pas été détruite au Concile Vatican II car il nous serait impossible de lui appartenir aujourd'hui.
[...]

Pour lui « l'Eglise n'a pas été détruite au conciliabule vaticandeux (respectons ce qu’est un Concile et appelons les choses par leur nom !...) » ?
Très bien ! Alors qu’il nous dise comment il voit, lui Gégé, aujourd’hui, l’existence de la Hiérarchie sacrée de l’Église enseignante fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ qui lui a promis l’existence « usque ad consummationem sæculi » (« jusqu’à la consommation des siècles » – St Matt., XXVIII, 20), consommation qui n’est pas encore arrivée puisque le temps défile toujours, encore aujourd’hui...
Pour nous, tout le monde connaît la réponse que nous apportons à cet épineux problème, mais pour lui, il n’y a plus aucun Évêque catholique, pas même materialiter, car ils ont, selon lui, absolument tous apostasié lors du conciliabule vaticandeux et ont ainsi fondé ce qu’il appelle « l’église conciliaire vaticandeuse » faisant donc disparaître d’un coup, qu’il le reconnaisse ou le nie comme il le fait maintenant, toute la Hiérarchie sacrée et la totalité de l’Église enseignante, ce qui est, qu’il le veuille ou non, détruire purement et simplement l’Église qui ne peut subsister sans au moins une partie de sa Hiérarchie.
Cela est prouvé par cet §, à la fin de son triste message, dans lequel il écrit : « Les 2500 charlots à cornes n'ont rien détruit de l'Eglise parce quelqu'un que l'on peut croire a dit que les portes de l'Enfer ne prévaudront pas contre elle. Même si tu refuses de croire le plus objectif des faits à savoir la création d'une nouvelle église à Rome en 1965, il est de notoriété que tes 2500 guignols n'ont fait qu'édifier une nouvelle religion base de la nouvelle église à laquelle tes Lefèbvre et Guérard ont adhéré jusqu'à leur mort et comme pour toi, leur fidélité s'est trouvé dans l'honneur qu'ils se sont faits d'être unis (avec ou sans unacum [sic] plus ou moins ouvertement) à l'église de toutes les religions où il ne s'agit plus d'unité de foi mais d'unité d'appartenance à une même église, indifféremment de la différence de foi ou de culte avec le "pape". »
Tel un hypocrite et malhonnête imposteur, comme il est très exactement, il cherche à renverser les rôles en les inversant !...

L’Église à laquelle il proclame ainsi appartenir, n’est pas la Sainte Église Catholique : c’est une Église sans aucune hiérarchie, une Église uniquement spirituelle, pneumatique, acéphale même matériellement, un ersatz d’Église, une secte protestante de plus, celle de Gégé Ier qui, par ailleurs et de plus, possédant sans doute lui-même l’Autorité, se fait de son propre chef le juge de tous les véritables Papes ! (Cliquez...)


Commentant, dans ce même message, cette question de Mgr Lefebvre (qu’il calomnie autant que votre serviteur en nous accusant faussement tous deux d’avoir cru « à la destruction de l'Eglise ») : « comment un Pape, vrai successeur de Pierre, assuré de l’assistance du Saint-Esprit, peut-il présider à la destruction de l’Eglise la plus profonde et la plus étendue de son histoire en si peu de temps ; ce qu’aucun hérésiarque n’a jamais réussi à faire ? » (Mgr Lefebvre), ce menteur qu’est Gégé Ier, faussaire et imposteur, écrit sur Mgr Lefebvre
Citation :

[...]

Voilà où en arrive cet homme abominable. Il trouve le moyen d'affirmer que c'est par l'assistance du Saint Esprit que Paul VI a présidé à la destruction de l'Eglise. Et il ne répond pas à la question qu'il a posée parce qu'il ne veut pas y répondre, il veut seulement que ses fidèles croient que l'Eglise catholique a pu être détruite et que c'est par le Saint Esprit qu'elle l'a été.

[...]

Non seulement c’est un faussaire pour travestir ainsi la pensée évidente de ce malheureux(*) Évêque, un imposteur pour tenter de faire accroire ses mensonges aux malheureux lecteurs qui se laisseraient séduire par ses “arguments” fallacieux, mais c’est, de plus, un menteur conscient de l’être : la preuve en est dans la seconde phrase de ce dernier § cité quand il dit que Mgr Lefebvre « ne répond pas à la question qu'il a posée parce qu'il ne veut pas y répondre » (ce qui est vrai) car, disant cela, notre Gégé connaît la réponse qui est tout autre que celle qu’il insinue et qui affirme implicitement qu’“un Pape, vrai successeur de Pierre, assuré de l’assistance du Saint-Esprit NE PEUT PAS présider à la destruction de l’Eglise [...]” !
(* “malheureux” pour ne pas avoir été fidèle au combat de la Foi et surtout à son témoignage ! Sad...)

Honte à Gérard
, menteur, faussaire et imposteur
 !
...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Sam 25 Juil - 5:51


Accusations calomnieuses

Un super surexcité, plus dur que les durs de durs,  qui, tel tous les schismatiques et tous les hérétiques, s’en prend à tous les véritables Papes depuis St Pierre jusqu’à Sa Sainteté Pie XII en passant par ST Pie X, véritable protestant qu’il est tout en employant la méthode moderniste de prétendre rester dans la Sainte Église Catholique, nous reproche à la fois de
  1. reconnaître dans les “papes” vaticandeux (Paul VI – Jean XXIII ? – et les successeurs jusqu’à ce jour) des « demis-papes » à qui nous refuserions le fait qu’ils seraient de véritables Papes malgré qu’ils aient été élus par de véritables Conclaves légitimes à nos yeux ;

  2. refuser leur autorité et de tomber ainsi sous le coup de la condamnation énoncée dans Pastor Æternus !

En effet, critiquant dans un courriel privé le fait que, dans ce message, il a été dit :
  1. dans le point N° 2 et entre parenthèses : « ([...] cette “secte”, que l’on peut avec juste raison considérer exister de fait, n’existe pas en tant que telle ni juridiquement ni donc formellement : cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3698-crise-actuelle-dans-leglise-secte-conciliaire) » ;

  2. dans le point N° 1 : « [...] si les guignols vaticandeux ne sont pas Papes, nous n’avons pas à les écouter ni à leur obéir en quoi que ce soit : nous n’avons uniquement qu’à LES IGNORER » ;
  • 1
    en premier, ce dangereux guignol, maître es sophisme, a écrit:

    [...]

    Tu réitères ton affirmation comme quoi,  il n’y a jamais pu y avoir d’ « église conciliaire » parce qu’elle n’existerait pas ni juridiquement ni formellement.

    [...]

    Il y aurait donc d’après toi, une église de Vatican II qui ne serait que la continuation de l’Eglise catholique d’avant le Concile
     [sic : avec une majuscule !...]. Cette Eglise existerait seule sans qu’il y eut ni qu’il y ait[sic*] pu y avoir à Vatican II, une nouvelle église.

    [...] D’après toi, il n’y a rien eu au Concile
     [sic : avec une majuscule !...] tout s’est passé dans la tête de Paul VI qui après avoir été élu le plus légitimement possible aurait eu un début d’anévrisme qui aurait fait qu’il n’a pas eu soudain, dans sa petite tronche,  le bien-finalité de l’Eglise.

    Cependant, l’église de ce pape continuait son chemin tranquille en étant UNE SAINTE CATHOLIQUE ET APOSOLIQUE.

    [...]

    * : « ni qu’il pu y avoir » aurait sans doute été mieux ! Very Happy... (Souligné en gras ou/et d’un trait par JP B.)


  • 2
    Puis, en second, ce super malhonnête par excellence a écrit:

    [...] Pie IX a dit exactement le contraire de toi et en a fait un dogme.

    Pie IX a dit que lorsque l’Eglise s’est choisi un pape celui-ci est infaillible et a la JURIDICTION sur toute la terre et que l’ignorer serait être anathème de la sainte Eglise.

    Pie IX ne laisse AUCUNE exception à ce dogme et il n’a jamais dit qu’il faudrait que le pape prouve par ses actes qu’il ait l’intention d’assurer le bien-finalité de l’Eglise.


    Voilà la condamnation qui tombe sur toi et qui défait Guérard, auteur de la thèse Cassisia Cum démonio, de tous ses lauriers pour les remplacer par les flammes de l’enfer :
    Citation :
    Si quelqu'un donc dit que le bienheureux Apôtre Pierre n'a pas été établi par le Christ notre Seigneur chef de tous les Apôtres et tête visible de toute l'Église militante ; ou que ce même Apôtre n'a reçu directement et immédiatement du Christ notre Seigneur qu'une primauté d'honneur et non une primauté de juridiction véritable et proprement dite, qu'il soit anathème.


    Or, tu donnes à tous les papes conciliaires cette primauté d’honneur d’avoir été choisis par l’Eglise catholique et reconnus comme successeurs de Pierre et après cela tu REFUSES à tes papes la juridiction sur toute la terre [...]


Or tout cela constitue, comme le titre du présent message l’affirme, des accusations calomnieuses basées uniquement sur de magnifiques sophismes et des interprétations malhonnêtes comme il sera démontré ci-dessous, dans le même ordre de numérotation que ci-dessus :
  1. Il n’y a absolument pas, dans notre thèse, d’“église de Vatican II qui ne serait que la continuation de l’Eglise catholique d’avant le Concile” car, il faut le répéter, il n’existe pas en tant que telle ni juridiquement ni donc formellement « une église de Vatican II » !
    Les membres de ce que l’on peut abstractivement considérer comme l’“église de Vatican II” appartiennent encore et toujours, tant qu’ils n’en ont pas été officiellement retranchés ou n’ont pas eux-mêmes proclamé ne plus y appartenir, à l’Église Catholique.
    Conséquemment, une telle “église” (de Vatican II) n’existe formellement que dans le cerveau dérangé de notre contradicteur qui, se prenant pour l’Autorité dans l’Église, a décidé de son propre chef que lesdits membres en question n’appartenaient plus à celle-ci...
    Mais quand bien même « une église de Vatican II » existerait comme réellement et officiellement fondée, elle ne serait aucunement « la continuation de l’Eglise catholique d’avant le » conciliabule vaticandeux puisque ce n’est pas la même foi qui anime ces deux entité !...

    Quant à Paul VI, il est évident pour nous tous, y compris pour Gégé (ce qui fait que son argumentation est le type même du sophisme malhonnête) qu’il n’est (n’était) pas le Pape (formaliter) – en acte – de la Sainte et Unique, Catholique et Apostolique Église, même s’il l’était en puissance puisque désigné pour le devenir.

    En effet, le Pape n’est pas le Vicaire du Christ simplement parce qu’il a été désigné par les Cardinaux pour le devenir car « [...] en créant le Pontife, les Cardinaux n'exercent pas leur autorité sur le Pontife, puisqu'il n'existe pas encore, mais sur la matière, c'est-à-dire, sur la personne qui est disposée par l'élection à recevoir de Dieu la forme du Pontificat [...] » (St Robert BELLARMIN, De Romano Pontifice, livre II, chapitre 30) mais le Christ est, Lui, le véritable Chef de Son Corps mystique, et le Pape est le Vicaire du Christ parce que le Christ est avec lui, tous les jours, jusqu’à la consommation des siècles, comme Il l’a promis en St Matthieu, XXVIII, 20, dernière phrase.
    Or il est évident pour nous tous qui ne suivons pas les modernistes actuellement au pouvoir que le Christ n’était pas avec Paul VI qui ne cessait de tenter de détruire, s’il avait pu, la Sainte Église Catholique, tout comme Il n’est pas avec les successeurs vaticandeux de Paul VI.
    En raison de son activité néfaste, Paul VI ne pouvait être, ni, sur le plan naturel, le chef de ce qu’il tentait de détruire, ni, sur le plan surnaturel, le Vicaire du Christ car le Christ ne pouvait être avec celui qui tentait de détruire Son Corps mystique.

    Et lors du conciliabule vaticandeux, c’est cette activité néfaste de Paul VI qui a commencé clairement à se manifester. Voilà ce qu’il y a « eu au Concile » !...

  2. Premièrement, Sa Sainteté le Pape Pie IX ne dit pas « que lorsque l’Eglise s’est choisi un pape celui-ci est infaillible et a la JURIDICTION sur toute la terre et que l’ignorer serait être anathème de la sainte Eglise » (ce ne sont pas ses paroles) mais il affirme que celui qui EST Pape (non celui qui ne fait que semblant de l’être, c’est évident sauf pour un super malhonnête par excellence) « est infaillible et a la JURIDICTION sur toute la terre et que l’ignorer serait être anathème de la sainte Eglise ».

    Deuxièmement, en édictant « Si quelqu'un donc dit que le bienheureux Apôtre Pierre n'a pas été établi par le Christ notre Seigneur chef de tous les Apôtres et tête visible de toute l'Église militante ; ou que ce même Apôtre n'a reçu directement et immédiatement du Christ notre Seigneur qu'une primauté d'honneur et non une primauté de juridiction véritable et proprement dite, qu'il soit anathème », Sa Sainteté le Pape Pie IX vise quelqu’un (comme Gégé qui s’en prend à tous les véritables Papes depuis St Pierre jusqu’à Sa Sainteté Pie XII en passant par ST Pie X !...) qui mettrait en doute le fait que celui qui EST Pape (non celui qui ne fait que semblant de l’être, c’est évident sauf pour un super malhonnête par excellence) a « été établi par le Christ notre Seigneur chef de tous les Apôtres et tête visible de toute l'Église militante » ; ou qui affirmerait que celui qui EST Pape (non celui qui ne fait que semblant de l’être, c’est évident sauf pour un super malhonnête par excellence) « n'a reçu directement et immédiatement du Christ notre Seigneur qu'une primauté d'honneur et non une primauté de juridiction véritable et proprement dite », « soit anathème », et non quelqu’un qui affirme que celui qui n’est pas formellement Pape (tel, par exemple, celui qui est visé par la Constitution Cum ex apostolatus, § 6, de Sa Sainteté le Pape Pie IV) « n'a pas été établi par le Christ notre Seigneur chef de tous les Apôtres et tête visible de toute l'Église militante » comme il est évident, ou qui nie que celui qui n’est pas formellement Pape, même s’il a été élu pour le devenir (ce qu’on appelle « “pape materialiter »), ait « reçu directement et immédiatement du Christ notre Seigneur » « une primauté de juridiction véritable et proprement dite » !
    C’est évident sauf pour un super malhonnête par excellence...

    Troisièmement, il est particulièrement calomnieux d’affirmer que nous donnons « a à tous les papes conciliaires cette primauté d’honneur » due aux seuls véritables Papes, même si nous reconnaissons que ces “pape” vaticandeux ont « été choisis par l’Eglise catholique et reconnus comme successeurs de Pierre » tels ceux de la Constitution Cum ex apotolatus, § 6, de Sa Sainteté le Pape Pie IV ! Voilà pourquoi, au vu de la destruction, si cela leur était possible, qu’ils tentent de faire contre notre Mère la Sainte Église Catholique, nous REFUSONS à ces FAUX “pape” la juridiction sur toute la terre...

Voilà pourquoi notre contradicteur n’est qu’un faussaire et un imposteur qui déforme tout, et un vil calomniateur qui, plein de bouse qu’il est, salit tout ce qu’il touche !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Sam 25 Juil - 10:47

En passant, remarquons que l’argumentation de notre contradicteur est exactement celui qu’emploient d’habitude les modernistes de l’Église officielle : « Paul VI et ses successeurs ont été choisis par l’Église catholique et reconnus comme successeurs de Pierre. Or, Pie IX a dit que lorsque l’Eglise s’est choisi un pape celui-ci est infaillible et a la JURIDICTION sur toute la terre et que l’ignorer serait être anathème de la sainte Eglise. Vous tombez donc, en refusant à ces Papes la juridiction sur toute la terre, sous les coups de la condamnation de Pie IX qui, dans “Pastor Æternus”, édicte ce qui suit. »
Citation :
Si quelqu'un donc dit que le bienheureux Apôtre Pierre n'a pas été établi par le Christ notre Seigneur chef de tous les Apôtres et tête visible de toute l'Église militante ; ou que ce même Apôtre n'a reçu directement et immédiatement du Christ notre Seigneur qu'une primauté d'honneur et non une primauté de juridiction véritable et proprement dite, qu'il soit anathème.
Exclamation

Gégé, moderniste ? Suspect en effet...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Sam 25 Juil - 13:45

Commentant cette phrase écrite dans ce message, « Les membres de ce que l’on peut abstractivement considérer comme l’“église de Vatican II” appartiennent encore et toujours, tant qu’ils n’en ont pas été officiellement retranchés ou n’ont pas eux-mêmes proclamé ne plus y appartenir, à l’Église Catholique » (point N° 1 des commentaires sous les citations, § 2),
Gégé, dans un courriel privé de ce matin, 8h27, a écrit:

[...]
Faux car si cela était vrai l’exclusion « Ipso facto » prévue dans le droit Canon n’existerait pas [...]
(Suit un résonnement de cloche qu’il serait vain de reproduire et encore plus de commenter, puis Gégé continue ainsi)

JP B a écrit:
Mais quand bien même « une église de Vatican II » existerait comme réellement et officiellement fondée, elle ne serait aucunement « la continuation de l’Eglise catholique d’avant le » conciliabule vaticandeux puisque ce n’est pas la même foi qui anime ces deux entités !...


Bien évidemment que l’église de Vatican II ne pourra jamais être l’Eglise catholique. Cependant, JP B en ne reconnaissant pas l’existence de l’église conciliaire refuse le fait évident de son existence AFIN DE l’identifier à l’Eglise catholique.

La raison qu’il donne que c’est impossible car ces deux églises n’ont pas la même foi est une fausse bonne raison.

En effet, celui qui n’a pas la foi à l’Eglise catholique n’appartient pas à l’Eglise. [...]
(Suit encore un autre résonnement de cloche qu’il serait vain de reproduire et encore plus de commenter.)


Analyse et réponses
 :
  1. « Faux car si cela était vrai l’exclusion « Ipso facto » prévue dans le droit Canon n’existerait pas [...] »

    L’excommunication prévue « ipso facto » par le Code de Droit canonique (Can.2314, §1, n°1) concerne ceux qui ont formellement apostasié, soit en ne se rendant pas aux monitions prévues aux Canons 2314, §1, n°2-3, et 2315 et 2317 conformément à ce que St Paul réclame en Tite, III, 10, pour manifester leur pertinacité, soit en proclamant d’eux-mêmes ne plus appartenir à l’Église Catholique ou/et appartenir à une secte définie comme telle par l’Autorité dans l’Église, et qui, de ce fait, n’ont effectivement besoin d’aucune autre déclaration comme le dit le Can.188, 4°, pour perdre leur office.

    La remarque de Gégé porte donc complètement à faux !


  2. « Bien évidemment que l’église de Vatican II ne pourra jamais être l’Eglise catholique. Cependant, JP B en ne reconnaissant pas l’existence de l’église conciliaire refuse le fait évident de son existence AFIN DE l’identifier à l’Eglise catholique. »

    Que voilà un magnifique procès d’intention et une belle calomnie de plus de la part de Gégé !
    Ainsi cet énergumène sait mieux que moi et que quiconque d’autre (mes confesseurs, par exemple) pourquoi j’affirme que la “secte” vaticandeuse. dont je reconnais publiquement l’existence de facto, de fait ( !...), n’existe pas en droit, de jure (raison pour laquelle ses membres ne peuvent être dit, par qui n’a pas l’Autorité dans l’Église, appartenir officiellement et juridiquement à une secte acatholique et ne plus appartenir à l’Église Catholique)...


  3. « La raison qu’il donne que c’est impossible car ces deux églises n’ont pas la même foi est une fausse bonne raison. / En effet, celui qui n’a pas la foi à l’Eglise catholique n’appartient pas à l’Eglise. [...] »

    Mais ce n’est que Gégé, qui, s’en prenant à tous les véritables Papes depuis St Pierre jusqu’à Sa Sainteté Pie XII en passant par ST Pie X, véritable protestant qu’il est tout en employant la méthode moderniste de prétendre rester dans la Sainte Église Catholique, montre qu’il n’a (matériellement, sinon formellement) pas la Foi catholique, ce n’est que Gégé, dis-je, qui parle, lui qui n’a aucune autorité dans l’Église, de « celui qui n’a pas la foi à l’Eglise catholique » et qui, de ce fait, « n’appartient pas à l’Eglise » Exclamation...
    Aussi, son assertion n’a-t-elle aucune valeur car personne aujourd’hui parmi les Catholiques, surtout pas lui, ne peut dire qui n’a formellement pas la Foi catholique !

Gégé, un conseil : arrête de ramer, tu attaques la falaise ! bounce Laughing
Hé ! Ben Hur, arrête ton char : y-a des mines ! lol!...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Jeu 22 Oct - 10:53

Dans un courriel privé (puisqu’il a été banni de tous les fora...)
le parano-schizophrène de service a écrit:

[...]

Toi, ce n'est pas du juif que tu vois de partout mais la dissociation entre la  matière et la forme comme si une forme  pouvait être sans matière ou si une matière ne pouvait pas avoir de forme. Tu fais comme si tu étais Dieu et que tu puisses, dans un acte créateur, donner la forme  à la matière  ou donner une forme sans matière. L'orgueil une fois emballé n'a plus de frontière et comme le Système Guérard était de prendre Thomas d'Aquin pour un minus, il pouvait bien se rendre égal à Dieu et se faire créateur, ce qu'il a fait d'ailleurs en pondant sa philosophie tout à fait hors de la saine raison !

Même  quand on prend cet exemple très basique et que l'on dit par exemple qu'il y a "hérésie matérielle" cela ne signifie pas qu'il y ait un peu d'hérésie mais, au contraire, cela signifie simplement qu'il n'y a pas d'hérésie du tout... l'hérésie ne  pouvant exister sans forme,  c'est  à dire sans la volonté délibérée de nier  ou de relativiser la vérité.
Ton pape, un peu pape, mais pas pape totalement et cependant ayant le titre de successeur de Saint Pierre et rendant impossible l'arrivée d'un vrai pape autre que lui
, c'est une praline que tu as enrobée de chocolat sauf que ton chocolat ce n'est que de la merde d'un esprit dévoyé !

[...]

Gégé

(Souligné en gras par JPB.)
  1. Sur le fait qu’“une forme [peut très bien] être sans matière” et sur le fait qu’“une matière [peut] ne pas avoir de forme, voir ce message (http://foicatholique.cultureforum.net/t3785-lecons-de-metaphysique-elementaire-discussions#31746) et les deux suivants, où il est démontré que ce que ce décidément trop triste parano-schizophrène croit pouvoir nous reprocher sur le plan philosophique est l’enseignement même de St Thomas d’Aquin et de St Robert BELLARMIN, tous deux Docteurs de l'Église.

  2. Sur le fait que ce trop triste, en effet, parano-schizophrène dise « Tu fais comme si tu étais Dieu et que tu puisses, dans un acte créateur, donner la forme à la matière ou donner une forme sans matière », pour la deuxième proposition indépendante (« et que tu puisses, dans un acte créateur, donner la forme à la matière »), voir ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum#31791) ce que nous en avons dit à partir de la citation de St Robert BELLARMIN tirée de son De Romano Pontifice, chapitre 30 du livre II.

  3. Sur le fait que ce guignol clown  confonde (pour ne pas suffisamment réfléchir et partir au ¼ de tour en écrivant souvent n’importe quoi...) l’hérésie caractérisée (par l’erreur condamnée par l’Église) avec le péché d’hérésie lui-même, voir cet autre message (http://foicatholique.cultureforum.net/t3877p210-incompetence-caracterisee#31793) dans lequel il a été démontré qu’il peut y avoir réellement hérésie matérielle sans qu’il y ait péché d’hérésie car, si le péché d’hérésie réside en effet dans « la volonté délibérée de nier  ou de relativiser la vérité » qui donne la forme de l’hérésie, la matière de l’hérésie est l’erreur condamnée par l’Église (erreur involontaire ou ignorée comme telle, et c’est alors l’hérésie seulement matérielle, ou consciente et là, on a l’hérésie formelle).

  4. Examinons maintenant et pour terminer cette analyse (dont il ne restera qu’a présenter un résumé général) ce qu’en plus
    ce calomniateur par excellence, avec sa grossièreté (malheureusement pour lui) habituelle, a écrit:

    [...]

    Ton pape, un peu pape, mais pas pape totalement et cependant ayant le titre de successeur de Saint Pierre et rendant impossible l'arrivée d'un vrai pape autre que lui
    , c'est une praline que tu as enrobée de chocolat sauf que ton chocolat ce n'est que de la merde d'un esprit dévoyé !

    [...]

    Gégé

    (Souligné en gras par JPB.)

    Reprenons dans l’ordre ces propositions tellement ridicules qu’elles ne devraient prêter qu’à rire aux éclats si elles ne se doublaient pas de calomnies :

  1. « Ton pape, un peu pape, mais pas pape totalement »

    Voilà bien des propos on ne peut plus idiots après l’étude que l’on peut faire des distinctions entre, d’une part la matière et la forme, et d’autre part, la puissance et l’acte, présentées par St Thomas d’Aquin et St Robert B
    ELLARMIN telles que nous les avons vues et qui sont rappelés dans le premier point ci-dessus mais avaient déjà depuis longtemps été publiées et rappelées à Gégé rendu sourd-dingue et aveuglé par sa parano-schizophrénie et sa haine irrationnelle de Mgr GUÉRARD DES LAURIERS qui a eu le bonheur (le malheur aux yeux de Gégé) d’élaborer la thèse dite « de “Cassiciacum” » tant honnie de notre schizophrène paranoïaque !

    Mais cela dit, il y a là, à notre égard, une grave calomnie qui voudrait que celui qui est assis actuellement sur le Siège du Bienheureux Pierre (comme tous ses prédécesseurs vaticandeux qui sont également concernés par lesdits propos) soit « [notre] pape ».
    Car en effet, le guignol qui, matériellement, occupe actuellement le Saint-Siège, n’est certes pas, autant pour nous qu’en réalité, Pape, du moins pas formellement, et donc, il n’est pas « [notre] pape » !

    Pour faire avaler cette couleuvre, ce calomniateur parano-schizophrène qu’est Gégé, tente de le définir « un peu pape, mais pas pape totalement » ! Rolling Eyes
    Outre le fait que cette tentative de “définition”, que ce calomniateur voudrait ainsi nous attribuer, soit on ne peut plus absurde, il y a là une volonté de caricaturer notre position (position basée sur la philosophie thomiste d’une part et la théologie, pour ce qui est du Pape, de St Robert B
    ELLARMIN d’autre part) pourtant, et pour les raisons citées ici entre parenthèses, on ne peut plus logique.
    Car il est bien certain que celui qui n’est, comme nous ne cessons de l’affirmer, pas Pape (du moins pas formellement) mais demeure en puissance à le devenir, n’est certes pas « un peu pape » : il n’est pas Pape en acte, un point c’est tout !
    Aussi, il est parfaitement faux d’ajouter qu’il serait pour nous « pas pape totalement » : il n’est pas Pape en acte, un point c’est tout !

    Nous avons suffisamment exposé le fait en question, notamment ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3254-preuve-de-la-vacance-au-moins-formelle-du-saint-siege), ce que n’ignore pas, loin de là, ce calomniateur de Gégé tout juste bon à alimenter sa schizophrénie paranoïaque...


  2. « [...] et cependant ayant le titre de successeur de Saint Pierre »

    Voilà bien, là encore, l’incompréhension viscérale (réelle ou feinte, de la part de ce parano-schizophrène ?...) de la distinction thomiste entre ce qui n’est que matériel (et met seulement en puissance à devenir mais sauvegarde ce qui peut encore l’être) et ce qui est formel et donne d’être en acte.
    Quand on ignore de tels principes aussi élémentaires que ceux-là pourtant imposés par notre Mère la Sainte Église Catholique, surtout si cette ignorance est volontaire et relève donc du péché contre l’esprit, on tombe, comme nous le voyons là, dans n’importe quelle absurdité !
    Ainsi en va-t-il de la traitresse fameuse (et fumeuse) « Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X » dans son genre comme il en va de notre Gégé schizophrène également atteint de paranoïa furieusement frénétique et agressive dans le sien...


  3. « [...] et rendant impossible l'arrivée d'un vrai pape autre que lui »

    Voilà une proposition (malhonnête) erronée sous deux aspects :
  1. Il est faux de dire que le guignol qui, matériellement, occupe actuellement le Siège du Bienheureux Pierre, par cette occupation (uniquement matérielle, soulignons-le encore) « [rend] impossible l'arrivée d'un vrai pape autre que lui » car n’importe quel(s) Cardinal (Cardinaux) ou Évêque(s) résident(s), c’est-à-dire ayant le pouvoir de Juridiction, étant catholique(s) ou le devenant par la conversion, peut (peuvent) toujours déclarer qu’un tel guignol comme ceux que nous connaissons depuis le conciliabule vaticandeux, après les mises en demeure requises pour cela, n’est pas Pape (pas même, dans ce cas, materialiter) et faire procéder à de nouvelles élections lors d’un nouveau Conclave qu’il lui (leur) appartiendrai(en)t alors de convoquer.


  2. Qu’Est-ce que, mis à part la solution qui vient d’être évoquée et à laquelle il n’a manifestement pas pensé (sinon, il n’aurait pas écrit cela) notre Gégé au moins matériellement dans l’hérésie et dans le schisme sous-entend là ? Suspect...
    En plus d’être déjà (au moins matériellement) dans le schisme et l’hérésie, serait-il conclaviste ? Il n’y a pas encore assez de farfelus qui se proclament eux-mêmes ou qui prétendent avoir été élu par n’importe qui, “Pape” ?
    Ce serait le bouquet mais ça expliquerait si bien ses réactions et sa tendance schismatique...

    En tout cas, si telle était sa démarche, nous pourrions lui retourner son compliment : « c’est une praline que tu as enrobée d[’un certain]... chocolat [tu sais, celui dont tu te sers pour écrire tes gentillesses] d'un esprit dévoyé » ! Very Happy...

Allez, Gégé, sans rancune ! Il me reste encore un message, d’ordre général, en guise de récapitulation, à te consacrer pour ton ravissement dans le dernier fil que j’ai créé à ton sujet... lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Lun 8 Fév - 17:03

« Le juge des Papes formaliter » (« menteur, faussaire, imposteur » : http://foicatholique.cultureforum.net/t3923-le-juge-des-papes-formaliter-menteur-faussaire-imposteur)
dans un courriel personnel d’hier (dimanche 7 février 2016) à 21h10, a écrit:

[...]

Edouard Marie comme moi-même nous désirons et prions pour que les hérétiques de tous poils, que les conciliaires progressistes ou traditionalistes quittent la Secte conciliaire et reviennent à l'Eglise catholique [...]

JP B ne peut pas s'unir ni à notre désir ni à notre prière puisqu'il estime qu'aucun de ces hérétiques n'a quitté l'Eglise catholique [...] très conscient d'appartenir à cette fausse église avec eux, il ne prie que pour la légitimer comme étant l'EGlise fondée par J-C.

  1. D’une part, la question se pose de savoir comment cet hérétique au moins matériel (http://foicatholique.cultureforum.net/t3966-gerard-est-dans-l-heresie) ainsi que l’autre dans le même état (http://foicatholique.cultureforum.net/t4192-une-heresie-de-plus-pour-edouard-marie-laugier) peuvent-ils prier pour que, qui que ce soit, « revienne à l'Eglise catholique » ? Cela leur est en effet manifestement impossible ! Qu’ils commencent donc par s’occuper d’eux-mêmes…

    D’autre part, qu’appelle-t-il « l'Eglise catholique », lui qui, tel les schismatiques (et hérétiques qui ne reconnaissent pas la primauté du Siège de Rome ni l’infaillibilité pontificale) de « La petite Église » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Petite_%C3%89glise_des_Deux-S%C3%A8vres) n’accepte, comme eux, aucun Évêque ni même aucun Prêtre ( !...) ?
    La question se pose donc également de savoir dans quelle “Église” il veut attirer ceux pour qui il prétend prier...


  2. Ce calomniateur, menteur et imposteur, prétend faussement que j’estimerais « qu'aucun de ces hérétiques n'a quitté l'Eglise catholique » sans faire, pour affirmer cela, la légitime distinction que je fais entre appartenir au corps de l’Église et appartenir à son âme (ce qui ne saurait être pour aucun d’eux) d’une part, et d’autre part, il est faux de dire que j’estimerais « qu'AUCUN de ces hérétiques n'a quitté l'Eglise catholique » mais, n’estimant pas moi-même, contrairement à Gégé, être le Juge qui sonde les reins et les cœurs, je ne sais qui l’a quittée de corps !
    Le problème qui nous oppose sur cette question, c’est que lui, jugeant tout le monde au for interne quoi qu’il dise pour s’en défendre, estime que TOUS ont quitté, même de corps, l’Église Catholique !
    Se faisant ainsi lui-même l’Autorité dans l’Église, il baigne dans le schisme
    ...


  3. Ce menteur, faussaire et imposteur, prétend que je serais « très conscient d'appartenir à cette fausse église avec eux ».
    Je ne m’abaisserai pas à relever une telle calomnie manifestement fausse qui ne fait qu’abaisser son auteur dans les tréfonds du dénigrement gratuit.

Pauvre Gégé ! Il est vraiment nécessaire de prier pour lui et c’est à son intention que je prierai mon chapelet aujourd’hui...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gérard est un gros menteur   Aujourd'hui à 22:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Gérard est un gros menteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gros problème
» Les plus gros champignons
» Hercule le plus gros chien du monde
» Jules GROS. Sa vie; son oeuvre.
» Saint Gérard de Brogne Fondateur de l'Abbaye de Brogne et commentaire du jour "Des serviteurs quelconques"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: