Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 5045
Age : 71
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?   Mer 13 Sep - 16:37

À ce jour,
  • Martial a écrit:

    THÉOLOGIE DOGMATIQUE ou EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE, PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET . 1857

    TOME PREMIER

    Traité de l'église chapitre VIII – page 562

    Le pouvoir de juridiction n'est pas moins essentiel que le pouvoir d'ordre à l'apostolicité du ministère ,et l'apostolicité du ministère n'est pas moins essentielle à l'église que l'apostolicité de la doctrine .
    L'écriture et la tradition nous représentent le ministère apostolique se perpétuant par la succession des évêques , comme une propriété de l'église de Dieu , et comme marque qui la distingue de toutes les sociétés schismatiques
    .


    pages 568


    Mais pour continuer la chaine
     [sic] ,qui remonte jusqu'aux apôtres , il ne suffit pas d'avoir le pouvoir d'ordre , il faut de plus le pouvoir de juridiction , il faut avoir été institué évêque d'un siège selon les règles canoniques
    .

    (http://messe.forumactif.org/t7814p325-presentation-de-jean333#137086 – Les espaces inopportuns devant les ponctuations simples sont d’origine.)

    Martial, où (ou dans quel état) aujourd’hui, se trouve la Sainte Église Catholique ? Où le vrai Pape est-il ?
    Qui a, de nos jours, et comment, « le pouvoir de juridiction » ?


  • Martial a écrit:

    Abbé G.-F. Monnier - Le Grand Don de Dieu à la terre, ou Cours complet de Religion comprenant le dogme, la morale, les sacrements et la liturgie, ouvrage servant de développement à l'Atlas catholique (Lyon, Girard et Josserand, 1861), APPROBATION DE L'ORDINAIRE, + L.-J.-M. Cardinal DE BONALD, Archevêque de Lyon 1861 & APPROBATION DE Mgr L'ÉVÊQUE D'AUTUN 1861. Tome I, pp.439,440 a écrit:


    Donc toute société chrétienne qui n'a pas pour fondateur ou un apôtre ou un évêque successeur légitime des apôtres, ou qui n'est pas gouvernée par un pasteur qui soit lui-même successeur légitime des apôtres et en communion avec le successeur légitime de Pierre, ou qui a changé la doctrine qu'elle avait reçue des apôtres, n'est pas et ne peut pas être la véritable Eglise de Jésus-Christ, parce qu'elle n'est pas apostolique, ou dans sa fondation, ou dans sa doctrine, ou dans son gouvernement.
    Ainsi , unité, sainteté, catholicité, apostolicité, tels sont les quatre marques, les quatre caractères de la véritable Eglise, qui la distingueront toujours des Eglises fausses et contrefaites. Il ne suffit pas d'avoir une ou deux de ces notes, il faut les réunir toutes, et la privation d'une seule emporte avec elle la fausseté et l'illégitimité de la société chrétienne qui en est dépourvue. Admirons ici la providence de Jésus-Christ sur son œuvre par excellence.



    Martial, où (ou dans quel état) aujourd’hui, se trouve « la véritable Eglise de Jésus-Christ » ?
    Où le Pape son chef est-il ?


  • Martial, citant le « Dict. APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE (1911-1931) contenant les preuves de la Vérité de la Religion, sous la Direction de A. D’ALES, Professeur a l’institut Catholique de PARIS — avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques — précédée d’une Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI, Dal Vaticano, le 10 septembre 1929 (Imprimatur Parisiis,11 Januarli 1909, F. Faces, Vic. gen. GABRIEL BEAUCHESNE, ÉDITEUR A PARIS, RUE de RENNES,117. t. I. col 1283) » a écrit:

    En parlant d’une Apostolicité de succession, nous ne considérons pas la succession dans le pouvoir d’ordre, mais uniquement dans le gouvernement de l’Église.
    L’existence ou la validité du pouvoir d’ordre, du sacerdoce, est, en effet, chose essentiellement mystérieuse et invisible.
    On ne peut jamais être fixé avec certitude, en pareille matière, que par l’autorité, préalablement reconnue, de l’Église enseignante.
    La succession dans le pouvoir d’ordre n’est donc pas un signe extérieur, une marque distinctive, une “note” de la véritable Église.
    Mais, au contraire, l’Apostolicité de succession dans le gouvernement de l’église possède toutes les conditions requises pour être une “note” aidant à discerner l’Église du Christ.


    Martial, où, aujourd’hui, se trouve « l’Église enseignante » ? Où le Pape est-il ?


  • Martial a écrit:

    Catéchisme du Concile de Trente,1874, Par M. L’Abbé GAGEY. Aumônier du lycée de Dijon (Approbation : Mgr François Victor Rivet évêque de Dijon le 9 mai 1854, Mgr Alexis-Basile-Alexandre Menjaud, primat de Lorraine évêque de Nancy et de Toul le 11 Septembre 1854,Mgr Louis-Marie-Joseph-Eusèbe Caverot évêque de Saint-Dié, le 22 Septembre 1857. t. I. p. 300 a écrit:
    - De l’auteur et du ministre des Sacrements :
    22) Mais bien que Dieu soit l’auteur et le dispensateur des sacrements, cependant il n’a pas voulu qu’ils fussent administrés dans l’Église par les anges, mais par les hommes.
    […]

    […]


    Martial, où (ou dans quel état) aujourd’hui, se trouve l’Église ? Où le Pape est-il ?


  • Martial a écrit:

    […]


    TRADITION DE L’ÉGLISE SUR L’INSTITUTION DES ÉVÊQUES. 1818
    Jean-Marie Robert de la Mennais ,Prêtre Fondateur des Instituts des Frères de l’Instruction Chrétienne, de Ploërmel et des Filles de la Providence, de Saint-Brieuc.
    ( déclaré Vénérable le 22 Mars 1911 ),TOME PREMIER. INTRODUCTION, ( IV ). écrit :

    Voilà,je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des siècles
     : je suis avec vous,mois [sic] la vérité et la vie par essence,je suis avec vous en vous soutenant,en vous éclairent [sic]
    par l’influence de mon Esprit, je suis avec vous
    dans la personne de Pierre],que j’établis à ma place pour affermir et guider ses frères.
    Donc, qui ne suit pas ce guide s’égare,qui n’est pas affermi par lui chancel;rejeter ses décisions,c’est nier la promesse d’infaillibilité manifestement contenue dans la prière su Sauveur.



    ( S. S. Pie X a signé la Commission d’introduction de la Cause de Béatification et Canonisation du Serviteur de Dieu, J.-M , de la Mennais , le 22 mars 1 9 1 1 . )
    http://www.liberius.net/livres/Le_venerable_Jean-Marie_Robert_de_la_Mennais_000001254.pdf

    (Les manques d’espaces derrière les virgules dans la transcription réalisée par Martial et les autres espaces intempestifs sont d’origine dans son texte.)

    Martial, où sont, aujourd’hui, l’Église, le successeur de Pierre et ceux des Apôtres ?


  • Martial, qui ne comprend pas que nous avons toujours été d’accord avec les textes du R.P. Goupil qu’il reproduit dans les citations ci-dessous, a écrit:

    Voyons voir une ébauche d'explication concernent la succession légitime et surtout Formelle des Pasteurs ...

    P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J. L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Première Partie. Chapitre.II. NOTES DE L’ÉGLISE , L’APOSTOLICITÉ.1934. p.49 a écrit:
    - Pasteur Légitimes et Succession Formelle :

    On appelle pasteur
    [sic] légitimes ceux qui validement ordonnés ( pouvoir d’ordre,inamissible) reçoivent de l’autorité compétente mission et juridiction ( pouvoir d’enseigner et de gouverner,amissible),
    de telle sorte qu’ils forment toujours une même personne morale avec leurs prédécesseurs et enfin avec les Apôtres même envoyés par le Christ.

    C’est dans cette continuité de la personne morale que consiste la succession formelle
    ,le simple fait d’occuper sans mission le siège pastoral constitue seulement la succession matérielle.
    Remarquons que cette succession formelle ininterrompue doit s’entendre moralement et telle que la comporte la nature des choses, succession de personnes,mode électif,comme l’a voulue
    le christ
     [sic] et l’a comprise toute l’antiquité chrétienne. Cette perpétuité n’exige donc pas qu’entre la mort du prédécesseur et l’élection du successeur,il n’y ait aucun intervalle,ni même que,
    dans toute la série des pasteurs,aucun ne puisse avoir été douteux,mais on entend par là une succession de pasteurs légitimes telle que jamais le siège pastoral,même vacant,même occupé
    par un titulaire douteux,ne puisse réellement être réputé tombé en déshérence,c’est-à-dire encore,
    que le gouvernement des prédécesseurs persévère virtuellement dans le droit du siège
    toujours en vigueur et toujours reconnu,et que toujours aussi ait persévéré le souci d’élire un successeur
    .



    (Les espaces – ou leur absence – ont été respectés dans cette citation faite par ce clown.)

    Martial, où sont, aujourd’hui, « les pasteurs légitimes qui validement ordonnés (pouvoir d’ordre, inamissible) reçoivent de l’autorité compétente mission et juridiction (pouvoir d’enseigner et de gouverner, amissible), de telle sorte qu’ils forment toujours une même personne morale avec leurs prédécesseurs et enfin avec les Apôtres même envoyés par le Christ » ?
    Où cette « autorité compétente » se trouve-t-elle ?
    Comment est, aujourd’hui, « toujours persévéré le souci d’élire un successeur » sur le Siège apostolique ?


  • Citant le « P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J., L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Chapitre. II. L'Église –Troisième Partie.1934. p.126 »,Martial a écrit:

    3) La Raison Théologique :

    L’Église,société d’institution divine immédiate,
    doit demeurer jusqu’à la fin telle que le Christ l’a fondée,c’est-à-dire avec la forme monarchique.Donc il est nécessaire que Pierre ait à perpétuité des successeurs dans sa primauté.L’unité et l’indéfectibilité de l’Église fournissent encore un preuve,ces deux propriétés essentielles et perpétuelles ont pour fondement la primauté de Pierre,donc cette primauté est elle-même perpétuelle.

    (Les espaces ou leurs absences sont d’origine dans la reproduction de Martial. Soulignés en gras et en couleur, de celui-ci ; d’un trait par JP B.)

    Martial, QUI et COMMENT, est de nos jours le successeur de Pierre « dans sa primauté » ?


  • Citant l’excellent ouvrage du R.P Camille TARQUINI, Cardinal-prêtre, « LES PRINCIPES DU DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE », traduit sur la 12ème Édition Latine par le R.P Aug. ONCLAIRE (VICTOR RETAUX ET FILS, SUCCESSEUR – 1891 – Notions générales sur le droit public de l’Église, p. 2) Martial a écrit:

    2. Or, toute société pour se maintenir et atteindre sa fin doit :


    1. ) être composée de membres qui commandent et d’autres qui obéissent, et la démarcation entre ces deux catégorie doit être nettement tracé, elle doit en outre trouver en elle-même des ressources suffisantes pour se conserver, la société doit savoir les mettre en œuvre et s’en servir pour diriger chacun de ses membres, afin de leur faire atteindre le but proposé.


    […]

    (Espaces après les virgules rajoutés par JP B qui souligne ici en gras.)

    Martial, OÙ et COMMENT, aujourd’hui, « [l’Église, qui est une société parfaite, peut-elle] trouver en elle-même des ressources suffisantes pour se conserver » ?


  • citant le tome II de l’excellent CATÉCHISME DE RODEZ par l'Abbé M.Noël, Vicaire Général du Diocèse, Ancien Supérieur du petit Séminaire de Saint-Pierre-sous-Rodez (Approbations : Mgr JEAN, Évêque de Rodez 1854, Mgr L’Évêque DE MENDE, PERISSE FRÈRE, LIBRAIRIE-ÉDITEUR, 1856) onzième Leçon, De l’Église, Neuvième instruction, Apostolicité de l’Église, p. 125, le nommé Martial (auparavant surnommé “chouan”) a écrit:

    Il faut aussi nécessairement qu’elle [l’Église](**) ait toujours un Pape, successeur de saint Pierre, car le siège de Pierre étant le fondement de l’Eglise, s’il venait à manquer, toute l’Eglise par là même s’écroulerait aussitôt

    (** Précision entre crochets, de JP B.)

    Martial, COMMENT, de nos jours, l’Église a-t-elle « toujours un Pape, successeur de saint Pierre, car le siège de Pierre étant le fondement de l’Eglise, s’il venait à manquer, toute l’Eglise par là même s’écroulerait aussitôt » ?
    QUI et COMMENT, est de nos jours le « Pape, successeur de saint Pierre » ?


  • Critiquant (avec juste raison, il faut le dire) conjointement avec Eric, la position des LHR et B. Saglio sur la prétendue juridiction des Évêques traditionalistes, Martial a écrit:

    Le souci Eric, c'est que ces gens là son aussi des fossoyeurs de la Constitution divine de la Ste Eglise Catholique par caprices et orgueil en autre ...
    Ainsi, ils sont quelque part des hypocrites vis-a-vis
     [sic] des Moderno [sic] conciliaire [resic]

    R. P. H Montrouzier s.j. a écrit:


    Ce qu'il nous faut,
    ce que nous voulons résolument, c'est de maintenir la constitution de l'Eglise telle que Jésus-Christ l'a faite. Rien de plus, rien de moins. Il nous faut une hiérarchie, qui, selon le Pape S. Symmaque, soit l'image fidèle de l'adorable Trinité ; où, par une imitation du mode suivant lequel la nature divine se communique aux trois Personnes divines, la juridiction ecclésiastique se transmette par Pierre et par Jésus-Christ, lequel l'a reçue lui-même immédiatement de Dieu, son père.


    Martial, COMMENT, de nos jours, « la constitution de l'Eglise telle que Jésus-Christ l'a faite » peut-elle se maintenir ?
    OÙ et COMMENT, aujourd’hui, se trouve « une hiérarchie, qui, selon le Pape S. Symmaque, soit l'image fidèle de l'adorable Trinité ; où, par une imitation du mode suivant lequel la nature divine se communique aux trois Personnes divines, la juridiction ecclésiastique se transmette par Pierre et par Jésus-Christ, lequel l'a reçue lui-même immédiatement de Dieu, son père » ?


  • Martial, totalement à côté de la plaque en citant contre notre position la « THÉOLOGIE DOGMATIQUE OU EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE » de S. E. Mgr Cardinal GOUSSET, Archevêque de Reims, contenant l'exposition des preuves de la religion catholique, 1853, t. I, Chapitre VIII “De l'Apostolicité de l'Église”, p. 569, a écrit:

    Ce ministère n'a jamais été exercé que sur des titres émanés de la même origine, et conférés conformément aux règles de l'Église. Ces titres n'ont pas toujours été les mêmes, il y en a de perpétuels et de transitoires, d'ordinaires et de délégués, de plus ou de moins étendus. La manière d'être pourvu de ces titres a aussi varié suivant le temps et les lieux. On a vu tantôt des élections sous différentes formes, tantôt des présentations qui remplaçaient les élections. Mais ce qui n'a jamais varié et ce qui ne variera jamais, ce qui a toujours été reçu comme Dogme catholique, c'est que l'Église seule, en vertu du droit inhérent à sa constitution, détermine le mode de transmission relativement au pouvoir de juridiction. On n'a jamais regardé comme ayant un titre légitime quiconque n'en avait pas un qui fût conforme aux règlements alors en vigueur dans l'Église. Il a toujours été reconnu dans l'Église, que « tous ceux qui osent s'ingérer dans l'exercice du saint ministère, de leur propre autorité, ou qui n'y ont été appelés que par le peuple ou par la puissance séculière et par les magistrats, ne sont pas des ministres de l'Église, mais des voleurs et des larrons, qui ne sont pas entrés par la porte (l).Anathème à celui qui dira que ceux qui n'ont été légitimement ordonnés ni envoyés par la puissance ecclésiastique et canonique, mais qui viennent d'ailleurs, sont de légitimes ministres de la parole et des sacrements. (Concile de Trente, dans le canon VII de sa session XXIII)



    Martial, QUI et COMMENT, de nos jours, possède le « pouvoir de juridiction » ?


  • Martial, citant les abbés Vacant & Mangenot (« Dictionnaire de Théologie catholique », Tome I, “Apostolicité” – Paris, Letouzey et Ané, 1909 – col. 1625), a écrit:

    2. L'apostolicité, marque distinctive de la véritable Église du Christ. — Il s'agit ici de la succession des pasteurs ou de l'identité de gouvernement. L'identité de doctrine ne serait pas à elle seule une marque suffisante et exclusive. Si une société enseigne une doctrine contraire à celle du Christ et des apôtres, elle est jugée. Mais de ce que la doctrine serait ou semblerait être vraiment apostolique, on ne peut rien conclure. Il en est autrement pour la succession légitime des pasteurs. Avec elle il y a continuité, sans elle, non ; avec elle, d'ailleurs, on est sûr, sans autre examen, de la véritable doctrine, car c'est au corps des pasteurs qu'a été confié le dépôt et qu'a été promis le Saint-Esprit pour le garder et le transmettre. On sait les beaux textes d'Irénée et de Tertullien sur ce sujet. Ils ne font que résumer et formuler l'enseignement du Christ et des apôtres. Sans cette succession légitime, pas de mission pour enseigner ; pas d'autorité par conséquent ; à plus forte raison, pas de garantie divine. […]


    Martial, où, aujourd’hui, trouve-t-on EN ACTE « la mission pour enseigner » avec la « garantie divine » ?

    scratch

    lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 5045
Age : 71
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?   Jeu 14 Sep - 11:44

Le 13 septembre 2017 à 11h24 am (heure de Québec, « Dernière édition par Martial le Mer 13 Sep 2017, 2:42 pm, édité 1 fois », http://messe.forumactif.org/t7927p25-pasteur-legitimes-et-succession-formelle#140613) Martial a écrit :
  • Citation :

    Citation :

    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE
    .
    Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de R.P Adhémar d'Alès,Professeur a l’Institut Catholique de PARIS.
    Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1239,a écrit :


    Dans les prérogatives que le Christ,vainqueur de la mort,confère a ses apôtres,distinguons trois éléments principaux : a) magistère enseignant; b) juridiction gouvernante; c)succession perpétuelle.


    Ainsi le veut,du reste,la nature meme
     [sic] des choses.Tout pouvoir permanent exige que,par la succession continue et légitime de ses titulaires,subsiste la meme [sic] personne morale et juridique.Le sauveur a créé le pouvoir permanent des apotres [sic] et de leurs successeurs,avec le principat permanent de Pierre et des successeurs de Pierre.


    Martial, OÙ et COMMENT, aujourd’hui, subsiste « le pouvoir permanent des Apôtres et de leurs successeurs, avec le principat permanent de Pierre et des successeurs de Pierre » ?


  • Citation :

    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE
    .
    Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de R.P Adhémar d'Alès,Professeur a l’Institut Catholique de PARIS.
    Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1240,a écrit :


    Succession perpétuelle.Un pouvoir qui doit durer jusqu’à la fin des temps doit se perpétuer légitimement par voie de succession.Or,la prérogative conférée par le Christ au collège des Douze doit durer jusqu’à la fin des temps.

    (...........)

    Au rôle de pasteur correspondaient une autorité enseignante,une fonction gouvernante,qui devaient durer,comme l’Église elle-même,jusqu’à la consommation des siècles,et donc se transmettre par voie de succession perpétuelle.



    Martial, aujourd’hui,
    • chez qui, concrètement, se trouve ce « pouvoir qui doit durer jusqu’à la fin des temps [et] doit se perpétuer légitimement par voie de succession [prérogative conférée par le Christ au collège des Douze qui] doit durer jusqu’à la fin des temps » ?
    • OÙ et COMMENT se trouve ce « pasteur [auquel] correspondaient une autorité enseignante, une fonction gouvernante, qui devaient durer, comme l’Église elle-même, jusqu’à la consommation des siècles, et donc se transmettre par voie de succession perpétuelle » ?
    • chez qui, concrètement, se trouve « [transmis] par voie de succession perpétuelle [cette] autorité enseignante, [cette] fonction gouvernante, qui devaient durer, comme l’Église elle-même, jusqu’à la consommation des siècles » ?


  • Citation :

    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE
    .
    Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de R.P Adhémar d'Alès,Professeur a l’Institut Catholique de PARIS.
    Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1283,a écrit :


    En effet,Jésus-Christ ayant constitué une hiérarchie permanente pour gouverner son Église,ayant organisé le pouvoir pastoral des Apôtres comme transmissible par voie de succession perpétuelle,la véritable Église ne peut pas exister sans être soumise aux successeurs des Apôtres,sans posséder cette hiérarchie de droit divin positif.Elément indispensable,essentiel,de par la volonté,historiquement connue,du Sauveur.



    Martial, OÙ et COMMENT, aujourd’hui,
    • subsiste cette « hiérarchie permanente pour gouverner son Église » ?
    • se perpétue « le pouvoir pastoral des Apôtres comme transmissible par voie de succession perpétuelle » ?
    • se trouve « la véritable Église [qui] ne peut pas exister sans être soumise aux successeurs des Apôtres, sans posséder cette hiérarchie de droit divin positif. Elément indispensable, essentiel, de par la volonté, historiquement connue, du Sauveur » ?


  • Citation :

    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.

    Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de R.P Adhémar d'Alès,Professeur a l’Institut Catholique de PARIS.
    Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1246,a écrit :


    Conclusion : l’Église et le "royaume"

    Pour la régir,son Maitre a constitué une hiérarchie perpétuelle,qui possèdera un magistère enseignant et une juridiction gouvernante.



    Martial, OÙ et COMMENT, aujourd’hui, se trouve cette « hiérarchie perpétuelle, qui possèdera un magistère enseignant et une juridiction gouvernante » ?

scratch

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 5045
Age : 71
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?   Jeu 14 Sep - 20:49

Dans ce post (http://messe.forumactif.org/t7927p25-pasteur-legitimes-et-succession-formelle#140614) du 13 septembre 2017 à 12h25 (heure de Québec, « Dernière édition par Martial le Mer 14 Sep 2017, 12:50 pm, édité 1 fois ») Martial a écrit :
  • Citation :

    D'évidence , R.P Goupil atomise les fantaisies et délires théologiques du délirants
    [sic] gourou Guérardien [sic].


    Tiens, tiens ! Martial tombe dans l’insulte gratuite, l’accusation non démontrée, en un mot la calomnie, comme s’il avouait implicitement son impuissance à réfuter les arguments du « gourou guérardien » !
    Pour le coup, c’est nous qui rions bien ! 

    Mais voyons donc ce que le « R.P. Goupil atomise »…


  • Citation :

    P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J.
    L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Première Partie. Chapitre.II. NOTES DE L’ÉGLISE , L’APOSTOLICITÉ.1934. p.53 a écrit :


    Valeur de cette note : Il importe pour bien juger de la continuité de succession de ne pas confondre l’apostolicité
    matérielle continue qui peut exister même dans le schisme et l’hérésie,mais qui,ayant rompu avec l’unité et la catholicité,ne peut plus continuer l’identité de la même et unique société religieuse,et l’apostolicité formelle qui continue l’identité de la même personne juridique avec les Apôtres.C’est dire que,pour avoir toute sa valeur probante de notre positive,l’apostolicité doit être pratiquement jointe aux notes d’unité et de catholicité.

    • Mais nous sommes entièrement bien d’accord avec cela !
      « Il importe [EN EFFET] de ne pas confondre l’apostolicité matérielle continue et l’apostolicité formelle […] » !

    • Martial, QUI et COMMENT, aujourd’hui, assure
      • « l’apostolicité matérielle continue » ?
      • « l’apostolicité formelle qui continue l’identité de la même personne juridique avec les Apôtres [et qui] doit être pratiquement jointe aux notes d’unité et de catholicité » ?


  • Citation :

    CATÉCHISME CATHOLIQUE D’APRES ST THOMAS D’AQUIN,
    Disposé suivant le plan du CATÉCHISME DU CONCILE DE TRENTE.
    A l’Usage des Catéchismes,des institutions religieuses et des fidèles avec un choix de nombreux traits historiques.Par M.L’ABBÉ V. BULTEAU,Aumônier d’un Établissement Public.
    Ouvrage approuvé par Mgr l’Archevêque de Tours,Mgr l’Archevêque d'Avignon et Mgr l’Évêque d'Orléans ,M.l’Abbé Er. Bourret,professeur à la Sorbonne.
    NOUVELLE LIBRAIRIE CATHOLIQUE.VICTOR SARLIT,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1866.t.II.p.281,a écrit:


    Mais ce n’est pas assez que l’Église de Jésus-Christ soit Apostolique par sont origine,elle doit l’être aussi par sa doctrine et par son autorité.Toute société chrétienne qui ne saurait montrer son uniformité en ces deux points avec les Apôtres,serait bâtarde,illégitime,et privée de la vie de Dieu.



    Mais nous sommes entièrement bien d’accord avec cela !
    C’est même pour ça que nous considérons que la hiérarchie officielle actuelle N’assure PAS l’apostolicité formelle ! (Laquelle apostolicité formelle ne peut pas, en l’état actuel des choses, c’est-à-dire sans le mandat et sans l’incardination qui seule donne le pouvoir de Juridiction provenant d’un véritable Pape, être assurée non plus par les Évêques traditionalistes. D’où la nécessité que perdure, à titre de sauvegarde, « l’apostolicité matérielle continue »…)


  • Citation :

    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE
    .
    Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de R.P Adhémar d'Alès,Professeur a l’Institut Catholique de PARIS.
    Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1246,a écrit :


    Conclusion : l’Église et le "royaume"

    Pour la régir,son Maitre a constitué une hiérarchie perpétuelle,qui possèdera un magistère enseignant et une juridiction gouvernante.



    Martial, OÙ et COMMENT, aujourd’hui, se trouve cette « hiérarchie perpétuelle, qui possèdera un magistère enseignant et une juridiction gouvernante » ?


  • Citation :

    R.P. Falcon
    , La crédibilité du dogme catholique, p.489 a écrit:
    On peut définir la note : une propriété qui manifeste extérieurement l'Église en tant que société fondée par le Christ. Elle est donc une propriété de l'Église, et une propriété visible, plus facile à reconnaître que la vérité même de l'Église.



    Martial, COMMENT et PAR QUI, concrètement aujourd’hui, la note de l’APOSTOLICITÉ, « propriété visible [de l'Église], plus facile à reconnaître que la vérité même de l'Église », se manifeste-elle ?


  • Martial a écrit:

    La succession continue depuis les apotres
     [sic] dans le gouvernement religieux est une propriété certainement essentielle à la véritable Eglise, toutefois :

    Citation :
    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.
    Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de R.P Adhémar d'Alès,Professeur a l’Institut Catholique de PARIS.
    Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1283,a écrit :


    Cette “note” de la succession apostolique est diversement concevable et probante,selon qu’il s’agit d’une succession matériellement continues
     [sic] (sans autre indice) ou d’une succession attestée comme légitime.Dans le premier cas,la succession apostolique sera une “note” négative,permettant d’exclure toute Eglise qui ne posséderait pas,depuis les apôtres,la succession matériellement continue de ses pasteurs.Dans le second cas,la succession apostolique sera une “note” positive,permettant de reconnaitre pour unique et véritable Église du Christ celle qui établirait le caractère légitime de la succession de ses pasteurs depuis les apôtres.Une succession est attestée comme légitime,lorsqu’elle a lieu conformément aux règles prescrites et qu’aucun vice essentiel n’en invalide l’exercice.

    En tant que distincte de l'unité et de la catholicité,la note d'apostolicité n'aura qu'une valeur négative et d'exclusion,puisqu'elle n'attestera pas,par elle-meme[sic],le caractère légitime de l'autorité transmise.Ce sera néanmoins acquérir un indice précieux,pour l'examen des titres de chaque communion chrétienne,que de vérifier si elle possède,ou ne possède pas,la succession continue depuis les apotres [sic] dans le gouvernement de l'Eglise Catholique.

    Citation :
    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.
    Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de R.P Adhémar d'Alès,Professeur a l’Institut Catholique de PARIS.
    Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em. le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1284,a écrit :


    Quant au caractère de légitimité de cette succession apostolique matériellement continue,il résultera du fait que la validité de la juridiction épiscopale n’aura pas été annulé par le schisme ou l’hérésie;c’est-à-dire par la rupture déclarée avec l’œuvre authentique de Jésus-Christ.Après semblable rupture,en effet,il ne peut évidemment pas y avoir transmission régulière,valide,légitime,de l’autorité gouvernante,du pouvoir pastoral des apôtres: puisque,par hypothèse,on s’est notoirement exclu,séparé,de la hiérarchie apostolique;on a cessé d’être un vrai “pasteur” de l’Église pour devenir “rebelle” à l’Église du Christ.

    Mais ou faudra-t-il chercher la preuve extérieure du caractére légitime de la succession épiscopale ? Comment établir l’absence de tout schisme,de toute hérésie,bref de toute rupture qui ait invalidé la juridiction transmise ? La preuve de légitimité apparaitre si l’on trouve,joints à la succession matériellement continue depuis les apôtres,deux caractéres distinctifs qui seront étudiés plus loin : Les “notes” d’unité visible et de catholicité visible.Ces deux caractère permettront d’exclure pratiquement toute hypothèse de schisme,d’hérésie,de rupture.Ils garantiront ainsi la validité,la légitimité de la succession apostolique dans le gouvernement de tellle
     [sic] Eglise Chrétienne.

    Donc, la “note” d’apostolicité,prise dans toute l’ampleur de sa signification,envelopperait les “notes” d’unité et de catholicité,qui attesteraient la légitimé successorale.C’est la réunion de ces trois notes qui formerait un critère Juridique de la véritable Église,en manifestant la transmission régulière du pouvoir pastoral des apôtres.

    • Martial, OÙ et COMMENT, aujourd’hui, est assurée
      • cette « succession matériellement continue » ?
      • cette « succession attestée comme légitime » ?

    • « En tant que distincte de l'unité et de la catholicité, la note d'apostolicité n'aura qu'une valeur négative et d'exclusion, puisqu'elle n'attestera pas, par elle-même, le caractère légitime de l'autorité transmise. Ce sera néanmoins acquérir un indice précieux, pour l'examen des titres de chaque communion chrétienne, que de vérifier si elle possède, ou ne possède pas, la succession continue depuis les apôtres dans le gouvernement de l'Eglise Catholique. »
      Mais nous sommes entièrement bien d’accord avec cela !
      Dès lors,
      1. où se trouvent « les fantaisies et délires théologiques du délirant gourou guérardien » ?
      2. Comment sont-ils atomisés ?


    • « Quant au caractère de légitimité de cette succession apostolique matériellement continue, il résultera du fait que la validité de la juridiction épiscopale n’aura pas été annulé par le schisme ou l’hérésie ; c’est-à-dire par la rupture déclarée avec l’œuvre authentique de Jésus-Christ. […] »
      Mais nous sommes encore entièrement bien d’accord avec cela, et avec ce qui suit et est remplacé par les points de suspension entre crochets !
      Dès lors,
      1. où se trouvent « les fantaisies et délires théologiques du délirant gourou guérardien » ?
      2. Comment sont-ils atomisés ?


      Cela ne supprime néanmoins aucunement les questions précédentes et qui font l’objet du présent fil…


  • Citation :

    DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE
    .
    J.-B. JAUGEY – Prêtre , Docteur en Théologie . Troisième édition,Augmentée d'un supplément.Avec la collaboration d’un grand nombre de savants Catholiques,J-M-A.Vacant,Ch. DE HARLEZ &c..
    EDITIONS J. BRIGUET.Librairie Delhomme PARIS/LYON.1889.Col .1025,a écrit :


    Et,en effet,Jésus-Christ a institué en elle une autorité qui ne doit point lui manquer,l’autorité de Pierre,pierre fondamentale et base indispensable de tout édifice:et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle.



    Martial, COMMENT, aujourd’hui, l’Église a-t-elle « en elle une autorité qui ne doit point lui manquer, l’autorité de Pierre, pierre fondamentale et base indispensable de tout édifice » ?

lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 5045
Age : 71
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?   Ven 15 Sep - 9:43

Dans les messages suivants (du 14 septembre 2017, etc.) postés dans le même fil, « Re: Pasteur[sic] Légitimes et Succession Formelle » initié par Martial avec cette faute d’accord, celui-ci a encore écrit :
  • 1.
    Citation :

    L'Eglise, telle qu'on l'entend communément, est la société de tous les fidèles de l'univers, en quelque lieu de la terre qu'ils habitent. La maison de Dieu, parce qu'elle est, comme une famille, gouvernée par un seul père, et que tous les biens spirituels y sont communs. Jésus-Christ lui-même en est l'architecte et le fondement. Enfin, l'Eglise a eu continuellement à combattre contre les vices de ses enfants. Les coups les plus sensibles à son cœur maternel sont ceux qui lui viennent de la part des mauvais catholiques qui violent ses lois, qui négligent ou profanent ses sacrements, qui la déshonorent par la corruption de leur cœur.



    Ainsi voyons-nous que ceux « qui violent [les lois de l’Église], qui négligent ou profanent ses sacrements, qui la déshonorent par la corruption de leur cœurs » sont toujours, malgré cela et tant qu’ils n’ont pas été exclus de l’Église Catholique pour hérésie ou pour schisme selon le Canon 1325, § 2 (http://www.catho.org/9.php?d=bpu#cf : « Post receptum baptismum si quis, nomen retinens christianum, pertinaciter aliquam ex veritatibus fide divina et catholica credendis denegat aut de ea dubitat, haereticus; si a fide christiana totaliter recedit, apostata; si denique subesse renuit Summo Pontifici aut cum membris Ecclesiae ei subiectis communicare recusat, schismaticus est » [souligné en gras par JP B] c’est-à-dire, selon la traduction donnée [http://catho.org/9.php?d=bo0#ga], « Après la réception du baptême toute personne qui, gardant le nom de chrétien, nie opiniâtrement [avec pertinacité] l’une des vérités à croire de foi divine et catholique, ou en doute, est hérétique ; si elle renonce totalement à la foi chrétienne, elle est apostat ; si enfin elle refuse de se soumettre au Souverain Pontife et de rester en communion avec les membres de l’Église qui lui sont soumis, elle est schismatique ») ou qui n’ont pas formellement « [renoncé] totalement à la foi chrétienne » comme l’énonce ledit Canon, restent catholiques : « mauvais catholiques » mais catholiques et faisant toujours partie du corps de l’Église comme membres morts s’ils sont en état de péché mortel.


  • 2. Etc., etc. …

ÇA SUFFIT !
Martial ne répondra jamais à nos questions (alors qu’il lit régulièrement notre forum, l’ayant implicitement avoué en affirmant qu’il savait que je lisais ses posts).
Il ne cherche, comme tous ceux du forum “T. D.”, qu’à justifier son rejet des Sacrements en voulant montrer que, outre les faux sacrements dispensés par les modernistes qu’on ne peut en effet pas recevoir, les véritables Sacrements des traditionalistes seraient tous illicites ! Et ce clown ne répondra jamais à nos questions PARCE QU’IL NE LE PEUT PAS !
Il ne le peut pas, il ne le SAIT pas, parce que, outre son rejet des véritables Sacrements, il rejette surtout la thèse de Cassiciacum qu’il ne comprend pas et qui, pourtant, permet seule de donner des réponses convenables à nos questions.

Seule, en effet, la thèse de Cassiciacum, qu’il rejette absolument comme tous ceux du forum “T. D.”, permet de comprendre que de nos jours la hiérarchie de l’Église, VOULUE PAR NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST QUI A AINSI FONDÉ SON ÉGLISE, existe toujours, selon Sa divine Volonté, mais non en acte, seulement en puissance, autrement dit matériellement, materialiter, et qu’elle ne sera en acte, formaliter, que lorsque Dieu nous fera la grâce de convertir l’un de ses membres pour qu’il devienne le véritable Pape qui remettra l’ordre (perdu par privation actuelle de l’Autorité, l’Église étant occupée, sur le Siège du Bienheureux Pierre, par quelqu’un qui n’est pas formellement Pape [en acte] et qui perturbe toute sa vie depuis le conciliabule vaticandeux) dans l’Église du Christ au nom de celui-ci.

En attendant, Martial, comme tous ceux du forum “T. D.”, nie volontairement l’existence PERPÉTUELLE, et donc actuelle, de la hiérarchie juridictionnelle (seulement en puissance de nos jours) dans l’Église et, par sa négation volontaire de l’existence PERPÉTUELLE de la hiérarchie VOULUE PAR NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST QUI A AINSI FONDÉ SON ÉGLISE, Martial, comme tous ceux du forum “T. D.”, se trouve dans l’HÉRÉSIE !
N’ayant en conséquence pas les bonnes bases de la Foi, il ne faut pas s’étonner qu’il rejette également les véritables Sacrements…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP B
Baptisé
avatar

Nombre de messages : 5045
Age : 71
Localisation : Château-Renard du Loiret
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?   Lun 13 Nov - 1:58

Le clown « Martial Aujourd'hui à 2:50 pm (heure de Québec : 18h50 en France) a écrit:

L'Eglise : Ce sont certain caractères,certains signes extérieurs par lesquels J.C a voulu que nous puissions facilement la reconnaitre
 [sic].


Citation :
CATÉCHISME DU CATÉCHISME OU EXPLICATION RAISONNÉE DE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE.Par M.l’Abbé É. BARTHE,Chanoine honoraire de Rodez et M.l’Abbé FABRE,Aumônier des Sœurs de la sainte-Famille.Ouvrage approuvé par Mgr ERNEST,l’Évêque de Rodez 1873,Mgr Louis Edouard Pie,l’Évêque de Poitiers 1874.Lettre approbative par R.P Don Cataldo CAPRARA,Professeur de Théologie au Collège de la Propagande T.P.s.V.SARLIT ET Cie,LIBRAIRIE-ÉDITEURS.1882.t.I.Chapitre XV.Article IV.pp.512-513,a écrit:

- Des notes ou marques de la véritable Église.


172° D. Puisque,sous peine de damnation,il y a obligation d’appartenir à la véritable Église de Jésus-Christ.,il faut donc qu’elle soit visible et qu’on puisse la reconnaitre ?


R. C’est de tout évidence: car il est de l’essence de tout société d’homme d’être visible; et il ne saurait y avoir obligation d’y entrer si elle ne pouvait être connue.Aussi, J.C. compare-t-il son Eglise “à une ville située sur une haute montagne,et qui ne peut être cachée,à un royaume,à une bergerie”: toutes choses qui de leur nature sont nécessairement visible.
 [1.]

178 ° D. En quoi consiste donc l’unité dans la vraie société religieuse qui est l’Église de Jésus-Christ ?


R. Elle consiste en ce que tous les membres qui la composent sont soumis aux mêmes Pasteurs légitimes et au Chef suprême de l’Église duquel dépendent ces Pasteurs eux-mêmes
 [2.] ; et professent le même doctrine,pour atteindre la fin surnaturelle de cette société religieuse,la vue et la possession éternel de Dieu : ce qui se résume en ces termes: unité de ministère pastoral,et unité de foi.
 


la note d'apostolicité est une note visible
 [3.], une propriété visible et extérieure :

Citation :
R.P. Falcon, La crédibilité du dogme catholique, p.489 a écrit:

On peut définir la note : une propriété qui manifeste extérieurement l'Église en tant que société fondée par le Christ. Elle est donc une propriété de l'Église, et une propriété visible [3.], plus facile à reconnaître que la vérité même de l'Église.

 
Citation :



R.P. BOULENGER, Manuel d’Apologétique
, page 289 a écrit:

L'apostolicité a les deux conditions de la note. Elle est : —a) une propriété essentielle. [...] — b) une propriété VISIBLE [3.].  

l'apostolicité est une note visible [3.] qui se manifeste extérieurement et formellement et non hypothétiquement !..  [4.]

[..][5.]


Notes de JPB
 :
  1. La visibilité de la nature divine de Notre-Seigneur devait, pour que les gens crussent en lui, être visible et elle le fut jusqu’au moment de la Passion.
    Arrivé à ce moment, Dieu retira de Jésus-Christ la visibilité de sa nature divine pour ne plus laisser voir que son humanité souffrante en vue de notre rachat.
    Aujourd’hui où la Sainte Église, le Corps mystique de Notre-Seigneur, reproduit sa propre Passion pour souffrir à son tour et où, selon les paroles de la Très sainte Vierge Marie, elle est “éclipsée” au moins quant à sa Hiérarchie sacrée, où (ou comment) voyons-nous ladite Hiérarchie sacrée ?
    Que Martial réponde donc pour être crédible !…

    Il ne s’agit aucunement de mettre en doute le « CATÉCHISME DU CATÉCHISME OU EXPLICATION RAISONNÉE DE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE » de M. l’Abbé É. BARTHE, Chanoine honoraire de Rodez et de M. l’Abbé FABRE, Aumônier des Sœurs de la sainte-Famille (Ouvrage approuvé par Mgr ERNEST, l’Évêque de Rodez 1873, Mgr Louis Edouard Pie, l’Évêque de Poitiers 1874, Lettre approbative par R.P Don Cataldo CAPRARA, Professeur de Théologie au Collège de la Propagande T.P.s.V.SARLIT ET Cie,LIBRAIRIE-ÉDITEURS.1882) en son Chapitre XV du t.I, Article IV (pp. 512-513) mais il s’agit de comprendre que ce que ledit « CATÉCHISME DU CATÉCHISME OU EXPLICATION RAISONNÉE DE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE » définit ainsi concerne l’Église « en ordre » c’est-à-dire avec un Pape formaliter (i.e. en acte) alors qu’actuellement la Sainte Église est en état de privation de l’Autorité d’un véritable Pape (état de privation qui provoque l’“éclipse” de la Hiérarchie sacrée – ce qui n’est certes nullement l’“ordre”…) et qu’en conséquence, puisque, selon les paroles mêmes de la Très sainte Vierge Marie, l’Église est “éclipsée” au moins dans sa Hiérarchie sacrée, les excellents principes rappelés bêtement par le clown Martial (quel guignol !) sont… quelque peu dépassés.

  2. Ce mariolle peut-il nous dire qui sont, aujourd’hui ces « Pasteurs légitimes et […] Chef suprême de l’Église duquel dépendent ces Pasteurs eux-mêmes » auxquels tous les membres qui composent l’Église de Jésus-Christ doivent être soumis (ce en quoi « consiste donc l’unité dans la vraie société religieuse qui est l’Église de Jésus-Christ ») et où sont-ils ?…
    L’Église ne serait-elle donc plus “éclipsée” ?

  3. Mais si l’Église est “éclipsée” comme la Très sainte Vierge Marie l’a annoncé à La Salette (et elle ne saurait mentir) comment alors la note d'apostolicité peut-elle encore être “visible” ? scratch

  4. Qui donc, parmi nous, aurait prétendu que « l'apostolicité [serait] une note […] qui se [manifesterait] hypothétiquement » ? scratch Suspect

  5. La dernière citation de ce guignol clown, remplacée ici par ces points de suspension entre crochets tant elle ne sert là à rien et qui ne pose pour nous AUCUN problème, ne fait que ressembler à un ridicule coup d’épée dans l’eau !

Finalement, Martial est complètement à côté de ses gros sabots ! (Et il en va de même pour la majeure partie de ses posts auxquels il est inutile de répondre…)

lol!

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Martial, où, aujourd’hui, est l’Église ? Où est le Pape ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BARDET DE MAISON-ROUGE Martial. général et baron d'Empire.
» Quel est le lien entre l'art martial et le Zen ?
» Martial-Joseph Delroeux
» Martial (40-104)
» Portraits de Marie-Antoinette et de la famille royale, par Jean-Martial Frédou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Questions/Réponses-
Sauter vers: