Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A propos du “Secret” de La Salette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: A propos du “Secret” de La Salette   Dim 15 Juil - 20:20

Dans le N° 48 d’avril 1999 de Sodalitium (Cliquer sur « Télécharger le Fichier ») pages 57 à 59, sous le titre « I. Le Secret de La Salette »
M. l’abbé Francesco Ricossa a écrit:

A propos de La Salette et avant toute chose, il faut faire une distinction entre l’Apparition proprement dite, le Secret, et les interprétations du Secret. Ensuite, pour porter un jugement prudent, le catholique devra s’en tenir à ce que pense l’Eglise: “ayant déposé tout jugement propre, nous devons avoir l’âme prête et prompte à obéir en tout à la véritable épouse du Christ Notre-Seigneur qu’est la sainte Eglise hiérarchique, notre Mère” (Saint Ignace, Exercices spirituels, Règles pour sentir avec l’Eglise, première règle, n°353).

[…]

b) Le Secret

Dans le fait même de l’Apparition (approuvé par l’Eglise), est incluse l’existence de deux “secrets” confiés aux bergers de La Salette, mais restés longtemps... secrets. C’est seulement le 5 juillet 1851 qu’ils furent écrits par les enfants, et le 18 juillet suivant qu’ils furent remis à Pie IX. Ces textes sont restés inédits. Pourtant du “secret” confié à Mélanie il existe plusieurs autres versions: une postérieure (inédite) datée du 14 août 1853, d’autres publiées par les soins de l’abbé Bliard de 1870 à 1873 (la dernière avec l’imprimatur de l’archevêque de Naples, Sisto Riario Sforza) et enfin une dernière, que Mélanie elle-même fit publier en 1879 avec l’imprimatur de l’évêque de Lecce, Luigi Zola. C’est cette dernière version (non identique aux précédentes) qui est communément dénommée “le secret de La Salette”. Cette version a été réimprimée telle quelle par l’éditeur catholique Société Saint-Augustin (Paris-Rome-Bruges) en 1922, sous le titre L’Apparition de la T.S. Vierge sur la sainte montagne de La Salette le samedi 19 septembre 1846, avec l’imprimatur du Père Lepidi, Maître du Sacré Palais, du 6 juin 1922.


c) Les interprétations du Secret

Le texte de Mélanie publié en 1879, suscita les réactions les plus vives et disparates, donnant lieu aux interprétations les plus variées. Parmi celles-ci beaucoup ont été réprouvées par l’Eglise. C’est ainsi que plusieurs livres concernant le Secret ont été mis à l’Index: deux de l’abbé Combe, curé de Diou, respectivement les 7/6/1901 et 12/4/1907, et un du docteur H. Mariavé (pseudonyme du docteur Grémillon) le 12/4/1916. Un grand nombre de prêtres divulgateurs du Secret soutinrent des théories extravagantes et furent frappés de sanctions canoniques; citons par exemple: le Père Parent (suspendu par l’évêque de Nantes en 1903), l’abbé Sicard (censuré par le Saint-Office en 1910), l’abbé Rigaud (suspendu par l’évêque de Limoges en 1911), l’abbé Althoffer (interdit comme partisan de l’antipape Michel Collin en 1960). Mais le plus fameux à avoir diffusé le Secret et la Vie de Mélanie fut l’écrivain Léon Bloy (Celle qui pleure, en 1908, Vie de Mélanie, en 1912), suivi, en cela, par son filleul et disciple Jacques Maritain*. Sur les erreurs gravissimes de Léon Bloy, et celles d’autres personnages se réclamant de La Salette, comme l’ex-abbé Boullan et la secte des Mariavites, il faut lire le livre de Mgr L. Cristiani, Présence de Satan dans le monde moderne (éd. France-Empire, 1959, pp. 282-296). On ne peut déduire cependant de ce qui précède que tous les défenseurs du Secret aient été des personnages de vie et de doctrine douteuses (rappelons par exemple Mgr Zola, le chanoine Annibale Di Francia, etc.); simplement le Secret peut se prêter et s’est prêté à de mauvaises interprétations.
* : Faux thomistes mais véritable marrane, inspirateur de nos modernistes triomphants au conciliabule vaticandeux. (Cf. dans «PRINCIPES DE PHILOSOPHIE», Tailhades : « Les XXIV thèses et les erreurs contemporaines », ici, , à cet endroit, à cet autre endroit et encore à cet autre. – Note de JP B.)



d) Interventions de l’Eglise sur le Secret

Pourtant l’Eglise s’est aussi prononcée sur le Secret lui-même, du moins pour ce qui regarde sa divulgation. Le 14 août 1880 (l’année suivant la publication du Secret avec l’imprimatur de la Curie de Lecce) le cardinal Caterini, préfet de la S.C. de l’Inquisition, écrivait à l’Evêque de Troyes, Mgr Cortet : “...cette publication n’a pas plu du tout au Saint-Siège, aussi sa volonté est-elle que les exemplaires de ladite brochure – partout où ils ont été mis en circulation – soient retirés des mains des fidèles”. Ce qui n’empêcha pas le Secret d’être diffusé ultérieurement, avec la circonstance aggravante ci-dessus ; d’où la promulgation, le 21 décembre 1915, par la S.C. du Saint-Office du Décret concernant ce qu’on appelle vulgairement “Le Secret de La Salette” (A.A.S. 7 [1915], p. 594) : « Il est parvenu à la connaissance de cette Suprême Congrégation qu’il ne manque pas de gens, même appartenant à l’ordre ecclésiastique, qui, en dépit des réponses et des décisions de la Sacrée Congrégation elle-même, continuent – par des livres, brochures et articles publiés dans des revues périodiques, soit signés soit anonymes – à traiter et discuter la question dite du “Secret de La Salette”, de ses différents textes et de ses adaptations aux temps présents ou aux temps à venir ; et cela non seulement sans l’autorisation des Ordinaires, mais même contrairement à leur défense. Pour que ces abus, qui nuisent à la vraie piété et portent une grave atteinte à l’autorité ecclésiastique, soient réprimés, la même Sacrée Congrégation ordonne à tous les fidèles, à quelque pays qu’ils appartiennent de s’abstenir de traiter et de discuter le sujet dont il s’agit, sous quelque prétexte et sous quelque forme que ce soit, tels que livres, brochures ou articles signés ou anonymes, ou de toute autre manière. Que tous ceux qui viendraient à transgresser cet ordre du Saint-Office soient privés, s’ils sont prêtres, de toute dignité qu’ils pourraient avoir, et frappés de suspens par l’Ordinaire du lieu, soit pour entendre les confessions, soit pour célébrer la messe ; et s’ils sont laïcs, qu’il ne soient pas admis aux sacrements avant d’être venus à résipiscence. En outre, que les uns et les autres se soumettent aux sanctions portées soit par Léon XIII dans la constitution “Officiorum ac munerum” contre ceux qui publient, sans l’autorisation régulière des supérieurs, des livres traitant de choses religieuses, soit par Urbain VIII dans le décret “Sanctissimus Dominus Deus noster”, rendu le 13 mars 1625, contre ceux qui répandent dans le public, sans la permission de l’Ordinaire, ce qui est présenté comme révélations. Au reste, ce décret n’est pas contraire à la dévotion à la Très Sainte Vierge, invoquée et connue sous le titre de “Réconciliatrice de La Salette”. Donné à Rome, au Palais du Saint-Office, le 21 Décembre 1915 ». Le 7 février 1916, le cardinal Merry del Val précisait, au nom du Saint-Office, que l’ultime clause ne comportait pas une approbation romaine de l’Apparition de La Salette (qui demeurait approuvée par l’autorité diocésaine compétente en la matière). Malgré le décret, la Société Saint-Augustin (aujourd’hui Desclée De Brouwer) publiait en 1922, comme je l’ai déjà rappelé, une réédition du Secret, simple reprise de l’édition de Lecce de 1879 ; elle s’autorisait de l’opinion du Père Lepidi o.p., maître du Sacré Palais (théologien du Pape), qui en 1912 déjà, le 16 décembre, avait écrit au cardinal Luçon, archevêque de Reims : “le secret de La Salette n’a jamais été condamné de manière directe et formelle par les Sacrées Congrégations”. Evidemment, en concédant son imprimatur il pensait pouvoir maintenir ce jugement même après le décret de 1915. Mais la réédition du Secret de 1922, simple réédition pourtant de celle de 1879, fut mise à l’Index des livres interdits par un décret du Saint-Office du 9 mai 1923. Les défenseurs du Secret déclarèrent alors que ça n’était pas l’édition pure et simple du Secret qui était mise à l’Index, mais une autre comportant un commentaire du docteur Mariavé. C’est ainsi qu’on arrive à la dernière intervention du Saint-Office, celle du 8 janvier 1957 ; elle consiste en une lettre du cardinal Pizzardo au Père Francesco Molinari, procureur général de la Congrégation des Missionnaires de La Salette, lettre qui mettait fin au doute : “en conséquence, je me fais un devoir de vous faire connaître que cette Suprême Congrégation a examiné et condamné, par le Décret cité, l’opuscule susdit édité et diffusé par la Société Saint-Augustin, même sans la lettre du docteur Mariavé”. De tout ce qui précède on peut tirer la conclusion suivante : le texte du Secret n’a pas été approuvé par l’Eglise comme l’a été l’apparition de 1846 ; qui plus est, le Saint-Office en a interdit la diffusion sous peine de lourdes sanctions (1915), il en a interdit la possession et la lecture (1922) et il en a condamné le contenu (1957). Certes, les décrets de la Sacrée Congrégation ne sont pas irréformables ; cependant, ceux qui ne tiennent aucun compte des condamnations émanant de la Sacrée Congrégation de l’Index ou d’autres congrégations romaines se rendent coupables de faute (cf. proposition 8 des modernistes condamnée par le décret Lamentabili, DS 3408).

On voit comment on ne doit ni parler du “Secret” ni même le diffuser.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Dim 15 Juil - 21:16







http://www.phpbbserver.com/micael/viewtopic.php?t=3283&mforum=micael

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Dim 15 Juil - 22:11

Oui, cela supprime-t-il ceci
la S.C. du Saint-Office, par Décret du 21 décembre 1915, concernant ce qu’on appelle vulgairement “Le Secret de La Salette” (A.A.S. 7 [1915], p. 594) a écrit:

Il est parvenu à la connaissance de cette Suprême Congrégation qu’il ne manque pas de gens, même appartenant à l’ordre ecclésiastique, qui, en dépit des réponses et des décisions de la Sacrée Congrégation elle-même, continuent – par des livres, brochures et articles publiés dans des revues périodiques, soit signés soit anonymes – à traiter et discuter la question dite du “Secret de La Salette”, de ses différents textes et de ses adaptations aux temps présents ou aux temps à venir; et cela non seulement sans l’autorisation des Ordinaires, mais même contrairement à leur défense. Pour que ces abus, qui nuisent à la vraie piété et portent une grave atteinte à l’autorité ecclésiastique, soient réprimés, la même Sacrée Congrégation ordonne à tous les fidèles, à quelque pays qu’ils appartiennent de s’abstenir de traiter et de discuter le sujet dont il s’agit, sous quelque prétexte et sous quelque forme que ce soit, tels que livres, brochures ou articles signés ou anonymes, ou de toute autre manière. Que tous ceux qui viendraient à transgresser cet ordre du Saint-Office soient privés, s’ils sont prêtres, de toute dignité qu’ils pourraient avoir, et frappés de suspens par l’Ordinaire du lieu, soit pour entendre les confessions, soit pour célébrer la messe; et s’ils sont laïcs, qu’il ne soient pas admis aux sacrements avant d’être venus à résipiscence. En outre, que les uns et les autres se soumettent aux sanctions portées soit par Léon XIII dans la constitution “Officiorum ac munerum” contre ceux qui publient, sans l’autorisation régulière des supérieurs, des livres traitant de choses religieuses, soit par Urbain VIII dans le décret “Sanctissimus Dominus Deus noster”, rendu le 13 mars 1625, contre ceux qui répandent dans le public, sans la permission de l’Ordinaire, ce qui est présenté comme révélations. Au reste, ce décret n’est pas contraire à la dévotion à la Très Sainte Vierge, invoquée et connue sous le titre de “Réconciliatrice de La Salette”. Donné à Rome, au Palais du Saint-Office, le 21 Décembre 1915

Question

Et ceci encore
Citation :

[...] on arrive à la dernière intervention du Saint-Office, celle du 8 janvier 1957 ; elle consiste en une lettre du cardinal Pizzardo au Père Francesco Molinari, procureur général de la Congrégation des Missionnaires de La Salette, lettre qui mettait fin au doute : “en conséquence, je me fais un devoir de vous faire connaître que cette Suprême Congrégation a examiné et condamné, par le Décret cité, l’opuscule susdit édité et diffusé par la Société Saint-Augustin, même sans la lettre du docteur Mariavé”.

Exclamation

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Lun 16 Juil - 12:53

Je ne pense pas que ce soit le secret en lui-même qui fut condamné et interdit mais les falsifications qui lui furent ajoutées.

+

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Lun 16 Juil - 13:52

admin a écrit:
Je ne pense pas que ce soit le secret en lui-même qui fut condamné et interdit mais les falsifications qui lui furent ajoutées.

+
Plusieurs questions se posent :
  1. Combien y a-t-il de « “Secret(s)” de La Salette » qui existe(nt) ?

  2. Il semble qu’il y en ait au moins trois différents, sur un point ou sur un autre !
    Lequel doit être pris en considération ?…

    (« Dans le doute, abstiens-toi ! »…)

  3. De quoi parle la Sacrée Congrégation du Saint-Office dans son Décret du 21 décembre 1915 (A.A.S. 7 [1915], p. 594) ?
    Du « “Secret de La Salette », non ?…

Cela dit, le « “Secret de La Salette » n’est pas, à ce que je crois, “condamné” (peut-être existe-t-il une version qui soit même authentique, mais laquelle ? Mélanie elle-même en écrivit – ou fit écrire – au moins deux différentes !…): notre Mère la Sainte Église Catholique interdit seulement qu’on en parle et qu’on le diffuse, c’est tout !
Il n’y a qu’à obéir à cet ordre légitime qui n’induit à aucun péché et qui provient de l’Autorité légitime…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agobard



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Lun 16 Juil - 15:44

Citation:
" la Sainte Église Catholique interdit seulement qu’on en parle et qu’on le diffuse, c’est tout !"



Cela semble en contradiction totale avec ce qu'ordonne Notre Dame (deux fois, à la fin de l'apparition):
«Eh ! bien, mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple !».

Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Lun 16 Juil - 16:46

Agobard a écrit:
Citation:
" la Sainte Église Catholique interdit seulement qu’on en parle et qu’on le diffuse, c’est tout !"



Cela semble en contradiction totale avec ce qu'ordonne Notre Dame (deux fois, à la fin de l'apparition):
«Eh ! bien, mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple !».

Shocked
  1. Qu’est-ce « qu’ordonne Notre Dame (deux fois, à la fin de l'apparition) » : « […] vous le ferez passer à tout mon peuple » ?
    Le message ordinaire et autorisé par notre Mère la Sainte Église Catholique, ou le “Secret” dont la discussion et la diffusion sont interdites par notre Mère la Sainte Église Catholique ? scratch

  2. Pourrait-il donc y avoir « contradiction [“totale” qui plus est !...] » entre « ce qu’ordonne Notre Dame (deux fois, à la fin de l'apparition) » et ce qu’ordonne son divin Fils par la voix de Son Épouse, notre Mère la Sainte Église Catholique ?
    Il me semble, cher Agobard, que le problème que vous soulevez est faussé Wink...
Notre-Dame a dicté à St Ignace de Loyola, selon Pie XI (les Exercices spirituels sont « le code le plus parfait dont tout soldat du Christ doit faire usage... Saint Ignace le reçu comme des mains de la Mère de Dieu »), dans sa grotte de Manresa, les fameux Exercices spirituels.
Dans ceux-ci, nous trouvons, parmi les Règles pour sentir avec l’Eglise, celles-ci :

A suivre pour ne nous écarter jamais des véritables sentiments que nous devons avoir dans l’Église militante

353 – Première règle. Renoncer à tout jugement propre, et se tenir prêt à obéir promptement à la véritable Épouse de Jésus-Christ, notre Seigneur, c’est-à-dire à la sainte Église hiérarchique, notre Mère 1.
1 : « Renoncer à tout jugement propre, et se tenir prêt à obéir promptement à la véritable Épouse de Jésus-Christ, notre Seigneur, c’est-à-dire à la sainte Église hiérarchique, notre Mère» quand celle-ci existe en acte, bien sûr. Voir note 3. ci-dessous. (Note de JP B.)

[…]

362 – Dixième règle. Nous devons être plus portés à approuver et à louer les règlements, les recommandations et la conduite de nos supérieurs qu’à les blâmer : car, supposé que quelques-unes de leurs dispositions ne soient pas, ou puissent ne pas être dignes d’éloges, il est toujours vrai, à raison des murmures et du scandale, qu’il y a plus d’inconvénients que d’utilité à les condamner, soit en prêchant en public, soit en parlant devant le bas peuple ; ce qui l’irriterait contre ses supérieurs temporels et spirituels. Cependant, comme il est dangereux de parler mal des supérieurs en leur absence devant le peuple, ainsi peut-il être utile de manifester l’irrégularité de leur conduite aux personnes mêmes qui ont le pouvoir d’y porter remède.

[…]

365 – Treizième règle. Pour ne nous écarter en rien de la vérité, nous devons toujours être disposés à croire que ce qui nous paraît blanc est noir 2, si l’Église hiérarchique 3 le décide ainsi. Car il faut croire qu’entre Jésus-Christ, notre Seigneur, qui est l’Époux, et l’Église, qui est l’Épouse, il n’y a qu’un même Esprit qui nous gouverne et nous dirige pour le salut de nos âme, et que c’est par le même Esprit et le même Seigneur qui donna les dix commandements qu’est dirigée et gouvernée notre Mère la sainte Église.
2 : « Nous devons toujours être disposés à croire que ce qui nous paraît blanc est noir » en tout ce qui n’est pas contraire à la Foi, car, dans ce cas, il est bien évident que ce n’est pas « l’Église hiérarchique » qui nous propose une chose erronée mais une pseudo Église comme avec le conciliabule vaticandeux. – A noter qu’aucune « “révélation privée », même reconnue par l’Église, n’est « de Foi » ! Seule la Révélation divine, qui s’est éteinte avec la mort du dernier Apôtre (St Jean) est de Foi… (Note de JP B.)

3 : Comme précisé en gras dans la note 2. ci-dessus, si une proposition contraire à la Foi (telle que définie antérieurement par l’Église hiérarchique, Foi nous devons donc absolument suivre) nous est proposée comme cela est arrivé à l’occasion du conciliabule vaticandeux et comme cela continue de se produire depuis, il est bien évident qu’alors ce n’est plus « l’Église hiérarchique » qui, dans ce cas, nous propose une telle nouvelle chose, mais une pseudo Église. Dans un tel cas, « l’Église hiérarchique » n’existe plus en acte (quoiqu’elle puisse, et même doive, perdurer en puissance)... (Idem.)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agobard



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Mar 17 Juil - 10:31

Les décrets de 1915 et 1923 étaient anonymes, et n’ont jamais été approuvés par le Pape.

A ceux que troubleraient encore ces décrets, on peut dire que ceux-ci ont totalement perdu aujourd'hui le pouvoir contraignant qu'ils paraissaient posséder à l'époque, parce qu'ils sont un obstacle évident à la juste et claire compréhension de la «crise affreuse» que nous vivons à l'heure présente. Ceux qui sont écartelés entre l'évidence de l'apostasie et la crainte de désobéir peuvent appliquer à cette réalité matérielle, en toute opportunité et tranquillité de conscience, le principe d'épikie, qui est un adoucissement de la loi, eu égard à des nécessités graves et à des circonstances particulières en l'absence de l'autorité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Mar 17 Juil - 11:24

Agobard a écrit:
Les décrets de 1915 et 1923 étaient anonymes, et n’ont jamais été approuvés par le Pape.

A ceux que troubleraient encore ces décrets, on peut dire que ceux-ci ont totalement perdu aujourd'hui le pouvoir contraignant qu'ils paraissaient posséder à l'époque, parce qu'ils sont un obstacle évident à la juste et claire compréhension de la «crise affreuse» que nous vivons à l'heure présente. Ceux qui sont écartelés entre l'évidence de l'apostasie et la crainte de désobéir peuvent appliquer à cette réalité matérielle, en toute opportunité et tranquillité de conscience, le principe d'épikie, qui est un adoucissement de la loi, eu égard à des nécessités graves et à des circonstances particulières en l'absence de l'autorité.
« A ceux que troubleraient encore ces décrets, on peut dire que ceux-ci ont totalement perdu aujourd'hui le pouvoir contraignant qu'ils paraissaient posséder à l'époque, parce qu'ils sont un obstacle évident à la juste et claire compréhension de la «crise affreuse» que nous vivons à l'heure présente. »
  1. Ainsi, des Décrets de la Sacrée Congrégation du Saint-Office « “paraissaient” [(seulement) avoir un] pouvoir contraignant » ! Shocked
    Vos propos, Agobard, ne sont pas là ceux d'un Catholique...

  2. Ces Décrets ne sont nullement « un obstacle [ni “évident” ni même contestable] à la juste et claire compréhension de la «crise affreuse» que nous vivons à l'heure présente » : la preuve en est ici pour le pourquoi de la situation actuelle, et pour le comment ; toutes choses qui font que l'on peut comprendre très justement et rès clairement « la «crise affreuse» que nous vivons à l'heure présente ».


« Ceux qui sont écartelés entre l'évidence de l'apostasie et la crainte de désobéir peuvent appliquer à cette réalité matérielle, en toute opportunité et tranquillité de conscience, le principe d'épikie [...] »
Je nie là cette proposition en raison du second point ci-dessus.

Cela dit, je suis en train d’écrire d’une manière générale une réfutation à cette prétendue nécessité de recourir au « “Secret de La Salette ». J’en donnerai ici le lien dès que j’aurai terminé cette réfutation.
Voici ce lien : http://foicatholique.cultureforum.net/t4265-maledictions#25194.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Jeu 19 Juil - 0:29

Par ce message, celui-ci et cet autre dans lequel
JP B a écrit:

[...] « Commentaire par Louis-Hubert Remy »
Celui-ci, donc, dans le
Virgo-Maria du samedi 14 août 2010
Citation :

[...]
  • En persistant à détourner les fidèles de la connaissance et de la méditation du secret de La Salette révélé par la Très Sainte Vierge Marie à Mélanie Calvat,
  • en manœuvrant malicieusement pour blanchir le sataniste Cardinal Rampolla, secrétaire d’État du Pape Léon XIII, et le rendre vierge de toute affiliation à la Franc-maçonnerie occultiste de l’O.T.O.,
l’abbé Ricossa illustre bien ce « cloaque d’impuretés » clérical,
locution qui désigne aussi, comme on l’explique dans le texte, la diffusion par les mauvais clercs de fausses doctrines qui favorisent l’action ennemie, stigmatisé par la Mère du Sacerdoce dans le Secret. [...]


[...]

C’est exactement la même chose avec cette calomnie de LHR plus vieille de deux mois (c’est dire combien ce torchon qu’est Virgo-Maria s’acharne !...) que celle analysée ci-dessus !...



Voyons maintenant le premier point affirmé par Le Héraut Rancunier (car cet acharnement injustifié comme on le voit ici et comme nous continueront à le voir, n’a comme raison, tout comme envers l’abbé BELMONT, que la désapprobation de sa situation matrimoniale…) premier point selon lequel ce serait Don Francesco RICOSSA qui « [persisterait] à détourner les fidèles de la connaissance et de la méditation du secret de La Salette [...] ».

Cela est une calomnie sciemment perpétrée car LHR sait pertinemment que, comme l’a montré Don Francesco RICOSSA dans le
N° 48 d’avril 1999 de Sodalitium (Cliquer sur « Télécharger le Fichier ») qu’il a déjà critiqué, page 59, ce n’est pas cet abbé italien qui « [détourne] les fidèles de la connaissance et de la méditation du secret de La Salette » mais Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même par le voix de Son Épouse, notre Mère la Sainte Église Catholique, en la Sacrée Congrégation du Saint-Office dans son Décret du 21 décembre 1915, concernant ce qu’on appelle vulgairement “Le Secret de La Salette” (A.A.S. 7 [1915], p. 594) ainsi qu’on l’a vu dans le premier point au début du présent message, Décret confirmé le 8 janvier 1957 comme on l’a également vu dans le second point au début de ce même message.

Tout le reste n’est qu’insinuations perfides, amalgame insidieux et scandaleux avec un R.P. « una cum » que n’est certes pas Don Francesco RICOSSA, et, par le reproduction de la « DÉFENSE DU SECRET DE LA SALETTE par JEAN-BAPTISTE WILFRID – PRO MANUSCRIPTO 1946 », refus dédaigneux des Nos 353, 362, et 365 des « Règles pour sentir avec l’Église » pourtant dictées par la Très Sainte Vierge Marie avec les fameux Exercices spirituels, selon Pie XI (les Exercices spirituels sont « le code le plus parfait dont tout soldat du Christ doit faire usage... Saint Ignace le reçu comme des mains de la Mère de Dieu »), à St Ignace de Loyola dans sa grotte de Manresa, « Règles pour sentir avec l’Église » (cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t4255-de-la-soumission-a-leglise#25059) que LHR, avec tout le nombre d’Exercices spirituels qu’il a suivis, ne peut pas ne pas connaître par cœur !...

Et encore par ce dernier ;

Nous voyons à quel point, alors que cette liste est loin d’être exhaustive, ce site nauséabond est perfide par ses insinuations insidieuses, ses jugements téméraires et autres calomnies gratuites, ses affirmations infondées, son goût à se répandre dans la fange, etc., etc. Twisted Evil...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Ven 10 Aoû - 0:52

Devant la crise déroutante que traverse notre Mère la Sainte Église Catholique, beaucoup se retranchent derrière ces paroles de Notre-dame de La Salette, « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist », pour affirmer, ne serait-ce qu’implicitement que, de nos jours après le désastreux conciliabule vaticandeux et tant que celui-ci n’est pas aboli par l’Autorité dans l’Église comme il devrait l’être, l’Église hiérarchique a disparu corps et bien (formaliter et materialiter).

Or, une telle affirmation (l’Église hiérarchique a disparu corps et bien, formaliter et materialiter) est contraire à la Foi divinement révélée, nous le verrons un peu plus bas.

Qu’en est-il alors des paroles de Notre-dame de La Salette rapportées ci-dessus ?
Pour répondre exactement à cette question, il faut considérer ceci :

  1. Les révélations de La Salette, même si elles sont authentiques, même si elles sont véridiques, même si elles sont reconnues et acceptées par l’Église, ne sont, comme toutes les révélations privées et contrairement à La Révélation publique close avec la mort du dernier Apôtre (St Jean l’Évangéliste) et, à dire vrai, avec la publication de son dernier livre, L’Apocalypse, jamais « de Foi » et ne peuvent jamais, si elles sont authentiques et véridiques, entrer en contradiction avec la Foi ;

  2. Que la Très Sainte Vierge Marie ait dit, à La Salette, « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist », est une chose qui, je le répète, n’est pas « de Foi » (mais qui n’est pas, non plus, il faut le dire, contraire à la Foi), et en déduire, ne serait-ce qu’implicitement que, de nos jours (après le désastreux conciliabule vaticandeux et tant que celui-ci n’est pas aboli par l’Autorité dans l’Église comme il devrait l’être) l’Église hiérarchique a disparu corps et bien (formaliter et materialiter), en est une autre qui, elle, est contraire à la Foi divinement révélée comme nous le verrons plus bas !

Autrement dit, cette interprétation des paroles de Notre-dame de La Salette, « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist », qui leur ferait signifier que, de nos jours (après le désastreux conciliabule vaticandeux et tant que celui-ci n’est pas aboli par l’Autorité dans l’Église comme il devrait l’être) l’Église hiérarchique a disparu corps et bien (formaliter et materialiter), cette interprétation, dis-je, est erronée et, si elle est effectivement contraire à la Foi divinement révélée, elle est même hérétique !


Comment cette interprétation est-elle effectivement contraire à la Foi divinement révélée ?

C’est ce que nous allons voir maintenant :

  • Il est de Foi divinement révélée que Notre-Seigneur Jésus-Christ a bâti Son Église premièrement sur Pierre et ses successeurs (St Matt., XVI, 18) et aussi sur Ses Apôtres et leurs successeurs et qu’Il sera toujours (tous les jours) avec eux jusqu’à la consommation des siècles (St Matt., XXVIII, 20, in fine : « et ecce ego vobiscum sum omnibus diebus, usque ad consummationem sæculi »), « consommation des siècles » qui, manifestement, n’est pas encore advenue !...

  • Il est également de Foi divinement révélée, comme l’énonce le Canon 108, § 3, que « D’institution divine, la sacrée hiérarchie en tant que fondée sur le pouvoir d’ordre, se compose des évêques, des prêtres et des ministres ; en tant que fondée sur le pouvoir de juridiction, elle comprend le pontificat suprême et l’épiscopat subordonné[...] »

  • Il est aussi de Foi catholique solennellement définie « que le bienheureux Pierre [ait], pour toujours, des successeurs dans sa primauté sur l’Église universelle » (D.S. 3058, Const. Dogm. Pastor Æternus, canon du chap. 2, définie infailliblement par le Concile du Vatican [Ier]), « pour toujours » (locution qui manque étrangement dans la version du lien entre parenthèse que je viens de donner, version manifestement moderniste, donc, opposée aux prérogatives du Saint-Siège...) c’est-à-dire « jusqu’à la consommation des siècles » (selon St Matt., XXVIII, 20, in fine) ainsi que nous venons de le voir dans le premier point ci-dessus.

  • Il est encore de Foi catholique car
    Citation :
    Le magistère ordinaire s’est exprimé dans le décret Lamentabili (n° 53) qui condamne cette proposition : « la constitution organique de l’Eglise n’est pas immuable ; mais la société chrétienne est soumise, comme la société humaine, à une perpétuelle évolution », (Les doctrines modernes – saint Pie X, Décret Lamentabili, Ed. Nouvelle Aurore, 1976, p. 11), et dans la Bulle Auctorem Fidei qui condamne comme hérétique cette proposition du synode janséniste de Pistoie : « Dans ces derniers siècles un obscurcissement général a été répandu sur des vérités de grande importance relatives à la religion et qui sont la base de la foi et de la doctrine morale de Jésus-Christ » (Denz. 1501; Denz.-Sch. 2601 : De l’obscurcissement des vérités dans l’Eglise).
    (Don Francesco RICOSSA, Sodalitium N° 55 (cliquer sur « Télécharger le Fichier » puis “Ouvrir”) de novembre 2003, p. 48, col. 2 – déjà cité dans ce message.)

    Celui-ci (Don Francesco RICOSSA) écrit à la suite (de la 2ème col. page 48 à la page 49, 1ère col.)
    Citation :
    L’Eglise est dotée d’une hiérarchie unique mais selon deux raisons distinctes : d’ordre et de juridiction (can. 108 § 3). L’Eglise étant perpétuelle et indéfectible (DS 2997 : « toujours ferme et immuable (…) jusqu’à la fin des siècles »), ainsi en sera-il en elle du pouvoir d’ordre (finalisé à la sanctification des âmes) et de celui de juridiction (qui inclut la potestas regiminis – le gouvernement de l’Eglise – et la potestas magisterii qui assure l’enseignement infaillible de la vérité révélée).

    La pérennité de l’Eglise (gouvernement et magistère) est fondée sur la primauté romaine (T. ZAPELENA S.J., De Ecclesia Cristi, pars apologetica, Roma, Università Gregoriana, 1955, p. 317 : « Ecclesia in textu evangelico exhibetur et prædicatur perpetua propter primatum ».), laquelle est elle aussi perpétuelle :

    « L’éternel pasteur et gardien de nos âmes, pour perpétuer l’œuvre de la Rédemption, a décidé de fonder la sainte Eglise (…). Pour que l’épiscopat fût un et non divisé, et pour que la multitude entière des croyants fût gardée dans l’unité de la foi et de la communion (…) plaçant saint Pierre au-dessus des autres Apôtres, il établit en sa personne le principe perpétuel et le fondement visible de cette double unité. (…) Parce que les portes de l’enfer en vue de renverser, s’il se pouvait, l’Eglise, se dressent de toutes parts avec une haine de jour en jour croissante contre ce fondement établi par Dieu, (…) Nous jugeons nécessaire (…) de proposer à tous les fidèles (…) la doctrine qu’ils doivent croire et tenir (…) concernant l’institution, le caractère perpétuel et la nature de la primauté du Siège apostolique, sur lequel reposent sa force et la solidité de toute l’Eglise » (Vatican I, Pastor Æternus, D 1821, DS 3050-3052).

    (Souligné en gras dans Sodalitium. – Précision de JPB.)

    « ...Si donc quelqu’un dit que ce n’est pas par l’institution du Christ ou de droit divin que le bienheureux Pierre a et pour toujours des successeurs dans sa primauté sur l’Eglise universelle (…) qu’il soit anathème » (ibidem, chap. 2, canon, DS 3058, cf. aussi DS 3056-3057, Foi catholique n° 470, cf. 469-471).
    (Idem.)


    Tout cela était habituellement enseigné, on peut dire tous les jours, par ce qui donc s’appelle « le Magistère Ordinaire et Universel » c’est-à-dire l’enseignement ordinaire (habituel de tous les jours) de l’ensemble du Pape et des Évêques unis au Pape.

    Or, ce Magistère Ordinaire et Universel est toujours infaillible comme cela est solennellement défini au chapitre 3 (De fide) de la Constitution dogmatique Dei Filius du Concile du Vatican (Ier, bien sûr – du reste, il n’y a jamais eu de « Concile Vatican II » : seulement un conciliabule vaticandeux) § 4 : « [...] on doit croire de foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu, écrite ou transmise, et que l’Église propose à croire comme divinement révélé, soit par un jugement solennel, soit par le magistère ordinaire et universel. »

    Donc, il est de Foi que l’Église hiérarchique, c’est-à-dire enseignante, ne peut pas, malgré qu’une majorité de ses membres défaille et même celui qui s’en dit le Chef visible suprême, défaillir dans sa totalité*.

En conséquence, prétendre, pour le motif de la révélation privée de Notre-dame de La Salette ou pour une autre raison, que l’Église hiérarchique a disparu corps et bien (formaliter et materialiter) est HÉRÉTIQUE !

* Pourtant, du moins apparemment, TOUS les membres de la Hiérarchie ecclésiale ont pris le virage à gauche (et à 180°) du « Concil[iabul]e vaticandeux » ! C’est donc qu’il faut considérer, non le nombre, quand on parle de la totalité des membres de l’Église hiérarchique incluant celui qui devrait être Pape, mais de leur qualité materialiter (qu’ils possèdent certainement), distinguée de celle qu’ils ne sauraient avoir : formaliter, conformément à cette distinction faite par ces théologiens...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Sam 27 Juil - 20:15

Un grand bravo à quelqu'un d'intègre, quelqu'un d'honnête (c'est si rare !...) : Simplicius, qui a eu le courage d'écrire ND de la Salette - discussions interdites ! (Cliquez.)
A lire et à méditer...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Dim 28 Juil - 6:49

Ici (cliquez)
Simplicius a écrit:
Trois extraits des Acta Sanctæ Sedis et des Acta Apostolicæ Sedis montrant que le Saint Siège a demandé le silence autour de la question du Secret de la Salette.
  • http://saulery.free.fr/public/ND_Salette/Salette_AAS_Benoit_XV.pdf
  • http://saulery.free.fr/public/ND_Salette/Salette_ASS_Pie_X.pdf
  • http://saulery.free.fr/public/ND_Salette/Salette_ASS_Pie_XI_t1.pdf
Merci, Simplicius, pour ce travail de recherche.


En conclusion
,

  1. Le “Secret” de La Salette n’est, en l’état, pas condamné en lui-même ;

  2. Il n’a reçu aucune approbation officielle de la Sainte Église, ni de l’Ordinaire de lieu, encore moins du Saint-Siège ;

  3. Il est absolument interdit d’en discuter et surtout d’y faire référence pour avancer des théories personnelles qui s’opposent à des dogmes de Foi comme ceux afférant à la perpétuité de l’Église Catholique, à son Apostolicité ininterrompue ou/et à son Unité, en particulier dans sa Hiérarchie d’institution divine (comme le Canon 108 § 3 l’enseigne), fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ, Hiérarchique dont l’existence, en vertu des promesses divine (« [...] portæ inferi non prævalebunt adversus eam » en St Matt. XVI 18, et « [...] ecce ego vobiscum sum omnibus diebus, usque ad consummationem sæculi » en St Matt. XXVIII 20) ne peut pas disparaître, ce qui implique que Dieu, qui ne change pas et ne peut se contredire, ne rétablira pas une Hiérarchie disparue ce qui irait tant contre l’Unité que contre l’Apostolicité de la Sainte Église Catholique.

Donc, la Hiérarchie existe toujours, d’une manière ou d’une autre.

D’autre part, la discussion du “Secret” étant interdite par notre Mère la Sainte Église Catholique, tout message qui viendrait en parler directement sera purement et simplement supprimé sans qu’il en soit donné de justification.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Lun 29 Juil - 16:49

Evidemment, la papesse du forum, gaby (mords-les !) qui veut pouvoir se référer à l'éclipse de l'Église, « [croit] qu'il ne faut pas tirer trop vite des conclusions » et renvoie dans une longue discussion (tandis que notre Mère la Sainte Église Catholique, qui n'a pas condamné le secret, a interdit qu'on en discute) sur le forum de l'abbé Zins où est entre autres reproduit « un tract diffusé en 1946, pour réfuter la soi-disant "mise à l'index" de la brochure du P. Lepidi » comme si un tract pouvait réfuter une mise à l'index... No 
Gabrielle ? Comme l'abbé Zins et ses intervenants : Suspect (Cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3765-le-forum-t-d-quen-penser et Les citations faussées de l’imposteur Zins.)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Jeu 1 Aoû - 16:45

Les ennemis de La Salette,ont combattu avec zèle le Secret qui semblait les déranger, et ont tout fait pour qu'il soit occulté.

Aujourd'hui Jean Paul Bontemps combat avec zèle ce secret et cherche à l'occulter

Les véritables Catholiques, antilibéraux, savent que le Secret et sa "discussion" n'est pas interdit.



Les conclusions s'imposent d'elles même
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Jeu 1 Aoû - 20:29

Les conclusions, c'est que certains guignols prétextent d'un texte dont la Sainte Église (St Pie X, Benoît XV, Pie XI) a interdit qu'on en discute, mais dont ils ne cessent de parler (faisant ainsi fi de la discipline de l'Église que l'on doit impérativement respecter pour être catholique...) pour mettre en doute la pérennité de la Papauté qui est pourtant, déjà de Foi divine puisque c’est le Christ Lui-même qui a institué l’Église en la voulant bâtie sur Pierre et ses successeurs de telle sorte que « [...] les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle » (St Matt. XVI 18) et en leur promettant « [...] voici que je suis tous les jours avec vous, jusqu'à la consommation des siècles» (St Matt. XXVIII 20) et, depuis la Constitution Apostolique Pastor Æternus * [18 juillet 1870] du Concile du Vatican, également de Foi catholique, ce qui rend lesdits guignols hérétique !
* : Dans le chapitre 2 de la Constitution Apostolique Pastor Æternus (18 juillet 1870 – cf. http://lesbonstextes.ifastnet.com/vipastoraeternus.htm ou http://nouvl.evangelisation.free.fr/pastor_aeternus.htm) promulguée par Sa Sainteté le Pape Pie IX infaillible en cela, le Concile du Vatican énonce
Citation :
Ce que le Christ notre Seigneur, chef des pasteurs, pasteur suprême des brebis, a institué pour le salut éternel et le bien perpétuel de l'Église doit nécessairement, par cette même autorité, durer toujours dans l'Église, qui, fondée sur la pierre, subsistera ferme jusqu'à la fin des siècles. [...]

[...]

Si donc quelqu'un dit que ce n'est pas par l'institution du Christ ou de droit divin que le bienheureux Pierre a des successeurs dans sa primauté sur l'Église universelle, [...], qu'il soit anathème.
(Souligné par JPB.)

Cela, à dire vrai, est de Foi divine et catholique :
De foi divine car, comme on le voit dans le 1er §, c’est le Christ Lui-même qui a ainsi institué l’Église ; et de Foi catholique car cela est défini infailliblement dans Pastor Æternus.

Cela dit, Edouard-Marie Laugier, dire « Aujourd'hui Jean Paul Bontemps combat avec zèle ce secret et cherche à l'occulter » est une calomnie de plus à porter à votre actif...
En effet, votre serviteur ne combat pas ce que la Sainte Église Catholique a interdit qu'on en discute (ce que vous ne respectez pas et qui va m'obliger à verrouiller les sujet – vous pouvez toujours aller sur celui de Tonino...) mais il fait tous ses efforts pour respecter la discipline de l’Église !
Les véritables Catholiques, véritablement antilibéraux, contrairement à Edouard-Marie Laugier qui oublie totalement ce chapitre, obéissent, eux, à leur Mère la Sainte Église Catholique...

Mais puisque vous revenez sur ce forum, peut-être répondrez-vous à cette question, ou, en plus de celle décrite ci-dessus qui vous vaut l'anathème selon la citation faite de Pastor Æternus, afficherez-vous, éventuellement par votre seul silence, une nouvelle hérésie qui viendrait ainsi s'ajouter à celles-ci ?
Un véritable catholique ne peut en effet l'éluder...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Ven 2 Aoû - 10:55

Ce matin, FRANC, expose
  1. dans ce message, que « le vrai secret de Mélanie, publié par les soins de l'Evêque de Lecce, en 1879, et réédité intégralement en 1922, par la Société de Saint-Augustin, Paris-Rome-Bruges, avec un imprimatur du RP. A. Lepidi, O. P., Maître du Sacré-Palais et Assistant Perpétuel de la Congrégation de l'Index (http://www.virgo-maria.org/Documents/la-salette/La%20Salette-Lepidi-C-208.htm) , peut et doit être lu et diffusé » ;

  2. et, dans celui-ci, les condamnations
  1. de « l'ouvrage de l'Abbé Combe, "Le Secret de Mélanie, bergère de La Salette et la crise actuelle". daté de 1907, sous Pie X » ;
  2. du « fait de traiter ou discuter sur le secret de la Salette, daté de 1915, sous Benoit XV » et
  3. de « l'ouvrage de Mélanie Calvat, "L'Apparition de la Très Sainte Vierge de La .Salette", Paris-Rome-Bruges, Société Saint-Augustin, 1922 (1ère éd. en Italie, Lecce, G. Spacciante, 1879), daté de 1923, sous Pie XI »

Merci, FRANC !
Mais c'est une véritable bouteille à encre !...
C'est pourquoi, quant à moi, je préfère m'écarter de tout cela...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Dim 4 Aoû - 0:39

Dans ce message
FRANC a écrit:
L'apparition de la Très-Sainte Vierge sur la Montagne de la Salette, le 19 septembre 1846 ; publiée par la bergère de la Salette avec permission de l'Ordinaire, et déclarée irréprochable quant à la substance par une Commission de cardinaux, Nîmes 1882 (reproduction de l'édition italienne de 1879 munie d'un imprimatur de Mgr Zola, Evêque de Lecce )
http://www.e-corpus.org/notices/106388/gallery/1128845
Simplicius, ici, lui avait demandé s'il ne citait pas ses sources.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Jeu 8 Aoû - 14:25

Suite du même sujet : FRANC (qui avait déjà donné ses sources), répond ici, ce matin à 3h01 (heure de Québec – 10h01 en France) à la demande de Simplicius en précisant pourquoi il a donné ce texte (http://www.e-corpus.org/notices/106388/gallery/1128845).
La bouteille à encre ne s'éclaircit pas dans mon esprit : je comprends de moins en moins !
Je préfère m'en tenir aux lois de prudence édictées par l'Église, et ne pas prendre part à un débat certainement proscrit...

Et, quoiqu'en pense un certain petit excité qui a déménagé de Nîmes en Bretagne et fait de cette apparition un dogme supérieur à la Révélation divine publique et à l'enseignement de notre Mère la Sainte Église Catholique, ce n'est, de ma part, par opposition à la Salette !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théophile d’Arrancy



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 27/08/2013

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Sam 14 Sep - 13:10


Retranscription du sermon d’un abbé de l’Istituto Mater Boni Consilii

prononcé dans la chapelle de la Maison S.-Joseph (Sœurs du Christ-Roi à Serre-Nerpol)

le dimanche 19 septembre 2010, fête de Notre-Dame de L
A SALETTE


__________________________________________


Nota Bene du prédicateur :

  • La fête de Notre-Dame de La Salette, selon la Liturgie non réformée, celle de S. Pie X, est double de IIième classe dans le diocèse de Grenoble.

  • La partie de ce sermon portant sur la doctrine de l’Eglise au sujet des apparitions privées, ou partie doctrinale, a été rédigée avec l’aide d’un dossier élaboré il y a quelques années par M. l’abbé Hervé Belmont sur les phénomènes mystiques.



__________________________________________



Mes bien chers frères,

Nous célébrons aujourd’hui Notre-Dame de La Salette.
En effet, sa fête, fixée au jour même de l’Apparition de Notre-Dame à La Salette – le 19 septembre – a dans le diocèse de Grenoble un degré de dignité supérieur à celui d’un dimanche ordinaire. Voilà pourquoi ici, à Serre-Nerpol, nous devons faire l’Office divin et célébrer la Messe de Notre-Dame de La Salette, de sorte qu’on ne fait qu’une mémoire du dimanche qui se trouve en occurrence, c’est-à-dire du 17ième dimanche après la Pentecôte.

On peut dire que l’Apparition de Notre-Dame à La Salette près de Corps région limitrophe mais appartenant encore au département de l’Isère, fait partie des grandes Apparitions mariales.
En effet, le 19 septembre 1851, 6 ans à peine après l’Apparition de Marie à deux bergers, Mgr de Bruillard, évêque de Grenoble, frappé par le concours immense et spontané de fidèles sur le lieu de l’Apparition, et surtout par les nombreux miracles qui s’y étaient déjà opérés, l’approuvait par un mandat doctrinal :

Il y affirmait que cette Apparition présente en elle-même tous les caractères de la vérité et que les fidèles peuvent, sont portés à la croire indubitable et certaine. Il affirmait aussi que nier la réalité des miracles qui s’y sont opérés, ce serait violer les règles du témoignage humain. Il autorisait donc le culte de Notre-Dame à La Salette.

L’année suivante, il annonce la construction d’un sanctuaire, puis il approuve la dévotion à Notre-Dame à La Salette invoquée sous le titre de “Réconciliatrice des pécheurs”.

« La Sainte Vierge est apparue à La Salette pour l’univers entier, qui pourra en douter ? », dira-t-il.

Et en effet, l’histoire de l’Apparition et la dévotion à Notre-Dame de La Salette se sont propagées dans le monde entier avec une rapidité impressionnante.

Il faut donc rappeler le MESSAGE de Notre-Dame à La Salette, l’histoire de l’Apparition, puis le rôle de Notre-Dame dans notre SALUT.

Mais il est intéressant et il ne sera pas inutile de rappeler auparavant en quelques mots l’enseignement et la conduite de l’Église envers les “apparitions privées” c’est-à-dire les visions, révélations et prophéties qui ont surgi tout au long de la vie de l’Église. On ne pourra ici que citer quelques-uns des principaux principes enseignés par l’Eglise, mais évidemment le sujet sera loin d’être traité entièrement.

Comme la vertu se situe, vous le savez, toujours entre deux excès opposés – l’humilité, par exemple, entre l’orgueil et la pusillanimité –, de la même manière la vérité se trouve bien souvent entre deux erreurs opposées et contraires entre elles – c’est ce qu’on constate souvent aussi dans les disputes théologiques.

Donc au sujet des « apparitions privées», pour éviter tout excès ou tout défaut, sachons remettre les choses à leur place :

Afin de ne pas tomber dans le “révélationisme”, il faut se souvenir que le sujet des révélations privées n’est pas PRIMORDIAL, en ce sens qu’il n’est pas indispensable au salut éternel :

Ce qui est PRIMORDIAL, essentiel, indispensable pour sauver son âme, c’est d’avoir et de garder la Foi catholique, c’est-à-dire de croire à tout ce que Dieu nous a révélé et qu’Il nous enseigne par Son Église, ce qui constitue LA RÉVÉLATION, ou Révélation publique. Seule, cette Révélation est nécessaire au salut et ne peut pas être niée sans commettre un péché contre la Foi : seule cette Révélation publique est objet de Foi.
Cette Révélation est transmise, garantie, expliquée et appliquée par le Magistère de l’Église, sans qu’il soit besoin d’une quelconque confirmation extraordinaire : elle suffit pour vivre, demeurer fidèle, se sanctifier et aller au Ciel.

Cette Révélation est finie, a été close à la mort du dernier Apôtre, S. Jean.

Cependant, il est vrai que, pour ne pas tomber dans le révélationisme ou apparitionisme, il ne faudrait pas pour autant tomber dans le MÉPRIS systématique, ou le rejet systématique de toutes les apparitions privées ou de tout ce qui pourrait nous déranger dans celles-ci.

Mais il faut être PRUDENT, et cela d’autant plus à l’heure actuelle, en ce temps de crise et de confusion, lorsque le Magistère de l’Église ne s’exerce plus pour nous guider et que l’ignorance de la doctrine entretient le désordre spirituel ; il faut un juste discernement et la prudence surnaturelle.

La tentation peut être grande à l’heure actuelle en effet, pour expliquer la situation invraisemblable dans laquelle se trouve actuellement l’Église dépourvue de Magistère suprême, pour échapper aux exigences de la Foi, pour éviter les peines d’une fidélité qui demande souvent un très grand renoncement, de croire sans DISCERNEMENT à des fables nullement avérées, ou pis encore de se repaître d’exorcismes en oubliant que le diable est menteur depuis le commencement ! Il ne faut pas oublier que Satan est le singe de Dieu !

Cependant, encore une fois, comme la vertu se trouve dans un juste milieu, ainsi la vérité la plupart du temps entre deux erreurs contraires :

Il n’y a rien de plus certain que, dans l’Église, il y a eu des Révélations privées, les vies des Pères de l’Église, les Actes des martyrs, les vies des Saints, surtout des saints fondateurs d’Ordres, en sont pleins. Même des infidèles se sont convertis au christianisme par des visions personnelles qu’ils ont eues, le premier de ceux-ci étant S. Paul.

Au point que Ste Thérèse dit « qu’il a toujours existé dans l’Église une série ininterrompue de révélations privées » ! Citons, entre beaucoup d’autres, les révélations connues de Ste Hildegarde, Ste Gertrude, Ste Brigitte, Ste Thérèse, et bien sûr de Ste Marguerite-Marie Alacoque, qui a eu les visions du Sacré-Cœur.

Mais on ne peut jamais donner l’assentiment de la Foi à ces Révélations privées comme à l’Évangile ou aux Épîtres. Comme l’expression le dit si bien, elles ne sont pas « paroles d’Evangile ». Celui qui ne croit pas ne serait-ce qu’à une phrase ou un mot chargé d’un sens précis de l’Evangile commet un péché contre la Foi, perd la Foi. Tandis que celui qui ne croit pas à une apparition privée ne commet aucun péché contre la Foi, il garde la Foi intègre, entière. Donc, il faut savoir :
  • d’une part, que celui qui ne croirait pas aux visions de l’un ou l’autre des saints serait toujours catholique – cela est CERTAIN ;
  • et que, d’autre part, l’Église ne se porte jamais garante de la vérité de chaque proposition particulière d’une apparition privée: c’est en ce sens, pour nous faire bien comprendre cette vérité que le Père Suarez, théologien, parlant d’une révélation qui affirme que Jésus-Christ avait reçu plus de cinq mille coups lors de la flagellation, ajoute : « Les révélations des femmes ne nous obligent pas à les croire vraies. »


Mais si l’Église approuve certaines révélations, elle déclare cependant que si, dans l’ensemble de cette révélation, s’est glissée quelque erreur, celle-ci sera ou non visible ou, en tout cas, pas nocive pour les âmes.

Deux dernières précisions au sujet des Révélations privées, précisions qui concernent aussi La Salette et Fatima :
  • Le voyant n’est pas doté de l’infaillibilité quand il raconte la vision qu’il a eue quelque temps après – il peut par exemple, avoir des défaillances de mémoire en racontant ce fait passé, surtout s’il est très ancien –, ou quand il affirme avoir eu d’autres apparitions, celles-ci non approuvées. S. Ignace de Loyola le précise dans les “Exercices spirituels”, aux « Règles du discernement des esprits » de la “2ième semaine”. 1
  • D’autre part, au sujet des révélations qui contiennent des prophéties, ce qui est fréquent, il faut savoir que les éventuels châtiments annoncés pour le futur sont toujours CONDITIONELS, car ils dépendent de la conduite des hommes qui, étant dotés de liberté peut changer et se convertir. Ainsi, il nous est rapporté dans l’Ancien Testament au moins deux fois l’annonce de châtiments futurs par des prophètes envoyés de Dieu, châtiments qui ne se sont cependant pas réalisés.

1 N° 336 : « Huitième règle. Cependant la personne qui reçoit cette consolation doit apporter beaucoup d’attention et de vigilance à distinguer le temps même de la consolation du temps qui la suit immédiatement. Dans ce second temps, où l’âme est encore toute fervente, et comme pénétrée des restes précieux de la consolation passée, elle forme de son propre raisonnement, par une suite de ses habitudes naturelles, et en conséquence de ses conceptions et de ses jugements, sous l’inspiration du bon ou du mauvais esprit, des résolutions et des décisions qu’elle n’a pas reçues immédiatement de Dieu, notre Seigneur, et que, par conséquent, il est nécessaire de bien examiner avant de leur accorder une entière créance, et de les mettre à exécution. »

Rappelons également le N° 333 : « Cinquième règle. Nous devons examiner avec grand soin la suite et la marche de nos pensées. Si le commencement, le milieu et la fin, tout en elles est bon et tendant purement au bien, c’est une preuve qu’elles viennent du bon Ange ; mais si, dans la suite des pensées qui nous sont suggérées, il finit par s’y rencontrer quelque chose de mauvais ou de dissipant, ou de moins bon que ce que nous nous étions proposé de faire, ou si ces pensées affaiblissent notre âme, l’inquiètent, la troublent, en lui ôtant la paix, la tranquillité dont elle jouissait d’abord, c’est une marque évidente qu’elles procèdent du mauvais esprit, ennemi de notre avancement et de notre salut éternel. »

(Note du transcripteur. Les soulignés d’un trait sont de son fait.)


Ceci précisé, quelles garanties nous donne l’approbation d’une révélation par le S.-Siège lui-même ? Quand le Saint-Siège lui-même approuve une révélation privée, il affirme, par le fait même, que celle-ci ne contient rien de contraire à la Foi et qu’elle est utile au salut des âmes.

Assurés de l’approbation de l’évêque de Grenoble et surtout (car l’approbation d’un évêque diocésain n’équivaut pas à celle du Pape!) par la grande multitude de miracles indéniables opérés à Notre-Dame de La Salette, voyons ce qui s’est passé ce 19 septembre 1846 à La Salette :

Le 19 septembre, Maximin Giraud et Mélanie Calvat, deux bergers des environs de Corps qui avaient respectivement 11 et 15 ans, faisaient paître leurs troupeaux dans la montagne au-dessus du village de La Salette, en dessous du Mont Gargas. Le troupeau de chaque enfant se réduisait à quatre vaches. Maximin était accompagné de son chien. C’était le deuxième jour qu’ils menaient paître leurs petits troupeaux ensemble, après avoir fait connaissance quelques jours auparavant à Corps. Ils venaient de prendre leurs repas de midi. Contrairement à leurs habitudes, les deux enfants s’étendent sur l’herbe et s’endorment. Brusquement, Mélanie se réveille et secoue Maximin : « Mémin, viens vite, que nous allions voir nos vaches... Je ne sais pas où elles sont ! » Rapidement, ils montent la pente opposée au Gargas. Se retournant, ils aperçoivent leurs vaches ruminant tranquillement. Les deux bergers sont rassurés. Mélanie commence à redescendre, à mi-pente, elle s’immobilise et, d’étonnement, elle lâche son bâton : « Ménin, regarde voir, là, une clarté ! » Près d’une petite source, sur un banc de pierre, un globe de feu, comme le soleil. Maximin accourt en criant : « Où est-elle ? Où est-elle ? » [cette clarté]. Mélanie tend le doigt vers le fond du ravin. Maximin s’arrête près d’elle, figé de crainte, et lui dit : « Garde ton bâton, va ! Moi, je garde le mien et je lui donne un bon coup s’il nous fait quelque chose ! ». La clarté bouge, remue, tournoie sur elle-même. Une femme y apparaît, assise, la tête dans les mains, les coudes sur les genoux, dans une attitude de profonde tristesse.
La belle dame se lève. Eux n’ont pas bougé. Elle leur dit en français tout en versant des larmes
Citation :
Avancez, mes enfants, n’ayez pas peur, je suis ici pour vous annoncer une grande nouvelle.
Si mon peuple ne veut pas sa soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis le retenir.
Depuis le temps que je souffre pour vous !
Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse pour vous autres et vous n’en faites pas cas ! Vous aurez beau prier, beau jeûner, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j’ai prise pour vous.
Deux choses appesantissent le bras de mon Fils :
  • Le travail du dimanche;
  • Les blasphèmes
Elle annonça des châtiments terribles si les hommes ne se convertissaient pas.

Ensuite, la Sainte Vierge a donné un secret à Maximin et un à Mélanie. Ces secrets à chaque enfant en particulier sont bien différents du message donné aux deux enfants ensemble quant au contenu et quant à la certitude. Quant au contenu, car la Ste Vierge y annonce principalement des évènements futurs : ce sont deux messages prophétiques. Quant à la certitude en tout cas du contenu du secret confié à Mélanie : en effet, d’une part, cette dernière en a fait trois versions bien différentes à trois époques différentes ; et d’autre part, la version la plus connue et diffusée de nos jours a été mise à l’index par quatre Papes successifs. En l’an 2000 seulement, le Père Corteville, historien, a exhumé des archives du Vatican et a révélé la première version de ces deux secrets qui avaient été remis à Pie IX en 1851.

La Ste Vierge s’adressa ensuite de nouveau aux deux enfants ensemble :

Elle leur dit que, si les hommes se convertissaient, ils recevraient alors des grâces abondantes.

Puis, la Sainte Vierge va leur recommander la prière, la prière de tout un chacun, celle du matin et du soir.
Citation :
—Faites-vous bien votre prière, mes petits ?

— Pas guère, Madame !

— Ah ! mes petits, il faut [u]bien[u] la faire, soir et matin.
Ne diriez-vous qu’un Pater et un Ave, quand vous ne pourriez pas mieux faire ; et quand vous pourriez mieux faire, dites-en davantage.
De nouveau, la Sainte Vierge se plaint de la non-observance de la sainteté du dimanche par l’assistance à la Messe et l’abstention des travaux, elle reproche de ne pas garder les jeûnes et abstinences de l’Église.

De nouveau, elle annonce les fléaux de Dieu si l’on continue à violer ses Commandements.

Et, après donné ses avertissements aux enfants de la montagne, elle leur dit par deux fois : « Eh bien ! mes enfants, faites-le passer à tout mon peuple ».

Ce message qu’on appelle public (pour le distinguer des deux secrets) donné par la Ste Vierge à ces deux enfants n’est autre que le MESSAGE ÉVANGÉLIQUE : il faut se repentir de ses péchés, se convertir, observer les commandements de Dieu, bien prier.

Mes bien chers frères, Notre-Seigneur Jésus-Christ est venu sur terre pour nous enseigner la Voie du salut, pour nous enseigner à pratiquer les vertus chrétiennes. Pour cela, Il s’est fait notre guide, Il nous a donné l’exemple, Il nous a appris à lutter contre le péché par la prière, par le renoncement à soi-même, par la mortification, la pénitence, Il est mort sur la Croix pour expier nos péchés.

Mais sachant que nous sommes faibles, que nous sommes exposés à tomber sur le chemin étroit, que nous risquons de nous décourager et de faire fausse route, Il nous a donné en Notre-Dame sa Mère, une RECONCILIATRICE pour les pécheurs, une consolatrice pour les affligés, un guérisseur pour les malades, un soutien pour les justes.

Alors, Notre-Dame est apparue à de pauvres enfants des Alpes pour nous donner de graves avertissements, elle a versé des larmes en songeant aux péchés des hommes, elle a fait entendre les menaces du Seigneur pour qu’ils se convertissent ; elle qui retient le bras de son Fils irrité contre nous et qui Le prie continuellement pour qu’Il nous fasse miséricorde, elle a tant de peine à cause de nos péchés, elle mérite toute notre reconnaissance, elle a annoncé la miséricorde et le pardon et des grâces abondantes si nous revenons à Dieu, si l’on fait pénitence.

Et pour nous donner une confiance sans borne en son intercession, elle a fait retentir son Apparition miraculeuse dans le monde entier, elle a fait des prodiges dans tous les pays, son culte a été connu partout, et partout ses enfants ont été ravis par ses bienfaits, elle a montré qu’on ne l’invoque pas en vain : elle a fait jaillir une eau miraculeuse, elle a rendue la vue aux aveugles, le mouvement aux paralytiques, la santé aux malades, elle a consolé toutes les infortunes.

Adressons-nous avec confiance à elle selon les avertissements qu’elle nous donne :

Ô Marie qui êtes apparue resplendissante de clarté et qui portiez le crucifix et les instruments de la Passion,
Vous qui avez annoncé les fléaux de Dieu si l’on continue à violer les Commandements et qui avez recommandé la prière du matin et du soir, par votre puissante protection, délivrez-nous des maux qui nous menacent !

Ô Marie, pauvres pécheurs que nous sommes, convertissez-nous ;

Ô Marie, dans l’accomplissement de nos devoirs, aidez-nous ;

Ô Marie, dans la solide piété, affermissez-nous ;

Ô Marie, dans la pratique continue de toutes les vertus, encouragez-nous ;

Ô Marie, dans nos joies, soyez avec nous ;

Ô Marie, dans nos douleurs, soutenez-nous ;

Dans tous les évènements de la vie, obtenez-nous une soumission entière à la Volonté de Dieu.

Dieu nous a montré combien la dévotion envers la Très Sainte Vierge Marie Lui est agréable par les prodiges multipliés que nous obtient son intercession.
Demandons-lui d’être très fidèles aux enseignements qu’elle nous nous donne, afin qu’après avoir observé les Commandements en cette vie, nous ayons le bonheur de posséder Dieu pour toute l’éternité.

Ainsi soit-il !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Mer 16 Nov - 20:22

Contrairement à ce qu’écrit un nommé “Ludovicus” (http://blog.catholicapedia.net/2016/11/11/nous-ne-sommes-pas-sedevacantistes/#comment-942, dernier §), l’image des rats de Mgr Sanborn est fort juste : ceux-ci, qui ont d’abord investi sans se montrer la Sainte Église Catholique, n’on nullement quitté le navire comme l’affirme ce “Ludovicus” (les rats ne quittent un navire que quand il coule ; or, celui-là, ne coulera jamais en vertu des promesses divines bien qu’en ce moment il semble s’enfoncer aux yeux des hommes comme la barque de Pierre dans la tempête comme relaté dans les saints Évangiles…), mais sont bel et bien montés à bord puis, à l’occasion du décès de Sa Sainteté le Pape Pie XII, sur le pont lui-même et, à l’occasion du conciliabule vaticandeux, tuant l’équipage (spirituellement) en faisant perdre la véritable Foi à ses membres qu’ils ont mangés (en se les assimilant), ils ont prétendu, et prétendent toujours et encore, prendre les commandes dudit navire sans le quitter, donc, pour mieux essayer de le couler, jusqu’à ce que Dieu remette de l’ordre, par une conversion miraculeuse de quelque(s) un(s) des membres authentiques de l’équipage (dont il ne reste aujourd’hui que les squelettes matériels [desdits membres authentiques de l’équipage et non, bien sûr, de l’institution de la Sainte Église Catholique qui, elle, ne peut pas être réduite à un squelette contrairement à ce que croit comprendre un pauvre clown imposteur par ses calomnies…] sans la forme de la vie), en une véritable résurrection donc, dans laquelle peuvent, il est vrai, intervenir les Saints Apôtres Pierre et Paul, desquels, selon les paroles de la Bienheureuse Anna Marie Taigi, « Une grande lumière, jaillissant de leurs personnes, ira se déposer sur le cardinal futur Pape » (cf. http://wordpress.catholicapedia.net/novembre-mois-des-ames-du-purgatoire/#comment-100512). Et, si donc il y a un (au moins un) Cardinal déjà présent pour cela, c’est que tous ne sont pas entièrement hors de l’Église ! Voilà qui s’accorde singulièrement bien avec la distinction materialiter-formaliter, sans compter que si donc il s’agit, à ce moment-là, d’un « futur Pape », c’est bien parce qu’il lui faudra, en plus de cette possible désignation miraculeuse faite par le premier Pape et l’“Apôtre des nations”, être reconnu par l’ensemble (à la majorité requise ou, du moins, sans opposition) des autres cardinaux légitimes…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Ven 18 Nov - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Jeu 17 Nov - 16:18

Après avoir complété, par l’entre crochet, dans le post précédent en précisant que le squelette matériel (mis au pluriel à l’occasion de ce complément) ne concerne bien sûr pas l’institution de la Sainte Église Catholique qui, elle, ne peut pas être réduite à un squelette (contrairement à ce que croit comprendre, que nous aurions écrit cela, un pauvre clown imposteur par ses calomnies), remarquons que le même guignol clown  qui nous a donc ainsi calomnié, l’imposteur, écrit sans sourciller, l’ignorant présomptueux, que les évêques et les cardinaux qui devront entourer le « futur Pape » dont la désignation est décrite par la Bienheureuse Anna Marie Taigi, seront « Très certainement les quelques évêques sacrés (sans mandats n’en déplaise à l’abbé Belmont) parmi les “sédévacantistes” », comme si, ceux-ci pouvaient, avant de le recevoir d’un véritable Pape en acte, posséder le pouvoir de Juridiction permettant qu’ils soient institués cardinaux et entériner, par là, ladite désignation du « futur Pape », et, surtout, assurer la succession apostolique sans interruption depuis la Hiérarchie qui existait sous Sa Sainteté le Pape Pie XII ! 

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Jeu 17 Nov - 18:29

Il faut dire à sa décharge, que ce pauvre toqué clown, qui ne sait certes pas dire (sinon, qu'il nous décrive la chose Laughing...) comment la succession apostolique peut se transmettre malgré le fait qu'il n'y a plus, de nos jours, de successeurs en acte, ne comprend pas, l'incapable, la différence entre ce qui est formel et ce qui n'est que matériel... 
Ça n'empêche pas ce nullard en philosophie de vouloir s'occuper de... théologie ! 

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Ven 18 Nov - 14:04

Il était pourtant bien évident qu’en écrivant que les rats, ont tué spirituellement l’équipage du navire « en en faisant perdre la véritable Foi à ses membres qu’ils ont mangés (en se les assimilant) […] » et en ajoutant « jusqu’à ce que Dieu remette de l’ordre, par une conversion miraculeuse de quelque(s) un(s) des membres authentiques de l’équipage (dont il ne reste aujourd’hui que le squelette matériel [à l’origine au singulier] sans la forme de la vie), […] », il s’agissait du squelette de chaque membre dévoré par ces rats, et non du « squelette de l’équipage » comme on avait déjà vu un… squelette d’équipage ! 
Car « l’équipage » est une notion abstraite qui n’a d’existence que par les membres concrets qui le composent.
Mais, d’une part, ce sont là des considérations intellectuelles manifestement inaccessibles à notre illettré présomptueux, et, d’autre part, son obsession à vouloir à tout prix qu’aucun des membres de la hiérarchie officielle actuelle ne fasse encore, ne serait-ce que matériellement, partie du corps de l’Église (à défaut d’appartenir spirituellement, et donc formellement, à son âme) et donc à vouloir à tout prix que la hiérarchie en place depuis Sa Sainteté le Pape Pie XII ait absolument (même matériellement) disparu, lui a fait imaginer qu’il s’agissait, dans ces paroles, du squelette de l’Église. No
Pauvre Loufoque Énormément Malade des boyaux de le tête !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Ven 18 Nov - 16:08

Nous ne répondrons, bien sûr, qu’aux citations exactes, non à celles trafiquées émanant d’un IMPOSTEUR

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Ven 18 Nov - 20:27

Remarquons cependant la malhonnêteté dudit imposteur qui commence d’abord par interpréter faussement ce qui est pourtant bien clair, et qui ensuite, étant manifestement démasqué, continue, pour absolument nous donner tort envers et contre tout, en inventant des citations de son cru et à son goût !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Ven 25 Nov - 0:45

Quand la Très Sainte Vierge Marie a parlé d’“éclipse” (de l’Église à La Salette, parlait-elle d’une éclipse physique (avec une nouvelle secte née à l’occasion du conciliabule vaticandeux, faisant totalement disparaître la Hiérarchie instituée par son Divin Fils Lui-même) ou parlait-elle d’une éclipse morale (affectant les membres de la Hiérarchie existant avant ledit conciliabule vaticandeux, même ceux encore catholiques effectivement éclipsés par la secte moderniste) ?

Pour ceux qui donnent la priorité au sensualisme et/ou au matérialisme dans leur tempérament (sciemment ou involontairement), la Très Sainte Vierge Marie a parlé d’une éclipse évidemment physique !

Pour ceux qui donnent la priorité au monde spirituel, la Très Sainte Vierge Marie a parlé d’une éclipse morale…

Question d’interprétation ! lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A propos du “Secret” de La Salette   Aujourd'hui à 20:20

Revenir en haut Aller en bas
 
A propos du “Secret” de La Salette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Informations tres intéressantes de Mélanie de La Salette
» L'Antichrist selon Mélanie Calvat de La Salette par l'Abbé E.Combe
» question sur une prophétie de La Salette
» a propos de youtube, daylimotion koreus etc..
» en ce 19 septembre, nous fetons Notre-Dame de La Salette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: