Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A propos de Bergoglio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: A propos de Bergoglio   Jeu 18 Fév - 20:33

Bénédiction” par un pasteur pentecôtiste

de Jorge-Mario B
ERGOGLIO


  1. https://www.youtube.com/watch?v=Un4M0Z_9FoU


    Voir à la 8ème minute !...


  2. https://servimg.com/image_preview.php?i=22&u=17242420


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Ven 19 Fév - 14:14

Communiqué de l’Istituto Mater Boni Consilii

sur la vidéo de Jorge-Mario B
ERGOGLIO du 6 janvier 2016


http://www.sodalitium.eu/index.php?pid=154


Citation :


Multiples opinions, une certitude. Une vidéo et ses commentaires

Le 6 janvier dernier a été diffusée dans le monde entier, en espagnol et sous-titrée en plusieurs langues, parmi lesquelles le français, une vidéo, dite “Vidéo du Pape”, comme “initiative globale soutenue par le Réseau Mondial de Prière du Pape (Apostolat de la Prière) pour collaborer à la diffusion des intentions mensuelles du Saint Père sur les défis du monde”.



Le protagoniste de la vidéo – désormais connu de tous – est l’occupant du Siège Apostolique, Jorge Mario Bergoglio ; avec lui, quatre représentants de différentes religions : une ‘moine’ bouddhiste, un rabbin, un prêtre catholique, un musulman, chacun représenté à la fin de la vidéo par un symbole propre à sa religion : une idole de Bouddha, une menorah, un Enfant-Jésus et un “chapelet” musulman. Au delà des différentes religions et croyances, les unit une même profession de foi : “Je crois en l’amour”.

On ne compte pas les commentaires de ces images qui répandent, de la manière la plus efficace pour l’homme moderne, l’indifférentisme religieux. Le message parle de lui-même, et pour qui ne le connaîtrait pas encore, nous l’incluons au présent communiqué. Ce qui nous intéresse davantage ce sont les commentaires, et les critiques, des mots et des images diffusés par J. M. Bergoglio.

Tout d’abord, nous considérons comme gravement offensants à l’égard de Notre-Seigneur Jésus-Christ, de Son Église, et de la Chaire de Pierre, les commentaires critiques de ceux qui, de manière contradictoire, reconnaissent (y compris dans les messes qu’ils célèbrent ou auxquelles ils assistent), dans l’auteur et le promoteur de la vidéo en question, “Sa Sainteté le Pape François”, Vicaire du Christ et Successeur de Pierre, comme si le Christ, l’Église et la Chaire de Pierre, en la personne du Vicaire du Christ, pouvaient répandre et enseigner au monde entier non la Vérité, mais l’erreur, non l’Évangile et la Foi catholique, mais l’incroyance et l’indifférentisme.

En second lieu, nous faisons remarquer quelles sont, à notre avis, les erreurs les plus graves contenues dans les paroles de J. M. Bergoglio : le naturalisme et l’agnosticisme. Beaucoup ont été scandalisés par l’image finale et récapitulative de la vidéo, qui présente les symboles des différentes religions comme équivalents. D’autres, toujours avec raison, par le nouveau “credo” (“Je crois en l’amour”) de cette – pour ainsi dire – nouvelle religion, dans laquelle l’amour est libéré de la Vérité et de la Foi, sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu. Il semble que peu de personnes ont prêté attention aux paroles suivantes de J. M. Bergoglio : “Beaucoup pensent de manières différentes, ressentent de manières différentes, cherchent ou rencontrent Dieu de diverses manières. Dans cette multitude, dans cet éventail de religions, nous avons une seule certitude pour tous : nous sommes tous enfants de Dieu”.

Dans cette phrase, la foi religieuse n’apparaît plus comme une Révélation divine et surnaturelle, mais comme une recherche qui vient de l’homme, et par conséquent substantiellement naturelle. Ce naturalisme (essence de la franc-maçonnerie, d’après les mots du Père Giantulli, mais bien plus ancien qu’elle) est confirmé par les paroles de conclusion : “nous sommes tous enfants de Dieu”. La filiation de Dieu ne vient donc plus de la Grâce divine accordée à quiconque croit en Jésus-Christ (“mais à tous ceux qui l’ont reçu il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, qui ne sont nés ni du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu” Jn 1, 12-13) mais d’en bas, du seul fait d’appartenir à l’humanité (“tous” enfants de Dieu) ou de chercher Dieu chacun à sa façon. Que tous les hommes soient – par nature et non par Foi divine et révélée – “enfants de Dieu”, telle est la “seule certitude”. L’“éventail de religions”, les “différentes manières de penser” (la Foi divine réduite à la pensée humaine) et de “ressentir” (la Foi religieuse réduite au “sentiment religieux” protestant et moderniste) n’ont aucune certitude (sinon en ce qu’ils auraient de commun, l’“amour” : lequel ? De qui ? De quoi ? Il n’est pas donné de le savoir). Dans cet “éventail de religions” est inclus le christianisme. La Foi chrétienne par conséquent, même n’importe quelle foi, y compris la foi chrétienne, ne serait pas, pour J. M. Bergoglio, quelque chose de certain.

Que la Foi ne soit pas une certitude, qu’elle soit toujours liée au doute, que cette idée de foi soit la base indispensable du dialogue interreligieux qui doit s’étendre même aux agnostiques, n’est pas une idée du seul J. M. Bergoglio, mais est le cœur même du modernisme agnostique comme nous l’expliquons dans l’article “Assise 2011 : Joseph Ratzinger et l’agnosticisme” (Sodalitium n° 65 1, pp. 5-20). Comme l’a écrit Mgr Sanborn dans son article : “Le problème n’est pas François”, le problème est “Vatican II” 2.

Verrua Savoia, 16 janvier 2016,
veille de la visite de J.M. Bergoglio à la grande synagogue de Rome.

Voici le lien vers la vidéo. (https://www.youtube.com/watch?v=EWNkxXhH9eQ)

Liens et précisions de JP B :
  1. http://www.sodalitium.eu/index.php?ind=downloads&op=entry_view&iden=290 (Cliquer sur « Télécharger le Fichier »).

  2. L’article de Mgr Sanborn est présentement à rechercher : à l’heure actuelle nous n’avons pas le lien mais, dès que nous l’aurons, nous le donnerons ici même.

Cf. également https://sedevacantisme.wordpress.com/2016/01/20/multiples-opinions-une-certitude-une-video-et-ses-commentaires/.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Sam 4 Juin - 13:35


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Mer 8 Juin - 21:53

Bien que Maurice Blondet, journaliste, parle du « “pape François » comme si Jorge-Maroi BERGOGLIO était formellement Pape, ce que cet écrivain italien en dit (http://www.maurizioblondet.it/fatelo-smettere-insultare-gesu/ – traduction : http://medias-catholique.info/maurice-blondet-journaliste-ecrivain-italien-sur-le-pape-francois-quil-cesse-dinsulter-jesus/2300), savoir « Fatelo smettere di insultare Gesù! » (« Qu’il cesse d’insulter Jésus »),  est fort à propos !

Il faut partir en guerre contre cet individu nauséabond qui ne saurait être Pape, qui ne saurait être le Pape de la sainte Église Catholique, partir en guerre, non avec des pétitions ridicules qui, bien évidemment et malgré l’utopique espoir de ses initiateurs certainement pleins de bonne volonté mais employant toujours (comme pour les Sacrements épiscopaux…) une fausse solution, ne donneront rien, mais partir en guerre avec la prière, la supplication vers le ciel, et, pour accompagner celles-ci, les jeûnes pour ceux qui le peuvent et, en tout cas, les sacrifices !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Sam 2 Juil - 14:05

Dans l’infect journal « La Croix » (http://www.la-croix.com/Religion/S-excuser-renforce-la-credibilite-de-l-Eglise-2016-06-28-1200772092) nous pouvons, hélas ! lire ceci
Citation :

Interrogé au cours du vol de retour de son voyage en Arménie, dimanche 26 juin, sur la proposition, récente, du cardinal Marx, que l’Église catholique s’excuse pour sa discrimination envers les personnes homosexuelles, le pape François a dit être d’accord. Et a élargi cette demande de pardon, entre autres, aux pauvres, aux femmes et enfants exploités.

Le P. Matthieu Villemot, vicaire de Saint-Honoré d’Eylau (Paris) et enseignant à la faculté Notre-Dame du Collège des Bernardins, revient sur le sens, pour l’Église et les chrétiens, de ces excuses.
Citation :


Ces paroles, qui sont selon moi une indication de travail plus qu’une déclaration précise, sont la reconnaissance que nous n’avons pas, au sein de l’Église, dans nos comportements, toujours respecté l’Évangile, ni les droits de ces personnes. Nous n’avons pas su, entre autres, leur annoncer la miséricorde de Dieu. L’idée ici n’est pas de revenir sur des positions de l’Église sur des sujets, comme le mariage homosexuel – le pape a été très clair à ce sujet, entre autres, dans sa récente exhortation apostolique – mais bien de dire que, si nous n’acceptons pas une situation de vie d’une personne, cette personne peut vivre des choses très belles dans sa vie par ailleurs et qu’elle peut être dans une relation avec le Christ. […]

  1. À propos des excuses que l’Église devrait aux homosexuels et de l’accusation claire de ce qu’elle n’aurait pas su « leur annoncer la miséricorde de Dieu » :
    Avec juste raison, ROBERT. a écrit:

    gabrielle a écrit:

    Citation :
    s’excuse pour sa discrimination envers les personnes homosexuelles, [l'antipape]

    Comment se fait-il qu'il ne cite aucune référence historique de cette soi-disant discrimination? Est-ce qu'il peut trouver un seul texte où la Sainte Église a refusé ou bloquer l’accès au salut à ces gens?

    L'Église catholique a toujours condamné l'homosexualité, jamais l'homosexuel.

    [...]

    En fait, il s’agit moins de présenter des excuses que, plutôt et malgré les propos lénifiants (pour le moment…) sur l’interdiction du “mariage” homosexuel, préparer l’acceptation de celui-ci Twisted Evil !
    On dira sans doute qu’il y a là un procès d’intention ; mais comme on connaît ses saints, on les honore !…

  2. À propos des excuses envers les pauvres, les femmes et enfants exploités :
    L’Église les a tous toujours soutenus et défendus!
    Comment, dès lors, l’Église aurait-elle à s’excuser auprès d’eux et comment pourrait-elle le faire, elle qui les a tous toujours défendus et soutenus ? Suspect

  3. À propos du reproche, à peine voilé, du fait que, en tant que Catholiques, « nous n’acceptons pas une situation de vie d’une personne » homosexuelle :
    Avec fort juste raison, Benjamin a écrit:

    Catéchisme de la doctrine chrétienne publié par ordre de S.S. le Pape Pie X, traduit et édité en Français (Paris, Paul Feron-Vrau, 1913), p. 8 a écrit:
    25 . — LES QUATRE PÉCHÉS QUI CRIENT VENGEANCE DEVANT DIEU.

    1° L'homicide volontaire ; 2° le péché impur contre nature ; 3° l'oppression des pauvres; 4° frustrer les ouvriers de leur salaire.

    Catéchisme de la doctrine chrétienne publié par ordre de S.S. le Pape Pie X, traduit et édité en Français (Paris, Paul Feron-Vrau, 1913), pp. 39-40 a écrit:
    152. Parmi les péchés mortels, quels sont les plus graves et les plus funestes?

    Parmi les péchés mortels, les plus graves et les plus funestes sont les péchés contre le Saint-Esprit et ceux qui crient vengeance devant Dieu. (Formules 24-25.)

    (...)

    154. Les péchés qui crient vengeance devant Dieu, pourquoi sont-ils des plus graves et des plus funestes ?


    Les péchés qui crient vengeance devant Dieu sont des plus graves et des plus funestes parce qu'ils sont directement contraires au bien de l'humanité et très odieux, en sorte qu'ils provoquent, plus que les autres, les châtiments de Dieu.

    Parce que cela n'est pas du tout "tolérant-mariage-pour-tous-gay-pride-c'est-de-l'amour" Sleep


  4. À propos de ce qu’une personne homosexuelle pourrait prétendument « vivre des choses très belles dans sa vie par ailleurs et qu’elle peut être dans une relation avec le Christ » :
    C’est là, non seulement faire passer encore une fois, comme d’habitude, une fois de plus, la vie terrestre avant cette de la grâce divine qui s’est totalement volatilisée, mais surtout injurier Notre-Seigneur en laissant accroire qu’Il pourrait avoir une quelconque “relation” (autre que celle qui inspire le remords et la contrition, évidemment, mais cela est bien sûr totalement absent dans ces propos on ne peut plus scandaleux) avec une telle personne qui ne cesse de l’offenser par ses crimes qui, comme nous venons de le voir, crient vengeance vers le Ciel, et qui, par ses offenses, crucifie de nouveau s’il était possible notre divin Sauveur !
     Shocked

Ces propos scandaleux, qui veulent justifier ces péchés qui crient vengeance devant Dieu, crient eux-mêmes, par leur caractère scandaleux (au sens étymologique du terme) vengeance vers le Ciel ! affraid

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Ven 5 Aoû - 17:17

A l’attention du préposé au diocèse de Luçon et à propos de Bergoglio, un fidèle conciliaire a écrit:

Monseigneur,

La première fois, en mars 2016 — il ramène de Lesbos 3 familles de musulmans, 12 personnes en tout — on se dit qu’il évangélise. On reste quand même un peu surpris lorsqu’on nous prie de croire que c’est une bête affaire de papiers qui a empêché d’embarquer des familles de chrétiens d’Orient.

La deuxième fois — « L’idée de conquête est inhérente à l’âme de l’islam. Mais on pourrait interpréter avec la même idée de conquête la fin de l’Évangile de Matthieu où Jésus envoie ses disciples dans toutes les nations » (La Croix – 17 mai 2016) [ Exclamation  Shocked — Tous les entre crochets sont de JP B] — on se dit que la parole est maladroite.

La troisième fois, au sujet de la peur qu’inspire, aux Polonais, l’immigration massive de musulmans, le Vatican écrit : « ces peurs sont alimentées par certains partis politiques et par des déclarations inappropriées d’hommes politiques. On crée de façon artificielle une peur des musulmans ». Là, on se dit que quelque chose déraille et que les 84 victimes de Nice ne sont pourtant pas mortes « de façon artificielle ».

La quatrième fois, retour de Cracovie — « Je n’aime pas parler de violence islamique, parce qu’en feuilletant les journaux je vois tous les jours des violences, même en Italie : celui-là qui tue sa fiancée, tel autre qui tue sa belle-mère, et un autre… et ce sont des catholiques baptisés, hein ! Ce sont des catholiques violents. Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique. » — là, le doute n’est plus permis : il ne s’agit plus de maladresse, de blocage administratif ou autre cause. Le propos est délibéré et, assimilant le crime de droit commun au meurtre au nom d’Allah [et le crime de droit commun avec une prétendue violence catholique Exclamation  Shocked...], la mauvaise foi évidente. Le « Saint-Père » choque une bonne partie des catholiques avec un discours, ou plutôt une pensée, qui rend identiques christianisme et islam, qui abaisse l’un et excuse l’autre. Encore un effort et, aux fins de rapprochement, le baptême sera remplacé par la chahada. La foi vacille. Quel bénéfice escompte-t-il de ces messages répétés ? L’Église en sortira-t-elle grandie ? Les églises se rempliront-elles ? La conversion des musulmans, interdite par le Coran, est-elle au bout du chemin ? Face à l’affrontement direct, n’y a-t-il pas d’autre voie que le déni de réalité et la fusion du christianisme dans l’islam ?

Je suis désolé, mais je ne me reconnais plus dans les paroles de celui qui [devrait être, mais ne l’est pas] pourtant le chef de l’Église catholique, le successeur de Pierre, le pontife — celui qui fait le pont — entre le Christ et nous.

Très respectueusement.


_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Mar 9 Aoû - 12:05

gabrielle a écrit:

Citation :

Christianophobie en Italie : quatre femmes voilées crachent sur un crucifix

Posted by Francesca de Villasmundo on 8 août 2016 in christianophobie, exportmci, immigration, islam, Pape François, Religion Catholique, Société, terrorisme | 11 Views

Église de Saint Julien à Venise : « quatre femmes voilées sont entrées dans l’église et ont craché sur le crucifix » raconte un des gardiens de l’église au quotidien local, Il Gazzetino.

Ce n’est pas le premier épisode christianophobe dans ce lieu (jadis) saint : durant la messe dominicale d’hier, 7 août 2016, deux jeunes orientaux ont fait le file pour communier pour ensuite cracher l’hostie par terre avant de quitter l’église en hâte.

Avant ces faits, un Franco-maghrébin, expulsé depuis, avait cassé le bras d’un crucifix du XVIIe siècle d’une église voisine, Saint Jérémie.

Il y a aussi, explique le curé don D’Antiga, ceux qui entrent pour prier Allah : « Nous pouvons, le pape nous a donné la permission » disent-ils, sûrs d’eux, au sacristain qui veut les faire sortir !

[...]

(Souligné en gras par Gabrielle, en grands caractères par JP B.)

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin


Nombre de messages : 19488
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Mer 10 Aoû - 1:17


Et après on vient nous dire que l'islam n'est pas satanique, et que l'église conciliaire est l'Eglise catholique...

_________________
Paltalk

Room Tradition Catholique Sede Vacante (partie Europe/ France)
https://sites.google.com/site/catholicismerefuteislam/

http://www.dailymotion.com/sedevacantisme

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."

" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Mer 10 Aoû - 12:33

admin a écrit:

Et après on vient nous dire que l'islam n'est pas satanique, et que l'église conciliaire est l'Eglise catholique...

L'église conciliaire n'est certes pas l'Eglise catholique mais
  1. l'église conciliaire n'a, pour l'instant, pas d'existence légale : elle n'a pas été officiellement, ni par elle-même ni par l'Autorité (qui pour le moment n'existe pas) dans l'Eglise catholique, déclarée séparée de celle-ci ;

  2. personne, en l'absence actuelle de l'Autorité dans l'Eglise catholique, ne peut déclarer que tel ou tel membre de l'église conciliaire n'appartient plus, pas même de corps, à l'Eglise catholique, encore moins proclamer qu'absolument TOUS les membres de l'église conciliaire sont formellement hors de l'Eglise catholique.

Ceux qui, n'ayant aucune Autorité dans l'Eglise catholique, déclarent que tel ou tel membre de l'église conciliaire n'appartient plus, pas même de corps, à l'Eglise catholique, et surtout ceux qui, dans cette même condition, proclament qu'absolument TOUS les membres de l'église conciliaire sont formellement hors de l'Eglise catholique, ont eux-mêmes une position qui n'est pas catholiques car, ce faisant, ils usurpent l'Autorité dans l'Eglise catholique, ce qui est proprement schismatique !
D'autant plus qu'une telle position, surtout dans le second cas, disons TOTALITAIRE, supprime purement et simplement la succession apostolique même matérielle...

Regardez : un des principaux représentant de cette position totalitaire ne cesse de poser cette question « Où est l’Eglise catholique ? » et il reconnaît que « Il est, [...], évident que l’Eglise ne peut exister dans son fondement sans apôtres » mais, ce faisant, il est incapable de répondre positivement à sa propre question comme le démontre le fait qu’effectivement il n’y répond pas !...

Il nous faut
  1. patiemment attendre que l'Autorité revienne dans l'Eglise catholique pour que cette Autorité dise qui appartient encore et qui n'appartient plus à l'Eglise catholique ;

  2. nous méfier des raccourcis équivoques (car insuffisamment précis et manquant des distinctions nécessaires) tel que « l'église conciliaire n'est pas l'Eglise catholique »...

Courage, patience, prières et sacrifices !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Dim 2 Oct - 13:42

http://medias-catholique.info/pantheon-des-religions-dassise-les-chefs-religieux-allument-le-calumet-de-la-paix/3918 affraid

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Jeu 24 Nov - 23:35

« Si Luther revenait sur terre,
il trouverait que Bergoglio est trop progressiste ! »


Extrait de Rivarol n°3259 du 24 novembre 2016 :

Interview de Don Francesco R
ICOSSA, faite le 18 novembre 2016, par Jérôme BOURBON.

RIVAROL : Quelles réflexions vous inspirent le tout récent voyage en Suède de Bergoglio, voyage qui avait officiellement pour but de lancer une année de célébration des cinq cents ans de la Réforme de Martin Luther, les déclarations de François sur Luther et avec les luthériens, sa participation à une réunion dans une cathédrale luthérienne avec une femme, “évêque” et chef de l'Eglise luthérienne de Suède. Voyage au cours duquel Bergoglio n'avait même pas prévu de dire la “messe' (ou plus précisément la synaxe de Paul VI) et c'est la communauté “catholique” locale mécontente qui lui a forcé la main, ce qui est inouï ?

Abbé Francesco RICOSSA :
Tout d’abord, cette visite en Suède est la suite immédiate du pèlerinage de luthériens à Rome. Bergoglio les a reçus au Vatican le 13 octobre, en ayant à ses côtés une statue de Martin Luther, et il s’était auparavant déjà rendu au temple luthérien de Rome. La visite en Suède n’est que le début des initiatives œcuméniques pour l’anniversaire des cinq cents ans de la Réforme, et au fond, même si Bergoglio le fait d’une façon plus ouverte, il a quand même repris la ligne de ses prédécesseurs. En effet déjà Jean-Paul II et Benoît XVI avaient fait de grands éloges de Martin Luther. Ce n’est que la confirmation de ce que l’on disait dans les années 1970 : « a nouvelle messe est la messe de Luther ». On criait au scandale lorsque les traditionalistes disaient cela, mais au fond c’est une évidence.
D’ailleurs la miséricorde telle que Bergoglio l’entend est tout à fait luthérienne. Il parle d’un homme qui ne peut que pécher, qui doit presque se complaire dans le péché, et qui est sauvé par la miséricorde du Christ, même s’il ne se détache pas du péché. Il en parle sans cesse et singulièrement tout au long de l’année dite de la miséricorde qui s’est achevée dimanche dernier. Le péché est dans l’homme ; il ne peut pas s’éliminer, et il est couvert par le manteau de la Passion du Christ. Dans son discours aux missionnaires de la miséricorde, Bergoglio disait que même si un pénitent n’avouait pas son péché, ou ne voulait pas en sortir, la miséricorde du Seigneur lui pardonne. C’est une idée luthérienne. Dans le document « Du conflit à la communion », qui date de juin 2013, il est écrit (n. 154) que même théologiquement il y a un accord avec les protestants non seulement sur la justification mais aussi sur la présence réelle, la transsubstantiation étant considérée comme non essentielle. En tout cas, je pense même que si Luther revenait sur terre, il trouverait que Bergoglio va trop loin dans le progressisme !


R. : Justement ce que vous dites va dans le sens de cette visite ahurissante faite par Bergoglio le 11 novembre à des prêtres défroqués et leur famille, dont quatre anciens “curés” du diocèse de Rome. A aucun moment il ne leur a rappelé les obligations qui étaient les leurs dès lors qu'ils avaient embrassé le sacerdoce. Voici ce qui dit le Vatican dans un communiqué officiel : « Le Saint-Père a voulu offrir un signe de proximité et d’affection à ces jeunes qui ont fait un choix pas toujours accepté par leurs frères prêtres et leur famille », « Après plusieurs années consacrées au ministère sacerdotal en paroisse, il est apparu que la solitude, l’incompréhension, la fatigue causée par les lourdes responsabilités pastorales les ont fait douter de leur choix initial de la prêtrise », continue la Salle de presse du “Saint-Siège”. « Des mois et des années d’incertitude et de doute les ont souvent conduits à croire qu’ils avaient fait, avec le sacerdoce, le mauvais choix. (sic !) D’où leur décision de quitter la prêtrise et de fonder une famille. »
Les dépêches d’agence précisent que quatre des jeunes pères de famille rencontrés par Bergoglio étaient d’anciens “curés” du diocèse de Rome, les autres venant de Madrid (Espagne), d’Amérique latine et de Sicile. Selon le Vatican, l’arrivée de Bergoglio dans l’appartement « a été marquée par un grand enthousiasme », les enfants se rassemblant autour de François pour l’embrasser tandis que les parents « ne retenaient pas leur émotion ». « La visite du Saint-Père a été très appréciée par toutes les personnes présentes qui n’ont pas ressenti le jugement du pape sur leur choix, mais sa proximité et l’affection de sa présence », précise le Vatican selon qui François a écouté les anciens prêtres et s’est tenu au courant des procédures canoniques en cours. « Sa parole paternelle a rassuré tout le monde sur son amitié et la certitude de son intérêt personnel », conclut le Vatican selon qui François a une nouvelle fois « voulu donner un signe de la miséricorde à ceux qui vivent une situation de détresse spirituelle et matérielle, et que personne ne doit se sentir éloigné de l’amour et de la solidarité des pasteurs ». Que penser d'un tel comportement ?

Abbé F.R. :
C’est le point d’arrivée, pour le moment, de quelque chose qui est bien vieux. Paul VI, après Vatican II, a changé la discipline de l’Eglise qui était de ne jamais concéder de dispense pour qu’un prêtre puisse contracter mariage, même à l’article de la mort alors que tous les autres empêchements pouvaient être dispensés. A la suite de ce changement, il y a eu un grand nombre de défections sacerdotales, tristes et scandaleuses.
Bergoglio, par les gestes plus que par la doctrine, manifeste ce qu’il désire. Il a reçu des couples qui vivent ensemble sans être mariés, en tant que tels, il a reçu des “couples” d’homosexuels, de transsexuels comme on dit aujourd’hui, il a téléphoné à la “femme” d’un ancien “évêque” défroqué… Tous ces gestes vont dans le même sens. On pourrait penser à une œuvre de miséricorde vis-à-vis de pécheurs qui ont besoin de sortir de leur péché, ce qui serait évangélique, mais malheureusement dans le contexte de laxisme général, et sans que, à aucun moment, Bergoglio ne demande au pécheur de sortir de son péché, cette attitude est scandaleuse, il y a dans ces gestes comme un encouragement au péché.


R. : Vous évoquez la venue à Rome de couples homosexuels. Il a même rencontré des représentants du lobby LGBT, donc il manifeste une complaisance pour l’homosexualité notoire, revendiquée. Serait-ce une étape vers l’“ordination” d’hommes ouvertement homosexuels, comme c’est le cas dans l’église anglicane, ou l’église luthérienne de Suède ?

Abbé F.R. :
Il y a un document, même post-conciliaire, qui interdit d’accepter dans les séminaires ceux qui ont cette tendance. C’est très sage et nécessaire, mais cela ne suffit pas. Car en pratique cette norme est couramment transgressée et l’ancien maître général des dominicains a même pris position publiquement en faveur de l’“ordination” sacerdotale de ces personnes. Quant à la politique de Bergoglio, il a appuyé de toute sa sympathie des dirigeants de partis ouvertement favorables à l’avortement, au divorce, et même à la propagande en faveur de l’homosexualité, tels que Marco Pannella et Emma Bonino. Il les a traités comme ses meilleurs amis, ainsi que le fondateur du journal La Repubblica, Eugenio Scalfari, journaliste de gauche et athée. Si ceux-là sont ses amis, cela ne m’étonnerait pas que les modernistes arrivent au même point que les sectes protestantes.


R. : Bergoglio a également évoqué l'idée de créer des diaconesses. N'est-ce pas là aussi un premier pas vers l'“ordination” de femmes, ce que la doctrine catholique interdit formellement ?

Abbé F. R. :
Il n’y a pas de doute. Quand Jean-Paul II a dit pour une fois avec raison que c’est une question sur laquelle on ne peut plus revenir, le “cardinal” Martini, celui qui a soutenu l’élection de Bergoglio, et qui était alors favorable à l’“ordination” des femmes, avait dit que l’on pouvait tout de même étudier la question du diaconat. Ou comment, quand la porte est fermée, entrer par la fenêtre… Or une étude a été faite sur le sujet, et il en est ressorti que les anciennes “diaconesses” n’étaient pas ordonnées, elles ne recevaient pas le sacrement de l’ordre. Ainsi, même la question du diaconat avait été fermée.
Maintenant le simple fait de dire qu’il faut une autre commission pour étudier cette question, c’est évidemment aller dans le sens de l’ouverture aux femmes du sacrement de l’ordre. Il faut que les gens puissent s’habituer au diaconat féminin. On voit d’ailleurs déjà depuis Vatican II des diacres mariés qui continuent la vie matrimoniale, ce qui n’avait jamais existé auparavant dans l’Eglise catholique latine. Déjà on voit des diacres avec des femmes. Bientôt on verra des femmes diacres. Le but est de dire qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre le sacrement de l’ordre et le sexe féminin. L’étape suivante sera l’ordination sacerdotale, puis épiscopale, pour les femmes.


R. : Mais il me semble que déjà, sous Jean-Paul II, le Vatican avait permis que les petites filles accèdent au service de messe.

Abbé F. R. :
Oui, c’est tout à fait officiel, ce n’est pas un abus liturgique. Bergoglio a mis en œuvre encore une petite nouveauté, en introduisant des femmes et des non-chrétiens dans la cérémonie du lavement des pieds le Jeudi Saint, acte liturgique pendant lequel douze personnes doivent représenter les douze apôtres. C’est d’ailleurs tout à fait conforme à l’idée moderne d’égalité et de non-discrimination.


R. : Et cela favorise l’apostasie universelle. Aux Etats-Unis par exemple, en novembre 2013, l’Illinois a autorisé le “mariage” homosexuel. Les actes et paroles publiques de Bergoglio avaient provoqué un retournement des membres “catholiques” de la Chambre qui s’étaient appuyés sur le fameux « qui suis-je pour juger ? » de François pour renoncer à leur opposition au prétendu mariage des invertis ?

Abbé F. R. :
Il est en effet frappant de constater que tous ceux qui veulent démolir la morale chrétienne s’appuient sur Bergoglio, et que ce dernier ne les désavoue jamais. Au journaliste de gauche Scalfari, il a dit que chacun doit suivre sa conscience, l’idée que chacun se fait du bien et du mal. Or il est évident que l’on doit suivre sa conscience, mais une conscience éclairée, informée, guidée par la doctrine chrétienne. On a crié à la falsification, joué sur le fait que Scalfari avait peut-être mal retranscrit les paroles de François. Ce dernier n’a jamais démenti avoir tenu ces propos. Un livre a même été publié à la suite des entretiens, et le nom de Bergoglio apparaît comme co-auteur. Il n’y a donc aucun doute sur la réalité de ses propos.

[…]

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Sam 26 Nov - 19:08

http://www.la-croix.com/Religion/Le-diaconat-feminin-a-l-etude-a-Rome-2016-11-24-1200805564 Exclamation What a Face...

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé


Nombre de messages : 4510
Age : 70
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Mar 29 Nov - 1:11

Un Prêtre, avec juste raison, a écrit:

L’Antéchrist, en plus lourdaud


Luther publiquement installé au Vatican ; l’épiscopat mexicain désavoué parce qu’il veut combattre les inversions et perversions du mariage ; la miséricorde dévoyée en non-résistance et complaisance à l’égard de tous les maux (sauf de ceux que le monde ennemi de Jésus-Christ condamne, à tort ou à raison) ; l’héritage de Vatican II, de sa nouvelle religion, de sa dissolution de la foi, de sa destruction des sacrements (etc.) : la présence de Jorge Bergoglio, plus connu sous le pseudonyme de pape François, au lieu où devrait siéger un Vicaire de Jésus-Christ, s’apparente singulièrement au règne de l’Antéchrist annoncé par la sainte Écriture — cet Antéchrist qui doit venir fédérer les hommes dans une guerre contre Jésus-Christ, ultime combat que cet « homme de péché » perdra avant le retour de Jésus-Christ sur les nuées du ciel pour juger les vivants et les morts.

Je ne prétends pas que nous avons affaire à la personne même de l’Antéchrist : on imagine celui-ci plus jeune, plus séduisant, plus percutant, moins lourdaud ; et de toute façon nul ne peut affirmer que la fin du monde est à ce point proche. Mais comme précurseur, comme « petite-main » de l’Antéchrist, Jorge Bergoglio est efficace, diablement efficace. Au rythme où il démobilise, où il sème le doute, où il flagorne les ennemis de la foi, il ne restera après son passage plus rien de reconnaissable, plus rien qui ressemble à la foi, à la liturgie et à la morale catholiques — sauf des débris privés de toute force de vérité et d’attraction des âmes droites.

En France, nous savourons aussi un lourdaud nommé François. Sous des dehors plus ou moins ridicules et fats, doté d’un taux de popularité inouï, il a présidé aux lois réformatrices les plus ravageuses de l’ordre naturel et du bien commun temporel. Après son passage, qui ne laissera presque rien debout, qui osera rétablir la loi de Dieu ? Personne.

Tous ceux qui prétendent à sa succession, d’un côté à l’autre de l’échiquier politique, en bons socialistes qu’ils sont tous, ne parlent que de ressusciter l’économie en aggravant le carcan des lois et des règlements pondus par des irresponsables. S’ils cherchent le royaume de l’argent et son injustice, croyez-vous qu’un reste de la loi de Dieu sera donné par surcroît ?

L’Église de Jésus-Christ, parce qu’elle est essentiellement divine, est hors d’atteinte de ces malfaisants. Mais la chrétienté ? mais les âmes ? mais les enfants qu’on tue ? les rescapés qu’on pervertit ?

Comme quoi, il faut se méfier des lourdauds !



_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A propos de Bergoglio   Aujourd'hui à 22:16

Revenir en haut Aller en bas
 
A propos de Bergoglio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» a propos de youtube, daylimotion koreus etc..
» Des propos qui choquent: sida ... justice immanente?!
» question à propos de Mère Thérèsa
» A propos du rêve
» Questions à propos du bouddhisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: