Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La FSSPX, une secte ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: La FSSPX, une secte ?...   Dim 8 Déc - 19:30

Un serment secret au sein de la FSSPX Exclamation (http://catholicapedia.net/Documents/ACRF/documents/Abbe_ZINS-Econe_Serment.pdf)


Conséquences
 :

Tout se tient ! Suspect...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:26, édité 1 fois (Raison : Mise à jour des liens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Mer 11 Déc - 19:10

Témoignage, ici (http://quilegitintellegat.clicforum.com/t95-Le-serment-d-c-ne.htm#p421) de Saenz y Arriaga (c'est un pseudonyme) abbé issus de la FSSPX, sur la véracité du fait que, pour faire ses études dans les séminaires de la FSSPX et être admis au Sacerdoce, il fallait effectivement prêter le serment dont il a été question en tête du message ci-dessus.

Ledit abbé affirme toutefois ceci (§ 2)
Citation :

[...]

Maintenant, il faut faire attention avec cet argument, car les jeunes générations ne le prêtent plus. Pourquoi ? Parce que le danger sédévacantiste a été jugé, à tort ou à raison, écarté des nouveaux séminaristes triés sur le volet et venant principalement des écoles de la Fraternité.

[...]


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:29, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Mer 11 Déc - 22:24

Autre témoignage fort intéressant (http://quilegitintellegat.clicforum.com/t106-Pr-c-dents-aux-USA.htm).

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:30, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Sam 14 Déc - 15:38

DÉCLARATION de Mgr Michel-Louis GUÉRARD DES LAURIERS (B.O.C. N° 84 octobre 1983) (http://foicatholique.cultureforum.net/t4525-textes-et-sermons-de-mgr-michel-louis-guerard-des-lauriers#30039)
Citation :
[...] la fidélité “verbale” à un mannequin de pape ne confère nullement la catholicité à une entreprise dont le farouche exclusivisme manifeste à l’évidence qu’elle est une secte asservie au père du mensonge.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:34, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Lun 14 Avr - 14:46

Le ralliement se poursuit... (http://aveclimmaculee.blogspot.fr/2014/04/pendant-que-mgr-fellay-nous-anesthesie.html).

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:36, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Mar 24 Mar - 15:39

Message reçu ce matin :

Déclaration de l’IMBC sur la consécration de Mgr Faure

L’Istituto Mater Boni Consilii a écrit:

Déclaration de l'Institut Mater Boni Consilii au sujet de la consécration épiscopale conférée par Mgr Williamson le 19 mars 2015

Comme tout le monde le sait [1] désormais, Mgr Richard Williamson, un des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre le 30 juin 1988, a à son tour consacré Mgr Jean-Michel Faure le 19 mars 2015, à Nova Friburgo au Brésil.

Dans un communiqué de la Maison Généralice, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X a condamné cette consécration épiscopale avec des arguments et des expressions qui furent ceux des prêtres qui quittèrent Mgr Lefebvre en 1988 pour fonder la Fraternité Saint-Pierre ; la Fraternité Saint-Pie X gouvernée par Mgr Fellay accuse Mgr Williamson de “sédévacantisme” pratique, et de ne reconnaître l’autorité du Pape qu’en paroles (accusation plus sérieuse de la part de la Fraternité Saint-Pierre, qui se soumit à Jean-Paul II, que de la part de la Fraternité Saint-Pie X qui, jusqu’à maintenant et au moins en apparence, désobéit encore habituellement à François Ier [2]).

Beaucoup de catholiques, qui justement en tant que catholiques s’opposent au modernisme et à Vatican II, sont donc tentés de mettre leur espérance en Mgr Williamson, et se demandent si on ne peut pas approuver et reconnaître la consécration épiscopale de Mgr Faure.

La consécration épiscopale du 19 mars 2015 se fonde explicitement sur celle de 1988, et – avec la lecture d’un “mandat romain” apocryphe – aujourd’hui comme en 1988 on y déclare ouvertement et catégoriquement, autant Mgr Williamson que Mgr Faure (qui l’a répété dans une interview du 18 mars), reconnaître l’autorité et la légitimité de François Ier Bergoglio.

Voilà pourquoi, exerçant notre devoir de témoigner publiquement de la foi, nous ne pouvons pas ne pas répéter à propos de la consécration de 2015 ce que nous avions dit à propos de celle de 1988 (cf Sodalitium n°17 p.4-9), à savoir que l’acte accompli par Mgr Williamson implique : sacrilège et schisme capital ; une praxis de nature schismatique ; et une contradiction vivante – signe manifeste de l’erreur – en reconnaissant comme Souverain Pontife de l’Eglise catholique et Vicaire de Jésus-Christ sur la terre Jorge Mario Bergoglio dans le rite même de la Messe, et en accomplissant dans le même temps une consécration épiscopale contre sa volonté et dans l’intention explicite de s’opposer à son autorité et à son magistère.

Notre Institut invite donc les catholiques fidèles, qui s’opposent au néo-modernisme de Vatican II, à ne pas se laisser tromper par la Fraternité Saint-Pie X de Mgr Fellay, non plus que par la ‘Fraternité Saint-Pie X’ de Mgr Williamson : l’une et l’autre désirent en effet, de façon déclarée et programmatique, faire partie du bataillon de ceux qui reconnaissent Jorge Mario Bergoglio comme Vicaire du Christ, donnant donc pleine légitimité à son œuvre de destruction (si cela était jamais possible) par le modernisme de l’Eglise et de la foi.

“Enfin, les événements récents confirment la position que prit, dans la crise actuelle, avec esprit de foi Mgr Guérard des Lauriers” (notre déclaration de juillet 1988).

Verrua Savoia, 20 mars 2015.
Notes de JP B :
[1] Sauf votre serviteur qui l'apprend là par cette déclaration reçue ce matin. Laughing
[2] qui, certes, n'est pas Pape, du moins pas formellement, mais que la dite Fraternité Saint-Pie X reconnaît comme (formellement) Pape et à qui elle ne cesse pourtant de désobéir ! Suspect...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Sam 11 Avr - 10:31

Dans le chapitre chapitre III – Le libéralisme est-il un péché, et quel péché ? (http://foicatholique.cultureforum.net/t4706-le-liberalisme-est-un-peche#31027) de son ouvrage LE LIBÉRALISME EST UN PÉCHÉ, l’auteur, Felix SARDÀ Y SALVANY, écrit :
Citation :
[Le libéralisme] nie l'infaillibilité du pontife romain quand il refuse de recevoir comme des lois ses ordres et ses enseignements officiels, et les assujettit à son exequatur, non pour s'assurer de leur authenticité, comme cela se pratiquait autrefois, mais pour en juger le contenu.

Voilà qui fonde la position des sédévacantistes actuels (qu’ils soient formaliter ou simpliciter, complets) et qui condamne celle de feu Mgr Lefebvre et de toute la Fraternité-Sacerdotale-Saint-Pie-X :
  • Les sédévacantistes actuels, examinant les doctrines diffusées voire professées par les occupants du Siège Apostolique depuis le conciliabule dit de Vatican II, et constatant que lesdites doctrines entent en opposition de contradiction avec la sainte doctrine catholique enseignée infailliblement auparavant, en concluent logiquement qu’elles ne proviennent pas authentiquement de l’Autorité dans l’Église et qu’en conséquence ceux qui les promulguent, diffusent voire professent souvent officiellement, ne sont pas cette Autorité.
    Ces occupants du Siège Apostolique ne sont pas, pour les sédévacantistes actuels (qu’ils soient formaliter ou simpliciter, complets) ni en réalité, véritablement Pontifes romains.

  • La Fraternité-Sacerdotale-Saint-Pie-X et son fondateur, feu Mgr Lefebvre, se permettent, eux, de « [refuser] de recevoir comme des lois [les] ordres et [les] enseignements officiels [provenant de ceux qu’ils considèrent pourtant comme véritablement Pontifes romains] et les [assujettissent] à [leur] exequatur, [...] pour en juger le contenu » !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:42, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Dim 21 Juin - 14:49

Sur un autre forum et avec juste raison,
Moreno a écrit:
Comment peut-on être sedevacantiste et lefèbvriste ?

Le sedevacantiste ne veut pas de messe una cum. Mais comment font-ils pour refuser d'aller à une messe una cum alors que leur évêque, Monseigneur Marcel Lefèbvre, n'a célébré que des messes una cum durant toute sa vie.
Comment font-ils pour regarder comme Catholique un évêque dont le pape n'était pas catholique ?
Peut-on vraiment être catholique en pensant qu'un évêque est plus catholique que son pape ou croire que son évêque est catholique tout en pensant que le pape de l'évêque ne l'est pas ?
Peut-on sérieusement croire que l'évêque peut avoir une religion et son pape une autre et que tous deux peuvent cohabiter dans une même Eglise ?

Peut-on au moins comprendre leur façon d'agir ?
(Les deux avant-derniers points d'interrogation ont été ici ajoutés par JP B.)

Donc, à la fin de son post Moreno demande : « Peut-on au moins comprendre leur façon d'agir ? » (Cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t4642-erreurs-dans-la-fsspx-et-assimiles#30593.)

Un ancien ami, qui écrit ou plutôt écrivait (ce qu'il reprendra peut-être un jour) sur différents fora, m'a adressé en Août 2006 le message suivant que je transcris ci-dessous :

Citation :


Le péché originel du Lefebvrisme

Lassé d’entendre parler de « l’esprit de Monseigneur », pour justifier toutes les positions les plus contradictoires, il m’a semblé utile de tenter une petite synthèse sur ce sujet qui me parait être un point clé de la crise ou se trouve le “traditionalisme” au sens large : l’ambiguïté des positions de Monseigneur Lefebvre Lui-même...

A cette seule affirmation, je sais bien que l’adrénaline va monter et que des vagues de haine vont submerger bien des lecteurs ; qu’importe, laisser moi exposer mon propos !

Tout d’abord, et en toute simplicité, il convient de remarquer que tous ceux qui crachent (ou crachaient, comme Dom Augustin..) dessus, lui doivent – la plupart du temps – et son enseignement, et les Saints Ordres, quand ce n’est pas – en plus – d’importantes subsides sonnantes et trébuchantes : ce n’est donc pas sur ce terrain que j’entends situer mon propos.
Pas plus, non plus, pour remarquer que – s’il n’y avait pas eu quelques “têtes” à résister (dont Mgr L. Lui même est l’une des plus remarquables... et remarquées) – il n’y aurait pas eu de résistance. Et donc plus de Messe Tridentine... et plus de Clergé latin certainement prêtre !

Secondement, il est aisé, 40 ans après la bataille, de voir plus clair : on a effectivement tout le recul sur les faits, toutes les études doctrinales développées par les uns et par les autres.
L’on s’est rendu compte qu’il n’y avait pas au monde que le microcosme français ou romain, mais que le monde Catholique recelait « toto orbe terrarum » des résistants et des résistances remarquables, quoique souvent méconnu(e)s, et dont les positions s’accordaient … sans même qu’ils se connussent !
Par conséquent, il me parait utile de ne tirer aucune gloire d’avoir vu clair avant les autres : simplement, cette clairvoyance doit se mettre au service des autres, quelqu’en soient le coût (les coups !!!) et les opprobres… (Et elles ne manquent pas !)

Oui, Mgr a signé tous les textes du concile Vat. II, même les plus contraires à la Doctrine Catholique antérieure infailliblement définie ;
Oui, certains membres de la Fraternité Saint Pie X ont menti, ou ont erré (et fait errer !) en osant soutenir, y compris par écrit, que Mgr n’avait jamais signé ces textes...
MAIS, OUI, Mgr a – ensuite – courageusement dénoncé ces erreurs, par des prêches vigoureux (J’étais à la Messe de Lille, l’été 1976, et j’en suis témoin !!!) et par des écrits circonstanciés (« J’accuse le concile…») !

OUI, Mgr a dit la « nouvelle messe »...
Mais, OUI, Mgr a publiquement réitéré ses plus vigoureuses critiques contre ce « n.o.m. », parlant de « la messe de Luther », etc. ...
Et préfaçant avec éloges, un ouvrage effectué par le TRP GUÉRARD DES LAURIERS qui démontre la non validité intrinsèque de ce « n.o.m. »...

Oui, Mgr a reconnu Paul VI et lui a donné du « Très Saint Père » ;
Mais, OUI, Mgr a parlé de ces pontifes conciliaires comme des “antichrists”, se demandant comment un “pape” pouvait «détruire autant de choses dans l’Eglise en aussi peu de temps »...

OUI, Mgr a chassé le TRP GUÉRARD DES LAURIERS, et plusieurs séminaristes (dont MM les Abbés SEUILLOT, GUÉPIN, BELMONT, LUCIEN, SCHAEFFER, DE BLIGNIÈRES) “coupables” de “sédévacantisme” ;
MAIS, OUI, Mgr a bien préfacé l’ouvrage du TRP GUÉRARD DES LAURIERS sur le « n.o.m. », ouvrage, qui – dès sa première partie – tient pour démontrée la « Non-consistance » formelle de l’Autorité...
Et Mgr ne faisait pas mystère de se demander comment de tels “pontifes” pouvaient être de vrais papes devant l’ampleur des destructions et la multiplicité des actes objectivement idolâtriques posés par eux...


Alors, pourquoi, me direz vous, de telles incohérences chez Mgr
 ?

Tout d’abord, rentrons en nous-mêmes, et profitons de ce temps de carême, pour méditer – POUR NOUS – ce mot de l’Ecriture : « Omnis homo mendax » (« Tout homme est menteur ! ») ; et aussi « le juste pêche 7 fois le jour »
Il est donc parfaitement inutile de battre la coulpe du voisin : Mgr est mort et a été jugé par l’Agneau ; nous n’avons aucun commentaire à faire : juste de ferventes prières, pour que son combat public et ses vertus privées lui aient été largement comptées dans la miséricordieuse balance du Bon Dieu !

Juste, pour notre propre gouverne, il nous faut examiner le contexte afin d’essayer de comprendre... pour nous instruire :
  1. Une Famille et une éducation profondément “romaine” ont habitué Mgr à une attitude de confiance et d’obéissance filiale à l’Autorité : c’est – en soi – une belle qualité qu’on ne saurait lui reprocher... Mais c’est plus à propos, lorsque l’on a affaire à un Saint Pie X... qu’à un Jean-Baptiste MONTINI !

  2. Un maître profondément libéral : Mgr eut pour maître, L’Abbé LE FLOCH, partisan d’un minimalisme peccamineux, concernant l’Autorité du Pape, et conséquemment la possibilité de concevoir un “pape” auquel... on n’obéit que pour les définitions ex cathédra !

  3. L’absence de recul : avec une telle éducation familiale, comment Mgr, au moment du concile, pouvait il – psychologiquement déjà – avoir le recul lui permettant de se rendre compte de l’entrisme qui se passait au concile ?

  4. La pression du “pape” (plusieurs auteurs l’ont rapporté, et Mgr lui même) : l’on pressait les évêques réticents de signer les textes qui, pourtant, ne leur paraissaient pas catholiques, en leur serinant « le pape veut que vous signiez ! »
    Mgr rapporte que plusieurs signèrent la mort dans l’âme, et certains en moururent de chagrin...

  5. La pression de l’entourage : pour l’avoir vu moi-même à de très nombreuses reprises, Mgr était constamment entouré d’une nuée de personnages : adulateurs intéressés, mondains en quête de notoriété, libéraux et ennemis infiltrés... Mgr en renverra plusieurs – ET DE CÉLÈBRES … – dès qu’il eut les preuves de leurs mauvaises mœurs ou/et de leurs manigances...
    Mais, Mgr était profondément BON, et pouvait être touché par les arguments des uns et des autres...


Conclusion :

La Fraternité-Saint-Pie-X, et plus généralement, le petit monde “tradi” a hérité de cette contradiction interne à son « Père fondateur » et quoiqu’il soit devenu beaucoup plus ferme à la fin de sa vie, chacun peut tirer de ses discours les citations permettant de valider sa position :
Pour les uns, « Saint Père, laissez nous faire l’expérience de la Tradition » ;
Pour les autres : «ces gens-là sont des antichrists » !

Certains ont donc logiquement intégré les rangs de l’Eglise Conciliaire, en direct, comme les Abbés LAFFARGUE, BRÉGUET, LE PIVAIN etc. ... Ou par le biais d’instituts : FSSP, ISCRP, ST Jean Marie Vianney, Campos, etc. ... Ou bien, en « électrons libres »...

D’autres ont logiquement constaté qu’il ne pouvait y avoir identité entre l’Eglise Catholique et l’Eglise Conciliaire (pas les mêmes doctrine, sacrements, messes, “saints”, etc. ...)
Et composent les rangs appelés (bien à tort !) “sédévacantistes”, avec toutes les nuances possibles.


Note importante
 :

Il convient de noter, cependant, que si l’œuvre de Mgr a été au commencement de vouloir sauver le Sacerdoce et la Messe, en formant dans un vrai séminaire, conformément à la vraie Doctrine Catholique, de vrais prêtres validement ordonnés, Mgr en est venu à constater qu’en fait, c’est la Foi Catholique qui était en jeu et la pérennité de l’Eglise elle-même !

De sorte qu’il est vain – aujourd’hui - de prétendre mener le « combat de la Messe», sans intégrer la dimension holistique de la FOI et de l’Eglise, dont Jésus est la Tête, et qui ne peut avoir pour corps les partisans variés d’un ramassis de fantaisies et d’hérésies les plus diverses, mais bien une phalange de membres ayant une unité de Doctrine, de Foi, et de Sacrements !


État actuel de la question
 :

Le Péril imminent est d’évidence l’intégration de la FSSPX à l’église conciliaire : c’est l’enjeu des pourparlers en cours, c’est l’ultime étape avant l’Eclipse complète de la Foi Catholique, du Sacerdoce et de l’Oblation Munda ;

Je n’ai pas, et je ne crois pas que personne prétendre sauver la Foi et l’Eglise, mais j’en connais UN... qui ne laisserait pas Son Epouse disparaître ou/et être usurpée par la Grande Prostituée !

«Domine, salva nos, perimus ! »


A cela, et reprenant de mémoire ce que Mgr GUÉRARD DES LAURIERS écrivait dans un article ou un supplément de “Sous La Bannière”, j’ajouterai la description suivante de la fondation de la FSSPX :

Le séminaire d’Écône fut fondé par Mgr LEFEBVRE sur le territoire sous la Juridiction de Mgr CHARRIÈRE, Évêque de Lausanne, Fribourg et Genève, avec l’autorisation – et probablement la bénédiction – de celui-ci.
Mais Mgr CHARRIÈRE, qui n’était donc pas lui-même le fondateur de ce séminaire, n’en possédait pas l’autorité que tout Ordinaire a sur les séminaires situés normalement dans les limites de sa Juridiction.

De qui donc, au-dessus de Mgr LEFEBVRE qui ne possédait pas lui-même le pouvoir juridictionnel requis pour cela, relevait l’autorité du séminaire d’Écône ?

Puisque ce ne pouvait être l’Ordinaire du lieu, c’était nécessairement de Rome directement, c’est-à-dire à l’époque, pesait-on et pense-t-on toujours, de Paul VI.

Voilà pourquoi il est si indispensable, pour les membres de la FSSPX et ses sympathisants, que Paul VI soit absolument Pape : sinon l’existence de la FSSPX est, à leurs yeux trop légalistes, privée de légalité ! (Il faudrait peut-être dire licéité.)

C’est là toute la raison pour laquelle ils se montrent tant bornés sur la question de l’Autorité dans la situation actuelle de l’Église et le fait qu’il n’y a pas moyen de discuter sereinement avec eux dès qu’on aborde cette question épineuse...

Il ne faut guère espérer quoi que ce soit dans les discussions sur tous les fora, avec eux ; sauf à éclairer quelques âmes sincères qui cherchent honnêtement à voir clair dans cette malheureuse crise que nous traversons.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Mer 24 Juin - 13:48

Toujours sur cet autre forum et dans le même fil,
Moreno a écrit:

[...]

Je trouve que l'expression de Gabrielle qui dit que Monseigneur Lefèbvre s'est assis entre deux chaises est maladroite. Elle ne reflète pas la réalité, c'est laisser croire que depuis le Concile, Monseigneur Lefèbvre était par intermittence sur un des Siège des Apôtres et qu'après le Concile il a joué parfois le rôle d'un évêque catholique en agissant au nom de l'Eglise catholique. Si tel est le cas, il faut dire et précisé en quoi Monseigneur Lefèbvre a été catholique et reconnaître aussi, inévitablement, que son église et ses papes ont été catholiques et pas moins que lui !

Cette confusion volontaire et très orientée sur Monseigneur Lefèbvre est aussi utilisée en faveur de l'église conciliaire. Je viens de voir l'opinion de Ploncard d'Assac au sujet de l'église conciliaire, opinion qui a toujours trainé dans les milieux tradis. "Le Concile a été imprudent", "le Concile a été ambigüe", "Le Concile a mal été interprété à cause des progressistes" le Concile ne s'est pas assez référé à la tradition, le Concile aurait pu mieux faire ou même comme l'a dit l'odieux Monseigneur Lefèbvre : "il faut interpréter le Concile à la lumière de la Tradition".

(Italiques et souligné ajoutés par JP B.)

Il faut juger Mgr Lefebvre, toute la FSSPX et les autres ralliés, et il faut interpréter ce conciliabule... à la lumière du bûcher inquisitorial !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Jeu 25 Juin - 14:55

Il a été rapporté dans le message ci-dessus ce que Moreno a écrit sur un autre forum à propos de Mgr Lefebvre et du conciliabule vaticandeux.
Or, bien qu’il n’ait pas entièrement tort, au contraire, en écrivant cela, Moreno a quelque peu exagéré
  1. en affirmant, dans le premier § cité, que Gabrielle « [laisse] croire que depuis le Concile, Monseigneur Lefèbvre était par intermittence sur un des Siège des Apôtres et qu'après le Concile il a joué parfois le rôle d'un évêque catholique en agissant au nom de l'Eglise catholique » et il ajoute dans le même § : « Si tel est le cas, il faut dire et précisé en quoi Monseigneur Lefèbvre a été catholique et reconnaître aussi, inévitablement, que son église et ses papes ont été catholiques et pas moins que lui ! »

  2. puis, dans le second § cité, en préjugeant ceci : « Cette confusion volontaire et très orientée sur Monseigneur Lefèbvre est aussi utilisée en faveur de l'église conciliaire. [...] »

C’est pourquoi avec juste raison sur le forum en question,
gabrielle a écrit:

Salut Moreno!

C'est fou mais vous me faite penser à quelqu'un et je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Suspect

Entre deux chaises, n'est pas une expression que j'utilise souvent, il me semble.

Il pouvait avoir un temps d'hésitation... la situation étant incroyable.

A l'impossible nul n'est tenu, faisons ce que nous pouvons et Dieu fera le reste, il ne faut pas oublier que la prière est la plus forte de nos armes. La Petite Thérèse est Patronne des missions et pourtant elle n'a pas bougé de son cloître.


En effet, ce n’est pas parce que Mgr Lefebvre a commis des faux pas que nous pouvons insinuer, comme le fait Gégé (qui, d’habitude, et c’est le seul que nous connaissions qui le fasse, écrit le nom de cet Évêque ainsi : “Lefèbvre”) que Mgr, malgré tous les torts que nous lui connaissons, n’était pas catholique !
Car, ce faisant, Gégé, alias “Moreno”, usurpe l’Autorité de l’Église pour dire qui est catholique et qui ne l’est pas...

De même, quand “Moreno”, alias Gégé qui, comme d’habitude, parle de « son [à Mgr Lefebvre] église et ses papes » et qu’il précise, dans le dernier § cité, qu’il dénonce ce qu’il appelle « l'église conciliaire », il décrète là de son propre chef
  1. que les “papes” vaticandeux (qui certes n’ont cessé et ne cessent d’être dans l’hérésie et pour cette raison ne peuvent pas être formellement Papes) ne sont absolument pas catholiques alors qu’il n’a aucune autorité pour le faire ;

  2. que ce qu’il appelle « l'église conciliaire » existe juridiquement hors et indépendamment de l’Église Catholique, ce qui n’a jamais été ni avoué par les membres de la supposée « église conciliaire » ni décrété par l’Autorité de l’Église Catholique. (Cf. http://foicatholique.cultureforum.net/t3698-crise-actuelle-dans-leglise-secte-conciliaire#18537)

Gégé, alias “Moreno” usurpe toujours, comme à son habitude, l’Autorité de l’Église Catholique, se mettant ainsi lui-même dans l’hérésie (http://foicatholique.cultureforum.net/t3966-gerard-est-dans-l-heresie) !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:47, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du dernier lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Jeu 25 Juin - 15:28

Il faut comprendre qu’en parlant, à la fin de l’avant-dernier message ci-dessus (http://foicatholique.cultureforum.net/t4611-la-fsspx-une-secte#31293) de « bûcher inquisitorial », il ne s’agissait nullement de juger comme le fait Gégé d’ordinaire et condamner de notre propre chef, pouvoir qui ne revient qu’à l’Autorité dans l’Église, l’inquisition étant, de droit, exclusivement ecclésiale.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:49, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Dim 5 Juil - 23:07

La Porte Latine (Site officiel du district de France pour la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X) publie le 1er juillet 2015 un « Communiqué de M. l'abbé Christian Bouchacourt » intitulé « A propos des Dominicains d'Avrillé » (http://laportelatine.org/district/france/bo/bouchacourt2015/bouchacourt_150701_dominicains_avrille.php) dans lequel, entre autres,
il a écrit:

4. [...] En cautionnant le sacre épiscopal de Mgr Faure, les pères dominicains d’Avrillé se font les complices d’une œuvre néfaste et portent un préjudice grave au bien commun de la Tradition, [...] *

6. Par conséquent, [...], le District de France ne peut plus soutenir la communauté des dominicains d’Avrillé qui, par ses menées subversives, sème le doute et la division dans les rangs de la Tradition [...]

* Dernière phrase.

Vous ne le saviez pas ?
Il ne faut plus dire « hors de l’Église, point de salut », mais... « hors de la Fraternité, point de salut » !
Du reste, pour la FSSPX, l’Église, c’est exclusivement la Fraternité ! Comme pour toutes les sectes, l’Église, c’est exclusivement la secte en question...

Commentaire judicieux de Gabrielle sur un autre forum : « A les voir se battre, on a l'impression que la lutte consiste à celui qui sera le plus en dehors de l'Église.... que le meilleur gagne! »

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Jeu 23 Juin - 14:51, édité 1 fois (Raison : Mise à jour du lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Lun 14 Sep - 3:35


Déclaration de l'IMBC sur la FSSPX - 3 septembre 2015

Citation :

La fin d’une équivoque : réflexion sur la “Fraternité Saint-Pie X” ou “Fraternité des Apôtres de Jésus et de Marie”

Le 1er septembre 2015, dans une lettre adressée au ‘Président du Conseil Pontifical pour la promotion de la nouvelle Évangélisation’, Mgr Rino Fisichella, l’actuel occupant du Siège Apostolique, Jorge M. Bergoglio, a déclaré que, durant ‘l’Année Sainte de la Miséricorde’, à partir donc du 8 décembre, 50ème anniversaire de la clôture du Concile Vatican II, les prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, par sa disposition, auront les pouvoirs pour confesser tous les fidèles qui recourront à leur ministère, de telle sorte que les absolutions sacramentelles par eux administrées seront valides et licites.

Cette décision a fait beaucoup de bruit, même si en réalité elle ne fait que confirmer d’autres décisions tout aussi importantes.
Le 17 mars 2015, en effet, le gouvernement argentin a reconnu la Fraternité Sacerdotale des Apôtres de Jésus et de Marie (vrai nom de la Fraternité Saint-Pie X) comme personne morale en tant qu’association de droit diocésain, jouissant des privilèges que l’État accorde aux organisations reconnues par l’Église catholique, et ce, suite à une demande expresse de l’archevêque (moderniste) de Buenos Aires, successeur de Bergoglio, Mario Aurelio Poli. Ce dernier a déclaré au gouvernement argentin, le 23 février, que la Société fondée par Mgr Lefebvre a été érigée dans son diocèse comme société de droit diocésain en vertu du canon 298 du (nouveau) code de droit canonique (association de fidèles) en attendant d’être reconnue comme Société de vie apostolique. Rappelons que la Fraternité Saint-Pie X fut érigée, à l’époque, dans le diocèse de Genève-Lausanne-Fribourg, ad experimentum, comme ‘pia unio’. L’acte accompli le 1er novembre 1970 par Mgr Charrière est pratiquement identique (mais qui plus est, l’approbation de l’ordinaire de Buenos Aires n’est pas ad experimentum) à celui déclaré par Mgr Poli au gouvernement argentin. En outre, on sait que Mario Poli a agi à la demande précise de J. M. Bergoglio.

Le 5 juin 2015, la Congrégation pour la doctrine de la Foi a accordé à Mgr Fellay, en qualité de supérieur général de la même Fraternité Saint-Pie X, les pouvoirs de juge de première instance dans un procès canonique concernant un prêtre de la Fraternité.
La décision du 1er septembre est donc en parfaite continuité avec les précédentes.

Depuis 1974, lorsque Paul VI voulut la suppression de la Fraternité Saint-Pie X, on parle d’“un accord” entre la Fraternité et les modernistes (redouté par les uns, espéré par les autres). Aujourd’hui encore on discute pour savoir si cet “accord” (c’est-à-dire la reconnaissance canonique de la Fraternité Saint-Pie X par l’‘autorité’ moderniste, qui reste telle) se fera ou pas. Nous sommes étonnés de constater que personne, ou presque personne, ne se soit aperçu que l’ « accord-reconnaissance canonique » (un ‘accord’ tacite a toujours existé) est déjà intervenu, et ce, précisément sous le ‘pontificat’ de J. M. Bergoglio. On ne peut officiellement déclarer à un gouvernement que la Fraternité Saint-Pie X a été canoniquement érigée dans son propre diocèse, sans que – d’une manière ou d’une autre – ce soit réellement arrivé. On ne peut nommer le supérieur général de ladite Fraternité juge de première instance sur ses sujets, et par conséquent ordinaire, sans que ladite société existe canoniquement d’une manière ou d’une autre. Et on ne voit pas comment on peut donner le pouvoir de juridiction aux membres d’une société qui n’est pas reconnue dans l’Église, ne serait-ce même que pour confesser. Et de fait la Fraternité Saint-Pie X ou Fraternité des Apôtres de Jésus et de Marie ne se distingue plus réellement des autres mouvements Ecclesia Dei ou Summorum Pontificum, puisqu’en effet, les ‘évêques’ l’accueillent même déjà dans des églises – et de façon stable – pour la messe et qu’elle collabore in sacris avec les ‘prêtres’ susnommés (Ecclesia Dei et Summorum).

On objectera que dans la lettre adressée à Mgr Fisichella, Jorge Bergoglio précise que les prêtres et les supérieurs de la Fraternité ne sont pas encore “en pleine communion”. Certes, une reconnaissance canonique définitive et officielle n’est pas encore intervenue. Mais précisément en cela on note l’habileté, et le style ‘pastoral’ de Bergoglio, allergique à la théologie et au droit, qu’il laisse volontiers aux théologiens et aux canonistes. Contournant toute difficulté, il a reconnu de fait la Fraternité Saint-Pie X, sans que presque personne ne s’en rende compte et sans soulever donc, les obstacles qui, d’un côté et de l’autre, avaient été soulevés quand Joseph Ratzinger préparait la reconnaissance canonique. Là où le ‘théologien’ Ratzinger a échoué, le ‘pasteur’ Bergoglio a atteint le but.
Pour le reste, le concept de ‘pleine communion’ ou de ‘communion imparfaite’ est un concept et une terminologie conciliaire (de la constitution Lumen Gentium en particulier) : on ne peut donc appliquer à la théologie conciliaire les principes catholiques de l’encyclique Mystici Corporis, par exemple. Pour Bergoglio, en particulier, la ‘pleine communion’ paraît être une question juridique secondaire, là où pour l’essentiel, autrement dit le baptême commun, “nous sommes déjà tous une seule chose, tous… catholiques, évangéliques, orthodoxes…” et… lefebvristes. Le pasteur Traettino ou l’évangélique pentecôtiste, le prêtre ‘callejero’ [terme espagnol signifiant ‘prêtre des rues’, n.d.r.] de la théologie de la libération, le patriarche byzantin avec son modèle synodal d’Église et l’économie de la miséricorde dans le mariage qui autorise de nouvelles unions, et également le prêtre lefebvriste, sont à ses yeux simplement des chrétiens qui évangélisent les pauvres et apportent la ‘miséricorde’ sur les chemins de la périphérie existentielle, expressions diverses mais authentiques du sentiment religieux.

Pour la Fraternité Saint-Pie X, de l’autre côté, il est impossible de refuser ce qui est généreusement offert par celui qui est reconnu comme ‘Souverain Pontife’ et ‘Saint-Père’. L’‘una cum Papa nostro Francisco’ est déjà une manière de se déclarer membre et sujet de celle qui, pourtant, était appelée par eux ‘église conciliaire’. Face au don généreux du ‘Saint-Père’, comment refuser ? Comment ne pas remercier ? Comment ne pas exulter ? Pourtant, la juridiction accordée pour l’année sainte (à partir donc du 8 décembre, pour le 50ème anniversaire de Dignitatis Humanæ, de Nostra Ætate et du ‘culte de l’Homme’) pour pouvoir confesser validement outre que licitement, laisse entendre que, avant cette date, et depuis 1974, les prêtres de la Fraternité ont confessé illicitement et invalidement ! Timidement, la maison généralice rappelle que pour eux les confessions administrées jusque-là, l’ont été validement et licitement selon les normes générales du code de droit canonique, en raison du cas de nécessité. Mais comment invoquer l’état de nécessité (que, de toute façon, le droit canonique limite au danger de mort et à l’erreur commune, et n’étend pas, comme le fait la Fraternité, légitimement mais non canoniquement, à chaque cas) qui accorderait une juridiction de suppléance, étant donné que, si l’on se fonde sur les principes de la Fraternité elle-même – spécialement de nos jours – clairement, il n’existe pas. Quelle serait la nécessité de se confesser aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X si, pour elle, l’Église a un Pape, des évêques diocésains, des sacrements et une messe absolument valides, même s’ils sont administrés selon le nouveau rite (et même licites, d’après la revue Sì sì no no) ? Quelle nécessité, si en tout état de cause, ces sacrements, y compris celui de la Pénitence (ou – comme il est appelé maintenant – de la Réconciliation) sont administrés par des prêtres tous validement ordonnés, en communion avec le Pape, et que l’on puisse, de toute façon, les obtenir dans l’ancien rite par des prêtres Ecclesia Dei – Summorum Pontificum ou par d’autres prêtres bienveillants ? Si l’on répond que ces prêtres sont hérétiques ou ne professent pas intégralement la foi catholique, comment se fait-il que la Fraternité les accueille fréquemment dans ses maisons, les fait célébrer sur ses autels (même s’ils ont été ordonnés avec le nouveau rite et célèbrent habituellement ledit nouveau rite) ? Il est évident que, étant donné la situation actuelle, du point de vue de la Fraternité Saint-Pie X ne subsiste aucun état de nécessité qui soit si grave au point de justifier, chez les prêtres de la Fraternité, une juridiction de suppléance, d’autant plus que Bergoglio leur accorde la juridiction déléguée sans même qu’ils aient à la demander (au moins en apparence). Nous pouvons alors légitimement demander : en vertu de quels principes les prêtres de la Fraternité confessent-ils et confesseront-ils ? De celui d’un état de nécessité qui pour eux n’a plus de raison de subsister ? Ou en vertu des pouvoirs accordés par l’occupant du Siège Apostolique ? Et pour réaliser quelle mission confessent-ils, célèbrent-ils, administrent-ils les sacrements : celle que Jésus-Christ a confiée à l’Église (‘quiconque croira sera sauvé, quiconque ne croira pas sera condamné’) ou celle qui a pour Chef J. M. Bergoglio (qui prêche le dialogue interreligieux et l’œcuménisme : même celui qui ne croira pas sera sauvé) ? Une telle question devrait poser aux malheureux pénitents des prêtres de la Fraternité (et semblables) de pénibles doutes et des tourments de conscience…

Pour qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, les conséquences logiques et inéluctables de l’‘una cum’ – à savoir de la reconnaissance – comme la Fraternité Saint-Pie X a toujours fait, de la légitimité et de l’autorité des modernistes qui au moins depuis 1965 occupent le Siège Apostolique, devraient être toujours plus claires. Certains, bien que se disant ‘sédévacantistes’, craignent que se fasse l’‘accord’ entre la Fraternité et J. M. Bergoglio, accord représenté comme un piège. Nous souhaitons au contraire que cesse enfin l’équivoque, et que les catholiques qui naïvement avaient fait confiance à des guides aveugles, sachent finalement ouvrir les yeux, en abandonnant définitivement une œuvre qui n’a jamais eu le courage de dire jusqu’au bout la Vérité.

3 septembre 2015, fête de Saint Pie X,
30 ans après notre sortie de la Fraternité Saint-Pie X (décembre 1985)


A lire et méditer !...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Jeu 10 Mar - 1:22

Dans un entretien de ce jour, 9 mars 2016, accordé à Médias-Presse-Info (http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/023_8_decembre_2015/09_03_2016_tissier_indigne_par_le_pape_mpi.php) Mgr Bernard TISSIER DE MALLERAIS a ainsi répondu à ces questions :
Citation :

Monseigneur, le pape François a publié au mois de janvier une vidéo pour ses vœux et la présentation de ses intentions de prières. Dans cette vidéo on y voit un musulman, une bouddhiste, un juif et un prêtre catholique. Ils tiennent entre leurs mains des symboles chacun selon sa religion. Que se doit de dire un évêque catholique sur une telle vidéo?


[...] Ce ne sont pas tant les paroles de François qui sont scandaleuses mais c’est la force des images qu’il a lui-même réalisées, scandaleuses au sens fort. induisant à l’erreur, à l’hérésie.

[...]

Nous avons donc un pape qui propage une hérésie
; je ne suis pas juge de son péché, je constate qu’il propage une hérésie.

[...]

Que penser de cette phrase du pape « Dans cette multitude, dans cet éventail de religions, nous avons une seule certitude pour tous : nous sommes tous enfants de Dieu. »?


[...]

Nous avons donc un pape qui propage une hérésie, de nouveau
. Je ne dis pas ‘hérétique’ mais fauteur d’hérésie.

(Souligné en rouge par JP B.)

Mgr Bernard TISSIER DE MALLERAIS n’a pas la Foi catholique : un vrai Pape ne peut pas, assuré qu’il est de l’assistance divine qui lui est toujours promise, propager une hérésie, il ne peut être « fauteur d’hérésie » et affirmer de telles choses sont des hérésies !
Mgr Bernard TISSIER DE MALLERAIS lui-même «propage une hérésie, de nouveau. Je ne dis pas ‘hérétique’ mais fauteur d’hérésie. »...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Ven 11 Mar - 14:36

Sur un autre forum, ce qui n’est probablement qu’un provocateur pour porter un tel pseudonyme, “Charles le bon vivant”, a écrit:

Une personne a traité les sédévacantistes de schismatiques sur un site Lefebvriste. Que répondre à l'argumentaire suivant svp?

Voici son argumentaire:

St-Jean de Capistran:
"– « Il ne peut se faire que l’Eglise de Rome tombe dans l’erreur : Dieu ne saurait le permettre. Jamais elle ne sera soumise aux atteintes de l’hérésie; toujours elle demeurera ferme et immobile dans la foi. »
« Non credo fieri posse Ecclesiam Romanam errare, quia Deus non permitteret. In futuro manebit sine ulla haereticorum insultatione, firma et immobilis, omni tempore, persistet. » (De auct. Papa, part III, 2è part.)

– « Selon la promesse du Seigneur, l’Eglise Apostolique de Pierre reste exempte de toute séduction, pure de toute hérésie, dans la personne de ses Pontifes. » (De auct. Papa, part II, 2è part.)

– « Le Pape est le reflet et l’image de la divinité; le Pape, c’est Dieu sur la terre. » (De auct. Papa, part 1, 2è part.)
Ce ne sont que qqs extraits des oeuvres de st Jean de Capistran sur le Pape et sa souveraineté.
« Il est de foi, et les oeuvres de Capistran l’affirment éloquemment, que le Chef de l’Eglise, comme tel, ne peut jamais en être séparé. Entre la tête et le corps de l’Eglise, il ne peut y avoir de séparation de communion, ni de désaccord de doctrine. (…) Supposer le contraire, ce serait nier l’accomplissement des promesses du christ et l’office de l’Esprit-Saint dans l’Eglise. » (Saint Jean de Capistran, chap V : Théologien et Docteur, par Louis de Kerval)."

  1. L’Église de Rome est une personne morale composée de personnes physiques.
    Comme personne morale, l’Église de Rome ne peut en effet pas tomber dans l’erreur, même si un bon nombre des personnes physiques qui la constituent tombent, eux, dans l’erreur.
    Or, même de nos jours, nous ne pouvons pas dire qu’absolument TOUTES les personnes physiques qui constituent l’Église de Rome sont formellement tombées dans l’erreur.
    Donc, nous ne pouvons pas dire que, dans son ensemble et en totalité, l’Église de Rome est tombée dans l’erreur ; et les sédévacantistes formaliter que nous sommes ne le disent pas !
    La première des citations faites de St Jean de Capistran (De auct. Papa, part III, 2è part.) ne contredit donc pas la position des sédévacantistes formaliter.

  2. Dans la deuxième citation faite de St Jean de Capistran (De auct. Papa, part II, 2è part.), il est énoncé ceci : « Selon la promesse du Seigneur, l’Eglise Apostolique de Pierre reste exempte de toute séduction, pure de toute hérésie, dans la personne de ses Pontifes. »
    Or, comme le fait judicieusement remarquer (à sa manière) Benjamin, deux posts plus bas, « Les antipapes de la secte de "Vatican II" et leurs subordonnés ne sont ni des Papes ni l'Église de Rome. Ce qui concerne les Papes et l'Église de Rome ne les concerne donc pas. Cette secte est essentiellement une bande de juifs et de francs-maçons déguisés en clergé catholique afin de vomir le plus grand nombre d'hérésies et de blasphèmes possible (et tenter de faire disparaître les sacrements et le sacerdoce) tout en conduisant le plus grand nombre d'âmes possible vers la damnation, et qui prépare l'avènement du Nouvel Ordre Mondial tant religieux que politique. » Cf. également « PREUVE DE LA VACANCE (au moins formelle) DU SAINT-SIÈGE » (http://foicatholique.cultureforum.net/t3254-preuve-de-la-vacance-au-moins-formelle-du-saint-siege).
    Cette deuxième citation faite de St Jean de Capistran ne va donc pas contre la position d’aucun sédévacantiste (formaliter ou/et complet)

    Il en va de même pour la troisième citation faite de St Jean de Capistran (De auct. Papa, part 1, 2è part.) ainsi que pour celle (faite en dernier) de Louis de Kerval : elles ne concernent que les véritables Papes et non, par exemple, les antipapes qui ont émaillé l’Histoire de l’Église ni ceux (tous douteux) de l’époque du Grand schisme d’Occident, période pendant laquelle il y eut jusqu’à trois “papes” simultanément !

Mais il est vrai que cette « personne [qui] a traité les sédévacantistes de schismatiques sur un site Lefebvriste » pourra toujours, à l’instar d’un guignol enragé qui mordrait, s’il était encore en vie, Mgr Guérard des Lauriers lui-même, dire que ces distinctions énoncées ci-dessus, constituent un “pilpoul”...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4471
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Ven 25 Nov - 3:57

Une nommée Clotilde est venue récemment se vanter sur un site qui ne reconnaît (avec juste raison) aucun “pape” vaticandeux, pas même matériellement, mais qui affirme ne pas être sédévacantiste ( ! …) d’être partisane, heu ! fidèle de la FSSPX, et demander pourquoi la dite FSSPX y était considérée comme une secte alors qu’elle rejette catégoriquement (paraît-il) les erreurs du conciliabule vaticandeux.

Un des intervenants habituels dudit site lui ayant dit que la FSSPX ne pouvait pas être catholique car elle désobéissait à celui (à ceux) qu’elle reconnaît (formellement) comme Pape(s), Clotilde répliqua que d’une part les ordres donnés en question n’engagent pas l’infaillibilité, et d’autre part, lorsqu’un supérieur, pourtant légitime, donne des ordres qui vont contre les Lois divines, il est vertueux de lui désobéir (ce qui est vrai) car alors on obéit à Dieu et qu’“il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes”.

Le problème c’est que le Pape (or, la FSSPX reconnaît que les “pape” vaticandeux sont, d’après elle, formellement Papes) le problème, dis-je, c’est que le Pape n’est pas un homme ordinaire, n’est pas un supérieur comme les autres, fussent-ils rois ou empereurs, mais il est le Vicaire sur terre de Notre-Seigneur Jésus-Christ, un « Alter Christus », comme tous les Prêtres mais lui, par excellence.
Et donc, s’il peut éventuellement être permis, quoique plus ou moins témérairement, de ne pas obéir aux ordres et surtout aux simples conseils donnés PRIVATIVEMENT par un Pape, il en va tout autrement quand un Pape donne un ordre à l’Église universelle en tant que Pape car alors, en vertu de la Promesse divine en St Matthieu, chapitre XXVIII, verset 20 (“ecce ego vobiscum sum omnibus diebus, usque ad consummationem sæculi”), si l’on désobéit au Vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ, c’est à celui-ci Lui-même que l’on désobéit !

Voilà pourquoi, contrairement à ce que pensent les gens de la FSSPX, St Pie X, précisément, disait « Quand on parle du Vicaire de Jésus-Christ, ce n'est pas le lieu d'examiner, mais d'obéir. Il ne faut pas mesurer l'étendue de l'ordre donné afin de restreindre l'obéissance qu'on lui accorde ; il ne faut pas chicaner sur la plus claire parole du Pape pour en travestir le sens ; il ne faut pas interpréter la volonté du Pape selon ses préjugés en détruisant la substance évidente ; il ne faut pas opposer des droits au droit qu'a le Pape d'enseigner et de commander ; il ne faut pas peser les jugements, discuter les ordres, si l'on ne veut pas faire une injure directe à Jésus-Christ Lui-même... La société est malade ; toutes les parties de son corps sont touchées, les sources de la vie sont atteintes. L'unique refuge, l'unique remède, c'est le Pape. » (Cité en exergue au début du Pour Qu’Il Règne.)
Et encore : « Quand on aime le Pape, on ne discute pas au sujet des mesures ou des ordres qu’il donne ; on ne recherche pas jusqu’où doit aller l’obéissance, et quelles sont les choses dans lesquelles on doit obéir. Quand on aime le Pape, on n’objecte pas qu’il n’a pas parlé assez clairement, comme s’il était obligé de répéter à l’oreille de chacun ses volontés clairement exprimées, tant de fois, non seulement de vive voix, mais encore par des lettres et d’autres documents publics ; on ne met pas en doute ses ordres, sous le prétexte, si facile pour celui qui ne veut pas obéir, que ce n’est pas le Pape qui commande, mais ceux qui l’entourent. On ne limite pas le champ où son autorité peut et doit s’exercer. On ne préfère pas à l’autorité du Pape celle d’autres personnes, si doctes soient-elles, qui ne sont pas du même avis que le Pape : car, si elles ont la science, elles n’ont pas la sainteté, parce que celui qui est saint ne peut être en dissentiment avec le Pape. » (Discours aux prêtres de l’union apostolique, 18 vovembre 1912. – Souligné par JP B.)

On voit, là, à quel point les gens de la FSSPX ont vraiment perdu la notion de ce qu’est un Pape…

Enfin, pour ce qui est de l’Infaillibilité, si celle-ci concerne plus particulièrement l’enseignement du Magistère solennel pontifical (voire ordinaire pontifical qui n’est pas expressément défini) et du Magistère universel (tant solennel qu’ordinaire comme défini dans la Constitution dogmatique apostolique Dei Filius, chapitre III, De Fide, § 4, Magistère universel mis à mal par la FSSPX…) il existe aussi ce que les théologiens appellent « l’infaillibilité pratique », que tous reconnaissent, qui concerne la discipline dans l’Église, laquelle discipline, quand elle émane d’un véritable Pape (guidé par Dieu toujours avec lui en vertu de la Promesse en St Mat., XXVIII, 20, rappelée plus haut), ne peut JAMAIS être mauvaise.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La FSSPX, une secte ?...   Aujourd'hui à 20:58

Revenir en haut Aller en bas
 
La FSSPX, une secte ?...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La FSSPX
» La FSSPX à l'avant-garde éducative?
» Appel à la mutinerie chez la FSSPX!
» Discussions entre la FSSPX et Rome...
» Dernier pas de la FSSPX ( sous toute réserve)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: