Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Psaume 13 verset 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 19491
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Psaume 13 verset 1    Mar 19 Juin - 12:27

Citation :
Le pécheur insensé dit en son coeur: Il n'est point de Dieu. Ils
sont corrompus, ils commettent des actions abominables ; il n’en est
aucun qui fasse le bien. (Psaume XIII, verset 1)


Citation :
À propos de la racine de la
malice il est écrit dans l'Ecclésiastique: "Le commencement de tout
péché, c'est l'orgueil, et le commencement de l'orgueil de l'homme, c'est
quand il s'éloigne de Dieu." Donc le fait que l'homme ne garde pas Dieu
dans son cœur, c'est le principe de la malice; et c'est pourquoi le psalmiste
dit: L'insensé a dit en son cœur:
"Il n'est pas de Dieu."
- "La sagesse n'entrera pas dans
une âme qui a fait le mal, elle n'habitera pas dans un corps soumis aux
péchés."


Mais peut-on le dire ? Dire dans le cœur c'est penser.
Mais peut-on penser que Dieu n'est pas ? Anselme affirme que personne ne le
peut. De même Jean Damascène: "La connaissance de Dieu est donnée
naturellement à tous; [s'agissant] d'une connaissance naturelle inculquée, personne
ne peut penser qu'Il n'est pas." Mais il faut savoir que l'on peut
parler de deux manières de la connaissance de Dieu, c'est-à-dire en soi et
par rapport à nous.


Si c'est selon la première manière, alors on ne peut pas
penser qu'il n'est pas. En effet, aucune proposition ne peut être regardée
comme fausse selon sa nature, proposition dont le prédicat est inclus dans la
définition du sujet. Or il faut noter qu'en Dieu l'être est autre que dans
les créatures, car l'être de Dieu est sa substance. Donc celui qui dit Dieu
en soi, dit son être même; et c'est pourquoi en soi il ne peut être pensé ne
pas être. Et le raisonnement de Jean Damascène est expliqué: car ce qui est
donné naturellement est connu de manière indéterminée, c'est-à-dire que Dieu
est, cependant non comme Dieu connaît; au contraire, cette connaissance
s'obtient par la foi. Dieu se dit en grec Theós
et vient de théein, ce qui veut
dire "pourvoir" et "s'occuper avec sollicitude" de toutes
choses; ou bien de aithein, qui
signifie "brûler" (car notre Dieu est un feu consumant toute malice
). Ainsi donc quelqu'un dit que Dieu n'est pas, lorsqu'il pense qu'il n'est
pas tout-puissant, et qu'il ne s'occupe pas des réalités humaines: "Qui
est le Tout-Puissant pour que nous le servions ?" On peut appliquer cela
aux Juifs disant que le Christ n'est qu'un simple homme et non Dieu:
"Toi, étant homme, tu te fais Dieu." Certains Juifs, ne croyant pas
que lui-même est celui qui était annoncé dans la Loi, disent: "Il n'est
pas Dieu", c'est-à-dire celui qui nous prêche n'est pas Dieu. Et l'insensé a dit cela, parce qu'ils ont
refusé d'accueillir la sagesse de Dieu en gardant les yeux du cœur
enténébrés: "Ils n'ont pas su et ils n'ont pas compris." -
"Car leur malice les a aveuglés." Ou bien c'est le pécheur qui est
blâmé ici.


D'abord quant au péché commis dans le cœur par le
consentement: L'insensé a dit.


Ensuite quant au péché commis en acte: Ils sont corrompus.

Enfin quant au péché commis par habitude: et sont devenus abominables.

Le psalmiste appelle d'abord le pécheur insensé, parce qu'il n'a pas la
sagesse, comme il le dit. Également, parce que les réalités spirituelles ne
sont pas sensées pour lui: "L'homme charnel n'accueille pas ce qui est
de l'Esprit de Dieu."
Ensuite il expose le progrès de
leur malice: Ils sont corrompus et sont
devenus abominables.
De même que les deux parties de la justice sont de
faire le bien et d'éviter le mal, ainsi les deux parties de l'injustice sont
de faire le mal et d'éviter le bien.


a) Et il expose en premier lieu la
première partie.


b) Puis la seconde.

a. Dans la première il manifeste:

- La corruption des vices.

- Ensuite leur abomination.

- Dans les corps, il en résulte une corruption par
l'exhalaison de la chaleur naturelle chassée par la chaleur extérieure. Or la
chaleur naturelle de l'âme c'est l'amour de Dieu. Donc lorsque l'amour
étranger de la convoitise entre, ainsi que d'autres péchés, Dieu s'éloigne.
Et c'est pourquoi lorsque le psalmiste a dit: Il n'est pas de Dieu, il ajoute aussitôt: Ils sont corrompus. - "Ils ont renié le Seigneur et dit: "Ce n'est pas lui"", c'est-à-dire
celui qui réprouve les pécheurs, celui qui rémunère les justes: "Le cœur
du sot", c'est-à-dire du pécheur," est comme un vase brisé".
Corrompus sont donc les pécheurs à cause de leur action mauvaise: "Mais
leurs œuvres étaient mauvaises", car après avoir perdu les biens
gratuits par leur consentement au mal, les réalités naturelles sont
corrompues en eux; et c'est pourquoi un châtiment leur échoit: "Le feu
marchera devant lui, et brûlera à l'entour de ses ennemis."


- De même, lorsqu'un corps pourrit, il devient
abominable. Ainsi l'âme humaine, aussi longtemps que l'amour de Dieu demeure
en elle, est agréable à Dieu; mais lorsqu'elle est corrompue par le péché,
elle devient abominable. Elle est abominable parce que la passion humaine
l'en écarte; aussi dit-il: et ils sont devenus abominables, c'est-à-dire les pécheurs sont devenus abominables à Dieu et aux hommes par leur habitude de pécher: "Comme tu es devenue
vile, qu'il t'en coûte un peu de changer tes voies !" - "Ils se
sont égarés dans la confusion et sont devenus abominables comme l'objet de
leur amour." Et il a dit: par leurs œuvres, car c'est par elles qu'ils deviennent abominables. Ou bien,
ils agissent avec application, selon Jérôme. Car Dieu a davantage en
abomination une volonté qui s'applique à pécher, que le péché lui-même:
"Ils se sont éloignés de lui comme de propos délibéré, et ils ont refusé
de connaître ses voies." Une autre version lit: "Corrumpunt et abominati sunt studium (Ils
sont corrompus et sont devenus abominable par leur étude)", c'est-à-dire
de la sagesse et de la science: "Parce qu'ils ont haï la science, et
qu'ils n'ont pas désiré la crainte de Dieu." - "Tu verras des
abominations encore plus grandes."


b. Puis il parle de l'évitement du bien: Il n'en est [aucun] qui fasse le bien, car "il n'y a pas de juste sur terre qui fasse le bien sans
pécher".
(Commentaire de saint Thomas d'Aquin)



_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
 
Psaume 13 verset 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le psaume 22 tellement prophétique- méditation de la passion
» Psaume 71, Tous les rois devant lui
» Psaume 72:12 [22/03/2012]
» Les Psaumes prophétiques : Psaume 110
» Psaume 91

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Ecriture Sainte et commentaire-
Sauter vers: