Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les “nuances” de Édouard-Marie Laugier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miles Christi 158



Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 27/08/2013

MessageSujet: Les “nuances” de Édouard-Marie Laugier   Mar 24 Sep - 16:00

Dans ce message,
Edouard-Marie Laugier a écrit:

[...]

Il y a une différence notable entre se passer de tout légalisme et tomber dans le tout légalisme. Mais vous et les nuances, c'est comme pour la  politesse .... qui vous échappe de façon notoire.



Et où se situe la frontière
entre « se passer de tout légalisme et tomber dans le tout légalisme » ?

Le “sieur” de l’augier baigne là dans tout le flou de la subjectivité débridée de sa maladie de troubles mentaux et il n’est pas prêt de préciser cette limite entre ces deux notions...

En réalité, ce qui, dans le Codex Iuris Canonici, appartient au Droit divin, demande toujours une stricte observation dans l’application obligatoire de ses Canons immuables.
Quant à ce qui relève, dans ce Code de Droit canonique, du droit simplement ecclésiastique (c’est-à-dire humain) en période de vacance du Siège apostolique suprême, tel celui que nous connaissons depuis le conciliabule vaticandeux, ses Canons doivent continuer à être appliqués tels qu’ils étaient en vigueur du temps du dernier Pape (car, personne ne peut changer quoi que ce soit après la mort d’un Pape et l’élection de son successeur valide – sinon on tombe dans l’anarchie institutionnalisée [comme le désire sans doute possible ce révolutionnaire Édouard-Marie Laugier...] et le protestantisme où chacun interprète les choses à sa guise).
Cela, dans la limite néanmoins de la vertu d’épikie qui doit être observée et mise en œuvre, non par considération personnelle mais pour le bien de toute la communauté catholique
.
Toutes “nuances”, précisément, qui échappent totalement à notre guignol !

Or, si nous prenons le Canon Canon 108, § 3, par exemple, qui est justement un très bon exemple, nous voyons qu’il y a des choses qui appartiennent au Droit divin et d’autres qui ne relève que du droit ecclésiastique.
En effet, le dit Canon expose ceci
Citation :
D’institution divine, la sacrée hiérarchie en tant que fondée sur le pouvoir d’ordre, se compose des évêques, des prêtres et des ministres; en tant que fondée sur le pouvoir de juridiction, elle comprend le pontificat suprême et l’épiscopat subordonné ; d’institution ecclésiastique, d’autres degrés se sont ajoutés.
(Souligné par JPB.)

Ainsi, soit dit en passant, puisqu’il ne faut en effet pas rester attaché à la lettre mais à l’esprit de la Loi, il ne faut pas perdre de vue que, en rédigeant ce Canon, le législateur avait bien évidemment lui-même en vue, outre le respect du Droit divin, le bien de toute la communauté catholique.
Et donc, si celui-ci l’exige, il est possible, en vertu de l’épikie, non seulement de distinguer (faire la “nuance”) entre ce qui ressortit au « pouvoir d’ordre » et ce qui ressortit au « pouvoir de juridiction » mais également, en vertu de l’épikie, d’accéder, pour le bien de toute la communauté catholique conformément à l’esprit de la Loi et la volonté du législateur qui avait bien évidemment lui-même en vue ledit bien de toute la communauté catholique, d’accéder, donc, à ce qui ressortit au « pouvoir d’ordre » sans se prévaloir de ce qui ressortit au « pouvoir de juridiction » inaccessible de nos jours, c’est-à-dire à l’épiscopat pour ceux qui en sont dignes en se passant nécessairement en notre triste époque d’un mandat romain qui ne peut pas être obtenu en l’absence d’un Pape en acte (en l’absence d’un Pape formakiter).
Voilà la justification d’éventuels Sacres sans mandat romain aujourd’hui !
Mais ceux-ci ne peuvent être légitimes que si l’on considère réellement que le Siège apostolique suprême est au moins formellement vacant, ce qui n’était et n’est toujours pas le cas dans la FSSPX...

Il est une autre “nuance” que notre fin distingué ne sait pas voir : il s’agit de la nécessité où nous sommes dans le rejet comme véritables Papes des guignols qui occupent matériellement le Siège apostolique suprême depuis le conciliabule vaticandeux, de sauvegarder la note d’Apostolicité de la Sainte Église Catholique (combattue comme nous le voyons dans ce fil et dans ce message) dans notre préhension du problème qui pose inévitablement la question suivante, savoir, où sont, en l’absence de véritable Pape depuis le conciliabule vaticandeux, les électeurs du Pape indispensables pour la pérennité de la Papauté, pérennité de Foi catholique depuis la Constitution Apostolique Pastor Æternus du Concile du Vatican (18 juillet 1870) ?
En effet, dans le chapitre 2 de la Constitution Apostolique Pastor Æternus (18 juillet 1870 – cf. http://lesbonstextes.ifastnet.com/vipastoraeternus.htm ou éventuellement http://nouvl.evangelisation.free.fr/pastor_aeternus.htm) promulguée par Sa Sainteté le Pape Pie IX infaillible en cela, le Concile du Vatican, infaillible par lui-même puisqu’œcuménique (avec un Pape en acte à sa tête) énonce :
Citation :

Ce que le Christ notre Seigneur, chef des pasteurs, pasteur suprême des brebis, a institué pour le salut éternel et le bien perpétuel de l'Église doit nécessairement, par cette même autorité, durer toujours dans l'Église, qui, fondée sur la pierre, subsistera ferme jusqu'à la fin des siècles. [...]

[...]

Si donc quelqu'un dit que ce n'est pas par l'institution du Christ ou de droit divin que le bienheureux Pierre a des successeurs dans sa primauté sur l'Église universelle, [...], qu'il soit anathème.
Cela, à dire vrai, est de Foi divine et catholique :
De foi divine car, comme on le voit dans le 1er§ de la citation ci-dessus, c’est le Christ Lui-même qui a ainsi institué l’Église ; et de Foi catholique car cela est défini infailliblement dans cette Constitution Apostolique.

Or, cette question (où sont, en l’absence de véritable Pape depuis le conciliabule vaticandeux, les électeurs du Pape indispensables pour la pérennité de la Papauté, pérennité de Foi divine, et catholique depuis la Constitution Apostolique Pastor Æternus du Concile du Vatican ?) a été posée de multiples fois à Édouard-Marie Laugier en raison de sa position sans “nuance” sur le problème présent de l’Autorité dans la situation actuelle de l’Église, et jamais il n’a su y répondre car, précisément, il ne fait aucune “nuance” !...
Or, précisément, ces “nuances” imposent, pour que l’on puisse répondre à cette question cruciale et rester intégralement Catholique, que l’on fasse la distinction entre, d’une part ce qu’il convient d’appeler le « “pape” materialiter » qui n’a certes aucun pouvoir selon le Droit divin et ne peut donc ni légiférer (pour gouverner) ni sanctifier ni enseigner l’Église, mais qui, en tant que désigné par les hommes habilités pour l’élire (les cardinaux), a le pouvoir de pourvoir humainement au remplacement et à la désignation desdits cardinaux, et d’autre part le Pape materialiter qui, lui, possède tous les pouvoirs du Souverain Pontife.

Mais ce ne sont là que des... “nuances” ! Que notre très fin distingué ne sait apparemment pas concevoir !...

Et pourquoi toutes ces “nuances”, précisément, échappent totalement à ce clown
 ?

Nous l’allons voir avec cette anecdote apparemment insignifiante :

Le “sieur” de l’augier, véritable ignare (qui voudrait cependant en remontrer aux Prêtres qui ont fait plusieurs années d’étude en philosophie et théologie !...) ne cesse de se plaindre (ou d’ironiser comme ) de ce que je souligne, de bonne guerre, son ignorance crasse qui se manifeste par ses fautes de français (orthographe, accords, style, etc.) et se retranche comme nous le voyons précisément (mais ce n’est pas la première fois...) dans ce message dont le lien est donné ici entre parenthèse et qui se voudrait narquois, derrière une instruction qui aurait été lamentable.
Celle-ci, sans doute, n’aura pas été des meilleures, on s’en rend bien compte.
Mais cela explique-t-il pour autant les fautes qu’il commet ? Fautes impardonnables pour quelqu’un qui, aimant notre langue française partie indéniable et précieuse de notre patrimoine, veut en préserver la pureté et désire en assurer la sauvegarde, et qui montrent surtout qu’il ne sait pas réfléchir un tant soit peu !
Nous en avons la preuve dans ce que cet inculte croit devoir reprendre par le post dudit message.

Expliquons-nous :
Il est certain que, comme tout Français sachant quelque peu écrire, même s’il a reçu une instruction défaillante, Édouard-Marie Laugier écrira le verbe “copier”, conjugué à la deuxième personne du pluriel (vous) du présent de l’indicatif, de la manière suivante : « vous copieZ ».
De même avec le verbe “coller”, il écrira : « vous colleZ ».
Alors pourquoi, ici, (antépénultième §), écrit-il « vous copieS colleS » ? Laughing No 
Est-ce parce qu’il a reçu une mauvaise instruction française ? Non ! C’est dû au fait qu’il ne sait pas réfléchir Exclamation Rolling Eyes...

Et, après cela, cet abruti vient parler de... “nuances” alors qu’il ne maîtrise manifestement pas les distinctions (les “nuances”) entre puissance et acte, entre ce qui est matériel et ce qui est formel, entre l’essence, l’existence et la substance ! Rolling Eyes ...[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les “nuances” de Édouard-Marie Laugier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les théories criminelles d'Edouard Marie Laugier
» Le père Edouard-Marie Gallez affirme la Venue du Christ à l'heure de la mort
» Désinformation : le Père Édouard-Marie Gallez nous met en garde
» Edouard Marie Laugier n'est pas des Corbières.
» Portrait de Marie Antoinette attribué à Vestier ou Jean Baptiste Gautier-Dagoty ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: