Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Saint-Siège actuellement vacant, une simple opinion ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Le Saint-Siège actuellement vacant, une simple opinion ?   Mer 11 Déc - 15:16




L’Opinionisme




Par Mgr Donald J. Sanborn




La question du pape : “Juste une opinion” ?




L
A VACANCE du Siège Apostolique, la non-papauté de François I ainsi que de Benoît XVI, Jean Paul II, Jean Paul I, Paul VI et même Jean XXIII est un problème qui a, plus que tout autre, divisé les traditionnalistes ces cinquante dernières années.

Parmi ceux qui ont choisi la voie de la résistance aux réformes de Vatican II, la majorité professe être sédépleiniste, c’est-à-dire qu’ils tiennent que François I est véritablement le Pontife Romain. Ils suivent ainsi la direction de la Fraternité Saint Pie X. D’autres, une minorité, mais non insignifiante, sont sédévacantistes, c’est-à-dire qu’ils disent que François I n’est pas véritablement Pontife Romain, pas plus que ses prédécesseurs de Vatican II.

Cette différence de position théologique est cause d’une angoisse universelle chez ceux qui résistent à Vatican II. Chaque côté proclame que c’est son point de vue qui est le bon, et qu’il est véritablement nécessaire pour rester catholique. Chaque côté accuse l’autre d’être schismatique.

A l’automne 1979, Mgr Lefebvre publia un communiqué dans lequel il déclarait qu’il ne tolèrerait pas dans la Fraternité Saint Pie X ceux qui refuseraient de nommer Jean Paul II au canon de la Messe. En Europe, il renvoya un certain nombre de prêtres qui refusaient d’observer la règle. Au printemps 1980, il vint en Amérique avec le même programme : renvoyer ceux qui ne nommaient pas Jean Paul II au canon.

Cependant, au cours des négociations avec les prêtres étatsuniens, Mgr Lefebvre parvint à un compromis particulier. Il ne renverrait pas les prêtres de la Fraternité Saint Pie X, si ceux-ci étaient d’accord pour garder secret leur sédévacantisme. Ils pourraient ne pas nommer Jean Paul II au canon aussi longtemps qu’ils ne rendraient pas cela public. L’Opinionisme était né. L’archevêque lui-même formulerait le principe fondamental de l’opinionisme : « Je ne dis pas que le pape n’est pas pape, mais je ne dis pas qu’on ne peut pas dire que le pape n’est pas le pape ».

Le but de cet article est d’examiner l’opinionisme, et de juger s’il est légitime de le professer. L’identité du Pontife Romain peut-elle être matière à opinion ?



I. Qu’est-ce qu’une opinion ?


Une opinion est une idée ou doctrine que vous tenez comme probablement vraie. Dans le même temps, vous êtes fondé à craindre que l’opposé puisse être vrai. L’esprit est nettement porté vers une idée et à rejeter son contraire, mais pas complètement. Il n’accepte pas totalement l’une comme vraie ni ne rejette totalement son contraire comme faux. Cela se produit souvent dans les diagnostics médicaux.

Même des médecins expérimentés estiment souvent que le diagnostic qu’ils ont fait n’est qu’une opinion. Ils sont incapables d’obtenir une certitude absolue faute de preuves suffisantes pour parvenir à cette certitude. Donc, ils pensent ou opinent que leur patient doit avoir une certaine maladie, mais ne seraient pas surpris s’ils trouvaient quelque chose de différent le temps passant.



II. Qu’est-ce qu’une opinion théologique ?


Une opinion théologique est une doctrine que l’on retient concernant un problème théologique, tout en pensant que son contraire pourrait être vrai. Ce n’est pas quelque chose de défini par l’Eglise. Cela concerne un sujet qui est “libre”, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’obligation de la part de l’Eglise de retenir une opinion ou son contraire.

Beaucoup cependant font la confusion entre une opinion théologique et une conclusion théologique.

Une conclusion théologique, en latin sententia theologica, est une doctrine ferme et certaine qui découle de principes issus de la Révélation et de la raison droite.

Le problème est que sententia en latin est généralement traduit [en anglais] par opinion. Mais il y a énormément de conclusions théologiques qui sont absolument certaines qui, en latin seraient appelées sententia*, et qui ne sont en aucune façon des opinions au sens [anglais] du terme. Par exemple, il est une conclusion certaine que Dieu donne à tout homme les grâces suffisantes pour sauver son âme. Ce fait n’est pas une révélation directe, ni une déclaration de l’Eglise, mais est tenu par tous les théologiens comme absolument certain. Cela ne peut pas être qualifié d’“opinion théologique”.
*
 : En français, nous préfèrerions le terme de “sentence”. (Note de JP B.)

La théologie morale, par contre, est farcie d’opinions théologiques au sens plein du terme. Les principes moraux sont certains par eux-mêmes, et même de fide en bien des cas, mais souvent difficiles à appliquer. Par conséquent, se créent différentes écoles de pensée à propos de problèmes divers. Normalement ils sont qualifiés d’opinions probables, c’est-à-dire des positions qui sont probablement vraies, mais non absolument et certainement vraies.

Parfois la théologie morale ne nous permet pas d’aller au-delà du probable. Les actes humains sont si compliqués de par leurs circonstances que, bien souvent, on ne peut pas parvenir à la certitude complète ; on parvient à une opinion théologique, avec le sentiment que l’inverse pourrait être vrai. C’est la raison pour laquelle l’opinion peut différer d’un prêtre à l’autre sur l’application d’un principe moral particulier. On ne discute pas le principe, mais on peut discuter de son application.

Il est faux cependant de dire que, parce qu’une doctrine n’est pas définie ou enseignée par l’Eglise, elle doit donc être classée dans la catégorie des opinions théologiques.
**

La théologie est une science, et comme pour les autres sciences, elle tire des conclusions issues de ses principes les plus élevés. La théologie prend ses principes les plus élevés de la Révélation elle-même, des vérités que Dieu nous a enseignées telles que contenues dans la Sainte Ecriture et la Tradition, et qui nous sont proposées à croire par l’Eglise Catholique. De ces vérités que nous tenons de Foi, les théologiens tirent des conclusions qui, bien que non révélées par Dieu, découlent certainement et raisonnablement des vérités révélées par Dieu.

Certaines conclusions théologiques sont si certaines et font tant autorité que, si vous les niez, vous êtes obligé de nier la Foi elle-même. Ceci bien que l’Eglise ne les ait jamais définies, ni même enseignées par son magistère ordinaire. Ce sont des conclusions théologiques, mais elles sont liées intimement à la Révélation.

Mais beaucoup appliquent le sophisme de l’“opinion théologique” au problème de la papauté de Bergoglio. Ils disent : « Puisque l’Eglise n’a pas déclaré qu’il n’était pas pape, les opinions théologiques selon lesquelles il est pape ou n’est pas pape sont légitimes, selon votre préférence. Aucune position n’attaque la Foi ».

Cette affirmation est pleine d’erreurs.

La première erreur est que cela met l’identité du Pontife Romain, c’est-à-dire Bergoglio est le Vicaire du Christ ou non, dans le domaine de l’“opinion théologique”. La deuxième erreur est que cela relègue la question de l’identité du Pontife Romain à une simple opinion théologique, comme s’il y avait une discussion entre théologiens sur le sexe des anges. La troisième erreur est que cela confond conclusion théologique et opinion théologique. La quatrième erreur est que quelqu’un est libre de tenir Bergoglio pour pape ou non pour l’unique raison que l’Eglise n’a rien dit à ce sujet. La cinquième erreur est qu’aucune position n’est contraire à la Foi.

Je vais examiner chacune de ces erreurs en détail.



III. Cinq erreurs de l’opinionisme


ERREUR 1 : L’opinionisme met l’identité du Pontife Romain, c’est-à-dire, Bergoglio est le Vicaire du Christ ou non, dans le domaine de l’“opinion théologique”.



Le même terme opinion indique qu’on n’est pas certain que le pape soit pape ou ne le soit pas. Pourtant il est impossible de prétendre qu’il n’y a pas de certitude à ce sujet.

Ceux qui soutiennent qu’il est le pape, soulignent certains signes définitifs : (1) une élection valide universellement acceptée ; (2) l’acceptation de l’élection par Bergoglio ; (3) Bergoglio agissant en tant que pape ; (4) l’acceptation universelle de Bergoglio comme pape légitime.

Aucune de ces choses n’est incertaine. Si l’on utilise ces arguments comme preuve de sa papauté, où y a-t-il place pour le doute ?

Ceux qui argumentent contre sa papauté utilisent des arguments qui sont en eux-mêmes certains et incontestables : (1) qu’il a promulgué pour l’Eglise universelle des doctrines fausses, un enseignement moral faux, et des disciplines mauvaises ; (2) qu’il a dit des choses hérétiques et agi comme un hérétique, un apostat même, dans une multitude d’occasions ; (3) qu’il a nommé des hérétiques et/ou des apostats à la Curie Romaine et à des sièges épiscopaux, les a maintenus en fonction, et est en communion avec eux.

Aucun de ces faits ne peut être discuté ou laisser place au doute. Ils sont suffisants, particulièrement le n° 1, pour l’empêcher d’être pape.

Donc, si vous maintenez qu’il EST le pape, pour les raisons avancées, comment pourriez-vous maintenir qu’il est légitime de dire qu’il n’est pas le pape ? Si vous maintenez qu’il N’EST PAS le pape, pour les raisons avancées, comment pourriez-vous dire qu’il est légitime de dire qu’il est le pape ? Où se situe le doute ? Où y a-t-il, dans ces arguments, quelque sentiment que le côté opposé pourrait être vrai ?

Le fondement théologique et la justification morale du mouvement traditionnel est que Vatican II et ses réformes sont fausses et mauvaises. Elles sont une falsification substantielle du Catholicisme. Pourquoi établissons-nous un apostolat opposé à celui de Bergoglio et de l’évêque local du Novus Ordo, sinon parce que les doctrines, rites et disciplines de Vatican II et ses réformes sont contraires à la foi et la morale ? Si elles ne sont pas contraires à la foi et la morale, pourquoi alors avons-nous un mouvement traditionnel ? Pourquoi le faisons-nous ? Quelle justification avons-nous à le faire aux yeux de Dieu ?

Si toutefois il est certain que Vatican II et ses réformes sont contraires à la foi et à la morale, alors il est certain qu’elles ne sont pas promulguées par l’Eglise. Si par contre il est certain qu’elles ont été promulguées par l’Eglise, alors il est certain que ceux qui les promulguent ne représentent pas l’Eglise Catholique. Alors il est certain que Bergoglio n’est pas le pape.

Conclure que Bergoglio est pape entraîne ces conclusions obligées : les doctrines, disciplines et rites qu’il a promulguées universellement sont catholiques et non scandaleuses. Si Bergoglio est pape, alors, en raison de l’indéfectibilité et de l’infaillibilité de l’Eglise, la religion qu’il approuve et promulgue est la Foi catholique. On pourrait la pratiquer en toute bonne conscience ; en fait, on le devrait.

D’un autre côté, conclure que les doctrines, disciplines et rites de Vatican II sont fausses et mauvaises, contraires à la Foi, la religion et la bonne morale entraîne ses conclusions obligées : les personnes qui les ont promulguées n’ont pas l’autorité du Christ. L’infaillibilité et l’indéfectibilité de l’Eglise, qui viennent de l’assistance solennellement promise par le Christ, ne peuvent permettre qu’une telle chose arrive. On doit conclure à la non-papauté de Bergoglio, si l’on conclut cela de Vatican II.**

Donc, il est impossible, sur les plans de la logique et de la théologie, de dire, « j’accepte Bergoglio comme pape, mais je rejette Vatican II et ses réformes ».** De même, il est impossible, sur les plans de la logique et de la théologie, d’aller dans l’autre sens, disant, « je rejette Vatican II et ses réformes, mais j’accepte Bergoglio comme pape ».

En d’autres termes, la papauté de Bergoglio signifie nécessairement que la religion qu’il promulgue est catholique, et le non-catholicisme de Vatican II et de ses réformes signifie nécessairement que Bergoglio ne peut être pape.
**

La Fraternité Saint Pie X [et d’autres] est coupable de la première erreur, en acceptant Bergoglio mais en rejetant sa religion. Ils développent une défiance globale envers lui en établissant un apostolat parallèle par lequel ils essayent de lui soustraire les âmes ainsi qu’à sa hiérarchie.

L’opinionisme est coupable de la seconde erreur. Il rejette Vatican II et ses réformes, mais admet que l’acceptation de Bergoglio est théologiquement soutenable. Cela n’a aucun sens.

Si vous avez assumé une résistance à Vatican II et à ses réformes, vous ne pouvez dire qu’il est légitime de considérer Bergoglio comme pape. Le dire c’est admettre implicitement que vous n’êtes pas certain que Vatican II et ses réformes sont vraiment contraires à la foi et à la morale. Être opinioniste à propos de Bergoglio est être opinioniste (et par conséquent douter) à propos des fondements mêmes de la résistance à Vatican II.

S’il est possible que Bergoglio soit pape, alors il est possible que Vatican II, la nouvelle messe, les nouveaux sacrements, le nouveau droit canon et l’œcuménisme soient catholiques. S’il est possible que Bergoglio soit pape, alors il est possible que nous ayons tout faux à propos de Vatican II.



ERREUR 2 : L’opinionisme ramène la question de l’identité du Pontife Romain à une simple opinion théologique, comme s’il s’agissait d’une discussion entre théologiens à propos du sexe des anges.



C’est comme si la question de l’identité du Pontife Romain n’avait d’effets ni dogmatiques ni moraux.

L’identité du Pontife Romain a d’énormes effets dogmatiques et moraux. En premier lieu, notre foi dépend de son enseignement. Nous sommes tenus de donner notre assentiment à l’enseignement de l’Eglise. Mais l’autorité de son enseignement provient d’une source unique, l’autorité de Saint Pierre. Sans cette autorité, il n’y a pas de doctrine imposée. Aucun magistère ne peut prendre place, qu’il soit solennel ou ordinaire.

En outre, notre salut dépend de notre soumission au Pontife Romain. Nous sommes damnés si nous lui désobéissons en matière grave, ou pire, si nous ne lui sommes pas soumis.

Ainsi comment pouvez-vous être indifférent à propos de l’identité du Pontife Romain au point de dire que ce que vous pensez à son propos n’a pas vraiment d’importance sur le plan pratique ? C’est comme si le Pontife Romain n’était qu’une simple décoration de l’Eglise Catholique, quelque chose dont l’Eglise pourrait même se dispenser, un accessoire purement accidentel, une bagatelle. C’est comme si vous pouviez vivre votre propre version du Catholicisme Romain sans le Pontife Romain.

Les opinionistes sont forts pour dire que la question de la papauté de Bergoglio ne devrait pas nous diviser. Ils pensent que tous les traditionnalistes devraient bien s’entendre, quoiqu’ils pensent à son sujet.

Néanmoins, une telle attitude n’est pas catholique. L’identité même et l’unité de l’Eglise Catholique Romaine sont intimement et essentiellement liées au Pontife Romain, et son identité ne peut être réduite à une simple question d’“opinion”. De même, notre salut ‒ la question du paradis ou de l’enfer ‒ est lié au Pontife Romain, et être opinioniste à propos de son identité équivaut à être indifférent de savoir quelle église est la véritable église.



ERREUR 3 : L’opinionisme confond conclusion théologique et opinion théologique.



Une conclusion*** théologique est, encore une fois, absolument certaine, et parfois est même en lien avec les vérités de la Foi, de telle façon que si vous la niez, vous aurez à nier également la Foi.

Une opinion*** théologique, cependant, est une position qui manque de preuves suffisantes en sa faveur, de sorte qu’on ne serait pas surpris de découvrir que c’est le contraire qui est vrai.

Comme je l’ai dit plus haut, les arguments pour ou contre la papauté de Bergoglio reposent sur des certitudes***. Aucune partie ne nie les faits qu’elle propose en faveur de ses conclusions.

Par conséquent, chaque partie doit logiquement produire, non une “opinion” mais une conclusion théologique certaine***. Ceci est vrai car la conclusion doit être aussi forte que ses principes. S’il n’y a pas de doute quant aux principes, il n’y pas de doute quant aux conclusions, à condition naturellement que le processus logique soit sans faute.

Donc, s’il suffit simplement pour qu’un homme soit un vrai pape qu’il soit dûment élu, qu’il accepte, qu’il agisse en tant que pape, et qu’il soit universellement accepté comme pape par ceux qu’on appelle communément catholiques dans le monde, alors il est certain que Bergoglio est le vrai Pontife Romain. Car toutes ces choses sont vraies et vérifiées.

D’un autre côté, s’il suffit pour qu’un homme soit un faux pape qu’il ait l’intention de promulguer de fausses doctrines et des disciplines mauvaises, en dépit de toute autre apparence ou de tout élément matériel de papauté qu’il puisse avoir, alors il est certain que Bergoglio est un faux pape, car son intention de promulguer et d’adhérer au modernisme est évidente.



ERREUR 4 : Quelqu’un peut être libre de tenir que Bergoglio est ou n’est pas pape pour la seule raison que l’Eglise n’a rien dit à ce propos.



Les raisons de la papauté ou de la non papauté de Bergoglio sont essentiellement théologiques, et non simplement légales. Autrement dit, si Bergoglio n’est pas le pape, ce n’est pas parce que l’Eglise a déclaré qu’il n’est pas pape.

C’est au contraire l’inverse qui est vrai : l’Église le déclarerait non pape parce*** qu’il n’est pas réellement et véritablement*** le pape. La déclaration de l’Eglise dans ce cas ne donnerait qu’une certitude légale à un fait existant. Mais l’Eglise ne peut jamais déclarer quelque chose comme légalement certain, que lorsque c’est réellement et véritablement certain.

L’Eglise, par exemple, déclare qu’un mariage est nul. Ce n’est pas la déclaration qui cause la nullité, c’est la nullité qui cause la déclaration.

La déclaration tire simplement un fait légal d’un fait de nullité existant réellement. La nullité ne peut avoir d’effet légal sans sa déclaration, mais la nullité existe déjà avant la déclaration. Bien avant la déclaration de nullité, l’homme et la femme ne sont pas mari et femme. Ils sont liés aux effets moraux de leur non-mariage dès qu’ils sont conscients de la nullité ; la déclaration légale peut survenir des années après.

Ainsi, nous sommes liés à la conclusion théologique certaine de la non-papauté de Bergoglio basée sur des preuves existantes certaines, et ceci bien avant une future déclaration de sa non-papauté. Un couple, certain de l’invalidité de son mariage, ne peut agir comme mari et femme sous l’excuse, « oh bon, il n’y a pas de déclaration de nullité, donc nous pouvons faire ce que nous voulons ! ». Ainsi, nous qui agissons avec le postulat selon lequel Vatican II et ses réformes sont contraires à la foi et à la morale ne pouvons reconnaître la papauté de Bergoglio sous l’excuse, « oh bon, il n’y a pas de déclaration, donc nous pouvons penser ce que nous voulons ! ».

En outre, j’ajouterai que ceux qui affirment qu’il est le pape ne peuvent maintenir à juste titre que l’Eglise n’a pas fait de déclaration à ce sujet, ou que c’est une question d’opinion théologique, comme s’il y avait quelque doute.

Si les motifs de le reconnaître comme pape sont ceux que j’ai donnés plus haut, c’est-à-dire son élection et l’acceptation générale du peuple, alors comment pourrait-il y avoir un doute ?

D’un autre côté, comment pourriez-vous maintenir qu’il est légitime de dire qu’il n’est pas le pape, comme disent les opinionistes, sauf si vous accordez crédit aux principes du sédévacantisme ? Mais les principes du sédévacantisme affirment avec certitude qu’il n’est pas le pape, et non simplement que c’est probable. Autrement dit, soit vous devez nier les principes du sédévacantisme, soit vous devez admettre que ses conclusions sont vraies.



ERREUR 5 : Aucune position n’est contre la Foi.



Faux. Maintenir qu’un homme est le pape, le Vicaire du Christ sur terre, et dans le même temps conduire un apostolat mondial en lui désobéissant offense la Foi. Dire que les doctrines, disciplines et rites liturgiques qui sont promulguées par le Pontife Romain sont erronés, hérétiques, faux, mauvais et/ou scandaleux offense la Foi.

Mais c’est pourtant la position des traditionalistes sédépleinistes de la Fraternité Saint Pie X. Pire, c’est la position des sédévacantistes opinionistes qui maintiennent que Bergoglio n’est pas pape, mais disent en même temps que la position sédépleiniste n’offense pas la Foi.

De même, reconnaître l’autorité du Christ dans la promulgation de fausses doctrines et de disciplines mauvaises est contre la Foi. Reconnaître l’Eglise Catholique Romaine dans les croyances et observances universelles de Vatican II et de ses réformes est contre la Foi.

D’un autre côté, si Bergoglio est vraiment pape, alors il est contre la Foi de maintenir qu’il n’est pas le pape, et/ou de maintenir que ses doctrines et disciplines sont contraires à la foi et à la morale.

Donc, le sédépleiniste convaincu ne peut, en toute conscience, regarder la position sédévacantiste comme une position théologique soutenable sans offenser la Foi. De même, le sédévacantiste convaincu ne peut, en toute conscience, tenir que la position sédépleiniste est soutenable théologiquement sans offenser la Foi.

Reconnaître, comme les sédépleinistes, dans la défection de Vatican II et ses réformes l’autorité de l’Eglise, est détruire de fond en comble la nature même de l’Eglise, qui est une institution divine qui bénéficie de l’assistance perpétuelle du Christ par le Saint Esprit. Si l’Eglise peut faire une faute comme Vatican II et ses réformes, une faute telle que nous devons y résister fortement pour sauver nos âmes, où est alors l’assistance du Christ ? Les sédévacantistes résolvent ce problème en disant, « ces réformes ne proviennent pas de l’autorité de l’Eglise ». Mais les sédépleinistes n’ont pas de réponse sans avoir recours à une interprétation privée et à un rejet privé de Vatican II et ses réformes. C’est une attitude protestante.

Les sédévacantistes ne peuvent maintenir que la position sédépleiniste est une opinion soutenable théologiquement, comme si elle avait un probable mérite. Si quelqu’un est un véritable sédévacantiste, et est convaincu de cela, il doit considérer que le sédépleiniste est dans une position absolument intenable.



IV. Une objection


OBJECTION : Et si vous avez un doute sur la papauté de Bergoglio ?



Je réponds en disant d’abord que le doute n’existe que dans l’esprit, jamais dans la réalité. En réalité, soit Bergoglio est pape, soit il ne l’est pas.

Pouvons-nous moralement demeurer dans le doute ?

Non. Comme je l’ai déjà expliqué, l’identité du Pontife Romain est essentiellement l’identité de l’Eglise Catholique Romaine, et le fondement de son unité. Etant donné que nous sommes obligés de professer la vraie foi et d’appartenir à la véritable Eglise sans y rester indifférents, nous sommes donc obligés de lever notre doute à propos de l’identité du véritable Pontife Romain. Demeurer dans le doute à son propos signifie demeurer dans le doute à propos de l’identité véritable de l’Eglise. Plus encore, nous sommes obligés de lui obéir sous peine de péché. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous complaire dans le doute sur son identité.***

La théologie morale nous enjoint de lever notre doute par une recherche diligente. Dans la plupart des cas, une telle recherche guérira le doute à propos de Bergoglio en faveur du sédévacantisme. Si quelqu’un doute à son propos, c’est parce qu’il a déjà été amené, par les horreurs de Vatican II, à mettre en question l’orthodoxie de ceux qui l’ont promu. Une recherche rigoureuse révèle facilement que nos soupçons sont plus que justifiés, et l’on passe rapidement du doute à la certitude.***

Si, pour quelque raison légitime, nous sommes empêchés de mener une recherche de preuves contre Bergoglio, alors nous devons lever le doute par les principes réflexes, c’est-à-dire certains principes généraux de morale et de droit qui nous apportent la certitude lorsque nous ne pouvons lever le doute par nous-mêmes. La théologie morale lèverait le doute en faveur de la papauté de Bergoglio, compte tenu du fait qu’il jouit, au moins apparemment, d’une élection valide et de l’acceptation générale de ce qui est considéré communément comme l’Eglise Catholique.***

Donc, le sédévacantiste ne peut l’être que s’il est certain que Bergoglio n’est pas pape, ou bien le doute irrésolu le mettrait dans le camp des sédépleinistes.***

Par conséquent, le sédévacantiste ne peut considérer la position sédépleiniste comme une opinion théologique soutenable, comme si toute la question était douteuse.***



V. L’hypocrisie de la FSPX


D’après ce que j’ai pu entendre par nombre de contacts fiables qu’ils soient dans ou hors de la Fraternité Saint Pie X, elle permet à ses prêtres qui ne sont pas disposés à nommer Bergoglio au canon, d’être sédévacantistes cachés mais sédépleinistes publiquement. Ainsi, à l’autel ils sautent le nom moderniste dans le silence du canon.

Dans le même temps, la FSPX montre par des signes extérieurs une adhésion publique à sa papauté. Dans ses écrits elle considère les sédévacantistes comme des schismatiques, tout en permettant aux prêtres sédévacantistes de circuler dans ses rangs et de fonctionner comme prêtres bien considérés.

Cette solution a permis à la Fraternité d’éviter le boulet d’une autre scission majeure dans ses rangs. Elle n’admet pas publiquement qu’il y a des prêtres sédévacantistes dans ses rangs. Sa position publique est que le sédévacantisme est schismatique. A mon avis, cette attitude est malhonnête.

Mais que votre parole soit : Oui, oui ; non, non. Ce qui est en plus de cela vient du Malin
(Mt. 5, 37).



VI. Résumé et conclusion


A mon avis, l’opinionisme trouve ses racines dans l’indifférentisme vis-à-vis du Pontife Romain.

Les opinionistes veulent vivre dans un monde de messe traditionnelle et de sacrements sans aucune référence au Pontife Romain. Pour eux, dans l’ordre pratique, que Bergoglio soit pape ou non n’a pas d’importance. Ils assistent à la messe de n’importe quel prêtre du moment qu’il dit la messe traditionnelle, sans prêter attention à son rapport au Pontife Romain.

Une telle attitude est extrêmement dangereuse. Elle revient à retrancher le Pontife Romain du Catholicisme, et réduit notre adhésion à la Foi traditionnelle constituant un libre examen protestant.***

Il y a eu des moments dans l’histoire de l’Eglise où, pour être catholique, il fallait être sédévacantiste. Je fais référence à l’interrègne chaque fois qu’un pape meurt, ce qui a pu durer jusqu’à trois ans. Si un catholique venait à reconnaître un pape durant la vacance du Siège Romain, il aurait été schismatique. De même, un catholique serait schismatique s’il ne reconnaissait pas un pape véritablement régnant.

Ainsi, dans cette situation, soit les sédépleinistes soit les sédévacantistes sont schismatiques. L’un exclut l’autre.

Mais ces deux systèmes opposés ne peuvent pas tous les deux être considérés comme des “opinions théologiques légitimes”.

** : Souligné par JP B.
*** Souligné dans le texte. (Note de JP B qui précise également que tous les caractères en italique dans le texte sont d’origine.)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le Saint-Siège actuellement vacant, une simple opinion ?   Mar 7 Juin - 11:28


Bien que la thèse de Cassiciacum ne soit, pour l’instant, en l’état actuel des choses, c’est-à-dire en l’absence de l’Autorité dans l’Église, qu’une opinion libre,
rien n’interdit de la considérer d’ores et déjà,
en l’absence de critique sérieusement fondée dans le doctrine catholique
et devant les attaques uniquement subjectives et essentiellement acerbes dont elle fait l’objet,
comme ce qu’elle est réellement, savoir la seule thèse, dans cet état actuel des choses, qui soit intégralement catholique
comme il est démontré ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32580),
et donc de la défendre comme telle !



Les chiens enragés aboient – la caravane de Cassiciacum passe...

http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32499

http://foicatholique.cultureforum.net/t3730p120-la-these-de-cassiciacum-par-mgr-sanborn#32500

http://foicatholique.cultureforum.net/t3721p30-un-clown-maladivement-imposteur#32793

lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le Saint-Siège actuellement vacant, une simple opinion ?   Mar 7 Juin - 21:53

Car il ne suffit d’affirmer gratuitement, sans rien en démontrer, qu’il y a une autre explication de la crise actuelle et qu’en conséquence on peut rejeter sans autre raison valable la seule explication qui respecte intégralement à ce jour, comme, en revanche, cela est parfaitement démontré, toute la doctrine catholique, savoir la thèse de Cassiciacum, non, cela ne suffit pas, loin de là, pour être dans la vérité !
Car alors, on est seulement dans l’appréciation subjective toujours sujette à l’erreur !…
Or, l’erreur a toujours été et sera toujours condamnée…

Il est peut-être possible qu’il existe une autre explication de la crise actuelle, mais alors, il faut le démontrer et non pas rejeter arbitrairement cette seule explication qui respecte intégralement à ce jour, comme cela est précisément parfaitement démontré, toute la doctrine catholique.
Le reste n’est qu’élucubration fantaisiste et sera inexorablement broyé au feu de la réalité et condamné par l’Église toujours Unique, Sainte, Catholique et Apostolique !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4489
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Le Saint-Siège actuellement vacant, une simple opinion ?   Sam 22 Oct - 14:46

Extrait (début) du sermon prononcé par M. l’abbé Cazalas
à la Maison-Saint-Joseph

le dimanche 16 octobre 2016


Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, ainsi soit-il !

Chers fidèles,
[…] nous sommes arrivés [dans la période de] [1] la fin du temps de Pentecôte qui a pour objet [cette période de « la fin du temps de Pentecôte »] [1] de nous représenter les derniers jours du monde et donc il est frappant de constater que, depuis le 18ième dimanche après la Pentecôte, donc il y a quatre semaines, l’Église nous met en garde à chaque Messe dominicale contre ce que le Bon Dieu appelle dans la Sainte Écriture « la diminution de la vérité » c’est-à-dire de la Foi. Cela nous désigne, donc, ce danger tout spécial aux derniers temps du monde de la diminution de la Foi, et nous recommande son remède et son arme opposée qui est, tout d’abord, la prudence de l’intelligence (c’est aussi l’Épître d’aujourd’hui [22ième dimanche après la Pentecôte] [1] et c’est la grande vertu qui doit garder les enfants de Dieu : dimanche dernier l’Église nous indiquait que « le bouclier de la Foi » est l’arme principale par laquelle nous devons nous défendre contre ce danger, et les dimanches précédents l’Église nous enseignait la CIRCONSPECTION de l’intelligence, c’est-à-dire la sagesse, la sainteté fondée sur la vérité et la véritable richesse qui est la science dans les Épîtres de St Paul.

[1]
Précision entre crochets de JP B, comme tous les entre crochets qui suivront.


Et chers fidèles, cette leçon est si importante pour notre salut que l’Église nous la rabâche en quelque sorte encore aujourd’hui de peur que nous n’en comprenions pas assez l’importance : « Il n’y a, dit St Paul dans l’Épître aux Philippiens d’aujourd’hui [I, 6-11], que l’intelligence et la science qui peuvent accroître la vertu théologale de la Charité dans votre âme », c’est-à-dire qui peut vous rendre purs, continuer l’œuvre de votre sanctification « jusqu’au jour du Christ » [2] qui, vous le savez, est le jour du jugement dernier.

[2]
Versets 9 et10 : Et hoc oro ut caritas vestra magis ac magis abundet in scientia, et in omni sensu: ut probatis potiora, ut sitis sinceri, et sine offensa in diem Christi, … (La partie soulignée est celle citée par M. l’abbé Cazalas. Note de JP B, comme toutes les suivantes.)


Et donc, c’est la Foi, véritablement, qui forme la base de toute vie surnaturelle.
Une Foi qui serait diminuée ne peut porter qu’une Charité qui est restreinte et c’est exactement, vous le savez, le contraire de l’esprit du modernisme que nous recommande [ce « contraire de l’esprit du modernisme »] la Sainte Église.
« La Charité, disent-ils [les modernistes] (et ils ont raison dans la première affirmation) est la reine des vertus » [3], mais cela pousse le modernisme à « ménager même le mensonge » [3], à « reconnaître à l’erreur les mêmes droits qu’à la Vérité » [3], à « croire toujours le moins possible » [3] pour plaire au monde, à « rétrécir sans fin les Vérités révélées par égard devant l’erreur » [3]. Et cette mentalité, du modernisme et aussi du monde, est fausse, très dangereuse et est à l’opposé de la Vérité, parce que « l’objet de la Charité est le Bon Dieu, et Dieu est Vérité : c’est la Vérité substantielle. Et donc le plus grand ennemi du Bon Dieu, c’est le mensonge » [3] [4].

[3]
Cf. Dom Guéranger, L’Année Liturgique (http://www.introibo.fr/22eme-Dimanche-apres-la-Pentecote#somm).

[4]
Que les responsables du blogue “CatholicaPedia”, dont il s’agira plus bas, méditent cette dernière phrase qui est une fort juste parole…


Donc, voyez-vous, mettre sur le même pied d’égalité que le Bon Dieu, son ennemi mortel qu’est le mensonge, c’est vraiment le contraire de la Charité, c’est le contraire de l’Amour de Dieu.
Combien se trompent, donc, ceux pour qui, vous l’avez compris, le souci de la Vérité révélée, de la Foi, ne marche pas ensemble avec celui de la Charité !

[Tous ces derniers §, depuis celui qui a fait ’objet de la note N° 3, sont inspirés par L’Année Liturgique (http://www.introibo.fr/22eme-Dimanche-apres-la-Pentecote#somm) de Dom Guéranger, et que M. l’abbé Cazalas adapte judicieusement, sans citer sa source pour éviter de l’alourdir, à son sermon.]

Nous voyons dans l’histoire de l’Église que pour faire germer la Charité dans le monde, les Apôtres ont tout d’abord semé la Vérité. Et tout rayon nouveau de la Vérité dans les âmes des nouveaux convertis qui venaient à la Foi, profitait aussi à leur charité, à leur Amour de Dieu et, à leur tour, les premiers Chrétiens n’avaient rien tant à cœur que de NE PAS pactiser avec les ténèbres. Pour eux, renier la Vérité était le plus grand des crimes qui pouvait exister, et diminuer ses droits était la souveraine imprudence. Et nous savons que le christianisme, justement, N’A PAS D’AUTRE ARME DE SALUT, n’a pas d’autre politique aussi, que de proclamer la Vérité pour sauver les âmes, et d’affirmer ses droits, qui sont exclusifs, à régner sur le monde.
Et donc voilà qu’après trois siècles de lutte, qui était sereine du côté des Chrétiens mais acharnée du côté de leurs ennemis, l’Évangile a finalement triomphé.

Mais aujourd’hui, chers fidèles, par la connivence, donc, malheureusement ! des catholiques [5] eux-mêmes, voilà que l’erreur reprend ses prétendus “droits” et, nous le voyons sous nos yeux – qu’est-ce qui se passe ? – la Charité d’un grand nombre diminue du même coup, et c’est la nuit du péché qui s’étend de nouveau sur le monde.

[5]
Ou plutôt ceux qui se présentent tels.


Alors, quelle est la conduite à tenir ?

Eh bien ! vous le savez, c’est la même conduite qu’aux premiers jours du christianisme : il faut garder la Parole de Dieu, la Foi, donc comme ceux qui nous ont précédés, sans crainte, même en étant fier parfois de souffrir quelque chose pour Notre-Seigneur Jésus-Christ ; il faut nous rappeler qu’il n’y a qu’une seule chose qui peut donner l’Espérance au monde : c’est la Vérité ; et nous préoccuper, quant à nous, de marcher d’une manière digne de l’Évangile au milieu – un peu comme du temps de Jésus-Christ, comme Jésus-Christ le disait – d’une génération qui est mauvaise et perverse ; un peu comme les astres dans la nuit : ils brillent, mais ils brillent dans les ténèbres.

Et dimanche dernier, chers fidèles, je vous faisais part de ces dernières polémiques (qui sont d’ailleurs assez récurrentes contre le sédévacantisme) afin de vous éclairer, de vous aider, justement, à être fermes dans vos positions doctrinales, et cohérents aussi avec elles dans la pratique, dans la pratique aussi des Sacrements, des Sacrements « non-una-cum ».
Je voudrai rajouter, aujourd’hui, avant de vous parler de l’Évangile, de [ce qui suit] [6] :

[6]
À partir d’ici, le sermon de M. l’abbé Cazalas a été reproduit par le “CatholicaPedia Blog” le 18 octobre au soir, soit deux jours après, aménagé à sa sauce personnelle et SANS AVERTIR D’AUCUNE MANIERE que ce qu’il écrivait était tiré dudit sermon ni préciser les modifications qu’il y apportait. (Voir http://blog.catholicapedia.net/2016/10/18/mgr-sanborn-repond-aux-attaques-de-mgr-williamson/.)
Cela a fait l’objet d’un échange de courriels avec votre serviteur, qui est relaté ici (http://foicatholique.cultureforum.net/t4450p30-le-catholicapedia-blog-organe-dune-secte#33185).
Ce qui suit dans le présent texte, est la transcription exacte (hormis les notes et les entre crochets, tous de votre serviteur) du sermon de M. l’abbé Cazalas, avec, soulignés d’un trait, les mots repris exactement par ce qu’il convient d’appeler, en raison de la malhonnêteté du blogue en question, le “DiabolicaPedia Blog”.
Il faut signaler que ce n’est pas la première fois que cela se produit : déjà, la vie qui avait été présentée de feu M. l’abbé Gustave DELMASURE (http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjEj_TLkerPAhXIfxoKHdR8ANoQFggcMAA&url=http%3A%2F%2Fblog.catholicapedia.net%2F2016%2F09%2F11%2Fin-memoriam-m-labbe-gustave-delmasure-r-i-p%2F&usg=AFQjCNGaxMhYIvwIX6GOp37dZvvofEjsnw&bvm=bv.136499718,d.d24) l’Istituto Mater Boni Consilii, avait été rédigée par M. l’abbé Cazalas et cela n’avait absolument pas été signalé !…
(Fin de la note n° 6.)


Dans la semaine Monseigneur Sanborn a répondu, justement, dans une vidéo [https://www.youtube.com/watch?v=hz6wg7QQk_8], donc publique, d’une petite demi-heure, aux attaques qui lui avait été faites par Mgr Williamson. Ces attaques étaient faites contre ses écrits ; c’était explicite.
Et j’ai été frappé, justement – c’est une application concrète de l’Enseignement d’aujourd’hui – de la clarté, de la limpidité de la doctrine avancée par Mgr Sanborn qui n’est autre que la doctrine de l’Église devant la confusion des idées adverses.
Et donc, il est je pense fructueux de vous en retracer les très grandes lignes :

La première accusation qui lui est faite
[par Mgr Willamson] c’est d’avoir une pensée trop « en Noir & en Blanc » !

[Mgr Sanborn] rappelle que la dernière fois où on lui a fait cette accusation, c’était dans les années 60, au séminaire moderniste.
Il rappelle que quand on a une certitude, notre pensée est vraiment en “Noir & Blanc”, il n’y a pas de Gris !... il n’y a du Gris que dans la perplexité.

Ensuite, il en vient au sujet :


Il dit que les questions d’infaillibilité et d’indéfectibilité de l’Église sont des questions très claires qui ont été définies par la sainte Église et il démontre que ces fausses théories – qui ont été concoctés au début, parfois, malheureusement ! de la résistance – sur l’infaillibilité et l’indéfectibilité sont fausses [7].

[7]
Cf. abbé B Lucien, LE MAGISTÈRE ORDINAIRE UNIVERSEL : L’ENSEIGNEMENT DE L’ABBÉ WILLIAMSONCahiers de Cassiciacum – Supplément au N° 5, octobre 1980, pp. 13-19. Cet “enseignement”, ERRONÉ et donc HÉRÉTIQUE, de l’abbé Williamson, non encore évêque à l’époque, n’a pas changé et est donc toujours ERRONÉ et donc HÉRÉTIQUE.


Tout d’abord
[Mgr Sanborn] rappelle que l’infaillibilité du Magistère Ordinaire Universel de l’Église, qui est UNE VÉRITÉ DE FOI, ne se réalise pas – n’existe pas – seulement quand le Pape et les Évêques répètent ce qu’a dit le Magistère précédent des Papes, mais existe à chaque fois que le Pape et les Évêques, de façon moralement [8] unanime, enseignent les fidèles en matière de Foi et de Morale [9].

[8]
C’est-à-dire même s’ils sont dispersés par toute la terre, et même si ce n’est pas avec exactement les mêmes mots. Ce qui compte, c’est l’unité de doctrine.

[9]
Car le Magistère Ordinaire Universel est un Magistère VIVANT qui ne saurait être restreint seulement à ce qui a toujours été cru et enseigné précédemment mais englobe aussi les nouvelles définitions éventuelles (quand elles ne s’opposent pas à ce qui est déjà défini infailliblement) qui viennent expliciter, approfondir, la doctrine implicitement contenue dans la Révélation. C’est pourquoi le « Canon de St Vincent de Lérins » qui exprime l’infaillibilité du Magistère Ordinaire Universel de l’Église n’en définit nullement la cause mais en exprime seulement la conséquence : ce qui a « toujours et partout » été cru et enseigné relève bien évidemment du Magistère Ordinaire Universel, mais comme l’effet relève de la cause ! Il ne faut pas confondre les deux et intervertir les rôles…


Et puis, quant à l’indéfectibilité de l’Église, il rappelle, contrairement à ce que lui disaient ses adversaires, que cela NE SIGNIFIE PAS « SURVIE de l’Église » ! [10]

[10]
L’indéfectibilité de l’Église ne se limite pas à sa survie qui n’en est seulement qu’un aspect.


L’indéfectibilité de l’Église signifie que l’Église NE PEUT JAMAIS PROPOSER QUELQUE CHOSE DE MAUVAIS A L’ENSEMBLE DU TROUPEAU, c’est-à-dire des Fidèles. Nous le savons : l’Église est infaillible ; elle est préservée, donc, de l’erreur.
Et donc, [Mgr Sanborn] en conclu que nous savons par la FOI – et nous le prouvons par nos actes, tous les jours, par notre pratique de la Foi – que Vatican II
 [11] est une fausse foi et une fausse religion ; et donc nous devons en conclure que les “prélats” [moderno-conciliaires] qui “enseignent” malheureusement aux âmes cette fausse religion sont des “prélats” hypocrites qui se sont hissés à des places de pouvoir dans l’Église Catholique.

[11]
Le “CatholicaPedia Blog” écrit là : « Vatican d’Eux ». Cela veut dire tout ce que chacun désire y voir et est donc une notion imprécise – que ne partage absolument pas M. l’abbé Cazalas, remarquons-le alors qu’il s’agit ici de son sermon – inventée par un hérético-schismatique (au moins matériel – G Laurençon) qui prétend qu’à l’occasion du conciliabule vaticandeux, tous les véritables Prélats de l’Église Catholique ont donné formellement naissance à « la secte Conciliaire » et, qu’en conséquence, la Hiérarchie sacrée a totalement disparu ! (Notons que ce triste individu s’en prend à tous les véritables Papes, même à St Pierre, de Pie VI à Pie XII, en passant même par St Pie X ! Voir http://foicatholique.cultureforum.net/t3923-le-juge-des-papes-formaliter-menteur-faussaire-imposteur.)
Le langage théologique, qui doit être là exclusivement mis en œuvre, ne supporte pas de telles expressions qui laissent la porte ouverte à des interprétations et des notions étrangères à la doctrine intégralement catholique !…


[Mgr Sanborn] fait
cette comparaison qui est très forte mais qui, malheureusement ! est une parabole très parlante : il dit
Citation :
ce sont comme des rats qui montent de la soute d’un navire sur le pont, et même, et tant qu’ils n’ont pas encore été déclarés officiellement comme extérieurs au navire – ils n’ont pas été rejetés en dehors du navire – ils n’en restent pas moins malheureusement des rats et non pas des officiers de marine !

« Et ainsi, dit-il, si on ne veut pas déclarer que les “papes” de Vatican II [11] NE SONT PAS de VRAIS Papes, eh bien ! la logique fini par triompher » malheureusement ! et c’est ce que l’on voit dans beaucoup de groupes de traditionalistes et on arrive à se retourner vers eux [ces faux papes] et se faire dévorer, malheureusement! par les loups...
Et c’est aussi, malheureusement, une conséquence de la position de Monseigneur Lefebvre, qui n’a pas été correcte dès le début, sur l’identité de ces “prélats” hypocrites qui nous ont imposé cette fausse religion, cette fausse foi de Vatican II
 [11]

[À partir de cet endroit, le “CatholicaPedia Blog” reproduit, à sa sauce, tout le début du sermon de M. l’abbé Cazalas que l’on trouve depuis cette phrase « l’Église nous met en garde à chaque Messe dominicale contre ce que le Bon Dieu appelle dans la Sainte Écriture “la diminution de la vérité” c’est-à-dire de la Foi », toujours sans préciser que tout cela vient de M. l’abbé Cazalas, mais en incorporant, à l’endroit qui fait l’objet de l’entre crochet entre les notes n° 3 et n° 5 ci-dessus, la citation exacte de Dom Guéranger à laquelle on ne peut certes pas dire que M. l’abbé Cazalas ait été infidèle. Notons qu’au début de la phrase qui fait l’objet de la note n° 5, le “CatholicaPedia Blog” remplace la locution « Mais aujourd’hui, chers fidèles » par « Alors pour nous CSI » et y ajoute « comme des fils de lumière », expression qui ne se trouve pas dans le sermon, comme si étaient « fils de lumière » les seuls partisans de ce “DiabolicaPedia Blog” sans aucun autre Catholique intégriste ! Voilà bien une preuve de sectarisme !… (Le “CatholicaPedia Blog” ajoute, à la fin de son article, deux citations, l’une de St Jean Chrysostome, l’autre de St Augustin.) Mais continuons cet excellent sermon.]

Alors je reviens, chers fidèles, à la Messe, et voilà que St Paul, justement, nous dit que notre Charité, notre Amour, doit être INTELLIGENT, c’est-à-dire que nous devons être capables, par la Foi que nous avons, de distinguer le vrai du faux, le bien du mal, « pour pratiquer, dit St Paul, tous les jours ce qui est juste et droit jusqu’au jour (du jour) du Christ », justement, qui est le jour du jugement dernier, évidemment tout en étant plein de tact pour ramener les âmes de nos prochains à la Foi catholique ; et St Paul, vous l’avez entendu, se fait l’écho de l’Évangile d’aujourd’hui : Jésus dit dans l’Évangile d’aujourd’hui « rendez à Dieu ce qui est à Dieu » ; et voilà que ce que Dieu nous a donné (c’est Dieu qui nous a donné notre corps, qui nous a donné notre âme, notre intelligence, notre volonté ; qui les conserve tous les jours) et donc il est juste que nous fassions SERVIR, justement, comme dit Jésus, au service de Dieu, ces facultés qu’Il nous a données. Il est juste (c’est là le plan d’Amour de Dieu en nous créant [car] Il [le] veut) que nous Le servions, librement, afin qu’Il puisse nous récompenser dans l’autre monde quand Il nous donnera Sa Béatitude éternelle.
Et, chers fidèles, justement, je voudrais vous faire réfléchir – vous rappeler donc – ce point qui est implicite dans l’Évangile d’aujourd’hui : Que se passe-t-il si, au contraire, l’homme refuse ce plan d’Amour de Dieu sur nous, refuse d’apprécier les choses selon la Foi, d’agir suivant la Foi, c’est-à-dire suivant les Commandements de Dieu ? Eh bien, c’est le péché !
Et le péché, le péché mortel, quand il n’est pas regretté, quand il n’est pas pardonné, il mérite l’enfer éternel! C’est ce que Jésus nous dit dans l’Évangile, CLAIREMENT : Il nous dit qu’Il dira au pécheur « allez loin de moi, maudit, dans le feu éternel ! » Il dit que, dans cette géhenne du feu, il y a « le ver qui ronge et ne meurt pas », il y a « un feu inextinguible » : c’est la fournaise « du feu qui ne s’éteint jamais » ; là il y a « des cris et des grincements de dents » nous dit Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Et, chers fidèles, il faut parler de cela avec dignité, avec sagesse, mais l’Église dit qu’il faut parler de l’enfer aussi, « sans aucune atténuation » parce que c’est Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui nous l’a révélé.
Et là encore nous voyons la gravité de la faute des modernistes qui ont complètement évacué, supprimé, la prédication de l’enfer, justement. Et St Jean Bosco [… (Suite dans un autre fil.)]

[Ainsi, nous voyons bien, par cette suite du sermon de M. l’abbé Cazalas, que la position de celui-ci, que la position de Mgr Sanborn, que la position de tout l’Istituto Mater Boni Consilii, aussi, comme la nôtre propre, est entièrement conforme à l’enseignement de notre Mère, la Sainte Église Catholique dispensé en ce 22ième dimanche après la Pentecôte, contrairement à celui distillé de manière erronée par Mgr Williamson qui défend, finalement, les moderno-conciliaires.]

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Saint-Siège actuellement vacant, une simple opinion ?   Aujourd'hui à 22:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Saint-Siège actuellement vacant, une simple opinion ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Saint-Siège peut être ébranlé et/ou agité, mais jamais renversé
» Le Pape mourra au milieu de cette affliction et le Saint Siège sera vacant pendant une année..
» L'Égypte souhaite améliorer ses rapports avec le Saint-Siège
» Le saint Siège est vacant depuis douze siècles ! (Aux Intégristes)
» Le Saint-Siège a confirmé que les ordinations sacerdotales au sein de la Fraternité Saint-Pie X étaient illégitimes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: